Screenopathe
Signaler
Cinéma

 

      

Des cuirasses, des glaives et des barbares. Rien de mieux pour faire un film en sandales. Vu de loin, Centurion aurait pu se targuer d'être le nouveau Gladiator. Manque de soutien promotionnel oblige, ce film n'atteint pas les espoirs que l'on plaçait en lui. Mais qu'en est-il de la qualité de l'oeuvre en elle-même? Est-ce que le centurion a les armes pour rivaliser avec le gladiateur?

               



Sauve qui peut!

Brittania, à la lisière de la frontière au Nord de l'actuelle Ecosse, les Romains sont tenus en échec par une peuple barbare aux tatouages bariolés, les Pictes. Dans un dernier élan de conquête, les braves soldats de la République Romaine avance en territoire ennemi. C'est là que la légion à laquelle appartient le centurion Quintus Dias (Michael Fassbender, véritable atout du film) est prise dans une embuscade meurtrière. Seule une poignée d'hommes survivent. Malgré leurs lourdes pertes, les derniers hommes décident de tout faire pour libérer leur bien-aimé centurion, pris en ôtage par les guerriers barbares.
Dès lors, s'enchaîne une véritable course poursuite en territoire ennemi. Les quelques Romains s'enfuient à toutes jambes devant les cavaliers Pictes qui les traquent sans merci, les abattant les uns après les autres. Leur seul but, regagner les terres romaines.

Inspirations inégalées

Vous l'aurez peut-être remarqué,
Centurion est bien moins un Gladiator qu'un clone du Roi Arthur. En effet, la trame scénaristique est globalement la même (tout comme la situation géographique) : de braves Romains vont risquer leur vie au coeur des terres barbares pour sauver un autre Romain plus important qu'eux. Dans le chemin du retour, ils sont pourchassés sans relâche par des Pictes furieux. N'ayez pas dans l'idée les batailles épiques de Gladiator en allant voir ce film. En effet, le nombre réduit de participants ne donne pas la possibilité de tourner des batailles impressionnantes, même si on s'est efforcé d'en mettre plein la vue à travers des gerbes de sang -assez improbables parfois- en veux-tu en voilà. Contrairement au Roi Arthur, le scénario n'offre pas la possibilité de s'attacher réellement à chaque protagoniste. Seul Quintus Dias fait l'objet d'un approfondissement plus clair, les autres sont relégués au rang de vulgaire souffre-douleur, présents simplement pour offrir un faire-valoir à Dias. Dommage.

                                            

D'un autre côté, on regrette tout de même que ce
Centurion ait si peu été mis en lumière promotionnellement parlant. En effet, même si ce n'est pas non plus le film du siècle et qu'il ne rivalise pas avec ses illustres ancêtres, films en sandales de leur état, Centurion ne méritait pas non plus d'être aussi confidentiel. Ne serait-ce que pour découvrir les splendides paysages d'Ecosse vaut le détour. La performance de Michael Fassbender est tout à fait honorable d'ailleurs, ce qui relève tout de même le niveau du film, là où celle d'Olga Kurylenko est plus de l'ordre de la figuration. On s'étonne toutefois du fait que la trame historique soit quasi inexistante pour un film de ce type, avec seulement le retrait des troupes romaines en toile de fond. De même, les scénaristes auraient tout de même pu faire un effort dans le choix des noms des protagonistes, pensons au centurion Virilus, tout est dit...

Pour finir, on déplore le manque d'investissement fourni par ce Centurion, tant au niveau de sa promotion que de son scénario, un brin prétexte. Toutefois, il faut avouer qu'on n'avait pas eu l'occasion de voir un peplum depuis l'étonnant Choc des Titans, ce Centurion peut faire l'affaire pour les amateurs du genre qui ne sont pas trop regardants. Pour les autres, mieux vaudra pour eux qu'ils se rabattent sur un vrai Gladiator ou un Roi Arthur, dans le même genre et en bien mieux réussi.

Source Photos : Allociné

Mordraen

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

Mordraen
Signaler
Mordraen
Complètement! En gros pour réussir à le voir il fallait être francilien et pouvoir se déplacer durant la courte semaine où il était diffusé. Autant dire qu'il fallait y aller! Mais bon je ne suis pas non plus déçu d'y être allé. Ca aurait juste pu être mieux.
Kain2097
Signaler
Kain2097
Une catastrophe la distribution de film. Pas sortie par chez moi en tout cas.

Screenopathe

Par Mordraen Blog créé le 08/05/10 Mis à jour le 01/07/13 à 18h10

Itinéraire d'un jeune homme atteint de screenopathie (maladie en phase terminale causée par l'abus de biens visuels comme les jeux vidéo ou les films). Le screenopathe n'est rien d'autre qu'un amoureux de l'écran et de tout ce qui s'y passe, pour son plus grand plaisir...

Ajouter aux favoris

Édito




La fascination de l'écran et de tout ce que l'on peut en faire m'amène à créer ce blog. Amoureux de jeux vidéo et de cinéma depuis mon plus jeune âge, je rêve de faire partager ces passions qui m'animent quotidiennement. Etant donné que j'aime aussi écrire, l'idée d'un Gameblog était faite pour moi!

J'estime qu'une grande partie d'entre nous est atteinte d'une délicieuse maladie : la screenopathie. Tout ce qui peut être projeté sur tout type d'écran (des jeux vidéo aux films en passant par les séries télévisées...) emporte en nous un grand intérêt.

Ce blog a l'intention modeste de vous faire partager mes opinions sur tout ce qui peut passer sur mes écrans. Quand j'irai voir des films au cinéma, je vous en parlerai. Quand je jouerai à un jeu vidéo, je vous en parlerai. Tout simplement parce que j'aime parler de ces choses là et, qu'entre nous, être amoureux des petits comme des grands écrans est tout à fait compréhensible, nous ne savons que trop bien ce qui s'y passe!

Je vous invite donc à continuer un bout de chemin avec un screenopathe et fier de l'être!

Archives

Favoris