Le blog de ton pote Maxou

Le blog de ton pote Maxou

Par Max Blog créé le 13/12/09 Mis à jour le 27/03/11 à 22h32

"C'est vraiment très intéressant..." (Vladimir P.) /// "Une belle promotion de la démocratie." (Barack O.) /// "Ecoutez, j'y ai abonné ma femme direct !" (Nicolas S.) /// "Un mec de gauche m'a dit qu'il fait un tabac à la Havane." (Hugo C.) /// "Je suis déjà mort, mais je le lis encore !" (Omar B.)

Ajouter aux favoris
Signaler
  • street fighter III 2nd impact : giant attack [arcade] : après avoir lancé le jeu pour vérifier je ne sais quoi, j'ai pas pu m'empêcher d'exprimer pleinement mon ken, jusqu'à buter sur elena et ses jambes dôtées du don d'ubiquité.
  • soulcalibur IV [xbox360] : historique de la commande de ce jeu... au début du mois, je trouve les meilleurs prix sur 2xMoinsCher et PriceMinister, vers 13€. TROP CHER!! alors, je tortille du fion pendant deux jours, ayant acheté en plus quand même beaucoup de jeux ces derniers temps. finalement j'ai un coup de drummondite aiguë (dangereusement fréquente ces derniers temps), et je vais pour prendre la meilleure offre. un coup de F5 sur la page... tout est parti, premier prix a 27€. PriceMinister, même combat. la rage. pendant une semaine je laisse les onglets ouverts et refresh tel un stalker, pour ne voir que des nouvelles annonces opportunistes à 27€, un bozo baisse quand même son épave à 20€, mais ça part toujours pas. je lâche l'affaire. trois jours plus tard je jette un coup d'oeil, et là, du mieux: des annonces vers 15~17€. quand même BEAUCOUP TROP CHER!! puis le mardi à 1h du matin, je fais un F5 plein de blazitude. et voilà un "comme neuf" sur PriceMinister, pour "seulement" 13€. et là après une brève irréflexion, je me dépèche de lâcher l'oseille, grillant les 60 connards qui sont prevenus par mail des annonces sur ce jeu! et l'impression de faire l'affaire du siècle. un bel exemple en acceléré d'application sur les esprits d'une pénurie. bref une semaine plus tard je reçois le jeu, pas du tout comme neuf, mais osef, trop envie de doser! bref moi qui craignait des problèmes d'adaptation au HRAP après 10 ans de kilik à la manette, au final je suis quasi aussi bon. le métier rentrerait-il après six mois de stick arcade? à part ça j'ai unlock tous les persos, notamment le putain d'apprenti craqué, en ayant dû finir le mode arcade avec yoda (ma technique? choppe > choppe > choppe > choppe > choppe... ad nauseam) ce que j'avais déjà fait chez mon pote. quant à dark vador, faut sortir encore 5€. bon heu... ouais, bah dans bien longtemps, dans une galaxie très lointaine. sinon, le mode story même s'il est assez cours, est presque TOUJOURS pareil, donc franchement lassant.
  • soulcalibur [xbox360] : jouer au 4 m'a donné envie de revoir le 1 (officiellement, histoire de constater l'évolution), comme j'ai conservé la démo du portage XBLA, j'ai pu kiffer un peu, en mode plaisir simple. et encore pleurer de pas avoir pu racheter la dreamcast de mon meilleur pote à l'époque. même si le portage est assez crade (surtout sur une TV SD en mode 16/9 bandes noires), rien que pour le HRAP j'aurais presque envie de me le prendre là... ahhh... le premier soulca, ma frustration éternelle.
  • picross DS [nintendoDS] : dépassant mes craintes, je me suis mis sur les premiers tableaux à 20x20 cases, qui sont en fait assez faciles, malgré les nouveaux repères à avoir, vu que les premières cases révèlables sont sur les bords (seuls les vrais savent).
  • picross 3D [nintendoDS] : même principe que picross DS, mais pour "sculpter" des trucs (d'où le "3D". comment ça, vous vous en doutiez?). plus complexe a prendre en main donc (le tutorial m'a quasiment pris 2h), mais le concept est là aussi très addictif. en revanche l'habillage du jeu est tout à fait hideux dans un style délavé mais très gamin, et l'interface assez lourde hors gameplay.
  • dead or alive 4 [xbox360] : quelques heures de jeu avec mon HRAP EX tout neuf afin de débloquer des persos et costumes. je me suis aussi mis sur le training, avec les exercices, qui consistent simplement à réussir tous les coups d'un perso pour débloquer sa voix comme speaker. même si je laisse toujours la voix canonique de DOA1, c'était surtout l'occasion de découvrir quelques persos que j'avais jamais pris, comme eliot le gamin blond ou son maitre le vieux gen-fu qui s'avèrent très intéressants. je me suis acharné aussi sur hayabusa, avec ses enchainement de choppes contrées à base de demi tour de stick enchainé sur trois quart, sur des timing aussi serrés que ma ceinture après 6 mois de crise crohnique, mdr. en parlant de contres, j'ai aussi enfin pigé leur fonctionnement, même si c'est toujours difficile de punir le CPU qui lui en abuse en mode machine, quand j'arrive à en placer un, le léger rictus de satisfecit est de rigueur.
  • FIFA 11 [xbox360] : un match sous haute tension à deux contre le CPU, un arsenal / glasgow rangers anodin qui s'est fini en retournement de situation en prolongations et par un 4-3. je sais pas si c'est le fait de jouer dans la même équipe (et moi d'avoir oublié mes lunettes et jouer à 3 mètre de l'écran <:o]), mais la défense était quasi inexistante et le gardien avait oublié ses gants à velcro, du coup après avoir mené 2-0, on se fait rejoindre. début des prolong' on se prend un but. c'est moche. mais à 5 minutes de la fin, égalisation. puis victoire à la dernière minute. émotion TToTT vive le porc sur antenne 2!!
