Ecrits d'un singe joueur

Ecrits d'un singe joueur

Par Monkey King Blog créé le 04/07/12 Mis à jour le 09/03/17 à 22h23

Pris en flagrant délit dés le plus jeune âge sur un Amstrad CPC 464 (ouch le coup de vieux), j'ai décidé de faire partager ici mes passions (je parle bien évidemment entre autres de jeux vidéos hein pas de manger des bananes).

Ajouter aux favoris

Catégorie : Jeu vidéo

Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

Au moment où j'écris cet article, nous sommes en plein E3 2014. Les conférences de Sony, Microsoft, EA, Ubisoft et Nintendo sont déjà passées. Alors globalement, rien de foufou dans le sens où ce que l'on a eu c'est surtout du trailer ou des développeurs en train de dire "voilà ce qu'on aimerait bien faire..." bref du banal avec derrière du "Please be excited". Mais ce n'est ni de Sony ni de Microsoft dont je vais parler dans cet article. Je vais plutôt m'intéresser à Nintendo.

 

Alors je désamorçe direct, non je ne suis fanboy d'aucun des constructeur ni d'aucun éditeur d'une part (bon ok je l'avoue je suis un gros fanboy de CD Projekt RED et des The Witcher mais ça n'a rien à voir ^^), et d'autre part je suis bien plus un joueur PC que consoles.

 

Bref ceci étant dit, j'ai eu quasiment toutes les machines Nintendo que ce soit en consoles de salon (NES, SNES, N64, Wii) ou en consoles portables (GB, GBC, GBA, DS, 3DS). Je pense pouvoir dire que j'ai été élevé au Nintendo (quasi uniquement jusqu'à l'arrivée Sony et ses PSX/PS2). J'ai surkiffé à l'époque Super Mario World (SNES) (qui reste pour moi un des meilleurs Super Mario 2D), Super Mario 64 (N64), Ocarina of Time (N64), Majora's Mask (N64), Goldeneye 007 (N64), les différents Pokemons (sur portables et même le stadium sur N64) ou encore plus récemment (si on peut dire ça) le Super Mario Galaxy (Wii). Bref autant dire que des licences Nintendo j'en ai bouffé (que ce soit Mario, Kirby, Yoshi, Zelda, Pokemons, etc.). Peut-être jusqu'à écoeurement ?

 

On le sait, Nintendo et les nouvelles IP c'est pas la joie et dés qu'ils ont une idée microscopique ils la développe avec Mario ou un de ses potes. Rien qu'en parlant du plombier moustachu, il a fait un nombre incalculable de métiers et a multiplié les spin offs à tel point qu'il dépasse largement sa copine Martine qui aime bien aller à la plage, à la campagne, faire du cheval, etc. (et dont je soupçonne Nintendo de s'en être inspiré ! grosses révélations). Bref au fil des années c'est à se demander si Mario n'est pas surtout devenu un gigolo (ou un tiroir caisse au choix).

Je me disait qu'au final ce n'était pas grave et que ça ne se limitait qu'à Mario mais arriva ce qui devait arriver : l'année de Luigi. Et là, ils ont tellement voulu nous faire bouffer de force du Luigi que j'avais l'impression que leur but secret était de nous faire pisser vert. Déjà avec Mario c'était gonflant mais faire la même chose avec un personnage qui vous sort par les narines au bout de 5 minutes, c'est encore pire. Bien évidemment, il n'a pas fallu attendre cette fameuse année du Luigi pour que le déclic s'opère dans mon petit cerveau.

 

Et là, arrive l'E3 2014 et les annonces de Nintendo dans sa digital conferance pendant cette même période. Bien évidemment, je ne m'attendais pas du tout à être surpris ou excité par les différents trailers présentés et de ce côté là il ne m'ont pas vraiment déçu (puisque je n'ai pas été plus excité que ça). Cependant à côté de moi (enfin pas physiquement mais genre sur les forums et tout ça), je vois plein d'autres gens (gamers confirmés et tout) qui avaient déjà crachés sur les conférences des autres constructeurs/éditeurs (sûrement à raison je ne dit pas le contraire) en train d'être over excité et tout foufou avec les annonces Nintendo à grand coup de "omg un nouveau Mario !", "omg un nouveau Zelda !", "omg un nouveau Yoshi !".

 

Alors je comprends que le desert ludique sur WiiU joue pour beaucoup dans l'excitation des joueurs qui attendaient des annonces de Big N. Mais même en sachant ça, je suis resté complètement de marbre, l'oeil vitreu, dans l'incompréhension la plus totale par rapport à ce qu'il se passait autours de moi. Je ne peux pas m'empêcher de ressentir de la pitié quand je vois une réaction du genre "géniaaaal encore du Mario du Yoshi et du Kirby \o/". Je me demande juste si c'est moi qui ait changé. Je respecte totalement les goûts de tout le monde hein ; juste que j'ai du mal à comprendre.

 

Attention, je ne dit pas que les jeux présentés (enfin c'est vite dit) sont nuls et qu'aucun ne m'intéresse. Au final je suis bien tenté par le Bayonetta 2 et le Zelda WiiU. Cependant je ne comprends quand même pas l'excitation des joueurs. Entre :

  • Bayonetta 2 dont on savait depuis le début qu'il est censé arriver (la première annonce date de l'E3 2012 si je me souviens bien) et qui, quand je regarde les graphismes, me font me poser la question "comment est-ce possible d'avoir des graphismes aussi moches que le premier opus datant d'il y a 4 ans sur PS3 ?",
  • et Zelda WiiU dont on savait aussi pertinament qu'il arriverait (comme pour toutes les consoles Nintendo) et pour lequel on a vu 20 secondes de trailer grand maximum qui ne montre rien du tout à part donner une idée des graphismes (que j'aime beaucoup au demeurant ce n'est pas le problème),

Je ne pense pas qu'il y ait de quoi sauter au plafond.

 

Bref je n'accroche plus. Nintendo reste sur ses vieilles recettes encore et toujours (attention ils ont annoncé UNE nouvelle IP... c'est tellement rare que tout le monde en a fait un évènement, c'est quand même triste) et continue de nous sortir du réchauffé. Je me rend compte qu'à force de nous matraquer les même choses, Nintendo a réussi à me dégoûter de ses licences à base de Mario, de Yoshi et de Kirby (alors que dans le lot des saloperies opportunistes il y a quand même des bons jeux ! c'est ça qui est dommage). J'ai peut-être changé ou peut-être que je ne suis simplement plus la cible mais je trouve ça dommage. J'espère intérieurement qu'ils changeront un jour mais je n'y crois pas trop. En attendant, il n'est pas impossible que je me prenne un jour une WiiU pour Bayonetta 2 et Zelda WiiU, mais pour le reste...

Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

Wildstar vous connaissez ? Mais siii le MMO de NCSoft là, celui qui est présenté avec un contenu ultra massif et une esthétique heuuu... "particulière". Et bien j'ai eu le temps de tester l'open bêta (qui se termine le 19 mai 2014 donc si vous voulez tester par vous-même il ne vous reste plus beaucoup de temps) et j'avais envie de partager mon avis sur ce jeu que l'on nous présente comme le nouveau meilleurs MMO de fou. Alors alors, il vaut le coup ?

Bon je vous épargnerais le résumé du jeu etc. (de toute façon il suffit d'aller sur le site pour voir tout ça) et je me concentrerait plutôt sur ce qui m'a plu et ce qui m'a moins plus pendant cette open bêta (un bon vieux "Les + et les -" quoi). Et comme d'habitude toute le monde commence par les plus, et bien je commencerais cette fois par les moins !

 

[ - ] Une open bêta c'est bien, une bêta finie c'est mieux

On commence par le plus gros point négatif : la finition de cette bêta. Tout d'abord le moins "grave" (dans le sens où au final ça n'a pas d'incidence sur le gameplay), la multitude de textes pas traduits. Ca va du simple nom de PNJ à la description d'une quête ou d'un skill ou encore une partie d'un dialogue bien traduit qui se tape en plein milieu une phrase en anglais. De même que le nom de certains PNJ toujours au format code (du genre <#!Vendeur#>). Par contre, un peu plus grave, les différents bugs et crashs.

Dans les bugs j'ai pu avoir entre autres des PNJ qui disparaissent (alors même qu'on est en train de leur acheter/vendre des choses), des skills qui disparaissent ou même qui ne font pas ce qu'ils sont censés faire (*sig*).

Autre point noir qui gâche un peu le plaisir du jeu : l'optimisation. Le jeu est très loins derrière (par exemple) un FFXIV ARR niveau graphismes et pourtant il passe moins bien sur mon PC... Pour passer au dessus des 30 fps (pour ceux que ça aiderait, Alt + F1 pour afficher le ping et les fps en bas à droite de l'écran) j'ai dû mettre la qualité du jeu en Moyenne (et encore parfois je passe en dessous des 30 fps s'il y a pas mal d'action). Je reviendrais sur mon avis sur les graphismes plus tard mais avec ceux-ci je m'attends quand même à avoir une fluidité à toute épreuve avec un PC plus que décent...

