The Neves Times

The Neves Times

Par Neves Blog créé le 29/03/14 Mis à jour le 29/08/17 à 18h21

Reporter vidéo-ludique.

Hebdomadaire dominical.

Tirage en couleur.

Ajouter aux favoris
Signaler

 Comme vous pouvez l'imaginer, j'ai vu avec intérêt la vidéo de Julien Chièze en pleine effervescence Bloodbornesque et j'ai lu (avec intérêt aussi) le droit de réponse d'un apôtre du bon gout, le criminel bien connu de tous sous le nom d'Akiru le fou. La Justice étant communément symbolisée par une balance, j'ai décidé dans l'instant solennel de rigueur qu'impose la situation d'urgence de formuler dans les lignes qui suivent un droit de réponse au droit de réponse à la vidéo de Julien Chièze sur la supposée dictature remise en question par le dissident d'une communauté de joueur sur l'autre frange peuplant la jeuvidéosphère. Voilà. J'espère avoir été clair.

C'est un peu l'état dans lequel j'étais lors de la rédaction de l'article ...

Avec peut-être juste un peu plus de HA HA quand même ...

 Je n'aime pas les productions Platinum Games, c'est un fait. Je me suis forcé à acheter Dark Souls, c'est une évidence. Je ne m'intéresse à Hotline Miami que parce qu'il est hypé à mort et non de mon réel propre chef, c'est là aussi une (cruelle) réalité. Oui, je ne suis pas très friand de jeux réputés difficiles à dompter. Non pas par crainte de ne pas être à la hauteur mais juste parce que ce n'est pas ce que je recherche dans un jeu vidéo. J'aime réaliser des "trucs" mais pas au prix de 56229 essais et d'une frustration m'ayant couté 2 mois de salaire en manette. Mais l'exigence et la concentration ne sont même pas des problèmes en soi, il en faut pour battre des records dans n'importe quel jeu de course arcade ou battre l'IA sur Fifa (eh oui et je sais de quoi je parle). C'est juste que ces jeux ne font rien pour se vendre. Ce qui ne les empêche pas de se tapper des notes extrêmement généreuses. Je veux dire TheWonderful101 par exemple, sorti de son gameplay de fou, qu'est ce qu'a fait Kamiya et sa team pour le sortir de son terrain embourbé de jeu de niche ? Même constat pour Bayonetta ? Et maintenant, on reviendrait mettre en cause l'attirance des gens ou plutôt leur relative non attirance pour ces jeux en comparaison d'un Final Fantasy ou d'un Resident Evil pour rester dans le japonais. Déjà, preuve que le japonais quand il s'y prend bien peut en vendre des cargos entiers des jeux - mais ça, je ne l'apprends à personne - nan, la question que je me pose quand je lis le post d'Akiru, c'est pourquoi la majorité "payerait" pour des développeurs qui ne trouvent pas forcément la formule pour sortir leur jeu d'un carcan réservé "à ceux qui savent". D'ailleurs, clairement, la saga des Souls qui marchent outrement mieux commercialement que n'importe quelle production PG Games en est la preuve vivante : on peut élever un concept du confidentiel vers le grand public. Parce qu'à ce niveau de ventes là, les Souls ne parlent pas seulement au joueur hardcore chevronné, ils touchent tout le monde de leurs gros doigts boudinnés.  Cette saga se vend plus qu'inFamous par exemple. A quel prix ? Il est vrai que la série a un look occidental, ça aide pour s'installer en Occident. Pour simplifier, les Souls sont des jeux occidentaux repensé par des jap'. Certainement plus inspirés dans ses mécaniques niveau gameplay/level-design que la plupart des productions concurrentes réalisés ici à l'Ouest. Comme quoi, parfois, le communisme, ça a du bon ... Quand je vois le four que va encore faire Xenoblade, je m'interroge. Square Enix avec FF a compris comment vendre sa saga, et ce, depuis des lustres, ce n'est pas à ces singes là qu'on va leur apprendre à faire la limace. L'industrie se laisse peut-être un peu trop dicté sa loi par des impératifs économiques, par la réception du public au gout de certains mais en même temps on parle de quoi ? D'une industrie. Une industrie qui se doit d'être rentable pour péréniser son activité (n'est pas PG Games qui veut pour rester sur le même exemple). Et la rentabilité de projet titanesque passe certainement par certains codes. Comme celui de ne pas trop perdre le joueur dans des possibilités un peu flippantes en matière de gameplay. Que recherchent tous ces studios ? Un gameplay solide, efficace, accessible, le cocktail obligatoire pour ne pas rebuter une partie du panel de joueur cible. Et c'est bien pour ça que 99,99% des blockbusters se vendant plus que de raisons choisissent ce schéma et réussissent leur coup. Le 0,01% restant étant Nintendo et sa suceptibilité maniaque pour un gameplay aussi accessible que profond. Cas exceptionnel pas vraiment représentatif des meneurs du marché. J'ai l'impression que la bien pensante nous fait payer le fait de ne pas être né japonais, de ne pas avoir pu boire du saké dès le