  • deadly premonition [xbox360] : jeu reçu dans la semaine, je n'ai eu le temps que d'y jouer 20 minutes. mais quelles 20 minutes. toujours friand d'expériences ludonumériques bizarres, l'aura de ce shenmue-gta-survival a fini par me convaincre qu'il me fallait y jouer. lors de l'intro anxiogène où un grand père et deux petits jumeaux qui s'amusent avec une coccinelle tombent sur une meuf à poil super décédée attachée à un arbre, le héros, un BG du FBI se ramène en caisse sous la pluie à fond les ballons, mais se retrouve perdu dans la forêt après un accident lié à une hallucination (ou pas?). mais déjà dans sa caisse FBIman parait grave dérangé, il parle à quelqu'un (en "machant" sa clope), mais il est tout seul! et puis visuellement c'est incroyable, comme un patchwork du panel graphique déployé de la dreamcast jusqu'à nos jours, comme un jeu commencé il y a 10 ans par une équipe d'une personne, et qui a fini par sortir 3 générations plus tard. une fois que le contrôle nous est donné, là aussi belle tranche de rire: dans une pièce chelou, les deux mioche parlent entre eux sans qu'on comprenne, puis nous donnent leur feu vert une fois qu'on a un peu tout observé et subit des bruitages stridents. là, on se trouve à côté de notre caisse de luxe en miettes, avec tout notre matos de BG bien installé, genre camp de fortune avec mini bar et satellite avec 235 chaines. de là, la sortie est un "couloir" dans la forêt avec des bruits de chien inquiétants, vers... je sais pas où. j'ai dû m'arrêter. avec quand même le temps d'apprécier la jouabilité à la resident evil 4 (version alpha). bref limite je pourrais déjà ne jamais y rejouer, que je m'en souviendrai encore dans 20 ans.
  • resident evil 5 [xbox360] : alors que j'avais déjà terminé le jeu en coopération, un prix sympa m'a fait craquer pour la version gold (soit sur xbox, la même que la normale, mais avec un bon pour chopper les DLC gratis, c'est même pas sur le disque... ils auraient au moins pu foutre sheva sur la pochette). bref j'ai commencé le jeu, descendu un "zombie", puis je me suis rappelé que j'avais des frites dans le four. très croustillantes pour le coup.
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
  • street fighter III : new generation [arcade] : un petit coup de street au clavier, pour me rendre compte que je suis toujours bien meilleurs qu'au stick. une entrée avec 3 perfect d'affilé, et un petit coucou au dernier boss sans faire de continue. my ken is sooo better than mine.
  • blazblue : continuum shift [xbox360] : un des jeux que j'ai reçu cette semaine (et auquel j'ai pu jouer, je peux pas en dire autant de mon devil may cry 4 reçu / commandé (?) par erreur en version PS3). pendant la world game cup à cannes j'avais pu voir le tournoi sur ce jeu en streaming, et j'avais vraiment RIEN PIGE!! mais bon, une promo putassière, quelque clic, et vite le HRAP trouve encore une nouvelle utilité. mine de rien, ça faisait longtemps que j'avais pas découvert une nouvelle série de baston, oubliant presque la sensation troublante de pas savoir quel perso prendre. après avoir tâté un peu le héros, ainsi qu'une bonne partie du cast, j'ai jeté mon dévolu de façon arbitraire sur le crétin héroïque Bang Shishigami. je n'ai qu'à peine effleuré sa command list, mais "à l'aveugle" il est plutôt attrayant à manier. à part ça j'ai commencé l'interminable tutorial, assez drôle cependant (narré par une gamine insolente, qui fait parti du roster, on peut donc se venger après), et halluciné après avoir entamé le mode story. en une heure, j'ai du combattre deux rounds, et le reste du temps lire des dialogues. j'avais pas ressenti ça depuis le début de golden sun sur GBA. mais bon, il faut avouer que ça reste bien marrant, avec un côté con-con bien assumé. sinon, je n'ai pas évoqué les graphismes. sur ma TV SD, je trouve ça vraiment magnifique. les décors en mélange de 2D/3D semblent quasiment être de la 2D pure, et donc vont très bien avec les persos en 2D haute def. si l'animation n'en jette pas comme sur un street 3 ou un KOF13, forcément, elle reste franchement très très agréable. bref, mes premières heures sur le jeu m'ont vraiment étonnées, même si j'ai vraiment du mal avec certains timings, notamment les dash avec le stick. seulement, vu que j'ai acheté (et reçu) un deuxième HRAP EX, avec un stick de marque Sanwa ce coup-ci (mais pas les boutons, session bricole en perspective), beaucoup plus souple, j'ai déjà moins de mal qu'avec le EX-SE et son stick seimitsu très "cliquant" (mais tout aussi adorable). joie!
  • hard corps : uprising [xbox360] : vu que le HRAP était pluggé, je me suis dit que c'était pas con de l'essayer sur ce jeu, issu d'une lignée de jeux d'arcade (contra). sauf qu'avec le dash sur un bouton, et un système de visée dite précise sur un bouton aussi, comme george le yéti, ce n'est vraiment pas pratique. dommage qu'il y ai pas eu d'option pour mettre le dash sur une double direction comme dans un jeu de baston, parce que c'est quand même plus sympa sinon de nettoyer les niveaux avec un pad plus lourd et gros que la console :D
  • picross DS [nintendoDS] : une grille tellement pas facile que j'ai dépassé les 60 minutes, du coup j'ai le droit à un humiliant "out of time" et une image désespéremment grisée, c'est la première fois que ça m'arrive en 2 ans! toujours dans le thème des fleurs, les 5 suivantes furent cependant plus aisées, voyez.
  • super street fighter IV [xbox360] : pour en revenir à mon nouvel Hori Real Arcade Pro EX, j'ai voulu évidemment l'essayer sur un jeu avec lequel j'ai déjà un certain background. et effectivement, ce stick au déplacement très doux facilite vraiment la sortie des manips des super coups. j'ai même réussi à jouer des persos "à charge" (chun-li, blanka, vega / dictator). après comme je disais, les boutons, bien que pas mal du tout sont vraiment moins classe que les seimitsu de mon EX-SE (dont le "feeling hardcore" rude mais précis reste un agréable challenge à maîtriser). d'où ma volonté à terme de changer les boutons pour du vrai matos arcade sanwa (je suis obligé de le démonter de toute façon pour virer le plastique de protection coincé sous les boutons et les "vis" -pleines, j'angoisse déjà-, d'où pas de photo pour l'instant). de telle sorte que j'aurai ainsi un full seimitsu et un full sanwa (pour mon plaisir personnel, ou me la péter, ou les deux), comme dans la prophétie.