 

[-/+] Des classes ? Moui, laisse moi réfléchir

Parmi les différentes classes possibles, nous avons Guerrier, Arcanero, Esper, Ingénieur, Rôdeur, Toubib. Et très clairement, je ne sais pas si je peux me le permettre (et puis au final vu que c'est mon article je me permet d'utiliser ce terme) mais je ne les trouve pas tellement bandantes. C'est bête à dire mais ça ne vend pas du rêve. Un peu plus de fantasie aurait été pas mal (au final elles ont beau avoir des noms différents les classes sont les archétypes de ce qui existe déjà ailleurs). A côté de ça, dans les points positifs, les kills de ces classes relèvent un peu le niveau avec des zones d'effet que l'on n'a pas l'habitude de voir, les différentes builds possibles bref ça annonce du sympa.

 

[-/+] Des graphismes qui sont ce qu'ils sont (je suppose ?)

Ah bon ce qui suscite le plus de débâts généralement avec des "c'est moche" et des "mais non moi j'aime bien !". Alors là tout de suite concernant mon avis sur les graphismes ça va être rapide et peu objectif, vu que j'ai joué (et que je joue toujours) à FFXIV ARR, mais personnellement j'ai vraiment du mal à accrocher. Après je ne dirais pas qu'ils sont moches (d'où mon +) tout simplement parce que c'est une affaire de goûts et ensuite parce que c'est un choix assumé et cohérent avec leur démarche. Une patte très cartoon pour mettre un peu de comique dans les mimiques des personnages et qui a généralement le mérite de mieux vieillir que des graphismes plus réalistes. De plus, du coup les animations des personnages sont nombreuses et fluide et c'est plutôt plaisant à voir.

 

[-/+] Interface, HUD, toussa toussa (non c'est pas pareil que les graphismes)

La première fois que l'on voit l'interface, on ne comprends pas tout et on se dit généralement que c'est très brouillon et peu intuitif. Et bien c'est exactement le cas (et c'est la raison du -). Certains boutons sont très (trop ?) petits (comme celui de la communication), les dialogues affichés à l'écran sont aussi un peu trop petits (j'ai pas de problèmes aux yeux mais j'ai parfois du mal à lire ce que les PNJ disent >.>), certains modules font vraiment vieillots et peu pratiques (je pense notamment aux barres de vie de son perso et de l'ennemi). Par contre à côté de ça, le gros avantage c'est que tout est très personnalisable et qu'avec un peu d'effort de recherche au final on peut très bien se faire sa propre interface. De plus, tout (vraiment tout) étant géré en tant que modules indépendants, il est envisageable que l'on verra naître des interfaces plus travaillées et sympas que celle de base. D'ailleurs je n'ai pas trop cherché dans les personnalisation donc c'est peut-être déjà possible de rendre certains modules plus clairs.

 

[ + ] Le gameplay nerveux c'est hibou (ou chouette je sais plus)

Alors pour certains ça pourra paraître évident mais n'ayant jamais joué à un MMO avec ce gameplay, j'ai découvert ça avec Wildstar. Et clairement c'est très sympa (même si ça risque d'être super galère en PVP avec certaines classes). Au final ça laisse une plus grande place à la maîtrise du joueur (sur les esquives, le ciblage, etc.) et c'est pas plus mal. Bref, un gameplay de MOBA dans un MMO c'est très plaisant.

 

[ + ] Ce soir, je refait ma déco

Alors je vais peut-être faire ma Valérie Damido mais clairement une des choses qui m'intéresse le plus dans le jeu c'est le housing. Et le fait que Wildstar le mette au coeur de son jeu (et pas seulement comme un petit passe temps cher et inutile en marge du reste) rend la chose très intéressante. Alors je ne vais pas m'étendre sur le sujet parce que pour le moment je n'ai pas encore pu tester ça dans la bêta (pas trouvé où ni comment acheter mon lopin de terre '^^). Il me tarde te pouvoir mettre mes pattes dessus !

 

----------

Alors voilà pour le moment sur les points positifs et négatifs (que je mettrait sûrement à jour au fur et à mesure que je teste d'autres choses).

Mon avis sur le jeu peut paraître assez négatifs dans cet articles (vu que j'insiste plus sur les points négatifs) mais au final j'ai quand même beaucoup aimé le peu de temps que j'ai passé dessus pour l'instant. C'est vraiment différent d'un FFXIV ARR et je doute que ça me fasse le quitter mais bon je verrais bien (parce que 2 abonnements ça va revenir cher). J'ai pas mal d'espoirs sur Wildstar même si je trouve assez honteuse la qualité de cette "bêta". Alors on va me dire "ben justement c'est une bêta donc il y a des bugs c'est logique", ce à quoi je répondrait que c'est tout de même une bêta d'un jeu qui est censé sortir le 31 mai (pour les accès anticipés) soit dans environ 15 jours. Alors j'espère juste que cette version bêta est une vieille version sinon c'est un peu chaud cacao. Bref, pourquoi pas !

Voir aussi

Jeux : 
Wildstar
Ajouter à mes favoris Commenter (17)

  
Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

C'est avec une moue triste après cette news concernant les difficultés de financement pour le 3è opus de Zero Escape que j'appuie sur le bouton "Publier" de cet article qui était en préparation depuis quelques semaines déjà. Mais ne désespérons pas, Believe !

------------

Il est des jeux ou des séries comme ça qui, étrangement, séduisent la plupart des critiques ainsi que la plupart des joueurs qui y ont joué et qui, tout aussi étrangement, restent peu connus du grand public. Je pense que Zero Escape en fait partie. Si les critiques et joueurs (qui y ont joués) sont quasi unanimes sur les qualités des jeux de la série, celle-ci reste tout de même peu connue pour plusieurs raisons dont, je pense, notamment le fait que l'on soit en présence d'un visual novel ou que les textes soient en anglais. C'est la raison qui m'a poussé à faire cet article : essayer de faire connaitre cette magnifique série à des personnes qui ne la connaissent pas. Parce qu'elle mérite clairement d'être plus connue.

Pour ceux qui ne connaitraient pas tout d'abord, les Zero Escape c'est quoi donc ?

C'est une trilogie jeu vidéo (seulement les deux premiers opus sont sortis pour le moment : 999 : Nine hours, nine persons, nine doors et Virtue's Last Reward) qui mélange visual novel (pour la plus grosse partie du jeu) et escape rooms (voir ci-dessous pour une petite explication).

"Escape room" kezako ? Une escape room c'est quand votre personnage se retrouve coincé dans une (ou plusieurs) pièce(s) et qu'il doit s'en échapper (étonnant non ?). Pour ce faire, il devra trouver des indices disséminés un peu partout et résoudre des énigmes.

 

Bref je ne l'ai pas encore précisé mais ... la série des Zero Escape fait partie de ma série de jeu vidéo préférée et j'irais même jusqu'à dire que  Virtue's Last Reward (le second opus donc) est mon jeu préféré (ouais carrément parmi tous les jeux auxquels j'ai pu jouer dans ma vie). Bon ok je le mettrais peut-être à égalité avec Silent Hill 2 faut voir.

Bref sans plus attendre parlons des points forts de la série qui font que c'est (pour moi) une série incontournable.

 

Le traitement des personnages

Le moins que l'on puisse faire quand on veut un bon visual novel (où tout simplement un bon jeu vidéo dont le scénario et le principal centre d'intérêt) c'est d'avoir des personnages un minimum intéressants et charismatiques. Parce que comme pour une oeuvre littéraire, si les personnages sont inintéressants (voir pire, qu'ils nous énervent au plus haut point) généralement on ne tient pas 5 minutes et on lâche l'affaire. Et très franchement, avant de commencer la série j'étais un peu sceptique parce qu'il faut bien avouer qu'en général (j'ai bien dit "en général" hein pas "tout le temps") les japonais aiment bien créer des personnages totalement clichés.

Heureusement, ce n'est pas du tout le cas ici et Chunsoft nous livre des personnages travaillés et auxquels on s'attache vraiment (pour la plupart). Tous les personnages ont une histoire personnelle qui sert le scénario et qui nous fait les aimer, les détester, les comprendre. On peut savoir que c'est réussi quand on se rend compte que le jeu arrive à nous faire hésiter à prendre certains choix parce qu'on aime tel personnage où quand on se surprend à avoir la même réaction que notre propre personnage dans certaines situations (comme se sentir trahi, soulagé etc.).

   

 

Le scénario

Je pense qu'il est évident que s'il faut des personnages travaillés pour avoir un bon visual novel, il est tout aussi (voir encore plus) indispensable d'avoir un scénario en béton. Avec du mystère, de l'intelligence, des retournements de situation, des réponses aux questions que l'on se pose et un climax du tonnerre. Et bien tout ceci est réuni dans le scénario des Zero Escape. Au point qu'on arrive à se demander (enfin moi en tout cas je me le suis demandé) comment les mecs arrivent à penser à ce genre de scénario aussi complexe que surprenant et le tout avec une cohérence déconcertante. Parce que c'est une chose de partir dans des trucs wtfimpressive mais c'en est une autre de fournir des explications rationnelles -où tout du moins qui en ont l'air- ([troll]pas comme le scénario et les wtf inexpliqués de Lost par exemple[/troll]). De plus, un gros avantage (pour moi) du scénario, c'est qu'il se base sur de vrais théories scientifiques et de vrais évènements historiques pour nous permettre une plus grande immersion (et même nous apprendre des choses, parce que oui, avec ces jeux on apprend des choses intelligentes !).



