Le 21ème siècle sera, ou ne sera pas...

Le 21ème siècle sera, ou ne sera pas...

Par neokenji Blog créé le 22/12/09 Mis à jour le 11/11/10 à 11h02

Ajouter aux favoris

Catégorie : Hors-sujet

Signaler
Hors-sujet

Cela fait bientôt un an et demi que l'on entend parler de Metal Gear Solid : Rising, épisode mettant en scène l'ami Raiden et le moins que l'on puisse dire, c'est que cet épisode ne suscite pas vraiment un enthousiasme exarcerbé au sein du fandom de la série ou encore laisse plutôt indifférent. Il est vrai que le choix de faire de ce MGS Rising un volet moins axé sur l'infiltration au profit du jeu d'action pur a de quoi dérouter le fan de base. Et de plus, contrairement aux précédents volets, pas de grosses présentation avec un trailer de 10 minutes bourrés de cut-scenes qui déchirent et d'éléments de gameplay bien trouvés.

Pourtant, on peut quand même trouver quelques motifs pouvant justifier la mise en chantier de cet épisode :

-Fournir un épisode de la saga Metal Gear Solid aux joueurs qui possèdent uniquement une Xbox 360. Intention louable mais comment vont faire les joueurs Xbox 360 pour suivre le scénario s'ils n'ont pas joué à MGS 4?

-Permettre aux joueurs ayant terminé Metal Gear Solid 4 de découvrir le pourquoi du comment de la transformation de Raiden en Ninja Cyborg. Vu comment la chose était expliquée dans MGS 4, pourquoi pas.

-Permettre à Hideo Kojima de passer le flambeau à une autre équipe. Pourquoi pas, mais dans ce cas, pourquoi celui-ci déclare-til réfléchir à de nouvelles idées pour un éventuel Metal Gear Solid 5 ? Celui-ci déclare à chaque nouvel opus depuis le 2 ou 3 que ce sera le dernier MGS qu'il développera de A à Z. Mais à chaque fois, il revient, un peu comme Hayao Miyazaki quoi.

-Permettre à Konami d'exploiter à fond la licence MGS, cela va de soit.

-Enfin, permettre au joueur de pouvoir jouer Raiden, de la même façon dont ils nous a été présenté lors du trailer de Metal Gear Solid 4 diffusé lors de l'E3 2007. Mais étant donné la vitesse de déplacement de Raiden lors de cette séquence, j'y crois moyen au niveau de la faisabilité de la chose.

Bref, ça fait quelques raisons plutôt valables dirons-nous. Neanmoins, j'aurais bien préféré que ce MGS Rising reste un jeu plus tournés sur des séquences d'infiltration. L'idée d'en faire une sorte de Tenchu se déroulant par dans un univers plus moderne, plus futuriste aurait été plus sympa à mon goût. Parce que là, j'ai plus l'impression d'avoir affaire à une sorte de Strider Hiryu ou un Shinobi auquel on aurait appliqué un skin de Metal Gear Solid.

Bref, je n'ai pas spécialement peur en voyant ce MGS : Rising. Mais il n'empêche que j'aurais préféré avoir un portage de Metal Gear Solid : Peace Walker sur PS3 et Xbox 360, même si cette hypothétique version PS3 devait présenter des différences en termes de gameplay avec la version PSP. Et là au moins, on a nos deux sticks analogiques et le mode online pour les parties multijoueurs.

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Hors-sujet

C'est en apprenant la sortie d'une version HD du mythique Radiant Silvergun sur le Xbox Live Arcade que l'idée de ce billet m'est venue à l'esprit. En fait, j'avais plutôt envie de parler de ces jeux qui nous ont marqués dans un sens ou dans l'autre, dont on espère soit une ressortie sur nos consoles actuelles pour pouvoir y jouer dans des conditions décentes, voire même pour certains d'entre-eux un remake histoire de gommer les défauts assez énervants que l'on a pu constater à l'époque de leur sortie, ou encore simplement la mise en chantier officielle d'une suite histoire de reprendre une intrigue laissée en plan à la fin d'un énième épisode. Je ne parlerai pas de Shenmue 3 ou de Duke Nukem Forever, ça serait beaucoup trop simple. La liste ci-dessous ne saurait être exhaustive, mais j'en ai selectionné quelque-uns

EXEMPLE N°1 : Metal Gear & Metal Gear 2 : Solid Snake (Konami, MSX, Nes, PS2)

Pourquoi ne pas imaginer la sortie d'un remake des deux premiers épisodes sur le PSN ou le XBLA, ou mieux sur Nintendo 3DS, avec le moteur 3D de MGS : Peace Walker ? Après tout, je me dis que ces deux remakes seraient beaucoup plus "utiles" qu'un remake de Metal Gear Solid 3 Snake Eater sur Nintendo 3DS (je ne parle même pas de MGS : The Twin Snakes...) et que cela permettrait à la génération actuelle de joueurs, rébutée par l'aspect visuel assez vieillot des deux premiers volets sur MSX et aussi par la jouabilité d'un autre âge de redécouvrir les deux premiers épisodes non-chronologiques de la série, même si ceux-ci sont disponibles d'une part dans une version allégée au niveau de la difficulté dans Metal Gear Solid 3 : Substance et aussi sous forme de résumé dans le tout premier Metal Gear Solid sur Playstation. Vu que je parle de jeux estampillés Kojima Productions (ou Konami, c'est selon), une ressortie de Snatcher et Policenauts ne serait pas de refus, même si pour Policenauts, des fans n'ont pas attendu pour proposer un patch traduisant en anglais les textes de la version PSX du jeu.

Faisabilité du projet : peu probable, vu que Kojima Production est plutôt concentré sur Metal Gear Solid Rising. De plus, Kojima "pense" déjà à un éventuel Metal Gear Solid 5 (Peace Walker n'était pas censé être MGS 5 ?). Ou une version machin-ence de MGS4, juste pour les trophées quoi.

