Rêve du Rivage

Rêve du Rivage

Par Migaru Blog créé le 07/02/11 Mis à jour le 02/02/17 à 20h30

Ici sur le rivage, vous venez d'échouer. Auriez-vous donc fait un clic de trop, lorsque vous naviguiez sur les flots tumultueux de ce vaste océan qu'on nomme l'Internet ? Mais puisque vous êtes là, détendez-vous, et profitez des divagations que pourraient déposer ici quelques vagues fantasmées.

Ajouter aux favoris
Signaler
RPG (Jeu vidéo)

Qu'il est difficile de terminer un jeu, parfois. Ça l'est d'autant plus lorsque le jeu en question fait partie de cette catégorie si chronophage et avide d'implication qu'est souvent le RPG. Les premières heures sont rarement déplaisantes, on découvre le monde, l'histoire, le système de jeu. Mais il arrive qu'ensuite, un vide dans la progression nous freine. D'un coup, on s'ennuie, on part dans tous les coins sans savoir pourquoi, ou simplement est-on pris d'une lassitude globale. Constatant cela, on guette le prochain point de sauvegarde, on pose la manette, puis on éteint la console, sans oublier de remettre ce disque d'ennui dans son petit boîtier douillet.
Mais à peine l'avons nous rangé sur la plus proche étagère, que d'amers regrets nous hantent déjà l'esprit...

 

Ce schéma classique, je ne l'ai pas connu qu'une seule fois pour Chrono Cross, ce RPG si singulier imprégné du label Squaresoft. Pour tout vous dire il m'aura fallu presque dix ans pour enfin voir une de mes nombreuses parties menée à son terme. Car si le jeu est difficile à terminer, ce n'est pas à cause de quelque adversaire redoutable ou d'une énigme insolvable, c'est en majeure partie dû à une narration irrégulière et à quelques lourdeurs dans les phases de jeu. Ainsi n'ai-je jamais eu le courage de passer le premier tiers du jeu si rédhibitoire en ce sens, malgré un revirement scénaristique pour le moins étonnant.

 

Bien sûr, j'aurais pu simplement abandonner et ne jamais y revenir. Après tout, pourquoi tant d'acharnement sur un simple RPG qui peine à me plaire ? Avoir entre-temps goûté puis dévoré Chrono Trigger, sa préquelle, est peut-être une infime partie de la réponse. Ressentir un besoin moral de terminer ce que beaucoup dépeignent comme un chef d'oeuvre en est une autre. Mais la véritable raison n'est due qu'au talent immense d'un seul homme, qui signe là, à mon sens, l'OST le plus envoutant qu'il m'ait jamais été donné d'entendre. Cet homme, c'est Yasunori Mitsuda, et c'est grâce à lui si j'ai enfin pu me délecter de toutes les richesses que Chrono Cross détient au fond de sa besace.

 

La musique dans un RPG est, selon moi, un amplificateur servant à faire ressortir la quintessence des émotions véhiculées durant le jeu, plus que dans n'importe quel autre genre. J'ai longtemps écouté l'OST de Chrono Cross à part, sans être capable d'associer à certaines pistes, pourtant déjà magnifiques, les scènes ou images fortes que je n'avais jamais vues. Autant vous dire qu'après avoir comblé ce manque, j'ai pris quelques claques bien senties dans la face, si bien qu'une mélodie comme "People Seized with Life" me donne l'impression de la redécouvrir sous un autre angle.

Cette corrélation est donc plus qu'importante, elle est cruciale. Malgré ça, je me sentirais mal de ne pas vous faire profiter de quelques unes de ces pistes, alors voici un petit cadeau.

Toutefois, un amplificateur dépend de ce qui va être amplifié. Le néant amplifié sera toujours le néant, la faiblesse n'en sera que moins faible. Mais tout dans Chrono Cross n'est pas qu'histoire de musique, il serait réducteur de penser cela. Car si les oreilles ont de quoi être émerveillées, que dire des yeux ? Les décors intégralement en 2D sur lesquels on évolue sont d'une beauté rarissime, de véritables peintures aux ambiances diverses et aux couleurs chaleureuses, riches et variées. On a parfois l'impression de voyager dans un petit coin de paradis, où la nature règne en maîtresse absolue.

