Screenopathe
Signaler
Cinéma

 

                                          The social network affiche

Ce que tout le monde semble retenir à propos de ce film, c'est qu'il parle de Facebook, un de ces phénomènes Internet dont personne n'ignore le nom, à défaut de savoir précisément ce que c'est. Mais n'oublions pas que The Social Network c'est aussi et, à mon sens, surtout le dernier film de David Fincher, réalisateur dont le talent n'est plus à prouver (pour n'en citer que quelques-uns : Fight Club, Zodiac, L'Etrange Histoire de Benjamin Button, Seven...). Et, comme on pouvait s'y attendre, The Social Network est une franche réussite.



Mark Zuckerberg est un véritable génie de l'informatique. Devant son ordinateur, les lignes de code s'enchaînent à une vitesse folle alors qu'il tapote sur son clavier. Mais il n'a pas simplement le savoir-faire du bon codeur, il a aussi les idées qui vont avec. Après une soirée bien difficile personnellement, Mark lance, dans l'heure qui suit, un site Internet : Facemash.com, un site où les internautes s'amusent à voter sur la beauté des jeunes filles enregistrées sur le site. Mais le souci c'est que Mark n'a absolument pas demandé l'accord de ces étudiantes et est allé piraté les banques de données des résidences pour y prendre les photos dont il avait besoin! S'ensuivra un procès pour violation de la vie privée. Mais le site est un énorme succès, à tel point qu'il fait planter le réseau de Harvard, où Zuckerberg étudie, en plein milieu de la nuit.
Grâce à cette notoriété certaine, certains des étudiants les plus influents de l'université s'intéressent à Mark. Les Winklevoss, jumeaux au physique appollonien, aimerait faire travailler Mark sur un projet de site Internet à caractère social, appelé HarvardConnection. C'est à ce moment là que Mark Zuckerberg commence à travailler sur
TheFacebook. Et au bout de quelques mois, la machine est lancée, le succès est immédiat et la courbe des utilisateurs grimpe de manière exponentielle. Seulement voilà, le succès n'est pas forcément la clé du bonheur et Mark Zuckerberg l'apprendra à ses dépends, en se retrouvant face à de vieilles connaissances qui le poursuivent en justice pour avoir une part du gâteau.

The-Social-network-image-1.jpgThe-social-network-image-3.jpg

Comme vous pouvez vous en douter,
The Social Network n'a rien d'un film d'action, le film retrace surtout le processus du création de Facebook et les problèmes personnels que tout ceci a engendré. Le film avance avec une narration éclatée en différents morceaux : la création du site et les trois différents procès, ce qui donne un aspect fragmentaire au film mais qui permet aussi d'éviter d'avoir affaire à un film trop plat. Difficile de voir comment on aurait pu faire autrement!
Le scénario est un des grands points positifs de
The Social Network. En effet, oubliez l'idée de voir un documentaire sur la création de Facebook, ce n'est absolument pas l'intérêt du film. Le film ne constitue ni un plaidoyer ni un réquisitoire en faveur ou contre Mark Zuckerberg. A vrai dire, peu importe réellement s'il est coupable de ce dont on l'accuse, ce sont les luttes de pouvoir et leurs conséquences personnelles qui sont au coeur de ce film. Certains parlent d'une tragédie, je pencherai plutôt pour un drame merveilleusement orchestré qui fait profondément réfléchir sur le succès et ce que cela implique. The Social Network est un tableau poignant de la solitude.

C'est bien pour cela que je ne crois pas que
The Social Network soit un film destiné à tous les utilisateurs de Facebook. Certes, c'est bien la cible visée par les producteurs qui pensent qu'ils ont potentiellement 500 millions de spectateurs. Et honnêtement, pourquoi pas, le film le mérite, mais je répugne à limiter The Social Network à la simple mise en film d'un phénomène de masse. Car ce film est tellement plus que ça, par son scénario mais aussi par la mise en scène de Fincher ou encore le jeu d'acteur (tous sont simplement excellents, mention spéciale à Jesse Eisenberg) qu'il serait dommage de manquer la portée plus lointaine de ce film. C'est un film qu'il ne faut pas voir seulement au premier degré et essayer d'en voir les implications plus profondes. Et c'est en ce sens que je ne crois pas que tous les utilisateurs de Facebook doivent se ruer dans les salles. Tout simplement parce que la plupart des gens vont voir The Social Network en disant que c'est parce qu'il parle de Facebook alors qu'ils devraient y aller parce que c'est le nouveau film de David Fincher!