EXEMPLE N°2 : Resident Evil 2 (Capcom : PSone, Dreamcast, N64)

Pourquoi Resident Evil et pas un autre épisode me direz-vous ? Tout simplement parce que cet épisode dispose à mon sens d'idée qui n'ont malheureusement jamais été réutilisées dans les épisodes qui ont suivi. Je pense surtout au fameux système de scénarios parallèles qui permettaient de vivre une aventure différente après avoir fini une partie avec Leon S. Kennedy ou Claire Redfield. Certes, ce n'était pas l'épisode qui faisait le plus flipper, cet épisode faisait peut-être un peu moins survival par rapport à Resident Evil premier du nom mais quand même, quelle claque on s'est pris en 1998. J'avoue qu'un remake me tenterait bien, même avec le moteur graphique de Resident Evil Rebirth. Certes, Rebirth date de 2002 mais ça reste encore très regardable pour un oeil d'aujourd'hui. D'ailleurs, quand je vois le nombre de supports sur lesquels ont été portés Resident Evil, je me dis que ça ne ferait pas de mal...

Faisabilité du projet : assez compliqué vu que Capcom planche déjà sur un Resident Evil 6...

EXEMPLE N°3 : Gyakuten Saiban 5 (Capcom, Nintendo DS ?)

Je posais la question ici en apprenant l'annonce du développement de Gyakuten Kenji 2 (Ace Attorney : Investigations en occident). Car il faut dire que pour le moment, Capcom a laissé en suspens sa série principale au profit des épisodes mettant en avant le procureur Benjamin Hunter, largement plus charismatique qu'un Apollo Justice, il faut bien l'admettre. Et puis, il faut quand même reconnaitre que ça fait un moment que la série ne nous a pas proposée de personnages mémorables (rendez-moi Godot !), ne nous a proposé son lot de situation totalement rocambolesques... J'avoue même que pour Gyakuten Saiban 4, j'aurais préféré que Capcom garde le personnage de Phoenix Wright et démarre une nouvelle trilogie autour de ce personnage plutôt que d'introduire le personnage d'Apollo Justice .Bref, même si Gyakuten Kenji était plutôt sympathique, ça fait quand même un bail que Capcom ne nous a pas servi un Gyakuten Saiban digne d'être comparé à un Gyakuten Saiban 3 (le meilleur quoi !)

Faisabilité du projet : pas envisageable pour le moment, because Gyakuten Kenji 2.

EXEMPLE N°4 : Final Fantasy XII (Square Enix, PS2)

S'il y a bien un épisode "polémique" qui mérite à mon sens d'avoir un remake, c'est cet épisode-là même si la version internationale disponible au Japon corrige certains défauts de la version normale. D'une part, pour voir ce qu'aurait dû être le jeu si on avait laissé Yasumi Matsuno faire son boulot jusqu'au bout. Après tout, lorsque le jeu est sorti au Japon en mars 2006, la PS2 marchait encore très bien au niveau des ventes. D'autres part, pour ne plus voir Vaan et Penelo dans le cast des personnages jouables. Ensuite, pour voir certaines  parties d'Ivalice qui sont à peine mentionnées dans le jeu (vous avez dit Rosaria ?), voire même voir certains lieux refaits à des échelles différentes (comme par visiter Archades sans être confinés à 2-3 passerelles). Et enfin, pour proposer des quetes annexes intéressantes parce que les parties de chasses, voila quoi... D'ailleurs, même si c'est un peu trop tôt pour en parler, pourrait-on envisager dans un futur lointain un remake de FF XIII... sans ces satanés corridors, sans Hope, sans Vanille ? Nan, je vais trop loin...

Faisabilité du projet : pas la peine de rêver pour le moment, Square Enix est trop occupé avec un certain FF Versus XIII. Et puis, même si Yasumi Matsuno est revenu effectuer une pige chez Square Enix à l'occasion du remake de Tactics Ogre sur PSP, faut quand même admettre qu'un certain flou règne autour de son travail au sein de l'industrie du jeu vidéo aujourd'hui.

EXEMPLE 5 : Star Wars : Rogue Squadron 4 (feu Factor 5, N64, PC, Nintendo Gamecube)

La série des Rogue Squadron, débuté en 1999 sur PC et Nintendo 64 fait encore partie des rares bonnes adaptation de la saga Star Wars. Je me souviens encore des toutes premières vidéos de Star Wars Rogue Leader que Gameone diffusait en provenance de l'E3 2001. C'est vrai que voir enfin des Star Destroyers modélisés presque à échelle grandeur nature, voir des lasers fuser de partout, ça tuait à l'époque. Le problème, c'est de savoir quel cadre scénaristique les développeurs pourraient utiliser si un 4ème épisode venait à sortir vu que les 3 premiers épisodes ont quand même pas mal passés en revue les principales batailles de la trilogie classique... Reprendre les batailles de la prélogie  ? Peu probable, vu que l'escadron Rogue n'existait pas encore à ce moment-là. Par contre, si des développeurs se décide à utiliser les évènements dépeints après l'épisode 6 (comme par exemple, les évènements dépeints dans les romans faisant partie du cycle The New Jedi Order, pourquoi pas). Dans le même genre, on peut se reprendre à rêver de la sortie de simulateurs spatiaux estampillés Star Wars, comme l'était X-wing Alliance, Tie Fighter et autres X-wing versus Tie Fighter.

Faisabilité du projet : foutu pour le moment, vu que Factor 5 a fermé ses portes.

