Screenopathe
Signaler
Mes critiques cinéma

 

                                  La Planète des Singes Les Origines affiche

De prime abord, l'idée d'exploiter le filon des « préquelles » à tout bout de champ n'est pas toujours heureux, on l'a vu par le passé. Mais lorsqu'il s'agit de développer avec soin un univers déjà bien en place, cela peut donner des bonnes choses, comme avec La Planète des Singes : Les Origines qui livre, avec une maîtrise étonnante, tout ce qu'un bon blockbuster se doit d'offrir avec un supplément d'âme tout à fait bienvenu.

Aux laboratoires Gen Sys, le Docteur Rodman s'efforce de trouver un remède à la maladie d'Alzheimer dont est atteint son père. L'expérimentation se fait sur des chimpanzés au départ et, au bout de cinq ans, certains résultats sont concluants. Rodman recueille un chimpanzé né d'une mère exposée au remède et découvre que celui-ci développe une intelligence hors du commun tout au long de sa croissance. Le singe nommé César se fait vite une place dans la famille Rodman, où il aide grandement le père qui lutte pour sa mémoire. Mais un drame arrive et César doit être emprisonné. C'est là qu'il va mettre sur pied son évasion et se rendre compte que l'aide de ses amis primates sera la bienvenue...

Un des traits les plus importants de cette préquelle, c'est son scénario, qui se devait de lier immédiatement le film à l'univers créé par Pierre Boulle et repris à maintes reprises, que ce soit sur petit comme sur grand écran. Et le moins que l'on puisse dire c'est que Les Origines remplit sa mission aisément avec ce postulat de départ concernant les recherches d'un remède à Alzheimer, une problématique tellement réaliste qu'elle en fait presque peur. De plus, l'intrigue de César est assez travaillée pour donner une profondeur à ce singe qui devient un personnage à part entière. Sans cette dimension du personnage, le film aurait vraiment perdu de son intérêt.

La-Planete-des-Singes-image-01.jpgLa-Planete-des-Singes-Les-Origines-image-02.jpg

C'est grandement dû à la qualité des effets spéciaux qui modélisent de façon impressionnante les primates. Il faut dire que Weta Digital a l'expérience depuis King Kong! Encore une fois, Andy Serkis (Le Seigneur des Anneaux, King Kong) donne de sa personne pour donner un peu plus de corps à César, véritable personnage principal du film, dont l'évolution finale finit par donner des frissons. Une véritable réussite.

Avec tout ça, on en oublierait presque que La Planète des Singes : Les Origines est aussi un blockbuster! En effet, côté action, les spectateurs sont servis d'une bien belle manière. Du début à la fin, les scènes d'action viennent ponctuer le film avec brio, tout en laissant au scénario la possibilité de prendre son temps lorsqu'il y en a besoin. On se souviendra longtemps de ce soulèvement simiesque.

Finalement, La Planète des Singes : Les Origines est peut-être mon plus gros coup de coeur de l'été. Avec un scénario qui s'impose avec une vraisemblance parfois terrifiante, une action distillée de main de maître et une performance technique impressionnante, le film de Rupert Wyatt est tout simplement excellent. On en redemanderait presque!

Source vidéo et photos : Allociné

L'appréciation de la Bobomb :

Note-critique---Bobomb-amoureuse.jpg

Dites donc, ça faisait longtemps que je ne l'avais pas sortie celle-là! Eh oui, la première critique de mon retour de vacances consacre un énorme coup de coeur de l'été. Un film que je vous conseille si vous ne l'avez pas encore vu.

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Jeux vidéo

                                                                Alan Wake jaquette

C'est l'heure de notre aventure spoiler avec l'épisode 23 qui sera consacré à la fin de l'épisode 6, intitulé Departure. Aujourd'hui on attaque la fin du jeu, cramponnez vous bien! La suite, avec le spoiler des DLC, le Signal et L'Ecrivain, arrive très bientôt et si vous n'en pouvez plus d'attendre, allez voir la chaine Dailymotion, qui recense déjà toute l'aventure spoiler!


