Blogomatic
Signaler
(Jeu vidéo)

Ce soir, je me permets de réagir à l'article paru il y a quelques semaines : Le "gamer" doit-il disparaître ? Je l'ai lu avec intérêt ainsi que plusieurs commentaires qui m'ont fait hérisser les poils.

Première question une fois l'article lu :      Mais diantre, qu'est ce qu'un gamer ?

L'article nous dit que, finalement, c'est juste quelqu'un qui joue et qui s'intéresse aux jeux-vidéos. Indépendamment de tous ces clichés qu'on accole à ce mot. Soit, c'est un fait.

Je précise qu'avec ma vingtaine sur le tard et aussi loin que remonte mes souvenirs, j'ai toujours eu une console de jeux-vidéo. Je me souviens de l'excitation lors de l'ouverture du paquet contenant ma "Mintendo" avec Mario et Duck Hunt ainsi que de mon émerveillement devant ce pistolet magique qui me permettait de tirer des canards sur la TV cathodique Gründig sans télécommande du salon (je lis le Trône de Fer en ce moment, d'où le surplus de détails). Je me souviens de mon père qui avait voulu essayé et qui s'était avéré moins adroit que moi, ma première victoire sur la figure paternelle !  Ces instants resteront pour moi la naissance d'une passion, mais également celle de ma définition du jeu vidéo : influencer ce qu'il se passe dans ma télé. Moi aussi j'ai entendu "tu perds ton temps avec ces gamineries" ou ces phrases assénées à mes parents en ma présence "tu laisses ton fils jouer à ces trucs de décérébrés", "ça donne l'épilepsie" et je passerai les tirades ubuesques et pourtant pleines des bonnes intentions de certains membres de ma famille pour qui DOOM me transformerait à coup sûr en serial killer en devenir. Bref, j'ai commencé à jouer à une époque ou c'était réellement perçu de manière négative et honnêtement heureusement que les regards ont évolué dans le bon sens. Cette pression sociale était franchement ridicule quand on pense aux films que je voyais à la télé à cet âge-là, genre *voix d'enfant apeuré* Ça.

Après cette introduction à ma glorieuse légende, revenons-en au sujet de fond : 

Comment reconnaitre au premier regard cet animal mystérieux : le gamer ?

Faut kiffer la difficulté, pas vrai ?

Je vais vous bassiner à nouveau avec mon expérience personnelle, qui fera ici office à la fois de preuve scientifique et de vérité universelle.

Drame pour le jeune enfant que j'étais : l'argent de poche trop vite dépensé à l'Arcade, ma fortune dilapidée dans ces foutues parties ephémères et cruellement courtes. Même à cet âge, j'avais bien l'intuition de me faire niq@!? proprement. Bref, vous en conviendrez pour les TruGangsta qui étaient nés (siisiiii la famille), à cette époque : la difficulté allait de soi. Il me semblait tout à fait acceptable que mes pauvres copains ou moi jetions une manette à travers le salon à force de mourir au passage sous-marin de ces put%@! de Tortues Ninja....

Bon, cette difficulté, était-elle justifiée par quoi que ce soit finalement hein ? Mis à part l'allongement artificiel des jeux ? Était-ce une sorte de reflet de l'Arcade et de ces pubs de truands où tous les constructeurs promettaient les mêmes expériences qu'à la maison ? Ces gens étaient-ils dans leur bon droit en créant une génération de masochistes en puissance ? Nein! Je n'ai pas beaucoup de nostalgie pour ces jeux ou il fallait apprendre par coeur des niveaux entiers pour espérer les terminer. Et pourtant, il nous arrive encore aujourd'hui de rigoler de ces après-midi à nous passer la manette pour tenter l'impossible. Sans parler du lynchage en règle pour le malheureux qui avait perdu NOTRE dernière vie... Aaaaaah les joies de la violence gratuite...

Mais subitement, un doute m'assaille... Suis-je un gamer ou un de ces chiens qui se prennent pour des chats ?

