Le Blog de nekofurioso: "you don't want to sell me deathsticks...even on gameblog!"

Le Blog de nekofurioso: "you don't want to sell me deathsticks...even on gameblog!"

Par nekofurioso Blog créé le 29/03/11 Mis à jour le 12/01/15 à 01h22

Mes dess(e)ins, mes coups de cœur et coups de gueule...Voilà pour la description classique, sinon pour aller droit au but:
Vous qui entrez en ces lieux, attendez-vous à y trouver des illustrations fortement déviantes, des propos souvent crus mais toujours justes (ou l'inverse)autour de mes passions.

Ajouter aux favoris
Signaler

Préambule

Cela fait un petit moment qu'un violent doute m'assaille au sujet d'une peuplade, et il ne s'agit pas des kényans (si si, j'ai osé...), mais plutôt de ces diables de Montpelliérains.

Le premier impact fut Dreamland de Reno Lemaire, j'étais sur le point de passer ce rite moderne de passage vers le chômage l'âge adulte qu'est le BAC. Le constat était plaisant, une bande dessinée française adoptant les codes du manga dans son découpage et ses graphismes mais ne s'entêtant pas à faire du japonais. 
 
 
Ce renard de Reno réussissait à servir une histoire parlant à tous ceux qui vivaient le quotidien d'un lycéen français, galères scolaires, potes, amourettes... 
 
 
 
Mais Dreamland, c'est surtout une ode au rêve dans des environnements familiers, (en particulier si vous vivez à Montpellier). Terrence, le héros à des journées bien chargées et, chaque nuit, parcourt librement le royaume des rêves depuis qu'il a vaincu sa peur du feu. Je reste fan malgré une déconvenue rageante sur le stand de Pika à la Japan Expo 2012 qui m'a notamment empêché de remettre le fanart ci-dessus à l'auteur.
 

 

 

 

La seconde claque arrivait à la fin de ma première année d'université avec Debaser, la BD d'anticipation socialo-musicale de l'irrévérencieuse Raphaëlle Marx alias Raf. Encore une fois, les codes étaient empruntés aux productions nippones et en particulier à ses animateurs les plus tarés.
 
 Graphiquement décalée et dotée d'une action épileptique, cette BD aux influences métissées prend place en France, dans un futur pas si éloigné que ça, où les majors règnent en maitre sur l'industrie musicale, imposant une musique formatée et aseptisée à une population biberonnée à la télé réalité.
 
Une sorte d'idiocracie musicale à la française que Josh et Anna, deux jeunes bien véners, vont tenter de défoncer à grands coups de gratte rageuse. La série est aujourd'hui achevée en 8 tomes chez Ankama mais continue sous forme de BD numérique sur le site de Spunch Comics avec tout plein de belles Bédés, de dessinateurs très swags.
La "sexycace" de ma sempaï (Japan Expo 2012)
 


Et comme on le dit, jamais deux sans trois et c'est à l'occasion de la Japan Expo 2012 que j'ai de nouveau pris une praline occitane. Son nom, City Hall. Les responsables, Rémi Guérin et Guillaume Lapeyre.

 

The Papercut Chronicles

Imaginez un monde sans papier ni stylos, un monde où l'écriture a été proscrite, à l'exception des tablettes numériques. Rien de bien surprenant quand on constate le désamour constant pour le support papier...sauf lorsque l'action se situe au 18ème siècle. Ça, mes chers amis, ça s'appelle une uchronie, une réécriture de l'histoire en modifiant le passé. Pour le coup, dans City Hall, si la technologie numérique s'est développée aussi vite aux détriments du papier, c'est parce que cette matière a été transformée par l'Homme en arme de destruction massive pour qui disposait d'un peu d'encre et d'imagination.

"Oh la repompe éhontée sur Death Note !" pourraient s'écrier certains d'entre vous, qu'ils se détrompent tout de suite. Si Rémi Guérin et Guillaume Lapeyre semblent être de grands fans de leurs homologues japonais Tsugumi Oba et Takeshi Obata, l'oeuvre du duo nippon à laquelle ils ont le plus emprunté est plutôt bakuman pour les caractéristiques physiques des héros et les rapports qu'ils entretiennent.
En effet, dans City Hall, l'écriture constitue une arme, mais les écrivains n'ont pas un pouvoir de vie et de mort direct sur leurs congénères : s'ils veulent ôter la vie, ils doivent le faire par le biais de Papercuts, des êtres nés de leur plume et de leur imaginaire.