EXEMPLE 6 : Jet Set Radio 3 (Sega, Xbox - Xbox 360)

Understand...Understand...Understand the concept of Love ! C'était sur cette chanson que l'on découvrait l'écran titre de Jet Set Radio Future, sorti à l'époque en 2002 sur Xbox première du nom. S'en est suivi un volet sorti sur GBA et depuis, plus rien. Faut dire qu'à l'époque, les ventes de JSRF étaient plutôt catastrophiques pour un jeu de ce qualibre ce qui a dû dissuader Sega de développer un nouvel opus sur console de salon mais pour ce qui est des qualités du jeu, rien à redire : affronter les flics ou l'armée en plein Shibuya, aller tagger des endroits plutôt inaccessibles en tant normal, affronter en duel d'autres gangs de rollerman... Bref, c'était vraiment jouissif sans oublier que  le cell-shading utilisé dans ce jeu reste encore aujourd'hui l'un des plus beau cell-shading jamais vu dans un jeu.

Cela dit, que proposerait un nouvel épisode de Jet Set Radio, à part probablement de nouvelles villes comme Kyoto ou Osaka, de nouveau quartiers visitables à Tokyo ou encore un mode de jeu en ligne ? Bref, faudrait voir ce que pourrait apporter un Jet Set Radio 3.

Faisabilité du projet : faut pas rêver pour le moment. Si on n'a pas Shenmue 3, alors mieux vaut ne pas trop compter sur un hypothétique Jet Set Radio 3. D'ailleurs, on perd un peu trace de Smilebit à cause de toutes les restructurations ayant eu lieu au niveau des équipes de développement chez Sega. Bref, y a plus qu'à se se refaire Jet Set Radio Future sur Xbox 360. Fly Fly like a butterfly , comme dirait Hideki Naganuma.

EN VRAC :

Hormis ces 6 exemples cités plus haut, on peut se prendre à rêver à des suites ou remakes de jeux un peu oubliés aujourd'hui. Je pense par exemple à un Street of Rage 4 qui pourrait sortir sur le XBLA ou le PSN : dans ce cas, on garde le style graphique de l'époque et les même bruitages. Et puis, aller casser de la racaille en ligne, ça pourrait le faire. Je pense aussi à un Rockman X 9 qui serait développé en 2D haute résolution. Ca serait pas mal pour oublier les derniers épisodes de Rockman X qui étaient vraiments pourris et surtout, ils sont bien plus abordables niveau difficulté par rapport au Rockman "normaux". Et j'oublie aussi le mythique Ristar sur Megadrive. Dans d'autres genres comme la baston, outre un Garou Mark of the Wolves 2, j'aurais bien voulu un Last Blade 3 sur Neo Geo (parce que la période du Bakumatsu, ça déchire et puis Moriya = Hiko Seijuro de Kenshin :D). Plus proche de chez nous, outre un Beyond Good and Evil 2, j'aurais bien voulu un troisième Little Big Adventure 3. Mais bon, que fait Frédéric Raynal aujourd'hui ?

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
Hors-sujet

Lors des discussions entre joueurs, on entend souvent parler de cette génération de consoles comme étant la génération des FPS et autres jeux de tir à la troisième personne voire même des jeux de caisses. On ne peut pas vraiment en vouloir aux éditeurs et développeurs vu que ces types de jeux cartonnent dans les charts et sont souvent de très grandes qualités. Néanmoins, en regardant d'un peu plus près la plupart des univers dans lequels ces jeux sont situés, il est un peu regrettable de constater à quel point ces univers sont vraiment froids, pas forcément attirant et rappellent parfois un peu trop la réalité quotidienne dans laquelle on vit aujourd'hui. Bref, des univers un peu étouffant, pour ne pas dire aseptisé dans certains cas et qui n'incite pas forcément certains joueurs à vouloir s'immerger dans ce type d'univers. L'un des plus fameux exemple à ce niveau se nomme Killzone 2 avec ses environnements très poussièreux, très métalliques. Et je ne parle pas de tous ces jeux se déroulant dans un univers post-apocalyptique et nous offrant à peu près toujours les mêmes types de décors. Je ne nie pas le côté défouloir de la chose mais quand même...

Pour être honnête, j'aimerais retrouver plus d'univers dans lequel on se sente bien, tout simplement, ou l'on aurait vraiment la sensation de se détendre, d'avoir la sensation de se relaxer, un peu comme si on se retrouvait dans une pièce au coin du feu et non pas sous le feu nourri d'une bande d'aliens armés jusqu'au dent. Une atmosphère comme celle que l'on peut voir dans le café dépeint dans l'anime Eve no Jikan (visionnable en streaming sur le site de Dybex pour ceux qui veulent savoir de quoi il en retourne). Et là, je ne parle pas d'une simple chatroom où l'on viendrait pour discuter entre potes !

Ce manque de chaleur se retrouvent dans les types d'environnements qu'on nous propose dans certains jeux d'aujourd'hui, mais n'est ce pas aussi dû à la course effrénée au photoréalisme ? Si on prend l'exemple de Gran Turismo 5 : oui, le jeu est visuellement magnifique mais je ne peux m'empêcher de penser qu'il lui manque un petit quelque chose pour le rendre plus attirant qu'il ne l'est déjà. Bref, le truc qui fait qu'on dira autre chose que "putain, les graphismes tuent, c'est comme dans la vraie vie, etc...)

Lorsque je parle de chaleur dans les jeux d'aujourd'hui, en plus de la "chaleur" au niveau des environnements, je parle aussi de la chaleur humaine, de l'attachement du joueur vis-à-vis d'un personnage voire même de la tendresse que l'on pourrait éprouver (ou pas) au sein des jeux vidéo actuels. En 2001, sortait sur PS2 un certain Ico et je me rappelle encore de cette espèce de tendresse que l'on éprouvait pour le personnage de Yorda, bien plus humaine en fin de compte que bon nombres de personnages ayant vu le jour sur la génération de consoles actuelles. Aujourd'hui, on est en 2010 : qu'à t-on appris d'Ico au juste ? Trouve t-on aujourd'hui plus de  jeux qui tentent d'éveiller des sentiments au sein du joueur que lui-même ne soupçonnerait pas l'existence ? Si on prend en compte Shadow of the Colossus, Flower ou même Nier, on est encore loin du compte...

