Screenopathe
Signaler
Cinéma

 

                                             Il-reste-du-jambon-affiche-copie-2.jpg

En France, ce n'est pas souvent que l'on peut voir des films qui traitent des problèmes de différences communautaires, bien qu'on ne sache que trop que cela existe. Dès lors, on ne peut se réjouir que certains aient le courage de prendre le taureau par les cornes. C'est ce que fait Anne Depetrini avec son Il reste du jambon?, une comédie romantique qui tourne autour de ces problèmes de société. Suffit-il d'avoir toute la bonne volonté du monde pour faire un bon film?



Justine Lacroix (Anne Marivin) est une journaliste que l'on cantonne à la rubrique des chiens écrasés. A la suite d'un reportage ô combien intéressant, elle se retrouve à l'hôpital à cause d'une grosse allergie. C'est là qu'elle rencontre Djalil (Ramzy) qui ne se fera pas prier pour la draguer. Ils commencent donc à sortir ensemble et filent le parfait amour. Seulement voilà, leur famille respective (surtout celle de Justine, il faut le dire) ne sont pas spécialement d'accord pour que leur enfant sorte avec un musulman ou une chrétienne. C'est là que les problèmes vont commencer. On se rendra vite compte que les ressentiments envers telle ou telle communauté sont assez forts et qu'ils peuvent très facilement détruire une belle relation de couple.

Il reste du jambon?, c'est le constat qu'il reste encore énormément de préjugés sur les communautés, en France. Le film n'hésite d'ailleurs pas à étaler tous ces préjugés, dans le but premier de faire rire, bien sûr, mais on rit plus d'un rire jaune, car il est difficile de rire de ces choses là. Il est, par exemple, difficile d'essayer de sauver les parents Lacroix, sorte de réactionnaires enragés qui vivent avec des ornières. Mais le film nous invite à nous rendre compte que les préjugés vont aussi dans les deux sens, et c'est d'ailleurs le plus gros problème de ce nouveau couple.

il-reste-du-jambon-image-1.jpgil-reste-du-jambon-image-2.jpg

En termes plus de comédie romantique,
il reste du jambon est somme toute assez classique dans son déroulement : coup de foudre, parfait amour, clash, etc... On sent bien que le genre a été choisi pour représenter un phénomène de société tout en n'oubliant pas de mettre à l'aise le public par le rire. Car traiter ce sujet de façon plus grave aurait beaucoup nui au film. A l'inverse, après un certain temps d'adaptation à ce type d'humour, on finit par se laisser aller.

Finalement, Il reste du jambon reste un petit film sans grande prétention mais qui permet de réfléchir sur ces problèmes toujours d'actualité. S'il est difficile de rire de ce sujet en particulier, le film d'Anne Depetrini évite de formuler tout jugement, ce qui permet de faire disparaître le rire jaune. Derrière une comédie romantique très classique se trouve tout de même un film attendrissant, avec des personnages intéressants (le personnage de la mère de Djalil, par exemple, est tout simplement adorable). Un film qui atteint ses objectifs, en tout cas.

Réactions en salle : La salle, pleine en soirée, était à l'image du film : cosmopolite. On notera tout de même que certains ne rient pas pour les mêmes choses que d'autres et que certains n'arrivent pas à rire des propos racistes (bien que fictionnels) tenus par les personnages. Si certains spectateurs n'arrivent pas à rentrer dans le trip, d'autres parviennent à reconnaître quelqu'un dans certains personnages et affirment même que certaines situations sont éminemment réelles. Au sortir de la salle de cinéma, ce sont les femmes qui se sentent le mieux représentées dans le film.

Source vidéo et photos : Allociné

Mordraen

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

ladanettedu94
Signaler
ladanettedu94
Oui, le public était mort de rire du début à la fin, et y'en a même qui ont applaudi à la fin (WTF ?). Mais bon je l'ai vu un samedi soir à UGC de Bercy, et le public était vraiment pas un public cinéphile, et encore moins conscient des clichés du film. Ils recherchaient aussi certainement autre chose que moi (bon, j'ai été traîné de force :P).
Mordraen
Signaler
Mordraen
Je te rejoins largement sur le fait que le film est un ramassis de clichés. Je suis aussi d'accord sur le fait que les "gags" sur la famille française n'ont rien de drôle et sont dans une grande mesure d'un autre temps. C'est un film qui prête à polémique, mais force est de constater que le public a apprécié.
ladanettedu94
Signaler
ladanettedu94
Perso, j'ai trouvé que c'était l'un des films les plus clichés depuis très trèèèès longtemps.

Oui, il se moque gentiment des clichés arabes (critique les noirs, la mère qui parle fort, l'accent hyper prononcé, le grand frère qui "protège" la petite soeur...), mais quand ça vient aux clichés "cé-fran", bizarrement ça adopte immédiatement un ton sérieux.

Je parle notamment de l'interrogatoire des parents de la nana à Ramzy, mais SURTOUT du moment où elle pète un câble et se déguise en jambon... Non mais franchement, cette scène est pas le moins du monde traitée au second degrés, aucun gags dedans, non. On a juste le fameux thème qui plaira fort à SOS Racisme : les blancs son méchants, les arabes sont gentils (remplacer arabe par n'importe quelle autre ethnie au monde).

Dans la première moitié du 20ème siècle, il y avait effectivement une vague de films racistes contre les noirs et arabes en France, c'est une raison pour faire le contraire au 21ème siècle ?

Ah, et les gags sont pas drôles. Enfin, pour moi qui vit en banlieue parisienne depuis toujours, ce n'est qu'un ramassis de blagues qu'on se fait entre ethnies ici bas.

Screenopathe

Par Mordraen Blog créé le 08/05/10 Mis à jour le 01/07/13 à 18h10

Itinéraire d'un jeune homme atteint de screenopathie (maladie en phase terminale causée par l'abus de biens visuels comme les jeux vidéo ou les films). Le screenopathe n'est rien d'autre qu'un amoureux de l'écran et de tout ce qui s'y passe, pour son plus grand plaisir...

Ajouter aux favoris

Édito




La fascination de l'écran et de tout ce que l'on peut en faire m'amène à créer ce blog. Amoureux de jeux vidéo et de cinéma depuis mon plus jeune âge, je rêve de faire partager ces passions qui m'animent quotidiennement. Etant donné que j'aime aussi écrire, l'idée d'un Gameblog était faite pour moi!

J'estime qu'une grande partie d'entre nous est atteinte d'une délicieuse maladie : la screenopathie. Tout ce qui peut être projeté sur tout type d'écran (des jeux vidéo aux films en passant par les séries télévisées...) emporte en nous un grand intérêt.

Ce blog a l'intention modeste de vous faire partager mes opinions sur tout ce qui peut passer sur mes écrans. Quand j'irai voir des films au cinéma, je vous en parlerai. Quand je jouerai à un jeu vidéo, je vous en parlerai. Tout simplement parce que j'aime parler de ces choses là et, qu'entre nous, être amoureux des petits comme des grands écrans est tout à fait compréhensible, nous ne savons que trop bien ce qui s'y passe!

Je vous invite donc à continuer un bout de chemin avec un screenopathe et fier de l'être!

Archives

Favoris