J'en ai l'historique. J'en ai l'expérience. J'ai une collection tout à fait respectable chez mes parents et pourtant d'après certains fondamentalistes je n'en serais plus un. Mais nom d'un petit bonhomme ! J'ai regardé 80 fois la cinématique de FF8 donnée dans Joypad (si ma mémoire est bonne) et moi aussi j'ai toujours quelque part cette VHS de DK Country !

À ce moment-là vous me dites : 

Bon, t'es mignon, mais concrétement on prend quels critères mec ? Précision : on va juste te casser la gueule si tu nous reparles de ton enfance. Alors t'es un gamer ou bien cousin ?

Le temps de jeu peut-être ?

Je peux ne pas jouer pendant 1 mois et des fois avoir des fulgurances : finir Stick of Truth en une session (excellent d'ailleurs) en farfouinant dans tous les coins.

Ah, finir tout à 100% alors ? 

J'ai le souvenir d'avoir fini à 100% énormément de jeux jusqu'à cette génération. Tous ces RPG qui prenaient des 10aines d'heures de jeu même en rushant à mort, j'en ai fini un bon paquet en les retournant dans tous les sens et pourtant aujourd'hui je ne vois vraiment pas pourquoi je ferais de même pour GTA 5, Tomb Raider, Uncharted ou même Tales of Vesperia (un des seuls bons RPG de cette génération selon moi). Quelques exceptions sur PS360 malgré tout : Red Dead Redemption ou Skyrim qui a réussi à me faire jouer 140 heures sans être arrivé à la moitié de la quête principale et sans en avoir le moindre regret. Et ouais, pas de limite le mec, 2Pac quoi !

Je sais ! Le retrogaming !

Nan. Je suis incapable de me replonger dans Zelda 3 ainsi que dans la plupart de mes anciens jeux. A tel point que j'ai du mal à comprendre comment j'ai pu y jouer plus d'une heure à l'époque. Exceptions notables : Je n'ai pratiquement pas dormi pendant une semaine l'année dernière parce que j'avais eu le malheur de me relancer dans Xenogears. J'ai également refait Secret of mana sur mon iPhone (performance, croyez-moi).

Ah, il faut faire les jeux "importants", c'est ça ?

Et bien, j'ai un ami qui les fait systématiquement à 100% même s'il ne les aime pas d'ailleurs. J'ai déjà entendu des phrases du style "J'ai enfin fini "bidule truc", ouf tant mieux, j'en avais raz le Q". C'est genre une obligation pour lui, il faut qu'il en ait pour son argent et il faut qu'il fasse ces fameux jeux AAA + Prime Alpha/Indispensable/*****. Moi, le dernier Zelda sur Wii, j'y ai joué 2 heures puis je l'ai rangé sur une étagère pour ne plus jamais y retoucher. Souvent, je ne finis pas les jeux qu'un "bon gameur" devrait finir. Ex : je n'ai pas pu subir le dernier Deux Ex, une horreur pour moi. Mais j'ai retourné dans tous les sens Bulletstorm. Ahahah !

SHIT ! Me serais-je "casualisé" à l'insu de mon plein gré ?

En prenant du recul, je crois que mon cas est commun à beaucoup de jeunes de ma génération. Nous avons connu un certain "âge d'or" avec les plus grosses claques dans la gueule que le jeu vidéo ait jamais foutues. Certains diront que je suis "blasé", mais je pense plutôt que je connais si bien mes goûts à présent que je suis capable de rapidement voir si ça va le faire ou non. Et puis bon, c'était plus facile de torcher des jeux quand j'étais un jeune conn@?! de lycéen qui vivait chez ses parents. Ma philosophie de joueurs bientôt trentenaire : pas le temps pour les jeux qui me scotchent pas. Je veux bien cramer quelques chapelets d'heures, mais il faut que je sente le feeling, si je vois une sorte de routine s'installer : paf, c'est fini, j'ai plus envie.

Mais alors, ce gamer, on en fait quoi ?

À la belle époque, dans la cour ou devant le bahut, quand tu parlais avec tes potes, il y avait pas de "gamer", de "hardcore", de "casu". On parlait des jeux qu'on aimait comme on parlait des films qu'on aimait, tout simplement.