matin et donc de ne pas avoir cette attente, cette perception du jeuvidéo qu'ont les japs. Relationnel au médium diamétralement différent. Du coup maintenant, on subit les coups de butoir. On ne devrait alors pas tant aimé des jeux calibrés pour nous, des jeux avec du gameplay MAIS pas trop (faut pas déconner) et sans une once de level-design intélligent. Pourquoi ? On est occidentaux donc on aime les jeux d'occidentaux qui ont compris notre besoin. Celui de jeux globalement pas trop prise de tête mais où le plaisir d'interaction est bel et bien entier. Alors, attention, je dis pas que les jeux doivent devenir des chantres de la facilité comme Assassin's Creed, ce dernier étant bien l'incarnation de la dérive du tout accessible qui se mue en tout automatique, mais je crois comprendre selon la tendance du marché depuis des lustres maintenant que les jeux qui font mouches se doivent d'être mesuré dans leur complexité afin de ne pas effrayer/repousser le joueur cible. Question de réalité commerciale/économique, sociétale (l'investissement acharné dans un jeu n'étant pas le grand dada de la majorité du public qui rappelons le n'a pas la même typologie depuis que le médium n'a cessé de grignotté de nouveaux adeptes) entre autres. Un autre point qui m'interpelle est cette catégorisation outrancière des joueurs comme si 2 camps s'affrontaient, deux camps qui jouent peut-être bien aux mêmes jeux mais qui se distinguent clairement par des façons de pensé et des préférences sans commune similitude. Que penser d'un joueur ayant acquis la PS4 il y a maintenant 3 semaines (cadeau d'anniversaire de sa dulcinée), qui a Fifa 15 et Pleurs Lointains 4 et qui a l'approche de la sortie de Bloodborne s'intéresse aux tests du jeu, le considère et finit même par le vouloir comme troisième jeu (en connaissance de cause en plus, il sait que le jeu est difficile, punitif dans le bon sens du terme et tuti quanti) ? Oui, je m'appui sur l'exemple d'un pote, d'un pote qui ne suit l'actualité vidéoludique de loin, très loin et serait plutôt du genre à ne me pas savoir de quoi je parles si je lui parlais de Bayonetta ou Platinum Games. Comment a t'il été attiré par le jeu, qu'est ce qui lui plait ? Bien entendu, ce n'est pas sur un cas particulier qu'on va en tirer des enseignements sur la comète mais il serait intéressant une bonne fois pour toute d'arrêter de considérer que les joueurs qui jouent aux Atelier Mereru ne mangent que ce genre de jeux de niche, qu'ils sont des types forcément passionnés par le jeu vidéo en général, etc. ON EN SAIT JUSTE RIEN. Je le dis, je le matraque encore une fois, mais il y a autant de profils de joueurs que de joueurs, que d'individus pour être tout à fait clair. Moi par exemple, hermétique aux Souls depuis que j'ai assisté et suivi leurs annonces en Europe (je me souviens parfaitement du belâtre inconnu au bataillon s'imposant fièrement sur ses qualités, le dénomé Demon's Souls en 2010)  jusqu'au dévoilement de Bloodborne au dernier E3. Je sentais que le vent allait tourné et que j'allais me faire une raison. Les jeux réputés hardcore, touffu peuvent faire retourner leur veste au premier quidam en manque de confiance sur ses aspirations vidéoludiques venu, j'en suis la preuve (et vivante en plus) ! Et je n'avais pas tort, Bloodborne au fur et à mesure de ces vidéos m'a conquis. Les raisons ? La DA, l'univers, la vélocité que prend la licence et la prise de conscience que le système de combat mélant j'imagine stratégie/reflexe (et beauté) n'était peut-être pas aussi vide d'intérêt vidéoludique (j'aime jouer à cap et d'épé, mais je voyais pas trop la pertinence de baser un jeu entièrement sur ses combats). Faut dire que je débute au niveau des RPG, j'ai longtemps ignoré le genre par simple (ba)gout faut dire. Final Fantasy XIII a été une révélation. Le système de combat très performant/plaisant se chargeant de reconsidérer mes convictons/aspirations en la matière. Maintenant, là où je m'interroge, c'est en quoi les adeptes du mauvais gout comme moi qui jouent à GodofWar et Uncharted plutôt qu'à Bayonetta et Wonderful101 imposent leur façon de voir les choses aux autres ? EN QUOI ?? Parce qu'il y a trop de gens comme moi ?? Donc, on vous impose aussi le foot plutôt que le Volleyball messieurs ? La dance classique plutôt que le hip-pop ou la zumba mesdames ? Alors, par simple respect entre les peuples, pourquoi ne pas le laisser jouer à ce qui lui plait, à ce qui l'attire et le laisser récidiver si l'aventure a été plaisante, concluante, si elle a comblé ses attentes et au contraire le permettre de son propre chef lacher l'affaire pour tenter autre chose dans le cas contraire. Je vois beaucoup de joueurs du dimanche s'essayer à toute sorte de jeux indépendants en vogue. Un marché quasi inexistant il y a une génération (en tout cas un marché souterrain voire inexistant sur console). On dit souvent sur le marché du travail qu'il faut savoir se vendre alors plutôt que de pleurnicher sur l'armada financière faisant vendre CallofDuty, Assassin's Creed et Fifa, pourquoi ne pas s'évertuer à trouver la recette pour vendre son jeu (sans travestir ses idées bien entendu) ?? Alors, attention, je suis pour l'élévation des exigences, de l'expérience leveldesignnogameplayique mais ce que je n'accepte pas, c'est de faire passer des jeux bons, de bon jeux pour des sous-merde qui n'ont rien à faire là et qui gangrenne les vrais jeux, ceux qui rendent hommage au jeu vidéo, le seul jeu vidéo légitime. Typiquement un comportement d'extrémiste qui souhaite guider de nouveaux adeptes vers la lumière et priver de leur libre-arbitre des congénères qui ne sont pourtant pas plus bête que lui pour se diriger vers les jeux qu'il estime/pour faire ses propres (putains de) choix. Pour moi, la solution la plus saine qui soit n'est certainement pas de déclencher des guerres à l'encontre de quelque jeu qu'il soit pour des questions d'idéologie mais de donner envie aux joueurs, à son entourage, à votre voisine, à votre concièrge, à je-ne-sais-qui, de découvrir ces gens en les promouvant, en les promulguant. Pas en les imposant. Je vois pas le but de la démarche consistant à créer une psychose à l'encontre de tel ou tel jeu alors que des développeurs se sont cassés le cul (et Dieu sait les horaires et le rythme de vie qu'imposent ces métiers) et pliés en quattre pour sortir des jeux qui fonctionnent. En théorie. Je comprends que ça gueule pour les sorties de #Driveclub, Assassin's Creed (je vais pas préciser un titre, ça serait mentir pour les autres), Diablo III, Sim City(, etc.) parce que le contrat trocal entre le développeur qui fournit le jeu et le joueur l'argent n'est pas respecté. Je le comprends jusqu'un certain point, faut pas non plus abusé surtout quand ce sont les dév' qui trinquent pour des décisions d'édition. Ce que je comprends moins, c'est lorsqu'on arrive à souhaiter la fin d'un genre (la Cinématographie pour ne pas la citer) parce qu'on aime pas et qu'on a peur (c'est toujours ce sentiment qui motive les gens à sortir les crocs, ne nous méprenons pas ...) que ça empiette sur les plates bandes des jeux qu'on aime. Donc de 1/ les gens n'ont pas confiance en leurs développeurs ou dans les générations qui remplaceront ceux qui partiront en retraite si je comprends bien. Ils ont peur de se retrouver qu'avec des Quantic Dream et les autres exclus PlayStations qui transpirent le cinéma. Et de 2/ ils en ont tellement rien à foutre des autres, ils pensent tellement qu'à leur gueule que ça leur semble normal d'avoir un tel comportement d'égoïste. L'incarnation de l'égoïsme pour ceux qu'ont vu le film Le Prénom. Ca fait un moment que j'ai perdu foi en la mesure de certain par rapport à ce qui n'est qu'un loisir mais là, on touche le fond comme même (copyright je-sais-plus-qui). Et ça me fait vraiment chier. Maintenant, les gens que j'estime de mauvaise fois vont me dire que les blockbusters occidentaux sans gameplay et sans leveldesign se vendent surtout pour leur plastique et que sans ça, ils feraient un four. Je leur répondrai CallofDuty, je leur répondrai Assassin's Creed, je leur répondrai Crytek. Autant d'exemples différents appuyant la thèse du NON : on ne joue simplement parce que c'est beau en Occident. On ne joue pas à n'importe quel prix. C'est comme faire passer CoD pour juste la même chose d'épisode en épisode (ce qu'il est) mais se basant sur l'héritage de maîtrise de gamedesign depuis les débuts de la série, la fameuse règle des 90 secondes (cf. Iseewhatyoudidthere). Mais c'est encore autre chose et légèrement hors-sujet sur les bords dans ce billet. Le pire, pour en revenir au sujet, c'est que je suis très probablement l'exemple même qu'on ne nait pas fin gourmet du jeu vidéo mais qu'on peut s'ouvrir et élargir ses horizons à tout. Il fut une époque où je m'abreuvais de jeux de foot, de course et de plateforme exclusivement. Pas vraiment de place pour les autres genres, et c'est convaincu par les propositions des développeurs que je me suis mis à jouer un peu à tout, pas parce qu'untel m'a posé un flingue sur la tempe. Façon de parler. C'est légèrement l'impression que j'ai quand je vois le discours à côté de la plaque de certains. Qu'ils aimeraient bien obliger les gens à jouer à des jeux qu'ils n'ont pas choisi. Mais ce n'est pas un comportement propre au JV, on peut généraliser le phénomène à à peu près toutes les formes de culture prisée par les masses (cinéma, musique notamment). Et c'est bien dommage, il y a encore un long chemin (pour le coup, quel pied de nez) vers la quête de maturité pour les plus virulents d'entre eux ...

