Le 21ème siècle sera, ou ne sera pas...

Le 21ème siècle sera, ou ne sera pas...

Par neokenji Blog créé le 22/12/09 Mis à jour le 11/11/10 à 11h02

Ajouter aux favoris

Catégorie : Tourisme - Voyages au Japon 2010

Signaler
Tourisme - Voyages au Japon 2010

Bon, je l'avoue : l'une des raisons un peu honteuses qui m'ont poussé à tenter un premier trip au Japon cette année, c'était de pouvoir mettre la main sur des goodies estampillés Love Plus, la série de Dating Sim développée par Konami et qui rencontre toujours un succès aussi hallucinant dans l'archipel, avec notamment la sortie d'une version arcade du titre. Le problème, c'est qu'il n'est pas forcément évident de pouvoir mettre la main sur les goodies de la série sur Tokyo, à moins de pouvoir acheter sur la boutique Konamistyle et de se faire livrer au Japon (car oui, ils ne livrent qu'au Japon, monde de m*****). Désespoir donc, sauf lorsque j'apprends l'existence d'un Konami Store situé dans les quartiers de Roppongi, à deux pas des vrais locaux de Konami (merci Exelen encore une fois :D) Voyons donc à quoi ça ressemble.

Quand on pense Konami, des titres comme Castlevania, Metal Gear Solid,  PES, Suikoden ou encore Tokimeki Memorial nous viennent à l'esprit. Dans les faits, le Konami Store reste un petit magasin, de la taille d'un Micromania pour donner une idée. Et lorsqu'on pénètre dans ce Konami Store, bah j'avais plus l'impression de pénétrer dans un Love Plus Store, sachant que le jeu de drague de Konami occupait facilement les 3/4 de la boutique (tant mieux, je suis venu pour ça). Toutes les autres séries de la firme étaient reléguées sur des petites étagères dans la partie gauche de la boutique. Et encore, on ne trouvait pas spécialement de goodies exclusifs au magasin, la plupart étant facilement trouvables sur internet.

Je parlais plus tôt d'un Love Plus Store et j'exagère à peine. Il faut croire qu'à ce moment-là, le magasin était décoré à l'éffigie du personnage de Manaka, l'une des nanas que l'on peut draguer dans le jeu. Et sur ce coup-là, Konami a mis les grands moyens pour fêter l'anniversaire du personnage, avec des vitrines contenant tout un tas de goodies à l'éffigie du personnage (dont les fameuses Nintendo DSi ll Love Plus qui se vendent à prix d'or sur Akihabara). Bien entendu, la plupart de ces goodies n'étaient malheureusement pas à vendre.

 

Au centre du magasin, on pouvait s'essayer en free-play à la version arcade de Love Plus. Mais vu qu'il y avait toujours des mecs en train de se bra-, euh jouer, je n'ai pas spécialement insisté.

 

Mais surtout, il y avait un mur à dédicaces où les fans du personnage pouvait laisser leur message. Je n'ai rien écrit mais tout bien réfléchi, j'aurais dû écrire des conneries histoire de laisser une trace de mon passage :D

Au final, cette petite visite était plutôt sympathique, même si je me demande si cette boutique compte organiser d'autres events en rapport avec d'autres grandes séries de Konami. J'imagine à peine ce qu'ils seront capable de faire lorsque Love Plus 3DS sortira :D

Pour finir, le butin ("court se planquer dans un abri anti-atomique pour quelques mois...")

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
Tourisme - Voyages au Japon 2010

Samedi dernier, j'ai profité du fait que j'étais au Fuji-Q Highland pour aller tester le Gundam Crisis, une atttraction  qui comme son nom l'indique est basée sur la saga Gundam. Bon, j'avoue qu'être au Fuji-Q Highland à ce moment-là a aussi été l'occasion pour moi  de tester le eejanaica (mon estomac s'en souvient encore xD) mais aussi de visiter l'attraction Evangelion World, musée dédié à la série du même nom et qui disposait notamment d'une réplique du buste de l'Eva-01 (et avec une réplique de la salle où apparait Gendô dans le tout premier épisode de la série, là j'avais vraiment envie de me marrer tout seul comme un con). Ceux qui veulent voir en savoir plus sur l'Evangelion World, allez jeter un oeil sur le blog d'Exelen, moi je n'ai juste que des photos de l'Evangelion Store qui vendaient pas mal de goodies à des prix plutôt élevés. D'ailleurs, pas mal de visiteurs se pressaient pour obtenir une carte d'identification de la Nerv ou encore pour se faire prendre en photos dans l'entry-plug de l'Eva-01. Les fous :D