 

Mais là où Chrono Cross se montre également bluffant, c'est dans son scénario beaucoup plus complexe et profond que ce qu'il laisse paraître pendant, hélas, trop longtemps. Pourtant, la construction de l'intrigue dès les deux premières heures s'avère intéressante, et ne manque pas de dérouter le joueur dans le bon sens du terme. Mais passées ces quelques promesses alléchantes, l'intérêt retombe bien vite lorsque l'on est amené à infiltrer le Manoir Viper, qui s'avère être une expérience aussi éprouvante que lassante. S'ensuit presque un véritable chemin de croix pour finalement arriver à un nouveau temps fort, au bout de 10-15H. Hélas, le peu d'indications qui nous est donné par la suite a souvent été le coup de grâce qui achevait de me décourager, si bien que je n'avais jamais dépassé de plus d'une ou deux heures ce passage du jeu, avant ces dernières semaines de bravoure. Sans vouloir spoiler, la découverte de la Mer Morte (Dead Sea en version américaine) est un véritable tournant dans le jeu, si bien que l'on commence enfin à apercevoir toute l'immensité de ce qui nous attend, ainsi que les liens avec Chrono Trigger. Arrivé là, je jetais un oeil au nombre d'heures jouées. Presque 20 heures. Quel dommage d'attendre si longtemps, mais bon sang, ça en valait la peine ! Les 15 heures qui suivirent furent un immense régal, conclues par une superbe fin et un dernier récital du maître Mistuda, un thème chanté d'une extrême beauté, qui justifie d'ailleurs à lui seul l'achat de l'OST.

 

 

Il me reste un aspect à aborder, bien entendu celui du système de jeu. Et c'est là que le bât blesse. D'une complexité parfois inutile malgré une profondeur intéressante, le maîtriser pleinement demande du temps et se montre rédhibitoire lorsqu'il s'agit d'enchaîner les affrontements. On attaque, on utilise quelques éléments, mais on a la désagréable sensation de ne pas tout comprendre. Et le comble, c'est que la seule piste vraiment ratée de cet OST... c'est justement la musique de combat ! Ou plus précisément, celle des combats standards, les autres étant plus faciles à écouter. Le comble du comble, c'est forcément qu'on l'entend plus souvent que n'importe quelle autre piste, s'écoutant telle une succession de fausses notes dans une symphonie parfaite.

 

Fort heureusement, il est possible d'éviter ses combats, qui d'ailleurs ne rapportent pas même un seul point d'expérience, la progression se faisant en affrontant les boss obligatoires du jeu. Les ennemis apparaissent en effet à l'écran ce qui permet de les contourner, et on ne remerciera jamais assez Squaresoft de ne pas nous avoir infligé des combats aléatoires tous les trois pas. Combattre ces adversaires facultatifs ne présente donc que peu d'intérêt, si ce n'est remplir un peu le porte-monnaie et récupérer quelques faibles bonus aléatoires tels que PV+1. Il faut cependant reconnaître que les affrontements contre les boss s'avèrent relativement plus intéressants, nécessitant un usage plus stratégique des éléments de gameplay. Mais ce ne ne sont là que quelques goûtes d'eau dans une mare de boue, elle-même perdue dans un océan de merveilles.

 

Doté d'une patte artistique unique, d'une bande-son d'exception et d'un scénario pantagruélique bien que difficile d'accès, Chrono Cross est un RPG qui s'apprécie à l'émotion, et non pas pour son gameplay exigeant. S'il partage bien des liens avec Chrono Trigger, il serait toutefois dommage de chercher à le comparer avec son illustre aîné, tant ces deux jeux sont marqués de qualités différentes mais tout aussi appréciables. Le 28 Juin 2011 restera une date que je ne suis pas près d'oublier, car c'est en ce jour si ensoleillé qu'un simple mot aura mis un terme à une décennie de galères. Un mot de trois lettres que je vous laisse deviner...

 

Et vous, avez-vous déjà mis plusieurs années pour terminer un jeu ?

Voir aussi

Jeux : 
Chrono Cross
Ajouter à mes favoris Commenter (10)

