Succès secret
Signaler

Je vais vous parler aujourd'hui de ciné, par le prisme d'un métier méconnu, celui de projectionniste. Toute la magie du cinéma repose sur ses robustes, voire augustes épaules. Certes le métier a évolué de nos jours, faisant passer un boulot d'artisan à celui de pousse-bouton, pour caricaturer.

Je tenais donc à témoigner mon expérience, comme le dernier mohican de la péloche 35mm.

Travaillant pour un petit multiplexe provincial, puis comme sur la photo un mono-salle d'un petit bled, je vais exposer les différents pans de ce boulot atypique.

La Distribution

D'où viennent les films?

Une fois un film tourné, le master est envoyé à un labo, qui va le développer sous le format d'une pellicule de 35mm de largeur. Le nombre de copies tirées varie suivant le potentiel commercial du film, et les moyens du distributeur. Il existe plusieurs qualités de pellicule aussi, malheureusement. Un gros film est tiré sur 800 copies (Harry Potter par exemple), un film moyen sur 250. Pour les 4000 écrans de France, je peux vous dire que ça se fight sévère pour avoir la sortie nationale, à part pour les gros réseaux style Pathé ou UGC qui ont des deals automatiques. Il faut savoir aussi qu'un ciné loue toujours une copie. En général, c'est 50-50: la moitié du prix des entrées revient au distributeur, la moitié au ciné. Sur sa moitié, le ciné est prélevé de diverses taxes, dont une importante pour le CNC (centre national de cinématographie) qui finance un paquet de films.

Le Montage

Monter un film, c'est quoi?

La copie arrive donc au stock, souvent régional, et chaque patron de ciné va chercher ses films le mardi matin. La semaine commençant le mercredi, c'est donc le mardi soir que le projectionniste va connaître un pic de boulot pour monter tous ces films. Ces derniers sont conditionnés dans des "marmottes", qui sont des cartons renfermant des boites en plastique, à l'intérieur desquelles on trouvera des bobines:

Une bobine correspond à une vingtaine de minutes environ, un film est constitué de 4 à 11 bobines en général. En son centre, un noyau de plastique permet de la positionner sur un axe. Pour le montage, le projectionniste doit donc identifier chaque bobine (une bande amorce au début et à la fin rappelle des infos: n°de copie, de bobine, start ou end) et déterminer si elles sont sur le début ou la fin.

Je vais prendre un exemple: je monte ici un film de 6 bobines, toutes sur le début. Je vais prendre la 4, l'enrouler sur une bobine vide, me retrouvant sur la fin de 4. Suivant les cinés, on est plus ou moins bien équipés: ici, je vais tout me fader à la main.

Je prends le début de la 5, l'enroule, je me retrouve fin de 5. Je prends la 6, et ATTENTION!

En fin de film, dès l'apparition du générique, les lumières s'allument. Vous pensiez que c'était le projectionniste qui le faisait à la main? Et bien non, on place des "index", un bout de scotch métallique, qui va déclencher l'allumage. Oui, car quand on a la responsabilité de 3 salles, on ne peut pas guetter le générique de chaque film.

Je reprends mon montage: si la copie est neuve, pas de souci, j'avance au jugé jusqu'au générique et place mon index. Si la copie a déjà tourné, là je vais devoir faire gaffe et enlever tout autre index que le mien, sinon les index des autres vont foutre le bordel dans le programme automatique: arrêt de la projection, extinction des lumières etc...J'arrive donc en fin de 6, en ayant placé deux nouveaux index: un en fin de générique, pour couper la projection, et un en fin de pellicule, pour couper le projecteur et allumer la salle en plein.

Voici une bobine de 1800 (pour 1800 mètres) avec mes bobines 4, 5 et 6. Je vais rembobiner cette 1800 sur la bobine "finale", celle qui accueillera le film dans son intégralité. Pour ça, je dispose d'un dérouleur motorisé, ici vertical:

Donc, de fin de 6 on revient à début de 4, et j'en reste là avec le dérouleur pour l'instant. Je vais prendre mes bobines 1, 2 et 3, et les monter sur 1800. Je me retrouve en fin de 3, que je colle, miracle, à mon début de bobine 4 sur le dérouleur. Je rembobine donc et me retrouve sur le début du film. Hop, un autre film? Non, il reste la première partie à monter: bande-annonces et pub.

