The Neves Times

The Neves Times

Par Neves Blog créé le 29/03/14 Mis à jour le 07/11/18 à 17h23

Reporter vidéo-ludique.

Hebdomadaire dominical.

Tirage en couleur.

Ajouter aux favoris

Catégorie : Je vous demande de vous arrêter

Signaler


Je vais la faire courte en intro. Pour une fois. Je vais me contenter de conter les sincères attentes (ou non-attentes d'ailleurs) que j'avais à l'égard des différents bélligérants. Et j'en ferais la synthèse conclusive (ou la conclusion synthétique, je sais plus, je m'embrouille) en fin de partie. Allez et dans l'ordre des conf'. EA : j'attendais leur dernières innovations en termes de lootboxes (et sans spoiler, j'ai été plutôt déçu). Microsoft, rien non plus, non pas parce que je me fous de la marque, mais plus parce que trop de vaines promesses pour au final quoi ? Fable Legends, Phantom Dust, Crackdown3, Recore, Scalebound, StateOfDecay2, que il y ait 1 ou 2 couacs comme Knack ou TheOrder, je veux bien mais autant, y a un sérieux problème dans la façon de gérer son édition ... Bethesda, je n'en attendais rien, je me demandais même comment il pouvait faire une conférence, combien de studios ils ont au juste après les derniers Wolfenstein, Doom, Quake, Prey, Dishonored2 et même Fallout4 qui n'est pas si vieux que ça !! Square Enix, j'attendais surtout FFVII R, depuis le temps qu'il est annoncé, au moins un petit trailer pour nous dire que le projet est entre de bonnes mains. Donc, pas celles de Nomura. Suivez, putain :/ Ubisoft, j'attendais Watch Dogs 3. A Londres. Etant un gros fan de GTA(-like) et un invétéré de feu The Getaway, le "GTA" londonien de Sony ère PS2 avant-gardiste sur bien des points (et mal branlés, sur bien des points ...). Sony, forcément, en gros fanboy refoulé que je suis, j'en attendais pas mal sur les 4 fantastiques. Et enfin Nintendo, j'en attendais beaucoup, étant franchement dubitatif sur les scores stratosphériques de la Switch en dépit d'un catalogue rutilant selon moi (ok, TLoZ BoTW et SMO sont énormes mais les 6 premiers de 2018 sur Switch ...). Les autres conf', je préfère pas m'attarder sur des univers qui ne sont pas les miens. Bref, heureusement que j'ai annoncé que j'allais la faire courte. J'ai failli ne pas remplir le contrat tacite qui vous lit de vous à moi. Pour les 50 prochaines minutes.

 

TOP

 

 


Gears 5. J'ai symboliquement envie de commencer avec Gears5 car c'est probablement le premier titre qui me vient en tête au moment de s'attarder sur ce qui m'a marqué lors de cet E3. Je n'ai pourtant, à la bas, aucun affect particulier envers Gears of War. J'ai récemment chopé le remake du 1 et le 4 en vu de les faire un jour quand je prendrais la One X mais ça s'arrête là. Plus parce que ce sont d'excellents jeux que par un attrait pour leur univers. Mais deux choses m'ont frappé. L'emphase sur la psychologie des personnages, primo. Et le renouvellement au niveau des décors qui perso donnent bien plus envie d'être arpentés/explorés que ce que j'ai vu des 5 précédents épisodes très/trop orientés crasses marrons/gris. Donc, je me surprends moi-même, mais je l'attends le Gears. Pourvu qu'il nous fasse une God of War

Devil May Cry 5. Y a encore quelques temps, j'en aurais rien eu à battre. Mais ça, c'était avant ! Depuis j'ai fait le 1er via la HD Collection, y a pas très longtemps. Et j'ai bien aimé la jouabilité, les possibilités d'action, l'évolution des armes et mouvements et cette adversité bien retorse avec un soupçon de stratégie dans l'utilisation et la bonnification de ses différents types de gemmes. Donc, même si j'ai 4 épisodes dont une merde (apparemment) à faire d'ici à être prêt, je suis partant et j'ai bien aimé ce que j'ai vu. Faudra juste que quelqu'un m'explique le scénar' de DMC parce que ...

Dying Light 2. Pas vraiment client de jeux de zombies. Et certainement pas ceux de cette trempe. Les Dead Island, les Dead Rising, et donc aussi le 1er Dying Light. Pas fan des jeux où on déglingue à la chaine. Plutôt opé pour TWD TellTale, TLOU ou RE. Et encore, mon retard cumulé et mon jeum'enfoutisme des jeux survie/horreur jusqu'il n'y a pas très longtemps font que je n'ai pas encore touché à l'un des 3. A vrai dire, le seul auquel j'ai joué est l'excellent Dead Space, et ça date seulement de l'année dernière ! Quoi qu'il en soit, le fan de Mirror's Edge ne peut être indifférent à la proposition de Dying Light et autant, le côté léger de la formule parkour du 1er conjugué à un univers et un paradigme qui ne me convenait pas n'a pas déclenché d'intérêt, autant la sérieuse réhausse graphique et d'ambiance me titille bizarrement pour ce second opus. A voir. Voir ptet même, à considérer ...

RE2 R. Puisqu'on est dans la survie. Je dois dire que Resident Evil 2 m'a fait forte impression. Je n'ai donc jamais touché à un RE et la refonte totale du jeu me fait saliver. Exactement comme a pu le faire Sony avec Shadow of The Colossus. Manque plus que RE3 R au prochain E3 et je suis refait. Annoncé de longue date, fantomatique depuis un moment, je pense que ça valait le coup d'attendre, entre le résultat et la date de sortie finalement très proche.

Cyberpunk2077. Alors oui, il est là. Mais pas pour les mêmes raisons que tout le monde. Et pour cause, je dois encore me mettre à la série TheWitcher, donc la réput' et le pédigrée du studio, je dois encore apposer mon aval (ou mon Seal of Nevesity). Non, par contre un GTA-like RPG dans le turfu ... Comment vous dire ? On signe où ? Vous en aviez rêvé, CD Projekt le fait. Que dire, à part, "vivement !" ?

 

Edgar Snowden et Frodon le Hobbit on stage. Collector. Rien que pour ça, la conf de Ubi, loin, très loin devant toutes les autres. Je pense que c'est même au-dessus du tiercé Shenmue/FFVII/TLG de 2015.

 

FLOP

 

Bah Smash Bros. La vérité si je mens, je me suis endormi vers le 7-8ème perso présenté. Sur le coup, j'ai cru à une attaque de Rondoudou (le dernier trailer de Pokémon venait de se terminer) puis je me suis rappelé qu'il n'y figurait pas. Non, il s'agissait bien du mixeur de Nintendo qui avait déconné avec le montage du Super Smash Bros Ultimate Direct en poussant le curseur trop loin sur la platine. Et voilà comment ceci aboutissa à cela. Nan mais même si j'avais pas dormi assez la veille (merci Sony ! Chaque année, tu nous fais le coup putain) mais quel ennui. Surtout que de base, Smash Bros, c'est pas pour moi (ni lui, ni aucun jeu de combat, tout juste ais-je pris PlayStation All Stars Battle Royal pour tester avec des personnages qui me parlent) mais alors là, les 25 dernières minutes. Et le pire, c'est que j'ai cru à Metroïd Prime 4 avec la petite saynette bien sympa, je me suis dit, ils nous font une transition astucieuse entre 2 jeux en dégageant Mario et je sais plus qui derrière Samus ... En fait, c'était pour Ripley. FACE FUCKING PALM.


Anthem. Même si j'ai encore la N pour ce que Mass Effect est devenu avec le Andromeda, je n'en tiens pas pour autant rigueur à EA puisque les aléas de développement sont ce qu'ils sont. En soi Anthem me botte bien. C'est magnifique visuellement, inspiré artistiquement et semble promettre un univers riche dans lequel faire je ne sais quoi encore. Mais mon carton rouge direct tient en la perspective co-op multijoueur esquissé. Une espèce de Destinyfication ou Ubification du jeu vidéo qui ne me plait pas du tout. Je ne joue pas en ligne, encore moins en split-screen. Et autant, A Way Out propose un fil narratif à dérouler, autant, je suspecte fortement ce Anthem de ne rien avoir de probant pour les joueurs solos comme moi. En espérant me tromper et être surpris. Pour l'instant, c'est tant mieux pour les autres mais surtout tant pis pour moi. Et ça, ça me fait clairement chier. Pourquoi en bleu, parce que tout ce qui n'est pas bleu dans ce paragraphe Anthem est mot pour mot ce que j'ai écris l'année dernière suite à l'E3 2017. Pourquoi s'emmerder à écrire de nouveaux caractères quand le micro-onde marche si bien ? Nouvelle présentation, même esbroufe. Je ne crois pas à un jeu solo intéressant, déjà les mecs te disent que la difficulté est dantesque (bah, ajustez là !!), tu sens que c'est pensé pour la co-op à la base. Et surtout, si le jeu était si "solo", on aurait quelque chose de montré et d'engageant d'un point de vue narratif, surtout pour un titre sortant dans 8 mois ... Mon seul salut, y a marqué BioWare quelque part autour du jeu.


Control. J'aime beaucoup Remedy. Déjà, quand tu commences par ce genre de tournure de phrase, c'est que tu vas dézinguer par la suite. Alors allons-y gaiement. Déjà, fallait pas être un génie pour deviner qui était derrière cette nouvelle annonce passé les 25 premières secondes. Même moi, j'ai trouvé. C'est dire. Donc, je ne suis pas là pour juger du jeu, je n'ai pas cette prétention divine mais ça donne trop l'impression d'un manque d'idée fraiche ou d'une volonté de trop en faire sur un seul thème. Je suis un peu dubitatif à l'idée de retrouver les mêmes mécaniques, un peu comme je le suis quand c'est Dontnod qui en fait de même entre Remember Me et LiS, pas un mal en soi mais trop gros les gras. Les gars.

 

Beyond Food and Evil. Aucune malentention vis à vis de ce jeu dont à l'instar de Shenmue III je n'ai aucun passif avec les prédécesseur mais dont j'apprécie l'aura et aspire à corriger le rendez-vous manqué, mais. Mais comme on l'entend sur tous les toits, le jeu semble trop ambitieux. D'un côté, t'as un Shenmue III qui ne semble pas avoir les moyens de ses ambitions et de l'autre, t'as BGE II qui semble ne pas avoir les ambitions de ses moyens. Je sais pas si vous me suivez. Ca sent le No Man Sky à l'échelle industrielle et j'ai peur du résultat. Même Star Citizen me fait moins peur. Le mur se rapproche.


Ghost of Suchi, TLOU P2 et Death Stranding. Fukushima déjà, je trouve ça osé de pas faire du plan-séquence à l'heure ou la Coupe du Monde sera en plan-séquence, le journal de 20h est en plan séquence et mon film de vacance est en pleine séance. Donc, Coup direct du droit, vous remballez votre caméra de dos bien basse et bien stylisée, vous me dégagez cette caméra combat vue de côté affriolante et vous VOUS REMETEZ AU BOULOT. Faudrait pas trop innover là où d'autres vous ont montré la voie pour faire du chiffre. TLOU P2, c'est très simple, c'est trop violent. Alors ok, je mange des bébés au petit déjeuner mais c'est pas une raison pour choquer ma petite âme sensible. RESAISSISSEZ-VOUS. Quant à toi, Death Stranding, c'est quoi ce Walking Simulator à la 3ème personne. !? Personne ne l'a encore fait !! Firewatch, Dear Easther, The Vanishing of Ethan Carter, The Stanley Parable, What Remains of Edith Finch, Everybody's Gone to Andrew Ryan, Gone Home, aucun, AUCUN n'est en vue TPS. Alors Kojima, tu nous corriges ça parce que même Cyberpunk a pas osé !! Vin de Dious. Et c'est pas parce que TU CHAMBOULES TOUS MES ACQUIS DE CONSCIENCE que ça t'autorise à faire ce que tu veux avec la forme.


Voilà, au final, une édition 2018 franchement plaisante avec du beau monde encore une fois. En terme de conf pure, Microsoft au-dessus, suivent pour moi Sony, Ubisoft (qui aurait eu un One More Thing assez balèze en l'objet d'Assassin's Creed sans la double fuite), Square-Enix pas si dégueulasse contrairement à ce que j'ai souvent lu, Bethesda pas mal, par contre EA ... Mais surtout surpis de voir que Halo n'est pas pour 2018 quand le dernier est de 2015 ou plus du tout surpris de ne pas voir de licences neuves et majeures de la part de Xbox. Trop de retard cumulé et pas seulement depuis le début de la One. Et franchement, autant j'ai pleine confiance dans la seconde équipe de Playground Games, Ninja Theory et la nouvelle "grosse" structure, autant les autres acquisitions ... Pas certain que ce soit de là que viennent ce que tout le monde attend de Micro - du gros titre qui tabasse comme ce que parvient à réaliser Sony. Sinon, je vais m'abstenir de parler de Nintendo et du cas de la Switch, je ne tiens pas à mettre le forum à feu et à sang. Ou disons, pas maintenant.

 

 2014-2018 Time Neves, E3 2018 réussi (bis) Reserved.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler

Que serait Batman sans le Joker ? Spider-cochon sans le Boufon Vert ? Superman sans DrRobotnik ? Macron sans Liehd ? Rien, que dalle, nada. Donc que serait le PS+ sans le Games With Gold ? Voilà pourquoi il est tout naturel après s'être essayé à l'exercice de la personnification du PS+ d'en faire de même pour le Games With Gold. Malheureusement avec un jeu (seulement) offert pendant un bon bout de temps de la mise en ligne du service sur la console en Novembre 2013 à Juillet 2015, le GwG fait figurer quasiment moitié moins de jeux "offerts" aux possesseurs de Xbox One. Mais bien assez pour en évaluer la teneur. Comme pour la série d'articles sur le PS+, le premier sur le GwG s'attache à illustrer dans un premier temps les jeux offerts parce que des noms balancés comme ça de but en blanc dans un tableur ne saurait éclairer les nombreuses lanternes en manque de pétrole. La mienne, la première ^^.

 

Liste par ordre d'apparition

(du plus ancien au plus récent)

 

1. Halo Spartan Assault

Twin-stick shooter

Metascore : 53%

 

2. Max and the cure of brotherhood

Plateforme-puzzle

Metascore : 72%

 

3. Guacamelee ! Super Turbo Championchips Edition

 

Metroïdvana

Metascore : 87%

 

4. Crimson Dragon

Rail-shooter

Metascore : 55%

 

5. Strike Suit Zero

Simulation spatiale

Metascore : 67%

 

6. Super Time Force

Action shooter 2D

Metascore : 81%

 

7. Chariot

Plateforme 2D

Metascore : 75%

 

8. Völgar the Viking

Plateforme/Action 2D

Metascore : 77%

 

9. Worms Battlegrounds

Artillerie 2D

Metascore : 66%

 

10. D4 : Dark Dreams Don't Die

Aventure

Metascore : 76%

 

11. #IDARB

La 4K peut aussi avoir quelques loupés ...

Basketball humoristique

Metascore : 77%

 

12. Rayman Legends

Plateforme 2D

Metascore : 91%

 

13. Pool Nation FX

Ca en fait des boules ...

