The Neves Times

The Neves Times

Par Neves Blog créé le 29/03/14 Mis à jour le 14/04/19 à 10h58

Reporter vidéo-ludique.

Hebdomadaire dominical.

Tirage en couleur.

Ajouter aux favoris
Signaler
Je n'ai rien à vous dire (Jeu vidéo)

Faut-il jouer à un jeu en difficile pour en tirer la substantielle moelle ?

Par la présente, j’aimerais revenir sur un cas d’école qui m’est arrivé avec la God of War collection. J’ai joué à GoW pour la 1ère fois en 2015. Le titre fut une claque, de celle dont je ne soupçonnais ni l’approche, ni l’intensité. J’ai joué à GoW 2 deux en plus tard. J’ai personnellement préféré le 1er de par son histoire, la conception de ses niveaux (le monde existait avant Demon’s Souls) ainsi que son architecture entre combat, plateforme et énigme. Quant le second se recentre sur le c½ur du jeu, la cuisine. Le 2nd est très bon et paradoxalement, j’ai sans doute pris plus de plaisir dans ces combats mais au détriment de la fluidité de la progression. Explications.

J’ai commencé GoW en difficile, 3ème niveau sur 4. J’ai fini par descendre d’un cran la difficulté au quart du jeu devant la difficulté abusée de certain mini-boss, le Minautaur en particulier. J’ai donc joué dans sa majeure partie au jeu en difficulté normale ; avec un défi assez prononcé pour s’employer et se creuser la tête sur les coups/tactiques à opérer et une progression fluide sans bloquée 2 heures sur un combat contre des adversaires de bas étages. J’ai fini le jeu en une dizaine d’heure.

J’ai fini GoW 2 en 25 heures. Pour la simple et mauvaise raison que j’ai opté pour augmenter d’un cran la difficulté par rapport au précédent – ça partait d’un bon sentiment – n’ayant plus la courbe d’apprentissage de la jouabilité puisque s’agissant du 2nd épisode et connaissant les contrôles ayant fait le jeu 2 ans auparavant. Bien mal m’en a pris. Parce que ce que j’ai gagné en défi avec les prérogatives que cela impose (plus de concentration, plus de calcul de ses coups, plus de tactiques), je l’ai perdu en fluidité de progression avec énormément de combats face à plusieurs ennemis « classiques » (même pas des mini-boss) qui mettaient 1h entière à être consommé au bout de dizaines de tentatives – le paradoxe étant que j’ai naturellement pris plus de plaisir à jouer plus juste avec la sanction guettant au tournant. A bien y repenser, ça ne me pose pas vraiment problème de recommencer encore et encore des combats voire des parcours de combats pour revenir à celui qui m’a trucidé et lui faire sa fête (Susic) mais c’est qu’il y a une trame dans GoW.

Contrairement à Demon’s Souls dont la trame scénaristique est aussi légère que l’épaisseur de mon papier toilette (faudra d’ailleurs penser à y remédier), God of War a une histoire dont on finit par perdre inexorablement le fil à force de recommencer ses moults combats. Et ça, ça m’a profondément dérangé. Plus que le sentiment d’avoir une progression à travers les niveaux hachée, qui s’arrête une heure le temps d’un passage ardu pour se repoursuivre comme si de rien n’était, c’est de perdre le fil de l’histoire qui m’a gonflé. Et qui fait que je ne sais globalement plus trop ce qui se passait scénaristiquement parlant à chaque fois que je relançais le jeu pour poursuivre ma partie.

Ayant horreur de perdre le fil de l’Histoire et supportant tout juste une progression hachée, God of War Collection fait désormais cas et je ne jouerai au 3 qu’en niveau moyen pour mieux apprécier l’½uvre dans son ensemble. Peut-être devrais-je retenir le niveau difficile seulement pour une 2nde partie mais comme je ne recommence jamais mes jeux … En revanche, j’ai joué à Uncharted Drake’s Fortune en normal et fait le 2 et le 3 en difficile. Et l’expérience s’est bien passée malgré une claire montée en niveau des ennemis obligeant à jouer différemment (et à recommencer certains passages plusieurs fois). Désormais, je privilégie une augmentation de la difficulté dans les jeux de tir comme j’ai pu m’y adonner avec les suites de Resistance, Killzone, Call of Duty (mais pas Bioshock, je ne suis pas fou). Et je préfère m’abstenir sur les autres.