 

Pour en revenir à notre sujet, c'est quoi exactement le Gundam Crisis ? Eh bien il s'agit d'une attraction qui a pris la relève du Gundam The Ride, autre attraction basée sur Gundam et qui se trouvait aussi au Fuji-Q Highland. On connait aussi le Gundam Crisis car c'était l'un des rares endroits où il était possible d'admirer une réplique grandeur nature du RX-78 Gundam piloté par Amuro Rei dans la toute première série Gundam de 1979. Ok, cette réplique du Gundam était couchée sur un hangar mais ça reste plutôt sympa pour quiconque aime la série.

Photos du RX-78 Gundam honteusement récupéré chez Dannychoo. Les photos et vidéos étaient malheusement interdites à l'interieur.

J'avoue m'être rendu à cette attraction les mains dans les poches, sans même m'être renseigné au préalable sur le principe même de l'attraction. Là où je m'attendais à un trip façon Star Tour où les visiteurs matent un film en étant scotchés à des sièges qui bougent, histoire de recréer les conditions d'une bataille, bah en fait non et dans un sens, j'ai plus eu l'impression de participer à une sorte de jeu télévisé qui se déroulerait dans l'univers de Gundam. Et en fin de compte, je ne m'en plains pas.

Le principe de l'attraction est plutôt simple : vous êtes en plein milieu d'une bataille opposant la Fédération (les visiteurs, nous quoi)  aux forces de Zion. Le problème, c'est qu'il faut activer le Gundam qui est immobilisé dans le hangar du vaisseau dans lequel on se trouve. Pour cela, les visiteurs vont se voir remettre à l'entrée de l'attraction un PDA qu'il faudra utiliser sur les différents points de scans disséminés un peu partout dans l'attraction pour récupérer des informations permettant d'activer les différentes parties du Gundam. Dis comme ça, ça a l'air tout simple mais le jeu se complique dans la mesure où il faut réussir à scanner les bons spots. Une erreur et hop, il faut recommencer le travail depuis le début. Les joueurs disposent de 8 minutes pour réussir la mission, sinon c'est game over. Lors de ma session, l'équipe dans lequel je me trouvais n'avait pas réussi à récupérer toutes les informations (il me manquait juste les jambes, grrr). Du coup, une fois le temps imparti écoulé, on nous a fait passer dans une autre salle pour voir le dénouement de la bataille en cours et je ne sais toujours pas aujourd'hui si on a vraiment réussi à activer le Gundam, si une autre team de visiteurs a réussi la mission ou pas. Enfin, bref c'est assez bizarre.

Après ça, les visiteurs étaient redirigés vers le Gundam Mania, boutique où l'on peut trouver des goodies uniquement disponibles au Fuji-Q Highland. Je n'ai rien acheté, les boites de Gunpla sont trop... encombrantes :D

Cette attraction basée sur Gundam se révèle en fin de compte plutôt amusante à faire. Le fait de faire participer les visiteurs de cette manière m'a plutôt surpris et de plus, cela permet aux visiteurs de se balader à l'intérieur de ce hangar sans que cela donne l'impression d'être là juste pour admirer la chose, même si on est un peu pressé par le temps. Et puis, c'était drôle de voir les gens se presser dans les allées sombres du hangar pour essayer de trouver les bons spots à scanner, surtout que tout le monde suivait tout le monde ou presque :D Le seul inconvénient que je vois à l'attraction : ne pas avoir le temps de mater ce qui se passe sur les écrans qui diffusaient des images de la bataille en cours. Sur le coup, j'avais un peu envie de laisser les autres visiteurs faire le sale boulot à ma place xD Mais je chipote.