Billard simulator

Metascore :   %

 

14. Child of Light

O.J RPG

(Occidental Japan Rocket Propelled Grenade)

Metascore : 82%

 

15. Castlestorm Definitive Definition

Artillerie 2D

Metascore : 75%

 

16. Massive Chalice

Stratégie tour par tour

Metascore : 73%

 

17. Assassin's Creed IV : Drapeau Noir

Simulateur d'escalade

Metascore : 83%

 

18. So Many Me

Twin-stick shooter

Metascore : 82%

 

19. Metal Gear Solid V : Ground Zeroes

Kept you waitin' huh game

Metascore : 75%

 

20. How to survive: Storm Warning Edition

Survival

Metascore : 71%

 

21. The Deer God

Plateforme

Metascore : 52%

 

22. Tomb Raider Definitive Edition

Serial killer simulator

Metascore : 86%

 

23. Soldats Inconnus : La Grande Guerre

Aventure

Metascore : 79%

 

24. The Walking Dead : Season 1

Série intéractive

Metascore : 82%

 

25. Pneuma : Breath of Life

Puzzle-game

Metascore : 66%

 

26. Knight Squad

Action

Metascore : 71%

 

27. The Incredible Adventure of Van Helsing

 

A-RPG

Metascore : 62%

 

28. Thief

Infiltration

Metascore : 58%

 

29. Killer Instinct Season 1 Ultra Edition

Combat

Metascore : 73%

 

30. Zheros

BTA

Metascore : 57%

 

31. Hand of Fate

A-RPG

Metascore : 80%

 

32. Styx : Master of Shadow

Infiltration

Metascore : 70%

 

33. Sherlock Holmes : Crime & Punishment

Aventure

Metascore : 72%

 

34. Lords of the Fallen

A-RPG

Metascore : 70%

 

35. The Wolf Among Us

Série interactive

Metascore : 83%

 

36. Sunset Overdrive

Action-aventure

Metascore : 81%

 

37. Defense Grid 2

Tower defense

Metascore : 78%

 

38. Costume Quest 2

A-RPG

Metascore : 70%

 

39. Goat Simulator

Merde sans nom

Metascore : 55%

 

40. The Crew

Course arcade

Metascore : 62%

 

41. The Banner Saga

T-RPG

Metascore : 80%

 

42. Tumblestone

Puzzle-game

Metascore : 71%

 

43. Warriors Orochi 3 Ultimate

 

Hack&Slash

Metascore : 75%

 

44. WWE 16

 

Sport

Metascore : 72%

 

45. Earthlock : Festival of Magic

RPG

Metascore : 61%

 

46. Assassin's Creed Chronicles : China

Action-aventure

Metascore : 68%

 

47. Super Mega Baseball : Extra Innings

 

Sport

Metascore : 82%

 

48. The Escapist

Stratégie

Metascore : 73%

 

49. Super Dungeon Bros

A-RPG

Metascore : 48%

 

50. Murdered : Soul Suspect

Aventure

Metascore : 55%

 

51. Sleeping Dogs Definitive Edition

 

GTA-like bridé

(fallait bien que quelqu'un se dévoue pour la faire)

Metascore : 76%

 

52. Outlast

Survival

Metascore : 79%

 

53. World of Van Helsing : Death Trap

A-RPG

Metascore : 80%

 

54. Killer Instinct Saison 2 Ultra Edition

Combat

Metascore : 85%

 

55. Lovers in a dangerous Spacetime

Plateforme-action

Metascore : 82%

 

56. Project Cars

 

Course simulationiste

Metascore : 82%

 

57. Layers of Fear

Horreur-psychologique

Metascore : 75%

 

58. Evolve : Ultimate Edition

 

Bide

Metascore : 76%

 

59. Ryse : Son of Rome

Maximus ! Maximus ! Maximus !

(BTA)

Metascore : 60%

 

60. The Walking Dead : Season Two

Série interactive

Metascore : 81%

 

61. Giana Sisters : Twisted Dreams Director's Cut

Plateforme-puzzle

Metascore : 80%

 

62. Lara Croft and the Temple of Osiris

Aventure

Metascore : 73%

 

63. Speedrunners

 

Plateforme

Metascore : 84%

 

64. Watch Dogs

GTA-like débridé (hacking toussa ...)

Metascore : 81%

 

65. Grow Up

 

Aventure

Metascore : 72%

 

66. Runbow

Plateforme

Metascore : 82%

 

67. Slime Rancher

Simulateur de vie

Metascore : 82%

 

68. Trials Fusion

Simulateur de rage

Metascore : 80%

 

69. Forza Motorsport 5

Course simulationiste

Metascore : 79%

 

70. Oxenfree

Aventure

Metascore : 78%

 

71. Gone Home : Console Edition

Aventure

Metascore : 85%

 

72. The Turing Test

Puzzle-game

Metascore : 77%

 

73. Trackmania Turbo

Simulateur de rage (bis)

Metascore : 82%

 

74. Tales from the Borderlands

 

Série interactive

Metascore : 87%

 

75. Warhammer : The End Times - Vermintide

FPS

Metascore : 75%

 

76. Back to the future : The Game

Jeu avant que les jeux Telltale marchent bien

Metascore : 71%

 

77. The Incredible Adventure of Van Helsing II

A-RPG

Metascore : 66%

 

78. Zombi

 

Survival

Metascore : 72%

 

79. Shadow Warrior

FPS

Metascore : 74%

 

80. Assassin's Creed Chronicles : India

 

Action-aventure

Metascore : 64%

 

81. Trials of the Blood Dragon

Course arcade

Metascore : 57%

 

82. Superhot

FPS

Metascore : 83%

 

83. The Witness

Puzzle-game

Metascore : 86%

 

84. Assassin's Creed Syndicate

Action-aventure

Metascore : 78%

 

85. Super Mega Baseball 2

 

Sport

Metascore : 81%

 

86. MGS V : La menace fantôme

Chant du Cygne

Metascore : 95%

2014-2018 Time Neves, faites vos jeux Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler

Au moment d'écrire ces lignes, Visceral vient d'être fermé par le fossoyeur en chef de l'industrie : l'orgre EA. Mais rassurez-vous, pour être tout à fait honnête, juste et impartial, il en est de même pour Sony, Microsoft ou encore Take-Two. Non, finalement, seul Bethesda résiste encore et toujours à la tention malgré la recrudescence de semi-performance - on va dire ça comme ça - de ses titres orientés full ou essentiellement solo. Alors que ce passe t'il donc dans cette industrie où l'on plébiscite de plus en plus les jeux en monde ouvert et service - et alors qu'est ce que c'est quand c'est les 2 à la fois !? Le jeu solo qui raconte quelque chose a t'il encore un avenir ? J'aimerais pour éclaire tout ce mic-mac proposer 2 tableaux éloquants mettant en lumière ce qui fonctionne commercialement et ce qui ne fonctionne pas. Puis, le fond de pensée du joueur égoïstement soliste que je suis.

Ca commence à faire un beau palmarès.

Ce qui frappe avec Visceral Games, c'est que ce studio finalement plutôt jeune s'est fait un nom avec l'excellente saga survial-horrifique Dead Space venue donner un petit coup de pied dans une fourmilière qui commençait à se chercher un peu. Voir la décrépitude du studio aujourd'hui quand on pensait le plus dur passé (sortir du projet de commande certainement pas souhaité - Battlefield Hardline, en s'occupant de sa campagne - pour proposer sa vision de Star Wars) a de quoi de laisser circonspect. Alors, oui, les studios se ferment, des emplois se perdent mais d'autres poussent comme des champignons et/ou recrutent à tour de bras, sans que cela ne fasse les gros titres d'ailleurs ... Non, ce qui commence à inquiéter le fan de jeu solo et notamment narratif, c'est la résurgence d'accidents industriels, de déliquescence de studios (Epic Games obligé de rendre Fortnite gratuit pour survivre, sérieux quoi, les mecs ont pondus les Unreals Tournament, Engine et Gears putain !) ou donc les dissolutions.

Cette manie touche l'ensemble du milieu mais se personnifie aisément au travers de studios très connus et d'éditeurs encore plus identifiables. Bien entendu, tout n'est pas imputable au solo et bien souvent, c'est un genre bien particulier (ou des cas bien particuliers) qui ne font plus recettes comme antan mais tout de même. A la limite, qu'un Sony soit "obligé" de fermer un Evolution Studios après le couac monumental de #Driveclub et surtout la perte inexorable de vitesse (sic) de la licence MotorStorm passé de 4 millions de ventes pour le 1er épisode à 500 000 pour le Apocalypse sorti le même jour que le tsunami de Mars 2011, ça se comprend. Pareil pour Sony Liverpool (ancien Psygonis) puisque les jeux de courses futuristes ne font plus recette au vu de l'investissement à consentir pour les produire. Mais il y a des genres de jeux, les TPS, les FPS, les jeux d'action, d'infiltration, d'aventure, très qualitatifs qui ne se vendent pas/plus assez ou en tout cas qui ne génèrent pas assez de bif pour permettre la pérénité du studio comme de la licence. Et ça, c'est très grâve.

EA est un cas singulier parce qu'ils n'ont pas besoin des joueurs/consommateurs pour se saborder tout seul. A croire qu'ils sont à l'origine du complot ! Bon, après, ce serait trop facile de tout mettre sur le dos d'EA. Au bout d'un moment, produire un jeu, c'est des années, c'est du créatif, c'est probablement encore plus compliqué que de produire des bagnoles, et c'est aussi le produit fini qu'est capable de fournir le développeur dans le temps et les ressources imparti(e)s. Mais bon, le résultat final de Mirror's Edge Catalyst, Need For Speed 2015, Mass Effect Andromeda, Payback - et bien d'autres à venir j'imagine à l'allure où c'est parti - a de quoi faire froid dans le dos. En dehors de Dragon Age Inquisition, EA ne fait que de la merde côté solo (TitanFall2, c'est de la récup', le studio n'était pas à eux jusqu'il y a 2 jours - au moment où j'écris ces lignes) et si tel est son but pour pouvoir prouver au monde entier qu'il ne reste que les micro-transaction, lootbox, season pass et autres services, il se débrouille très bien tout seul. Le jeu solo, lui, en pâtit. Anthem, le symbole.

Square Enix est un cas très intéressant. Depuis le rachat de Crystal Dynamics et/puis d'Eidos, Square s'est dôté d'un arsenal de licences et d'un catalogue occidental riches. Et on ne peut daignement pas dire que les dernières productions solos occiendatales de la firme sont mauvaises. Bien au contraire ! Deus Ex Human Revolution, Hitman Absolution, Hitman Série Episodique, Tomb Raider, Rise of the Tomb Raider, Deus Ex Mankind Divided, Life is Strange, chacun de ces jeux a su trouvé l'écho qu'il méritait que ce soit auprès de la presse ou du public. Et pourtant, les chiffres de ventes et surtout d'affaires ne semblent jamais assez hauts (sérieux, 6 millions à l'époque pour le reboot de Tomb Raider, c'est pas assez !!??) pour générer assez de cashs et rassurer les décideurs/investisseurs sur le modèle économique et éditorial emprunté. Le cas Square Enix est donc clairement le cas qui fait chier. L'aveu de faiblesse d'un public qui se détourne lentement mais surement des grands noms d'antan (pourtant revenu sous leurs meilleurs hospices) pour aller fouiner du côté du multi, du cinématographie, ou que ne sais je encore.

Vient maintenant le cas Bethesda. Ressemblant étrangement à celui de Square Enix. Des productions d'une qualité indéniable, des ventes d'une teneur misérable. Etrangement, Dishonored, TheEvilWithin, Wolfenstein semblent s'être tous assez bien vendu pour ne pas stoper le développement de leur suite. Pourtant, à la lumière des chartz, qu'il s'agisse de l'excellent Prey, de Dishonored 2, ou de TheEvilWithin2, les joueurs semblent les avoir boudé au vu des baisses de prix mirobolantes quelques semaines (et pas 50) après leur sortie. J'en veux pour preuve les honteux achats de votre serviteur auprès d'un revendeur localisé en Amazonie. 10 euros le Deus Ex (je sais, c'est Square mais c'est pareil), 13¤ le Dishonored 2. J'ai même pas encore regardé pour Prey mais je suis sûr qu'on me file 10¤ pour le prendre. Et faire de la place dans le hangar pour des amibos qui eux se vendent. Pour l'instant, il est difficile de connaitre les plans de Bethesda concernant ce type de jeux. Seuls les annonces des prochains mois nous éclaireront mais même si la société profite de 2 licences aux ventes juteuses bien que solistes : Fallout et TheElderScrolls, j'ai beaucoup de mal à imaginer les dizaines de millions toujours consenti à être investi pour des projets n'atteignant même pas le seuil de rentabilité. Alors la profitabilité ...

Puis, de l'autre côté, il y a les jeux solos qui marchent. Toujours difficile d'énoncer des généralités, des vérités à partir d'une somme de cas particuliers mais difficile de ne pas déceler en les attributs cinématographiques et ouverts deux gages supplémentaires de succès dans la sphère des jeux solo. Alors oui, il y a bien les exceptions qui confirment la règle comme Ryse, The Order, Quantum Break ou Dark Souls (pour des raisons complètement différentes des 3 pré-cités pour le coup) mais à voir les ventes des Assassin's Creed, Witcher 3, Uncharted, Last of Us, Horizon, Zelda, voire même Mario, la question devient légitime. Faut-il en faire des caisses sur les effets visuels ou les véllités de grandeurs/explorations/liberté totale de mouvement pour toucher le public vidéoludique aujourd'hui ? C'est une question ouverte dont je n'ai pas la réponse. Mais l'accentuation sur la cinématographie des productions PlayStation passées et à venir semble fonctionner quand le mondouverdoïsme (je sais, c'est moche) des autres marchent du tonnerre pour peu que le gigantisme et la majestuosité soit au rendez-vous.

Je veux dire, finalement, TheWitcher est passé de la structure linéraire à monde ouvert, il en est allé de même pour Metal Gear Solid, TheLegendofZelda, des studios sont passés de projets exclusivement linéaire à solo comme Guerrila Games en migrant de Killzone à Horizon. Insomniac Games aussi avec Spiderman alors qu'ils faisaient du Ratchet&Clank ou Resistance auparavant (se sont fait la main avec Sunset Overdrive aussi). Final Fantasy XIII était juste un gros couloir étiré comme un Hollywood Chewing Gum quand le Versus XIII s'est mue en open bar pour la fraicheur de vivre. Bref, c'est une claire tendance depuis le début de cette gen, une tendance qui paie puisque tous ces titres se sont offerts une seconde jeunesse et ont bien souvent pulvérisés leur score. Alors finalement, n'est-ce pas une suite logique, un déclin d'un côté, un essor de l'autre. Un cycle en remplace un autre. Et roullez jeunesse. Eh bien non. J'ai la solution pour que tout le monde puisse y trouver son compte sans remplir des centaines de milliers de quêtes fédex et soulever des milliards de fois les mêmes pierres pour tenter de trouver le loot salvateur qui va changer votre vie comme quand tu gagnes jamais à EuroMillion. Ca s'appelle le tout-démat' et c'est mon prochain sujet de fond. Parce que y a pas de raison que les DLCs, ça ne soit que pour les éditeurs en mal d'argents. Moi aussi, je suis en mal de clique.

2014-2016 Time Neves, Ce sera donc un NIET catégorique Reserved.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler

Cinématographie, le jeu vidéo va-t-il trop loin ?

Les forums de discussion sur les jeux vidéo auront au moins eu le mérite de me faire prendre conscience qu’il existe absolument tous les types de joueurs. Je ne les fréquente plus vraiment mais il y a ceux qui apprécie fortement ces moments détentes où l’on apprécie une belle réalisation, ceux qui en profitent pour les passer si possible ou alors pour aller tondre la pelouse le cas échant ; et ceux qui s’en foutent qu’il y en ait ou non. Je pense que je fais partie de la première catégorie. J’ai toujours apprécié les cinématiques dans un jeu vidéo, une belle sucrerie pour ma part. Cependant, peu à peu je sens que je penche de plus en plus vers la dernière catégorie. Ce que je ne supporte plus aujourd’hui, c’est surtout la CGi et le décalage monstrueux qu’elle induit par rapport aux phases de gameplay qui ne peuvent pas être du niveau pré calculé par des batteries d’ordinateurs.