Même combat que pour le film, on constitue un programme de bande-annonce cohérent avec le public du film: pas de BA de film d'horreur avec un dessin animé :)

Pour coller ces bouts de film ensemble, on utilise une colleuse:

Les dents permettent de positionner les deux bouts bord à bord, un simple scotch large faisant la jonction. Le scotch renforcé est souvent nécessaire, selon les projos, car la force de traction des dérouleurs est énorme.

Une fois le film prêt, on passe aux autres (dans mon boulot j'avais 5 ou 6 films à monter par semaine, avec en gros 40 minutes de montage chacun), et on avance à mercredi 14h, début de séance.

La projection

Comment ça marche le cinéma?

Je vais vous présenter maintenant les parties importantes de la projection cinématographique. J'utilise ici un Kinoton FP30, un projecteur de marque allemande robuste et fiable.

Le dérouleur, assure un défilement continu de la pellicule, et sert au montage/rembobinage des films comme nous l'avons vu.

L'automate, qui sert à programmer des étapes automatiques (allumage, rideau, format etc...). Il peut se déclencher selon plusieurs signaux (un timer, le passage d'un index magnétique) et remplace la main de l'homme.

La lanterne, une boîte dans laquelle on insère une lampe au xenon, de puissance variable selon la distance de projection et la taille de l'écran. La lanterne contient aussi un miroir qui concentre le flux lumineux et le fait converger vers une fenêtre, devant laquelle passe la pellicule. La manipulation d'une lampe est minutieuse, le xenon étant un gaz "explosif". Un extracteur d'air est aussi présent, car les chaleurs dégagées sont énormes.

Le redresseur, qui va transformer le courant alternatif en courant continu, nécessaire au maintien et à la patate de l'arc de l'ampoule au xenon.

Le chrono, coeur du système, est constitué de deux débiteurs crantés, d'un couloir de projection qui grâce à un galet presseur maintient la pellicule plaquée, et d'un bloc de croix de malte.

Une vue du couloir de projection, le flux lumineux étant concentré sur la fenêtre. A noter qu'une pellicule à l'arrêt ou simplement ralentie devant la fenêtre crame instantanément. Sur la gauche, on voit une patte métallique, dont les ouvertures correspondent aux formats d'image. Pour 99% de la production il en subsiste 2: le format scope ou 2'35 (rapport de la largeur de l'image divisé par sa hauteur) ou 1'85. Pour le scope, qui est format plein écran, l'image est anamorphosée: en passant par l'objectif elle sera élargie. En 1/85 des bandes noires apparaîtront sur l'écran.

Au-dessus, une image en scope, la déformation native est visible (si si)

Une image en 1/85.

La croix de malte

Le cinéma repose sur le phénomène de persistance rétinienne. Pour schématiser, en faisant défiler des images fixes à une vitesse donnée, la mémoire d'une image A persiste dans le cerveau jusqu'à l'image B, donnant l'illusion du mouvement AB. La clé de voûte de ce procédé repose sur une invention: la croix de malte.

Le film arrive depuis le dérouleur, qui a un défilement à vitesse continue, et va passer dans le couloir de projection. Là, le bloc de croix de malte va tirer la pellicule sur 4 perforations, rendant le défilement saccadé, nécessaire pour le phénomène de persistance rétinienne. Deux boucles, avant et après le couloir, agissent comme du "mou" sur une corde: cela donne l'élasticité nécessaire pour le défilement continu/saccadé. Aussi, un obturateur, sorte de ventilateur placé derrière la fenêtre de projection, escamote une image sur deux pour supprimer l'effet de scintillement qui naît de ce procédé.