Spoiler Alan Wake épisode 23 par Vues-subjectives

 

Venez soutenir vues-subjectives.fr sur la page officielle Facebook ainsi que le compte Twitter, pour ne jamais manquer quoi que ce soit de l'actualité cinéma!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Mes critiques cinéma

 

                                      Itinéraire bis affiche

Quoi de mieux qu'une comédie romantique pour partager un moment de cinéma avec sa copine? Oui, ça fait cliché, je sais, mais il est parfois difficile de trouver un terrain d'entente au niveau des goûts cinématographiques. Aussi, me disais-je que Itinéraire Bis pouvait être un de ces moments sympa à passer à deux dans une salle obscure. Qu'en est-il au final?

Jean est une jeune restaurateur qui a repris l'entreprise familiale à contre-coeur. En plein préparatif d'un mariage, il se voit prêter la voiture de la mariée (une Porsche, désolé du peu) avec laquelle il part faire une commission lorsqu'il tombe nez-à-nez avec Nora, une jeune femme qui vient d'être jetée par dessus bord par son petit-ami et se révèle assez insupportable. Ni une ni deux, Jean va la secourir et lui proposer de faire la route avec elle jusqu'à Bonifacio. Bien entendu, le voyage en voiture ça rapproche et l'amour va vite s'en mêler...

Pour être tout à fait honnête, je me disais que la situation de départ pouvait être intéressante et livrer une comédie romantique ma foi plutôt correcte. Mais ce qui marche dans l'abstrait doit tout de même se concrétiser à l'écran et c'est là que ça coince avec Itinéraire Bis qui parvient difficilement à livrer ce pour quoi on vient le voir. En effet, le road tripest certes là mais cela manque de rythme, même pour un film d'une heure vingt, ce qui est court, admettons-le.

Itineraire-Bis-image-01.jpgItineraire-Bis-image-02.jpg

Par ailleurs, les situations, si elles font parfois sourire, ne nous arracheront jamais un rire. Dommage pour une comédie. Mais ce qui gênera encore plus c'est cette tendance qu'a le scénario à laisser les choses commencées en plan. La psychologie du personnage de Nora est esquissée mais on lui propose trop peu de progression pour que le spectateur se rende compte qu'elle n'est plus la femme insupportable du départ. Tandis que Jean est accablé d'impératifs qui, tour à tour, seront tous jetés par dessus bord au profit d'une résolution simpliste et inintéressante.

Dommage, car les acteurs livrent une partition plutôt bonne avec un Fred Testot un peu penaud mais bien dans le personnage et une Leïla Bekhti que la caméra aime à filmer. Le tout aurait été plus correct si le scénario ne s'était pas contenté du minimum syndical. D'ailleurs, la tendance mythomane du personnage de Fred Testot est assez pénible dans la mesure où il est, ainsi, difficile de cerner pleinement le personnage...

On reste clairement sur notre faim avec cet Itinéraire Bis qui partait pourtant bien mais qui, à trop vouloir lâcher le superflu, finit par oublier ce par quoi il avait commencé au profit d'une fin convenue. Bref, on pourra tout de même sauver les jolies images de la Corse et deux acteurs bien dans leur rôle qui forment un couple mignon. Le reste a coulé en Méditerranée...

  Source vidéo et photos : Allociné

  L'appréciation de la Bobomb :

Note critique - Bobomb fâchée

Oui d'accord je suis un peu sévère mais il faut bien avouer que la bande-annonce laissait présager un peu mieux de cet Itinéraire Bis qui finalement s'est perdu dans ses propres méandres. M'est avis que le montage a beaucoup joué sur cette sensation de lacune scénaristique. Mais ça, c'est un autre problème... En attendant, restez sur les plages au lieu d'aller voir cette comédie romantique banale et finalement sans grand intérêt.

 

Venez soutenir vues-subjectives.fr sur la page officielle Facebook ainsi que le compte Twitter, pour ne jamais manquer quoi que ce soit de l'actualité cinéma!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux vidéo

                                                                            Alan Wake jaquette

C'est l'heure de notre aventure spoiler avec l'épisode 22 qui sera consacré au début de l'épisode 6, intitulé Departure. A mesure que l'aventure s'approche de la fin, Alan doit faire face à de plus en plus d'adversité... La suite arrive très bientôt et si vous n'en pouvez plus d'attendre, allez voir la chaine Dailymotion, qui recense déjà toute l'aventure spoiler!


