Le Blog foudroyant de Mjoln
Signaler
Dans le rétro

A l'occasion du 25e anniversaire de Zelda, Nintendo sort aujourd'hui, au Japon, un artbook qui retrace l'lhistoire du jeu et de ses personnages principaux. Un artbook qui ne sortira peut-être jamais de l'archipel nippon, à  notre grand dėsarroi...

Heureusement, les p'tits gars de chez historyofhyrule vont nous rattraper le coup, en publiant quelques extraits de la chose. Comme par exemple ces deux pages consacrėes à l'ėvolution graphique de Link. Avouez que ça aurait été dommage de passer à côtė non ?

Voir aussi

Jeux : 
The Legend of Zelda
Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Jeux

C'était quand même un sacré monstre la Game Gear !!!

 

[via Hachimaki]

 

 

Edit : L'image était mal linkée. Problème résolu.

Voir aussi

Plateformes : 
PS Vita
Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Dans le rétro

 

S'il y a bien quelque chose de constant, chez Rockstar, à l'approche d'un nouveau GTA, c'est bien leur talent à mettre l'eau à la bouche avec un premier trailer. La recette est toujours plus ou moins la même : on s'attache plus à nous montrer l'écosystème du jeu, la "vie" dans le jeu, que le gameplay en lui-même. Et dans mon esprit, finalement, c'est aussi ça un GTA, un personnage qui évolue dans un environnement cohérent, dans une ville qui vit par elle-même : des passants qui discutent, de la circulation, des gens qui prennent le métro, ou qui sirotent un verre à la terrasse d'un café...

Voici un petit florilège des trailers qui ont annoncé les principaux GTA depuis le numéro trois. Ça vaut le coup d'oeil. Vous remarquerez peut-être quelques similitudes entre le dernier en date, celui du V, et celui de San Andreas.

 

- GTA III


- GTA Vice City

 

- GTA San Andreas

 

- GTA IV

 

- GTA V

 

Et en parlant de similitudes... Ce ne sont peut-être pas les seules...

 

Bonus : les trailers Xbox, légèrement différents.

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Tu veux mon avis ?

J'écoutais un débat, il y a quelques jours, sur les exclusivités sur console. L'un des intervenants appelait de ses voeux la fin de ces exclus qui empoisonnent la vie des joueurs, obligés d'acheter plusieurs consoles pour pouvoir jouer à tous les jeux. Son interlocuteur, lui, citant l'exemple Nintendo affirmait bec et ongles que jamais, au grand jamais, on ne pourrait imaginer voir Mario débarquer sur une console Microsoft ou Sony...

Eh bien quand je vois le package de la nouvelle console Wii bleue ciel avec Sonic et Mario réunis sur la même boîte, chose inimaginable quelques années en arrière, je me dis que décidément, il ne faut jamais dire jamais !

Voir aussi

Plateformes : 
Wii
Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Dans le rétro

1991-2011 : un putain d'anniversaire...

              

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Dans le rétro

Je l'ignorais. Peut-être que vous aussi... Métal Gear n'est pas né sur la Playstation première du nom, ni sur la NES, mais sur MSX2, en 1987 !


Métal Gear en version 8 bits ! Un truc de dingue ! Et ce n'est pas une blague. Le titre phare de Kojima a en fait fait ses débuts en 1987. Et c'était sur MSX2, une plateforme mi-console mi-ordinateur (née de l'imagination du boss de Microsoft Japon) qui se jouait avec des cartouches. La même année, quelques mois plus tard, il était aussi porté sur la NES au Japon (mais avec de très nombreuses retouches).

Déjà à l'époque, le titre de Konami était tournée vers l'infiltration comme on peut le constater dans cette vidéo.

Et Métal Gear n'est pas le seul à avoir fait ses débuts sur cette machine. On peut aussi citer Bomberman, Puyo Puyo ou encore le génial Shoot'em up Parodius !

Sachez qu'il y a même eu un second épisode sur MSX2 : Métal Gear 2 : Solid Snake. C'était en 1990. Huit ans avant le premier épisode en 3D sur Psone.