Le son

Sur chaque pellicule, le son est encodé en plusieurs formats: une piste analogique, une piste numérique. Les films sont aussi accompagnés d'un DVD renfermant le son en DTS, qui est lu sur une platine indépendante et synchrone.

Les leds rouges lisent la piste son, et l'envoient au processeur, qui décodera le flux et l'enverra aux enceintes sous forme d'implulsions électriques. Ces impulsions sont traduites en vibrations par les membranes des enceintes...

Le rack son, qui décode chaque piste séparément et la distribue aux enceintes. Anecdote: les distributeurs envoient quelquefois des notices avec un film, préconisant des niveaux sonores. Celles-ci ne sont pas respectées la majeure partie du temps, tellement les niveaux exigés sont forts. Par exemple, sur une échelle de 10, (10 étant le bruit d'un airbus au décollage oreille sur le réacteur) le niveau exigé est parfois 7, alors qu'à 5.5 le cinéphile sent déjà ses tympans partir en lambeaux.

Sur cette photo, le son est visible en vert, (analogique) mais est aussi encodé au format numérique entre les perforations (en gris).

Je finirai par quelques anecdotes recueillies au cours de mon expérience:

- un de mes meilleurs souvenirs le jour où, projetant "L'été de Kikujiro" pour une séance scolaire, j'ai assisté à des applaudissements nourris. Ce qui est rare.

- pour un de mes premiers montages, j'ai inversé une bande-annonce, provoquant le fou-rire de la salle :/

- des incivilités se constatent de plus en plus: gens qui fument, qui téléphonent, qui discutent comme si de rien n'était. Tous les cinés n'ont pas de service de sécurité, et c'est souvent le projectionniste qui fait semblant d'être costaud pour virer les récalcitrants.

- suite à la projection de Banlieue 13, une séance s'est finie en baston générale dans la rue, voitures cramées sur le parking, et intervention des pompiers et des flics. Merci Europa.

- la part de confiserie sur le prix d'une sortie ciné devient de plus en plus conséquente (le secret professionnel m'empêche d'en dire plus) et les marges sont énormes.

En espérant que cet article vous aura aidé à mieux comprendre la partie cachée d'un ciné!

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (21)

Commentaires

LaLuciole
Signaler
LaLuciole
Pratiquement un an de retard mais, bien jouer collègue ^^ ! Tu fais encore du 35 mm ?
Timekeeper
Signaler
Timekeeper
Je m'y prend très tard, mais : merci.

;)
Neuro
Signaler
Neuro
salut,
donc, plusieurs raisons pour la distribution en petites galettes: le poids reste le même que le film soit en galettes ou sur une grosse bobine, certes, mais au niveau de l'encombrement, ça n'a rien à voir. Tu as déjà entendu parler de la machine à décourber les bananes pour optimiser le remplissage des caisses? :)
Y'a aussi la protection du film: une pellicule exposée à la lumière, à la poussière, et le film est pourri en 3 transports. Du coup, il faudrait emballer une bobine de 80 cm de diamètre, ce qui rajouterait du poids etc...

Pour ta deuxième question, il faut penser que la programmation d'un ciné est faite à l'avance, car divers supports vont en assurer la promotion: tu as souvent des affichettes en ville, dans les commerces, ou sur la devanture des cinés. Il y a aussi allociné, et divers supports web qui diffusent ta programmation. Du coup, changer un horaire à la volée ne se fait pas ou vraiment très peu.
Il y a aussi le contrat qui te lie au distrib': souvent, ça inclut ou pas d'être dans la grande salle.

Cela dit, il y a toujours moyen de s'arranger avec le distributeur, notamment en cas de panne. Ils peuvent filer des clés à la volée, il y a même le support technique qui peut piloter le proj à distance.
C'est toujours plus pratique que de rembourser 300 personnes :)
Timekeeper
Signaler
Timekeeper
Sympa. Il faudrait obliger les bouffeurs de popcorn à vivre une journée sans la peau d'un projectionniste.