Depuis le « sans transition » que j'ai personnellement découvert lors de mon run du premier Uncharted, je ne supporte que très difficilement le CGi/gameplay/CGi et ainsi de suite. Donc FFXIII, je t’aime bien mais ça fait mal aux yeux à chaque fois de revenir sur Terre. Coccoon plutôt. Et avec des jeux comme Bioshock, Borderlands, Batman Arkham ou les Souls qui restent des jeux « à histoire » (pour contraster avec des jeux de course par exemple ou de versus combat)  se permettant le luxe de s’affranchir de cinématiques pour distiller leur propos formidablement ou suffisamment selon le titre considéré, je deviens de moins en moins cinématiquo-dépendant. Même si dans le même temps, je reste convaincu qu’il s’agit du moyen le plus clair et efficace d’emporter le joueur loin dans le trip.

 

I Non

II Oui

III Conclusion

 

 

I Oui

 

Oui, trop, c’est trop. Le jeu vidéo doit se raconter par ses ficelles, ses codes, son langage, sa grammaire. Il doit arrêter de puiser si ce n’est pas pomper dans le 7ème Art et s’exprimer par lui-même. Ok, c’est beau, ok, ça fonctionne, mais il est temps de s’émanciper et d’introniser Bioshock comme le Citizen Kane du jeu vidéo et interdire le recours de la cinématique par les développeurs. Il faut que cet amendement constitue le fondement de la nouvelle Constitution du Jeu Vidéo à paraître dans vos kiosques à journeaux la semaine prochaine. Les 3 seules cinématiques de Bioshock ne sont-elles pas la preuve de l’intelligence d’un système affranchi du procédé. Une d’ouverture pour poser l’univers, l’aventure et l’intrigue. Une pour la fermer à la fin selon le choix final opéré par le joueur nous permettant de mesurer les conséquences de nos actes. Et enfin une au 2/3 du jeu, au turning point de celui-ci, à l’énonciation de la morale de toute cette épreuve.

En dehors de ça il ne se passe rien dans Bioshock, rien n’évolue. Que dalle ! Les évènements passés de la Cité immergée, le joueur les découvrent via les voxopohnes, les journaux auditifs. Au présent, les péripéties surviennent à la gueule du joueur soit par contact radio avec les différents protagonistes qu’ils rencontrent au cours de son épopée, soit directement par l’occurrence dynamique ou statique d’éléments narratifs. Quand un sas se ferme, qu’un gaz mortel s’échappe et qu’il faut s’en sortir vivant de préférence, c’est l’histoire qui poursuit son petit bonhomme de chemin. Quand les différents décors et lieux arpentés de Rapture affichent des marques de phénomènes terminés ou encore en cours (le nouvel an 1959, la flamboyance des fontaines/statues/escaliers, la décadence du mobilier comme de l’immobilier, etc.), ça raconte, ça dit, ça s’interprête.

Puis bon, autant dans Gears, dans Halo, dans GoW, dans Uncharted, dans The Order 1886, on joue un peu (parfois on tient même plus la manette qu’on ne la lâche), on peut au moins se mentir en se disant qu’on contrôle bel et bien l’avatar mais ça dépasse les bornes quand on en arrive à la catégorie du film interactif. Je veux dire, on est privé de notre droit le plus stricte : le contrôle du personnage nous ait enlevé pour réduire l’interaction à son expression la plus minime : « appuie sur ci, appuie sur ça », c’est bon, on n’est pas en gériatrie ! Désolé mais ce n’est plus du jeu vidéo à ce niveau-là. Déjà que la narration qui doit aller puiser dans celle du cinoch pour se donner de la valeur, ça fait mal à l’égo de notre medium qui ne s’assume pas entièrement, mais si en plus elle mène à l’inutilité du cerveau pendant les phases « jouables », c’est le pompon. Il faut savoir raison gardé et conserver l’interactivité comme leitmotiv de toute production et ne pas trop s’appesantir sur une limitation de celle-ci.

De plus, les jeux qui se racontent sans cinématiques sont légions : Bioshock, inFamous, Batman, Borderlands, LBP, Mario, DK, Mirror’s Edge, TES Skyrim, Fallout et j’en oublie des tonnes parce que soit j’y joue pas/je n’y ai pas encore joué, ou soit je n’y pense pas. J’exclu tout de même les plateformers 2D, les vs fighting, les jeux de courses parce qu’il faut tout de même un minimum qu’il y ait une intrigue, un propos pour justifier la question du recours à la cinématique ou non. Je ne vais pas décortiquer tous les cas de figure de jeu n’usant pas de la cinématique et distillant pourtant une histoire forte. Un cas que j’aime particulièrement tant pour la différenciation singulière que la réussite de l’ensemble, c’est inFamous premier du nom. Une intrigue simple et motivante (la métasphère, les Premiers Fils, l’infiltration d’un « agent du Fbi » au sein de l’organisation millénaire, le rôle de Cole McGrawth dans tout ça, la lutte de pouvoir au sein de la société secrète, etc.) propulsée par des tableaux dynamiques du plus bel effet graphique racontant les évènements avec la voix de Cole en narrateur. Double casquette puisque c’est aussi le héros du jeu, du coup, ça se ressent dans la façon très spécial de raconter ce qui se passe mais aussi ses questionnements et appréhensions constantes.

 

 

II Non

 

Ouaip mais tout ce que fait Bisohock, d’autres le faisaient avant et les jeux blindés de cinématiques l’ont intégrés depuis fort longtemps du coup, ça sert à rien de râler comme des vieux cons.

Et puis, on ne peut pas comparer les cinématiques disséminées le long de l’aventure avec un film, ce n'est pas aussi simple que ça. Généralement, les jeux incorporent des cinématiques afin de poser les propos de temps à autre. Il ne s'agit pas de singer le cinéma', il s'agit surtout de mettre en oeuvre un procédé efficace pour capter l'attention du joueur, peu importe la forme qu'il prend. Et au même titre que les bulles de BD à la Max Payne, les journeaux audio à la Bioshock, les tableaux stylisés dynamiques à la inFamous, les cinématiques sont un recours à même de satisfaire la fonction attendue. C'est avant tout ce ce qu'on fait de la cinématique et comment on l'a façonne qui importe et dicte son résultat et donc sa légitimité. Il est par exemple intéressant de voir l'évolution de cette mécanique à travers plusieurs épisodes d'une même licence.

Je pense notamment à Assassin's Creed, l'évolution est significative entre le premier épisode et le dernier en date. Oui, il aura fallu 10 ans mais l'évolution crescendo et le rapport différent à l'outil est palpable. Autre cas, radicalement différent, la série Metal Gear Solid. Je ne parlerai que du Guns of the Patriots puisque c’est mon seul arpenté. Est-ce que les cinématiques « Kojima-style » ont quelque chose à voir avec ce qui se fait dans le cinoch ? Niet. Tout est très spé, façonné au bon vouloir de la légende, des plans au mixage son en passant par les ralentis et la patte inimitable de l'équipe de Kojima. La preuve que l’outil cinématique, on en fait ce qu’on veut. On veut du pur cinoch qui marche bien, mocap, on y va. On veut quelque chose de très personnel, mocap, on y va ! Réalisation et post-traitement adapté à chacun des cas.

La cinématique n’est pas l’outil du mal, tout dépend de ce qu’on en fait. La preuve avec la série Far Cry qui prouve qu’en ne changeant absolument pas la direction de la réalisation (le jeu est un FPS et les cinématiques sont en vue FPS depuis la même vue du personnage incarné), on peut habilement prendre à son compte les codes de la cinématique pour se l’approprier et atteindre une personnification vidéo ludique cohérente du procédé.

 

 

III Concusion

 

Certains ne remettront pas en cause le procédé cinématique mais carrément l’intérêt des histoires dans le jeu vidéo. Sujet intéressant mais dans la mesure où il est hors-jeu pour ce post, il sera l’objet d’un prochain article-débat. Par contre, si un jour, la Bien Pensante arrive à faire ratifier une convention interdisant les cinématiques, j'arrête le jeu vidéo. Vous n'aurez pas ma scène de la douche.

 

2014-2018 Time Neves, La cinématique, une affaire de gout Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Je vous demande de vous arrêter (Jeu vidéo)

Remarquez l'exquis clin d'oeil entre le titre et l'illustration.

Le jeu vidéo, si violent que ça ? La question mérite d’être posée. A l’heure où on apprend à nos enfants à sauter sur des koopas ou encore cisailler des feuilles avec une épée saisie par la main gauche, il y a de quoi se poser des questions. Et l’incivilité sur la route on en parle avec toutes ces peaux de banane. Intolérable. Et pour le parent que je ne suis pas, je m’inquiète pour le futur équilibre mental des progénitures des autres. On est dans un pays libre non !? J’ai encore le droit de me poser les questions essentielles que tout le monde esquive d’un revers de médaille. Il ne va pas s’agir de nier le taux de violence que comporte chaque création artistique du milieu mais de s’interroger sur la place de la violence dans les jeux vidéo, son importance et de se poser LA question : peut-on vivre sans nucléaire, sans pétrole et donc sans violence. Mais j’en resterais au jeu pour ce dernier et je vous enjoins à mater C’est dans l’air pour les deux sujets précédents. Chacun à sa place.

 

I Non

II Oui

III Conclusion

 

 

I Non

 

En fait, ce qui m’a toujours choqué, c’est qu’on interdise à un enfant de 12 ans de jouer à GTA sous prétexte qu’il y a des meurtres et des putes dedans. Et 2 ou 3 rails de coke par-ci par-là sur la table basse. Ça va, c’est bon, y a pas de quoi en faire tout un plat. Je fis parti de cette caste-là. Bien aidé par le fait que mes parents ne se soient jamais vraiment intéressé à partir d’un âge relativement tôt (je dirais 10 ans) à ce à quoi je jouais. Du coup, si y avait eu Dead or Alive XTrem Plaizir Intens 48 à l’époque, vous pouvez être sûr que je ne l’aurais pas pris. Question de respect de soi. Mais j’ai pu jouer à GTA Vice City alors que je n’étais qu’en 6ème. Ou 5ème. C’était en 2003 ou 2004. Et oui, on peut couper des têtes avec un katana, c’est cool et gore le geyser de sang mais bon, c’est comme Kill Bill (sorti à la même époque), ça fait à la fois très vrai mais on sait pertinemment que c’est pour de faux. Puis on est déjà tous des meurtriers en puissance. Regardez, moi par exemple, j’ai dû écrabouiller 54 000 moustiques depuis mes débuts sur Terre. Mais vous aussi, faites pas genre. Alors pourquoi vous faites vos saintes-nitouche !!??

En fait, ce qui me lançait pantois, c’est que les parents d’un ami étaient farouchement contre la pratique du GTA avant l’indication du PEGI. On a le même âge. J’ai toujours trouvé ça un brin vieux jeu et dépassé de respecter à ce point-là les règles et conseils. Pendant ce temps-là, on a accès aux infos comme nos parents à 20h et on sait déjà très bien que le monde est bien pourri jusqu’à l’os. Alors, pour une ou deux putes de plus, on ne devrait pas tant faire les maniaques. Je vois qu’il y en a certains qui ne me prennent toujours pas au sérieux. Pourquoi attendre 15 ans quand on est déjà prêt à 8 ? A quoi bon patienter autant de temps alors qu’on connait déjà plus de gros mot que le jeu peut en mettre. Quelle hypocrisie. Maintenant je dis ça, jamais mes gosses toucheront à GTA avant d’avoir 21 ans. Parce que GTA a franchi une limite de l’irrévérencieux en permettant les relations sexuelles tarifées avec le IV. La goutte d’eau. Autant poser des bombes à 8 ans, ça se conçoit, autant, ça, non.

Ça c’était pour le sang d’encre que se font certains parents alors que les gosses se traumatisaient très bien tout seul en piquant la disquette du RE à leur grand frère à l’époque HEIN. Ils n’ont pas besoin de vous, ils le font très bien tout seul. Mais plus globalement, je ne me souviens pas avoir été choqué par la violence d’un jeu, ni en tant que spectateur ni en tant qu’acteur. Je n’ai pas joué à tous les jeux de la Terre et je ne joue pas à des jeux d’horreur. Je vais me mettre à Dead Space, RE et Evil Within mais y a pire dans le genre. Même les scènes polémiques de Call of où on tire sur la foule dans le second notamment, je n’ai pas été offusqué outre mesure. Ce qui m’offusque, c’est qu’on puisse le faire IRL. Et c’est le sport n°1 des hommes depuis la nuit des temps – bien loin devant le football – la cruauté je veux dire.

En réalité, la seule scène qui a dépassé les limites me provient du cinéma. Il s’agit de la scène d’un film pas forcément hyper mega connu (The Killer inside me) où l’on voit clairement Casey Afflect « arranger » le minois de Jessica Alba. Et par « arranger », vous comprenez où je veux en venir. On pourrait effectivement en rester aux félicitations des maquilleurs mais voir la gueule d’Alba se cabosser un palier de plus à chaque dérouillé du bonhomme, ce fut la première fois où je détournais et crispais mes yeux tellement c’était vraisemblable. Ça m’a tellement dégouté que j'ai dû allumer dans la foulée un épisode de Bonne nuit les petits pour me refaire une santé. Et encore, ça n'a pas suffit, du coup j'ai enchainé sur Oui-Oui et après je me suis senti mieux. Ce jour-là, j’ai compris qu’on pouvait être choqué par une représentation factice de la réalité bien mise en scène. Pour moi, le jeu vidéo est encore loin de ça, ne serait-ce que dans la représentation des scènes – en l’occurrence ici, le procédé de laisser la caméra sur la victime et voir le coup partir de derrière avec l’état mortifère toujours plus proche à chaque balancée, ça me glace encore le sang. Et il y a la barrière lié à l’Uncany Valley même si ça doit être possible de franchir les bornes des limites si on si prend « bien ».

 

 

II Oui

 

Evidemment que si. Le fonds de commerce du jeu vidéo a toujours gravité, tourné de la violence. Taper dans une balle avec une raquette, c’est déjà de la violence. Être vivant ou non. Alors, réaliser des génocides dans bon nombre d’entre eux … Même la tôle froissé dans tous ces jeux de course où l’on s’appuie sur son adversaire et fais le fou du volant pour gagner, c’est de la violence. C’est indissociable, le jeu vidéo est violent, la violence est jeu vidéo. Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les politiques. Et comment leur donner tort, je pense que je ne fais aucun mal quand je joue à un plateformer sauf que j’élimine des ennemis en les baffant ou je m’extirpe de piège mortel comme des précipices ou des scies à métaux. Bref, stop, arrêtez de nier l’évidence.

Pourtant, il doit bien y avoir des jeux garantis sans violence. Les partys game peut-être, et encore le Monopoly, c’est du sérieux, ça peut dégénérer. Myst ? Les Point&Click ? Les Layton ? Même les jeux de sport sont violents. Reste des titres hors-jeux comme La Maison du Style ou Art Academy ou les jeux musicaux. Le truc, c’est que la violence est un moteur. Une locomotive qui guide les wagons que nous sommes nous joueurs. Le culte de la violence ? Probablement puisque celle-ci se décline sous différentes formes, différents systèmes, à la première personne, à la troisième, à emporter comme à consommer sur place, sur des pins ou en macaron. Un tacle dans Fifa ? Violent. Un cambo dans Devil May Cry ? Violent. La frousse dans PT ? Violent. Une banane à Mario Kart ? Insécurité routière. Je pense même qu’il doit y avoir de la violence dans Tearaway, un jeu qui a pourtant l’air de tout faire pour éviter de s’en prévaloir. Même Heavy Rain, c’est violent, on n’a pas de flingue, de couteaux ou de tournevis pour dire bonjour aux gens mais le propos est violent et certaines péripéties aussi. The Witness ? Journey ?

