Screenopathe
Signaler
Jeux vidéo

 

                                    

II]
Halo sur Xbox 360 :

Avec
Halo 2 et son mode multijoueur en ligne qui avait fait de nombreux adeptes, Microsoft savait que l'avenir se situait au bout de ce chemin. Le Xbox Live était un eldorado qu'il fallait exploiter avec la Xbox 360, la première console nouvelle génération (next-gen pour les intimes) a être lancée, fin 2005. Et Microsoft savait aussi qu'il faudrait enrôler de nouveau les fans de sa série phare : Halo, mais pour ceux-là, il fallait encore attendre...


1)
Halo 3 (2007)

                                            

Bungie avait toujours parlé de Halo comme d'une trilogie. Les fans trépignaient donc en attendant le troisième volet de la série, sachant en plus qu'il sortirait sur Xbox 360, une console bien plus puissante que la Xbox. Il faut aussi ajouter que Halo 3 est peut être même la raison pour laquelle bon nombre de joueurs se sont ruer sur la Xbox 360, attendant de pied ferme la prochaine sortie du Master Chief! Ajouter à cela du teasing en veux-tu en voilà à propos de l'éventuelle mise à nue du personnage principal, avec des trailers qui le montrait enlevant son casque pour la première fois depuis 2001, et vous comprendrez que le marketing a battu son plein avant la sortie de Halo 3, qui finira par voir le jour fin septembre 2007, deux ans après la sortie de la 360, qui se portait déjà plutôt pas mal, ayant profité de plus d'un an d'avance par rapport à la Playstation 3 de Sony.

Le rouleau-compresseur
Halo se remet en marche. Microsoft annonce des chiffres à la pelle : 170 millions de dollars de recette le jour du lancement, 300 millions en une semaine d'exploitation, 5 millions d'unités vendues en 3 mois. On parle aussi du meilleur lancement divertissement de l'Histoire, dépassant aisément un certain Spiderman 3. Bref, le carton attendu était au rendez-vous.

             


             Un spot TV qu'il était possible de voir durant la campagne marketing impressionnante pour Halo 3.


En ce qui concerne l'histoire du titre, on retrouve le Master Chief après les événements du deuxième épisode. L'action se déroule en partie sur Terre, en Afrique de l'Est, aux alentours de New Mombasa, une ville assiégée par les Covenants. Cette fois, l'objet de toutes les convoitises est l'Arche, un lieu fondé par l'ancienne civilisation des Forerunners (ceux-là même qui avaient créé les Halo) et qui commanderait tous les Halo de l'Univers, permettant ainsi à son maître de détruite (encore) toute vie dans l'Univers. Cette fois, le Master Chief devra apprendre à composer avec l'Arbiter, qui a rejoint la cause humaine depuis qu'il a compris ce que voulait vraiment dire « le Grand Voyage » des Covenants (pratique pour le mode coopératif).

Halo 3 boucle la boucle de la trilogie entamée par Bungie en 2001, faisant au passage un clin d'oeil à la première scène de Halo Combat Evolved. Bungie se permet, par ailleurs, de ne pas abandonner son héros, pratique quand on est à la tête d'une saga aussi lucrative!

                                         
                                                      Qui dit nouvelle machine, dit raffinement visuel.

En ce qui concerne les nouveautés de cet opus, elles ne foisonnent pas autant que dans
Halo 2. La mise à jour graphique est évidemment de mise, le jeu est beau même si d'aucuns diraient que l'on pouvait encore mieux faire (notamment sur les visages des héros). On retrouvera de nouveaux ennemis, de nouveaux véhicules et quelques nouvelles armes, ce qui n'empêchera tout de même pas de remarquer une certaine répétitivité dans le déroulement des campagnes de Halo (séquence en rase-campagne, abordage d'un vaisseau Covenant, balade dans des intérieurs bien symétriques et rebelote). Le multijoueur lui aussi est semblable à celui d'Halo 2 mais le porte aux nues avec la qualité du service du Xbox Live. Une des meilleures expériences online, tous supports confondus. Les parties en ligne se multiplient jusqu'à atteindre le milliard en 2009. Si la campagne solo et courte (moins de 10 heures en Normal) c'est bel et bien le mode multijoueur qui fait la durée de vie du titre!