Ah, vivement l'arrivée de The Last Guardian. Avec son regard, l'ami Trico m'a déjà mis dans sa poche.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Hors-sujet

Bon, le titre de cet article peut sembler un brin excessif, j'aurais très bien pu l'intituler "une certaine idée du jeu en solo est-elle en train de disparaitre sous nos yeux ?" mais cette question me hante un peu en ce moment sachant que je suis en ce moment sur Metal Gear Solid Peace Walker et Dragon Quest IX, deux titres qui en l'occurence sont beaucoup plus orientés multijoueur par rapport à leur prédécesseurs. Etant beaucoup plus joueur solo, j'osais espérer que les développeurs n'aient pas omis de nous pondre des aventures jouables en solos au moins aussi bonnes que celles proposées dans les précédents opus de ces deux sagas. C'est le cas à mon sens mais à des degrés très divers. Autant jouer à MGS Peace Walker seul reste relativement très appréciable vu que le scénario se laisse suivre (malgré le fait que Kojima nous ressort une fois de plus des pirouettes scénaristiques déjà vu dans certaines de ses productions antérieures), autant pour Dragon Quest IX la sauce a beaucoup plus de mal où après une petite vingtaine d'heures de jeux l'aventure seule se révèle somme toute assez banale, sans qu'il n'y ait une once de génie au niveau du game design et où j'aurai passé environ plus d'une dizaine à faire du level-up ("normal" pour un Draque vous me direz).

Ce qui me gène le plus dans le cas de ces deux jeux et vous ne serez pas forcément d'accord avec moi, c'est d'avoir l'impression que la majeure partie des trouvailles de gameplay les plus trippantes pour ces deux titres ont été mises dans les modes de jeu en multijoueur et que ces idées n'ont malheureusement pas d'équivalents dans le mode solo de ces titres.

Reprenons l'exemple de Peace Walker. Qui n'aurait pas voulu affronter le dernier boss de ce jeu avec un ou deux bots contrôlés par la machine histoire de raccourcir un peu la durée du combat ? Parce que se battre  seul contre un boss pendant 35-40 minutes, en répetant sans cesse les mêmes paterns de déplacement, c'est un peu lourd quand même. Qui n'aurait pas voulu contrôler une petite escouade durant les déplacements pendant les missions au lieu de contrôler un unique personnage, donner des ordres à ses coéquipiers, même de façon assez limitée, voire pouvoir effectuer certaines actions inédites entrevues dans les divers trailers du jeu. Par exemple, bloquer une porte pour permettre le passage d'alliés mais dans le mode solo, pas coop' du jeu. On peut certes effectuer ce genre d'action durant certains passages du jeu mais cela ne m'avait pas spécialement marqué plus que cela.

Pour DQ IX, outre l'aspect pour le moment très classique du soft, j'ai surtout eu une énorme impression de... vide. Parcourir un monde seul (malgré la présence d'une sidekick plutôt sympathique) me procure des sensations assez bizarres, surtout lorsqu'on est habitué à parcourir le monde d'un Dragon Quest avec une troupe d'aventurier. Et puis, si je prends environ 5-10  minutes (en étant gentil) pour plier seul un boss, ça va me prendre combien de temps pour plier le boss final du jeu quand je serai devant lui ?

Ah, si seulement Level-5 et Kojima Production avaient pu d'inclure un mode de jeu multijoueur en passant par internet, je ne serais pas là à écrire ce billet...

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Hors-sujet

Aujourd'hui parlons un peu football. Non, je ne parlerai pas des problèmes du foot français ou des huitièmes de finales opposant l'Angleterre à l'Allemagne ou d'Argentine - Mexique de ce soir mais plutôt du dernier opus de la saga Captain Tsubasa intitulé Captain Tsubasa En la Liga qui sort à l'occasion des 30 ans de la série imaginée par Yoichi Takahashi. Ce nouvel opus reprend l'histoire là où elle s'était arrêté dans CT Road to 2002 : on y retrouve Tsubasa Ohzora (a.k.a Oliver Aton en VF) qui retrouve l'équipe nationale du Japon afin de se préparer pour les J.O. Tsubasa se remémore un peu sa saison épuisante avec le FC Barcelone. Et pour cela, rien de mieux que de démarrer avec un bon vieux classico des familles, à savoir un Real Madrid - FC Barcelone à Santiago Bernabeu !

Autant aller droit au but : j'ai trouvé du plaisir à retrouver Captain Tsubasa vu que ce nouveau volet s'inscrit un peu dans la continuité de Road to 2002 et ses quelques suites annexes à savoir : on place les joueurs que l'on suit depuis la première série dans un contexte un peu plus réaliste, en les plaçant dans les plus grands clubs européens ou japonais, on prend  bien soin de niveler par le bas leur niveau par rapport aux joueurs existant dans la vraie vie, on laisse (un peu) de côté les coups spéciaux qui permettaient de trouer les filets adverses ou encore de réaliser des tirs surpuissants depuis le milieu de terrain, on met au placard les terrains-collines et on obtient pour moi la meilleure partie de la saga, loin devant la surenchère de coups spéciaux (et bien violent) qui émaillaient la partie World Youth. Les matchs sont toujours aussi plaisant à suivre, plein de dynamisme même si on sait très bien qui va gagner à la fin... Bref, les qualités habituelles de la série même si au niveau du dessin, bah on retrouve toujours les mêmes problèmes surtout au niveau de la morphologie des personnages. Là où le lecteur était habitué à voir des personnages avec des jambes bien longues, on se retrouve ici avec des personnages ressemblant plus à des rugbymen qu'à des footballeurs. Mais ce n'est qu'un détail...