The-social-network-image-4.jpgThe-social-network-image-5.jpg

Pour finir, The Social Network est un excellent film de plus à ajouter à la cinématographie déjà foisonnante de David Fincher. C'est aussi un film d'une très grande puissance émotionnelle dans sa peinture des affres du succès et de la solitude. Enfin, il ne faut pas se limiter au premier niveau de lecture avec ce film, en pensant que ce n'est qu'un documentaire sur la création de Facebook, ce qui est une erreur totale. Un film qui ne conviendra pas à tous ceux qui constituent sa cible, en tout cas, c'est une certitude.

Réactions en salle : Pour une séance à 22h un dimanche, la salle était complète. La moyenne d'âge devait être d'à peine 25 ans et il est assez impressionnant de voir à quel point la cible du film s'est déplacée en masse pour aller voir The Social Network. Le pari marketing est un modèle de réussite, dans ce cas. En attendant d'entrer dans la salle, j'ai pu regarder les futurs spectateurs, le iPhone collé à la main, surfant sur Internet et deviner sur quel site! J'en ai même vu, pendant la séance, en train de faire ce qui pour eux était sans doute une boucle intéressante : « Wah! Je suis sur Facebook et je regarde un film sur Facebook! Trop lol! ». En voyant tout ça, je n'ai pu m'empêcher de modifier la chanson Creepde Radiohead, utilisée dans les trailers, « Cause I'm a sheep »...

Source vidéo et photos : Allociné

Mordraen

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Commentaires

Mordraen
Signaler
Mordraen
Merci Alan, mais tu sais on n'est jamais trop pour parler des bonnes choses alors ne t'en fais pas tu peux y aller ça me fera plaisir!

Et on partage à peu près le même point de vue sur Monsieur Z.
Alan Kirsten
Signaler
Alan Kirsten
Bel article dis donc Mordraen !

Je voulais en écrire un mais puisque il y a le tien je ne vais pas me donner la peine ! ^_^

Je rajouterai juste une chose, Mark Z. est pour moi un génie (il est à Harvard après tout), je ne pense pas que cela soit donné à tout le monde de faire ce qu'il a fait.
Mordraen
Signaler
Mordraen
C'est une bonne question. En tout cas, on voit bien que le visage est fait de différentes petits pixels qui sont sans doute les photos des usagers de Facebook qui ont donné leur accords. De là à te dire que tu es dessus, je n'en sais rien ^^
keuchtof
Signaler
keuchtof
Nice ! Danke Schön !

Sinon l'affiche elle est bien faîtes à partir de plein de photo de profil facebook nan? Je me souviens d'avoir participé à ce truc, donc à priori je suis dessus... en tout petit lol. C'était un fake ou pas cet appel à participation?

Screenopathe

Par Mordraen Blog créé le 08/05/10 Mis à jour le 01/07/13 à 18h10

Itinéraire d'un jeune homme atteint de screenopathie (maladie en phase terminale causée par l'abus de biens visuels comme les jeux vidéo ou les films). Le screenopathe n'est rien d'autre qu'un amoureux de l'écran et de tout ce qui s'y passe, pour son plus grand plaisir...

Ajouter aux favoris

Édito




La fascination de l'écran et de tout ce que l'on peut en faire m'amène à créer ce blog. Amoureux de jeux vidéo et de cinéma depuis mon plus jeune âge, je rêve de faire partager ces passions qui m'animent quotidiennement. Etant donné que j'aime aussi écrire, l'idée d'un Gameblog était faite pour moi!

J'estime qu'une grande partie d'entre nous est atteinte d'une délicieuse maladie : la screenopathie. Tout ce qui peut être projeté sur tout type d'écran (des jeux vidéo aux films en passant par les séries télévisées...) emporte en nous un grand intérêt.

Ce blog a l'intention modeste de vous faire partager mes opinions sur tout ce qui peut passer sur mes écrans. Quand j'irai voir des films au cinéma, je vous en parlerai. Quand je jouerai à un jeu vidéo, je vous en parlerai. Tout simplement parce que j'aime parler de ces choses là et, qu'entre nous, être amoureux des petits comme des grands écrans est tout à fait compréhensible, nous ne savons que trop bien ce qui s'y passe!

Je vous invite donc à continuer un bout de chemin avec un screenopathe et fier de l'être!

Archives

Favoris