  • dead or alive 4 [xbox360] : j'avais ammené le jeu chez "mon ami du dimanche", et on s'est bien marré, après s'être énervé en voulant terminer le mode story avec quelques persos. le dernier boss (rendez-moi Tengu!) me fait encore pleurer, quand à mon pote, c'est le très sournoi bayman qui lui a servi de nemesis. donc, même si j'ai galéré à la manette (chez moi j'y ai joué qu'au HRAP, et pour bien m'emmeler les crayons, au pad j'ai la config soulcalibur IV en tête), après on s'est bien marré, enchaînant des combats en tag, à deux dans la même équipe. continuer l'enchaînement de l'autre c'est vraiment super fun, et m'a rappelé de bon souvenir de DOA2 sur dreamcast.
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
  • assassin's creed II [xbox360] : j'ai vraiment commencé les missions à venise, et pratiqué notamment le gondolajacking. si bien que j'ai joué quasiment qu'à ça cette semaine, et que je l'ai terminé! j'ai vraiment bien aimé toute cette partie du jeu, avec une atmosphère bien différente de florence et autres cités traversées dans le jeu. ce côté raffiné et luxueux contraste bien avec la boueuse forli quittée juste avant. et puis l'effet lumineux bleuté en journée donne un aspect aérien, presque de l'ordre du rêve. et surtout c'est quand même bien sympa de pouvoir se cacher dans la flotte à la moindre alerte. on est un grugeur ou on ne l'est pas! sinon ma version GOTY (game of the year) incluant les deux chapitres de DLC de manière naturelle, furent toutefois l'occasion de quelques bugs de gameplay, pour gâcher un peu la fête. de plus par la nature des missions on sent que c'est du truc ajouté, chaque chapitre ayant un côté gimmick plus marqué que le reste. mais ce fut tout de même un ajout bienvenu, qui permet d'exploiter des zones un peu laissées de côté et rajouter au final pas mal de temps de jeu. quant à la fin du jeu, j'avais lu qu'elle était bizarre, et effectivement c'est plutôt "space"... bref, je l'ai terminé mais je vous en reparlerai encore sûrement, à l'occaz' d'un avis complet et pour tout ce qu'il me reste à faire niveau quêtes annexe. j'ai beau avoir pris mon temps et varié les plaisirs pour ne pas rusher les missions principales (c'était tentant), il m'en reste encore pas mal.
  • top spin 4 [xbox360] : de passage chez mon pote, je me suis mis sur la démo. comme d'hab avec les jeux de tennis réalistes, la modélisation des joueurs fait rire, mais là je dois avouer qu'en jouant j'ai ri aussi. en gros j'ai fait deux matches, gagnés, sans avoir rien pigé au système de jeu. sans doûte grâce aux 20 ans de jeux de tennis que j'ai derrière moi?
  • hard corps : uprising [xbox360] : la suite de la série des Contra, sans le titre. ainsi, ayant l'aussi difficile qu'excellent contra: hard corps sur PS2 il fallait que je teste la démo de ce deuxième "corps dur" (Wall Street Institute approved). le studio derrière guilty gear et blazblue étant aux commandes, c'est visuellement très accrocheur, surtout quand on aime l'esthétique anime comme moi, très colorée donc. à vrai dire le style "rambo" de la série m'a toujours gavé, si bien que j'avais accueilli à bras ouvert la "censure" probotector. les robots c'est de la balle. du côté du gameplay, on est en terrain connu, la recette run & gun est respectée à la lettre et de manière très pêchue, et toujours assez exigente. encore un jeu que je prendrai obligatoirement à la première solde venue. picsou, ouhouh! (air connu)
  • angry birds [PC] : j'ai continué autant que possible d'avancer dans les niveaux, mais à chaque fois mon PC (la crême de l'informatique, en 2002) s'éteint tout seul au bout de quelques maigre dizaines de minutes, c'est bien quand j'ai envie de redémarrer quoi, mais sinon... *sigh*
  • super meat boy [xbox360] : j'ai repris là où je m'étais arrêté la dernière fois dans les niveaux bonus, et j'ai quasiment tout bouclé... mais pas pour les expert remix, j'atteins pour ce qui les concerne une magnifique performance de 4 niveaux sur 20. sous vos applaudissements. sinon je me suis adonné à un peu de "time trial" sur les niveaux classiques (d'ailleurs maintenant y'a un bug, le record affiché hors du niveau enlève quelques seconde au temps affiché à la fin du niveau :/), et bouclé le premier monde sans mourir pour quelques G, mais surtout pour le chalange (basique j'en conviens). non je n'essaierai pas sur le dark world 5, le "chalange" à ses limites!

DISCLAIMER: en toute honnêteté, cet article écrit à l'arrache est directement issu d'une rubrique de mon blog sans commentaires, qui ne s'appelle pas "il est 4h..." pour rien. à l'heure du goûter il est temps de se relaxer. par ce geste insolent de copier/coller, je m'ouvre au dialogue, ahah!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
  • hexic HD [xbox360] : encore geeké du hexic, mais moins que la semaine dernière quand même (5h?!). par contre j'arrive vraiment à rien en mode time trial.
  • soulcalibur IV [xbox360] : je me suis attelé au mode tower of lost souls, le truc pour débloquer les pièces de costumes et déguiser les persos. une sorte de mini survival + team battle avec des conditions souvent chiantes (pas de ring out, super barre de vie). les adversaires sont franchement chauds et j'ai souvent gagné de justesse, et pourtant c'est que le début. je sens que ça va m'énerver, surtout que pour débloquer les déguisements en question, il faut remplir une mission au cours du combat, énoncé sous style de devinette (genre "seuls les faibles meurent dans l'obscurité" pour dire qu'il fallait aucun ring out au cours du match). bref je sens que ça va vraiment m'énerver, mdr.