Les escape rooms

Si le principal intérêt des Zero Escape est surtout son scénario, il ne faut pas oublier que presque 50% des jeux sont des escape rooms. Je dois avouer qu'au début je me suis demandé si j'allais vraiment accrocher au gameplay (puisque je ne suis pas hyper fan des point & clics alambiqués dans lesquels au bout d'un moment on se retrouve à cliquer partout et essayer toutes les combinaisons d'objets pour trouver la solution).

Je ne vais pas tourner autour du pot et dire qu'à mon avis Chunsoft a trouvé l'équilibre (quasi) parfait entre complexité, réflexion et intelligence pour ces escape rooms (tout du moins dans Virtue's Last Reward, je reviendrais à la comparaison des deux jeux un peu plus loin). Le problème que le jeu pose au joueur n'est jamais insurmontable et demande un minimum de logique et de réflexion pour être résolu. Un dosage qui nous fait réfléchir aux différentes solutions sans jamais nous frustrer au point d'aller voir une soluce pour se débloquer.

 

Tous ces éléments bien maîtrisés font de la série des Zero Escape un must have et je conseillerais aux personnes qui ont une DS (ou une 3DS) d'au moins essayer le premier opus, 999 : Nine hours, nine persons, nine doors pour découvrir. Alors après, j'ai mes préférences et j'ai dit en début d'article que mon jeu préféré était Virtue's Last Reward pour les raisons suivantes :

  • Les théories et explications d'expériences scientifiques abordées dans le jeu sont plus intéressantes dans VLR (la physique quantique et la théorie des cordes, la chinese room, etc.) que dans 999 (principalement le champ morphogénétique/morphique).
  • Le Ally/Betray de VLR rajoute plus de mordant à l'aventure (on se surprend même parfois à ne pas vouloir faire le choix que l'on se doit de faire juste parce que l'on aime ou que l'on n'aime pas les personnages en face).
  • Le fait que dans 999 on soit obligé de se refaire les escape room à chaque run était assez fastidieux (même si du coup on les fait en vitesse éclair).
  • Le rythme du scénario est mieux dosé dans VLR. Dans 999, on est à fond pendant tout le premier et le second run (étant donné qu'on a plein de dialogues et escape room que l'on n'a pas fait) et ensuite ça s'essouffle jusqu'à la True Ending où le rythme reprend en fanfare (peut-être est-ce aussi dû au fait que la True Ending représente quasiment 50% du jeu).
  • Les escape rooms sont plus nombreuses et globalement mieux réussies dans VLR. Je trouve celles de 999 un peu trop faciles.
  • Le fait que VLR ait été celui par lequel j'ai commencé doit aussi jouer (surtout qu'en plus j'étais spoilé sur certaines parties de 999 du coup).
  • Et pour terminer, je mets la dernière raison en spoiler (même si c'est vraiment pas un spoiler méchant) pour ceux qui n'ont encore jamais joué à VLR : /!\ SPOILER /!\ rien que pour la fin de Luna qui est juste magnifique en tous points -révélations, émotion, ost- je me dois de préférer VLR. D'ailleurs j'ai encore le coeur qui se serre quand je réécoute l'ost Blue Bird Lamentation./!\ /SPOILER /!\

------------------ 

Avant de terminer cet article, j'espère que j'ai piqué la curiosité de ceux qui ne connaissaient pas encore la série et leur ait donné envie de tester. Parce que vraiment nous avons là une série qui mérite vraiment d'être bien plus connue que ce qu'elle ne l'est actuellement.

Et pour ceux qui connaissent déjà, je serais curieux de savoir si vous aussi vous aimez cette série (et pourquoi vous l'aimez) et aussi quel est votre opus préféré parmi les deux déjà sortis.

Long live Zero Escape !

Ajouter à mes favoris Commenter (24)

Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

Après une petite période d'absence (dûe au boulot, aux congés et à certains jeux dont celui concerné ici) je reviens avec un article que, très franchement, je n'aurais jamais pensé écrire un jour.

Pourquoi donc que je n'aurais jamais pensé écrire cet article ?

[mylife]

Etant plus jeune, j'ai joué à pas mal de MMO que ce soit F2P (free-to-play : gratuit avec souvent une boutique en jeu) ou P2P (pay-to-play : système d'abonnement mensuel). De Ragnarok Online à Guild Wars 2 en passant par Silkroad, Aion, Ragnarok Online 2, WoW, Perfect World, et beaucoup d'autres. Et très franchement après mon tout dernier (GW2) je pensais être trop vieux pour ces conneries (d'autant plus si ces dites conneries sont à abonnement mensuel). Entre le fait de ne plus avoir des masses de temps libre (du moins plus autant qu'avant), ne pas avoir envie de payer un abonnement pour un jeu et les amis qui ne jouent plus non plus à ce type de jeux, je n'avais aucune envie de tester un nouveau MMO (d'autant plus si le fait de "tester" impliquait de devoir acheter une boîte de jeu ce qui fait dans le pire des cas une démo payante et limité dans le temps).

[/mylife]

 

Du coup, depuis la sortie d'FFXIV:ARR je ne m'en préoccupais pas plus que ça. Et voilà que tout d'un coup j'en entends beaucoup de bien (notamment sur Nolife) et qu'il commence à me faire de l'oeil.

Arriva ce qui devait arriver, le gamer étant aussi têtu que faible, j'ai craqué (bon ok ce qui a fait pencher la balance c'est surtout que j'avais un avoir de 16 euros à la fnac et que je n'avais aucune idée de quoi acheter avec). J'ai donc acheté le jeu et maintenant que j'y ai pas mal joué, j'ai voulu donner mon avis dessus. J'ai cherché la façon dont j'allais le faire et au final, pour éviter de faire un trop gros pavé (parce que oui j'ai du mal à marrêter quand quelque chose me passionne), j'ai décidé de présenter mon avis tout simplement sous la forme des points positifs et négatifs. Ce n'est pas tant une critique qu'un simple partage de mon avis très subjectif. Et qui sait, peut-être que certains de ces points donneront envie à d'autres personnes de s'y mettre.

 

[+] Les graphismes

Je sais que les graphismes ce n'est pas non plus ce qui fait le plus gros atout d'un MMO (sinon WoW serait décédé depuis un bon moment '^^). Mais clairement je dois avouer que j'ai été très agréablement surpris la première fois que j'ai lancé le jeu. Certes ce n'est peut-être pas non plus le top 1 de ce qui se fait (quoique ça fait tellement longtemps que je n'avais pas touché à un MMO avant donc peut-être que c'est pour le moment le top du top ?) mais ça reste quand même dans le haut du panier (en tout cas sur PC, il paraît que c'est moins beau sur PS3).

     

 

[+] L'univers

J'étais plutôt impatient de voir ce qu'ils allaient faire avec l'univers (se calquer sur un univers spécifique à un jeu de la licence ? faire un mix et prendre des idées un peu partout ?). Au final, on sent qu'ils ont voulu ravir les fans et l'univers mis en place transpire le fan service (ce n'est pas dir dans le sens péjoratif du terme et ce n'est pas du tout un reproche) de partout. On prend plaisir à voir les mascottes (chocobos, mogs, ...), les monstres (ahrimans, cactuar/pampa, morbols, ...), les jobs (chevalier dragon, barde, mage noir, ...) biens connus de la licence Final Fantasy et même si a première vu on pourrait penser à un bête patchwork créé à partir de petits bout piochés de ci de là, on se retrouve au final avec quelque chose de vraiment cohérent (tout autant que les autres MMO avec leurs univers propres).

              

 

[+] Le système de classes/jobs

Le plus gros point positif du jeu (à mon avis) c'est son système de classes fort bien pensé. Cela pourra paraître très bizarre à ceux qui n'ont pas l'habitude, mais dans FF14:ARR on peut jouer toutes les classes (de combat ou d'artisanat) et tous les jobs avec un seul personnage. Ainsi, même si l'on doit choisir une classe au départ (par exemple élémentaliste), rien ne nous empêche de switcher sur une autre classe à l'envie -hors combats s'entend- (par exemple gladiateur, menuisier ou armurier, ...). Ce qui détermine la classe de notre personnage a un instant T c'est l'arme primaire équipée (arme d'hast pour les maîtres d'hast, armes de pugilat pour les pugilistes, scie pour un menuiser, ...) avec bien sûr pour chaque classe son propre niveau, ses propres compétences, ses propres talents, son propre équipement, ses propres stats. Petit bonus, il est même possible de récupérer un certain nombre de compétences d'autres classes (par exemple un gladiateur pourra avoir des compétences de maraudeur ou même d'élémentaliste). Bref ça peut sembler n'être qu'un petit détail mais très sincèrement quel bonheur de pouvoir switcher a l'envie (soit parce qu'on est lassé de la classe présente, soit tout simplement parce qu'on veut avoir une classe pour jouer en solo et une autre classe pour jouer avec des amis ou même encore parce qu'on doit changer de rôle pour une instance) sans devoir changer de personnage.