Ce nouvel élitisme puant qui voudrait trier qui est gamer de qui ne l'est pas sur des critères totalement subjectifs et à géométrie variable est juste ridicule. Le jeu vidéo appartient à tout le monde et chacun est libre de l'aimer à sa façon. De quel droit un joueur 100% online serait moins "gamer" qu'un joueur solo ? Ou comme quelqu'un ne jouant qu'à des FPS en mode compétitif le serait vis à vis d'un gros joueur de RPG ? Personne ne trouvait Tetris "casu" sur gameboy et pourtant ce n’est pas un AAA.

Allez, transposons à un autre média. Vous iriez dire à quelqu'un qui ne lit que des romans de SF ou de Fantasy que ce n’est pas un "True Lecteur" ? En continuant avec ce genre de mentalité minable, on va finir par se retrouver dans le même cas que pour la musique : à ne plus pouvoir parler de ses goûts ouvertement sous peine d'être jugé par des ayatollahs plus intéressés par leur image de hype que par leurs expériences avec le média.

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (26)

Commentaires

Lienasem
Signaler
Lienasem
A vouloir relativiser et tout mettre dans le même panier on finit par se planter, mais à vouloir créer des paniers partout et aller dans l’extrême opposé, on finit par se planter tout autant. Il y a des auteurs de fantasy et de science-fiction qui travaillent énormément sur la langue (Ne serait-ce que Tolkien, pour parler d'un auteur connu. Je pense que l'invention d'une langue entière au bénéfice de son univers rentre dans le "travail sur la langue".) Et Il y a des oeuvres "classiques de la littérature" qui peuvent être appréciées autant pour le travail sur les mots que pour l'histoire racontée. C'est la même chose pour les jeux-vidéos, et trop catégoriser c'est mal. Je sais pas qui, qui joue à Candy Crush ou je ne sais quoi et s'amuse mérite pas plus de mépris que vous tous, gamer acharnés, en méritez d'eux. Il faut apprendre à foutre la paix à ceux qui ont pas les même gouts, et ça vaux dans tous les domaines. Si un type prend son pied devant un blockbuster américain ça vous empêchera pas d'apprécier quelque chose de plus compliqué. Après s'il y a des problèmes c'est que certains ont besoin de se sentir reconnus comme des "gamers/lecteurs/cinéphiles" supérieurs. Tout ça c'est une histoire d'égo, et les amateurs répliquent en marginalisant les "puristes/hardcores/passionnés" etc. Tous les extrème se plantent dans tous les cas. Le juste milieu vaincra mes amis. Du moins j'espère
Titi0007
Signaler
Titi0007
J'ai beaucoup apprécié cet article. Je me retrouve aussi dans te propos. Il m'arrive de temps à autres de consommer certains jeux vidéos considérés parfois par la communauté des "true gamers" comme des étrons. Et j'y prend du plaisir. Je pense pas que l'on puisse parler de "gamer" aujourd'hui. Tellement de choix s'offrent aux joueurs qu'il est impossible de tout toucher. Ce mot a perdu sa valeur aujourd'hui, tout comme le qualificatif "Geek".
Pour ma part je me considère comme un passionné. J'ai grandi aux côtés de big N et de ses machines, mais je me suis toujours tourné vers toutes les plateformes avec le temps. J'ai goûté à tous les types de jeux avec plus ou moins de préférences.

Je pense juste qu'à l'heure d'aujourd'hui je suis un amoureux du JV. C'est ma drogue à moi. Mon moment de décompression comme beaucoup sur ce site. Il n'y a pas de profil type, juste quelques amoureux d'un même divertissement.
GazetteSDF
Signaler
GazetteSDF
J'ai lu en diagonale manque de temps mais je me suis pas mal retrouvé dans tes propos, surtout sur la partie où il faut faire les "Must Have" pour être un vrai gamer.

Je commence à pas mal relativisé, sur PS2 et PS3, j'ai des dizaines de jeux que je n'ai pas encore lancer car je les ai pris avant qu'il passe en platinium ou en occaz pour avoir une belle collection.