  • burnout paradise [xbox360] : cette semaine, pour changer, j'ai reçu pas mal de jeux, j'ai encore pas pu résister à des affaires en or. parce que voyez-vous, attendre pour avoir ses jeux 7 fois moins cher c'est quand même plaisant. mais là, à quoi ça sert de prendre l'ultimate box si on te propose un téléchargement de 1,2 Go au démarrage? paradise, jeu en kit par excellence, est effectivement toujours en kit dans sa version "ultime". il manque carrément une extension qui rajoute une île, en plus d'autres caisses bonus, si bien que j'en aurais pour plus cher en DLC que pour le jeu lui-même. zupère... enfin bon, il y a déjà beaucoup à faire de base. fan absolu de la série (surtout des 2ème et 4ème opus), le fait que l'on passe en monde ouvert me faisait peur, et la première heure de jeu fut peu rassurante. parce que sur burnout revenge par exemple, on devait se farcire des temps de chargement interminables entre chaque course et on avait les crocs, mais en contrepartie dès le départ lancé, on lachait les chiens enragés et c'était du fun total et les différent tracé avait une "identité". là vu qu'il n'y a jamais de coupures, on est partout et nulle part à la fois dans ce grand environnement (un peu gris d'ailleurs), on se dit "tiens je suis déjà passé 5 fois par là sans le vouloir" du coup l'identité se fait à mesure qu'on connait la carte. ainsi le début est un peu mou, on erre, trouve un défi en route, tente le coup, puis on se retrouve paumé à l'autre bout de la carte. heureusement une fois qu'on a appréhendé le concept on commence à s'amuser, et les sensations grisantes de vitesse et de sauvagerie reviennent au plus fort dès qu'on débloque quelques caisse qui en ont sous le capot. sinon, dommage comme d'hab depuis le passage de la serie chez EA que niveaux options et menus se soit bordélique et pauvre. pas possible de changer la caméra horizontalement par exemple, la carte a deux niveaux de zoom fixes (trop près ou trop loin) pas de ciblage GPS, la mini map en jeu est bloquée sur le nord, sans traçé GPS là aussi, vive la galère pour ne pas se paumer en course. musicalement en revanche c'est... bizarre. et mauvais. mauvais parce qu'on se tape une sélection peu fournie de musiques de djeun's emo sur les bords qui rappelle celle du 3. et bizarre parce qu'on a d'une part une large sélection de musiques des trois premiers épisodes (composées pour), et d'autre part une grosse poignée de grands classiques de... musique classique. ouais, défoncer des dizaines de bagnoles à la chaine sur du mozart, j't'rouve ça bizarre.
  • assassin's creed II [xbox360] : encore un jeu reçu cette semaine, comme souvent j'ai voulu tester le CD pour voir s'il fonctionnait (c'est c'la, oui...), et me voilà maintenant avec 20h de jeu au compteur! anxiogène. un jeu haribo. tu met la main dans le paquet, t'es foutu. nan, parce que j'ai déjà tant de jeux sur le feu, je comptais vraiment pas me mettre sur celui-ci, sachant que je l'avais déjà largement commencé chez mon pote l'année dernière. mais je dois dire que le fait d'y jouer dans des conditions plus immersives, et du coup connaissant déjà les "fondamentaux", j'ai été happé très rapidement. bref je dois bien avouer que c'est vraiment un superbe jeu, et contrairement à ce que j'ai vu du premier, très varié, je trouve toujours quelque chose à faire, surtout qu'on gagne pas mal de capacité au fil du jeu, pour être de plus en plus dans le trip furtif notamment. sinon j'ai vraiment bien kiffé le système de rénovation de la "planque" d'ezio, je m'y suis mis à fond, si bien que l'argent n'est déjà plus un problème, mdr. quand aux grief que j'aurais envers le jeu, ils sont vraiment minimes, genre dans l'urgence j'ai parfois du mal à jongler entre tous les boutons tellement il y'a de trucs contextuels.
  • deathsmiles [xbox360] : enfin un shoot Cave qui sort en europe, mon HRAP me harcelait pour lui offrir, j'ai donc cédé. vous savez que les shoots verticaux c'est ma grande passion, seulement deathsmiles est horizontal. mais il compense cela par un atout rare de nos jours dans le genre, c'est-à-dire une certaine accessibilité qui ne le rend pas punitif d'entrée. ainsi sur mes premiers runs, en "one creditant" (sans continue quoi) je suis arrivé tout de même au troisème niveau. de quoi s'amuser un peu. mais la subtilité, celle qui va animer le HxC gamer, c'est le système de scoring qui ne tolère pas l'erreur, bref on peut jouer salement et aller loin quand même, mais on fera un score minable. le gameplay est aussi bien vu, avec un bouton de tir vers l'avant et un autre vers l'arrière mais aussi un système de de visée auto quand un ennemi entre dans votre "perimètre vital". le design est assez délire aussi, même si je préfère le shoot avec des vaisseaux comme le légendaire dodonpachi. très content de mon petit investissement en tout cas, sachant que le disque contient aussi toutes les versions du jeu, plus l'OST.
  • angry birds [PC] : de passage chez mon pote, il avait angry birds sur son ordi, donc j'ai voulu essayer ça, surtout que le concept me rappelait un jeu flash relou sur les bords dont je vous avais parlé ici-même. je partais donc sceptique. mais même si la physique est là aussi un peu chelou, j'avoue que l'enrobage bien lol (surtout sonore) et le fait d'avoir des "munitions" aux effets differents relance l'intérêt. au final je l'ai aussi installé chez moi :P
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
  • super meat boy [xbox360] : 40 nouveaux niveaux dispo, j'ai donc voulu essayer ça au plus vite, surtout qu'il sont visuellement comme les niveaux normaux, contrairement aux deux précédents pack de niveaux en mode "8-bit style". si les remix hardcore de niveaux déjà existants sont vraiment très chauds effectivement (notamment à cause du choix des couleurs en arrière plan), j'ai bouclé, sans mal (gueuler un bon coup ça fait jamais de mal, ahah), la moitié de l'autre chapitre sur mon premier run. mais au premier gros blocage j'ai préferé arrêter, pour ma santé mentale, et m'en garder pour la suite...
  • hexic HD [xbox360] : j'avais pas touché au jeu depuis le premier jour où j'ai eu la console, et là une certaine frénésie du score m'a poussé à y jouer pendant des heures. je me suis amusé à battre les scores de ma liste d'amis (je peux me gargariser d'une partie à 150000pts, ah!). un concept simple mais efficace, ça c'est bon! mais perdre une partie bien avancée à cause d'une bombe mal placée c'est vraiment casse-bonbons.
  • soulcalibur IV [xbox360] : après avoir vu ce week end de beaux combats sur ce jeu (entre autre) via le stream de la world game cup à cannes que j'ai squatté quasi non-stop, l'envie d'y jouer était puissante. de passage chez mon pote, j'ai donc bien exercé mon kilik. et puis customisé quelques autres persos façon nantô de fourrure... je me tâte pour me le prendre et pouvoir le doser au HRAP (le challenge d'oublier 11 ans de kilik à la manette est couillu), mais j'ai vraiment acheté trop de jeux cette semaine, ce serait pas raisonnable. raaah!!