Bref, je reviendrai un jour au Fuji-Q Highland, histoire d'essayer l'attraction basée sur Biohazard, si du moins elle est encore présente d'ici-là. Parait qu'elle est un peu dans le même esprit que le Gundam Crisis, en tout  cas pour l'aspect participatif. Et puis, être poursuivi par des zombies, je veux voir par moi-même ce que ça donne.

Pour ceux qui veulent ce que ça donne en vidéo, c'est par ici que ça se passe !

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Tourisme - Voyages au Japon 2010

 

 

Le 3 octobre dernier se tenait au Tokyo Big Sight d'Odaiba la Dream Party, une convention se déroulant deux fois par an au Japon, l'une au printemps à Osaka et l'autre durant l'automne à Tokyo. Par rapport à d'autres convention comme le Comiket qui se tient aussi dans le même endroit chaque année, cette convention est d'un genre un peu spécial dans le sens où elle a pour thème le MOE, les erogames et autres joyeuseries du genre, ce qui explique pourquoi l'entrée était interdite au moins de 18 ans. D'ailleurs, le site officiel des organisateurs ne s'en cache en aucune façon mais il est amusant de constater que le site officiel du Tokyo Big Sight ne fournissait aucune information sur la convention au moment où celle-ci se tenait. Y en a qui tiennent à leur image de marque :D

 

En temps normal, je précise que jamais je n'aurais mis les pieds dans ce genre de convention, que ce soit en France ou  au Japon, surtout au vu de la thématique de cet évent. Mais bon, vu qu'il n'y avait pas vraiment de grosses conventions sur Tokyo à ce moment-là (excepté le Tamashii Nation qui se tenait à Akihabara mais ça concernait surtout les fans de figurines made in Bandai), bah je me suis quand même décidé à me lever tôt un dimanche matin pour aller voir à quoi ressemblait cette convention. Heureusement, je n'étais pas seul car Exelen était présente, donc j'avais moins peur de me retrouver en plein milieu d'un rassemblement d'otakus bizarres, pervers et qui pour une bonne partie d'entre eux ressemblaient tous au stéréotype de l'otaku moyen, à savoir  un peu rondelet, avec des lunettes, une barbe naissante, et ayant dépassé la trentaine, enfin vous voyez le genre. Si les autorités japonaises avaient voulu organiser une sorte de recensement pour repérer tous les loli moe fanboys du coin, la Dream Party était le moyen rêvé.

En terme d'activités, il n'y avait pas tant de choses que cela à faire vu que la convention occupait seulement 2 halls du TBS. Les gens venaient principalement pour acheter les dernières productions de certains studios comme Navel (que l'on connait principalement pour Shuffle), minori (Cancer ! Voilà fallait que ça soit dit!) ou encore Alchemist qui faisait la promotion de la version PS3 d'Umineko no Naku Koro Ni (version déjà présentée au dernier Tokyo Game Show). Et bien sûr, inutile de dire que certains produits étaient d'un genre... assez douteux. Je ne mentionnerai pas les détails ici mais les gens auront compris. A côté de cela, une partie du hall avait aussi été réservé pour des concerts (tous en playback, donc je ne suis pas resté très longtemps).

Bref, que dire de plus si ce n'est que j'avais vraiment l'impression d'être...sur une autre planète : croiser un quinquagénaire qui se baladait avec un ballon au couleur d'Heartcatch Precure, voir des mecs se prosterner devant le stand dédié à School Days, voir des photographes demander aux cosplayeuses d'adopter telle ou telle pose au moment de se faire prendre en photo, ça fait un choc, surtout quand on sait comment sont organisés les cosplays dans les conventions françaises.