En somme, la critique regrette un certain manque d'originalité dans la Campagne tout en applaudissant le multijoueur exceptionnel. Mais tout ceci est vite balayé par le raz-de-marée dans le public.
Halo était de retour, et plus fort que jamais.


2) Halo Wars (2009)

                                                             

En février 2009 sort Halo Wars, premier jeu exploitant la licence Halo sans que ce soit Bungie qui développe et sans que le jeu soit un FPS! En effet, après trois épisodes FPS, voici que la licence va faire un tour du côté de la stratégie en temps réel. Une juste retour des choses quand on sait que Halo était tout d'abord prévu pour être un RTS (jeu de stratégie en temps réel)! Et c'est Ensemble Studios qui s'occupe du développement, pas n'importe qui quand on sait qu'ils sont à l'origine de la série des Age of Empires, qui a fait date dans le petit monde des jeux de stratégie! Le concept est plutôt intéressant en tout cas, pour une fois s'éloigner un peu de la proximité du terrain pour découvrir les batailles sous un autre angle.

Pour ce qui est de la narration,
Halo Wars propose de vivre les événements qui se sont déroulés vingt ans avant Halo Combat Evolved, soit les premiers temps de la guerre entre l'UNSC et les Covenants et surtout la bataille pour Harvest, une colonie humaine. On y rencontrera l'équipage du Spirit of Fire que l'on pourra contrôler sur le champ de bataille tout comme des unités de Spartan. Le jeu se déroulant vingt ans avant Halo, le Master Chief n'est plus seul au monde!

              

                                              La cinématique d'introduction du jeu, toujours la classe.

Si la Campagne est relativement courte, le jeu prend toute son ampleur en mode multijoueur, un peu comme tous les jeux
Halo, en fin de compte. Notons tout de même que le choix d'une console pour développer un jeu de stratégie n'est pas forcément naturel. La tendance était déjà au portage de RTS PC vers la Xbox (Universe At War Earth Assault par exemple) mais il faut tout de même avouer que les sensations ne sont pas vraiment les mêmes. La plateforme console oblige à une certaine lenteur qui n'est pas forcément le lot des joueurs de stratégie PC. C'est d'ailleurs en grognant que les stratèges ont vu arriver la nouvelle de l'exclusivité de Halo Wars sur Xbox 360.

Malheureusement, cette approche est assez symptomatique de la ligne directrice de Microsoft en ce qui concerne
Halo. En effet, Halo est destiné à être la killer-ap de la Xbox, pas des PC. C'est d'ailleurs avec beaucoup de retard que Halo Combat Evolved et Halo 2 sont sortis sur PC (respectivement en 2003 et en 2007), tout simplement pour ne pas que la version PC empêche la version Xbox de se vendre. Notons aussi que Halo 3 n'est toujours pas sorti sur PC, à ce jour. Halo Wars n'est qu'une autre pierre à l'édifice de cette ligne directrice qui veut que Halo n'est destiné qu'aux utilisateurs de Xbox.

                                          

                                       Halo Wars permettait de découvrir Halo sous un jour plus épique encore.

Pour finir,
Halo Wars n'a rien d'un mauvais jeu, il arrive là où on ne l'attendait pas et il a le mérite de faire souffler un certain vent de fraicheur sur la licence ce qui, en soi, est bienvenu. De même, on saluera la prise de risque de faire développer le jeu par d'autres que Bungie, en une sorte de pressentiment que Bungie ira voguer ailleurs. Rappelons aussi que Halo Wars fut le tout dernier jeu d'Ensemble Studios qui mourut en sortant son jeu, drôle d'adieu au jeu vidéo...