  • picross DS [nintendoDS] : après quelques grilles facile et une horrible, j'ai debloqué les grilles à 20 cases, et là, j'ai eu envie de me petit-suicider sur le champs.
  • FIFA 11 [xbox360] : rien de croustillant à raconter... à part que j'ai enfin pigé comment arrêter les penalty (c'est avec le stick droit, logique. hum), au bout de 4 mois il était temps, lulz! je trouvais ça bizarre aussi qu'en la jouant à la PES (une direction + un bouton) le gardien bougeait pas ou finissait sur le cul quoi que je fasse. moralité: c'est pas encore inutile de lire la notice du jeu de nos jours. j'ai aussi essayé de maîtriser le système de feinte avec le joystick droit en cours de matche, mais c'est pas encore ça...
  • zoo keeper [PC] : j'ai retrouvé la version flash de ce puzzle game à la bejeweld. j'y ai beaucoup joué il ya pas mal d'années, et c'est toujours aussi agréable. et toujours aussi stressant à cause de la jauge de temps. au moins les parties durent pas 1h comme sur hexic, mdr.
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
  • teenage mutant ninja turtles : turtles in time re-shelled [xbox360] : mes chers aminches j'ai quand même essayé le jeu à la manette ce coup-ci, et le "8-way run" du jeu est pas analogique, donc c'est franchement mieux au HRAP. voilà, ça se saura.
  • mirror's edge [xbox360] : un de mes achats de la semaine dernière (et encore une boite cassée par endroit, l'import UK n'a pas que du bon). j'étais très interessé par ce jeu à sa sortie, mais j'avais pas encore la console et je l'ai un peu oublié depuis. bref je l'ai pris là, mais sans déborder d'entousiasme. seulement une fois manette en main j'ai vraiment bien kiffé. les contrôles sont fluides mais demandent d'utiliser pas mal de boutons, rien à voir avec un prince of persia sur rails, donc un minimum de maîtrise, surtout qu'il y a tout un côté time trial après. en plus c'est vraiment très très joli. bref je suis conquis par les premiers niveaux, même si j'ai déjà une préférence pour les passages calmes face à ceux de poursuite, qui peuvent parfois être frustrants (chercher où aller quand on se fait occire à feu nourri... tendu).
  • soulcalibur [xbox360] : le légendaire premier opus de la série est sur le XBLA, j'ai donc choppé la démo en souvenir du bon vieux temps. même s'il s'agit d'une émulation mal enrobée (j'ai même des morceaux de cadre avec de vilains motifs alors que je joue sur une TV SD 4/3) il est toujours aussi beau. dans la démo, mitsurugi et xianghua, ça tombe bien cette dernière était mon 2ème perso à l'époque. bref coupé dans mon élan au 4ème combat, démo oblige, j'ai quand même claqué 3 perfects, mdr.
  • soulcalibur IV [xbox360] : de passage chez mon "pote du dimanche", j'ai repris mon kilik custom punk en armure, hokuto de cuisine style, et botté quelques culs en training. puis dans le mode story, histoire de gagner de la mythothune sur la partie neuve de mon profil chez mon pote. à ce sujet, au bout de 4 mois de non-efforts acharnés, j'ai enfin réussi à avoir plus de G sur mon profil Xbox maison que chez lui (chez qui j'ai par exemple une save de 70h de GTA4, vous avez dit squattage?). it's over 3000!!
  • super meat boy [xbox360] : j'attendais la mise à jour pour m'enfiler le dark world 5, en espérant que la musique soit bien celle qui correspond au dark world 5 dans l'OST (et non pas à une version modifiée de la zik du monde 6, qui colle pas du tout avec le monde 5). mais rien n'a changé. tant pis, je me suis lancé et réalisé quelques prouesses. reste que pas mal de niveaux sont atroces, demandant en plus des skills habituelles, un timing assassin, voire de la chance.
  • FIFA 11 [xbox360] : le temps de faire quelques matches d'actualité, j'ai ressorti le père fifou, un peu laissé de côté ces derniers temps, faute à l'avalanche de nouveau jeux arrivés dans mes tiroirs.
  • duck tales, super mario bros 1 & 3, super mario all-stars, the legend of zelda : a link to the past, teenage mutant ninja turtles, teenage mutant ninja turtles : the arcade game, yoshi's island [NES+SNES] : bon, on commence à se connaître (ou pas) alors permettez-moi de conclure sur un petit moment 36 15 MYLIFE. bref. ma chère mère n'est pas une grande fan de jeux vidéo, ces jouets chers "qui rendent abrutis" (j'avoue, le fameux oeil torve du gameur, entrecoupé de cris de frustration, n'aident pas La Cause), et à part tetris sur game boy, je l'ai jamais vue jouer, ni même s'intéresser à la cause ludique. sa seule autre référence est pac-man (auquel elle jouait sur borne d'arcade, avant même l'an 1 -ma naissance-). mais cette semaine, d'ennui, lassée de revoir pour la 5ème fois en 1h le même reportage sur BFM TV, elle a essayé un jeu sur son ordi, une des démos de puzzle games "offertes" avec windows 7. et comme avec tout bon shareware, ce qui devait arriver arriva: pour continuer à jouer, donne-nous ces 15 dollars! bref après m'avoir imploré (ou menacé, mes souvenirs sont flous) de lui trouver un moyen de continuer à jouer, gratuitement cela va sans dire, j'essaye de lui montrer des jeux qui pourraient ressembler (hexic? bejeweld?) puis fini par lui trouver la version flash. et là, à ma grande sorpresa, elle me dit "ah et puis je veux mario, là". what the fuck? what the fucking fuck? MA MERE CONNAITRAIT MARIO?! elle qui me lança un regard de poisson rouge mort à l'évocation de street fighter il y a deux semaine? intrigué, je vais sur mon site de roms préféré, prend le fameux nestopia, et lui montre les jeux que j'ai sur NES (ça va plus vite que de brancher la bestiole. me manque un fil de toute façon), et auquels je jouais donc quand elle passait de-ci de-là devant l'écran, il y a 20 ans. et là elle m'a quand même cloué la vioque. elle se rappelait avec JOIE (SRSLY???) très bien du premier super mario bros, de TMNT (mon 1er jeu), ou encore super mario kart. et, point qui m'a soutenu dans ma thèse de l'importance de la musique dans les jeux vidéo, je lui montre ensuite d'autres jeux que j'avais, qu'elle ne reconnait pas au premier abord, mais qui lui reviennent soudain à l'esprit à l'écoute de mélodies intemporelles. sans le savoir, ma mère a été infectée par le jeu vidéo, et maintenant son excuse pour ne pas jouer, c'est d'avoir peur de plus voir passer le temps en y jouant. peut-être que vous et moi aussi avons une passion refoulée. comme... le tricot? c'est vrai, j'aurais moi aussi peur d'y passer trop de temps, à me faire des slips en laine. et surtout que ça gratte.