Akiru le fou (à droite) et une personnalité non identifiée (à gauche) rendant visite à une brebis égarée pour la remettre dans le droit chemin.

J'ai d'ailleurs l'impression de reconnaître mon palier de porte mais c'est pas possible, il s'agit certainement d'un photo-montage (bien réalisé ceci-dit ...)

 Voilà ce que la lecture de la vidéo de JC et la réponse d'Akiru m'ont inspiré (mais pas que, j'ai été fortement inspiré par le sort du cas TheOrder1886 et les comportements/attitudes extrêmes dans les forums), c'est brut de décoffrage, c'est pas du tout struturé mais c'est dit avec le coeur. Le sentiment d'un type à qui on reproche indirectement d'aimer ce qu'il aime en somme. Et contrairement aux apparences, je suis pour l'amitié entre les peuples. Flûte, si j'avais su que ce post allait se finir en eau de rose ambiance Amour, Gloire et Potté ... j'aurais rajouter des petites colombes ici et là ... Bon, le déballage est terminé maintenant, rentrez chez vous, c'est couvre-feux ce soir; j'ai apperçu une bande de casseurs, ils se font appeler les "dictateurs du bon gout", FUYEZ !!

 Pauvres fous.

 

2014-2015 Time Neves, Allfright reserved.

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Commentaires

sopor
Signaler
sopor

@intru85 => La France, tu l'aimes ou tu la quittes. C'est pareil pour mon blog. :P Plus sérieusement, la pensée ne suit pas une logique structurelle, c'est un grand déballage, c'est pour ça que j'ai voulu garder le format mais c'est vrai que c'est un peu indigeste en l'état.

@mathew600 => c'est sûr, chacun son truc mais il y a des joueurs qui pensent que certains jeux sont des espèces en voie de disparition. Comme si ce qu'ils aimaient étaient des baleines et la grande masse oppressive donnant dans le jeu à spectacle sans prise de tête étaient les harponneurs japonais ... Je pense que c'est un petit peu plus compliqué que ça mais je peux comprendre les craintes ... par le comportement engendré.