La Dream Party était aussi l'occasion de pouvoir admirer des itasha, c'est-à-dire des voitures qui ont été tunées par des otakus. Il y en avait quelques unes dans le hall intérieur mais aussi dans la terrasse exterieure du Tokyo Big Sight :

Mais surtout, la Dream Party avait aussi une grosse partie consacrée au cosplay. Il est à noter que pour pouvoir prendre en photos les cosplayeuses, il fallait quand même s'acquitter d'une petite taxe de 500 yens en plus des 2000 yens du billet d'entrée. Un peu cher pour le coup. Pour les cosplays en eux-même, on pouvait constater que beaucoup d'entre-eux tournaient autour des même séries : beaucoup de cosplays notamment basés sur Heartcatch Precure, du Hatsune Miku à la pelle, du Macross Frontier. Cela dit, on est aussi tombé sur quelques cosplays tirés de jeux vidéo comme un groupe Metal Gear Solid 4, une Freya de Valkyrie Profile et même une Manaka de Love Plus !

En plus de pouvoir prendre des photos des cosplayeuses, un concours de cosplay était aussi organisé. Mais question déroulement, ça n'avait rien à voir avec les concours de cosplays chez nous. Pour la petite histoire, la gagnante avait fait un cosplay de l'héroïne de Kodomo no Jikan et avait empoché pour l'occasion 100 000 yens en liquide. Et c'est là que ça devient assez malsain vu que le présentateur lui a remis son prix en... plaçant les billets dans le haut de son maillot de bain. Si  ce n'est pas digne du far west tout ça...

Pour conclure, je dirais que la Dream Party était une convention plutôt sympathique, à l'opposée des conventions françaises dans l'esprit et qui reste amusant pour quiconque voudra aller voir comment se comporte une certaine catégorie d'otakus japonais dans une convention, et ce malgré le manque d'activités dites "participatives" que l'on peut trouver dans les conventions en France. Dans un sens, c'est mieux ainsi, je n'ose imaginer le style des jeux que les organisateurs auraient pu mettre en place, surtout après le coup des billets entre les boobs. Au début, je pensais avoir mis les pieds en enfer mais en fin de compte, la journée s'était plutôt bien passée, sans oublier l'organisation générale de la convention plutôt nickel dans l'ensemble. J'avoue même que je serais capable de remettre les pieds dans ce genre d'event, juste pour rigoler et avoir une bonne dose de WTF. Mais pas tout seul en tous cas.

D'ailleurs, je me demande ce que donnerait ce type de convention en France, si jamais cela se fait un jour bien entendu.. Car à part certains jeux ayant pour thème le hentai lors des nocturnes Epitanime, on n'a pas grand chose à ce niveau là.

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Tourisme - Voyages au Japon 2010

 

Bon, après une dizaine de jours passés à Tokyo, voici en quelques lignes mes impressions sur ce pays (ou plutôt la ville car après tout, je n'ai pas pu aller visiter d'autres villes mais même en 10 jours, il y a quand même pas mal de trucs à faire dans la capitale japonaise). Et le moins que l'on puisse dire, c'est que rien ne s'est passé comme je l'avais prévu au départ. M'enfin, de toutes façons, rien ne se passe jamais comme prévu avec moi, même si je planifie tout en amont, que ce soit au niveau de l'argent, des plans pour se repérer dans la ville, du métro de Tokyo et de toutes ses lignes et compagnies de trains qui sont toutes différentes, etc... Mais bon, j'ai quand même fini par comprendre plus ou moins comment tout cela marchait. Encore heureux.

Oui, cela parait assez étrange mais j'ai eu un mal fou à me repérer de façon efficace dans mes déplacements dans Tokyo, même avec un guide ou en regardant sur Googlemaps le soir à l''auberge de jeunesse.  D'une part, on se sent vraiment tout petit dans cette mégalopole. De deux, se réperer dans une ville où l'on a l'impression de voir des magasins, des restaurants et des distributeurs de boissons partout facilite encore moins la chose.Quand il s'agissait de trouver un magasin en particulier comme  le Yodobashi Akiba ou le Gundam Café à Akihabara, cela se faisait sans trop de problèmes. Il suffisait juste de sortir de la gare et on tombait dessus assez facilement. Par contre, lorsqu'il s'agit de trouver pour la première fois l'emplacement du Mandarake de Shibuya ou encore le magasin Friends à Akihabara, bah bonne chance les mecs. Il parait que pour le Mandarake, il faut simplement suivre tous les gaijins qui se trouvent dans le  coin. Si j'avais su que le magasin était construit dans un souterrain, je n'aurais pas eu ce problème :D Quoique, le Friends était situé pas très loin du magasin G-Front dédié aux bornes d'arcade (et qui a même fait l'objet d'un reportage dédié à l'arcade sur Game One, pourquoi ça me revient maintenant ? O_o). Quand j'y repense, le seul quartier où je ne me suis pas paumé, c'est Odaiba, vu qu'on n'est pas entouré en permanence par des magasins. Et puis, les fois où j'y allais, il y avait très peu de monde.

