Screenopathe
Signaler
Cinéma

 

                                          Ga'Hoole affiche

Les aventures fantastiques de chouettes qui parlent, en voilà un drôle de tableau pour une saga qui n'en est plus à son premier roman. En effet, la série de Kathryn Lasky compte ni plus ni moins que quinze bouquins, comme quoi, ça marche! Et comme vous le savez, qui dit succès littéraire, dit adaptation cinématographique. Cette fois, c'est Zack Snyder qui s'y colle après avoir adapté 300 et les Watchmen. Un joli cadre et un réalisateur en vogue suffiront-ils à sortir les oisillons de leur nid?

Remarque : Je n'ai pu voir le film qu'en version française, malheureusement, ce qui m'empêche de parler de la crédibilité de la version originale. Toutefois, notons tout de même que, si l'on peut trouver quelques légers moments de flottement dans le doublage, la version française n'est pas à jeter pour autant.



Le Royaume de Ga'Hoole : La Légende des Gardiens (The Owls of Ga'Hoole, plus simplement en version originale) adapte les trois premiers livres de la série, à savoir L'Enlèvement, Le Grand Voyage et enfin L'Assaut, de quoi mettre les lecteurs les plus imaginatifs sur la voie du scénario. Comme son nom l'indique, la saga de Kathryn Lasky met en scène un univers peuplé de volatiles, plus particulièrement les hiboux et les chouettes. Le personnage principal de l'histoire est Soren, une jeune chouette-effraie (ou Tyto), qui est capturé (oui, c'est un garçon en fait) par de vilains hiboux, dits de sang pur, qui l'emmènent dans un camps où de nombreux jeunes oiseaux sont réduits en esclavages. Il va lui falloir, en compagnie de ses amis, s'enfuir de cet endroit pour tenter de rejoindre le légendaire Royaume de Ga'Hoole pour y prévenir les Gardiens, sorte de hiboux guerriers légendaires qui doivent protéger le Monde, que les Sangs Purs veulent asservir les « races inférieures » à leur volonté. S'enchaînera donc un long périple, fait d'aventures et de rencontres, vers cet arbre mythique.

A première vue, l'univers de
Ga'Hoole n'est pas spécialement de ceux qui nous emportent directement. Pourtant, force est de constater que le film, dès le départ, porte à notre entendement un univers cohérent et intrigant. On est curieux ne serait-ce que de voir ce qui peut bien se passer dans un tel univers. Et l'on n'est pas déçu par le déroulement du film, fait de petites scènes d'action successives et de moments plus calmes où l'univers déploie fièrement ses ailes devant nous. Si bien que l'on a vraiment l'impression d'être accueilli dans ce monde intéressant, sans être laissé à côté de la route.

Ga-Hoole-image-1.jpgGa-Hoole-image-2.jpg

En terme purement technique maintenant, le film est assez joli et voir les différents volatiles évoluer est un véritable plaisir pour les yeux. De même, l'anthropomorphisme de ces oiseaux n'est présent que pour justifier le fait qu'ils parlent et ce, sans réellement gêner le spectateur qui suspend immédiatement son incrédulité. Si l'on regrettera, par moments, certains décors assez vides (mais bon, ça peut se justifier par le fait que cela se passe en hauteur) et certaines (rares) textures un peu moches, il est difficile de ne pas avouer que l'effet 3D relief est plutôt bien géré dans ce film. Sans faire étalage de cette technologie, le film utilise l'effet à bon escient et ce, à ma plus grande surprise.

Finalement, Le Royaume de Ga'Hoole n'est pas un grand film mais il a des qualités très intéressantes. Un univers assez riche, une réalisation presque sans accrocs, une aventure qui tient en haleine, les ingrédients sont nombreux et permettent à ce long-métrage de s'envoler. Très honnêtement, je ne sais pas si les livres sont bien retranscrits (ça m'étonnerait étant donné qu'il y a trois livres condensés en un seul film) mais au moins le film arrive à nous donner envie de les lire, et c'est ça le plus important!

Réactions en salle : Malheureusement, la salle était presque vide, en séance tardive un mardi. On notera tout de même que le film n'a pas pour volonté de faire rire son public mais bien de proposer une aventure épique. Remarquons aussi le dessin animé (en images de synthèse) Warner qui fait revivre Bip Bip et Coyote en 3D. C'est assez dispensable mais ça fait toujours plaisir de revoir ces deux rivaux de toujours.

Source vidéo et photos : Allociné


Mordraen

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Screenopathe

Par Mordraen Blog créé le 08/05/10 Mis à jour le 01/07/13 à 18h10

Itinéraire d'un jeune homme atteint de screenopathie (maladie en phase terminale causée par l'abus de biens visuels comme les jeux vidéo ou les films). Le screenopathe n'est rien d'autre qu'un amoureux de l'écran et de tout ce qui s'y passe, pour son plus grand plaisir...

Ajouter aux favoris

Édito




La fascination de l'écran et de tout ce que l'on peut en faire m'amène à créer ce blog. Amoureux de jeux vidéo et de cinéma depuis mon plus jeune âge, je rêve de faire partager ces passions qui m'animent quotidiennement. Etant donné que j'aime aussi écrire, l'idée d'un Gameblog était faite pour moi!

J'estime qu'une grande partie d'entre nous est atteinte d'une délicieuse maladie : la screenopathie. Tout ce qui peut être projeté sur tout type d'écran (des jeux vidéo aux films en passant par les séries télévisées...) emporte en nous un grand intérêt.

Ce blog a l'intention modeste de vous faire partager mes opinions sur tout ce qui peut passer sur mes écrans. Quand j'irai voir des films au cinéma, je vous en parlerai. Quand je jouerai à un jeu vidéo, je vous en parlerai. Tout simplement parce que j'aime parler de ces choses là et, qu'entre nous, être amoureux des petits comme des grands écrans est tout à fait compréhensible, nous ne savons que trop bien ce qui s'y passe!

Je vous invite donc à continuer un bout de chemin avec un screenopathe et fier de l'être!

Archives

Favoris