Ceci permettant en fonction du genre de jeu de trouver un juste équilibre entre challenge et progression fluide, condition essentielle en ce qui me concerne pour apprécier à sa juste valeur un jeu. Eprouvant toujours 2 ans après les faits un sentiment aigre-douce vis-à-vis de GoW 2 que j’aurais aimé apprécier de la même manière que le 1er. La réponse à la question ma prise de parole est donc : NON.

2014-2019 Time Neves, Quid du niveau de difficulté de cet article Réservé.

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Commentaires

Donald87
Signaler
Donald87
Hola ... J'ai connu des "expériences" similaires ;)
Neves
Signaler
Neves
@ Yaeck => ce que tu décris, ça me le fait pour toutes les phases de jeu où je ne sais pas où aller, je m'impatiente très rapidement, c'est pour ça que les Tomb Raider de la PS1 ... J'ai un contentieux avec eux.

@KanyeEast => probablement que la trame du 2 est moins emballante que celle du 1er. Mais je suis sûr que ma progression plus que hachée n'a pas aidée.
KanyeEast
Signaler
KanyeEast
J'ai oublié un morceau du "ça dépend".

http://www.expressio...ique-moelle.php
Ça dépend aussi de ce que tu considères être la substantifique moelle du jeu auquel tu joues.
Un BTA, les modes de difficuté inférieurs ne te permettront pas d'explorer toutes les facettes du gameplay, pour exemple.

Et la trame scénaristique de Demon's Souls est un peu plus épaisse qu'une feuille de PQ.
KanyeEast
Signaler
KanyeEast
o/
Y'a une photo hors-sujet.

@Yaeck : on peut être fier du dépassement de soi, enfin j'espère que c'est le cas de ceux qui en sont fiers, et pas pour pouvoir rabaisser les autres.

@Neves :
Est-ce forcément lié à la difficulté, le fait que tu aies perdu le fil ?
GoW 2, j'ai perdu le fil aussi. Et pourtant, j'y jouais en moyen, sans trop perdre.
N'est-ce pas parce que l'histoire est moins importante / entraînante / épique ?
Je me suis fait chier dans ce second épisode, où j'avais l'impression juste d'aller d'un point A à un point B en massacrant une pléthore d'ennemis sans comprendre les tenants et aboutissants.
Là, où dans le premier j'avais un truc (Kratos était vénère parce qu'il voulait péter la gueule du mec qui lui a fait tuer sa famille), les enjeux du second ne m'ont pas transcendés.
Le 3e, bah... tu verras à l'occasion.
Ta question initiale, tu ne peux pas répondre un "NON" catégorique. Enfin si tu peux, mais "ça dépend" est plus juste. Ça dépend suivant tes attentes.
Oui, si tu cherches à en tirer tout le gameplay, non si cela te fait perdre le fil d'une histoire que tu suis.
Ça rejoint ce que je t'écrivais l'année dernière, mais qui m'a valu divers quolibets : il faut apprendre à savoir ce que l'on veut dans ce que l'on consomme, et c'est cool de voir quelqu'un qui comprend ce qu'il cherche.
Evilmarmotte
Signaler
Evilmarmotte
@Yaeck : Amen!
Le pire, à mon sens, c'est quand le réglage de difficulté n'influe que sur la quantité de vie des ennemis ou sur les dégâts qu'ils infligent. Je n'ai jamais compris le délire sur le mode Légendaire des Halos par exemple : on meurt en deux secondes, les aliens encaissent des chargeurs entiers sans broncher... faut être dans un certain état d'esprit ^^;
Yaeck
Signaler
Yaeck
N'ayant aucun sens de la compétition, aucun honneur et aucune fierté - ça se pose là - je joue à tout mes jeux vidéos dans le mode de difficulté le plus simple possible, y compris en mode Bébé Cadum dans Wolfenstein, et sans aucune honte.
Seuls les jeux qui possèdent une fin différente en fonction du mode de difficulté me font faire des choix autres (Ex: Shadows of the Empire sur N64).
Cela pour tout un tas de raison, dont la première est le manque de patience. Recommencez 15 fois la même séquence je ne le peux tout simplement pas. Pour moi jouer c'est comme lire, c'est fait pour me détendre l'esprit en suivant une histoire. Hors jamais un bouquin ne te fait lire 15 fois la même page parce qu'il y a un mot que tu ne comprends pas. Pour moi le JV c'est pareil...rester bloqué sur un truc alakon, très peu pour moi.
Par manque de temps ensuite, déjà qu'il faut que j'arrive à me réserver un créneau pour parvenir à jouer une heure ou deux dans ma semaine, ce n'est pas pour rester bloqué sur les mêmes 4 écrans durant ce laps de temps.
Et enfin car je n'éprouve aucun plaisir dans la difficulté et le challenge accompli. Le Kiff que beaucoup semblent connaître sur les Soul's ou Sekiro m'est un sentiment totalement étranger. J'irai même jusqu'a dire que je ne comprends pas comment on peut-être fier de çà. Je comprends l'exploit et la nécessaire dextérité qu'il faut pour y parvenir mais de là à en 'être fier', non vraiment je trouve ça absurde. Je précise que je n'ai jamais touché à un jeu du genre, celui-ci étant aux antipodes de ce que je recherche quand je joue.