Mis à part cet aspect un peu contrariant, j'ai quand même pris plaisir à me balader dans cette ville. D'une part parce que cette ville est super propre. J'étais un peu au courant de cet état de fait, mais je ne pensais pas que ça le serait à ce niveau-là. Y a même pas un papier par terre, pas un mégot de cigarettes, et ce même sous les rails du métro ! D'ailleurs, on ne trouve quasiment pas de poubelles, sauf celles réservées aux produits recyclables. Ca devient un peu problématique lorsqu'on se retrouve avec plein de prospectus distribuées par les filles d'Akihabara mais bon, y a le McDo pour se débarasser de ces trucs :D Pour le train, pareil : comparé à la France, je trouve ça super calme : les gens ne se battent pas comme des idiots pour choper les places assises et c'est plutôt sympa.

Niveau prix, bah vallait mieux y aller avec pas mal de pognon et j'ai plutôt été surpris par les prix pratiqués sur certaines activités. Pour se nourrir, ça allait, un petit ramen à 250 yens passait sans trop de problèmes mais lorsqu'il s'agissait d'aller au cinéma, je ne pensais pas que ça montait aussi haut, juste pour une simple séance au cinoche : entre 1800 yens pour voir Karigurashi no Arrietty ou encore 2000 yens pour voir le film de Gundam 00, la note monte vite, surtout que les salles en elle-mêmes ne sont pas équipés des technologies dernier cri. Idem pour le prix des jeux, plutôt élevés que ce soit en neuf ou en occasion : quand je vois que Project Diva 2 en occasion peut monter à plus de 4000 yens... en occasion sur des magasins comme Book-off, ça te calme tout de suite et tu te dis que tu n'es pas prêt d'arrêter les achats en Angleterre. Cela dit, ce ne sont pas les même produits non plus. Idem pour les magasins spécialisés dans les oldies : vive Trader, à bas Super Potato ! Certains disent que cette enseigne pratique des tarifs digne de République sur certains produits et ce n'est pas faux. Mais d'une manière générale, j'ai eu pas mal de problèmes à faire de bonnes affaires sur cette période et même trouver certains produits rares relevait de la mission... ou du craquage de portes-feuilles.

Bref, ce sera tout pour aujourd'hui. Je n'ai même pas parlé de la bouffe japonaise qui est beaucoup moins effrayante que je ne l'aurais cru au départ alors que leur boissons sont démentes (sauf le café glacé, je ne sais pas comment ils font mais ça passe trop mal avec moi). Je n'ai même pas parlé des gens (surtout les agents de police japonais, super sympa pour vous aider quand on est paumé). Mais de quoi parlerai-je la prochaine fois ? Le Fuji-Q High Land avec le Gundam Crisis ? La convention Dream Party dédié aux erogames, moe, lolicons et autres trucs bizarres du même genre ? On verra bien.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Édito

Blog provisoire d'un simple fan de jeux vidéo (surtout de RPG) et de VGM comme tant d'autres joueurs, en attendant un jour de pouvoir disposer de ma propre plate-forme indépendante. Je parlerai aussi d'animation japonaise si la flemme ne m'atteint pas.

Statut du blog : en semi-hiatus (travaux de déménagement, tout ça...)

Les endroits où je zone :

L'Antre de la Fangirl

le blog de thatgamecompany

anime-janai

le blog de squaremusic

purupururin

Le Chapelier Fou

 

 

 

Archives

Favoris