  • midnight club : los angeles : arf, j'allais oublier mon jeu de la semaine. la vérité, c'est qu'il peut être aussi fun qu'énervant. j'ai donc pas mal zoné sur le jeu cette semaine, et ainsi piqué des colères démesurées. alors que ce n'est qu'un jeu, putain. MAIS PUTAIN J'EN AI MARRE DE PERDRE SUR DES PUTAINS DE PUTAINS DE DETAILS!!! résultat je me suis carrément vu me lever et soulever mon fauteuil de président au dessus de ma tête (le truc que je peux pas décoller du sol en temps normal), prêt à la balancer à travers la pièce (heureusement j'ai vu in-extremis le HRAP sur mon lit avec une grosse mention clignotante dans ma tête: CHER!! CHER!! CHER!!). du coup, après je me suis rabattu sur mon pauvre et increvable écran de PC. nan vraiment, ma mère avait raison, les jeux vidéo rendent vraiment débiles. à moins qu'ils ne fassent que réveler une nature profonde, mdr. un vaste débat sans intérêt, aucun.

DISCLAIMER: en toute honnêteté, cet article écrit à l'arrache est directement issu d'une rubrique de mon blog sans commentaires, qui ne s'appelle pas "il est 4h..." pour rien. à l'heure du goûter il est temps de se relaxer. par ce geste insolent de copier/coller, je m'ouvre au dialogue, ahah!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
  • final fantasy X [playstation2] : n'ayant jamais voulu le prendre à cause du 50hz dégueulasse de la version euro, comme je l'ai trouvé à prix cassé chez GAME, j'ai laché ma posture radicale de pauvre con. putain, en plus le jeu est en français avec voix anglaises, quel bordel, merde! cette semaine mes enfants, j'ai débranché ma PS2 et l'ai remise dans sa boîte. 9 ans qu'elle se tenait majestueusement debout (même après l'avoir démontée et décrassée elle lisait plus les disques à l'horizontal...) à côté de mes différentes télés successives. mais depuis que j'ai la boîte X 360, elle n'a plus été allumée. j'ai donc unilatéralement décidé de ne plus la laisser prendre la poussière pour rien, et organisé de chaleureuse retrouvaille avec sa boîte d'origine (bien content de l'avoir gardée). il faut que vous sachiez que mon habitat naturel est aussi poussièreux qu'un sac d'aspirateur. si j'écoutais le maniaque à temps partiel que je suis, je vivrais entre des cartons et des draps recouvrant tout ce qui est possible. mais revenons à FFX. après avoir débranché l'engin, je me suis rappelé que j'avais pas encore essayé ce fantasme final fraîchement acquis. j'ai donc enchaîné les cinématiques lentes du début (dans la réa, et le nombre d'images par secondes), couru quelques hectomètre avec tidus (toujours avec des bandes noires en haut et bas de l'écran, oh bah merde, c'était donc pas que pendant les cinématiques, zut alors...), puis j'ai arrêté quand ça commençait à devenir intéressant. je me suis souvenu que c'était le match france / brésil, ahahah. m'enfin vu que j'ai acheté deux nouveaux jeux PS2 cette semaine (comme par hasard. ma logique m'échappe), la console risque de retrouver sa place habituelle d'ici peu, et qui sait, je commencerai vraiment final 10.
  • tekken 6 [xbox360] : j'ai sorti le HRAP de son écrin d'origine, et imprové mes skills primaires avec armor king. j'ai gagné assez de G pour acheter... la moustache de law, mdr! car scandale (...), il ne l'a pas de base, sauf qu'au final je l'ai pas prise. même avec sa stachemol il a une tronche bizarre. puis bon, ils ont tellement changé le perso que je sais plus jouer avec naturellement alors que c'est quand même mon main sur tekken depuis le 2 (genre depuis... 1997?). soit. il était temps de changer, et je suis un armor king scrub désormais. mais sans l'armure kitsch. bref, le stick arcade c'est la vie.
  • just cause 2 [xbox360] : rien d'exceptionnel à signaler en cinqueur de plus sur ce jeu de qualitay. GRAPAING! just cause 2 c'est le jeu répétitif le mieux déguisé de tous les temps je crois.
  • dead or alive 4 [xbox360] : j'ai encore acheté des jeux cette semaine, encore de belles affaires. fan de DOA2 sur dreamcast, j'avais vraiment hâte de retoucher à un jeu de la série ayant fait l'impasse sur la première Xbox. du coup j'ai kiffé sur la démo du 4, et avait hate de me le prendre. bref, d'entrée j'ai tâté du hayabusa, mon perso préféré de l'époque, et terminé difficilement le mode story avec. le CPU en normal fait vraiment pas de cadeaux, les barres de vie se vident vite, et le dernier boss est bien relou comme il faut (mais tout de même bien plus accessible que le machin de tekken 6 que j'arrive toujours pas à battre). après ça, j'ai préféré aller dans mon mode préféré... le training, lol. du coup j'ai passé les 84 premiers coups de la command list du père ryu (hayabusa, suivez bon sang!), jusqu'à un enchaînement de ouf avec un tour complet du joystick impossible à timer pour un sac de mon genre. sinon j'ai bien retrouvé le feeling particulier de la série, avec ses suites rapides de nombreux coups, ses juggle a foison, et ses contres de pupute. enfin les contres... j'en ai pas placé un seul, je les ai plutôt subit, vu que je me rappelais plus comment les faire (et que les boutons du stick étaient pas configurés comme je le pensais). visuellement il est aussi très joli, sachant qu'il a 5 ans d'âge... ah et puis à l'époque comme les télé HD étaient rares dans les foyers, les menus sont écrits bien gros, je suis pas obligé de plisser les yeux à 30cm de l'écran pour lire (enfin plutôt deviner dans le cas de tek6) quelque chose.