Il en faut pour tout les goûts comme on dit.

Édito

 

Ne vous demandez pas ce que vous pouvez faire pour Neves.

 

Faites-le.

 

Neves F. Kennedy, 1964.

 

--------------------------------------------------

 

'Bienvenue au Neves Club.'

 

La première règle du Neves Club est 'il est interdit de parler du Neves Club'.

 

La seconde règle du Neves Club est 'IL EST INTERDIT DE PARLER DU NEVES CLUB'.

 

Troisième règle du Neves Club : ' lorsqu'un joueur WiiU l'intègre, il doit jurer sur la Dualshock de ne jamais prononcer les termes suivants dans l'enceinte du Club : "fun, gameplay, level-design, game design, multi-local" '

 

Quatrième règle : 'le joueur Sony et affiliés est exempté de combattre'

 

Cinquième règle : 'le joueur Xbox est un mythe qui n'existe pas'

 

Sixième règle : 'seulement deux joueurs par combat messieurs'

 

Septième règle : 'deux joueurs WiiU minimum par combat'

 

Huitième règle : 'quand le joueur WiiU crie stop, ou n'en peut plus, le combat continue jusqu'à ce que j'en décide autrement'

 

Neuvième et dernière règle : 'si c'est son premier jour, le joueur WiiU doit combattre'

 

Tyler Neves, 1997.

 

--------------------------------------------------

 

Il y a bien longtemps, dans un galaxie lointaine, très lointaine ...

 

 

C'était une époque de guerre civile, à bord du vaisseau opérant à partir d'une PlayStation inconnue, les Rebelles  ont emporté leur première victoire sur l'abominable Empire Nintendo.

 

Au cours de la bataille, les Rebelles ont réussis à dérober les plans secrets d'une machine infernale : le CD-Rom, une technologie spectrale dôtée d'un armement tridimensionnel assez puissant pour ébranler la stabilité bidimensionnelle du cosmos vidéoludique.

 

Poursuivi par les sbires sinistres de l'Empire, le Prince Kutaragi regagne sa base aux commandes de son vaisseau spatial, porteur des plans volés à l'ennemi qui pourrait boulverser le cours de l'histoire et restaurer l'espoir dans la galaxie ...

 

Neves Lucas, 1977.

 

--------------------------------------------------

 

"That's one small step for Sony ...

 

... but one giant leap for videogame industry"

 

Neil Neves, 1993.

 

( 'landing' his hands on the yet  UNCHARTED Playstation Dualshock soil)

 

--------------------------------------------------

 

- J'aurais pu vous offrir une babouche.

 

[4 seconds ... 3 ... 2 ... 1 ]

 

- Une babouche ne suffit pas.

 

Le mime Neves, 1998.

 

--------------------------------------------------

 

Yes, Week-End.

 

Neves Obama, le Vendredi.

 

--------------------------------------------------

 

My people ... Sons & Daughters of Sony. This much I vow. The history of these days will be written in the Saturn blood, by crashing the N64 of my ennemi, by seizing the CD technology they thought to turn against us. We will be fighting for our very existence. But if are those who denies us peace, refuses our rightfull place in the gaming universe, then we will unleash such a terrible console that the generations yet unborn (Gamecube, Wii, WiiU, WiiThem, etc.) will cry out in anguish.

 

Discours de galvanisation des troupes, Sony Headquarters, Neves Visari, 2 Décembre 1994.

 

--------------------------------------------------

 

The Wii may shatter our PS3 body. But they cannot break our spirit. Even tough the Miiverse advance on our Playstation Home to seize by force what they cannot claim by right. They cannot imagine what awaits them. WE WILL PLAYSTATION ALL-STARS BATTLE ROYALE (SMASH, in english) THE INVADERS FROM OUR SKIES. [...] While they sweep over our lands like the sand of winter, never again we will bow before them, never again endure their awful casual games, never again endure their Mario Kart tyranny. We will strike without warning and without mercy, fighting as one hand, one heart, one soul. We will shatter their dreams of hegemonia and haunt their nightmares of failure. Drenching our ancestor's grave with their blood. And as our last breath tears as their lungs, as we rise again form the ruins of our Playstation 3. They will know Gamers belongs to SONY.