      

 

[+] Ces petits détails qui améliorent l'immersion

Là je vais parler de choses qui pourront paraître vraiment insignifiantes pour une grande partie des joueurs mais que je trouve pour ma part intéressantes du fait qu'elles favorisent l'immersion.

  •  L'auberge : C'est un détail tout bête votre personnage peut, dans chacune des 3 grandes villes du jeu (Gridania, Limsa Lominsa et Uld'ah) aller à l'auberge pour louer une chambre gratuitement. Cette chambre est une instance contenant certains éléments comme une sonnette (pour appeller un servant), le bahut (dont je ne connais pas encore l'utilité '^^), le journal de bord (contenant la liste complète des quêtes d'épopée déjà effectuées avec leur résumé et la possibilité de revoir les cut-scenes) et enfin un lit permettant à votre personnage de se reposer (et de se déconnecter ou quitter le jeu). Franchement c'est la première fois dans un MMO qu'avant chaque déconnexion je prends le temps d'aller dans une auberge pour "dormir" ^^
  • Les servants : Dans la plupart des MMO le joueur a en sa possession un coffre, une banque ou qu'importe le nom permettant à celui-ci de stocker ses objets et vider un peu son inventaire. Dans FF14:ARR, le stockage (et même la mise en vente d'objets au marché ou la banque de gils) se fait par le biais d'un "servant" qui n'est autre qu'un NPC complètement personnel (a créer à partir de la création de personnage) et qui rapliquera lorsque vous activerez la sonnette (une dans chaque chambre d'auberge ou chaque marché des grandes villes).
  • Les cut-scenes : Des cut-scenes il y en a pas mal voir même beaucoup. Certains n'apprécient pas et les passe directement. De mon côté je trouve ça plutôt sympa (même si comme d'habitude notre personnage n'emet aucun son -on ne peut qu'imaginer ce que notre personnage dit-) et ça améliore l'immersion.
  • (bientôt) Les maisons de compagnies libres (les guildes) avec du housing : Un ajout qui a été annoncé pour le prochain gros patch (2.1 il me semble), il sera possible pour les compagnies libres d'acquérir une maison de guilde dans laquelle pourront se rassembler tous les membres. Il sera possible pour les membres de cette guilde de participer à la construction/l'amélioration de la maison grâce aux matériaux d'artisanat tout ça. Bref je trouve que cette (future) fonctionnalité est super sympa (pour peu que l'on appartienne à une compagnie libre bien sûr) mais ce qui serait encore mieux (et ce sur quoi sont en train de réfléchir les développeurs) ce serait carrément une petite maison personnelle :) Un MMO avec du housing un minimum poussé j'achète ! (enfin je devrais plutôt dire "je reste")

 

[+/-] L'épopée (le scénario)

L'épopée (ce qui désigne le scénario/l'histoire dans le jeu) contient du positif et du négatif. En commençant par le côté négatif, je pourrais dire que finalement il est plutôt simple et (en tout cas là où j'en suis pour le moment) on est très peu surpris par le déroulement des évènements. Pas de rebondissements, de réel suspense, etc. Cependant, je suis assez tatillon et on pourrait aussi dire qu'elle a le mérite d'exister, d'être plutôt bien fournie en quêtes et si on devait la comparer aux scénarii d'autres MMO il est quand même dans le haut du panier par rapport à ce qui se fait ailleurs.

 

[+/-] Le design des races

Au rendez-vous des races disponibles en jeu, nous avons les Hyurs (humains), les Elezens (genre d'elfes), les Lalafell (les Tarutaru dans FFXI -la race de petite taille des MMO-), les Miqo'te (humanoïdes/félins, les Mithra dans FFXI) et enfin les Roegadyn (les Galka dans FFXI -la race imposante des MMO-). Déjà avoir le choix entre ces races c'est bien. Ensuite l'outil de création et de personnalisation des personnage est plutôt bien foutu lui aussi. Sans être foufou il donne quand même un éventail de choix assez plaisant. Par contre, je trouve que la plupart des classes (a une exceptions) on toutes quelque chose de bizarre. Déjà si l'on souhaite faire un personnage masculin, à part en faisant un Roegadyn il y a peu de chance de tomber sur un machin viril avec du poil au menton. Ensuite côté esthétique des personnages féminins : les Hyurs ont (pour moi) une carrure de poissonnières, les Elezen ont une tête plus petite que leur corps (ça donne une impression vraiment étrange), les Lalafell ressemblent plus à de gros bébés qu'autre chose et enfin les Roegadyn ont autant de charme que la femme de Hulk. Et c'est ainsi que l'on se retrouve avec 80~90% de personnages féminins Miqo'te (je l'avoue j'en fait partie alors qu'à la base je ne voulais justement pas faire de Miqo'te parce que trop répendu v_v). Je trouve quand même ça dommage (surtout quand on regarde du côté de Guild Wars 2 qui arrive a faire en sorte que chaque race soit plutôt classe).

 

[-] Le système économique du P2P

On a beau dire mais pour moi ça reste le plus gros point négatif du jeu. Alors attention je comprends très bien qu'un MMO soit payant puisque derrière il y a toute une infrastructure mise en place, à maintenir et entretenir. Et en général ça coûte (très) cher. Du coup les abonnements permettent d'amortir ces coûts de maintenance. Cependant, comme pour tous les P2P j'ai le syndrome du "ouais mais si je ne joue pas de toute une semaine ou même de tout un mois j'aurais payé pour rien quoi" ce qui pousse pas mal de joueurs à être "rentable" (et donc se presser sans profiter de toutes les subtilités de gameplay où d'immersion). Certes ce n'est pas mon cas ici parce que je m'y sent bien et que je veux savourer le plus possible (le HL avec son farm n'étant pas vraiment ce que je préfère loin de là...) mais toujours est-il que le dilemme du "si je ne joue pas je perds de l'argent" se pose tout de même.

 

[-] Ces petits détails qui cassent l'immersion

J'ai parlé précédemment de toutes ces petites choses, tous ces petits détails qui favorisent l'immersion et le RP. Mais l'inverse existe aussi. Certes j'ai trouvé moins de points qui cassent l'immersion par rapport à ceux qui l'améliorent mais il y en a tout de même.

  • Les PNJ "poteau" : Il est fort dommage qu'étant fin 2013 (et après le passage de RPGs comme les The Witcher ou le petit dernier de la famille des TES, Skyrim) on ait encore des RPG (enfin ici MMORPG) avec des PNJs qui ne bougent pas, n'intéragissent pas vraiment entre eux et soient simplement là pour offrir des quêtes ou créer un simulacre de vie. Le choix peut être compréhensible puisque celà facilite la recherche de PNJs spécifiques mais malheureusement ça casse pas mal l'immersion ce qui est vraiment dommage.
  • La fréquence des évènements aléatoires (surtout lorsque l'on part dans une optique de farm d'évènements) : Tout comme sur GW2, FFXIV:ARR propose des évènements aléatoires sur chaque map qui sont plutôt intéressants à faire la plupart du temps mais qui s'affichent a une fréquence plutôt élevée. C'est compréhensible en soit puisqu'il faut que ceux-ci soient accessibles à tout le monde. Par contre, lorsqu'en 10 minutes on a déjà fait un même évènement 4 ou 5 fois forcément c'est moyennement immersif '^^ (avec le même fermier qui se fait attaquer par les même monstres etc.).

------------------------

Je ne sais pas si vous l'aurez compris mais, même si je ne m'y attendais pas et que je suis le premier surpris, j'adore vraiment Final Fantasy XIV : A Realm Reborn. Les quelques points négatifs relevés ne suffisent pas à faire pencher la balance des points positifs. Du coup, j'espère réellement que le jeu trouvera son public de fidèles (ce dont je suis maintenant) et qu'il aura une longue vie devant lui. En tout cas de mon côté je dois avouer que c'est l'opus qui m'a réconcilié avec l'univers des Final Fantasy (détestant au plus haut point le XIII et n'ayant pas accroché au XII) et ça, ça fait plaisir (même si c'est tout de même malheureux de voir que le jeu qui me réconcilie avec la licence est un MMO).

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

Après une longue absence, j'ai décidé d'écrire un nouvel article sur deux jeux indés (dont un vrai coup de coeur). Mais quels sont donc les deux jeux en question ? Et sur quoi donc que j'ai eu mon coup de coeur ? Bon visiblement de deux trucs qui s'appellent "Starbound" et "Craft World" ça vous l'aurez compris. Mais quoi qu'est-ce donc que donc au final ?


