Rêve du Rivage

Rêve du Rivage

Par Migaru Blog créé le 07/02/11 Mis à jour le 01/08/19 à 19h55

Ici sur le rivage, vous venez d'échouer. Auriez-vous donc fait un clic de trop, lorsque vous naviguiez sur les flots tumultueux de ce vaste océan qu'on nomme l'Internet ? Mais puisque vous êtes là, détendez-vous, et profitez des divagations que pourraient déposer ici quelques vagues fantasmées.

Ajouter aux favoris

Catégorie : MMO

Signaler
MMO (Jeu vidéo)


Dans le monde du MMORPG, nombreux sont les désagréments qui peuvent venir gâcher une expérience de jeu, entre serveurs inaccessibles, latences virulentes, ou rollbacks de la mort. Tout celà semble bien futile désormais lorsque l'on découvre ce qui est arrivé aux joueurs coréens et japonais du très méconnu M2, qui, à la suite d'une erreur invraisemblable, ont vu leur passe-temps disparaître à tout jamais.

L'incident est survenu le 21 Octobre 2011. Alors qu'une maintenance était en cours, dans le but de réparer une erreur critique survenue plus tôt, des données visiblement très importantes sont endommagées et rendent le dit MMO complètement inutilisable. On pourrait croire qu'il s'agit là d'une erreur irréversible, mais ces incidents ne sont pas rares pour un MMO. Aussi existe t-il généralement une sauvegarde de données plus ancienne pour restaurer le jeu en bon état.

Hélas pour la firme Sankando, développeur nippon de M2, ainsi que pour le portail Hangame qui publiait le jeu, aucune sauvegarde ne sera retrouvée, entraînant la fin pure, simple et brutale du MMO. Autant dire qu'annoncer cette nouvelle à leurs joueurs a dû s'avérer des plus humiliants, même si l'on peut s'interroger sur la véracité de l'explication tant cette inexistence de sauvegarde parait louche.

Toujours est-il que pour tous ces joueurs qui leur accordaient leur confiance, ce sont des dizaines, des centaines voire des milliers d'heures de jeu qui partent en fumée du jour au lendemain, sans compter tout l'argent dépensé en avantages premium. Et ça mes amis, ça doit faire bien plus mal qu'un petit rollback d'un ou deux mois.

Source : Kotaku

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
MMO (Jeu vidéo)

Je ne sais pas vous, mais moi, je ne supporte plus tous ces MMORPGs fades et insipides qui usent et abusent de codes aussi archaïques que sur-exploités. De ce fait, j'aime farfouiller dans les méandres obscurs du web pour y dénicher quelques trésors d'originalité peu couteux, dont fait partie le jeu qui nous intéresse aujourd'hui...


Savez-vous ce qu'est un MMOSHMUP ? Non, ce n'est ni un mot en désordre, ni le bruit que je fais en éternuant, mais bien un Shoot'em Up jouable massivement en ligne ! Valkyrie Sky est à ce titre l'inventeur et, à ce jour, l'unique représentant du genre que l'on doit aux coréens de Yolim Communications. Mais sans plus tarder, rentrons dans le vif du sujet.

Il faut bien distinguer deux phases de jeu :
- Une phase en 3D traditionnelle, dans laquelle le joueur se déplace soit vers des donjons, soit vers des villes, le tout en survolant la mappemonde d'un point à l'autre. Les villes sont classiques et servent surtout de point de ravitaillement (objets, équipement, quêtes...) ou de point d'accès à certaines activités annexes (la pêche, notamment). Les donjons se résument quant à eux à une petite salle, à partir de laquelle on peut accéder aux fameuses instances ou pratiquer une autre activité annexe, la cuisine. A noter aussi une barre de stamina, qui s'épuise à chaque entrée dans une phase de shoot.

- Les phases de shoot instanciées en scrolling vertical, donc. Chaque donjon propose 4 stages simples + un boss à la fin du 5e, qu'il est possible d'effectuer avec trois autres joueurs. Pas de HP ici, chaque collision avec un projectile adverse soustrait une vie sur un nombre variable, en général 2 ou 3.

       

Si la première n'a rien de révolutionnaire, la seconde constitue tout le sel de ce MMO. En effet, il est possible de lancer des parties à quatre sur le même tableau, ce qui peut paraître un peu bordélique au début mais terriblement fun. De plus, notez bien qu'il ne s'agit pas là de laisser une simple touche appuyée en se contentant d'esquiver les quelques projectiles à l'écran, car le gameplay se veut plus technique que ça.

Chacune des 4 classes disponibles possède ainsi sa propre manière de jouer : la Swordsman a la possibilité de repousser la plupart des balles d'un coup d'épée, le Magician peut verrouiller plusieurs cibles en même temps, la Summoner invoque une créature qui la soutient, et le Bowman possède une portée et une vitesse d'attaque inégalées. Là-dessus viennent s'ajouter trois sous-classes et les skills qui leur sont propres, sachant que l'on peut switcher entre chaque sous-classe une fois passé un certain niveau, tout en gardant les skills déjà appris. Autant dire que les possibilités ne manquent pas, surtout que chaque level-up demande une répartition manuelle des points de stats. Une richesse que j'ai bien appréciée, malgré quelques mauvais choix irréversibles ne pouvant être rattrapées que par Cash Shop.