@sopor => cyniquement, je dirais qu'il y a bien des dictateurs du bon gout mais que leur influence sur les autres est proche de zéro. Un mal pour un bien. Si à la limite, les mecs avaient des idées pour élever le niveau de ces jeux qu'ils ne jugent pas assez bons, ok mais ils ne sont même pas force de proposition (critiquer qu'un TPS donnant dans le TPS, je comprends pas bien le concept par exemple) ... C'est surtout qu'au lieu de parler de ce qui nous plait d'un jeu, on parle pour ne rien dire sur le jeu vidéo doit être comme ci, il doit être comme ça, il doit surtout être bon. A un moment donné, tu ne peux pas nier que si il y a demande, il y a offre et que comme le dit Mathew600, c'est qu'une question de gout. Sinon, Assassin's Creed, c'est surtout la licence qui me fait un effet "je t'aime moi non plus", je sais qu'elle peut faire beaucoup mieux (encore faut-il analyser les bons axes de progrès) ...

@Bbali => :lol:


Je vois pas bien le principe d'être "force de proposition" ?!?! Le travail de critique ce n'est pas un travail de création. Quand tu dis du bien ou du mal d'une oeuvre tu le fais sur une oeuvre finie, sans vouloir apporter quelque chose à cette oeuvre. Tu te places juste dans une position de "juge" avec les critères de ton appareil critique. Tu n'es pas là pour améliorer quelque chose.

Si on admet qu'il y a une dictature du bon goût, du hardcore gamer, il y aurait de la même manière une dictature de la masse, des ventes, de l'automatisation, du AAA, des jeux indés... Je vois pas bien ce que ça change.
Les jeux dont on parle ici et dont Bloodborne est la partie visible sont juste des jeux qui ont moins d'audience et moins de retours presse. Pareil pour certaines consoles. Ensuite, et la France a ses traditions, on aime défendre les choses en minorité par rapport à ce qui domine un marché. Ils expriment aussi une certaine vision du JV.

Perso, qu'un jeu soit un AAA, un indé ou un jeu jap, je me pose juste la question de la place que le jeu accorde au joueur, puisque pour moi l'interactivité est l'élément particulier (donc celui à analyser avant tout) du média JV.
intru85
Signaler
intru85
Haha m'enfou je suis en Belgique :P
Neves
Signaler
Neves
@intru85 => La France, tu l'aimes ou tu la quittes. C'est pareil pour mon blog. :P Plus sérieusement, la pensée ne suit pas une logique structurelle, c'est un grand déballage, c'est pour ça que j'ai voulu garder le format mais c'est vrai que c'est un peu indigeste en l'état.

@mathew600 => c'est sûr, chacun son truc mais il y a des joueurs qui pensent que certains jeux sont des espèces en voie de disparition. Comme si ce qu'ils aimaient étaient des baleines et la grande masse oppressive donnant dans le jeu à spectacle sans prise de tête étaient les harponneurs japonais ... Je pense que c'est un petit peu plus compliqué que ça mais je peux comprendre les craintes ... par le comportement engendré.

@sopor => cyniquement, je dirais qu'il y a bien des dictateurs du bon gout mais que leur influence sur les autres est proche de zéro. Un mal pour un bien. Si à la limite, les mecs avaient des idées pour élever le niveau de ces jeux qu'ils ne jugent pas assez bons, ok mais ils ne sont même pas force de proposition (critiquer qu'un TPS donnant dans le TPS, je comprends pas bien le concept par exemple) ... C'est surtout qu'au lieu de parler de ce qui nous plait d'un jeu, on parle pour ne rien dire sur le jeu vidéo doit être comme ci, il doit être comme ça, il doit surtout être bon. A un moment donné, tu ne peux pas nier que si il y a demande, il y a offre et que comme le dit Mathew600, c'est qu'une question de gout. Sinon, Assassin's Creed, c'est surtout la licence qui me fait un effet "je t'aime moi non plus", je sais qu'elle peut faire beaucoup mieux (encore faut-il analyser les bons axes de progrès) ...