Mais si cette violence est si présente, elle ne l’est pas tant pour satisfaire la soif de défoulement mais pour permettre l’interaction du joueur avec le programme informatique. De Space Invaders à Gears 4, il s’agit surtout du moyen le plus simple d’impliquer le joueur avec le logiciel concocté. Pourquoi s’emmerder à mettre une pièce sur la borne arcade pour devoir réfléchir. Non, ce qu’on veut, c’est relever le défi instantanément sans devoir apprendre ou faire tourner sa cervelle autrement que pour affiner ses réflexes et sa stratégie. Si on enlève toute la partie « meurtre » ou « élimination » des ennemis dans les jeux vidéo, que reste-t-il ? Des phases de puzzle, de plateforme, de l’exploration, de la recherche ? Très bien, certains jeux se basent uniquement sur l’une ou l’autre de ces mécaniques mais aurait-on la même flamme pour le médium ? La violence est donc nécessaire et même si elle est évidemment proéminente, elle se justifie pleinement.

L’offre existe parce que même si on est tous très sages dans nos canapés, on veut se défouler, on veut se confronter face au danger virtuel puisque la sédentarité nous prive de combat épique contre les Mammouths IRL. Le processus d’élimination requiert quelques qualités qu’il est bon ton de développer pour notre bien-être (réflexion avant action, reflexe, dextérité, etc.) et les éléments rétributifs ne sont pas en reste. La satisfaction de poursuivre l’aventure, de terrasser Goliath tel un David, d’avoir vu son plan se mettre parfaitement à exécution ou avoir improvisé lorsque les choses tournaient mal. Tirer ou frapper, dans un jeu vidéo, cela va bien plus loin que la simple action sur la touche, il y a un avant et un après. Bien sûr c’est vrai pour la plateforme ou l’énigme mais c’est apparemment le combat qui plait le plus, à en croire l’orientation très violenteresque des jeux vidéo depuis ses débuts il y a 60 ans. La demande est forte. L’offre lui répond. La loi du marché.

 

 

III Concusion

 

Vous l’imaginez bien, il est très difficile de trancher dans une direction ou dans une autre. Le jeu vidéo est violent oui. Ça ferait presque peur de se dire que 95% de la production comporte des éléments de violence (même Ico, SoTC et TLG, rendez-vous compte !) évidents mais l’affrontement revêt bien plus de sens que celui primaire d’un vainqueur et d’un vaincu. Violent, oui. Si violent que ça ? Bof. On est encore loin de la violence choc, celle des annonces de la Sécurité Routière notamment (même si la démarche est justement de choquer pour dégouter d’opter le comportement menant à ce genre de résultat) donc j’aurais tendance à ne pas m’indigner outre mesure.

Maintenant, oui, à la question, faut-il confiner les joueurs de moins de 10 ans aux seuls titres « enfantins », je ne sais pas. Vigilante8 est-il trop violent pour le gosse de 8-9 ans que j’étais alors que le principe est de combattre sur des maps avec des véhicules armés jusqu’aux dents. Je ne crois pas. Faut-il se la jouer à l’Australienne ou à l’Allemande sur le sujet à la simple vu du sang ? On sort des limites du sujet et dans la mesure où je ne tiens pas à finir en hors-sujet, ce sera l’objet d’une prochaine polémique. D’un prochain débat pardon. Bon je tranche, le jeu vidéo si violent que ça ? Pour moi, non. Je ne suis même pas sûr qu’on puisse être choqué de ce qu’on voit dans Call Of ou Dishonored à 6 ans, c’est vous dire mon sentiment sur le sujet. M’enfin, je vais encore me faire traiter de fou par trois associations de parents hyper protecteur. Vous inquiétez pas, ils la perdront leur innocence ; je doute que ce soit via le jeu vidéo, c’est tout. Transmission terminée.

 

1914-1918 Time Neves, à vous de tranchée Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Je vous demande de vous arrêter (Jeu vidéo)

Parce qu'il n'y a aucune raison qui justifierait que je ne vous donne pas mon propre avis sur le PS+ (PS4 en l'occurrence, laissons les cas de la PS3 et de la PSVita de côté voulez-vous), je compte bien vous le donner ! - Mais t'as jamais souscrit au PS+ de ta vie !! - Ta gueule, chenapan. Ils ne sont pas censés le savoir ... Oui, donc, j'observe un peu comme tout le monde les tenants (50 puis 60¤ par an) et les aboutissants (jeu en ligne, sauvegardes sur le nuage, réductions supplémentaires et bien sûr jeux "offerts" mensuellement) du service de Sony depuis sa promulgation en 2011 et plus particulièrement depuis la sortie de la PS4 à la fin 2013. Et oui, vous pouvez faire semblant de vous étouffer, reste que j'ai bien un avis sur la question. Et vous allez bien devoir compter avec celui-ci, n'ayant pas l'intention de me taire. Bien au contraire Vlad !

 


Parce que c'est bien connu, seul mon avis compte.

 

 I Oui

 

Oui, le PS+ PS4 vaut son pesant de cacahuètes. Alors on pourra toujours rouspéter sur le fait que le service en ligne de la PS3 était gratuit (moi, le premier d'ailleurs - alors que je ne l'ai utilisé que pour jouer avec des inconnus et étrangers à LittleBigPlanet en 2016 en plus lol XPDR trop drôle t'as vu), n'empêche maintenant il est payant. Ca, c'est de l'argument. Alors, il est tout à fait normal d'exiger un service efficace et fonctionnel dès lors qu'on paie. La première motivation pour s'abonner au PS+ est celle de pouvoir jouer en ligne avec/contre les copains ou des joueurs qui savent jouer le cas échéant. Le PSN n'était pas très réputé dans sa forme PS3 avec une lenteur incroyable pour afficher le PS Store et de nombreuses déconnexions et maintenances. L'itération semble moins souffrir de ces maux à travers les forums depuis 4 ans même s'il semble être bel et bien toujours campé à la seconde place derrière l'infatigable Xbox Live de la concurrence.

 

En principe, il y a du mieux et il s'agit de la raison invoquée par Sony en catimini à l'issu de l'E3 'ippon' de 2013 pour justifier l'abonnement payant requis pour jouir du jeu en ligne. Une infrastructure en principe carrée. Chacun jugera en fonction de son expérience et de son ressenti global. En sachant que certains peuvent être affectés quand d'autres ne le sont pas pour d'obscures raisons. Le sujet du jeu en ligne évacué, concentrons-nous sur les avantages prônés voulez-vous. Le PS+ permet de bénéficier de 10 Go d'espace de stockage de données sauvegardées pour reprendre une partie ou bon nous semble ; en se connectant bien entendu avec nos propres identifiants chez un ami, sur la PS4 de campagne (comme une maison de campagne mais pour une PS4. Etiez pas au courant ?) ou bien chez Papy qui joue mieux que vous à CoD, probablement. Fonctionnalité toujours sympathique même si ne constituant pas le facteur décisif d'achat/abonnement.

 

 

Plus intéressant, sont les différentes remises supplémentaires dont jouissent les abonné.e.s (écriture inclusive :o - succès débloqué : "rameutez le débat sale dans la partie commentaire de votre post") PS+. Très difficile d'évaluer à quel point les joueurs s'y retrouvent puisque logiquement, ce genre de mesures participe à l'envie, au besoin de consommer. Comme les soldes Steam ou PlayStation d'ailleurs. Mais faire fi de 20% sur tel jeu, puis celui-ci, puis celui-là, lorsqu'on se doit déjà d'avoir le PS+ pour d'autres raisons (jeu en ligne, jeux "offerts"), c'est comme l'espace de stockage sur le nuage, ça ne peut pas faire de mal. Dans la mesure où l'on acquière des jeux non pas parce qu'ils sont peu chers mais parce qu'on les a dans le coin du viseur depuis un bon petit moment et que l'opportunité se présente.

 

Vient ensuite la partie préférée des enfants : les cadeaux ! Eh oui, le PS+, c'en est lui l'inventeur, ce sont les jeux "offerts" avant tout. C'est comme cela qu'on le perçoit. Terme galvaudé d'ailleurs, pour signifier que le joueur n'a pas à débourser un centime de plus pour jouir des jeux mis à disposition sur sa collection de jeu instantanée. Un truc sympa à tout de suite rappeler sur le fonctionnement du bidule : un joueur abonné au PS+ - peut - compiler bien plus de jeux que ceux présents dans le panier des jeux instantanés. Ces derniers vont et viennent et restent pour l'écrasante majorité un mois dans le panier - téléchargeable à l'envie par les souscripteurs du service - avant d'être remplacé par d'autres jeux. Sauf que. Car il y a un sauf. Celui qui a un disque dur à immense capacité ou qui télécharge le jeu sans l'installer sur son disque pour préserver de la place peut jouer à tous ces jeux sans s'y voir restreindre l'accès tant qu'il est abonné. En résulte une profusion assez phénoménale de jeux à jouer. Et surtout à tester. Puisque par définition, des jeux mis à disposition, donc qu'on ne choisit pas. Le PS+ est donc une formidable manière de tester des jeux qu'on n'achèterait probablement même pas à 5¤. Parce que nous sommes comme ça, nous, humains. Enfin vous. Puisque cela va de soi que je ne suis pas humain. Ca se saurait.

 

On peut donc souscrire au PS+, télécharger les jeux, se désengager pour raison X ou Y, se réabonner et rebénéficier des jeux toujours présents dans l'historique de téléchargement, pratique quand on a pas le temps sur le moment de faire tous les jeux, entre les curiosités fournies par le PS+ et les titres qu'on achète 250¤ parce que version collector ultime avec la statue en bronze de 42 tonnes tu comprends. Et 250 heures de jeu en mode facile accessoirement. Gouter, faire confiance à une sélection restreinte choisie pour nous (sans en arriver à ne pas pouvoir jouer à ses 300 jeux Steam achetés en à peine 3 vagues de soldes ravageresques), des titres passés sous le radar, moins tapageurs que les habituels AAA ou indés bien marketés par leur société de distribution respective. Le PS+ trouve selon moi parfaitement sa place à côté des jeux qu'on a tous en chacun de nous déjà identifié - parfois des années à l'avance - le plein potentiel. On parle de télévision de ratrappage. J'invoque le jeu vidéo de rattrapage. D'ailleurs, même Sony le dit sur son flyer PS+ : "retrouvez les jeux que vous avez manqué".

 

 

 

 II Non

 

Oui mais non mon petit Neves, nous, ce qu'on veut, c'est un Live gratuit, sans panne et la ludothèque entière de la PS4 gratuite et en avance ! Nan mais moi aussi, mais on n'est pas encore au Paradis. Vanessa. En attendant, on va donc devoir faire avec les règles en vigueur - certes un peu entravantes, j'en suis bien conscient, j'ai des yeux comme vous - mais de bonne foi en principe. Non, le PS+ est une arnaque. Il est encore trop souvent en maintenance. Il vient d'augmenter de prix de 10¤, soit une substantielle inflation de 20% pour quoi en contrepartie ? Que dalle. La quantité de couilles en tout genre subies par les ayants-droit (et c'est le terme le moins familier que j'ai trouvé dans mon dictionnaire propriétaire) est encore ouffissime et alors que dire des jeux balancés à la gueule de joueur ... 87% de jeux indés avec certes du bon et reconnu comme tel pour qui suit un tant soit peu le milieu de près, m'enfin : où sont les gros jeux ?

 

C'est un petit peu le problème du PS+ PS4. On peut clairement râler sur le cas des gros jeux. Parce que les jeux indés, c'est très bien. Mais c'est un certain format aussi. Ce ne sont ni les mêmes ressources mises dans la bataille, ni les mêmes structures, ni les mêmes règles, ni les mêmes façons de jouer, ni le même rendu à l'écran. Et je vous rejoins complètement. J'ai une aversion pour les jeux indés à l'ancienne, je ne suis sensible qu'aux titres - attention guillemet - "poétiques" à la Journey ou façon "AAA" à la TheWalkingDead et les TellTale Games en général ou encore Trine. Je reconnais totalement la ribambelle de jeux dont les réputations ne sont plus à faire comme Hotline Miami, Guacamelee, Braid, SuperMeatBoy, TheBindingofIsaac, Spelunky, je pense et des meilleurs tellement il y en a mais bordel quoi. J'ai été biberonné aux AAA - je sais que c'est mal de dire ça, je suis en voie de repentance, mais le processus prend du temps - et j'ai démarré à la PlayStation donc les trips old-school années 80/90 ambiance PC ou console de l'époque, ça ne me fait rien, mais alors rien du tout. Question de gout, de sensibilité.

 

La PS3 jouissait de bien plus de titres AAA en grande partie parce qu'il fallait pour Sony redorer le blason de la division PlayStation après le hack de Mars 1911. Et aussi parce que forte de 4 années de carrière en Europe (plus encore sur les autres territoires), la PS3 clamait en son sein des tonnes de AAA maisons ou partenaires déjà bien rentabilisés et "facilement" présentables sur le PS+. La PS4 commence d'ailleurs doucement 4 ans aussi après sa promulgation à octroyer l'abonné PS+ de titres AAA dégoulinant de pixels enchanteurs avec de l'Until Dawn, du Just Cause 3, du Infamous Second Son ou tout récemment du Metal Gear Solid V : The Phantom Pain. La pénurie d'AAA est à la fois compréhensible et difficile à avaler pour beaucoup de joueur se fichant éperdument de "petits jeux" (sur le papier seulement, entendons-nous bien), las de ne voir aucun titre AAA récurent être affublé du macaron "Instant Game Collection". Et franchement, je les comprends. Ces joueurs qui subissent le déséquilibrage ont le sentiment légitime de ne payer que pour la partie en ligne. Vous avez déjà croisé un gosse content de ne voir aucun cadeau à son nom sous le sapin le soir de Noël vous ?

 

 

Conclusion

 

Je ne saurais me positionner pour ou contre le PS+ efficacement, n'ayant jamais souscris à la proposition de Sony. Et ne comptant jamais souscrire au service en ligne pour des raisons évidentes : je suis un gros connard de joueur solo complètement asocial de ce point de vu là. C'est tout juste si j'ai laissé mon bro jouer avec moi en co-op sur Resistance premier du nom (très sympa au demeurant ; tellement sympa qu'on a en fait refait la campagne dans la foulée ^^). Maintenant, je comprends ou en tout cas, j'imagine bien le gain de pouvoir jouer en multi en ligne quand on adore ça. Et rien que de ce point de vu là, qu'est ce que 60¤ sur 12 mois ? 5¤/mois pour jouer en ligne et accessoirement tester et peut-être aimer de bonnes surprises sortis d'un catalogue indépendant tellement conséquent qu'il en devient difficile d'y soi-même faire le tri. Tournure de phrase alambiquée. Ca semble acceptable dans le fond.

 

C'est certain que pour moi, payer sur quoi ... 4/5/6/7 ans, 60¤, ça me semble ubuesque. 420¤, même sur 7 ans, ça en fait une petite somme pour ma petite retraite de ma petite vie dans mon petit appart' avec mon petit garage et ma petite Porsche V8 Bi-turbo suralimentée par un compresseur atmosphérique à double détendeur 16 soupapes autopilotées. Mais ce sera peanuts pour le gros joueur en ligne au vu du nombre d'heures passées multipliées par le plaisir procurée par chacune des parties lancées sur d'innombrables jeux tous aussi singuliers dans leur expérience les uns que les autres. Et finalement, même si on écartait le jeu en ligne sous prétexte que je n'en ai rien à carrer, il resterait tout de même les jeux de la collection instantanée. A raison de 140 jeux en 4 ans approximativement, et au cout de 50¤ par an entre 2013 et 2017, ça fait 140 jeux pour 200¤ - pour qui répond présent depuis le début du service sur PS4, n'est-ce pas Mangouste ^^.