Commentaires

Waldotarie
Signaler
Waldotarie
Alors en fait, quand j'abandonne (pour raisons diverses et avariées), je ne trouve jamais le courage d'y retourner. Donc du coup, je n'ai jamais fini un FF, ou Seiken Dentestsu III. C'est ballot.
Donc j'admire ton courage et ta grande probité. (probité en quoi, je ne sais pas, mais ça sonnait bien !! :P)
Kurokami
Signaler
Kurokami
Mettre autant de temps pour finir un jeu ? Peut-être pas 10 ans mais je possède Dragon Quest 8 depuis mes 16 ans et je ne l'ai toujours pas achevé. Je pourrai le faire, étant donné que j'en suis au combat final, mais étant un grand fan des quêtes annexes et souhaitant avoir une équipe surboostée, je perd du temps à faire du leveling sur la Colline des vents hurlants. Au final, je n'ai pas touché au jeu depuis 3 bonnes années. Quoiqu'il en soit, ce jeu n'est pas le seul, je possède une énorme quantité de jeux achetés depuis mon arrivée à la fac (il y a 5 ans) et qui attendent que je les termine, ou pire ... que je les commence. Et bien évidemment, la grande partie de ces jeux sont des RPG ^^
jahiro
Signaler
jahiro
merci pour ce post très intéressant. J'ai eu le même problème avec certains RPG... mais en général quand je lâche c'est pour de bon.
J4ai commencé 3 ou 4 fois, FF12 rien à faire je lache entre 10 et 15H de jeu. J'ai terriblement envie d'avancer, mais il y a un terrible creux narratif et le système d’évolution m'agace prodigieusement. FF13 m'a fait cet effet mais alors celui là ca m’étonnerait que j'y retouche.
Migaru
Signaler
Migaru
Ah, les SMT... J'espère avoir un jour l'occasion (ou plutôt le temps) de m'y essayer, on m'en dit beaucoup de bien.
Merci PapyMandarine et Malec, ça fait plaisir d'être plaisant :)

#-AtantoinE-
Radical Dreamers c'est aussi le nom d'un jeu obscur lié à la série des Chrono, une sorte d'ébauche de ce que devait être plus tard Chrono Cross. Mais la musique dont tu parles, c'est justement le thème chanté dont je parlais, elle s'entend pendant le générique de fin.

#Sirocco
Tout à fait, ce n'est pas le meilleur RPG ever, mais il excelle dans des biens des domaines.
-AtantoinE-
Signaler
-AtantoinE-
Ah okay, ben merci pour les précisions, Sirocco !
Sirocco
Signaler
Sirocco
@antoine
Peut-être tout simplement de Radical Dreamers, un audio novel sorti au Japon qui raconte le début de Chrono ( remake de cette novel justement ).

@Migaru
Mec, je t'aime. Enfin une personne qui pense exactement la même chose que moi à propose de Chrono Cross. Musiques sublimes, ambiance extraordinaire, graphismes magnifiques...
Mais système de combat emmerdant 90% du temps, longueurs dans la narration ( les niveaux du volcan et du marais ont failli avoir ma peau... ).

Bref, certains le considèrent comme culte et il y a de quoi, mais il n'est clairement pas une référence du genre. Ceux qui le érigent en best rpg ever me font dresser les cheveux sur le crâne.
Malec
Signaler
Malec
Excellent ton article & très plaisant à lire ! malheureusement je n'ai jamais pu y toucher.. un jour peut-être. :)
-AtantoinE-
Signaler
-AtantoinE-
Oui, personnellement, en général, je mets environ 1 an à finir chaque Final Fantasy. On commence le jeu, un peu surexcité, et puis une espèce de routine s'installe et le moindre obstacle (répétitivité, difficulté...) peut nous faire décrocher complétement. J'ai souvent lâché un FF pendant 6, 7 mois voire plus, avant de le reprendre et de le finir. Mais je ne me vois pas le laisser en plan et je me promets de voir la fin. Et comme tu l'as dit, ça ne le fait qu'avec les RPG. :P)

Quant aux musiques, je n'ai jamais posé les mains sur Chrono Cross, mais elles sont en effet sublimes. Ma favorite d'entre toutes étant celle-ci, Radical Dreamers :



Mais je ne crois pas qu'elle vienne de Chrono Cross lui-même. J'ai l'impression qu'elle vient d'un jeu assez obscur, annexe à Chrono Cross, mais je n'arrive pas à savoir ce qu'il en est... Quelqu'un en saurait quelque chose?
PapyMandarine
Signaler
PapyMandarine
Article plaisant à lire:) pour l'un de mes jeux "culte!" <3
carlos-van-tairun
Signaler
carlos-van-tairun
Sympa ton post/article, pour ma part il m'aura fallut 3 ans pour terminer shin megami tensei: lucifer's call. j ai recommencé le jeu au moins 5 fois (à cause des divers déménagement et des exams) mais j'ai eu raison de m'acharner car il fait parti de mes meilleur souvenir de joueur.

Édito

Archives

Favoris