Spoiler Alan Wake épisode 22 par Vues-subjectives

 

Venez soutenir vues-subjectives.fr sur la page officielle Facebook ainsi que le compte Twitter, pour ne jamais manquer quoi que ce soit de l'actualité cinéma!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Cinéma

C'est l'été, sans doute les vacances pour bon nombre d'entre vous. Vous avez chaud et vous n'êtes pas encore allés à la plage? Que diriez-vous d'un petit tour dans les salles obscures et climatisées? Cette semaine encore, de nombreux films sortent. Voyons voir ce qui pourrait nous intéresser...

Cowboys-et-Envahisseurs-affiche-copie-1.jpgThis-Must-be-the-place-affiche.jpgUn-Jour-affiche.jpg

Cette semaine, difficile d'éviter le nouveau film de Jon Favreau (Iron Man) qui nous arrive avec un de ses gros délires : Cowboys et Envahisseurs où il s'amuse à faire se confronter, comme le nom du film l'indique, des cowboys et des aliens dans le Far West à la fin du dix-neuvième siècle. Oui oui, c'est possible. Et, contrairement à Attack the Block, ce film part dans une direction tout à fait sérieuse. Espérons tout de même que le film ne soit pas trop premier degré.

Si vous cherchez un drame, cette semaine, vous serez gâtés avec deux films : Tu seras mon fils, film français où Niels Arestrup campe un père acariâtre et Lorant Deutsch couve son Oedipe tant bien que mal dans le domaine viticole de la famille, et This Must be the place, ou la métamorphose de Sean Penn qui joue une ancienne star du rock qui, à la mort de son père après trente ans d'absence, décide de partir sur ses traces et d'accomplir la quête qu'il s'était fixé : traquer le nazi qui l'avait persécuté à Auschwitz. Tout un programme!

Enfin, si vous avez le coeur léger et que vous cherchez de la belle romance, dirigez-vous plus vers Un jour, l'histoire d'Anne Hathaway et de Jim Sturgess, deux amis amoureux l'un de l'autre qui, pendant vingt ans, ont tout fait pour ne jamais sortir ensemble. Une histoire d'amour qui dure sans jamais être concrétisée. En un mot, un amour parfait? Autant le vérifier avec ce film.

Personnellement, je pense que je vais me diriger vers Cowboys et Envahisseurs et This must be the place si j'arrive à aller au cinéma. Et vous, vous irez voir quoi cette semaine? D'ici là, bonne semaine cinéphile et à très vite sur vues-subjectives.fr!

  Source vidéo et photos : Allociné

 

Venez soutenir vues-subjectives.fr sur la page officielle Facebook ainsi que le compte Twitter, pour ne jamais manquer quoi que ce soit de l'actualité cinéma!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux vidéo

                                                                           Alan Wake jaquette

 C'est l'heure de notre aventure spoiler avec l'épisode 21 qui sera consacré au début de l'épisode 6, intitulé Departure. Ici, Alan est plus déterminé que jamais, l'Ombre Noire aussi... La suite arrive très bientôt et si vous n'en pouvez plus d'attendre, allez voir la chaine Dailymotion, qui recense déjà toute l'aventure spoiler!

 


Spoiler Alan Wake épisode 21 par Vues-subjectives

 

Venez soutenir vues-subjectives.fr sur la page officielle Facebook ainsi que le compte Twitter, pour ne jamais manquer quoi que ce soit de l'actualité cinéma!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Mes critiques cinéma

                                 Super 8 affiche

 Cet été est placé sous le signe de la nostalgie, avec un Stephen Spielberg qui met Hollywood sous perfusion en produisant des films qui ressemblent beaucoup à son cinéma, et ce n'est certainement pas Super 8 qui va nous contredire avec cet hommage poignant de J. J. Abrams au grand maître.

En 1979, une bande de potes cinéphiles s'amusent à tourner un film amateur de zombie en cachette quand ils sont témoins d'une catastrophe ferroviaire sans précédent. Peu de morts sont à déplorer mais l'armée américaine s'empare très vite des lieu, peut-être même trop vite. Dans le même temps, de nombreux phénomènes mystérieux se multiplient dans l'Ohio. Très vite, les jeunes vont se rendre compte que quelque chose ne tourne pas rond, tout comme le père de Joe, adjoint du shérif de la ville, qui va se heurter à la réponse muscler des militaires... Mais quelque chose rôde depuis l'accident et ils sont bien décidés à découvrir de quoi il en retourne.