 

Bon, maintenant, il faut absolument que j'arrive à me procurer une boîte ! Les Japonais eux, ont eu la chance de pouvoir le télécharger sur la boutique de la wii.

 

Edit : La vache ! 119 euros sur E-bay ! Ouch !

Voir aussi

Jeux : 
Metal Gear
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Dans le rétro

Qu'est ce qui rend une console unique ? Ses jeux ? Son design ? Sans doute, mais pas seulement. il y aussi ces petits écrans d'intros qui apparaissent avant le lancement d'un jeu. De la petite musique midi de la Néo-Géo au piano du méga CD 2, certaines de ces intros ont marqué les mémoires des joueurs. Florilège :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon préféré :

 

 

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
Dans le rétro

Un reportage intéressant avec quelques guest stars :P

Quelqu'un sait à quoi correspond le sigle en haut à droite ? Je n'ai pas trouvé d'info à propos de la chaine sur laquelle le reportage a été diffusé...

1 :

2 :


3 : 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Rétro Mags #

Le Super CD-ROm Super Famicom ! T'en as rêvé ? Nintendo l'a pas fait ! Pourtant, il en a fait salivé des gamins, ce fichu CD-Rom, censé mettre KO le Méga-CD (y en avait-il d'ailleurs vraiment besoin ?), et qui a finalement permis l'avènement d'un nouvel acteur sur le marché des consoles de jeux. Et quel acteur : Sony,  avec sa Playstation. Parfaitement, monsieur. Petite revue de presse via ma collection personnelle.

On se remet dans le contexte. Après la sortie de la mégadrive, Sega s'empresse d'annoncer le Méga-CD, cencé décupler les capacités de la machine. Entre temps sort la Super Nintendo (Super Famicom au Japon), qui met un sacré coup dans la tronche à la marque au hérisson bleu. A l'époque, tout le monde est d'accord, le CD-Rom c'est l'avenir. Alors, Nintendo développe son Méga-CD perso, le "Super-CD Super Famicom". Super nom les mecs.

Pauvre de nous, lecteurs avides de news toutes fraîches et impatients que nous étions de voir les premiers screens des jeux de la bête. Les news se suivent et se succèdent. Mais point de jeu. Point de console à l'horizon, mon bon monsieur. Nib, keutch, que dalle, niet, nada. Par contre, qu'est-ce qu'on en parle ! 

Octobre 91. Joypad. Les premières infos filtrent . Assez vite, on apprend que Nintendo souhaite travailler avec Sony pour fabriquer la bête. Puis au CES de Las Vegas, Nintendo annonce qu'il rompt avec Sony et qu'il travaillera plutôt  avec... Phillips.

Pourtant Sony pourrait sortir sa propre version de la machine, qui regrouperait en une seule console la Super Famicom et son CD-Rom. Elle s'appellerait la... Play Station, . Ah bon ? Mais qu'est-ce que c'est c'pataquès ?

La première image de la Play Station (en deux mots à l'époque) que j'ai pu voir, publiée dans Joypad en octobre 91. On l'a échappé belle hein ?

Mai 92. Joypad.  Quelques infos et deux croquis.  On cause d'animations "Full screen" et de "Polygon 3D".  Cerise sur le gâteau, on nous l'annonce, cash, sans prévenir, pour le 9 janvier 1993. La vache !

 

La "Play Station" à gauche, et le fameux Super CD-rom à droite

Juin 92. Joypad balance un nouveau croquis. Et les premières explications techniques détaillées. Et ça tue.

On nous annonce tout un tas de co-processeurs destinés à soulager la Super Famicom dans certaines de ses tâches, dont certains destinés au calcul "de la 3D vectorielle", on dit comme ça à l'époque.

Septembre 1992. Joypad. En août, Nintendo a fait des annonces ! Le Super CD-Rom sera finalement 32 bits ! Merde  alors ! Bein oui, Sega a déjà annoncé qu'il planchait sur une 32 bits. Faudrait voir à pas déconner. Le porte-parole de Nintendo déclare que "Sega va être pulvérisé", rapporte Joypad... C'est plus de la rigolade.