Après l'interdiction du papier, ces êtres disparurent de la circulation, puis de la mémoire des Hommes...jusqu'à ce qu'un incident aux circonstances troublantes ne survienne et ne précipite les héros de l'histoire dans une aventure où se mêleront dangers, sombres machinations et complots bien anxiogènes.

Hommes de lettres

Malcolm "X" Little





Dans un monde où la vivacité d'esprit constitue une arme potentielle, quoi de plus normal que de retrouver en figures principales, deux des plus grands écrivains de leur époque : le téméraire et arrogant fonceur Jules Verne ("20000 lieues sous les mers") et le très posé et réfléchi Sir Arthur Conan Doyle ("Sherlock Holmes"). Certes, historiquement parlant, ils ne font pas partie de la même génération, mais on a envie de croire en la complicité décrite par le duo d'auteurs. D'ailleurs, il ne s'agit pas là de la seule liberté chronologique de City Hall, et nos deux héros se retrouvent à fréquenter un Malcom "X" Little, propulsé maire charismatique de la "City" ou alors à croiser au détour d'une page un George Orwell,  sous les traits d'un journaliste perspicace. Mais ces grands Hommes de lettres ne sont pas tous représentés en servants de la justice, et Mary Shelley, l'auteure de "Frankenstein"campe une intrigante aux motivations troubles...oui, la figure féminine de la littérature dans City Hall est visiblement une méchante, mais tout dans le raffinement et la grâce, poursuivant ses propres objectifs en épaulant Lord Black Fowl, la némésis de nos héros.

 

Action, ré(d)action, tel est le quotidien de Jules et Arthur face à des imprévus en cascade

 

 

 

Copie parfaite ?

Vous avez dû le comprendre, j'ai beaucoup apprécié les deux premiers tomes de City Hall, mais, les aventures de notre "duo dynamique" ne sont pas exemptes de tout reproches...enfin, plus que des reproches, il s'agit d'appréciations relatives à mes goûts personnels.
Le premier de ces points noirs concerne donc l'humour, omniprésent dans City Hall, il rompt avec la gravité des évènements et est souvent le fait de Jules et Arthur. Le "problème", pour moi, vient de la pureté, de la gentillesse de cet humour et de nos héros, même s'ils sont capables de faire preuve d'espièglerie. 
Il n'y a pas de place pour le cynisme dans le coeur de nos deux amis et leur alignement est définitivement positif, tout comme celui de leur alliée, la sexy Amélia Earhart, célèbre aviatrice américaine qui récupère au passage des dons de tireuse émérite (décidément, City Hall regorge de femmes fortes). 

 

Seuls les personnages secondaires et les "méchants" bénéficient d'une lecture à plusieurs étages et, du coup, en deviennent bien plus intéressants.
Faites pas ces têtes là, je vous aime bien hein (surtout Amélia en fait)


Heh, cela est-il vraiment un défaut de vouloir livrer une oeuvre marquée d'optimisme et de bonne volonté ? Ce n'est pas plus mal de temps en temps d'avoir affaire à de vrais héros, comme ceux des dessin animés de notre enfance, mais je pourrais comprendre que cela puisse mal passer pour certains coeurs asséchés.

Verdict

Pas de véritables défauts donc pour ces deux premiers tomes de City Hall, et je dois dire que je suis assez impatient de voir la suite prévue pour le printemps 2013, surtout depuis que Guillaume Lapeyre a annoncé que si cet arc constituait bien une trilogie, cela ne signifiait pas la fin de la série (interview disponible sur le site de Luxuriantbd).
Un must have pour les fans d'uchronies aux senteurs de steampunk, d'aventure à l'ancienne et d'univers aux backgrounds et personnages bien fouillés.
Merci encore une fois à Ankama d'avoir permis cette alchimie audacieuse entre BD franco-belge et manga, en ne se focalisant non pas sur les conventions ou la tendance du moment, mais bel et bien sur le talent et les idées.
Rémi Guérin et Guillaume Lapeyre signent avec ce mélange des genres, une des plus belles surprises de 2012.

Les auteurs dans leur environnement steampunk signé par l'asso Steamrocket (Japan Expo 2012)


Vive Montpellier, vive Roubaix et surtout vive la bande dessinée, sans carcans ni frontières !