Avant d'attaquer et de trancher dans le vif du sujet, connaissez-vous Terraria ? Si oui, c'est bien et en plus ça me simplifie la tâche. Sinon, pour faire (très) simple et (très) court : Terraria c'est un jeu complètement 2D avec du gros pixel qui pourrait être rangé dans la catégorie des jeux "bac à sable". On incarne un personnage laché dans un monde sans plus d'explications, et notre but est un peu celui que l'on se fixe au final (explorer tous les recoins du monde, récolter des ressources et construire de jolis choses à la façon d'un Minecraft, tuer tous les world boss, trouver tous les équipements, etc.). Que ce soit en solo ou en multi, ce jeu est une petite tuerie chronophage.

Il a été très rapidement comparé à Minecraft souvent pour dire "ouais c'est un Minecraft en 2D quoi". Je ne suis pas vraiment d'accord dans le sens où Terraria est beaucoup moins porté sur la construction que Minecraft et est beaucoup plus action/exploration. Mais bon soit.

(En plus, ça tombe bien de reparler de Terraria puisque le patch 1.2 s'approche a grands pas et apporte un contenu vraiment massifs question nouveautés.)


Maintenant, pour ceux qui y ont déjà joué, n'avez-vous jamais rêvé d'un Terraria dans un univers plus SF ? Avec plus de PNJ ? Plus de quêtes ? Plus de décors variés ? Plus de mécaniques de gameplay ? Plus de tout ?

Si oui, ne cherchez pas plus loin, on parle ici du fameux coup de coeur. Parce que oui, Starbound (c'est lui mon coup de coeur !) c'est tout ça, c'est tout ce que j'ai évoqué. Le jeu en est encore au stade de développement par le studio Chucklefish mais est quand même prévu pour cette année (et d'ailleurs il est plutôt bien avancé).

Comme je l'ai précisé, c'est de l'indépendant et du gros pixel (comme pour Terraria). L'équipe se compose d'une 20aines de personnes et autant dire que ça ne chôme pas. Tout comme Terraria, Starbound est un bon gros jeu bac à sable (un peu plus dirigé que Terraria puisqu'ici le joueur aura des quêtes à effectuer). 

Ce qui me plaît dans Starbound ? La variété des décors proposés, la présence de quêtes, de beaucoup de PNJs ou encore le fait que cela se déroule dans une univers SF (oui je suis dans ma période SF en ce moment avec FTL : Faster Than Light et les Battlestar Galactica).

Comme je l'ai dit plus haut, le jeu est encore en développement. Cependant, le studio a mis en place une campagne de pré-commandes sur leur site. L'offre la plus basse commence à partir de 15$ (ce qui est quand même plus qu'abordable je trouve si on aime ce genre de jeu surtout vu ce qu'elle contient) et permet en plus de leur donner de l'argent pour terminer le projet le plus rapidement possible. Je ne peux que donc vous encourager à les supporter !

Vous pouvez trouver le site à cette adresse : http://playstarbound.com/


On reste dans le même style (mais différent quand même) avec le petit Craft World qui a l'air bien sympa et que l'on pourra retrouver d'ici peu sur Steam (celui-ci ayant été Greenlighté il y a quelques temps).

Quand je dit qu'on reste dans le même style c'est qu'on est toujours sur de l'indé, du gros pixel (ouais bon ok pas vraiment dans ce cas là en fait ^^), du bac à sable avec de l'exploration, du craft, du monde généré aléatoirement etc.

Mais ! Parce qu'il y a un "mais", j'ai précisé qu'il était différent parce qu'en effet ici la subtilité est qu'on ne contrôle plus un personnage en particulier mais toute une troupe de Nains (et on sait bien tous que les Nains sont la meilleure race tous univers med-fan confondus n'est-ce pas ?) que l'on va gérer en leur donnant des ordres pour se battres, construire, récolter, etc. Du coup ici on se rapproche plus d'une dimension jeu de gestion (voir même j'oserais dire RTS) qui pourrait être plutôt agréable dans un jeu de ce genre et qui donne sa spécificité au jeu.

Pas de pré-commande ou quoi que ce soit pour ce jeu puisque comme je l'ai précisé juste avant, le jeu a déjà été Greenlighté et arrivera (je ne sais quand) sur Steam tout frais tout beau tout dispo.

Pourquoi pas lui donner une chance ? Pour plus d'infos vous pouvez aller sur la page Steam du jeu ici : http://steamcommunity.com/sharedfiles/filedetails/?id=146678001


Et c'est tout pour cet article. J'espère vraiment vous avoir donné envie de découvrir ces deux jeux (ou au moins Starbound qui a vraiment l'air énorme) et j'espère encore plus vous avoir aidé à passer le pas de la pré-commande pour Starbound pour les supporter.

Voir aussi

Jeux : 
Terraria, Starbound
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

Il est des jours comme ça où l'on se dit qu'en terme de jeux vidéos, les japonais sont clairement plus chanceux que nous. Et pour cause, ils ont l'occasion de pouvoir toucher à des petites perles qui ne montreront jamais le bout de leur nez sur le territoire US et encore moins chez nous, pauvres Européens (cinquième roue du carosse tout ça). Cependant, ça n'empêche pas d'avoir de vains espoirs quant à d'improbables localisations de jeux au minimum sur le territoire US (pour les consoles dézonées) ou au mieux sur notre bon vieux continent. Et aujourd'hui je vais me concentrer sur la PSVita puisque c'est la console sur laquelle je joue le plus en ce moment.

- - - -

Tout d'abord, parlons des jeux qui sont "censés" sortir chez nous (où au moins aux US) mais pour lesquel nous n'avons pas de nouvelles ni de date de sortie.

_________________________________________

En premier, un jeu qui a de bonnes chances d'arriver chez nous :

Muramasa Rebirth (Oboro Muramasa au japon) est un remake de Muramasa : The Demon Blade sortit sur Wii en Novembre 2009 chez nous (Septembre 2009 pour les US et Avril 2009 pour le JP). Le jeu se présente comme un beat'em all à l'ancienne dans une 2D magnifique (dont il me tarde de voir toute la beauté avec l'écran de la PSV). Tout comme son grand frère sur Wii, le jeu est développé par Vanillaware auxquels ont doit notamment Odin Sphere sur PS2.

Le jeu sort ce mois-ci au Japon (le 28 pour être précis) et nous n'avons droit qu'à un "courant 2013" en ce qui concerne les Etats-Unis. Et aucune info pour l'Europe bien sûr (on commence à s'y habituer).

_________________________________________

On reste chez Vanillaware pour le second jeu :

Dragon's Crown est une nouvelle IP annoncée sur PS3 et PSV. Les seules infos que l'on a concernant le jeu c'est qu'on reste dans le même style qu'un Muramasa mais avec une possibilité de jouer à plusieurs (4 ?) en coop ce qui rend tout de suite la chose très intéressante, que la date est fixée à un vague "courant 2013" pour le Japon (en espérant au minimum une localisation US) et que comme toujours Vanillaware nous offre des graphismes 2D magnifiques (enfin dans le cas de Dragon's Crown on est plus dans de la 2.5D).

_________________________________________

 

Et maintenant nous passons aux vains espoirs de localisation. 

Parlons tout d'abord de celui qui a déjà un peu plus de chances d'être localisé (vu son franc succès sur l'archipel) :

Senran Kagura Shinovi Versus est un jeu développé par Tamsoft et publié par Marvelous AQL. La série a déjà eu droit à 2 jeux sur 3DS (qui ont été publiés par Marvellous Entertainment). Le jeu se présente comme un jeu d'action/beat'em all à la Dynasty Warriors avec beaucoup plus de demoiselles fort dévêtues. Malgré son côté très fan service, il ne faut pas s'arrêter là puisqu'apparemment le gameplay est pas mal exigeant. Il est sortit fin Février 2013 au Japon (sans aucune date ni précision pour une quelconque sortie US).

_________________________________________

Et pour terminer celui que l'on n'est vraiment pas prêt de voir par chez nous :

Monster Monpiece (ou de son petit surnom MonMon) est un jeu développé par Compile Heart. Celui-ci s'est surtout fait connaitre, comme Senran Kagura, pour son côté très fan service (surtout avec son mini jeu coquin). Mais au delà de ça, deux choses sont très intéressantes. 1 - C'est un jeu de stratégie/cartes, 2 - Et vachement bien foutu apparemment. Le jeu est sortit fin Janvier 2013 au Japon (encore une fois sans aucune date ni précision pour une quelconque sortie US). Alors bon quand je dit qu'il y a très peu d'espoir que celui-ci soit localisé c'est pour les raisons suivantes :

  1. le type du jeu étant classé dans le "battle cards" et représentant un marche de niche extrême peu d'éditeurs prendraient le risque de tenter une localisation US et/ou EU
  2. NISA (NIS America) qui est l'éditeur qui prend généralement en charge la localisation des jeux Compile Heart s'est déjà prononcé sur le fait qu'il ne fallait vraiment pas espérer une localisation. Plus précisément sur le forum officiel :

We're aware of the game thanks to the thread in General Chat.
That being said, doing a card game is...not too high on the likely scale. So don't get your hopes up.

