Screenopathe
Signaler
Mes critiques cinéma

                                               Limitless affiche

  Imaginez vous en train d'utiliser 100% des capacités de votre cerveau. Que feriez-vous? Ecrire un roman, boursicoter, apprendre à jouer du piano? Tout est possible, tout est sans limite. C'est un peu le slogan de Limitless, ce film de Neil Burger inspiré du roman d'Alan Glynn, Dark Fields (traduit par Champs de Tenèbres en français). Maintenant, reste à savoir si le potentiel sans limite d'une idée pareille a été utilisé dans le cadre de ce film...

  Eddie Morra est un écrivain dans le creux de la vague, un contrat avec un éditeur certes, mais pas une seule ligne d'écrite. Jusqu'à ce qu'il rencontre quelqu'un qui lui vante les mérites de petites pilules transparentes censées pouvoir décupler vos capacités mentales. Ni une ni deux, le voici qui enchaîne pilule après pilule, tout en alignant les pages de son roman! Ca marche. Mais ce qu'il n'avait pas prévu c'est les effets collatéraux de cette auto-médication, que ce soit en terme d'addiction mais aussi en terme de personnes envieuses. Les ennuis ne font que commencer.

  Sur le papier et dans la bande-annonce, il faut avouer que le script a de la gueule. Une idée pareille ne peut que faire rêver n'importe qui. Du coup, tout le monde peut rapidement s'identifier au personnage principal qui commence en bon loser pour finir par révéler tout son potentiel. On ne peut pas rêver mieux comme ascension fugace. Le film se construit donc en deux temps, l'ascension puis les ennuis qui commencent. Si bien que le film se renouvèle pas mal notamment en révélant les dangers intrinsèques à ces pilules peu banales.

  Limitless-image-01.jpgLimitless-image-02.jpg

  Bradley Cooper joue, et à raison, son personnage en véritable cocaïnomane et s'en sort plutôt pas mal. En revanche, c'est Abbie Cornish et Robert de Niro qui, par leur manque de scène, apparaissent clairement en retrait dans Limitless. Dommage, car on connaît clairement leur talent! Il faudra faire avec malheureusement. A la rigueur, c'est moins gênant que la mise en scène du film. En effet, si les effets de vertige et ces moments où Cooper est sous emprise sont vraiment réussis (bien qu'à certains moments, je me serais bien senti de vomir un bon coup) il n'en reste pas moins qu'il est difficile de faire un vrai bon thriller lorsqu'on est dépourvu de réel danger pour le héros principal. On se retrouve donc face à un problème scénaristique qui veut, finalement, nous faire croire que le héros est invincible tout en nous montrant que rien ne peut vraiment lui arriver. Problème.

  Au final, Limitless est typiquement le genre de thriller qui se savoure entre amis, sans se prendre la tête, mais qui ne fera pas non plus les grandes heures de votre DVDthèque. Le film est loin d'être nul, entendons nous bien, mais il lui manque ce petit plus qui lui aurait valu une meilleure appréciation de ma part.

 

Source vidéo et photos : Allociné

  L'appréciation de la Bobomb :

  Note-critique---Bobomb-mitigee.jpg

  Très honnêtement, j'ai passé un bon moment en regardant Limitless. Toutefois, je ne peux pas m'empêcher de lui reprocher certaines petites choses. Peut-être quelques longueurs de ci de là, une mise en scène parfois pas super convaincante. J'en retire, cependant, un moment sympathique de cinéma.

 

Venez soutenir vues-subjectives.fr sur la page officielle Facebook ainsi que le compte Twitter, pour ne jamais manquer quoi que ce soit de l'actualité cinéma!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Screenopathe

Par Mordraen Blog créé le 08/05/10 Mis à jour le 01/07/13 à 18h10

Itinéraire d'un jeune homme atteint de screenopathie (maladie en phase terminale causée par l'abus de biens visuels comme les jeux vidéo ou les films). Le screenopathe n'est rien d'autre qu'un amoureux de l'écran et de tout ce qui s'y passe, pour son plus grand plaisir...

Ajouter aux favoris

Édito




La fascination de l'écran et de tout ce que l'on peut en faire m'amène à créer ce blog. Amoureux de jeux vidéo et de cinéma depuis mon plus jeune âge, je rêve de faire partager ces passions qui m'animent quotidiennement. Etant donné que j'aime aussi écrire, l'idée d'un Gameblog était faite pour moi!

J'estime qu'une grande partie d'entre nous est atteinte d'une délicieuse maladie : la screenopathie. Tout ce qui peut être projeté sur tout type d'écran (des jeux vidéo aux films en passant par les séries télévisées...) emporte en nous un grand intérêt.

Ce blog a l'intention modeste de vous faire partager mes opinions sur tout ce qui peut passer sur mes écrans. Quand j'irai voir des films au cinéma, je vous en parlerai. Quand je jouerai à un jeu vidéo, je vous en parlerai. Tout simplement parce que j'aime parler de ces choses là et, qu'entre nous, être amoureux des petits comme des grands écrans est tout à fait compréhensible, nous ne savons que trop bien ce qui s'y passe!

Je vous invite donc à continuer un bout de chemin avec un screenopathe et fier de l'être!

Archives

Favoris