Screenopathe
Signaler
Cinéma

 

       

Mange Prie Aime
, en voilà un drôle de titre. La nouvelle tendance veut que les titres des films ont des titres à rallonge. On se demande pourquoi personne ne va trouver plus simple mais bon. Mange Prie Aime c'est la nouvelle sortie de Julia Roberts qui incarne une femme un brin névrosée au bord du gouffre a priori dans un film qui peine franchement à emballer.


Changer de vie, voilà ce dont rêve Liz Gilbert, un peu comme tout le monde en ce moment. Un « beau » jour, elle se rend compte que son mariage est un véritable désastre, qu'elle ne peut plus vivre avec son époux. Ni une ni deux, le divorce est déclaré. Dès lors, Liz cherche à satisfaire tous ses fantasmes, notamment celui de voyager un peu partout. Elle se lance dans une année sabbatique qui l'emmènera en Italie, en Inde et à Bali. Elle y rencontrera des personnes avec qui elle liera une belle amitié et apprendra l'équilibre dont elle a besoin dans la vie.



La série de trois impératifs du titre correspond évidemment aux principes du film, aux trois seules choses que le film vous montrera. Julia Roberts mange. Julia Roberts prie. Julia Roberts aime. Non, non Julia Roberts à la montagne ou à la campagne c'est prévu pour plus tard. Trois lieux différents, trois activités différentes, quelle organisation imparable... Le problème d'avoir trois fois la même chose dans un lieu différent est que ça devient vite redondant. Et Mange Prie Aime n'échappe pas à cette redondance. On se rend vite compte que Liz est un véritable coeur d'artichaut qui ne sait pas vraiment se tenir. A chaque voyage, un nouvel homme entre dans sa vie, plus ou moins platoniquement. De même, Liz recherche une sorte de salut spirituel et le trouvera, apparemment, en Inde par le biais de la méditation. Mais, là encore, c'est tellement simpliste - « Vide ton esprit et tout ira mieux! » « Pardonne toi et il te pardonnera » - qu'on a vraiment du mal à y croire. Enfin, la troisième partie, la bouffe. Liz passe son temps à manger, si bien qu'un de ses amis l'appellera « Casse-Croûte », ce qui donne lieu à des plans sur différents plats fort dispensables. En effet, par moment, on a franchement l'impression de regarder une publicité pour de l'alimentaire : une dinde, un plat de spaghetti, une pizza. Bref, pas franchement nécessaire. De plus, la construction en trois temps du film l'alourdit inutilement et le rend franchement long par moment.

Et finalement, on en vient à lever les yeux au ciel à chaque nouvelle invention de Liz pour refuser la vie de couple. Elle ne sait vraiment pas ce qu'elle veut, ce qui en devient déroutant à la fin. Une héroïne un poil énervante sur les bords, une ligne pseudo spirituel en toile de fond et des plans caloriques en veux-tu en voilà, Mange Prie Aime n'est vraiment pas mon coup de coeur cette semaine. Dommage.

Source vidéo et photo : Allociné

Mordraen

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Screenopathe

Par Mordraen Blog créé le 08/05/10 Mis à jour le 01/07/13 à 18h10

Itinéraire d'un jeune homme atteint de screenopathie (maladie en phase terminale causée par l'abus de biens visuels comme les jeux vidéo ou les films). Le screenopathe n'est rien d'autre qu'un amoureux de l'écran et de tout ce qui s'y passe, pour son plus grand plaisir...

Ajouter aux favoris

Édito




La fascination de l'écran et de tout ce que l'on peut en faire m'amène à créer ce blog. Amoureux de jeux vidéo et de cinéma depuis mon plus jeune âge, je rêve de faire partager ces passions qui m'animent quotidiennement. Etant donné que j'aime aussi écrire, l'idée d'un Gameblog était faite pour moi!

J'estime qu'une grande partie d'entre nous est atteinte d'une délicieuse maladie : la screenopathie. Tout ce qui peut être projeté sur tout type d'écran (des jeux vidéo aux films en passant par les séries télévisées...) emporte en nous un grand intérêt.

Ce blog a l'intention modeste de vous faire partager mes opinions sur tout ce qui peut passer sur mes écrans. Quand j'irai voir des films au cinéma, je vous en parlerai. Quand je jouerai à un jeu vidéo, je vous en parlerai. Tout simplement parce que j'aime parler de ces choses là et, qu'entre nous, être amoureux des petits comme des grands écrans est tout à fait compréhensible, nous ne savons que trop bien ce qui s'y passe!

Je vous invite donc à continuer un bout de chemin avec un screenopathe et fier de l'être!

Archives

Favoris