@Bbali => :lol:
Bbali
Signaler
Bbali
Pavé César ! Ceux qui n'ont pas lu te saluent !
sopor
Signaler
sopor
Pas mal de choses intéressantes dans ton article par contre c'est triste d'avoir si peu confiance en ses goûts pour penser qu'il y a des dictateurs du goût et croire qu'ils ont une influence néfaste voire un poids (j'ignore lequel...) sur ce qu'on aime. Si t'aimes AC crie le sûr les toits ;)
Perso je me suis longtemps intéressé à des choses (en musique, cinéma, littérature...) qui n'intéressent personne ou bien une minorité et je m'en suis jamais plaint, au contraire. Y a que dans le JV qu'on théorise sur la dictature de la minorité.

Et perso qu'un jeu soit facile ou difficile ça m'importe peu. Je m'intéresse surtout à ce qu'un jeu (et donc son/ses créateurs) fait/font du joueur.
mathew600
Signaler
mathew600

Pour ma part je recherche actuellement du chalenge mais principalement en multi. après ça ne fait pas de mal de jouez à des jeux plus facile de temps en temps sa permet de se détendre après une dur journée par exemple..

 

Après chacun son truc.

intru85
Signaler
intru85
Sympa l'article mais tu aurais du espacer :) j'ai eu du mal à tout lire

Édito

 

Ne vous demandez pas ce que vous pouvez faire pour Neves.

 

Faites-le.

 

Neves F. Kennedy, 1964.

 

--------------------------------------------------

 

'Bienvenue au Neves Club.'

 

La première règle du Neves Club est 'il est interdit de parler du Neves Club'.

 

La seconde règle du Neves Club est 'IL EST INTERDIT DE PARLER DU NEVES CLUB'.

 

Troisième règle du Neves Club : ' lorsqu'un joueur WiiU l'intègre, il doit jurer sur la Dualshock de ne jamais prononcer les termes suivants dans l'enceinte du Club : "fun, gameplay, level-design, game design, multi-local" '

 

Quatrième règle : 'le joueur Sony et affiliés est exempté de combattre'

 

Cinquième règle : 'le joueur Xbox est un mythe qui n'existe pas'

 

Sixième règle : 'seulement deux joueurs par combat messieurs'

 

Septième règle : 'deux joueurs WiiU minimum par combat'

 

Huitième règle : 'quand le joueur WiiU crie stop, ou n'en peut plus, le combat continue jusqu'à ce que j'en décide autrement'

 

Neuvième et dernière règle : 'si c'est son premier jour, le joueur WiiU doit combattre'

 

Tyler Neves, 1997.

 

--------------------------------------------------

 

Il y a bien longtemps, dans un galaxie lointaine, très lointaine ...

 

 

C'était une époque de guerre civile, à bord du vaisseau opérant à partir d'une PlayStation inconnue, les Rebelles  ont emporté leur première victoire sur l'abominable Empire Nintendo.

 

Au cours de la bataille, les Rebelles ont réussis à dérober les plans secrets d'une machine infernale : le CD-Rom, une technologie spectrale dôtée d'un armement tridimensionnel assez puissant pour ébranler la stabilité bidimensionnelle du cosmos vidéoludique.

 

Poursuivi par les sbires sinistres de l'Empire, le Prince Kutaragi regagne sa base aux commandes de son vaisseau spatial, porteur des plans volés à l'ennemi qui pourrait boulverser le cours de l'histoire et restaurer l'espoir dans la galaxie ...

 

Neves Lucas, 1977.

 

--------------------------------------------------

 

"That's one small step for Sony ...

 

... but one giant leap for videogame industry"

 

Neil Neves, 1993.

 

( 'landing' his hands on the yet  UNCHARTED Playstation Dualshock soil)

 

--------------------------------------------------

 

- J'aurais pu vous offrir une babouche.

 

[4 seconds ... 3 ... 2 ... 1 ]

 

- Une babouche ne suffit pas.

 

Le mime Neves, 1998.

 

--------------------------------------------------

 

Yes, Week-End.

 

Neves Obama, le Vendredi.

 

--------------------------------------------------

 

My people ... Sons & Daughters of Sony. This much I vow. The history of these days will be written in the Saturn blood, by crashing the N64 of my ennemi, by seizing the CD technology they thought to turn against us. We will be fighting for our very existence. But if are those who denies us peace, refuses our rightfull place in the gaming universe, then we will unleash such a terrible console that the generations yet unborn (Gamecube, Wii, WiiU, WiiThem, etc.) will cry out in anguish.

 

Discours de galvanisation des troupes, Sony Headquarters, Neves Visari, 2 Décembre 1994.