Bon après vous aurez sûrement remarqué que je dit très peu d'espoir et non pas aucun espoir parce que le jeu étant développé par Compile Heart ce ne serait pas le premier de leur jeu à être localisé, surtout ces derniers temps avec Cross Edge, les Record of Agarest War, les Hyperdimension Neptunia ou encore Mugen Souls. Et puis avec le marché dématérialisé qui sait...

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

Hello tout le monde. Je suis de retour et aujourd'hui, tout comme mon article précédent sur The Elder Scrolls III : Morrowind, j'avais envie de parler d'un jeu qui m'a laissé de (très) bons souvenirs. J'étais en train de réfléchir à mon prochain article de blog, cherchant l'inspiration un peu partout, et tout d'un coup, survenu de nulle part (et complètement par hasard en fait), des images me sont revenues d'un jeu que j'ai particulièrement apprécié et je me suis dit que je tenais mon prochain article ! C'est partit pour un petit retour en arrière (empreint de nostalgie).

Vous savez, quand on demande à un fan de la série The Legend of Zelda quel est son opus préféré, les réponses les plus courantes sont généralement :

  • The Legend of Zelda : A Link to the Past (SNES)
  • The Legend of Zelda : Link's Awakening (GB)
  • The Legend of Zelda : Ocarina of Time (N64)

Et ce qui est toujours marrant au final quand on me retourne la question, c'est de lire la surprise sur le visage des gens. Car oui, quand on me demande quel est mon The Legend of Zelda préféré, je réponds tout simplement que je met sur un pied d'égalité à la toute première place The Legend of Zelda : Majora's Mask (N64) et The Legend of Zelda : The Minish Cap (GBA) avec tout de même une préférence pour celui dont je vais parler aujourd'hui qui est, vous l'aurez compris, The Minish Cap (du coup on peut considérer que c'est quand même lui mon préféré).

Faisons un petit retour en arrière sur le jeu. The Minish Cap est sortit sur GBA le 12 novembre 2004 chez nous (le 4 novembre 2004 au japon) après Oracle of Ages et Oracle of Seasons.C'est Keiji Inafune qui se retrouve à la production de cet opus dédié à la petite portable de Nintendo. Les premières images du jeu sont dévoilées à l'E3 de mai 2004 mais le jeu passe un peu inaperçu, restant dans l'ombre de l'annonce de Twilight Princess. Le jeu sort donc seulement quelques mois après son annonce officielle et est plutôt bien accueilli par la presse, le plus gros reproche étant la courte durée de vie du jeu.

 

Histoire

L'aventure commence avec un Link à moitié endormi sur son lit (tous les Link sont des fainéants en fait) qui reçoit la visite de la princesse Zelda qui lui demande s'il peut l'accompagner à la fête des Minish. Chaque année, le peuple d'Hyrule organise une fête en l'honneur des Minish, des êtes minuscules connus pour avoir sauvé Hyrule des ténèbres des années auparavant.

Le point culminant de la fête est une épreuve de combat à l'épée. Le vainqueur de l'épreuve gagne le droit de toucher la légendaire épée des Minish qui est aujourd'hui utilisée pour sceller un mal indiscible. Problème, le vainqueur du tournoi de cette année, un certain Vaati, arrive à briser l'épée des Minish et à libérer la substance maléfique de sa prison. Suite à celà, Vaati s'enfui après avoir changé la princesse Zelda en pierre.

La solution : il faut appeller les Minish à l'aide pour réparer l'épée. Seul problème, seul les enfants peuvent voir les Minish. Bien évidemment, Link se porte volontaire pour cette mission et part donc à la recherche du petit peuple équipé de la meilleure lame de son grand-père.

 

Bref, vous l'aurez compris une histoire assez basique en soit mais qui a le mérite de changer certaines choses. Ainsi, ici point de Ganondorf au programme pour tenir le rôle du méchant qui veut détruire le monde (il se fait piquer la vedette par le fameux Vaati). Autre petite particularité, Link démarre l'aventure sans son fameux chapeau vert (nous verrons plus tard pourquoi).

Ce qui est plutôt marrant c'est que même si le jeu a été plutôt bien accueilli par la critique et les joueurs malgrés quelques points noirs, celui-ci est loin d'être considéré comme le meilleurs The Legend of Zelda où même encore le meilleur opus portable de la série. Du coup on peut se demander pourquoi il est mon opus préféré. Plusieurs raison à ça.

 

Première raison : les graphismes

Eh oui ! Une des raisons pour laquelle j'adore vraiment cet opus c'est parce que je trouve que la 2D du jeu est juste magnifique. C'est une 2D qui change un peu des épisodes précédents au niveau du style (elle a un petit côté cel-shading/cartoon vraiment agréable).

Le niveau de détail est assez hallucinant et j'ai toujours considéré qu'il vaut largement mieux de la 2D hyper nette, clean et jolie plutôt que de la 3D (du coup oui je l'avoue je préfère de loin le petit Rayman Origins à tous les Mario qu'on nous a sortit en 2.5D depuis quelques années).

 

Deuxième raison : Exelo

Ceux qui ne connaissent pas le jeu doivent se demander ce qu'est Exelo. C'est simple, Exelo est un chapeau vert parlant que va rencontrer Link très tôt dans l'aventure et qui va devenir son compagnon de quête. Bien évidemment, celui-ci n'est pas réellement un chapeau vert parlant (on se rendra compte que c'est en fait un Minish transformé en chapeau après avoir voulu arrêter Vaati). Et pour moi, le personnage d'Exelo reste le meilleurs compagnon que tous les Link des Legend of Zelda aient pu avoir. Il est moqueur, scinique et n'hésite pas à faire des reproches à Link et à imposer son avis dans les conversations. D'ailleurs, je considère qu'il joue plus le rôle de personnage secondaire que de compagnon présent uniquement pour prodiguer des astuces et des conseils. Bien évidemment, il ne sert pas que des reproches à Link et en appuyant sur le bouton Select il donne tout de même des conseils au joueur.

De plus, Exelo se montre d'une très grande utilité puisqu'il a un pouvoir particulier : grâce à lui, Link peut atteindre la taille d'un Minish et ainsi profiter d'une nouvelle perspective et d'environnements plutôt surprenants !

Et d'ailleurs ça me permet de faire la transition sur la troisième et dernière raison pour lesquelle The Minish Cap est mon opus préféré.

 

Troisième raison : les Minish et leur perspective, encore un peu plus d'onirisme

En effet, la dernière raison qui me fait énormément aimer le jeu c'est le petit peuple que l'on découvre, les Minish. En fait, plus que le peuple en lui-même (même si c'est déjà dépaysant et qu'il est très sympatique de taper la discution avec ceux-ci), ce qui apporte beaucoup est la nouvelle perspective offert par le changement de taille de Link. Nouveaux endroits accessibles, nouvel environnement, nouveaux dangers, Link accède à une toute autre vision du monde pour le meilleurs ou pour le pire. Enfin c'est tout de même plus pour le meilleurs car on est tout de suite projeté dans une dimension encore plus onirique et plaisante avec des décords fabuleux. Le level design ne perds en rien ce que l'on gagne en beauté visuelle.

Des pans entiers du scénario sont adaptés à la taille Minish et un donjon lui est même totalement consacrée (avec bien évidemment un boss à la clé). Le pouvoir fourni par notre cher ami Exelo n'est en rien qu'un simple gadget secondaire mais une fonctionnalité utilisée à son potentiel maximal. Au final, l'utilisation de la taille Minish fournie par Exelo est aussi importante que l'utilisation de masques dans Majora's Mask.

 

 

Alors c'est vrai que le jeu a été critiqué sur certains points, notamment sur sa durée de vie qui est, si je me souviens bien, d'environ 4h (ce qui est très peu pour un The Legend of Zelda on est d'accords) ainsi que sur sa facilité. Mais pour toutes les raisons que j'ai cité auparavant, cet opus reste pour le moment mon préféré comme je l'ai dit en début d'article (suivi de très prés par Majora's Mask sur lequel je ferais peut-être un petit article souvenir).

Et parfois je me met à rêver d'un Zelda entièrement en 2D qui serait au moins aussi bon (voir supérieur) à ce Minish Cap. Un petit retour aux sources en quelques sortes qui ferait, je pense, plaisir à tellement de gamers (un opus inspiré de The Minish Cap ou de Link's Awakening ?).

Bref pour terminer, si vous n'y avez jamais joué et que vous en avez l'occasion, n'hésitez pas à l'essayer peut-être que vous aurez le même ressentit que moi ;-)

Et vous, quel est votre Zelda préféré ?

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

Il y a quelques jours je suis tombé sur quelques artworks qui ont fait remonter tellement de souvenirs sur un jeu culte, un de mes jeux favoris tellement j'aimais me perdre dans cet univers enchanteur et dépaysant.