Bref, c'est très plaisant à suivre même si je me demande quand est-ce que l'auteur se décidera enfin à lâcher cette période précédant la coupe du monde 2002. On est en 2010, la coupe du monde bât son plein en Afrique du Sud, ça ne colle plus trop à l'actualité de parler de tout ça. D'ailleurs, quand je repense à Road to 2002, il n'y avait pas un seul match de cette coupe du monde 2002, ni même de match de qualification pour l'équipe du Japon (sauf dans l'anime mais c'est une autre histoire). Au niveau des équipes présentés dans le manga, même problème : absence des équipes anglaises (OK elles ne tournaient pas spécialement bien en Europe à ce moment-là) mais quand même!), on retrouve toujours les équipes espagnoles ou italiennes (qui il est vrai, tournaient beaucoup mieux sur la scène européenne à ce moment-là)

J'espère en tout cas que Glénat (qui réédite le manga à l'heure actuelle) sortira chez nous la partie Road to 2002, même si ça doit être en 2015 !

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Hors-sujet

Bon, on est déjà arrivé au mois de juin 2010, je me suis dit qu'il était temps de dresser un petit bilan de ces 6 premiers mois de présence sur les blogs de gameblog.fr. Et que dire si ce n'est que pour un mec qui n'est pas le roi pour mettre à jour son blog, et encore moins pour spammer des articles en veux-tu en voilà sur les news toutes fraiches sur le medium qui nous intéresse, bah je dois dire que je me sors pas si mal que ça finalement. Un peu plus de 6300 visites, soit en moyenne un peu plus de 1000 visites par mois, ce n'est pas si mal que ça, donc je continuerai à écrire si le temps (et surtout le boulot) m'en laisse la possibilité. Merci encore aux 2-3 personnes qui passent, c'est très sympa.

Maintenant, y aura t-il des changements à venir sur ces pages ? Vais-je me laisser tenter par exemple par l'idée de passer Premium dans les prochains jours ? Pour le moment, difficile à dire. J'attends vraiment de voir les trucs en plus qui seront offerts aux Premium Users. Dans mon cas, regarder les podcasts de Gameblog en version vidéo ne m'intéresse pas plus que ça (because connexion internet toujours bloquée en 512K depuis 2004, allez savoir pourquoi, il parait que la mairie de ma ville refuse d'allonger le fric pour installer une nouvelle borne ADSL, ceci explique cela et malgré les dizaines de pétitions qu'on a envoyé, bah rien ne change, donc...). Idem pour les fonctionnalités qui seront ajoutés pour les utilisateurs Premium disposant d'un blog sur le site : j'espère par exemple qu'on pourra ajouter nos liens vers d'autres blogs hors blogosphère gameblog sans avoir à les ajouter via l''édito par exemple, ou encore avoir un peu plus de choix au niveau des skins, des polices de caractères, etc... Et enfin, le plus important : le prix. Si le prix du service se rapproche par exemple du service premium proposé par Gamekult, je pourrais peut-être me laisser tenter. Et puis, le service sera t-il articulé autour d'un abonnement mensuel ou annuel ? Mais bon, j'attends de voir ce qui va se passer dans les prochains jours comme tout le monde.

Toujours pour en rester avec le contenu, vais-je me mettre à écrire des tests ? Non, car les testeurs du site sont déjà là pour faire le boulot et le font bien dans l'ensemble. Donc, je ne mettrais pas à écrire des tests à chaud ? Encore moins. Par contre, des compte-rendus d'évènements sympas, de concerts de musiques de jeux vidéo, ça ne devrait pas poser trop de problèmes. Faut dire que je décolle la semaine prochaine en Suède pour assister au Distant Worlds : Music from Final Fantasy (si du moins un certain volcan islandais ne se réveille pas  donc ça risque d'être plutôt pas mal). Par contre, pas question que j'allonge les 40 euros pour me faire tirer le portrait avec lui et avoir une dédicasse, je ne suis pas encore assez fou. Idem pour la venue de certaines célébrités (dont le nom commence par H et finit par A) : bon OK, y a des chances pour que j'aille jouer les envoyés spéciaux pour des potes pour la venue d'Hideo Kojima à Paname le 17/06 prochain mais je crois que j'irai faire de la provoc' avec un exemplaire de Splinter Cell Conviction, histoire de voir sa réaction xD.

En ce qui concerne l'ensemble de la blogosphère "gameblogienne", je dirais que je m'y plais bien pour l'instant. Les blogs içi présent présentent un contenu plutôt varié dans l'ensemble même je trouve regrettable qu'il n'y ait pas plus de blogs tournée vers les mangas/anime (ce qu''avait encore gamekult jusqu'à une période très récente). Mais d'un autre côté, il y a beaucoup moins de joueurs/acheteurs compulsifs pour le moment, donc ça m'arrange aussi :D Par contre, j'avoue regretter la disparation du blog de la Pleiade. Nan vraiment savoir qu'un blog était là pour faire remonter à la surface certains articles intéressant mais complètement tombé dans l'oubli faute d'exposition, c'est vraiment regrettable. Mais bon, rules are rules.

Tant qu'on y est, profitons-en pour dresser un petit bilan de ces 6 premiers mois au niveau des jeux auxquels j'ai pu jouer. Et bizarrement, j'ai plus de deceptions que de réelles satisfactions. Autant pour Final Fantasy XIII, toutes les craintes que j'avais vis-à-vis du titre depuis le tout premier trailer de l'E3 2006 s'en sont trouvées confirmées à 70 %, autant je ne pensais pas qu'un titre comme Alan Wake pouvait me décevoir sur le terrain où je l'attendais vraiment, à savoir celui de la narration. Un découpage façon série TV américaine, avec un "to be continued", pourquoi pas. Néanmoins, encore faut-il qu'entre chaque épisode, le joueur ait droit à des coupures provoquant une attente insoutenable chez le joueur. Et avec moi, ça n'a pas du tout été le cas alors que j'ai essayé de jouer au jeu à la faon d'une série TV américaine, en espaçant bien dans le temps mes parties entre chaque épisodes. A aucun moment, je n'ai ressenti ce thrill que l'on peut ressentir par exemple à la fin du dernier épisode de la première saison de Lost par exemple. J'ai même plutôt l'impression qu'à l'instar de... Lost, on a essayé de m'envelopper dans un espèce de bullshit totalement improbable et dans ce registre là, j'ai déjà donné. Bref, tout ça pour dire que la "narration épisodique", pourquoi pas. Mais encore aurait-il fallu que les gens de Remedy aient engagé des scénaristes dignes de ce nom...

