Signaler
Ce jeu n'existe pas (Jeu vidéo)

 

Ah un moment j'ai bien cru que Vico (le roi de la pomme de terre) c'était mis au jeu vidéo et puis finalement non. Rien à voir puisqu'ici il s'agit de Michel, la Patate de l'Espace. Une sorte de patate sur patte, affublée d'une cape attachée sous le nez en guise de moustache, parcourant l'espace à la recherche d'un étrange voleur de sel.

Une histoire des plus banales...
En effet vous êtes Michel et vous travaillez au confins de l'univers dans une mine de sel, sur une petite lune qui vole en éclats suite à une explosion. Le jeu commence lorsque vous vous réveillez au milieu de cet amas de roches flottant tout autour de vous. Ni une, ni deux vous partez à la rescousse de vos collègues pris au piège dans les décombres de la mine.

Patate, Frite, Purée.
Le jeu s'apparente à un puzzle game, chaque niveau recèle d'énigmes que vous devrez résoudre pour le terminer. Pour cela Michel possède la capacité de changer d'état. En patate vous vous déplacez plus vite lorsque vous roulez (la roulade étant un élément indispensable à tout jeu qui se respecte) et vous défoncez ainsi certains éléments du décors pouvant par la même occasion libérer certains accès. Le mode frite, tel un ressort, vous permet entre autre d'accéder à des zones plus élevées. Et en mode purée, vous pouvez vous faufiler dans les passages étroits.
Mais les capacités de Michel ne s'arrêtent pas là, elles sauront évoluer au fil de l'aventure, comme lorsqu'en purée vous engloutirez un ennemi pour prendre sa forme et de la sorte passer inaperçu auprès des autres ennemis. Et tout cela sans oublié l'incontournable "chips" qui saura être une capacité importante le moment venu. De même vous découvrirez très vite que les attaques ennemi ne vous tuent pas, mais vous font changer d'état, comme par exemple vous découper en une multitude de petit cubes. Et même lorsque Michel semble mourir, il se met à germer et une petite patate nouvelle sort du sol 1 mètre plus loin. Ses changements d'état causés par les ennemis peuvent être aussi bien une contrainte qu'une nécessité pour progresser dans le niveau.

Faire des choix.
Dès le début du jeu vous êtes confronté à des choix. Dois-je passer par en haut ? Ou dois-je me faufiler par la crevasse ? Des choix qui impliquent des changements d'état, vous bloquant bien souvent de ce fait certains accès par la suite. Alors que vous tachez de sauver vos compagnons vous devrez parfois faire le choix de ne sauver qu'un seul de vos deux compagnons à l'écran. Ce choix ayant une importance puisque dans la suite de l'aventure le compagnon sauvé apparaît tel un item dans votre inventaire que vous pourrez l'utiliser le moment venu pour avancer. Chacun des compagnons ayant bien entendu sa propre utilité. Alors par contre je vous arrête toute suite, nous n'avons pas ici à faire à une populace potagère tel que peut l'être Michel, non, ses compagnons oscillent entre le droïde de protocole, le dinosaure asthmatique ou encore l'alien joueur de flûte.

Comme un doute...
Je dois dire qu'avant de commencer à y jouer j'avais comme un doute. On regarde le titre et on ne peut s'empêcher de se demander de quelle sorte de jeu il s'agit. On se laisse finalement emporter par l'aventure et la bonne humeur qui y règne. Vous parcourez ainsi le cosmos, passant de planète en planète aux décors variés et aux peuplades absurdes, pour arrêter ce voleur de sel. Je vous passe les retournements scénaristique qui vous empêcherons de décrocher de ce jeu, qui définitivement, donne la patate.


Ah merde, on me dit que ce jeu n'existe pas ...
[P.S. Décors honteusement volé sur Rayman Origins.]

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Strip (Humour)

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Strip (Humour)

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Strip (Humour)

Voilà que je me lance dans des petits tests de Flash ! Puis finalement je me dis que quitte à tester, faisons quelque chose de concret... erf... je me lance dans un strip de 100 cases mais évidemment je n'ai pas vraiment le temps de le mettre au propre comme voulu.

Je vous laisse donc le tout début (10 premières cases).

!! Pour comprendre le pourquoi du comment, il faut avoir écouté le podcast avec l'annecdote de RaHaN qui commence vers 50 secondes !!

 
Vous pouvez maintenant voir l'intégralité (dans une version brouillon) de ce qu'aurai dû être ce strip ici.

Ajouter à mes favoris Commenter (13)

  
Signaler
Jeux Video (Jeu vidéo)

Il y a quelques mois Andy Gavin, co-fondateur de NaughtyDog, a eu la bonne idée de se lancer sur son blog dans une série de posts pour nous narrer l'aventure qu'a été la création du premier Crash Bandicoot. Posts auxquels Jason Rubin a eu l'amabilité d'y ajouter ses souvenirs.