Quand on vous dit que Super 8 donne dans la nostalgie! Par moment, ça fleure bon les Rencontres du Troisième Type en terme de scénario mais aussi de références visuelles. Et des références visuelles il y en a partout, notamment à E.T. ou encore à Jurassic Park (bon, d'accord, j'admets que ça peut être un peu tiré par les cheveux...) Toujours est-il que J. J. Abrams a véritablement livré un film en forme d'hommage au cinéma qui l'a vu grandir : celui de Spielberg. Et on a affaire à un oeil expert pour la mise en scène, que ce soit dans l'image référencée ou dans le mouvement de caméra.

Super-8-image-01.jpgSuper-8-image-02.jpg

De plus, on sent vraiment que Abrams a mis tout ce avec quoi il a grandi notamment les petites caméras Super 8 et l'élan de créativité qu'elles ont suscité chez les jeunes de la fin des années 1970 ou encore les maquettes. Bref, tout ça pour dire que Super 8 déploie un véritable attirail de nostalgie qui prendra tout le monde, que ce soit ceux qui étaient enfants à cette période ou encore ceux qui ont vu les films de Spielberg. Si bien que le film d'Abrams trouvera forcément des échos positifs dans une large part du public.

Et c'est sans doute là-dessus que Super 8 se montre le plus fort. Car, finalement, l'histoire de science-fiction est somme toute très classique. D'ailleurs, Abrams dit lui-même qu'il ne faut pas aller voir Super 8 pour découvrir qui se cache derrière les phénomènes étranges, sous peine d'être déçu. Je suis assez d'accord, c'est plus de l'univers autour du film que l'on se souviendra avec joie, tout comme ces galops d'essai de jeunes acteurs qui se révèlent plutôt bons dans leur rôle. Mention spéciale à Joel Courtney, qui joue Joe (le personnage principal du film) et se révèle parfait, que ce soit dans l'émotion ou dans le physique. Les autres garçons ont des hauts et des bas, surtout quand ils se mettent à hurler un peu partout. Et Elle Fanning est toujours aussi douée. Quant à Kyle Chandler, il endosse l'uniforme et son rôle de mari éploré avec une aisance déconcertante. On aimerait le voir plus souvent sur grand écran.

Avec Super 8, J. J. Abrams montre une fois de plus son talent en tournant un énorme blockbuster de science-fiction qui se révèle à la fois poignant et intelligent avec toute sa dimension nostalgique qui plaira à petits et grands. Attention toutefois aux plus jeunes qui pourraient avoir un peu peur devant certaines scènes. Bref, c'est indéniablement un des films de l'été que nous a signé Abrams!

Source vidéo et photos : Allociné

L'appréciation de la Bobomb :

Note critique - Bobomb amoureuse

Super 8 est un très bon film qui plaira à un très large public, qu'ils soit jeune ou moins jeune et nostalgique de la fin des années 1970 (au cinéma comme dans la vraie vie). J. J. Abrams rend hommage à son idole, Stephen Spielberg (qui le lui rend bien), avec un film maîtrisé de bout en bout. Un coup de coeur!

 

Venez soutenir vues-subjectives.fr sur la page officielle Facebook ainsi que le compte Twitter, pour ne jamais manquer quoi que ce soit de l'actualité cinéma!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeux vidéo

                                                                      Alan Wake jaquette

C'est l'heure de notre aventure spoiler avec l'épisode 20 qui sera consacré à la fin de l'épisode 5, intitulé Le Rupteur. Ici, Alan semble avoir trouvé la solution à ses problèmes. La suite arrive très bientôt et si vous n'en pouvez plus d'attendre, allez voir la chaine Dailymotion, qui recense déjà toute l'aventure spoiler!


Spoiler Alan Wake épisode 20 par Vues-subjectives

 

Venez soutenir vues-subjectives.fr sur la page officielle Facebook ainsi que le compte Twitter, pour ne jamais manquer quoi que ce soit de l'actualité cinéma!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Cinéma

C'est l'été, sans doute les vacances pour bon nombre d'entre vous. Vous avez chaud et vous n'êtes pas encore allés à la plage? Que diriez-vous d'un petit tour dans les salles obscures et climatisées? Cette semaine encore, de nombreux films sortent. Voyons voir ce qui pourrait nous intéresser...