Cela dit, heureusement que la deuxième partie de l'année s'annonce sous de bien meilleures auspices à mes yeux. Entre un Super Mario Galaxy 2 qui semble assurer un max (et sérieusement, qu'il n'y ait pas de scénario, j'en ai rien à battre, mieux vaut l'absence de scénario qu'un scénario complètement bidon), MGS Peace Walker qui me fera ressortir ma PSP du placard, un Xenoblade qui marque le retour de  Tetsuya Takahashi (et accéssoirement le retour de Yasunori Mitsuda sur un gros RPG console de salon, même si Yoko Shimomura assure la plus grosse partie de l'OST), Metroid Other M, Ni no Kuni et surtout The Last Story + toutes les grosses sorties de fin d'années. Nan cette fin d'année, je la sens mais BEAUCOUP mieux.

Tant que j'y suis quelques nouvelles musicales pour les fans de Masashi Hamauzu : un Final Fantasy XIII Piano Collection est prévu pour le 21 juillet prochain au Japon. Square Enix profitera aussi de cette journée pour ressortir le mythique Piano Pieces "SF2" / Rhapsody on a Theme of SaGa Frontier 2. A ne pas louper pour ceux qui veulent éviter de se ruiner sur Yahoo Auction Japan. Faut dire que ce CD atteignait des sommes assez abused.


 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Hors-sujet

Toujours dans la catégorie "phrase que l'on entend souvent dans les débats enflammés entre les joueurs", parlons un peu de ce que l'on peut entendre lorsque deux joueurs essaient de défendre leur avis sur un jeu qui souvent concerne un bon jeu (tout du moins objectivement) mais qui est souvent est sujet à controverse au sein de la communauté des joueurs.

Prenons l'exemple de Final Fantasy X, un titre qui conviendra parfaitement à notre sujet (FFXII ou XIII auraient très bien pu faire l'affaire aussi).

Le premier joueur (en l'occurence celui qui apprécie FFX), va tenter de montrer à son interlocuteur en quoi ce RPG est un bon FF. Il va avancer les arguments suivants (qui sont très souvent reconnus par une majorité de joueurs) à savoir : une bonne histoire, un système de combat classique mais efficace, des musiques excellentes, etc... Il va souvent finir son argumentaire par l'affirmation suivante "c'est un bon RPG ou un mauvais FF. Ce n'est pas un mauvais jeu, mais juste un jeu différent des autres épisodes". En face de lui, nous avons l'anti-FF X qui va lui tenter de fracasser ce jeu, imposer son point de vue à son interlocuteur en avançant des arguments qui sont pourtant tout aussi sensés :" oué, y a trop de couloirs, c'est quoi ce design de personnages absolument horribles on est en 2001 et on se tape encore des combats aléatoires, etc..." Bref, l'exemple de FF X en est un parmi tant d'autre. On aurait très bien citer les batailles de fans chez les pro-Zelda the Wind Waker et anti Wind Waker, les pro Wii  défendant l'approche différente de Nintendo concernant cette génération de consoles et les anti-Wii, attaquant cette console pour des motifs tout aussi légitime (graphismes à la ramasse, gamecube 1.5, etc...) . Bref, la liste est très longue...

Lorsqu'on regarde de plus près ces batailles d'opinions, on constate que cette phrase "non ce n'est pas pourri, c'est juste différent" a quand même bon dos. C'est un peu le genre de phrase qu'un fan hardcore peut nous balancer pour essayer de défendre son jeu contre vents et marées, alors qu' une énorme majorité de joueurs le fracasse sur les forums. Ce fan hardcore en a le droit. Il suffit de se mettre dans la peau des quelques fans de Final Fantasy XIII à l'heure actuelle qui tentent de défendre ce titre. Et souvent, l'argument du "c'est différent" revient assez souvent (surtout dans le cas des niveaux en corridors dans le cas de FF XIII), tout en tentant de relativiser les défauts bien réels du jeu. Ou tout du moins, on essaie de justifier ces couloirs en montrant que les gamedesigners ont choisi une orientation différente au profit d'un autre aspect du titre (en l'occurence, choix des corridors pour faciliter la narration et faire en sorte que le joueur ne se perde pas dans l'univers de Final Fantasy XIII).

Bref, vous le voyez bien, on n'en a pas fini avec ces batailles de fans, vu qu'on n'est pas  toujours prêt à accepter. l'opinion de l'autre. Le pro jeux X n'acceptera pas de reconnaitre que le jeu qu'il apprécie est pourri tet ce, quitte à passer pour un fan totalement aveugle voire pire, un mouton) alors que le détracteur du jeu X restera insensible  à l'approche différente adopté par ce jeu X.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Hors-sujet

Toujours dans la catégorie "ressenti du joueur", je vais parler d'un truc dont les fans de grandes séries telles que Final Fantasy ou Zelda ont surement déjà débattu en long et en large sur les fora dédiés à ces séries, à savoir "est-ce que les premières fois, ou encore nos premières expériences sont-elles toujours les meilleures ?". J'entends par là nos premières expériences sur des jeux devenus aujourd'hui des séries à rallonges.