Faisons un test. Même si vous savez déjà à quel jeu je fais allusion (avec le titre de l'article forcément), je vais mettre ici la principale image qui m'a fait presque fait verser une larmichette et voyons si ça vous fait aussi remonter quelques souvenirs (bien évidemment, ceux qui n'ont jamais joué au fameux jeu dont il est question ne ressentiront rien du tout mais bon).

Arrivée en Morrowind

 

"Je suis un prisonnier. C'est le jours ou je vais enfin retrouver ma liberté. Dans le navire qui m'emmène à Seyda Nihyn, après un rêve étrange, je fais la connaissance d'un certain Jiub, un Dunmer dans la même situation que moi, un prisonnier qui va bientôt retrouver sa liberté. Nous somme arrivé dans le petit port de Seyda Nihyn. Je le sais parce que l'un des membres de l'équipage m'escorte jusqu'au pont. Quelques formalités plus tard, je suis enfin libre. Et maintenant où aller ? A l'ouest vers le pauvre village de Hla Oad ? A l'est vers l'énorme cité de Vivec ? Ou bien vers le nord et la plus modeste cité Balmora en passant par Pelagiad et son fort ?"

 

Oui je parle bien de The Elder Scrolls III : Morrowind. Je sais qu'entre temps il y a eu le controversé TES IV : Oblivion et l'incontournable TES V : Skyrim. Mais il est assez bizarre de noter que, même s'il n'est pas nécessaire de dire que Skyrim est incontestablement supérieur à ses prédécesseurs en ce qui concerne l'immersion et le côté technique (graphismes, monde vivant, etc.), Morrowind reste, pour moi, mon opus préféré.

Balmora

 

Peut-être par nostalgie, quand je repense à mon émerveillement et au nombre impressionnant d'heures que j'ai passé dessus (sans jamais le terminer d'ailleurs). Peut-être aussi parce que Morrowind était mon premier pas dans l'univers des Elder Scrolls et la mythologie de Nirn (devenant de plus en plus riche au fil des épisodes).

Ce qui m'a le plus frappé (et qui a certainement joué dans ma remontée de souvenirs en voyant la première image) a été les décors, les paysages. Certes Oblivion et Skyrim étaient très beaux à leurs sorties respectives (il faut bien comparer en tenant compte de l'époque bien sûr), mais ce qui m'a émerveillé quand j'ai fais mes premiers pas dans la province de Morrowind (et plus précisément sur l'île de Vvardenfell) c'est le côté onirique de la faune et de la flore.

Par ici un échassier des marais, par là un champignon géant. Par ici des Kwamas travaillants d'arrache pieds pour leur reine dans leur mine, par là les assourdissants Braillards des falaises. Par ci des constructions Telvanni, par là Ald'Ruhn avec ses bâtiments Redoran et son fameux palais du Conseil construit sous la carapace d'un crâbe géant. Une invitation au voyage dans un monde de rêve qui me fait employer le superlatif "magnifique" pour décrire ces décors.

Une magnifique tour Telvanni

 

Attention, je ne critique aucunement les décors d'Oblivion (Cyrodiil) ou de Skyrim. Simplement, d'une part Cyrodiil possède des paysages qui nous sont très familiers (puisqu'ils se rapprochent fortement de paysages Moyen-Ageux tel que nous le connaissons dans notre culture) et d'autre part Skyrim possède des paysages nordiques qui nous sont bien moins familiers mais pas forcément dépaysants pour autant.

      

                Des échassiers des marais à Ald'Ruhn                                               D'anciennes ruines

 

"J'ai débarqué sur cette île gigantesque sur laquelle je ne connaissais personne, je me suis fait des compagnons de fortune et je suis rentré dans une guilde pour avoir un chez moi et une rémunération. J'ai parcouru tellement de chemin depuis mon arrivée dans la petit village portuaire Seyda Nihyn. Je suis passé par des petits villages et petites villes modestes ou carrément pauvres comme Pelagiad, Hla Oad, Gnaar Mok ou encore Khuul. Je suis aussi passé par des cités plus développées comme Balmora, Caldéra ou encore Coeurébène et Vivec. J'ai découvert des payages magnifiques en allant à Tel Branora, Tel Vos ou encore Ald'Ruhn et Gnisis. J'ai silloné l'île en quête de découvertes ou de contrats à accomplir. De l'autel d'Azura aux îles Shogorad en passant par les parois escarpées du Mont Ecarlate. Et pourtant, je cherchais encore mon but, une raison d'avancer. Qui aurait cru que je serais finalement le nouveau Nerevarine..."

Carte de l'île de Vvardenfell

 

Voilà, ce n'est pas une retrospective mais plutôt une envie de vous faire partager ce que j'ai ressentit en voyant ces magnifiques images. Ce retour nostalgique de tellement de souvenirs, tellement d'émotions. Je me donne d'ailleurs moi-même envie de ré-installer mon jeu en version Goty (parce que oui, j'ai le jeu en double, l'original et ses extensions mais aussi la version Goty contenant tout) et de repartir à l'aventure (malheureusement il y a peu de chances que j'en ai le temps '^^).

 

Toutes les images insérées dans cet article ont été réalisées par une seule et même personne : lelek1980. Elles proviennent toutes de sa page DeviantArt que vous trouverez à cette adresse : http://lelek1980.deviantart.com/.

Une caravane d'échassiers des marais

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

  
Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

Ajourd'hui, j'ai envie de parler de mon studio de développement préféré dans le milieu du jeu vidéo. J'ai nommé : CD Projekt RED. Si je peux faire découvrir ce studio à des gens où bien en éclairer d'autres sur la mentalité de ces Polonais qui sortent du paysage de "l'industrie" du jeu vidéo ce n'est pas plus mal !

Mais d'abord, petit retour en arrière.


A la base, il y a CD Projekt, une compagnie Polonaise fondée en 1994 par Marcin Iwiński et Michał Kiciński dans le domaine de l'édition de jeux vidéos (pour la pologne bien sûr). Premier éditeur sur le marché polonais, CD Projekt reste pendant longtemps la seule compagnie Polonaise spécialisée dans les jeux vidéos et édite les gros hits internationaux entièrement localisés. Leur premier titre édité en Polonais est Baldur's Gate et est un énorme succés. S'ensuivent Planescape: Torment et les deux Icewind Dale ainsi que beaucoup d'autre jeux.

Mais ce n'est pas tellement de CD Projekt dont j'ai envie de parler mais de CD Projekt RED qui est un studio de développement interne lancé en 2002.



Leur premier titre est Wiedźmin, plus connu chez nous sous le nom de The Witcher, qui est adapté de l'oeuvre de fantasy d'Andrzej Sapkowski. Sortit en 2007, le titre a quelques défauts (temps de chargements longs, plantages, ...) mais est très bien accueilli que ce soit par la critique ou par les joueurs. On évolue dans un environnement dépaysant et vivant, un peu plus fermé (pour mettre l'accent sur le scénario) mais surtout dans un univers clairement adulte et assumé.


Là ou l'on commence à se rendre compte que CD Projekt RED n'est pas un studio comme les autres, c'est qu'ils prennent en considérations tous les points négatifs de leur jeu pour en sortir une Enhanced Edition (édition améliorée) en 2008 corrigeant tous les défauts de la version de base et le tout à moindre coût avec en plus des bonus comme l'OST du jeu, etc. Bref, on sent déjà un peu le côté passionné qui veut faire les choses bien.



En 2008, le studio montre encore plus sa passion pour le jeu vidéo (le vrai, le poilu, le barbu, le "bon vieux jeu" qu'on apelle oldy) et annonce la plateforme Good Old Games (GoG.com), un service spécialisé dans la distribution dématérialisée de vieux jeux vidéos retravaillés pour fonctionner sur les OS récents (de Windows XP à Windows 7 en passant par Windows Vista), à petits prix et avec (comme d'habitude j'ai envie de dire) pour la plupart des jeux tout les "à côtés" (notice, ost quand ils sont disponibles, images, fonds d'écrans, etc.). Ah et bien évidemment j'ai oublié de préciser quelques chose d'important et qui tient à coeur à CD Projekt RED, le tout est bien sûr DRM FREE.

Bref le studio est anti DRM et le fait savoir. Ils veulent contenter leurs joueurs en leur offrant du contenu de qualité à bas prix et sans contre partie (et surtout sans considérer tous les joueurs comme de possibles pirates...).

En 2011, ils en remettent une couche en sortant la suite de The Witcher sobrement intitulé The Witcher 2 : Assassins of Kings. Le jeu résulte d'un travail de titan de la part du studio de développement qui ne voulait plus utiliser le moteur graphique d'un autre studio (en l'occurrence l'Aurora Engine de Bioware utilisé pour le premier opus) car trop limité dans les choix de développement (même s'ils avaient largement modifié et perfectionné le moteur de Bioware). C'est décidé, pour le second opus ils veulent leur propre moteur graphique. Après des années de dur labeur donc, The Witcher 2 sort enfin et est une vrai claque niveau graphismes. Le nouveau moteur graphique maison fait des merveilles. Le nouveau titre était attendu au tournant et ne déçois pas (malgrés un prologue assez poussif comme pour le premier The Witcher).