Novembre 92. Joypad. Dans un télex, le magazine annonce que finalement, Nintendo a passé un accord avec Sony pour la réalisation du CD-Rom. Accord qui remet en cause le précédent avec Phillips. Pour autant l'un et l'autre sortiraient quand même leur propre machine, comme prévu. La Playstation pour Sony, et un pour phillips un CD rom compatible à la fois avec la Super Famicom et son CD-I (sa pseudo console de l'époque).  On se retrouverait donc avec trois machines... Un vrai bordel...

Mars 93. Joypad. Nouveau croquis. Nouveau nom. On parle maintenant du CD-rom Adapter. De quoi qu'on parle dans le texte ? Du fameux co-processeur 32 bits et de 3D temps réel. Et d'un prix : 1000 francs. 150 euros quoi... Un truc de dingue ! Ah, et ça doit sortir fin 93. Mouai, on connait la chanson.

Octobre 93. Console +. Patatras ! Je prends la Une de Console + en pleine tronche. Après deux ans d'attente, mon Super CD-Rom ne verra finalement pas le jour. Nintendo vient  de faire une annonce au Tokyo Game Show : le projet a été modifié, on passe en 64 bits direct ! Hein ? En 64 bits ? Bein merde ! Alors que les consoles 32 bits de Sega et de Nintendo n'ont pas encore été réellement présentées au public ! (la Psone sortira en décembre 1994, quelques jours après la Saturn). L'annonce fait l'effet d'une bombe. D'autant que Nintendo précise qu'il travaille avec la technologie de la société américaine Silicon Graphics. Console + explique que ce sont des "stations" Silicon Graphics qui ont permis la réalisation des effets spéciaux de Terminator 2. J'hallucine complètement devant les trois pages consacrée à l'annonce.

Mais le magazine prévient que la console n'est pas prévue avant fin 95. Argl. Si loin ? A l'époque, la console porte le nom de code "Project Reality". Il deviendra ensuite Ultra 64 avant de devenir définitivement Nintendo 64 pour sa commercialisation. On ne sait pas encore que Nintendo préférera finalement conserver le support cartouche plutôt que le CD-Rom.  Damned.

Le 23 juin 1996 après avoir été retardée de nombreuses fois, la Nintendo 64 finit par sortir. A cette époque, je joue depuis longtemps avec ma Saturn, et Sega commence à évoquer un certain projet "Dural", un nom de code qui n'est autre que celui de la Dreamcast (paix à son âme).

Il faudra attendre 2001 et la sortie de la Gamecube pour insérer un CD-Rom dans une console Nintendo...

La couv' qui tue !

 

Les Rétro-mags précédents : 

#3 : Un dernier VR pour la route 

#2 : AHL + Destroy

#1 : Trazom : Origines

#0 : La genèse

Voir aussi

Sociétés : 
Nintendo, Sony Corporation
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Rétro Mags #

Kinect machin, Kinect truc, Move par-ci, Move par-là,  la wiimote, le nunshuk,  tu crois que c'est révolutionnaire toi, tout ça ? Bien sûr que non lecteur, je te sais moins naïf que cela.

Et tu as bien raison. regarde attentivement ça :

Tu sais ce que c'est ça ? Je vais te le dire : c'est l'Activator (en même temps, c'est écrit dessus). Un des deux accessoires "révolutionnaires" (tu remarqueras l'emploi des guillements ici)  présentés au CES (Consumer Electronic Show, ça veut dire)  de Las Vegas de 1993. Un truc de dingue j'te dis.

En France, on a découvert ça dans le Joypad n°17, un numéro à la couverture d'anthologie. Tu vas comprendre pourquoi dans quelques lignes, si tu t'arrêtes pas avant. Mais t'aurais quand même bien tort. Enfin, j'dis ça, j'dis rien. Console + en avait aussi dit quelques mots à la même époque.