 

Soit 1,42¤ par jeu joué. Un montant imbattable. Même Steam n'y peut rien. Alors ok, on ne possède pas son jeu mais qui a le temps de faire son jeu une seconde fois ? A ce jeu-là, autant consentir l'investissement du titre en question et voir le PS+ comme une première mise en bouche. Un essai, une validation de l'investissement pour les quelques jeux dont on ne saurait plus se passer sur le long terme. Puis bon, tant qu'on souscrit, on peut jouer au jeu. C'est le principe de l'abonnement. Pareil pour Netflix, Canal+, etc. Maintenant, vous allez me dire que mon 1,42¤ ne tient pas parce que le nombre de jeux vraiment retenus par les joueurs est indéterminable puisqu'il y en a autant que de souscripteur du service. Faisant de facto augmenter le cout de revient du service par jeu. Eh bien, vous aurez raison, et sachez que je vous emmerde. En fait, le PS+, c'est un peu comme les restos asiatiques, il ne faut pas être trop regardant sur le buffet à volonté ; et en général, ça se passe bien. Si ma conclusion ne vous plait pas, c'est pareil. On n'est pas dans un jeu Sony avec l'extension qui va bien à la clé. Pourtant, je les prendrais bien les 20 balles que tu me tends. Ostensiblement, en plus. Allumeur, va.

 

 

2014-2017 Time Neves, une affaire de sensibilité Réservé

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Je vous demande de vous arrêter (Jeu vidéo)

Après avoir digéré les trops nombreuses images de la première partie, voici l'heure de s'attaquer au Chiffre. Et ça tombe bien dans la mesure où j'aime le Poker depuis peu. Comme quoi les vertues éducatives d'un Red Dead Redemption - qui m'a appris les vices et les coups de pute nécessaires à l'appréhension du jeu de carte - ne sont plus à démontrer. Le PS+, érigé en réponse au hack du PSN en Avril 1911 et qui jouissait le joueur sur sa monture PS3 de gros jeux bien baveux. Oui mais, justement, ces gros jeux étaient pour beaucoup d'entre eux rentabilisés depuis un petit moment. Plus facile de venir piocher dans un catalogue riche de 4 années de production. Information à avoir en tête au moment de découvrir les chiffres du PS+ PS4 qui comme un symbole semble entamer 4 années après sa promulgation sur le poste de jeu n°4 un virage vers le AAA blockbuster avec les arrivées récentes d'inFamous Second Son et de Metal Gear Solid V : The Phantom Pain.

 


 Oscar Lemer n'a qu'à bien se tenir.

 

Bon, comme tout le monde a pu s'en apercevoir depuis belle lurette, le PS+ PS4 offre surtout et par porte-container entier des jeux indépendants ou au format indépendant pour ceux qui souhaitent encore et toujours pinailler sur les notions de jeu de garage vs jeu kickstarté vs jeu financé par un grand éditeur qu'a autant de sous que Picsou. J'ai jugé qu'il fallait dissocier les AA des AAA en raison du budget disons plus modeste du premier en regard du second. Ainsi les 4 AA sont pour moi : Outlast, ZombiU, Tropico 5 et Lords of the Fallen. Pour moi, la notion de AAA se reflète sur le budget, le marketing, la publicité, la notorité acquise, etc. On constate que les AAA sont sous représentés tant ceux-ci n'ont pas vraiment intérêt à vampiriser les ventes potentielles de titre à l'investissement généralement faramineux. Un AAA qui se vend sur la longueur, même à 15-20¤ neuf , c'est aussi un studio qui continue sa route sevré d'un succès d'estime et d'un (fragile) équilibre financier. Rentabilité à défaut de profitabilité. Je les cite, tant qu'à faire : NBA 2K16 (paru 9 mois après sa sortie), Injustice God Among Us, Saint's Row 4, Just Cause 3, Resident Evil Remaster (vintage mais AAA quand même) et LifeIsStrange que je concidère comme tel. Alors que je classe les TellTale dans la case indé. Allez me comprendre !

J'ai pris le métascore, j'aurais pu prendre le Gamesranking. Peu importe tant ils sont proches. Pour éteindre tout de suite les polémiques sur l'algorithme qu'il y aurait et qui influerait grandement sur la moyenne réelle de chaque jeu si on prenait vraiment toutes les rédactions en compte (sans oublier les Youtubers parce que ce sont des gens tellement importants, n'est ce pas Fache ?) ; veuillez noter que je me suis déjà amusé à faire moi-même la moyenne d'un jeu en ne me fiant donc pas à son métascore et je suis arrivé à 3 poils de cul près après la virgule à la même note. Bien entendu, de temps à autre, on voit que la note de Gameblog par exemple est prise en compte sur tel jeu alors que pas sur un autre jeu alors qu'ils l'ont aussi testé. Mystère. Mais revenons à nos moutons. Hardware Rivals, Pumped BMX et Drawn to Death de David Jaffe (Fog of War) culminent tous 3 à 56/100 tandis que Journey de Jenova Témoinde raffle la palme d'or avec 92/100. La moyenne ne parait pas dégueulasse au final avec un écart-type (la moyenne des écarts par rapport à la moyenne) de 8. En gros, la moyenne basse des jeux fournis est à 67 quand la moyenne haute est à 83.

Ce que j'appelle le déphasage, c'est le nombre en jours entre la date de sortie du jeu sur la plateforme concernée - la PS4 - et sa mise à disposition dans le programme PS+. On constate donc qu'il faut en principe attendre 300 jours/10 mois pour voir un jeu être disponible sur le PS+. 24 jeux sont sorti directement sur le PS+ (ex : Rocket League, Don't Starve, Furi, Spelunky, Contrast ...) quand 8 s'y sont affichés le lendemain à l'instar de Binding of Isaac Rebirth. Du côté des AAA, Tearaway Unfolded de Media Molecule n'a mis que 28 jours pour afficher sa frimousse sur le service en ligne tandis qu'inFamous Second Son aura mis près de 3 ans et demi. En moyenne, un AAA ne montre son vrai visage sur le PS+ qu'au bout de 600 jours soit 1 an et 8 mois. Chez les indés, les jeux s'étant les plus fait attendre sont Child of Light et Supermotherload, à respectivement 3 ans et 5 mois et 3 ans et 9 mois.

Même si Sony est un éditeur prolifique et majeur de l'industrie, il ne peut compter sur son seul catalogue pour fournir son service. Les tiers représentent naturellement la majeur partie du catalogue même si finalement 1/6ème de celui-ci est à mettre à l'actif de Sony Interactive Entertainement avec, allez citons les tous (et dans l'ordre qui plus est !) : Resogun, Dead Nation, PixelJunkShooter Ultimate (excellent Shmup bien pépère dans son rythme et avec une OST planante - et je dis ça je n'ai fait que la démo !), Doki-doki Universe, Sportsfriends, Escape Plan, InFamous First Light, Counterspy, The Unfinished Swan, Hohokum, Driveclub, Entwined, Flower, Sound Shapes, Helldivers, PixelJunk NomNom Galaxy, Journey, LittleBigPlanet3, Tearaway Unfolded, Drawn to Death, Alienation, Qui est-tu ? (Playlink), Until Dawn, inFamous Second Son. 20 indés et 4 AAA. Ce serait trop long de citer tous les jeux tiers marquants quel que soit l'envergure. Sachez juste que sur les 117 jeux tiers, 102 sont des jeux indés ou au format indé.

C'est bien, tu le télécharges ton jeu mais t'y joue avec qui. Avec tes bits et ton couteau ? 63% des jeux fournis sont des titres uniquement jouables en solo. Suivent ceux permettant aussi à vos proches de jouer avec vous ; à 17%. Vient ensuite les jeux permettant de jouer aussi contre d'autres manchots de la manette ; à 7%. 6% d'entre eux peuvent se jouer indisctement en soliste, avec ou contre la terre entière. Enfin, des cas plus spécifiques débarquent aussi régulièrement sur le PS+ comme les titres uniquement multi compétitif à l'instar de Drawn to Death. Ou encore Disc Jam qui se restreint au multi compétitif ou coopératif. Enfin impossible de refermer ce chapitre sans évoquer le cas du seul jeu doté d'un multi transgressif, j'ai nommé Journey.

Le graphe que vous attendiez tous. Avec les 8 précédents. Très difficile parfois de savoir quel est le genre de jeu d'un jeu mais bon, on finit tant bien que mal par retrouver ces petits. Clairement, les jeux avec un pan de plateforme truste le hit parade du PS+. Viennent les Shoot Them Up, décidemment bien en forme sur la scène indépendante. A ma grande surprise, l'infiltration se taille une part non négligeable de l'exposition télévisuelle, égalisant dans le money time face à son ennemi de toujours : l'action. Très peu de RPG de ce côté-ci de la mer morte tout compte fait. Un seul film intéractif et il n'est pas de Cage. Un jeu de soupe. Un seul TPS, un seul Beat'em All, plus de Point&Clic que de jeu de baston et vous comprendrez pourquoi la France ne va pas si mal.

Ca, c'est pour devancer la requête qu'est en train de m'écrire Fachewachewa par mp. Je le connais comme si je l'avais fait.

Ce programme vous a été présenté par Le Chiffre.

2014-2017 Time Neves, me demandez pas la même chose avec le XBox Live Games with Gold Réservé

Ajouter à mes favoris Commenter (15)

Signaler
Je vous demande de vous arrêter (Jeu vidéo)

Quand bien même je ne jouis pas (c'est à ce moment que vous vous demandez pourquoi "il" vous parle de ses problèmes intimes) du PS+ et encore moins de sa déclinaison 4 puisque j'ai bien PS3 et PSVita mais pas la PS4, j'ai souhaité m'intérroger sur la qualité et la nature des jeux fournis par le service en échange d'une participation forfétaire de 50, pardon 60 dinars australiens désormais. Nottament parce que nous sommes maintenant près de 4 ans après la promulgation du service sur PS4 et que beaucoup se sont légitimement plein du trop plein de jeux indés "suspects" balancés comme ça à la gueule des joueurs. Le PS+ PS4 vaut il sont pesant de cacahuètes ? Voyez par vous même.

 


Liste par ordre d'apparition

(du plus ancien au plus récent)

 

1. Contrast

 

Plateforme 2,5D

Metascore : 59%

 

2. Resogun

 

Shoot'em up

Metascore : 84%

 

3. Don't starve

Gestion de survie

Metascore : 78%

 

4. Outlast

Survival Horreur (FPS)

Metascore : 78%

 

5. Sound Shapes

Plateforme/reflexion

Metascore : 84%

 

6. Dead Nation

Twin stick shooter

Metascore : 59%

 

7. Mercenary Kings

Shoot'em up à défilement horizontal

Metascore : 70%

 

8. Hotline Miami

Shooter sous coke en vu de dessus

Metascore : 85%

 

9. Stick it to the man

Plateforme/réflexion

Metascore : 75%

 

10. PixelJunk Shooter Ultimate

 

Excellent jeu !! (Shoot'em up multidirectionnel pardon ^^)

Metascore : 82%

 

11. Trine 2

Plateforme 2,5D

Metascore : 84%

 

12. Towerfall ascension

Combat compétitif en arène

Metascore : 87%

 

13. Strider

 

Plateforme hack&slash

Metascore : 77%

 

14. Doki-doki universe

Aventure - puzzle

Metascore : 71%

 

15. Road not taken

Puzzle / rogue-like

Metascore : 70%

 

16. Ville marocaine

Plusieurs cas de melons non dégonflés ont été relayé par l'OMS

Plateforme sinon

Metascore : 90%

 

17. Velocity 2x

J'adore la blonde

Shoot'em up

(va falloir que je me resaissise moi ...)

Metascore : 86%

 

18. Sportsfriends

Party game

Metascore : 82%

 

19. Dust an Elysian tail

Action RPG

Metascore : 79%

 

20. Le jeu dont Fache parle tout le temps

Fachewachewa-like

(Action plateforme)

Metascore : 88%

 

21. Felix le chat

(elle était facile)

Action

Metascore : 80%

 

22. The Binding of Isaac Rebirth

Action RPG Shooter Rogue-like

(ça fait beaucoup pour un seul jeu ...)

Metascore : 88%

 

23. Steamworld dig

Metroïdvania

Metascore : 82%

 

24. Escape Plan

Plateforme / réflexion

Metascore : 73%

 

25. Injustice God Among Us

Boston

Elle est naze (on est d'accord)

Metascore : 80%

 

26. Secret Ponchos

Combat multijoueur en vue isométrique

Metascore : 64%

 

27. Attack Titans !

Shoot them hop

Metascore : 74%

 

28. inFamous First Light

Jeu de super-héro sans collants

Metascore : 73%

 

29. Développé par Facepalm Games

Si si !!

Reflexion

Metascore : 83%

 

30. Woah Dave !

L'affiche est bien restée kéblo en 1996

Comme Dave en fait.

(Plateforme)

Metascore : 71%

 

31. Apotheon

Metroïdvania

Metascore : 76%

 

32. Transistor

Action RPG

(personne n'a vu le logo des Illuminatis en bas à droite, qu'on se mette tout de suite d'accord)

Metascore : 83%

 

33. Harry Porter 8

Severus Rogue-like

Metascore : 85%

 

34. Oddworld new n tasty

Plateforme aventure

Metascore : 84%

 

35. Le seul jeu dont le titre originel est français

Récit historique

Metascore : 77%

 

36. Olliolli 2

Skateboard die&retry

Metascore : 86%

 

37. Counterspy

Infiltration

Metascore : 67%

 

38. Tower of guns

FPS

Metascore : 69%

 

39. Never (walk) alone

Plateforme

Metascore : 73%

 

40. Aaru's awakening

Plateforme

Metascore : 59%

 

41. Ether one

FPA (venture)

Metascore : 75%

 

42. Guacamelee

 

Metroïdvania

Metascore : 87%

 

43. The Unfinished Swan

 

Un jeu labélisé AOP (appelation d'origine poétique)

Metascore : 83%

 

44. Race the sun

Jeu d'obstacle

Metascore : 76%

 

45. Attention, une nomination aux BAFTA

"Art game" dit Wiki

"De la bonne grosse merde" dit sopor

Metascore : 59%

 

46. je vois des Hideo partout

Kept you waiting uh game

Metascore : 75%

 

47. Skull of the shotgun

 

Tactical tour par tour

(pas plus de précision)

(c'est ptet un jeu de caisse tactique au tour par tour ... Who knows ? Who cares.)

Metascore : 80%

 

48. Futuridium

Shoot'em up

Metascore : 73%

 

49. Super exploding zoo

Action / reflexion

Metascore : 69%

 

50. Le jeu qui a couté la dernière vie du studio

Course de cheveaux

Metascore : 71%

 

51. Team Crocket

 

Anomalie sportivoludique

Metascore : 85%

 

52. "It styx" : Jean Leguin, humoriste.

 

Infiltration/RPG

Metascore : 70%

 

53. Mousecraft

Puzzle

Metascore : 72%

 

54. Entwined

Adresse

Metascore : 59%

 

55. LCATTOO

Plateforme/Action en vue isométrique

Metascore : 74%

 

56. Limbo

L'apprentissage de la vie

(Plateforme / Reflexion)

Metascore : 90%

 

57. Flow

AOPC

Metascore : 71%

 

58. Stealth Inc. 2

Plateforme/infiltration

Metascore : 74%

 

59. Flower

Shu Yoshida : "le jeu où t'incarne une pétale"

sopor : "Sony carbure pas qu'à l'eau de vie si vous voyez où je veux en venir"

(AOPC)

Metascore : 91%

 

 

60. Grow Home

Aventure

(je croyais que c'était que de l'escalade °_°)

Metascore : 74%

 

61. Super Time Force Ultra

les yeux du type au 1er plan me seraient très utiles dans la vrai vie

Action

Metascore : 82%

 

62. Teslagrad

Quand Nikola Tesla passe ses vacances d'été 1917 à Stalingrad

sopor : "je crois que c'est Leningrad. Destination plus tendance à l'époque."