Petite ombre au tableau difficile à comprendre, le jeu utilise un DRM qui demande une activation du jeu sur un serveur (Securom). Effectivement, c'est Namco Bandai qui distribue le jeu en dehors de la Pologne et oblige CD Projekt RED à utiliser ce DRM. Sauf que Namco n'avait pas tellement prévu que les serveurs d'activation seraient surchargés au lancement du jeu, ce qui empêcherait certains joueurs d'activer leur jeu (et donc de jouer). Etant donné que nous parlons ici de CD Projekt RED, le studio décide directement de saisir cette opportunité pour sortir un patch dés le lendemain de la sortie du jeu pour désactiver définitivement le dit DRM.

Le jeu ne se vend pas trop mal et subit tout de même un fort taux de piratage (ce que je trouve très personnellement plus que honteux pour une fois qu'on est en présence d'un studio qui ne nous prends pas pour des vaches à lait...). CD Projekt RED le fait remarquer lors de l'annonces des chiffres de vente mais ne se décourage pas et travaille déjà sur un portage de The Witcher 2 sur Xbox 360.

En 2012 enfin, The Witcher 2 est bien porté sur Xbox 360. "Une année complète de développement pour un simple portage ?" me direz-vous. Ca peut paraitre assez énorme en effet sauf que quand un studio passionné veux faire plaisir à ses joueurs, il ne se contente pas de faire un simple portage banal du jeu PC sur la X360. Ainsi ils ont retravaillé sur le gameplay pour qu'il soit le plus adapté possible à la console et le plus gros du travail s'est fait sur les graphismes qu'ils souhaitaient le plus proche possible du PC. En plus de ça, la sortie de la version X360 (étant la version "enhanced edition") coincide avec la sortie de la version 2.0 sur PC (que l'on pourrait aussi considérer être la "enhanced edition"). Est-ce que j'ai besoin de préciser que bien évidemment tous les patchs correctifs ou d'améliorations sont gratuits ? En effet, pas de DLC payants chez CD Projekt RED mais du bon patch à l'ancienne gratuit sur PC !



Bref, depuis que je connais CD Projekt RED, j'ai enfin découvert un studio qui ne nous vois pas comme des vaches à lait ou même des "clients" mais comme des joueurs auxquels ils veulent faire plaisir. A une période où les bons studios mettent la clé sous la porte ou bien perdent leur âme en se faisant engloutir par de gros éditeurs (comment ? qui a dit que Bioware n'a plus de "Bioware" que le nom après s'être fait bouffer par EA ?), le studio Polonais est le fer de lance des jeux "fait par des passionnés pour des passionnés". C'est pour cette raison que tant qu'ils garderont leur façon de penser (que certains définiront comme mentalité "de vieux cons" ou "naïve"), je continuerais à les supporter dans toutes leurs créations. Moi qui suis allergique à tous les DRMs quels qu'ils soient, je retrouve en CD Projekt RED un studio qui me convient parfaitement (petite anecdote sur les DRMs, j'ai dû patcher illégalement mon propre Royaumes d'Amalur : Age of Reckoning pour ne pas avoir à passer par 36 DRMs avant de jouer...c'est quand même fort de café).

Et pour ceux qui ne connaitraient pas ou n'auraient jamais joué aux The Witcher, je ne peux que trop leur conseiller de leur laisser une chance ! Vivement les prochaines productions de CDPR \o/



Pour finir, quelques chiffres intéressants :
The Witcher = 0.03 millions (~30,000) d'unités vendues
The Witcher Enhanced Edition = 0.32 millions (~320,000) d'unités vendues
The Witcher 2 (PC) = 0.76 millions (~760,000) d'unités vendues
The Witcher 2 (X360) = 0.44 millions (~440,000) d'unités vendues

 

Et une news de dernière minute en provenance de JV.frCD Projekt (The Witcher 2) : « Les DLC sont un service qui devrait rester gratuit

Au micro du site VG247, un membre de l'équipe de CD Projekt a précisé la conception du DLC pour le studio comme un service qui ne devrait pas être facturé au joueur.

Une fois de plus, le développeur de la série des Witcher s'est illustré par une déclaration mettant l'accent sur l'intérêt des joueurs. S'adressant au site VG247, le membre de l'équipe Konrad Tomaszkiewicz a tranché sans ambages sur la monétarisation des contenus additionnels : elle est pour lui aberrante. « Nous avons toujours considéré les DLC comme un service normal d'après vente, qui ne devrait pas être facturé », explique-t-il
 Pour qu'un contenu additionnel mérite son prix, il faudrait selon lui « qu'ils offrent la même quantité de contenus que les extensions » qui avaient court dans le passé, estime Tomaszkiewicz, qui comprend parfaitement que les joueurs s'offusquent du mauvais rapport qualité/prix de la plupart des DLC actuels. Il est du coup permis d'espérer que CD Projekt ne se détourne pas de sitôt de sa politique de l'honnêteté, dans la droite lignée du gros DLC gratuit publié il y a quelques mois pour The Witcher 2 : Assassins Of Kings : « une manière de dire merci aux joueurs qui ont choisi d'acheter notre jeu plutôt que de le pirater » ajoute Tomaszkiewicz.

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Jeu vidéo (Jeu vidéo)

Et voilà mon tout premier article. Et quoi de mieux que de traiter d'un genre qui me tient à coeur : le « survival horror » ou plus précisément, le genre horreur (oui je fais la distinction j'expliquerais pourquoi ensuite). En même temps on pouvait un peut s'en douter avec le titre de l'article.

 

« Survival horror » ou jeu d'horreur ?

Tout d'abord, petit rappel historique. Le genre « survival horror » n'existait pas jusqu'à la sortie du premier Resident Evil, Capcom ayant « créé » ce nouveau genre de jeu pour décrire son nouveau bébé. Du coup, dire que le « survival horror » est né avec Resident Evil est tout à fait correct. Ce qui n'empêche qu'avant cela il y a eu Alone In The Dark qui était un jeu d'horreur. Et c'est bien là où je fais la distinction.

 

Les séries qui ont popularisés le jeu d'horreur

Pour moi, il y a deux séries qui ont vraiment popularisé le jeu d'horreur : Resident Evil et Silent Hill. Alone In The Dark était là avant certes mais le réel engouement pour le jeu d'horreur n'est apparu qu'avec les deux séries pré-cités.

Le jeu d'horreur s'est alors popularisé et des suites sont bien évidemment apparues, mais aussi d'autres nouvelles IP (Project Zero, Eternal Darkness, Sanitarium, ...).

- Petite parenthèse, je ne cache pas que si j'ai fait mes classes sur Resident Evil premier du nom mais je suis plutôt un fan des Silent Hill, le 2 restant pour moi le top du top encore aujourd'hui. -

 

...et là, c'est le drame

 

Malheureusement, tout a évolué (et pas forcément dans le bon sens).

D'un côté, la Team Silent ne s'occupe plus des Silent Hill depuis le 4è épisode (The Room) et la série ne tarde pas à décliner. A croire que les studios occidentaux auxquels sont confiés les épisodes suivants ont énormément de mal à ne serait-ce qu'atteindre le niveau de folie dont pouvait être capable la Team Silent. Le meilleur épisode non réalisé par la Team Silent restant pour moi le Shattered Memories qui reste honorable. Car à défaut de faire vraiment peur il contient tout de même des séquences d'anthologie et de bonnes idées (comme présenter le jeu sous forme de séance avec un psychologue).

De l'autre, Resident Evil n'est plus (de mon propre avis bien évidemment) un jeu d'horreur depuis le 4è épisode (certains diront le 3 mais je lui trouve personnellement certaines qualités) et le « survival horror » s'est transformé en TPS dont le but est de déglinguer des vagues de centaines de zombies toutes les 5 secondes (qui meurent aussi rapidement qui sont apparus) à coup de lance grenade et avec de plus en plus de fan service à chaque nouvel épisode.

 

 Le « survival horror » (ou faux jeu d'horreur de nos jours) ça fait vendre

Le terme de « survival horror » est maintenant utilisé à toutes les sauces pour se faire plus de brouzoufs. Apparemment, croire que l'on va avoir peur est stimulant et défourailler du zombie à la pelle l'est encore plus. Dans la plupart des jeux dit "d'horreur", l'action prends toujours le pas sur le reste à un moment ou à un autre. A croire que c'est le seul moyen pour attirer le chalant.

Bref pour moi, le jeu d'horreur (le vrai) est en voie d'extinction (à mon grand regret). Espérons que certains titres comme Amnesia : A Machine For Pig qui sort bientôt pourra contenter les fans de vrais jeu d'horreur (nul doute que ce sera le cas s'il est aussi bon que son prédécesseur Amnesia : The Dark Descent) car je doute que le 6ème épisode de Resident Evil effectue un demi-tour pour faire un retour aux sources...

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Édito

 

Prochaines figurines

-----------------------

 

The Seven Deadly Sins - Lucifer the image of pride (Novembre/Décembre 2014)

 

Archives

Favoris