Donc les personnes pour qui la langue de Shakespear n'est pas un obstacle insurmontable, je vous invite fortement à lire ces posts.

Making Crash Bandicoot - part.1
Andy Gavin et Jason Rubin reviennent en 1994 pour nous raconter les origines de Crash Bandicoot, alors que Naughty Dog ne comptait personne d'autre qu'eux. Il s'étendent sur le choix du genre "plate-forme" et de la console Playstation.

Making Crash Bandicoot - part.2
Dans cette deuxième partie, les deux fondateurs de Naughty Dog  nous racontent comment ils ont créé leur personnage principal et son environnement en détaillant leurs envies et influences. Jason Rubin s'attarde sur certains choix visuels en partie dû à des contraintes techniques.

Making Crash Bandicoot - part.3
Andy et Jason dévoilent les choix et les astuces qu'ils ont utilisés pour pouvoir faire tourner le jeu correctement avec des décors riches et des animations de hautes qualités (pour l'époque).

Making Crash Bandicoot - part.4
Après ce côté technique, ils nous expliquent comment ils ont réussi à obtenir le Gameplay voulu, en procédant par étape.

Making Crash Bandicoot - part.5
Les caisses font enfin leur apparition au sein du jeu.
Toujours dans cette même partie, ils nous racontent leur première "présentation live" avec un employé de Sony. Puis les efforts qu'ils ont dû faire pour convaincre Sony Japon.

Making Crash Bandicoot - part.6
L'E3 édition 1996 est là et la confrontation avec Mario 64 est inévitable, les deux créateurs donnent leur avis. 
Ils n'omettent pas de mentionner quelques rapports un peu difficile avec Universal.
Jason Rubin fait un retour en arrière pour parler de la gestion des collisions.

Crash Bandicoot as a startup
Dave Baggett, le premier employé de Naughty Dog, nous parle de la relation de Jason Rubin et Andy Gavin. Il donne aussi son avis sur Mario 64.

Crash Bandicoot - An outsiders perspective
Jason Kay, nous décrit la perception de Crash Bandicoot au sein des professionels du jeu video de l'époque.

Making Crash Bandicoot - GOOL
Andy Gavin a ressortit un article qu'il a écrit en 1996, sur le language informatique qu'il a créé pour Crash Bandicoot.

Crash Bandicoot - Teaching an old dog new bits - part.1
Article co-ecrit  par Andy Gavin et Stephen White en 1999, intitulé :
How Console Developers are Able to Improve Performance When the Hardware Hasn't Changed

Crash Bandicoot - Teaching an old dog new bits - part.2

Crash Bandicoot - Teaching an old dog new bits - part.3

 

Voir aussi

Jeux : 
Crash Bandicoot
Sociétés : 
Naughty Dog
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Strip (Humour)

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Strip (Humour)

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Strip (Humour)

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Strip (Humour)

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Previously on GameCam !! (People)


Previously on GameCam, c'est fini.

Sale feignasse !!
 

C'est le 21 Janvier 2010 que la GameCam a commencé à capturer la vie quotidienne de la rédaction de Gameblog. Dès le lendemain je commençais déjà à récupérer toutes les images possibles pour les stocker et finalement les utiliser dans un premier résumé de la semaine, ingénieusement (si si) intitulé "Previously on GameCam". A l'époque je ne pensais faire que la première semaine et puis finalement j'ai continué.

Et aujourd'hui après 1 année, soit 52 semaines de GameCam à récolter et visionner plus 1,5 millions d'images au total, il est temps pour moi d'arrêter les Previously on GameCam.

Je l'ai fait avec beaucoup de plaisir mais il faut avouer que ça me prend beaucoup de temps. C'est d'ailleurs pourquoi sur les derniers mois, ayant d'autres occupations très prenantes, je n'ai pas pu fournir de façon régulière, chaque semaine, un nouveau résumé. Mais voilà, je n'avais pas non plus envie de m'arrêter comme ça en plein milieu, j'ai donc continué pour finir cette année de GameCam.

J'espère que certains ont pu autant apprécier de les lire que moi de les faire.

PS : j'ai passé sous silence les milliers d'images de Traz se grattant le nez, par pure fainéantise d'en faire des GIF animés.

 
 
Ajouter à mes favoris Commenter (19)

La petite vie introvertie de Monsieur Jojo

Par Monsieur Jojo Blog créé le 25/01/10 Mis à jour le 11/04/14 à 18h56

Y'a des voitures dans les parkings maintenant ?

Ajouter aux favoris

Édito








Archives

Favoris