Pour finir, l'univers du jeu est très inspiré par les mythes nordiques, ce qui change du traditionnel Médiéval-fantastique. Un mot aussi sur le PvP, qui propose un gameplay affranchi du style unidirectionnel rappelant notamment FireFight. Les musiques, de qualité, sont quant à elles signées par dBu, un artiste doujin (ou amateur) qui s'est notamment fait connaître pour ses arrangements des musiques de Touhou, série de shoots amateurs qui semble d'ailleurs avoir inspiré Valkyrie Sky pour quelques mécaniques de gameplay. Un mélange étonnant qui ne fait qu'accentuer la particularité du soft.

Hélas, je ne vous ai pas encore parlé des points négatifs. Et là, figurez-vous qu'il y en a un immense, pour ne pas dire insurmontable... C'est d'ailleurs pour ça que je rédige cet article.
Je vous laisse comprendre par vous-même : ici et/ou ici.

Eh oui, désolé pour la mauvaise surprise mais le jeu a fermé ses portes en décembre dernier. Clairement, le jeu n'était pas parfait et n'avait pas le don d'attirer les foules, mais je déplore sincèrement qu'une telle prise de risques n'ait pas été mieux récompensée. L'innovation a t-elle sa place dans le monde du MMO ? C'est en tout cas la question que je me pose depuis quelques temps.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
MMO (Jeu vidéo)

 

Parlons bien, parlons MMO. Loin des blockbusters du genre qu'on ne présente plus, Metal Assault est un petit jeu fort sympathique que je me propose, à travers ce petit article, de vous présenter brièvement.

Disponible sur le portail américain d'Aeria Games, Metal Assault est ce qui s'appelle un Run and Gun Shooter en vue de côté, agrémenté d'une jolie 2D qui n'est pas sans rappeler la série Metal Slug. Le principe est simple, tirer sur tout ce qui bouge à l'aide d'un arsenal varié, allant du petit pistolet au gros rocket-launcher, sans oublier shotguns, rifles et sniper rifles, le tout dans une diversité de modes de jeux. Ainsi retrouve t-on les traditionnels Deathmatchs, Team Deathmatchs, Capture the Camp, auxquels viennent s'ajouter des missions en solo ou en co-opération, ainsi qu'un mode "zombies" qui me rappelle parfois Left 4 Dead.

Vous laissant le choix entre 4 personnages prédéfinis aux caractéristiques propres (polyvalence, tank, sniper et support) qu'il est toutefois possible de customiser un chouïa, le jeu tente d'insérer quelques codes propres au MMORPG à travers un système de quêtes plus que facultatif, et une évolution sous forme d'expérience où les niveaux sont ici remplacés par des grades. Honnêtement, à part pour upgrader son armement de façon minimaliste, l'intérêt n'en est que superficiel. Ainsi ai-je rapidement décidé de quitter la seule et unique ville du jeu pour aller en découdre dans les instances.

Premier constat, le gameplay est plutôt bien pensé, intuitif. En plus de l'armement standard, il est également possible d'utiliser toute sorte d'artillerie lourde disséminée sur le champ de bataille: un canon longue distance capable d'envoyer un obus dévastateur sur une zone, un petit mécanoïde bipède capable de bonds prodigieux, un tank sur-armé qui peut se conduire à plusieurs (maniabilité pourrie en solo), et même un hélicoptère pour survoler le champ de bataille ! Bref, les parties s'enchaînent très facilement, le fun est immédiat.

Hélas, passées les premières heures, quelques points négatifs ressortent. D'une part, le jeu est encore en bêta-test, donc il n'est pas rare de croiser quelques bugs. D'autre part, les bots et autres hackers s'en donnent à coeur joie pour exploiter ces failles, si bien qu'il arrive également de croiser certains joueurs invincibles. Dans un autre registre, l'équilibrage des armes n'est pas tout à fait au point, le pistolet ne sert strictement à rien tandis que le rifle est un peu trop puissant, je trouve. Last but not least, les missions sont assez courtes et rébarbatives. Elles ne sont pas indispensables, mais leur intérêt reste limité.

Heureusement, le mode zombie est plutôt sympa bien que classique; il ne s'agit rien de plus que d'exterminer des hordes de zombies pour protéger un camp, ou pour rallier le toit d'un immeuble. Mais ça fait toujours du bien de dégommer de la chair putride.

En résumé, Metal Assault est un jeu très divertissant, qui a le mérite de proposer un large panel de possibilités, tant au niveau du gameplay que des divers modes de jeux. Même s'il s'avère un peu lassant à force, il serait dommage de ne pas s'y essayer vu le faible poids du jeu, son peu d'exigence matérielle et surtout sa gratuité.



 

Voir aussi

Sociétés : 
Aeria Games
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Édito

Archives

Favoris