PLAYSTATION 4.

 

Discours de présentation de la PS4 à la presse, Scolar Neves, 19 Février 2013.

 

--------------------------------------------------

 

 Never compromise.

[Tearing apart the contract between the two of them.]

Neves "Rorshach" Yamauchi, 1990.

 

--------------------------------------------------

 

Cette communauté mérite une qualité supérieure de contributeur.

 

Et je compte bien la lui donner.



The Neveser.

 

--------------------------------------------------

 

Je suis devenu un criminel pour éviter de devenir une victime.

 

 

Le joueur WiiU.

 

--------------------------------------------------

 

Dans l'Espace, personne ne vous entendra crier.

Renault, division acoustique.

 

--------------------------------------------------

 

Les hommes naissent libres et égaux en droit.

Il ne fait nul part ici, mention du sort de la femme.

Neves Bonaparte, 1803.

 

--------------------------------------------------

 

Nul n'est pro-fête en son pays.

 

Pourtant j'en vois plein des français à Saint-Tropez.

 

L'auteur de la citation n'a pas souhaité dévoilé son identité.

 

--------------------------------------------------

 

Un homme avertit en vaut deux.

 

Une femme ? Quatorze.

 

Comprenne qui pourra.


L'auteur de la citation n'assume pas ses propos et n'a par conséquent pas souhaité faire figurer son nom dans le registre.

 

--------------------------------------------------

 

L'important, c'est de gagner.

 

Et surement pas de participer.

 

Absurde.

 

Neves de Coubertin, 1896.

 

--------------------------------------------------

 

- Vous aimez invoquer la Sureté Nationale afin d'allègrement violer la constitution et restreindre les libertés individuelles si durement acquises par ce pays.

- Vous n'êtes qu'une emmerdeuse Karen.

Karen Hayes puis Tom Lennox, 24 - saison 10.

 

--------------------------------------------------

 

Ce blog ne se prévaut pas d'être le meilleur d'entre tous.


Il l'est.


Et c'est bien là l'essentiel.

 

Neves Bygmelon

 

--------------------------------------------------

 

L'important, c'est d'imposer son avis.


Et non de le donner.


Absurde ça aussi.


Putain, les gens comprennent vraiment rien.


Neves Underwood.

 

--------------------------------------------------

 

Un taxi vide s’est arrêté au 10 Downing Street.

 

Clement Attlee en est sorti.

 

Winston Churchill.

 

--------------------------------------------------

 

Un vrai joueur se réclamant être un sympathisant de la cause ne dit pas "allo" en décrochant le combiné.

 

Il dit Killzone.

 

Neves RyuzAKi47.

 

--------------------------------------------------

 

A compter de ce jour, vous ne m'appellerez plus Neves.

 

Mais le Grand Neves.

 

Napoléon Neves, 1822.

 

--------------------------------------------------

 

Les grands esprits discutent des idées.

 

Les moyens esprits discutent des évènements.

 

Les petits esprits discutent des gens.

 

Ils m'arrivent de discuter de moi auprès des autres.

 

Neves Roosevelt.

 

--------------------------------------------------

 

Un jour, je rentre dans un taxi et j'entends un mec me dire :

"Vous allez où ?"

Comme on se connaissait pas, je lui ai répondu :

"Qu'est ce que ça peut te foutre ?"

Les gens d'aujourd'hui, aucune manière ...

 

--------------------------------------------------

 

- Qui est le premier homme à avoir marché sur la Lune les enfants ?

 

- Neil Armstrong Mr le Professeur.

 

- Faux. Tintin.

 

--------------------------------------------------

 

Il n'a rien d'un GOTY, mais surpasse sans souci ceux à qui on a donné ce titre.

 

Blacklabel, 17 Janvier 2012, critique d'inFamous 2.

 

--------------------------------------------------

 

Contrairement à ce que prétend la vindicte populaire ...

 

... Dieu ne s'est pas reposé le 7ème jour.

 

Non. Dieu créa Sony.

 

Vox Déï.

 

(Citation non datée mais retrouvée sur un parchemin daté du Monolithique.)

Archives

Favoris