Un jour, il n'y a pas SI longtemps, j'ai vu un viel épisode de Columbo, qui n'est pas vraiment le plus réussi de la série et qui se passait dans le monde de la télévision, mais dans lequel l'inspecteur se retrouvait pourtant dans une cabine de projection : le projectionniste lui expliquait qu'il fallait changer de bobine régulièrement et lui faisait une démonstration. Je suis tombé sur le cul ce jour là, puisque d'aussi loin que je me souvienne je n'ai toujours vu que des cabines à un seul projecteur dans les cinémas que je fréquente (j'ai toujours été attiré par la petite fenêtre au fond de la salle) je n'imaginais pas qu'une telle Chorégraphie puisse avoir été menée, "jadis".
Et encore plus sur le cul quand il lui à montré les repères à l'écran indiquant quand changer de bobine, que j'avais toujours cru n'être que des défauts de pelicule, comme le craquement que produit parfois le raccord entre deux peloches.

Mais de nos jours, alors que toutes les salles (enfin je pense, toutes les salles "ou presque") sont équipées pour diffuser un film sur une seule pelicule, pourquoi continuer à les distribuer en petits morceaux ? L'assemblage est une perte de temps, le démontage aussi, les "trous de cigarette" pas beaux à voir et le craquement audio pas beau à entendre.
Seul le poids (dans les 40 kilos donc) serait encore en cause ?


Autre question, tu dis à propos du numérique que le distributeur bloque même la salle et le nombre de séances : un patron de salle ne peux pas profiter du numérique pour modifier sa programmation en temps réel durant la semaine, afin de glisser le film-surprise-du-moment dans la grande salle et reléguer la comédie française sur-vendue mais qui fait un bide malgré tout dans la plus petite salle ?

Ton article a 15 jours, je croise les doigts pour que tu passes encore lire les commentaires, je viens d'en trouver le lien sur Twitter.
mobyere
Signaler
mobyere
Très sympa, c'est vraiment intéressant de voir "l'envers du décor".
Gundream
Signaler
Gundream
Tu as parfaitement répondu à ma question. Merci! :)
Moussif
Signaler
Moussif
Très chouettos, j'apprécie ! :)
Kekeru
Signaler
Kekeru
En l'occurrence, ça peut quand même te coûter un bras. :D

Super article sinon, très instructif, et bien construit!
Tony12V
Signaler
Tony12V
Voir les films à l'½il, ça n'a pas de prix ! :)
Neuro
Signaler
Neuro
@Pyra: là où je bosse, il est interdit de travailler tout nu. Bizarre.
Au CAP de projectionniste, le fait d'avoir des trucs qui pendent, des colliers ou des cheveux par exemple, sont un motif d'élimination :) Les parties en rotation, surtout en phase de rembobinage, t'arrachent un bras facilement. Surtout que les bobines sont en alu, bien fines et bien coupantes, pour ne pas alourdir un film qui pèse déjà ses 40 kilos (un film=3km de pellicule). J'ai déjà laissé plusieurs fois des bouts de main pour des arrêts d'urgence ou diverses conneries!
Neuro
Signaler
Neuro
@Zyp: projecteur à charbon? Pour expliquer: avant, quand les lampes au xénon n'existaient pas, le flux lumineux devait être produit par un arc électrique "manuel". Il était maintenu par des charbons, que le projectionniste manipulait pour garder l'arc en les rapprochant au fur et à mesure qu'il se consumaient :). Détail marrant: les dérouleurs n'existant pas, les projecteurs avaient deux axes en haut et en bas, qui pouvaient être alimentés une bobine à la fois. Les salles fonctionnaient souvent en double poste: juste avant qu'une bobine ne finisse, l'opérateur devait lancer le deuxième appareil et être synchrone pour enchaîner. Cela fait, il avait un quart d'heure pour rembobiner la péloche du poste 1, mettre en place la 3ème, et ainsi de suite. Un vrai sport! :)
Neuro
Signaler
Neuro
Pour le numérique, il y a plusieurs options: tu récupères soit un disque dur, soit tu download le film sur un serveur (connexion par satellite le plus souvent, car les films font plusieurs téras des fois, et si tu en as 10 par semaine...). Le distributeur te file une clé d'activation: le film pourra passer dans telle salle, à telle heure, le reste du temps il est "bloqué". Ensuite, le principe est similaire, sauf qu'aucune pellicule physique passe devant la fenêtre. Les projs numériques sont aussi plus gourmandes en lux, les ampoules sont plus puissantes= nouveau circuit d'aération. La proj numérique n'a plus besoin ou presque d'opérateur, toutes les pannes ou presque se font par SAV distant, le serveur est relié à un "pc" pour chaque projecteur. Pareil pour les bande-annonces: tu fais une sélection, tu les mets en cliquer-glisser et hop, ton programme est fait. C'est quand même beaucoup plus pratique. Les projs numériques ont aussi l'avantage de ne pas se dégrader dans le temps: là où une pellicule se raye et prend la poussière, un film numérique ne bouge pas. Aussi, le fait de ne pas avoir de support physique permet aux distribs d'alimenter beaucoup plus de cinés, ce sont même eux qui financent en partie les équipements numériques, tellement ils gagnent de thunes dans leur circuit de distribution (c'est pas une critique hein). Autre aspect, le numérique devrait permettre des séances en VOST un peu plus régulières, puisqu'il suffit d'activer son et sous-titres livrés avec le film. Car un film en VO c'est 80% d'entrées en moins qu'une copie VF, le fait de pouvoir mettre la VO sur une voire deux séances est un atout, en tous cas pour les cinéphiles amateurs de VOST comme moi.