  • midnight club : los angeles [xbox360] : je me suis payé la complete edition, ça sert à ça aussi d'acheter 200 ans en retard, éviter les jeux en kit. j'avais vraiment envie de prendre MC3 sur PS2 à l'époque, mais j'ai zappé, du coup je me suis rattrapé sur ce 4ème opus sur "next gen". on a ainsi affaire à un jeu à monde ouvert dans un los angeles "miniature", mais où on ne sort jamais de sa voiture, un peu comme dans le premier driver. donc au lieu de se servir librement, en volant la moindre caisse croisée vaguement intéressante, il faut acheter ses bagnoles, ou les gagner, et passer au garage pour switcher. du coup ça motive pour faire un maximum de défis, pour la plupart des courses, et se faire de la virtuathune. vraiment très joli, avec des passages jour / nuit de toute beauté, les tires ont de la gueule, la bande son est plétorique et multigenre, l'enrobage est difficilement attaquable. la conduite arcade comme il faut est vraiment plaisante, bien qu'en fan de burnout il manque à mon gout un petit système de bonus pour la prise de risque. car des risques il faut en prendre constamment dans les courses, qui se déroulent d'un point A à un point B en pleine ville avec des checkpoint ou non (et là, à soi de se faire son itinéraire). bref c'est une attention de tous les instants pour ne pas se vautrer, et il faudrait 3 cerveaux et trois yeux pour être imbattable (un pour regarder la route, un pour matter la carte, un pour... tout le reste). n'ayant malheureusement (ou pas) cette chance, ma spécialité est de dominer pendant 4 minutes et me planter entre le dernier checkpoint et l'arrivée, et ainsi perdre, vu que l'IA à la mario kart n'est jamais loin. malgré tout je m'éclate bien, même s'il entre direct dans ma liste (si bien) nommée "Mes manettes n'ont pas apprécié..." (même si en l'occurence, ici c'est plutôt défoncer un coussin à coup de poing, UFC style. hum).
  • garou : mark of the wolves [xbox360] : une micro partie sur la démo, vu que pour une fois le HRAP était branché. j'ai fini la démo (2 combats, lulz), alors qu'à la manette non. mais je suis à 1000 lieues de mon niveau au clavier, trop de nouveaux jeux de baston à doser en même temps depuis que j'ai le stick des champions pour me remettre sur ce divin jeu.
  • ikaruga [xbox360] : idem. sauf que là je tiens 30 secondes, je suis devenu une vraie bouse (sur gamecube je finissais le premier niveau, respectez mon autorité). je change la couleur du vaisseau toujours au pire moment, et y'a pas moyen de rajouter des crédits. meh...
  • teenage mutant ninja turtles : turtles in time re-shelled [xbox360] : gros fan de turtles in time depuis mon enfance, comme le HRAP était de sortie, j'en ai profité pour prendre la démo de ce remake polygoné. honnêtement alors que j'avais initialement des réserves en images fixes, le style coloré une fois en jeu n'est pas vilain, mais un style plus proche de l'opening du jeu, avec ses ombrages très prononcés, aurait été bien plus classe, je dis. au moins ça aurait eu de la personnalité. côté gameplay, le principal plus produit de ce remake est de pouvoir taper du foot soldier avec sa TMNT dans toutes les directions, et non pas seulement à gauche et à droite comme dans tout beat'em all classique. même si l'impression est bizarre quand on a été biberonné à l'ancienne méthode, cette "hérésie" n'est pas non plus une infamie, mais du coup je suis pas sur que le stick arcade soit le meilleur périphérique pour y jouer, vu que c'est pas analogique, alors que les contrôles le sont peut-être, j'ai pas essayé à la manette.

DISCLAIMER: en toute honnêteté, cet article écrit à l'arrache est directement issu d'une rubrique de mon blog sans commentaires, qui ne s'appelle pas "il est 4h..." pour rien. à l'heure du goûter il est temps de se relaxer. par ce geste insolent de copier/coller, je m'ouvre au dialogue, ahah!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
  • deathspank [xbox360] : incroyable. IN-CRO-YA-BLE, je te dis!! voilà le premier jeu que je termine à 100% depuis... je m'en rappelle même plus. j'ai aussi pour la première fois de ma lifebar débloqué tous les achievements, parce que ça va de paire (pas de "fait une partie online alors qu'on y a coupé l'accès ^^" / 5G ; ou de "tue 150 ennemis sans te faire toucher, mdr" / 15G). dire que j'aimais pas les jeux à la diablo. j'ai même kiffé l'inventaire tant décrié, bien que vers la fin j'étais un peu toujours obligé de gérer en flux tendu. bref une petite vingtaine d'heures bien remplie, très drôle, où il y a toujours quelque chose à faire. j'appréhendais le boss de fin (ma spécialité étant l'abandon de jeux au boss de fin...) mais je l'ai démonté en à peu près 10 secondes, sans même reprendre de vie. c'est vrai, j'avoue, j'attendais un combat plus épique, mais il n'a rien pu faire contre la special de ma spinning blade + glace. quant à la fin... énigmatique, bien content d'avoir acheté le 2 en même temps. à part ça plus de 3 millions de dollars en poche. pour rien :D
  • just cause 2 [xbox360] : les jeux à monde ouvert et moi, cette plaie infinie mangeuse de vie. bref, cette semaine j'ai juste causé une vingtaine d'heures... et avec personne (insert lol here). de quoi détruire des centaines de machins qui explosent, éliminer des centaines de krypto-communistes, ramasser des centaines de boîtes d'upgrade, et parcourir des centaines de kilomètres. mon péché mignon, la balade en moto dans des contrées inconnues (j'ai même pas encore découvert la moitié des locations). je me suis même mis à faire plein de missions annexes, et quand même avancé légèrement l'intrigue principale. pour finir, une confession pitoyable: pendant des heures je n'arrivais plus à faire appel au marché noir, le détecteur se coupait en une demi seconde. et ce (coincidence?) depuis l'installation du jeu sur la console (ce silence, regardez ce silence!). j'ai même recherché sur le net l'existence d'un hypothétique bug. en vain. jusqu'à ce que par une réaction surnaturelle dont seule la croix directionnelle du pad xbox à le secret, j'appuie brièvement sur bas en voulant changer d'arme (j'ai donc appuyé sur la gauche, ahah!). et là le détecteur reste pendant genre... plein de secondes. oui, par une mécanique mentale déficiente, pendant toutes ces heures, je me suis mis à laisser appuyé la direction donc, ça lançait / coupait l'appel en un instant. pfeuh, c'est mal foutu ce système quand même. enfin, si j'utilise pas tant que ça le teleport, c'est mieux quand ça marche :P
  • rockstar games presents : table tennis [xbox360] : connus pour leurs midnight club et surtout pour red dead redemption, les keums de rockstar san diego, ont aussi réalisé un jeu de ping pong. logique. vu à 10€, les bonnes critiques de l'époque en tête, j'ai pris le jeu en confiance. une fois dedans, ambiance sympa, direction le tuto, j'ai beau avoir 15 ans de jeux de tennis dans la musette, on ne sait jamais. et effectivement j'ai bien fait. non pas pour le débloquage d'une image de profil, mais bien pour ne pas se faire humilier d'entrée de jeu. il y a ainsi beaucoup de subtilités de gameplay. et une fois en match, tout va très vite, alors on renvoit à l'instinct un coup, deux coups, trois coups, et là le temps d'une fraction de seconde qui semble durer presque longtemps, un espace de réflexion se crée, et hop on arrive à balancer un coup malin. malheureusement pas toujours avec succès, vu que certains échanges furent longs d'une trentaine de coups... après une victoire tendue en 3 sets en exhib facile avec un noiche au faciès perfide et aux stats crackées, je me lance dans un tournoi, et bats plus ou moins facilement mes 4 adversaires d'affilée. puis éprouvé, j'ai arrêté. car le plus dur à encaisser en fait, c'est d'avoir l'impression de totalement dominer la partie, et pourtant avoir seulement deux points d'avance, même si on maitrise bien les échanges, une connerie de balle moisie mal rattrapée et c'est des points faciles qui défilent. comme en vrai? ça m'a rappelé les longues parties de ping pong en tongs l'été dernier. la maîtrise en moins, la piscine à côté en plus...