Fanart de votre serviteur pour les auteurs
Dédicace des auteurs pour votre serviteur

 




















Fiche produit
Titre : City Hall
Nombre de tomes : 2/3
Année de publication : 2012-
Editeur : Ankama
Disponibilité : 7.95€ dans toutes les bonnes crèmeries ou sur Amazon à 7.55€ (Tome 1 et Tome 2)

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Commentaires

nekofurioso
Signaler
nekofurioso
C'est exactement ça cher ami ! Aventure, baston, vent de liberté et déconne = recette du bonheur.
Critobulle
Signaler
Critobulle
C'est vrai que malgré ses quelques défauts, Dreamland reste une bonne petite perle. L'aspect Shônen est très bien rendu, et je suis assez fan du trait de Lemaire, avec son petit coté One Piece. :)
nekofurioso
Signaler
nekofurioso
Aaah ! ça fait plaisir ça ! ^^.
Pour Dreamland, j'ai surtout l'impression que le monde est trop grand pour son auteur, même si Reno Lemaire gère admirablement bien le colosse qu'il a enfanté. Du coup on gagne en démesure, surprise et mythologie ce que l'on perd en cohérence sur certains points.Un plaisir simple et inoffensif parmi mes habituelles lectures de taré névrosé, je ne peux pas m'en priver ^^ (malgré la petite "surprise" du stand Pika à la Japan Expo).
Critobulle
Signaler
Critobulle
J'étais déjà intrigué par City Hall. J'en ai entendu que du bien, mais là tu viens de me convaincre de me pencher sérieusement dessus. Sinon j'ai bien aimé Dreamland, bien que l'intrigue ne soit pas exempte de défauts et m'a paru un peu irrégulière.

Édito

Un Master Direction de projet dans les nouvelles filières culturelles et un autre en Marketing en poche, il est temps de me lancer dans la vie professionnelle avec "la rage de vaincre".
Je tiens toujours mon blog perso qui commence enfin à ressembler à quelque chose :
Nekofurioso & co.
Et c'est toujours un plaisir pour moi de faire partie de la grande famille de Gameblog.

Si je mange à tous les râteliers, ce n'est pas parce que je suis (seulement) un crevard recherchant la jouissance dans la contemplation du nombre de ses pages vues, mon égo est certes assez développé mais mon objectif est tout autre.

UNITED WE STAND

J'ai au cours de ma jeune existence développé plusieurs pathologies et addictions répréhensibles: productions dessinées et animées de tous horizons, jeux-vidéos, cinéma bien barré, littérature classique comme déviante, sports "barbares", courbes généreuses etc... Bref, si vous ajoutez à cela un esprit toujours tordu toujours en activité vous comprendrez qu'il me serait dur de ne pas sombrer dans la schizophrénie si je n'avais pas la possibilité de partager ma "folie" avec mes "semblables", et comme je suis de nature généreuse, j'ai décidé d'en faire profiter le plus grand nombre possible (je suis également égocentrique à tendance dictatoriale...surement les gènes ça!): virtuellement ou physiquement, vous n'y couperez pas!

HERO FOR HIRE!

Derrière ce titre hommage à un vieux perso de comics fleurant bon la blaxploitation (Powerman, devenu le très véner de black Luke Cage), se cache également une recherche de débouché à mon parcours voué à la culture, quelle qu'elle soit...Oui, rien n'est fait de manière purement désintéressé en ce bas monde, et si vous avez un quelconque pouvoir décisionnel/de recommandation etc. et que je suscite chez vous intérêt, curiosité, voire désir, n'hésitez pas à participer à l'essor de ma carrière professionnelle (pour rappel je suis un "marketeux au service de la culture" qui aura développé un bagage dans les domaines qu'il affectionne, ce qui me permet d'être à l'aise à peu près partout)...Je m'arrête là avant de transformer cet édito en lettre de motivation, mais avant de le conclure je me dois d'évoquer le nom de mon facteur principal de motivation, l'élément qui aura orienté tout mon parcours de formation supérieure: Ankama (visiblement cet amour n'est pas partagé ^^')

CONTENTS

Je vais tâcher de ne plus vous proposer de bêtes copiés-collés de mon blog personnel et développer un contenu adapté à ces lieux, mais toujours au travers de mon point de vue acerbe et de ma culture métissée. Ce charmant programme sera encore plus qu'avant servi par ma patte artistique toute particulière.

Vous serez donc amenés à subir mes réflexions délirantes autour des mangas, comics et autres styles de BD, de films (classiques comme d'animation) mais aussi de musiques et autres créations artistiques ayant su générer chez moi joie, émerveillement et admiration mais aussi parfois dégout, déception et frustration.

Derniers mots

Que vous aimiez ou détestez, l'important est de participer, n'hésitez pas à me cracher votre fiel ou à me manifester votre affection, que ce soit en ces lieux ou sur mon blog personnel...Ah et j'oubliais:

Bienvenue.

Archives