                Captain America First Avenger afficheConan afficheComment Tuer son Boss affiche

Cette semaine, encore beaucoup de films que j'avais cité dans mon dossier des films du mois d'août. A commencer par Captain America First Avenger, le nouveau film des Studios Marvel qui nous proposent de nous plonger dans la mythologie de Steven Rogers, qui deviendra le symbole de l'Amérique tout entière, après injection dans le programme Super Soldat en pleine Seconde Guerre Mondiale. Bien entendu, inutile de vous dire que ce Captain America fait office de vaste prélude au film The Avengers qui rassemblera, pour ne citer qu'eux, Hulk, Iron Man et Thor l'année prochaine.

On reste dans un univers fort avec Conan qui s'offre un reboot avec pour l'incarner, à la place de Schwarzy, un Jason Momoa qui doit commencer à en avoir marre des rôles de brutasses torse nu. Enfin, après avoir joué le roi des barbares, peut-être pourra-t-il passer à autre chose?

Si vous êtes à la recherche d'une comédie, eh bien vous aurez le choix cette semaine car deux comédies américaines sortent rien que pour vous : Comment Tuer son Boss, ou comment de simples employés vont décider d'assassiner leurs abrutis de patrons pour enfin pouvoir respirer et Zookeeper, une comédie animalière avec au centre Kevin James, un gardien de zoo qui se rend compte que sa situation professionnelle l'empêche de vivre une relation normale...

Enfin, comment ne pas parler du dernier Almodovar, La Piel que Habito, un film qui s'annonce tout à fait mystérieux, aux vues de la bande-annonce, avec un Antonio Banderas qui campe un chercheur en train d'expérimenter un moyen de recréer une peau. Pour cela il semble avoir capturer un certain nombre de personnes. Qu'est-ce que ça peut bien cacher cette histoire?

Personnellement, je pense que je vais me diriger vers Captain America et Conan si j'arrive à aller au cinéma. Et vous, vous irez voir quoi cette semaine? D'ici là, bonne semaine cinéphile et à très vite sur vues-subjectives.fr!

 Source vidéo et photos : Allociné

 Venez soutenir vues-subjectives.fr sur la page officielle Facebook ainsi que le compte Twitter, pour ne jamais manquer quoi que ce soit de l'actualité cinéma!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Mes critiques cinéma

                                     Cars 2 affiche

Pour être tout à fait honnête, quand je suis allé voir le premier Cars, il y a de cela cinq ans, je suis resté presque sans voix tant j'avais adoré. Les studios Pixar avait encore frappé, avec ces voitures plus vraies que nature et leur univers extrêmement riche. Et avec un succès pareil, il fallait s'attendre à une suite qui a tout d'abord pris la forme de direct to DVD où, déjà, Martin la dépanneuse prenait la vedette dans une série de courts métrages. Autant vous dire que ce n'était pas top. Aussi avais-je très peur pour Cars 2 qui, dans mon esprit, prenait la même direction. Les studios Pixar vont-ils réussir un nouvel exploit?

 

Quelques années après les événements du premier Cars, Flash McQueen va prendre des vacances bien méritées à Radiator Springs, son village au bord de la Route 66 où il fait bon vivre au milieu de toutes ces voitures souriantes. Mais c'est sans compter l'appel de la compétition qui reprend le bon Flash en plein repos : le World Grand Prix propose à tous les plus grands bolides du monde de participer aux courses les plus mythiques en roulant avec un nouveau carburant, l'Allinol, censé révolutionner l'industrie automobile. Mais une organisation de voitures pas très nettes en a décidé autrement et fait tout son possible pour faire capoter l'opération...

Oui, je suis d'accord, le scénario de Cars 2 n'a pas grand chose à voir avec celui de l'épisode originel. En effet, ici, on est plus dans le domaine du film d'espionnage, comme on peut le voir dans les différentes bandes-annonce du film. Au fur et à mesure, un drôle de complot se met à jour et, bien évidemment, Flash et Martin vont se retrouver plongés dedans sans le savoir. Si bien que l'accent est beaucoup moins mis sur les courses que sur tout ce qui se passe à côté, ce qui, d'une certaine manière, peut apparaître comme un déni de l'héritage du premier épisode et fera donc grogner les puristes...