Je suis passé à la 4, il me reste les uncharted à faire, Tomb raider, j'ai pas fait Last Of Us que je prendrait très certainement sur la 4 ... mais je commence à me dire que je le prendrai à l'occaz.

J'ai pas mal été dans l'idée, il faut que je le fasse et en plus je conserve.

Donc ton billet confirme l'état d'esprit que je veux avoir pour la prochaine génération: acheter que les jeux qui me semble excellent, l'offre est tellement diversifié qu'à moins devenir un assisté de l'Etat et larguer ma famille, une vie ne suffirait plus pour tous les faire.

Et donc je te rejoins, les Must Have, c'est bien, mais si c'est ton style, je n'affecte pas trop les jeux de sport et de caisse, c'est pas pour moi, j'en critique pas la qualité et je me fait plaisir avec ceux que j'aime.

Au final, ma vision du vrai Gamer, je pense que c'est celui qui aime jouer et qui respect les goût des autres joueurs même si il ne les partage pas.
Oorlogs
Signaler
Oorlogs
J'ai adoré lire cette article. Perso je me sens Gamer puisque cela veut dire Joueur, hors je joue aux jeux vidéo. Je ne suis pas un excellent joueur mais je prend du plaisir. Ma vie de papa trentenaire ne me permet plus de m'investir autant. Alors oui je joue à Fifa, et à certains Fps, pour la simple raison que je peux y jouer peu de temps. Et lorsque que j'entreprends un jeu qui réclame de l'investissement, il peut arriver qu'il soit terminé plusieurs semaines après. Alors casual, hardcore et autre; un gamer est un joueur et comme je joue, je suis gamer. Cqfd.
ellord
Signaler
ellord
Lorsque je qualifie un jeux pour gamer ou pour casual. Je distingue surtout s'il sera plus apprécier par des passionné qui ont une meilleur compréhension du gameplay et le jeu casual plus pour ceux qui joue sans se prendre la tête. Regardez la tier list des meilleur perses de super smas bros et comparer le avec l'avis des causals. Ils sont très différent car ils ne connaisse pas vraiment le gameplay. Donc ma définition de gamer est quelqu'un qui cherche la profondeur du gameplay des jeux, quel que soit le jeux en autant qu'il y ait de quoi y trouver. Et c'est avec cette même analyse que j'apperçoit si un jeu est destiné à un gamer ou un casual. J'ai de la difficulté à m'expliquer, mais quand on pousse la compréhension d'un gameplay on se rend compte qu'il ne vise pas les passionné. Avez vous déjà créé des mods? C'est pour enrichir le gameplay et combler votre passion, d'autres aimerons votre idée et ll'approndira et ça continuera à quelque chose de vraiment complexe mais très pensé. Le passionné s'y retrouve, mais le casual y sera complètement perdu.
franckiflowers
Signaler
franckiflowers
Personnellement je joue depuis a peu près 25 ans aux jeux vidéos et je le fais pour mon plaisir , pour m évader . J'ai vécu des moments magnifiques avec des jeux et je joue encore plusieurs heures par semaines.

Si c est ça être un gamer alors je le revendique totalement et j ai pas honte de dire que c'est une de mes passions.
-Ash-
Signaler
-Ash-
En même temps depuis le temps que certains jouent, on peu dire qu'on en à vu un paquet de jeux. Quand je vois un watch dog qui essaie même pas de faire mieux qu'un GTA sur PS2, pas étonnant que j'ai pas envie d'y joué...

J'ai du mal aussi à faire du retrogaming, mais en même temps les jeux je les ai déjà fait, je vois pas trop l’intérêt de les refaire alors qu'il y a des tonnes de jeux à coté.

Pourtant je me pose pas la question de comment j'ai pu y joué a une époque, ça c'est chelou...