A première vue, difficile de répondre à cette question vu que celle-ci est étroitement liée à notre ressenti personnel au moment de la découverte du jeu et très souvent, on a tendance à penser que la premier opus d'une série auquel on a joué est le meilleur opus  de cette série.  Pour pas mal de joueurs de ma génération, Final Fantasy VII et  The Legend of Zelda : Ocarina of Time sont les meilleurs exemples de ce phénomène. Faut dire, vu le degré de qualité de ces deux jeux, ça se comprend très facilement. Néanmoins, n'a t-on pas tendance à confondre meilleur épisode (plus basé sur des critères d'analyse objectif au niveau du gameplay, scénario), graphismes, etc...) et épisode préféré ? Il faut dire que lorsqu'un joueur découvre une série pour la première fois, le choc émotionnel est souvent énorme : c'est l'occasion de découvrir un nouvel univers, un nouveau système de jeu, des personnages mémorables, etc... Bref, le moment de la découverte est toujours un moment marquant dans la vie du joueur. Et forcément, en jouant aux suites ou à des titres du même genre, il est bien plus difficile pour le joueur d'être agréablement surpris. Ainsi, il n'est pas rare de discuter avec des joueurs qui ont découvert  la série des Final Fantasy avec le 8ème,  10ème épisode ou 12ème épisode et qu'ils considèrent ces jeux comme leur volet préféré, alors qu'objectivement, on sait très bien que ces trois volets sont tout sauf parfait. Et dans quelques années, je suis certain qu'on trouvera des joueurs qui nous diront en toute honneteté qu'ils considèrent FF XIII comme leur épisode préféré, parce qu'ils ont découvert la série avec cet opus. Par contre, pas sûr qu'ils considèrent objectivement cet opus comme le meilleur.

Lorsque l'on en vient à penser que nos premières expériences sont les meilleures, cela revient d'une certaine manière à ne pas tenir compte des évolutions, voire des améliorations dont bénéficient en général les bonnes suites. Reprenons l'exemple de Zelda Ocarina of Time qui reste encore aujourd'hui l'un des meilleurs épisodes de la série mais qui avec un peu de recul, est loin d'être parfait, comme le rappelait il n'y a pas si longtemps Eiji Aonuma : design de certains personnages pour le moins douteux, caméra à replacer selon la  fameuse technique du 16/9ème, arsenal pas forcément impressionant si on excepte l'Epée du temps... Idem pour FF VII où on pourra se demander aujourd'hui comment on a fait pour passer autant de temps à enchainer tous ces combats aléatoires.

Résultats des courses : on s'emmêle les pinceaux, on en arrive à débattre sur des sujets plutôt stériles en fin de compte. Et curieusement, c'est toujours la même histoire, à savoir se taper dessus pour savoir lequel est le meilleur. Chrono Trigger contre FF VI, FF VI contre FF VII, Megadrive contre Super Nintendo.  Un peu comme au foot où les gens se tapent dessus pour arriver à déterminer (ou plutôt à imposer leur point de vue aux autres)qui est le meilleur joueur de tous les temps entre Maradona, Pelé, Cruyff, etc.. Bref, est-ce vraiment important alors que tous ces titres sont excellents ?

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Hors-sujet

3 ans. 3 ans se sont écoulés depuis la sortie au Japon d'un certain Moero Nekketsu Rhythm Damashii : Osu ! Tatakae !  Ouendan 2, suite du mythique "simulateur de supporters" sorti en 2005 sur Nintendo DS. Et depuis, bah plus rien., même s'il était question qu'un second volet d'Elite Beat Agents (la version occidentalisée d'Ouendan où l'on incarnait des espèces de Men in Black en puissance) voit le jour, dixit Reggi Fils-Aimé himself et que la dernière apparition d'Ippongi Ryûta dans un jeu vidéo remonte à... Super Smash Bros Brawl (oui sous forme de stickers, p:). Il faut dire qu'Inis, développeur responsable de l'excellent Gitaroo Man sorti en 2002 sur Playstation 2, se contente aujourd'hui de sortir des add-on plus au moins réussi à Lips, son jeu de karaoké sur Xbox 360 qui à mon sens n'arrive pas vraiment à mon sens à la cheville des Singstar sur PS3, et ce malgré quelques idées assez sympathique comme le micro à capteur de mouvements et la possibilité d'utiliser ses propres chansons dans le jeu.

Mais pour en revenir à un hypothétique Ouendan 3, la seule question qui se pose est de savoir ce que pourrait apporter un 3ème volet. Bah, en fait pas grand chose, si ce n'est d'offrir la possibilité aux joueurs de pouvoir créer ses propres missions et d'y inclure ses propres chansons. Ouendan 2 n'apportait pas grand chose de plus par rapport au premier volet, à part une difficultée très légèrement revu à la baisse, de pouvoiir sauvegarder ses replays et la possibilité de passer les petites scénètes visibles avant et après chaque mission. Bref, c'était le syndrôme data disk propre au genre du rhythm game quoi. Néanmoins, ça ne nous empêchait pas de prendre notre pied sur ce jeu, de dodeliner de la tête comme des c**** sur de la J-pop, de tapoter comme des malades sur notre écran tactile quitte à constituer un stock de protège-écran (valait mieux à l'époque, vu le nombre de fois où l'on peut tapoter sur son écran tactile le temps d'une chanson...).

Bref, Ouendan me manque un peu. Certes, une version PC faite par des fans existe mais sans les trios de supporters les plus célèbres du jeu vidéo, bah ça n'a pas du tout la même saveur.