(Plateforme 2D / puzzle)

Metascore : 78%

 

63. Xeodrifter

Plateforme 2D

Metascore : 77%

 

64. Broken Age

Point & Clic

Metascore : 81%

 

65. Super Meat Boy

Barge-game

(Sadiq Khan approuve aussi ce jeu)

Metascore : 85%

 

66. Unmecanichal

Reflexion

Metascore : 75%

 

67. Pourquoi commencer par le 1er ?

Survival horror emotional choice cinematic game

(faut vraiment qu'ils arrêtent avec les crossovers)

Metascore : 80%

 

68. Dragon fin soup

Severus Rogue-like

(c'est vraiment possible un nom de jeu pareil ? Fache !?)

Metascore : ??%

 

69. Magie caca 2

Action/aventure

Metascore : 72%

 

70. Gauntlet

Hack&slash coopératif à 4

Metascore : 71%

 

71. King's Quest (e)chap 1

Aventure pour vieux routards du jeu vidéo

Metascore : 77%

 

72. Hardware rivals

Combat motorisé multijoueur

Metascore : 56%

 

73. Grim Fandango

Relique du passé dépoussériée pour faire plaisir aux vieux

(Aventure)

Metascore : 80%

 

74. Helldivers

Twin stick shooter

Metascore : 81%

 

75. Pixeljunk Nom Nom Galaxy

Un jeu où le but est de créer plus de soupe que son adversaire selon son wiki dédié !!

O_o + °_°

sopor : "faut vraiment que Sony arrête là"

fache : "faut vraiment que les japs arrêtent. Pendant qu'il en est encore temps"

Liedh : "c'est clair que ça va trop loin. Square, je peux comprendre mais si même des nains de l'industrie comme Q-Games se mettent à la coke pour continuer à nourrir leurs gosses ..."

Joniwan : "c'est vrai que même le nom du jeu est bizarre. Et c'est moi qui dit ça ^^"

Metascore : 70%

 

76. Nova-111

Stratégie au tour par tour

Metascore : 73%

 

77. Broforce

Plateforme en 2D ridicule et violent

(c'est pas moi qui le dit, c'est la description officielle)

Metascore : 75%

 

78. Galaktasaray-Z

cette blague vous a été offerte par Recep Tayyip Erdogan

Rogue-like / shoot them up

(le comique de répétition a ses limites)

Metascore : 82%

 

79. Flame Over

Action

Metascore : 69%

 

80. Dead Star

Shoot'em up

Metascore : 70%

 

81. Zombi 4

Dora l'exploratrice - like

Metascore : 71%

 

82. Shütshimi

(le jeu au nom germanonippon - ça vous remémore de sacré souvenir hein ^^)

Shoot'em up random

Toyota devant Audi aux 24 heures de 1957

Vous pensiez à autre chose ?

Metascore : 59%

 

83. Tropico 5

Stratégie

Metascore : 76%

 

84. Table Top Racing World Tour

Combat motorisé miniature

Metascore : 65%

 

85. Switch Galaxy Ultra

Jeu de course futuriste

Metascore : 70%

 

86. National Basketball Association 2K16

Simulation sportive de basket

Metascore : 87%

 

87. Gone Home

Jeu labellisé sans Gameplay (i.e. PSG)

Nota : Production Sans Gameplay

Metascore : 85%

 

88. Saint's Row 4 : Gat out of hell

Fendard-game

Metascore : 75%

 

89. Furi

Action / Shoot'em up

Metascore : 75%

 

90. Tricky Towers

Reflexion

Metascore : 72%

 

91. Rebel Galaxy

Simulation de viol spatial

Metascore : 64%

 

92. Ultratron

Shoot'em up

Metascore : 74%

 

93. Lords of the Fallen

A-RPG / Souls-like discount ou low cost, sais plus trop bien

Metascore : 68%

 

94. Journey

AOPC

Metascore : 92%

 

95. Badland

Reflexion

Metascore : 76%

 

96. Resident Evil Remaster

Survival-Horror pour fillettes

Metascore : 83%

 

97. Transformers Devastation

sopor : "même quand PG fait de la merde, c'est bon."

(Beat Them All)

Metascore : 77%

 

98. Everybody's Gone to the Rapture

A Andrew Ryan Production

PSG (Production Sans Gameplay)

FPW(alker)

Metascore : 78%

 

99. The Deadly Tower of Monsters

Shoot'em up

Metascore : 72%

 

100. Letter Quest Remastered

RPG/Reflexion

Metascore : 73%

 

101. Pumped BMX +

Course/adresse

Metascore : 56%

 

102. Stories The Path of Destinies

ARPG

Metascore : 73%

 

103. Invisible Inc.

Infiltration/stratégie

"Une légende raconte que Capcom & Square tentent en vain depuis des décennies de mettre la main sur ce titre sans y parvenir. Allez comprendre pourquoi." : Auteur de citation inconnue.

Metascore : 82%

 

104.Hyper void

Shoot'em up spatial

Metascore : 70%

 

105. Tiny Troopers Joint Ops

Twin sticks shooter

Metascore : 65%

 

106. Color Guardians

Ollf : "le jeu n'a failli ne pas sortir sur PS4 pour cause d'utilisation excessive de la pallette de couleur, enfreignant la loi tacite d'utilisation exclusive de nuances de gris (et marron). Pas assez mature parait-il"

"débouté par les instances européennes en appel" : Fache

(Action 2D à défilement horizontal)

Metascore : 62%

 

107. Maniac Mansion Day of the Tentacle

Artefact ressorti de son tombeau pour redonner la trique du JV aux anciens à qui le Kallof annuel ne suffit pas/plus

Metascore : 84%

 

108. This War of Mine

Survie en temps de guerre

"ouaip donc, en gros t'incarnes un pauvre syrien ..."

Metascore : 83%

 

109. The Swindle

Action/infiltration

Metascore : 73%

 

110. Azkend 2

Puzzle

Metascore : 67%

 

111. Par pas les créateurs de Dark Souls

Action/aventure

Metascore : 73%

 

112. LittleBigAdvent... Planet 3

Plateforme 2D

Metascore : 79%

 

113. Not a Hero

Ca pixel beaucoup quand même ...

Je veux dire, même pour un jeu indé, ya des limites.

(Tir à défilement horizontal)

Metascore : 74%

 

 114. Starwhal

Combat

Metascore : 78%

 

115. Ninja Senki DX

Plateforme/Action

Metascore : 64%

 

116. TorqueL

Plateforme/réflexion

Metascore : NA

 

117. Tearaway Unfolded

Aventure 3D

Metascore : 81%

 

118. Disc Jam

Simulation de partie sérieuse de frisbee avec comptage des points et tout et tout

Metascore : 72%

 

119. 's Maxima

Plateforme/reflexion

Metascore : 73%

 

120. Drawn to Death

"Sony a vraiment des problèmes avec la colorimétrie" : Ollf

TPS

Metascore : 56%

 

121. Dangerous in lol

Action/plateforme orienté co-op

Metascore : 82%

 

122. 10 second Ninja X

"10 secondes dans la peau d'une star montante du X dans le milieu très fermé et select du ninja", une oeuvre du Hobbit.

(Plateforme/action)

Metascore : 76%

 

123. Curses 'n Chaos

BTA en arène

Metascore : 70%

 

124. Alien Nation (lolilol)

"pensez à mettre au préalable vos lunettes de soleils. Combo lensflare et motion blur en vue. Danger à 5 sur échelle de 4" : Wanda

Twin stick shooter

Metascore : 79%

 

125. Tales from the Borderlands

A lolic burlesque fendard humoristic cinematic adventure

(ou encore Point&Clic sans souris)

"Par contre, ça les empêche pas de faire les rats côté traduction" : Fache

Metascore : 86%

 

126. "On n'attend pas Patrick ?"

Le jeu pour les types nés en 1980 et moins.

Ou à qui l'évocation du terme "boum" parle encore.

Severus Rogue-like / shooter

Metascore : 80%

 

127. Après Tomb Raider ...

Plateforme

Metascore : 80%

 

128. "Y a eu un 1 ?"

Où ils ont direct commencé par le 2 ?

(FPS)

Metascore : 75%

 

129. Fleur de ...

LiS

Sérieux, suivez un peu ...

Docteur ?

Narratifo-émotiono-contemplatif

Metascore : 85%

 

130. Neon Chrome

Rogue-like dystopique

Metascore : 69%

 

131. Spy Chameleon

Infiltration

Metascore : 71%

 

132. JCM

Jeu à choix multiples à orientation horrifique

Ou encore : Nanar réussi

Metascore : 79%

 

133. Got Simulator

TellTale style

(ras la cabosse de me casser le cul à trouver l'appellation exacte pour ce genre de jeu. Y en a marre.)

Metascore : 69%

 

134. DDMR

Action arcade

Metascore : 76%

 

135. That's you

Party game

Metascore : 69%

 

136. Just Cause 3

Défouloir bac à sable

Metascore : 73%

 

137. Assistanat Creed Freedom Cry

Escalade assistée par ordinateur

Metascore : 71%

 

138. Super Motherload

Aventure procédurale*

* terme interdit ratifié par la convention de Genève 2016

Metascore : 65%

 

139. Downwell

Plateforme à défilement vertical

Metascore : 80%

 

140. inFamous Second Son

Super-héro sans costume

Metascore : 80%

 

141. Que la lumière soit

Enfant de lumière

O.J. RPG

(Rien à voir avec les Simpsons)

(O pour occidental)

Metascore : 82%

 

2014-2017 Time Neves, faites vos jeux Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (17)

Signaler

 

Par Rita Skeeter.

Voilà maintenant 8 bon mois que la auto-proclamée "plus puissante console au monde" comme le mentionne Sony dans ses récents spots télévisés ou bien la "super charged PS4" comme l'annonce fièrement les encarts tapageurs des pages web de la firme japonaise est à disposition des âmes les plus sensibles. Huit mois à coup de HDR, de machin-chose rendering qui imite de la 4K mais sans le cout exhorbitant qui devrait aller de pair (une contrefaçon de 4K en quelque sorte), de choix de combo définition/fluidité proposés au joueur. Bref, on s'y perd un peu. On sait tout juste que la bécane est un peu plus de 2 fois plus terraflopée que celle qui l'enfante. On ne sait limite même plus vraiment si - en fonction de son équipement maison - la différence vaut la peine qu'on considère le "move". Aurais-je un casque VR plus performant avec, aurais-je moins d'effets indésirables en "ing" sur ma TV Full HD ? Aurais-je une meilleure fluidité - à minima stable ? Tout juste est on en mesure de conseiller l'acquisition à qui de droit possède déjà un bon téléviseur 4K. Voyons voir si l'avis de quelques précurseurs nous en apprend plus sur cette première introduction dans le concept des génération 1.5.

 

Ceci n'est pas un fake.

(contrairement à l'évidence sous-tendue par la grossierté du procédé utilisé)

Il s'agit bien de la roadmap de Sony pour les 4 prochaines années.

 

 

#1 Pourquoi avoir pris la PS4 Pro ?

xtib : Pour pouvoir jouer à BF1 et Horizon dans les meilleures conditions possibles sachant que j'avais une TV 4K avant la sortie de la Pro.

Nirtug : Parce que l'acquisition du PSVR ne faisait aucun doute pour moi et que ma télé vieillissant j'étais déjà en phase de passage à la 4K. Mais aussi et surtout parce que j'avais la chance de pouvoir me permettre ce qui était pour moi un caprice.

Spink94 : Pour plus de puissance.

#2 Quand avez-vous pris votre décision ? Avez-vous hésité ?

J'ai pris ma décision avant même qu'elle soit annoncée, j'achète toutes les consoles de salon Sony.

J'ai pris ma décision au fameux reveal où tout le monde s'ennuyait parce que Mark Cerny a répondu (sur un ton qui est le sien certes) à mes interrogations. Non je n'ai pas hésité parce que je me souviens avoir trouvé leur solution technique plutôt élégante.

Parce que j'avais été assez finalement déçu des limites de la PS4 Standard et que j'ai aussi à ce moment-là toucher un peu d'argent de famille ce qui m'a permis de m'acheter la Pro et aussi la One S Gears IV , ma première Xbox One . J'ai pu me permettre ces investissements, me manque plus maintenant que le VR que je compte acquérir dans quelques mois.

#3 Ce concept de cassure de génération, à la smartphone ne vous effraie pas ? (ok, vous revendez certainement votre PS4 mais vous sortez probablement 200 balles de votre poche) ?

Non, au contraire j'aime beaucoup l'idée de raccourcir les générations. Je n'en pouvais plus de la PS3 et ses 7 années. La technologie évolue vite, il faut suivre. Ça coûte certes un peu d'argent mais ça reste un produit high-tech relativement accessible lorsqu'on compare avec des TV, smartphones, tablettes …

200 euros est en effet pile la somme que m'a coûté ma Pro. Ca ne me fait pas peur du tout et vois plutôt ça d'un bon oeil. Que certains aient eu des craintes sur l'obsolescence d'un hardware à peine acquis ok je le comprends tout à fait. Mais maintenant que l'on voit que les versions PS4 standard continuent d'exister et sont loin d'être bâclées (mais quoi de plus logique vu les parcs ?) je ne vois pas le problème. Ou alors il faut faire le même procès à Nvidia lorsqu'ils mettent leur GPU à jour chaque année et ce n'est pas dans mes intentions.

Cette année j'ai pu me le permettre financièrement justement pour un peu me répéter.

#4 Vous remarquez la différence entre PS4 et Pro ? Ou vous n'avez pas eu l'occasion de ?

Je n'ai pas pu les comparer directement (j'ai revendu ma PS4 pour prendre la PRO) mais de ce que j'en sais, la différence n'est pas franchement énorme.

J'ai eu l'occasion de voir une différence sur les jeux PSVR qui ont bénéficié d'un patch Pro. Ca clairement. Sur Uncharted 4 j'ai envie de dire non pas du tout à part le HDR (mais qui doit être aussi présent sur la PS4 standard). De manière générale lorsque l'on est équipé 4K on voit une différence en passant du 1080p au 1800p. Rien qui transfigure l'expérience mais on le voit.

Je verrais VRAIMENT la différence en premier lieu sur le PSVR et aussi à moindre mesure sur certains gros jeux améliorés pour la PS4 Pro à condition que les devs et les éditeurs s'y mettent vraiment et pour l'instant ça reste encore de l'enfumage malheureusement, argh !!!! , des jeux à 60-70 boules pièces, on nous la met bien profonde pour le moment.

#5 Votre choix fait-il des autres des amateurs ?

^^ ça fait d'eux des gens plus réfléchis ou moins impulsifs j'imagine. 

Certainement pas. Je ne vois pas en quoi ils seraient moins gamer que moi. Moins impulsifs probablement. Mais ça sera tout.

Non pas du tout évidement.

#6 Pourquoi ne pas avoir attendu la Scorpio ?

Chez Sony depuis 1997, Sony me séduit davantage. J'étais prêt à voir ce que MS avait à proposer après la 360 et j'ai été vraiment déçu. Et puis au-delà du hardware, la majorité des exclues PS4 m'intéressent alors que les exclues MS me laissent de marbre. J'aime le focus de Sony sur les jeux solo, je joue plus beaucoup aux jeux multi et les jeux coop ne m'intéressent pas du tout, je veux des expériences fortes avec des univers cohérent et entraînant à la TLOU, Horizon, Heavy Rain, etc.