Sinon Tales Of Vesperia l'un des seul bon RPG de cette gén? Cette blague de troll xD
KrelianGS
Signaler
KrelianGS
@BlackLabel "on oublie que le jeu vidéo est effectivement une perte de temps" Je crois que c'est là où se situe la différence entre les "true" et les "casu" justement. Je n'ai jamais l'impression de perdre mon temps en jouant, ni même en lisant d'ailleurs. Et là où je ne suis pas d'accord avec toi également, c'est quand tu dis qu'il n'y a aucun travail d'écriture en SF ou en Fantasy (par opposition aux classiques). Cà vient peut-être du fait que la majorité des romans de ce genre sont en Anglais et qu'à la traduction on ne conserve que l'histoire justement. Mais lis un Tolkien dans sa langue d'origine et tu verras le travail énorme qu'il y a derrière (pour un peu que tu maitrise la langue anglaise).
Et un troisième point où je ne suis pas d'accord, c'est qu'en lisant Les pommes d'Or ou La bête humaine j'ai à chaque pris du plaisir dans l'histoire. Raconter une histoire est la base d'un roman, quelque soit son genre, son époque, son auteur. S'il n'y a plus d'histoire, il n'y a plus de roman (ce sera un essai, un discours, de la poésie, un slogan de pub ou une notice d'une perceuse, mais plus un roman).
BlackLabel
Signaler
BlackLabel
Mr Jow :"Allez, transposons à un autre média. Vous iriez dire à quelqu'un qui ne lit que des romans de SF ou de Fantasy que ce n’est pas un "True Lecteur" ?"


Il y a une différence fondamentale entre les romans de genre et la littérature. Les lecteurs SF et fantasy (on peut rajouter policier, fantastique, etc.) s'intéressent aux histoires racontées, mais les phrases n'ont aucun goût, il n'y a pas de plaisir de lecture mais plaisir de se faire raconter une histoire, les mots ne sont que des mots. Il n'y a pas de travail sur l'écriture.

Ça n'en fait pas des sous-lecteurs, mais à vouloir tout relativiser, tout mettre dans le même panier, on oublie que le jeu vidéo est effectivement une perte de temps, et donc qu'on s'en fout de savoir qui est true ou casu parce qu'au final les jeux sont majoritairement idiots et mal fichus.
Keyser S.
Signaler
Keyser S.
Un gamer quadragénaire tel que moi, ne peut qu'approuver complètement ton avis. Bravo pour ton article.
KrelianGS
Signaler
KrelianGS
Merci. Merci ce texte car je m'y retrouve (presque) totalement. Je dit "presque" car Bulletstorm, non je ne peux pas ;-)
Je pense avoir été un gamer enfant, ado mais le temps passant et la trentaine étant là, je pense être passé dans une autre catégorie de joueurs. Je suis devenu ce que Koao appelle dans son post un peu plus "un passionné". Je joue moins mais mieux. Comme quelqu'un qui va préférer boire un verre d'un Petrus plutôt que dix de Beaujolais nouveau... l'ivresse n'est pas la même et pourtant qu'est ce qu'il est bon ce verre!
Mr Jow
Signaler
Mr Jow
En tout cas merci à tous pour vos messages, on est la génération 80 les gars et on vaincra !
pitouminou
Signaler
pitouminou
Félicitation pour ton texte, je viens d'atteindre les 30ans et comme toi mon plaisir est de jouer aux jeux et peut importe le genre, tant que je l'aime
Yoann Shepard
Signaler
Yoann Shepard
Mr Jow : Ahah ! A l'époque de sa sortie, je ne me suis même pas intéresser aux infos autour et je n'avais acheter qu'une seul magazine qui en parler ( je ne sais plus le nom aussi, juste qu'il avait la croix directionnelle a la gauche de son nom ). Bref, tout ça pour dire que Deus Ex HR est mon jeu préféré de la gén 360/PS3 ( mais les gouts et les couleurs tt ça fin bref ^^ ) Mais je te comprend tout à fait, j'ai eu la même sensation avec certains jeux ^^
Hoichi
Signaler
Hoichi
Très bonne article, je me retrouve beaucoup dans ton article, de plus je suis trentenaire. ^^
Arthyum
Signaler
Arthyum
Vous ne rentrez pas dans les cases... moi non plus! Il en faut pour chacun, certains se rassurent en pouvant classer, archiver, définir. 36 000 gamers, 36 000 êtres humains différents.
Comme tu en parles si bien, le gamers aime les jeux... AAA ou indés, peu importe, il joue.
Denser
Signaler
Denser
"Vous iriez dire à quelqu'un qui ne lit que des romans de SF ou de Fantasy que ce n’est pas un "True Lecteur" ?"