 

--------------------------------------------------

 

The Wii may shatter our PS3 body. But they cannot break our spirit. Even tough the Miiverse advance on our Playstation Home to seize by force what they cannot claim by right. They cannot imagine what awaits them. WE WILL PLAYSTATION ALL-STARS BATTLE ROYALE (SMASH, in english) THE INVADERS FROM OUR SKIES. [...] While they sweep over our lands like the sand of winter, never again we will bow before them, never again endure their awful casual games, never again endure their Mario Kart tyranny. We will strike without warning and without mercy, fighting as one hand, one heart, one soul. We will shatter their dreams of hegemonia and haunt their nightmares of failure. Drenching our ancestor's grave with their blood. And as our last breath tears as their lungs, as we rise again form the ruins of our Playstation 3. They will know Gamers belongs to SONY.

PLAYSTATION 4.

 

Discours de présentation de la PS4 à la presse, Scolar Neves, 19 Février 2013.

 

--------------------------------------------------

 

 Never compromise.

[Tearing apart the contract between the two of them.]

Neves "Rorshach" Yamauchi, 1990.

 

--------------------------------------------------

 

Cette communauté mérite une qualité supérieure de contributeur.

 

Et je compte bien la lui donner.



The Neveser.

 

--------------------------------------------------

 

Je suis devenu un criminel pour éviter de devenir une victime.

 

 

Le joueur WiiU.

 

--------------------------------------------------

 

Dans l'Espace, personne ne vous entendra crier.

Renault, division acoustique.

 

--------------------------------------------------

 

Les hommes naissent libres et égaux en droit.

Il ne fait nul part ici, mention du sort de la femme.

Neves Bonaparte, 1803.

 

--------------------------------------------------

 

Nul n'est pro-fête en son pays.

 

Pourtant j'en vois plein des français à Saint-Tropez.

 

L'auteur de la citation n'a pas souhaité dévoilé son identité.

 

--------------------------------------------------

 

Un homme avertit en vaut deux.

 

Une femme ? Quatorze.

 

Comprenne qui pourra.


L'auteur de la citation n'assume pas ses propos et n'a par conséquent pas souhaité faire figurer son nom dans le registre.

 

--------------------------------------------------

 

L'important, c'est de gagner.

 

Et surement pas de participer.

 

Absurde.

 

Neves de Coubertin, 1896.

 

--------------------------------------------------

 

- Vous aimez invoquer la Sureté Nationale afin d'allègrement violer la constitution et restreindre les libertés individuelles si durement acquises par ce pays.

- Vous n'êtes qu'une emmerdeuse Karen.

Karen Hayes puis Tom Lennox, 24 - saison 10.

 

--------------------------------------------------

 

Ce blog ne se prévaut pas d'être le meilleur d'entre tous.


Il l'est.


Et c'est bien là l'essentiel.

 

Neves Bygmelon

 

--------------------------------------------------

 

L'important, c'est d'imposer son avis.


Et non de le donner.


Absurde ça aussi.


Putain, les gens comprennent vraiment rien.


Neves Underwood.

 

--------------------------------------------------

 

Un taxi vide s’est arrêté au 10 Downing Street.

 

Clement Attlee en est sorti.

 

Winston Churchill.

 

--------------------------------------------------

 

Un vrai joueur se réclamant être un sympathisant de la cause ne dit pas "allo" en décrochant le combiné.

 

Il dit Killzone.

 

Neves RyuzAKi47.

 

--------------------------------------------------

 

A compter de ce jour, vous ne m'appellerez plus Neves.

 

Mais le Grand Neves.

 

Napoléon Neves, 1822.

 

--------------------------------------------------

 

Les grands esprits discutent des idées.

 

Les moyens esprits discutent des évènements.

 

Les petits esprits discutent des gens.

 

Ils m'arrivent de discuter de moi auprès des autres.

 

Neves Roosevelt.

 

--------------------------------------------------

 

Un jour, je rentre dans un taxi et j'entends un mec me dire :

"Vous allez où ?"

Comme on se connaissait pas, je lui ai répondu :

"Qu'est ce que ça peut te foutre ?"

Les gens d'aujourd'hui, aucune manière ...

 

--------------------------------------------------

 

- Qui est le premier homme à avoir marché sur la Lune les enfants ?

 

- Neil Armstrong Mr le Professeur.

 

- Faux. Tintin.

Archives

Favoris