Cars-2-image-01.jpgCars-2-image-02.jpg

En revanche, il faut bien avouer que, chez Pixar, on s'est lâché dans cette suite qui multiplie les effets visuels impressionnants, notamment au début du film. Les grands enfants du studio d'animation s'en donnent à coeur joie. Mais c'est vrai que l'éclairage du film est radicalement différent et le focus se concentre sur Martin qui est la véritable vedette de Cars 2 là où il n'était que simple side-kick de Flash il y a cinq ans. Et on en viendrait presque à se dire que Flash ne sert pas à grand chose dans cet épisode qui le relègue au rang de simple coureur automobile sans véritable texture autre que celle qu'on lui connaît déjà : susceptible et un peu brutal en amitié.

A l'inverse, l'intrigue de Martin prend part à la véritable histoire : celle du complot d'espionnage. A cette occasion, la dépanneuse la plus rouillée du monde va se révéler être un agent secret malgré lui tout à fait correct. Mais il faut tout de même noter que le film part dans une direction un peu plus complexe que son prédécesseur qui se concentrait sur des thèmes beaucoup plus universel. Le complot semble difficile à saisir pour les plus jeunes qui, au bout de près de deux heures de film, fatiguent un peu.

En revanche, l'enrobage esthétique du film est toujours aussi génial, avec cette réécriture du monde en forme de boulons et de capots de voitures. Les nouveaux personnages sont esthétiquement réussis à défaut d'être passionnants sur le plan narratif. Côté doublage français, c'est tout à fait correct avec un Guillaume Canet toujours dans son rôle et un Gilles Lellouche qui reprend le flambeau de Martin avec brio.

 

Au final, Cars 2 n'est certes pas un désastre mais le tout laisse une impression de différent que les puristes considèreront comme une trahison. Il est vrai que varier un peu l'intrigue du film était très audacieux mais les plus jeunes auront du mal à suivre tous les détails. Dommage donc pour Cars 2 qui est donc un film relativement moyen mais qui jouit tout de même d'une aura assez sympathiques.

Source vidéo et photos : Allociné

L'appréciation de la Bobomb :

Note critique - Bobomb mitigée

J'adore Cars, j'apprécie la volonté de varier la franchise avec Cars 2mais cette suite me laisse un arrière goût un peu amer. Tout simplement parce que Martin n'est pas spécialement mon personnage préféré et que j'aimerais voir, par la suite, la série revenir aux fondamentaux.

 

Venez soutenir vues-subjectives.fr sur la page officielle Facebook ainsi que le compte Twitter, pour ne jamais manquer quoi que ce soit de l'actualité cinéma!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Screenopathe

Par Mordraen Blog créé le 08/05/10 Mis à jour le 01/07/13 à 18h10

Itinéraire d'un jeune homme atteint de screenopathie (maladie en phase terminale causée par l'abus de biens visuels comme les jeux vidéo ou les films). Le screenopathe n'est rien d'autre qu'un amoureux de l'écran et de tout ce qui s'y passe, pour son plus grand plaisir...

Ajouter aux favoris

Édito




La fascination de l'écran et de tout ce que l'on peut en faire m'amène à créer ce blog. Amoureux de jeux vidéo et de cinéma depuis mon plus jeune âge, je rêve de faire partager ces passions qui m'animent quotidiennement. Etant donné que j'aime aussi écrire, l'idée d'un Gameblog était faite pour moi!

J'estime qu'une grande partie d'entre nous est atteinte d'une délicieuse maladie : la screenopathie. Tout ce qui peut être projeté sur tout type d'écran (des jeux vidéo aux films en passant par les séries télévisées...) emporte en nous un grand intérêt.

Ce blog a l'intention modeste de vous faire partager mes opinions sur tout ce qui peut passer sur mes écrans. Quand j'irai voir des films au cinéma, je vous en parlerai. Quand je jouerai à un jeu vidéo, je vous en parlerai. Tout simplement parce que j'aime parler de ces choses là et, qu'entre nous, être amoureux des petits comme des grands écrans est tout à fait compréhensible, nous ne savons que trop bien ce qui s'y passe!

Je vous invite donc à continuer un bout de chemin avec un screenopathe et fier de l'être!

Archives

Favoris