C'est pourtant exactement le genre de réactions qu'on certaines personnes, quand je dis que je lis énormément et qu'ensuite je rajoute "je lis principalement de la SF et de la Fantasy", le regard de dédain, t'imagines même pas. Pour beaucoup, ce genre de lectures restent une distraction d'adolescent sans profondeur et sans intérêt. Et c'est bien pareil au cinéma. Je ne regarde que des gros films d'action hollywoodien parce que ce média ne me parle pas beaucoup autrement, pour certains je suis la lie de l'humanité à cause de ça.

Malgré tout, je trouve ça bien de faire des catégories. On a beau dire, mais même si ça a tendance à me gonfler de voir l'élitisme de certains, le fait de savoir tout de suite si j'ai à faire à un fan de SF/Fantasy ou non permet de trouver plus facilement des gens avec qui discuter. C'est bien pareil pour le JV. Quand un type ne joue qu'à CoD/Fifa, aussi bon soit-il et quel que soit le temps qu'il passe sur ces jeux, je me vois mal parler de JV avec lui, on a pas la même vision du média, pas la même culture vidéoludique. Rien n'empêche d'échanger sur nos points de vue personnels, mais j'appel pas ça une discussion passionnée entre fan (surtout vu la réaction des joueurs de CoD/Fifa quand on leur parle du média en général, j'ai eu quelques expériences malheureuses @_@). Et je te parle même pas des gens qui passent 2h sur Candy Crush par jour et quand tu leurs parles de JV ils te regardent avec mépris genre "les JV c'est pour les neuneus et les adolescents débiles", sans se rendre compte que Candy Crush EST un jeu vidéo, ce qui est un signe tout de même.

Maintenant il faudrait juste que les gens comprennent que les catégories, ce n'est pas immuable, c'est juste pratique pour savoir rapidement à qui on a à faire. Ce n'est pas parce que vous jouez à Fifa de temps en temps qu'il faut vous sentir insulté quand on classe les mecs qui ne jouent quasiment QUE à Fifa dans une catégorie à part. Pareil pour CoD ou Battlefield. Personne ne nie qu'il y a une différence entre y jouer entre pote de temps en temps, et y passer l'année entière en attendant l'opus suivant.
Mr Jow
Signaler
Mr Jow
@Kadaj68 : Oui mais si c'est une brute sur ces jeux et qu'il y joue 20 heures par semaines ? Pourquoi serait-il moins bien jugé qu'un fou de RPG ? Dans les années 90 on avait des plateformeurs à toutes les sauces et pourtant je n'ai jamais entendu quelqu'un dire "t'es pas un vrai gamer, tu joues qu'à des jeux de plateforme".
Mr Jow
Signaler
Mr Jow
@Yoann Shepard : Attention, pour MOI, c'est une horreur ! ^^ Ne t'inquiète pas, quand je dis que je n'aime pas ce jeu j'ai à peu près la même réaction que quand j'annonce que je n'aime pas Shadow of the Colossus :P . J'ai été très déçu par Deus Ex et je pense que c'est en partie à cause de tout le buzz qu'il y a eu autour. Je m'attendais vraiment à quelque-chose d'extraordinaire. J'ai eu plus ou moins la même sensation avec Tomb Raider d'ailleurs.

