Screenopathe
Signaler
Cinéma

                                          Potiche affiche

Librement adapté d'une pièce de théâtre de boulevard signée Pierre Barillet et Jean-Pierre Grédy, Potiche est le nouveau film de François Ozon, celui où il renoue avec la comédie. En 1977, la France est bousculée dans l'ordre établi de l'homme supérieur à la femme. C'est dans ce contexte que, dans Potiche, les femmes vont prendre le pouvoir.



La fabrique de parapluies Pujol est dirigée d'une main de fer par son patron (Fabrice Luchini) si bien qu'une grève éclate. Pas spécialement prêt à faire des concessions, le patron est séquestré dans son bureau par les ouvriers mécontents. C'est alors sa femme, toujours rabaissée au rang de potiche, qui va tenter de négocier sa libération. Une fois cela fait, le pauvre patron meurtri devra se rétablir de ce choc, laissant vacante la direction de l'usine. Une fois de plus, sa femme va endosser le rôle du patron et mener l'entreprise familiale vers une époque plus clémente pour ses travailleurs.

Potiche, c'est tout d'abord un film empreint d'un certain féminisme. Il peint en effet une prise de conscience des femmes à propos de leur condition soit de potiche soit d'objet sexuel. A cela suit une véritable prise de pouvoir par ces femmes trop longtemps dénigrées. Catherine Deneuve en tête, la femme du patron qui va réussir, par son charisme ignoré auparavant, à redresser en douceur une situation de crise. On peut aussi y retrouver un juste retour de bâton dans la figure de ces maris qui s'octroient la permission de tromper leur femme. En effet, par l'intermédiaire de flashback assez coquins, on découvrira le passé non sans reproche de la patronne qui est bien loin d'être un potiche finalement.

Potiche-image-1.jpgPotiche image 2

Certains veulent aussi voir dans
Potiche un miroir de la société actuelle, à partir d'allusions non voilées. S'il est vrai que ces allusions (« Casse-toi pov'con » au « Travaillez plus pour gagner plus ») sont immédiatement identifiables par le grand public, elles ne suffisent pas, par leur nombre restreint, à faire entrer une véritable satire sociale dans ce film. Ou, tout du moins, à part ces allusions bien visibles, les autres sont trop voilées.

Enfin, il faut aussi ajouter que le film jouit d'un casting exceptionnel. Depardieu retrouve Deneuve, dans une intrigue amoureuse pleine de tendresse. Luchini est tout bonnement excellent en patron réactionnaire et en mari misogyne. Enfin, Judith Godrèche en bonne fille du patron, Jérémie Rénier en fils qui veut échapper à l'influence de son père et Karine Viard, la secrétaire abusée qui s'émancipe peu à peu de son rôle d'objet sexuel, sont tous les trois très bons. Le tout accompagné de répliques qui fusent dans tous les sens avec un bon sens de la répartie, et joué au premier degré. Bref, que du bonheur!

Poticheest un film assez sympathique. Le rire ne nous vient pas sous la forme d'éclats mais plus avec un sourire amusé par certains propos misogynes ou de l'ironie. On appréciera la belle reconstitution des années 70 (mention spéciale aux costumes et aux coiffures) et surtout les acteurs qui s'en donnent à coeur joie. Un bon moment à passer en tout cas.

Réaction en salle : La salle était pleine, pour un âge moyen d'à peu près 40 ans. Le public s'est bien amusé en regardant le film même si les rires étaient plus de l'amusement que des éclats de rire.

Source vidéo et photos : Allociné

Mordraen

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Screenopathe

Par Mordraen Blog créé le 08/05/10 Mis à jour le 01/07/13 à 18h10

Itinéraire d'un jeune homme atteint de screenopathie (maladie en phase terminale causée par l'abus de biens visuels comme les jeux vidéo ou les films). Le screenopathe n'est rien d'autre qu'un amoureux de l'écran et de tout ce qui s'y passe, pour son plus grand plaisir...

Ajouter aux favoris

Édito




La fascination de l'écran et de tout ce que l'on peut en faire m'amène à créer ce blog. Amoureux de jeux vidéo et de cinéma depuis mon plus jeune âge, je rêve de faire partager ces passions qui m'animent quotidiennement. Etant donné que j'aime aussi écrire, l'idée d'un Gameblog était faite pour moi!

J'estime qu'une grande partie d'entre nous est atteinte d'une délicieuse maladie : la screenopathie. Tout ce qui peut être projeté sur tout type d'écran (des jeux vidéo aux films en passant par les séries télévisées...) emporte en nous un grand intérêt.

Ce blog a l'intention modeste de vous faire partager mes opinions sur tout ce qui peut passer sur mes écrans. Quand j'irai voir des films au cinéma, je vous en parlerai. Quand je jouerai à un jeu vidéo, je vous en parlerai. Tout simplement parce que j'aime parler de ces choses là et, qu'entre nous, être amoureux des petits comme des grands écrans est tout à fait compréhensible, nous ne savons que trop bien ce qui s'y passe!

Je vous invite donc à continuer un bout de chemin avec un screenopathe et fier de l'être!

Archives

Favoris