Screenopathe
Signaler
Cinéma



Une kleptomane invétérée, un benet totalement niais et un tueur à gages implacable. Apparemment, rien ne devait les unis. Et pourtant, c'est de l'assemblage de ces trois différentes personnalités que naît un film détonant et plein d'humour : Petits Meurtres à l'Anglaise (Wild Target en anglais), l'adaptation de Cible Emouvante un film français sorti en 1993.

                        



Accrochage d'atomes

Dans la profession, Victor Maynard (Bill Nighy, fabuleux) est ce qui se fait de mieux. Et son métier c'est d'assassiner les cibles que ses employeurs lui indiquent. Inventif et sans pitié, Maynard est devenu une arme infaillible. Jusqu'au jour où il fait la rencontre de Rose (Emily Blunt, aussi bien charmante que farouche), une arnaqueuse totalement incontrôlable, et de Tony (Rupert Grint, très à l'aise dans son rôle), un garçon en qui il croit déceler la perle rare en matière de tueur professionnel. Sans qu'il puisse savoir pourquoi, le meurtrier se retrouve incapable d'en finir avec la sans-gêne. Dès lors, s'enchaîne une fuite désespérée pour échapper à l'employeur de Maynard, quelque peu fâché.

                                  

Petits Meurtres à l'Anglaise se révèle difficile à classer. Mêlant habilement le road movie à la comédie déjantée, il nous fait rire par son humour omniprésent dans les dialogues et les situations. Cerise sur le gateau, les trois acteurs principaux sont tous très justes dans leur rôle, prenant un plaisir communicatif à donner vie à leur personnage. En jouant avec ces trois forces en présence, le scénario atteint parfaitement son objectif : faire rire le spectateur. C'est bien sûr sans compter les personnages secondaires, souvent hilarants (surtout Madame Maynard, excellente.)

Enfin, il faut noter une certaine profondeur chez les personnages. En effet, au fil du long-métrage, Maynard révèle petit à petit ses failles, rendant son personnage d'autant plus intéressant. Il lui faudra attendre l'arrivée fracassante de Rose, une vraie Miss Catastrophe, pour enfin apprendre à rejeter sa vie aseptisée. Loin de n'être qu'une simple comédie, Petits Meurtres à l'Anglaise donne une dimension plus large à ses personnages.

Ainsi, on regarde ces Petits Meurtres avec grand plaisir, savourant l'humour qui se déploie tout au long du film avec délectation. Le film, malgré un léger flottement avant la fin, réussit merveilleusement bien son pari : offrir un très bon moment à son public.

Source photos : Allociné

Mordraen

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Screenopathe

Par Mordraen Blog créé le 08/05/10 Mis à jour le 01/07/13 à 18h10

Itinéraire d'un jeune homme atteint de screenopathie (maladie en phase terminale causée par l'abus de biens visuels comme les jeux vidéo ou les films). Le screenopathe n'est rien d'autre qu'un amoureux de l'écran et de tout ce qui s'y passe, pour son plus grand plaisir...

Ajouter aux favoris

Édito




La fascination de l'écran et de tout ce que l'on peut en faire m'amène à créer ce blog. Amoureux de jeux vidéo et de cinéma depuis mon plus jeune âge, je rêve de faire partager ces passions qui m'animent quotidiennement. Etant donné que j'aime aussi écrire, l'idée d'un Gameblog était faite pour moi!

J'estime qu'une grande partie d'entre nous est atteinte d'une délicieuse maladie : la screenopathie. Tout ce qui peut être projeté sur tout type d'écran (des jeux vidéo aux films en passant par les séries télévisées...) emporte en nous un grand intérêt.

Ce blog a l'intention modeste de vous faire partager mes opinions sur tout ce qui peut passer sur mes écrans. Quand j'irai voir des films au cinéma, je vous en parlerai. Quand je jouerai à un jeu vidéo, je vous en parlerai. Tout simplement parce que j'aime parler de ces choses là et, qu'entre nous, être amoureux des petits comme des grands écrans est tout à fait compréhensible, nous ne savons que trop bien ce qui s'y passe!

Je vous invite donc à continuer un bout de chemin avec un screenopathe et fier de l'être!

Archives

Favoris