3) Halo 3 ODST (2009)

                                                             

Quelques mois après la sortie de Halo Wars, sept pour être exact (de février à septembre), Halo fait de nouveau parler de lui. Un nouvel épisode de la série voit le jour et cette fois-ci, fini la stratégie, c'est le retour au source avec un FPS habituel développé par Bungie, la maison mère. Mais si, dans la forme, Halo 3 ODST se veut semblable à ses aînés, Bungie le veut différent des trois épisodes fondateurs.

La nouvelle avait fait l'effet d'un raz-de-marée. Le prochain Halo ne mettrait pas en scène le Master Chief. Les fans criaient déjà au scandale tandis que les plus curieux gardaient un oeil fixé vers le projet.
Halo 3 ODST pour Orbital Drop Shock Trooper (ASCO en français pour Astro Commando) à savoir des soldats plutôt ordinaires comparés au Master Chief (un Spartan, soldat cyber-modifié) mais pas non plus de la bleusaille. S'il fallait les classer, ils se trouveraient entre le Marine basique et les Spartans. Du fait qu'ils ne sont pas des Spartans, un certain nombre de mouvements leur sont refusés : porter deux armes en même temps, leur coup de crosse est plus faible aussi, leur saut n'est plus aussi stratosphérique que celui d'un Spartan et ainsi de suite. De plus, il leur faudra faire attention à leur santé car les points de vie, que l'on n'avait plus vue depuis Halo Combat Evolved, sont de retour. Une fois le bouclier entamé, le soldat est véritablement blessé et ne pourra se soigner qu'avec un medipack. Bref, tout est fait pour que le joueur mesure ses mouvements.

               

                                  We are ODST. Bungie avait mis le paquet sur ce trailer en live action.

En terme de scénario,
Halo 3 ODST présente des événements simultanés de ceux relatés dans Halo 3, d'où son nom, mais vus au travers du prisme des ODST. Ces faits se déroulent beaucoup plus à l'intérieur même de New Mombasa, que le Master Chief ne traversait que dans un seul niveau. Ici, le joueur incarnera un ODST perdu dans la ville quadrillée par les Covenants, de nuit. La découverte d'éléments liés à son équipe perdue, donnera lieu à des flashbacks où le joueur prendra le contrôle d'un autre membre de l'équipe pour des séquences d'action plus traditionnelles. Car lorsque le joueur est seul dans la ville, le jeu prône la non-intervention (surtout dans les modes de difficulté élevé) dans la mesure où le rapport de force est écrasant. A lui de se frayer un chemin à travers ce milieu peu accueillant et de survivre bon gré mal gré.

                                          

                                        Sans égaler le Master Chief, les ODST ont une certaine classe eux aussi.

Plutôt décrié au moment de sa sortie au niveau graphique,
Halo 3 ODST n'en demeure pas moins rafraichissant dans une série qui commençait sérieusement à sentir le réchauffé. Le changement d'angle est intéressant tout comme les volontés de mieux mettre en scène le jeu. Même si, ne nous leurrons pas, les efforts de mise en scène ne datent pas de ODST, Bungie ayant toujours voulu rendre ses Halo aussi grandioses que possible et ce, depuis le premier épisode. Il faut aussi ajouter que Halo 3 ODST, au départ prévu pour n'être qu'une sorte d'add-on pas trop cher (mais le projet a évolué en un jeu entier), s'est plutôt pas mal vendu (3 millions d'exemplaires en 2 mois) même s'il n'égale pas son grand frère, sans doute aussi parce que son achat donnait un passe-droit pour la bêta multijoueur de Halo Reach, jeu déjà annoncé et plus attendu encore que Halo 3 ODST. Cet épisode, loin d'être le vilain petit canard de la série, est intéressant à bien des titres et a aussi le mérite d'avoir déshabitué les fans du Master Chief, ce qui est un sacré exploit, en prévision d'un certain Halo Reach.


