Les paroles qui provoquent

Par Mui Mui Blog créé le 14/08/12 Mis à jour le 17/08/12 à 07h12

Parfois les gens me haïssent par mes propos lancés mais qui font toujours l'objet d'un débat poussé car au fond dans mes paroles, il y a toujours une part de recul, d'analyse et de vérité. Mon but premier étant de provoquer pour faire réagir.

Ajouter aux favoris
Signaler

liens : http://www.gameblog.fr/news/30565-electronic-arts-a-vendre

Les investisseurs changent de camps et les actions suivent.

Il existe plusieurs guerres dans le monde du jeu vidéo contre le piratage, contre la concurrence ou contre la mauvaise image mais comme dans toutes bonnes guerres, en somme, tout est une question de fric. Alors au détriment des joueurs (pour ne pas dire pion, comme dans une guerre), les éditeurs tentent de remplir leurs caisses par des DLC, par des éditions collector ou par des goodies. Mais cela ne suffit pas.

Quand on est une grosse boite, ils existent seulement deux moyens pour avoir un apport coût qui sont les investisseurs et les actionnaires. Donc dans ce principe peu importe si le jeu se vend à des millions exemplaires.
Bon, Un exemple >
Le prix de vente d'un jeu n'ont pas évolué dans le temps mais le coût de production a triplé et peut s'élever jusqu'à 60 millions. (Je vous renvois à l'article « Combien ça coûte un jeu vidéo ? » http://www.gameblog....te-un-jeu-video )
Il faut prendre en compte qu'une maison ne produit pas qu'un jeu mais plusieurs, que tous ne marchent pas et n'atteignent donc pas le plafond du coût de production. Ainsi l'argent gagné sur les jeux qui se sont bien vendu sert à renflouer l'argent perdu des jeux peu vendu. Les conséquences vont bon train quand un jeu ne marche pas. Les investisseurs perdent plus qu'ils n'en gagnent donc ils se cassent. Il est par la suite très difficile de regagner leur confiance et préfèrent réinvestir dans un autre projet. Après il faut ajouter à cela, qu'il y a plein de nouveaux marchés notamment sur Internet ou plusieurs secteur en Chine qui poussent les investisseurs à prendre d'autre décision.

Sans parler de la Crise financière, des joueurs qui se montrent de plus en plus exigeant (les japonais en font les frais), de nouveaux marchés qui se créent autour du jeu vidéo (Internet, Free to play, smartphone), etc et etc.

Donc contrairement à il y a 10 ans, le marché du monde du jeu vidéo est devenu vraiment « casse gueule », c'est à dire que si 2 jeux ne marchent pas, il est difficile qu'ils s'en sortent financièrement. Sans parler qu'il y a 10 fois plus de maison de production donc 10 fois plus de jeu produit. Ce qui répond à une saturation donc à des licenciements ou à des ventes de boite de prod.

Le problème de ce moment est qu'il y en a trop pour le coût que ça coute et surtout pour le choix du joueur. C'est entrain de se dérouler comme pour le marché de la Bd ou du manga où il y a une surproduction (et bcp de merde) sans réellement penser à prendre des choix plus judicieux.

Pour ne citer que ceux que j'admire et qui en ont fait les frais des conséquences :
Activision. / Blizzard
Bioshock 
Mirror's Edge (EA)
PS vita
Silent Hill
Rockstar
Dead Space (EA)

Sinon, mon coup de gueule : « Je me répèterais sans cesse « à force de penser fric ou rentabilité, ils s'en mordent les doigts ». Les gens évoluent et à partir de là au moment où les boites (peu importe la branche de marché) rentrent dans une politique plus ramasse fric qu'autre chose à un moment où un autre, prendre des gens pour des pigeons en nous sortant des merdes (je parle notamment de DLC, que je peux comprendre que ça « aide » en général mais il y en a qui sont kiff kiff foutage de gueule ou des jeux qui bug qui font planter le jeu ou même pire) ça la fou mal car là, on tombe de plus en plus dans l'irrespect. Il existe encore plusieurs point noir au tableau en forme de cercle, comme le fait que les joueurs en demandent toujours plus et encore plus et tombe là, dans l'irrespect des producteurs. Bref, il y aura toujours des contents et pas contents.

Mais à un moment, il faudra penser que l'un sans l'autre, que ce soit entre des maisons prod (même concurrentielles) ou des clients, le monde continuera a évolué dans de mauvaises voix et c'est ce qui est entrain de se dérouler. D'un côté des boites ferment et de l'autre les clients partent. Au final, la plupart du temps que de la merde. Il faut parfois se serrer les coudes ensembles pour construire des perspectives meilleures (je parle autre que d'être obliger de se connecter via Internet pour jouer surtout en solo, même si je comprend que c'est contre le piratage, mais de la merde).»   

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Archives