Si la Scorpio était sortie en même temps je me serais posé la question et probablement opté pour la console de Microsoft pour avoir accès à plus de licences, faisant l'impasse sur la Pro. Mais sachant que j'allais avoir plus d'un an entre les deux, l'existence de la Scorpio n'avait pas d'incidence sur l'achat de la Pro. Il n'est d'ailleurs pas exclu qu'elle soit sous le sapin, on verra ça après l'E3.

Je n'avais pas envie d'attendre et elle sera plus cher.

#7 Comment recevez-vous ces jeux même pas fini techniquement comme Andromeda, Mafia III ou que ne sais-je encore ? Vous ne remarquez rien avec la Pro ?

Je n'ai pas testé ces jeux mais je comptais en revanche prendre Prey rapidement, et j'ai vu qu'il n'y avait aucun support pro, du coup ce sera à 20¤ dans 6 mois.

Pas testé ces deux jeux. Je pense que quand un jeu est mal né la Pro ne sauvera rien ou pas grand-chose.

C'est que sur Mass Effect Andromeda, j'étais pas content surtout après tout le budget que j'ai investi en hardware mais bon on va leur laisser un peu de temps de quand même, il faut une vraie collaboration Sony- éditeurs tiers et exclues aussi.

#8 Le mode boost, ça fonctionne ?

Il semblerait d'après Eurogamer mais je n'ai pas testé par moi-même. Quoi qu'il en soit, les gains sont minimes.

Pas testé moi-même. Ça m'aurait intéressé pour Bloodborne mais c'est un problème de framepacing et donc le boost n'y change rien. Je ne pense pas qu'il faille lui demander plus que de caper à 30fps des jeux qui oscillaient entre 25 et 30.

C'est nul pour les télés non 4K comme pour moi et tant d'autres joueurs j'ai l’impression.

#9 Que choisissez-vous quand les dev' vous donnent le choix entre jouer en 1080p 30 fps (plus riche), 1080p 60 fps (plus fluide mais moins riche) ou 4K 30 fps (méga plus riche mais moins fluide) ?

Ayant une TV 4K, je choisis toujours le mode 4K comme sur Tomb Raider par exemple, je n'ai jamais été obsédé par les 60fps honnêtement.

Sur Tomb Raider le mode 60fps est trop coûteux en effets selon les zones. Donc vu le rythme du jeu je préfère le 4K 30fps ou 1080p 30fps sur un écran Full HD Pour le coup l'apport en effets graphiques sur le mode 1080p 30fps est vraiment sympa.

Je m'en bats les c......., je préfère m'acheter le PSVR 2 en fin d'année ou début 2018, ça va dépendre de leurs annonces à l'E3 dans un peu moins de quinze jours, wait and see.

#10 Et la Switch dans tout ça ?

Tout ce que propose Nintendo ne m'intéresse absolument pas.

J'adore ma Switch. Un jeu a bien des façons de briller et d'innover.

Dans ma vie je n'ai eu que deux consoles Nintendo : La Super Nes et le Gamecube c'est dire que ça n’a jamais été ma came leurs produits.

#11 Vous allez repasser à la caisse illico pour la PS4 Pro + dans un an et la PS5 dans 2 ?

On verra, s'il y a encore une PS4 Pro+ en 2018, j'attendrai certainement, si c'est juste pour booster un peu la machine, l'intérêt est limité. Mais pour la PS5, sauf catastrophe, ce sera du month one je pense.

Ca dépend. Est-ce que ce sera encore un boost ? Une rupture ? Mais surtout est-ce qu'ils vont sortir un hardware l'an prochain ? Je verrai plus une PS5 en 2019 qui fera tourner tous les jeux PS4 / Pro et avec des jeux exclusifs. Ca je prendrai probablement. Un boost comparable à ce que l'on a vu entre la PS4 et la Pro en 2018 je ne pense pas repasser à la caisse. Je n'achète pas non plus chaque génération de carte Nvidia.

Dans 3 ans pour la PS5 oui, la Scorpio attendra même, c'est dire si j'ai toujours été fan de Sony malgré certaines choses ratées et certains mensonges.

#12 Y a t'il moins d'effets indésirables en ing avec la Pro (clipping, aliasing, tearing, freezing, etc.) ?

Moins d'aliasing grâce à la résolution, pour le reste ça dépend uniquement des dév. Sur Horizon par exemple, il y a une meilleure distance d'affichage mais c'est pas game changer non plus. Le framerate est globalement plus stable, je pense au multi de BF1 qui souffre un peu sur PS4 mais globalement on sent que les dev ne passent pas 6 mois à optimiser la version PRO, c'est un léger upgrade.

Oui moins d'aliasing et de clipping.

Pour les effets indésirables je ne peux pas encore vraiment juger mais ça m'a l'air plus fluide en générale et plus performant.

#13 Êtes-vous vraiment équipé pour pleinement jouir des capacités stratosphériques de la PS4 Pro ?

J'ai un 50' 4K HDR Panasonic milieu de gamme, donc ce n’est pas de l'OLED mais je pense que ça fait le taf'.

Je dirai oui puisque j'ai un PSVR et une TV UHD HDR. 

Non justement, il me manque encore ce satané VR, je suis pauvre comme job en ce moment, je vais devoir économiser pendant d'assez longs mois hélas pour en jouir.

#14 Puisque la PS4 fait déjà le HDR et que les TV 4K upscale, pourquoi prendre une Pro ?

Il semblerait quand même à en croire les professionnels que le checkerboard rendering ne soit pas un simple upscale et que la différence soit quand même palpable. Après, ça reste décevant que les 4.2 Tflop ne soient pas mis + à contribution.

Alors oui les TV 4K upscalent. Mais une Clio et une Ferrari avancent quand on accélère. L'upscale effectué par la Pro et à partir d'une résolution plus élevée ne saurait être comparé à l'upscale de 99% des TV UHD (je sais même pas si le 1% existe). En revanche on parle quand même de différences que l'on ne percevra que très peu sur des dalles inférieures à 55 pouces.

Pour avoir un VR de meilleure qualité principalement et un port USB en plus sur ce modèle.

#15 Le HDR, ça change une vie ?

Non clairement pas.

Ça ne change pas une vie. Mais c'est appréciable. C'est peut-être plus dimensionnant que la 4K qui est un gaspillage de ressources incroyable si la diagonale de la TV n'est pas conséquente. La 4K ne sert qu'à ça : augmenter la diagonale. Le HDR apporte un plus visuel indéniable. Toutefois attention : ça m'a pris un certain temps (pour ne pas dire un temps certain) pour trouver une TV qui est vraiment HDR et qui réponde à mes autres besoins (notamment sur l'input lag). Le HDR est utilisé un peu à tort et à travers en étant cité comme présent sur des modèles qui le restituent tellement mal que l'on pourrait croire que le HDR ne change rien. Il ne change rien... Sur certaines TV.

Surtout sur ma One S mais il faut avoir une télé 4K pour cela.

#16 Pas de lecteur Blu-Ray 4K pour la Pro quand la One S en a un, énorme faux pas ?

Non je ne pense pas, dans l'absolu assez peu de personnes regardent des blurays sur PS4 (comparativement au nombre de possesseurs), c'est toujours un + de l'avoir c'est clair, mais si ça permet de réduire le coût de la Pro, ça me va.

Non clairement non. Pour le moment les Blu-ray UHD sont tellement rares. J'ai un peu tout lu sur le lecteur de la One S. Il est parfois génial parfois honteux. Il est donc probablement entre les deux. Si on ne peut pas proposer une machine à 400 euros avec un très bon lecteur 4K et les mêmes perfs que la Pro, il ne fallait pas le mettre. Ça reste secondaire pour une machine que j'achète pour le jeu.

Les bêtises et incohérences de Sony.

#17 Selon vous, les jeux 1st party tirent ils pleinement de la Pro ? Les tiers jouent-ils le jeu ?

Pleinement, je ne sais pas, en tout cas ce sont ceux qui jouent le + le jeu. Horizon est vraiment splendide sur Pro, j'espère que ND ou Sucker Punch feront des merveilles dessus. Pour les tiers, ça dépend, mais globalement, ils se foulent pas je trouve. En général, c'est du fake 4K et basta.

Ça serait prétentieux de ma part d'être péremptoire sur le sujet mais j'ai vraiment envie de penser que oui. Si la différence n'est pas suffisante pour certains sur Horizon, je ne pense pas qu'il faille blâmer Guerilla. Et franchement Horizon sur une UHD HDR... Je pensais y être préparé psychologiquement mais en fait non. Les tiers font le service minimum. Ça semble ne pas coûter trop cher de proposer une résolution nativement plus élevée ce qui est toujours sympa quand on est équipé. Il arrive que l'on ait plus riche mais il est tôt pour faire des généralités. La deuxième vague arrive en septembre, on y verra plus clair côté tiers à ce moment-là.

Non ils ne jouent pas assez le jeu c'est ce que j'ai dit et indiqué auparavant.

#18 La VR vous branche, vous a conquis, a joué un rôle dans l'obtention de la Pro ou pas du tout ?

Le VR ne m'intéresse pas du tout. Même un éventuel PSVR2 bien au niveau techniquement ne m'intéressera pas, je préfère jouer dans des conditions plus traditionnelles. 

Oui ça a joué un rôle. C'est une techno qui fonctionne et j'espère vraiment qu'elle ne va pas s'écrouler. Le potentiel est énorme, le contenu un peu timide pour le moment. Mais c'est assez incroyable.

Oui , surtout pour la VR .

#19 Quels sont les avantages et inconvénients de la Pro pour synthétiser ?

Avantages = son prix, sa puissance par rapport aux autres (en attendant la Scorpio)

Inconvénients = à mon sens, trop semblable à la PS4, même menu, même manette, tout est pareil, juste un petit boost graphique.

Avantages : Son rapport qualité / prix. C'est vraiment du bon boulot pour 400 euros. Elle est mieux pensée pour brancher un PSVR avec son port USB à l'arrière. J'ai l'impression qu'elle fait globalement moins de bruit.

Inconvénients : Mais alors justement le PSVR !! S'ils ne pouvaient pas faire passer le HDR par le boîtier déporté il fallait un autre port HDMI à l'arrière de la console. Là vraiment c'est un point négatif et un problème de design.

Elle est à la fois puissante et frustrante.

#20 A qui s'adresse-t-elle vraiment tout compte fait ?

Je dirais, à ceux qui n'ont pas de PS4 et qui veulent en prendre une, autant prendre la Pro, surtout si vous avez une TV 4K et sinon, à ceux qui aiment bien avoir le dernier produit d'une marque.

A ceux qui ne sont pas équipés d'une PS4 bien sûr. Aux possesseurs d'écrans 4K ensuite car eux pourront avoir une vraie plus-value en fonction de leur dalle. Et puis aux enthousiastes qui veulent à tout prix la meilleure version de leur jeu, même si le gap n'est pas toujours énorme. Dans tous les cas l'investissement ne doit pas être un sacrifice sous peine de déception potentielle. A tous les gamers qui n'ont pas la chance de se permettre l'investissement sans faire un trou au budget, dormez tranquille nous vivrons une expérience comparable.

Aux gamers, aux geeks et au technophiles.

#21 Vaut-elle son prix ?

Oui, 400¤, ça reste accessible quand même.

Oui clairement elle vaut chacun de ses 400 euros. Vaut-elle qu'un possesseur de PS4 réinvestisse ? Je suis moins péremptoire. C'est du cas par cas. Elle vaut 100 euros de plus qu'une PS4 faut pas l'oublier. Allez 150. Il ne faut pas s'attendre à un bouleversement bouleversificatoire. Mais c'est mieux (on en a pour 150 euros ^^)

Non c'est pour ça d'ailleurs que j'ai revendu deux manettes PS4 et Xbox One ainsi que 4 ou 6 jeux je me rappelle plus perso exactement , il était hors de question de la payer plein pot surtout après avoir été obligé d'économiser 9 mois pour me prendre m'acheter Enfin la PS4 Standard , la première en juillet 2014 .

#22 sur une échelle de 1 à 10, quelle note lui attribuez-vous ?

Entre 6 et 7, car sa puissance reste bien souvent inutilisée. Sony n'est à mon sens pas été assez loin avec la Pro, j'aurais aimé une manette différente, et de vraies différences sur les jeux, on sent que Sony ne voulait pas se mettre à dos tous ceux ayant acheté une PS4.

J'hésite entre 7 et 8. Je vais dire 8 parce que c'est clairement du bon travail et une très bonne machine. Ses seuls "défauts" sont liés à la peur de Sony car oui Sony avec cette machine ne retombe pas dans sa détestable arrogance passée du leader mais est bel est bien frileux. Frileux de la réaction des joueurs et de s'attirer leur courroux. Résultat la console a un peu le cul entre deux chaises. Ca n'en fait pas une moins bonne machine intrinsèquement (d'où l'hésitation entre 7 Et 8 et finalement 8) mais limite son intérêt pour tout un ensemble de gamers. Après quand on voit les passions qu'elle a déchaîné Sony a-t'il eu tort ? Franchement je ne saurais pas dire. Le fond de ma pensée est que dans tous les cas les gamers auraient gueulé à un moment ou à un autre. A l'arrivée cela reste une très bonne machine qui vaut clairement le surcoût pour qui entre dans la famille PS4. C'est du beau travail. Mais tous les objets ne sont pas indispensables.

7/10.

 

Pro ou Scorpio, faites vos jeux.

2014-2017 Time Neves Et vous, PRO ou Amateur ? Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

 

Faut-il relancer ses jeux pour obtenir le plein effet ?

Cet « article débat » fait suite à la rubrique nécrologique de la WiiU signée de la main même de Shigeru Miyamoto. Une tripotée de déclaration dont le désaveu du concept de l’écran déporté du GamePad en comparant l’ineptie de l’idée de demander de mater 2 écrans distant de 90° angulairement et de plusieurs mètres à celle d’un GPS positionné sur les genoux du conducteur et non sur le tableau de bord. Mais ce n’est pas ce sujet qui m’intéresse. Comme le mentionne le titre du billet, j’aimerais revenir sur la nécessité ou non de devoir recommencer un jeu pour en tirer l’expérience la plus totale, celle que les développeurs amoureux du bébé qu’ils ont créé aimeraient qu’on tâte. Miyamoto préconise la pratique pour Pikmin 3 et Star Fox Zero, une bonne manière de défendre la durée de vie faiblarde de ces titres quand on se contente du premier run sans le « plein effet » donc. Pour mettre tout le monde d’accord, on va au préalable définir ce qu’est le « plein effet ». Sommairement, je l’interprète comme l’expérience où le joueur est en symbiose avec l’avatar, où il n’est plus en phase d’apprentissage, il sait et connait le jeu. Ce qui n’en fait pas un PGM pour autant, il peut encore se rétamer comme une vieille chaussette. Seulement, maintenant, il ne peut plus dire qu’il ne connait pas les outils mis à disposition, juste qu’il est maladroit. Interpellez-moi si je fais fausse route.

 

 

I Non

 

Non, j’en suis la preuve. Je ne recommence jamais mes jeux et je m’en porte très bien. Pour être tout à fait exact, j’ai recommencé Resistance mais juste pour la carotte de poursuivre la campagne en coopération avec mon bro’. En dehors de ça, je n’ai jamais vraiment ressenti le besoin de recommencer un jeu, ce, malgré la tonne de bons jeux dont j’ai pu m’adonner au cours de ma brillante carrière de joueur du dimanche. Joueur du dimanche à la fois parce qu’il faut pouvoir dégager du temps pour refaire déjà parcourut en lieu et place de la nouveauté qui jonche la pile de jeux à faire et parce que je suis du genre « touche à tout / expert en rien ».