Pour finir, mon petit exploit du jour. Il faut savoir que sur Ouendan 2, il était possible de jouer en mode invisible (mode débloquable uniquement en ayant accumulé un certain nombre de points). C'était d'ailleurs le seul moyen pour atteindre la barre des 9 999 999 points et donc bloquer le compteur score du jeu.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Hors-sujet

Samedi 19 Septembre 2010. Un fan de jeux vidéo, plein de rêve et d'excitation dans sa tête débarque aux Festival du jeu vidéo Porte de Versailles,dans l'espoir de pouvoir tester les gros jeux du moment et  les blockbusters de fin d'année. Cependant : ce fan doit vite se rendre à l'évidence : il y a trop de monde, on peut à peine respirer, les queues pour accéder aux bornes de démonstrations sont prises d'assaut, les allées sont encombrées, la bouffe est hors de prix, etc, etc... Bref, à la fin de la journée, le fan lambda de jeux vidéo se dit que l'on ne l'y reprendra plus, qu'il téléchargera les démos chez lui et puis basta ! Bref, c'est à mon avis ce qu'ont dû vivre une bonne partie des visiteurs qui ont fait le déplacement au festival du jeux vidéo, Micromania Game Show et autre TGS. Autrement dit, une expérience tout sauf mémorable. Cela dit, je pense qu'il est possible d'améliorer un peu tout ça. Je ne dis pas qu'il est possible de faire en sorte que tous les visiteurs de ces salons puissent passer des plombes sur les démos, mais qu'il est possible de rendre la visite de ces salons un tantinet plus vivable dirons-nous. Attention , certaines de mes propositions relèvent plus de l'utopie qu'autre chose :

1) Limiter le nombre des entrées vendues. Oui ça peut faire grincer des dents mais moi, lorsque je vois des salons surbondés et qui en plus voit leur fréquentation augmenter d'années en années, je ne vois pas l'intérêt pour le visiteur qui vient surtout pour tester les jeux sur place de se retrouver à ne rien pouvoir faire car toutes les bornes sont prises. C'est un peu comme vendre trop de préventes et constater qu'à la fin, ça ne sert pas à grand chose à la fin puisqu'on ne rentre pas plus vite en fin de compte.

2) Généraliser les démos en temps limités. Parce que les campeurs qui passent 30 min sur une démo parce qu'il se tapent 50000 game over, ou tout simplement parce qu'ils sont incapables d'appuyer sur start pour tout simplement lire les commandes du jeu, ça fait un peu pitié quand même. Je me rappelle d'une très mauvaise expérience lors du Festival du jeu vidéo 2008 où je voyais que les hôtesses du stand de Mirror's Edge ne faisait rien du tout pour virer les joueurs qui squattaient le pad depuis des heures. Enfin j'éxagère un peu mais c'était presque ça.

3) Installer des chaises sur les stands. Ca a l'air de rien comme ça mais essayer de jouer à Street Fighter IV debout pendant 1-2 H (en ajoutant les queues faites pendant la journée sur les différents stands) et vous verrez comment seront vos pieds après. Croyez-moi vous aurez envie d'une chose c'est de chopper un siège libre près des salles de conférences (s'il y en a). D'ailleurs, l'endroit où j'ai le plus zoné lors du dernier Festival des Jeux vidéos, c'était sur le stand de l'association MO5 où l'on pouvait jouer tranquillement assis dans un fauteuil à.... Radiant Silvergun. Inutile de dire que personne ne venait sur la borne, à part quelques rares connaisseurs. En comparaison, j'ai l'impression que les DsinParis ou encore les DS Point organisées à l'époque par Vincent Pierlot (et qui me permettait de rencontrer d'autres joueurs pratiquant Daigasso Brothers DX pour des partis en coop') sont des events bien plus sympathiques pour jouer avec d'autres personnes, même s'il est vrai ces events n'ont pas du tout la même vocation qu'un salon consacré aux jeux vidéo.

4) La fin des goodies pourris et inutiles. Sérieux qui n'en a pas marre de voir les masques à l'éffigie des Lapins Crètins circuler dans les allées de ces salons alors qu'au Japon, ceux qui venaient sur le stand de Level 5 avaient une chance de repartir avec des cartouches Level 5 Premium Platinum contenant des démos jouables de leurs prochaines production, dont Ni no Kuni ? Ok, ça a dû coûter cher à Nintendo et Level-5 mais en attendant, les visiteurs seraient certainement plus intéressés par ce genre de goodies plutôt que ces trucs complètement nazes qu'on a l'habitude de nous refiler sur les stands d'Ubi Soft.

5) Diversifier encore plus les activités proposées. Certes, c'est bien beau de proposer aux visiteurs de pouvoir découvrir les nouveautés en avant-première, d'organiser des conférences avec les créateurs, etc... Mais il me semble qu'il seraient tout aussi intéressant de pouvoir organiser des trucs autour de la musique de jeux vidéo. Les allemands avaient pu le faire en invitant Michiru Yamane en 2008 à la Gamescom et même organiser un petit concert. C'est toujours très sympa pour le visiteur. Même avec des mecs non-professionnels, ça pourrait être intéressant. Alors que nous, on doit simplement se contenter d'un petit stand d'information sur Video Games Live...

Bon il y a surement d'autres idées intéressantes, comme vendre les jeux encore moins cher sur les salons (ce qu'il font déjà à ce qu'il me semble) mais malgré ça, je sens que je vais encore remettre les pieds au Festival des Jeux Vidéo version 2010, sauf si la guerre des salons qui se prépare ne m'en dissuade.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Édito

Blog provisoire d'un simple fan de jeux vidéo (surtout de RPG) et de VGM comme tant d'autres joueurs, en attendant un jour de pouvoir disposer de ma propre plate-forme indépendante. Je parlerai aussi d'animation japonaise si la flemme ne m'atteint pas.

Statut du blog : en semi-hiatus (travaux de déménagement, tout ça...)

Les endroits où je zone :

L'Antre de la Fangirl

le blog de thatgamecompany

anime-janai

le blog de squaremusic

purupururin

Le Chapelier Fou

 

 

 

Archives

Favoris