Premier accessoire, donc, l'Activator. Autant le dire tout de suite, Microsoft et son Kinect peuvent aller se rhabiller. La bestiole est en fait un genre d'octogone posé sur le sol. Lequel envoie des rayons infrarouges à la verticale. Ne me demande pas comment, mais le bousin semblait capable de repérer où et à quelle hauteur le laser était coupé. Application directe : en attribuant telle hauteur et tel endroit de l'octogone à tel bouton de la mégadrive (A, B ou C donc) ou même à une direction, on pouvait se mettre à jouer par de simples mouvements. Pas con !

Chez Joypad, à l'époque, on nous dit (le "on" étant à attribuer, au choix, à AHL ou à Destroy, va savoir) que le système est impressionnant, surtout, et on le comprend, pour des jeux de baston :

"Un jeu de baston comme Street of Rage 2 prend toute sa dimension avec l'Activator"On veut bien le croire. Bon, le coup de pied sauté est peut-être un peu too much, mais le concept a l'air amusant. Cependant, à ma connaissance, il n'a pas fait le carton commercial espéré.

Mais en fait, cet accessoire semblait bien peu de chose comparé à l'autre info ramenée de ce fameux CES de Las Vegas par nos valeureux journalistes français. Le truc le plus excitant pour les joueurs que nous étions, c'était ça :

Tu vois ce que je vois ? Un casque de réalité virtuelle, lecteur. UN CASQUE DE REALITE VIRTUELLE !!! Le rêve de tous les gamins de l'époque. Le Saint-Graal du jeu video. Le système pour lequel on avait claqué tous nos pennies à la méga-salle d'arcade de Picadilly Circus pendant le voyage scolaire à Londres ! Et ça, on l'aurait à la maison ? Branché sur une mégadrive ? Vrai de vrai ? Un truc de dingue, j'te dis. 

Le truc a l'air sérieux, d'autant qu'il est présenté par Sega of America, itself.  Son petit nom ? Le Sega VR. En rassemblant les infos de Joypad et de Console +, on arrive à se faire une idée précise de la chose.  On l'annonce à 1200 francs (200 dollars à l'époque) et on le dit déjà agrémenté de quatre jeux utilisant peu ou prou la technique de Virtua Racing.  A l'intérieur de la bète, on nous parle même de deux écrans couleurs LCD capables d'afficher des effets de 3D stéréoscopique. Le tout fixé par des lanières. Impeccable pour que les yeux de Julo ne "décrochent" pas pendant qu'il joue. La promesse : tu te déplaces et tu déclenches des actions au joypad pendant que la vision que tu as dans le jeu s'adapte aux différents mouvements de la tête. La REALITE VIRTUELLE quoi  ! 

Tu connais la fin de l'histoire, lecteur. Regarde autour de toi. La réalité virtuelle n'a pas franchement explosé au cours de ces vingt dernières années. Enfin, pas au sens où on l'entendait à l'époque, avec le casque et tout le bazar. La promesse de Sega n'a pas été tenue. Je suis un peu colère. Ou plutôt, je suis un peu déçu. Mais l'espoir est toujours permis ! Un jour peut-être, Sega ressortira son projet du placard pour fabriquer la console ultime à base de réalité virtuelle. Ou pas.

La couv' qui tue :

Les Rétro-mags : 

#4 : Super CD-rom Super Famicom, chronique d'un destin funeste à base de Play Station

#3 : Un dernier VR pour la route 

#2 : AHL + Destroy

#1 : Trazom : Origines

#0 : La genèse

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Le Blog foudroyant de Mjoln

Par Mjoln Blog créé le 11/06/10 Mis à jour le 13/10/13 à 03h02

Ajouter aux favoris

Édito

Journaliste, la trentaine bien entamée, j'ai débuté mon aventure dans les jeux vidéos en me tuant les pouces sur Bombjack et en flinguant mes premiers joysticks sur Crazy Cars II sur Amstrad CPC. Et puis y a eu ma première console, une master system, et toutes celles qui ont suivi... Sur mes vieilles étagères on trouve des Tilt pas loin de mes Canard PC. Et des vieux cahiers plein de de coupures éhontées ( (c) J'M destroy )  de Player  One, du cahier consoles de Joystick et de Consoles +, années 90, of course.

Archives

Favoris