 

Il doit être en effet plus facile de refaire ses jeux lorsqu’on joue à moins de jeu ou qu’on joue assez pour rester au fil de l’eau des sorties. Et même si je peux rogner sur les activités pour jouer plus, reste la barrière de la fatigue et de la concentration. Donc, clairement, je préfère continuer à progresser dans tous ces fantastiques jeux qui m’attendent (et m’appellent la nuit) plutôt que de recommencer certains d’entre eux. Alors certes la tentation est là, mais considérer le « second run » d’un jeu, c’est ouvrir la boite de Pandore menant au rétrogaming. Oui, j’aimerais me refaire Mafia II d’une seule traite cette fois (comprendre, enchainer les missions) sans visiter Empire Bay parce que je trouve formidable chacune des missions jouées (principales puisqu’il n’y a pas de missions secondaires), un jeu linéaire dans un monde ouvert. Gros coup de c½ur. Naturellement, je me laisserais bien tenté par une seconde incursion dans le mirifique Metal Gear Solid IV : Guns of the Patriots. Mon premier et seul MGS pour l’instant et quel jeu ! Peut-être une fois que j’aurais pris la licence depuis le début. Simplement, je redoute déjà de me retaper les boss complètement hardcores du jeu !

 

La vérité, c’est que j’ai déjà essayé de relancer un jeu de mon plein gré (sans considération de co-op ou autre expérimentation différenciante), il s’agit de mon jeu préféré : GTA IV. Et ça n’a pris 10 minutes pour me gonfler. Mon premier jeu PS3, ma licence préférée, un titre sur lequel j’ai passé entièrement mes vacances d’Aout 2008 de 8h à 23h, celui qui me donne encore des frissons de plaisir mélancolico-nostalgique juste à y repenser (Vladivostock FM !), c’est dire si le concept de « second run » ne fonctionne pas avec moi ! Celui qui a plus de chance d’accoucher de quelque chose de prosaïque, c’est Bioshock en réalité. Pourquoi ? Parce que c’est l’un des rares jeux où je trouve que je n’ai pas fait corps avec le gameplay. Enfin surtout les phases de jeu contre les Big Daddies lorsqu’on n’est pas surarmé pendant la moitié ou les 2 premiers tiers du jeu. Un espèce d’arrière-gout d’inachevé en bouche même si en dehors de ce point, je suis satisfait de mon pour l’instant seul run du chef d’½uvre d’Irrationnal.

 

Ainsi dans la mesure où je ne joue qu’à des jeux très typés grand public et non jeu de niche, que pour la plupart ils sont occidentaux, n’émanent pas de Nintendo et ne permettent de toute façon que d’augmenter la difficulté pour forcer à être plus vigilant/stratège/malin, jamais ressenti de besoin viscéral de recommencer un jeu pour mieux découvrir son gameplay, jamais eu le sentiment que des choses m’échappaient à ce niveau (en dehors de Bioshock donc). Alors naturellement, on peut vouloir recommencer un jeu parce qu’on a aimé faire ce qu’on y a fait, qu’il s’agit de nos actions ou du déroulement de l’histoire quand il y en a. Après tout, quand a aimé le plat du jour, on en reprend volontiers. Mais dans ce cas, on s’écart de la notion de plein effet pour rejoindre le coin de la gourmandise. L’expérience de jeu de notre propre chef reste inchangée (difficulté montée de plusieurs paliers compris).

 

 

II Oui

 

Le truc, c’est qu’il n’y a pas que le joueur du Dimanche voyez-vous. Et il n’y a pas que des jeux pour les joueurs du Dimanche. Il y a aussi ceux du Samedi. Ces PGMs en puissance qui recommence pour la troisième fois d’affilé leur jeu fétiche du moment qu’il se nomme Bayonetta, New Super Mario Bros. X ou encore Dark Souls. Voire même Resident Evil et affiliés dans les modes shuntant une partie des ressources/possibilités. Généralement, lorsqu’on parle de « plein effet », on sous-entend japonais. Difficile de coller la notion avec une production occidentale dans la mesure où la façon de produire un jeu et l’esprit des créateurs sont différents dès lors qu’on franchit le Pacifique dans un sens comme dans l’autre. Peut-être Mirror’s Edge qui parce qu’il est un jeu sur le parkour mérite d’en connaitre les outils et règles sur le bout des doigts pour vraiment apprécier un run à sa juste mesure. Je n’ai pas dit en ne connaissant jamais l’échec d’un timing, d’une portée ou d’une réception mais un résultat qui tient plus d’une maladresse que d’un manque d’acquis).

 

Mais même le cas Mirror’s Edge est particulier, il ne s’agit pas de faire un « second run » pour découvrir de nouvelles techniques, de nouvelles possibilités, de nouveaux mouvements, le tout avec une difficulté rehaussée et les bases bien en poche mais de refaire le jeu avec les bases solides pour encore plus l’apprécier mais sans rien apprendre de nouveau. En réalité, ce sont surtout ces jeux jap’ à système comme dirait Sopor. Des titres touffus dans leurs mécaniques comme au niveau de leurs règles et dont on a l’impression de n’avoir qu’effleuré la surface à l’issu du premier parcourt. Je pense bien évidemment à la majorité des Beat’Em All japonais de Devil May Cry à la clique Platinum Games (Bayonetta, MGR Revengeance, TheWonderful101, probablement Scalebound) en passant par les jeux Atlus (Princess Crown, Odin Sphere, Muramasa, Dragon’s Crown) ou encore Nier. Mais il y aussi un certain nombre de J-RPG qui répondent à l’appel comme les FF, les Tales of où il est de bon ton de recommencer le jeu pour jouer autrement en privilégiant d’autres branches de l’arbre de compétence. Même raisonnement pour la série A-RPG phare de From Software Dark Souls qui de par ses  innombrables builds impactant le gameplay, son challenge ainsi que sa narration cryptique invite à la redécouverte.

 

Qu’il s’agisse de Super Mario 2D ou 3D et ses étoiles qui invitent à fouiller les niveaux à la recherche pour le 100% permettant d’arpenter d’une nouvelle manière les niveaux déjà visités et de reconsidérer sa position sur l’ingéniosité du level-design, de Star Fox Zero ou encore de Pikmin, Nintendo est lui aussi en bonne figure en la matière, privilégiant le « scoring intelligent » au « remplissage aussi débile qu’à la con » cher à Ubi. Le « second run » pour le « plein effet » j’entends, est donc pour moi une pratique légitime mais typiquement japonaise et plutôt confinée aux spécialistes d’un genre (ce qui ne les empêchent d’ailleurs pas de jouer à quarante-douze mille autres jeux à côté, encore une fois, j’en appelle à la caution Sopor) ; ce qui n’est pas un mal. Maintenant faut-il l’encourager à plus grande échelle, c’est une autre question, et ça dépend vraiment de chacun.

 

 

Conclusion

 

Je comprends bien l’intérêt, voire la nécessité de quelques runs supplémentaires pour vraiment toucher du doigt le « plein effet » mais à mon sens, ça dépend aussi bien du joueur que du joué. J’ai joué 30 heures à Need For Speed Hot Pursuit lors de mon premier et seul run. J’ai eu le sentiment de faire corps avec la création, de dominer et dompter le gameplay, de pouvoir prendre les virages avec un bandana sur les yeux et les mains nouées dans le dos, le tout suspendu au-dessus du vide depuis le pont du Colgate mais on va me dire que c’était canada dry, que c’était factice et que je n’ai rien compris. Alors oui mais non en fait. Je sais encore interpréter ce que je reçois comme rétro-fit. Par contre, il est vrai que je ne serais sans doute pas capable de recommencer un jeu pour obtenir le plein effet si je ne surkiffe pas à mort le jeu dans le même temps - ce qui pourrait être très probablement le cas de Mirror’s Edge au final. Question d’impatience, question de personnalité, question de moi. Comme je vous disais. CQFD. Et pourtant, les baffes que j’ai prises depuis 20 ans (et qui mériteraient bien une deuxième vie) ne manquent pas.

 

2014-2017 Time Neves Convaincu ? Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Édito

 

Ne vous demandez pas ce que vous pouvez faire pour Neves.

 

Faites-le.

 

Neves F. Kennedy, 1964.

 

--------------------------------------------------

 

'Bienvenue au Neves Club.'

 

La première règle du Neves Club est 'il est interdit de parler du Neves Club'.

 

La seconde règle du Neves Club est 'IL EST INTERDIT DE PARLER DU NEVES CLUB'.

 

Troisième règle du Neves Club : ' lorsqu'un joueur WiiU l'intègre, il doit jurer sur la Dualshock de ne jamais prononcer les termes suivants dans l'enceinte du Club : "fun, gameplay, level-design, game design, multi-local" '

 

Quatrième règle : 'le joueur Sony et affiliés est exempté de combattre'

 

Cinquième règle : 'le joueur Xbox est un mythe qui n'existe pas'

 

Sixième règle : 'seulement deux joueurs par combat messieurs'

 

Septième règle : 'deux joueurs WiiU minimum par combat'

 

Huitième règle : 'quand le joueur WiiU crie stop, ou n'en peut plus, le combat continue jusqu'à ce que j'en décide autrement'

 

Neuvième et dernière règle : 'si c'est son premier jour, le joueur WiiU doit combattre'

 

Tyler Neves, 1997.

 

--------------------------------------------------

 

Il y a bien longtemps, dans un galaxie lointaine, très lointaine ...

 

 

C'était une époque de guerre civile, à bord du vaisseau opérant à partir d'une PlayStation inconnue, les Rebelles  ont emporté leur première victoire sur l'abominable Empire Nintendo.

 

Au cours de la bataille, les Rebelles ont réussis à dérober les plans secrets d'une machine infernale : le CD-Rom, une technologie spectrale dôtée d'un armement tridimensionnel assez puissant pour ébranler la stabilité bidimensionnelle du cosmos vidéoludique.

 

Poursuivi par les sbires sinistres de l'Empire, le Prince Kutaragi regagne sa base aux commandes de son vaisseau spatial, porteur des plans volés à l'ennemi qui pourrait boulverser le cours de l'histoire et restaurer l'espoir dans la galaxie ...

 

Neves Lucas, 1977.

 

--------------------------------------------------

 

"That's one small step for Sony ...

 

... but one giant leap for videogame industry"

 

Neil Neves, 1993.

 

( 'landing' his hands on the yet  UNCHARTED Playstation Dualshock soil)

 

--------------------------------------------------

 

- J'aurais pu vous offrir une babouche.

 

[4 seconds ... 3 ... 2 ... 1 ]

 

- Une babouche ne suffit pas.

 

Le mime Neves, 1998.

 

--------------------------------------------------

 

Yes, Week-End.

 

Neves Obama, le Vendredi.

 

--------------------------------------------------

 

My people ... Sons & Daughters of Sony. This much I vow. The history of these days will be written in the Saturn blood, by crashing the N64 of my ennemi, by seizing the CD technology they thought to turn against us. We will be fighting for our very existence. But if are those who denies us peace, refuses our rightfull place in the gaming universe, then we will unleash such a terrible console that the generations yet unborn (Gamecube, Wii, WiiU, WiiThem, etc.) will cry out in anguish.

 

Discours de galvanisation des troupes, Sony Headquarters, Neves Visari, 2 Décembre 1994.

 

--------------------------------------------------

 

The Wii may shatter our PS3 body. But they cannot break our spirit. Even tough the Miiverse advance on our Playstation Home to seize by force what they cannot claim by right. They cannot imagine what awaits them. WE WILL PLAYSTATION ALL-STARS BATTLE ROYALE (SMASH, in english) THE INVADERS FROM OUR SKIES. [...] While they sweep over our lands like the sand of winter, never again we will bow before them, never again endure their awful casual games, never again endure their Mario Kart tyranny. We will strike without warning and without mercy, fighting as one hand, one heart, one soul. We will shatter their dreams of hegemonia and haunt their nightmares of failure. Drenching our ancestor's grave with their blood. And as our last breath tears as their lungs, as we rise again form the ruins of our Playstation 3. They will know Gamers belongs to SONY.

PLAYSTATION 4.

 

Discours de présentation de la PS4 à la presse, Scolar Neves, 19 Février 2013.

 

--------------------------------------------------

 

 Never compromise.

[Tearing apart the contract between the two of them.]

Neves "Rorshach" Yamauchi, 1990.

 

--------------------------------------------------

 

Cette communauté mérite une qualité supérieure de contributeur.

 

Et je compte bien la lui donner.



The Neveser.

 

--------------------------------------------------

 

Je suis devenu un criminel pour éviter de devenir une victime.

 

 

Le joueur WiiU.

 

--------------------------------------------------

 

Dans l'Espace, personne ne vous entendra crier.

Renault, division acoustique.

 

--------------------------------------------------

 

Les hommes naissent libres et égaux en droit.

Il ne fait nul part ici, mention du sort de la femme.

Neves Bonaparte, 1803.

 

--------------------------------------------------

 

Nul n'est pro-fête en son pays.

 

Pourtant j'en vois plein des français à Saint-Tropez.

 

L'auteur de la citation n'a pas souhaité dévoilé son identité.

 

--------------------------------------------------

 

Un homme avertit en vaut deux.

 

Une femme ? Quatorze.

 

Comprenne qui pourra.


L'auteur de la citation n'assume pas ses propos et n'a par conséquent pas souhaité faire figurer son nom dans le registre.

 

--------------------------------------------------

 

L'important, c'est de gagner.

 

Et surement pas de participer.

 

Absurde.

 

Neves de Coubertin, 1896.

 

--------------------------------------------------

 

- Vous aimez invoquer la Sureté Nationale afin d'allègrement violer la constitution et restreindre les libertés individuelles si durement acquises par ce pays.

- Vous n'êtes qu'une emmerdeuse Karen.

Karen Hayes puis Tom Lennox, 24 - saison 10.

 

--------------------------------------------------

 

Ce blog ne se prévaut pas d'être le meilleur d'entre tous.


Il l'est.


Et c'est bien là l'essentiel.

 

Neves Bygmelon

 

--------------------------------------------------

 

L'important, c'est d'imposer son avis.


Et non de le donner.


Absurde ça aussi.


Putain, les gens comprennent vraiment rien.


Neves Underwood.

 

--------------------------------------------------

 

Un taxi vide s’est arrêté au 10 Downing Street.

 

Clement Attlee en est sorti.

 

Winston Churchill.

 

--------------------------------------------------

 

Un vrai joueur se réclamant être un sympathisant de la cause ne dit pas "allo" en décrochant le combiné.

 

Il dit Killzone.

 

Neves RyuzAKi47.

 

--------------------------------------------------

 

A compter de ce jour, vous ne m'appellerez plus Neves.

 

Mais le Grand Neves.

 

Napoléon Neves, 1822.

 

--------------------------------------------------

 

Les grands esprits discutent des idées.

 

Les moyens esprits discutent des évènements.

 

Les petits esprits discutent des gens.

 

Ils m'arrivent de discuter de moi auprès des autres.

 

Neves Roosevelt.

 

--------------------------------------------------

 

Un jour, je rentre dans un taxi et j'entends un mec me dire :

"Vous allez où ?"

Comme on se connaissait pas, je lui ai répondu :

"Qu'est ce que ça peut te foutre ?"

Les gens d'aujourd'hui, aucune manière ...

 

--------------------------------------------------

 

- Qui est le premier homme à avoir marché sur la Lune les enfants ?

 

- Neil Armstrong Mr le Professeur.

 

- Faux. Tintin.

 

--------------------------------------------------

 

Il n'a rien d'un GOTY, mais surpasse sans souci ceux à qui on a donné ce titre.

 

Blacklabel, 17 Janvier 2012, critique d'inFamous 2.

 

--------------------------------------------------

 

Contrairement à ce que prétend la vindicte populaire ...

 

... Dieu ne s'est pas reposé le 7ème jour.

 

Non. Dieu créa Sony.

 

Vox Déï.

 

(Citation non datée mais retrouvée sur un parchemin daté du Monolithique.)

Archives

Favoris