Le Blog de Mr tigrou

Par Mr tigrou Blog créé le 29/12/09 Mis à jour le 08/01/15 à 20h08

Ajouter aux favoris
Signaler

<!-- @page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } -->

Aujourd'hui je me pose sur l'introduction de GT5.

Les avis divergent, beaucoup d'incompréhension, un sentiment mitigé parfois.

L'introduction est en 2 parties. La première concerne l'industrie automobile, la seconde le jeu en lui même.

Beaucoup de personnes ne comprennent pas cette première partie. J'ai pu lire sur des forums (sûrement un forum pour déficients visuel) qu'il y en avait qui ne voyait pas le rapport avec le jeu. Pourtant...

C'est un jeu de voiture...

On voit des chaînes de montage...

Bon....

C'est peut être incroyable pour certains mais il y a vraiment un lien!!! Les voitures n'arrivent pas chez le concessionnaire comme ça! Elles sont fabriquées par des hommes, des robots à partir de matières premières comme du fer de l'aluminium, du plastique...C'est fou ça comme dirait mon fils!

Bon maintenant que vous y êtes on peut continuer.

Donc on y voit effectivement la construction de voiture dans les usines japonaises, les simples rouleaux de métal vont être travaillés et permettre la construction du châssis...Les énormes presses donnent formes aux composants tels que les ailes, les portes avec une facilité surprenante. Les robots assurent le spectacle et proposent un balai maintes fois répétés, au millimètre. Tout est parfaitement organisés, rationalisés, en respectant un rythme soutenu. On pourrait presque croire que monter une voiture est un jeu d'enfant. Pas mal de plans également sur les employés (bien que l'industrie soit largement robotisée, il en reste!) qui assurent le contrôle qualité, montent les pièces les plus délicates où celle qui ne sont pas facilement accessibles. Il est également intéressant de voir que tout à été fait pour facilité la travail des employés (qui n'ont pas encore été viré): ainsi il ne porte plus de charges lourdes mais utilisent des bras articulés, ils se déplacent sur une sorte de fauteuil...Et tout ça dans un contexte ultra clean, presque chirurgical!

Apparaît ici tout l'héritage du Fordisme avec l'apparition de la division verticale du travail et la standardisation. Mais ce qui me plaît le plus dans cette introduction ou en tout cas dans cette première partie, c'est la musique.

Là aussi j'ai pu lire que cette musique était complètement nulle, hors de propos, apparentée à un mec ivre essayant de jouer quelque chose. Ces propos m'ont quelques peut irrité, va-t-on dire. Peut être parce que j'ai fait beaucoup de musique, dans des styles différents...Je suis peut être plus sensible et attentif à cette musique, je la comprends mieux.

Cette musique a été crée par Sergeï Prokovfiev, musicien d'origine Russe né en 1891 mort en 1953. Bon je ne vais pas faire une biographie exhaustive mais globalement il s'est mis au piano à l'âge de 5 ans, influencé par sa mère également pianiste. Après pas mal d'années d'études au conservatoire de Moscou, avec notamment pour professeur Rimski Korsakov. Il est très vite apprécié par le public et ses pairs et va composer ses premières oeuvres en parcourant tout d'abord l'Europe où il va s'imposer puis aux Etats-Unis. Il finira par revenir sur sa terre natale en 1932 où il restera très actif et sera également chargé d'enseignement. A noter que sa vie est très liée à la politique russe (comme tout intellectuel dans la période stalinienne) dans le sens où il est condamné par le parti pour anticonformisme et du fait que sa première femme soit envoyée dans un camp de travail (une histoire glauque d'ailleurs mais je ne développe pas plus vous n'aurez qu'à vous informer!).

Tout ça pour dire que la musique de la première partie est une de ses oeuvres, elle fait partie des « sonates de guerre » (il y en a 3) écrite entre 1939 et 1942, et que c'est la 7ème sonate. Je sais pas trop comment expliquer mon sentiment. Il y a cette mélodie qui revint sans cesse entrecoupée par des figures rythmiques compliquées, en 7 temps. Il y a un sentiment d'instabilité, d'oppresion, on ne sait jamais ce qu'il va arriver par la suite... En tout cas je trouve que la mélodie se marie bien avec ses images, usine, machines, procédés industriels...

Ensuite plan sur les circuits et sur les replays du jeu. On envoie la purée grave comme on dit, ça claque ça fait bien son travail, les enfants sont contents et les manchots applaudissent.

 

Voilà, la suite au prochain numéro

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Archives

Favoris