Je ne sais pas si j'ai répondu à ta question, n'hésite pas à préciser :)
Zyp
Signaler
Zyp
Mon beau père et ma femme avant faisaient la même chose, mais sur un projo encore plus vieux dans la salle des fêtes du village
Gundream
Signaler
Gundream
Pas mal du tout cet article! Projectionniste est en effet un métier trop peu connu, alors qu'il est indispensable pour voir les films. Merci à toi de nous le faire découvrir!

Petite question: dans le cas d'un film numérique, ça se passe comment?
madstreet
Signaler
madstreet
Moi qui voulait être projectionniste dans le temps, mais finalement je suis devenu monteur vidéo, ton article devrait être dans l'actu du site, vraiment bravo !
uzineo
Signaler
uzineo
J'ai joui plusieures fois de bonheur !
Kakao
Signaler
Kakao
Vraiment tres interessant cet article ! Thx Neuro :)
seblecaribou
Signaler
seblecaribou
Passionnant cet article. Moi qui ai longtemps envisager une formation de projectionniste j'ai trouvé ça excellent!
Neuro
Signaler
Neuro
C'est parce que chaque ciné à ses propres habitudes: allumer dès la fin, attendre le déroulant, laisser tout le monde dans le noir, c'est au bon vouloir du patron. Sachant que 99% du public se lève à peine le générique entamé, les patrons décident en général de rallumer à moitié dans un premiers temps, puis en plein au bout de quelques minutes. Et des fois c'est aussi pour pouvoir enchaîner les séances plus vite, voire partir plus vite le soir (mais ça c'est souvent le projectionniste:))
The-reaper
Signaler
The-reaper
C'est la première fois que j'en voyais une en vraie, une Kinoton!


Très intéressant, j'ai appris plein de trucs, comme les index à la fin des bobines! D'ailleurs, pourquoi ces index ne sont pas mis automatiquement à la fin du générique? Parfois, la salle reste allumée jusqu'à la fin des conneries qu'on peut voir dans les génériques, mais parfois pas. Je me dis que par respect pour l'oeuvre, on devrait n'autoriser à sortir de la salle qu'au mot "Fin" (ou The End).
Pyramid Head
Signaler
Pyramid Head
As-tu déjà coincé ton zizi dans une bobine (par mégarde) ?

Succès secret

Par Neuro Blog créé le 16/03/10 Mis à jour le 08/03/14 à 17h32

L'art de perdre avec panache.

Ajouter aux favoris

Archives

Favoris