@koao : Oui mais très rapidement ce genre de classement s'oppose aux comportements des joueurs. Au bureau, une collègue passait encore le mois dernier au moins 2 heures par jour en semaine à jouer sur son smartphone dont le fameux Candy Crush et étant donné nos horaires je t'assure que c'est pas anodin. Admettons que demain je ne puisse plus jouer pendant 2 ou 3 mois parce que mon boulot me submerge, est-ce que je deviens un casu ? Est-ce que le batteur de mon groupe de musette qui a 17 ans, lycéen de surcroit, et qui joue 4 - 5 heures par jour est plus hardcore que moi alors qu'il joue essentiellement à des FPS et à FIFA ? Et puis maintenant les FPS c'est devenu presque anti-gamer pour certains alors que dans les années 90 - 2000 c'était totalement l'inverse.
NeuRoNeX
Signaler
NeuRoNeX
Bon article et bien écrit de surcroît. C'est globalement mon ressenti. Sauf pour le rétro qui m'éclate encore. Par contre, certains gros blockbusters récents me passent au dessus de la tête. Le plaisir est la clef pour moi. Pour d'autres, ce sera le challenge ou la quantité.
Poussez pas ! Y'en aura pour tout le monde !
Spooky54
Signaler
Spooky54
C'est rien de plus que l'équivalent d'un cinéphile. Quelqu'un qui joue et qui s'intéresse globalement et dans la vie de tous les jour au média. Le reste, les cases crées ces dernières années, les sous-entendus que l'on place derrière ces mots n'ont que peu d'intérêt.
koao
Signaler
koao
pour moi y a 3 catégorie. Le casu, le gamer (celui qui joue bcp a des jeux globalement complexe) et le passionée (?), celui qui s'intérésse au jeu vidéo. Qui comprend les différente mécanique, qui s'intéresse a tout les jeux, qui a des débat de fond sur le média.

Perso je suis pas un gamer. Je joue pas a des jeu complèxe et quand c'est le cas, je ne cherche pas a améliorer. Par contre je joue a tout, je m'intéresse a tout. Je suis H24 dans ce domaine. Comme un cinéphile ou un amateur de musique. C'est normal qu'ils ne soient pas rangé dans les même case que les gens qui vont voir 10 films par ans et qui écoute le dernier album de pop a la mode. C'est pour moi, pareil avec le jeu vidéo.

Je peut pas me mettre au même niveau que madame michu qui joue a candy crush, ni au niveau d'un joueur qui joue qua 3 jeux par ans et qui est très bon dedans. Je dit pas que c'est mieux ou moins bien, c'est juste différents. Et je pense que le jeu vidéo a besoin de cette différence. Le cinéma catégorise mieux ses spectateur que le jeu video avec ses joueurs. Cela leur permet d'être plus facilement rentable. (cinéma ou autres).

Tout le monde n'a pas les même clées dans certain domaine. Un mec qui ne regarde que des blockbuster hollywoodien va pas reussir a suivre un film de gaudard. Pareil qu'un mec qui joue qu'a LOL, FIFA et COD, ne va pas comprendre la subtilitée d'un gone home. Je dit pas que c'est pas possible (encore heureux d'ailleurs), mais c'est pourtant des choses que je constate tout les jours.
eddie vedder
Signaler
eddie vedder
Le mot gamer ne veut plus rien dire de toutes façons, je ne sais pas dans quelle catégorie mz classer, j'aime tout le foot, le fps, les shootemup à l'ancienne, seulq lzs jzux purement pc de rts simu me rebutent
Yoann Shepard
Signaler
Yoann Shepard
Un article bien écrit et je suis plus ou moins d'accord avec toi mais le coup du dernier Deus Ex est une horreur selon toi me donne une furieuse envie de t'enfoncer mon augmentation dans la gorge =D Nan je déconne ^^ Pour ma part, je me considère comme étant un amoureux du jeu vidéo et je ne veut pas être considéré comme un gamer ... Je n'aime pas les étiquettes.
BIG_PR00F
Signaler
BIG_PR00F
Tout est dit. Excellent article !

Blogomatic

Par Mr Jow Blog créé le 04/07/12 Mis à jour le 31/07/14 à 04h02

Mon Mien à Moi ! J'écrirai sur tout ce qui me plait (ou me déplait).

Ajouter aux favoris

Archives

Favoris