L'arrivée de la Xbox 360 a permis à Halo de prendre son envol vers d'autres galaxies, que ce soit vers d'autres genres ou vers plus de subtilités, la licence s'est permis des détours orchestrés de main de maître. Malgré les détracteurs qui faisaient de plus en plus entendre leur voix, Halo est toujours là à assurer le spectacle pour le plus grand plaisir de ses nombreux fans. Et l'aventure continue encore en 2010...

Halo Reach mérite un article à lui tout seul, c'est pour cela que j'arrête cette deuxième partie sur ces mots, déjà pour ne pas trop surcharger l'article, mais aussi pour pouvoir réellement faire honneur aux adieux de Bungie à Halo. Le test de Halo Reach sera publié vendredi. Quant à nous, nous nous retrouverons ce soir pour un article sur les sorties cinéma de la semaine et demain pour la suite de la rétrospecte Halo avec un article cette fois consacré au grands personnages de la série. A tout à l'heure chez Screenopathe!

Mordraen

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

Mordraen
Signaler
Mordraen
On est tous les deux d'accord. Je suis un fan du genre RTS, le seul souci c'est que je n'arrive pas à éprouver des sensations optimales avec une manette par rapport au clavier souris.

Selon moi ODST n'est pas si mauvais qu'on a pu le laisser entendre. Ce n'est certes pas une claque graphique mais on sent tout de même les efforts de Bungie pour diversifier la série et préparer le terrain pour Halo Reach.

Tandis que Halo3 était lui décevant du point de vue de la campagne, surtout en tant que clôture de la trilogie. Il semblerait que les efforts aient plus été consentis sur la maîtrise des capacités de la 360 plutôt qu'à l'épanouissement de la série via le support. C'est bien dommage.

PS : Ton clavier est excusé ^^
Chipster
Signaler
Chipster
Encore un tres bon article et bien structure ;)
Halo Wars est le seul Halo que je ne possede pas, meme si la serie devait etre un RTS a l'origine, le genre ne m'a pas attire.
Et je suis d'accord avec la partie sur ODST, beaucoup l'ont trouve "mauvais", moi je l'ai trouve rafraichissant et renouvelant bien la serie tout en s'y integrant parfaitement.
Je termine par la deception immense que m'a provoque Halo 3 ou on voit clairement que sur ce coup Bungie s'est repose sur ses acquis concernant la campagne :/

ps : sorry pour l'abscence d'accents, clavier qwerty ^^'

Screenopathe

Par Mordraen Blog créé le 08/05/10 Mis à jour le 01/07/13 à 18h10

Itinéraire d'un jeune homme atteint de screenopathie (maladie en phase terminale causée par l'abus de biens visuels comme les jeux vidéo ou les films). Le screenopathe n'est rien d'autre qu'un amoureux de l'écran et de tout ce qui s'y passe, pour son plus grand plaisir...

Ajouter aux favoris

Édito




La fascination de l'écran et de tout ce que l'on peut en faire m'amène à créer ce blog. Amoureux de jeux vidéo et de cinéma depuis mon plus jeune âge, je rêve de faire partager ces passions qui m'animent quotidiennement. Etant donné que j'aime aussi écrire, l'idée d'un Gameblog était faite pour moi!

J'estime qu'une grande partie d'entre nous est atteinte d'une délicieuse maladie : la screenopathie. Tout ce qui peut être projeté sur tout type d'écran (des jeux vidéo aux films en passant par les séries télévisées...) emporte en nous un grand intérêt.

Ce blog a l'intention modeste de vous faire partager mes opinions sur tout ce qui peut passer sur mes écrans. Quand j'irai voir des films au cinéma, je vous en parlerai. Quand je jouerai à un jeu vidéo, je vous en parlerai. Tout simplement parce que j'aime parler de ces choses là et, qu'entre nous, être amoureux des petits comme des grands écrans est tout à fait compréhensible, nous ne savons que trop bien ce qui s'y passe!

Je vous invite donc à continuer un bout de chemin avec un screenopathe et fier de l'être!

Archives

Favoris