DISCLAIMER: en toute honnêteté, cet article écrit à l'arrache est directement issu d'une rubrique de mon blog sans commentaires, qui ne s'appelle pas "il est 4h..." pour rien. à l'heure du goûter il est temps de se relaxer. par ce geste insolent de copier/coller, je m'ouvre au dialogue, ahah!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
  • picross DS [nintendoDS] : cette semaine, seulement quelques pauvres grilles. il faut dire qu'après 3 mois j'ai enfin repris mon sport. donc de quoi m'occuper à fond en écoutant les podcasts de gameblog et silence on joue...
  • deathspank [xbox360] : j'ai déjà dépassé les dix heures, je kiffe à mort ce jeu, mdr. et j'ai même pas dévoilé la moitié de la carte... peut-être que les mecs qui avaient estimé la durée de vie n'étaient pas de "complétistes" qui ont fait toutes les quêtes, et voulu lire tous les dialogues? dire qu'après ça j'ai le deuxième épisode, encore plus long... il faudrait peut-être que je joue plus à l'arrache, en dépensant de l'argent (bientôt le million de dollars engrangé, lol), et sans quadriller toute les zones maniaquement pour éradiquer toute forme de vie en présence. tout ce qui est destructible en fait (syndrôme du "buisson de zelda"). à part ça l'inventaire censé être relou, est plutôt sympa je trouve, même si j'aurais bien voulu pouvoir garder les armures et armes histoire d'avoir un perso qui ressemble à quelque chose. en même temps difficile de s'interdire utiliser le meilleur matos en sa possession.. alors à la place je revends, et je collectionne... de l'argent!
  • army of two : the 40th day [xbox360] : moi qui n'est pas connu comme étant un amateur de FPS/TPS, j'avais gravement kiffé le premier en coopération avec écran splité, avec son ambiance un peu crétine et ses bonnes idées de gameplay pour s'amuser à deux en écran splitté. mon pote ayant acheté le suivant y'a déjà un moment, on a décidé de s'y mettre là. fini le dépaysement sympa du 1, dans army of toutou (pour les intimes) tout se passe à shanghai, au milieu de gratte-ciels qui s'effondrent, sans qu'on sache pourquoi. bref les deux premières missions (2h de jeu en étant mauvais) ont été révélatrices. le gameplay reste proche, mis à part que le bouton A est surutilisé, occasionant bien des cafouillages. on se balade dans des immeubles en ruine au crépuscule, ce qui n'est pas très varié. de nouveau systèmes sont implementé, mais sont pas très intéressant, voire inutiles (faire semblant de se rendre, mais les ennemis tirent quand même...). des choix moraux sont posés à certains moments, genre tuer ou pas un mec. s'ensuit alors une cutscene dessinée pour montrer les conséquences. sauf que la plupart du temps on a l'impression de se faire arnaquer (genre le mec meurt dans tous les cas). les ennemis sont hyper aggressifs en normal, et c'est devenu compliqué de soigner son pote (encore un probleme lié au bouton A...). les upgrades d'armes perdent dans un sens de leur intéret, vu qu'on peut le faire à tout moment, au lieu d'entre les niveaux, et surtout les amélioration ne sont pas fixes pour une arme, du coup on perd un peu le côté "pari" de tout miser sur l'upgrade d'une arme, et donc un certain côté affectif (oui on parle bien d'armes mdr). ah et puis on peut plus customiser son masque... bref beaucoup de déconvenues pour ce début de jeu. mais malgré tout je dois avouer qu'une fois habitué aux commandes, c'est quand même bien sympa dans le feu de l'action, même si le côté entraide est minoré.
  • tekken 6 [xbox360] : 10€ sur amazon.fr j'ai pas pu dire non. bref je connais déjà bien le jeu, et j'ai pas pu m'empêcher d'y passer trois heures quand je l'air reçu. et le pire: même pas au HRAP!! mais bon, je retouche plus jamais à armor king à la manette, promis.
  • the beatles rock band [xbox360] : là aussi 10€ sur amazon.fr alors que j'ai même pas de guitare pour y jouer... je me suis dis que j'allais quand même l'essayer à la manette en attendant, pour voir ce que ça vaut, mais contrairement à guitar hero 3, on peut pas jouer à la manette. ouin... j'y jouerai un jour, j'y jouerai!
  • prototype [xbox360] : cette semaine, j'ai fait les soldes, deux fois. fashion victim 4 life. du coup passage obligé chez micromania et scoregames. si chez le premier les occaz se monnayent toujours au prix du neuf sur le net, chez "GAME", j'ai trouvé à qui parler. et acheté quatre jeux... (après avoir rembarré pas moins de 3 vendeurs zélé voulant prodiguer leurs conseils. les mecs, j'ai l'argus du JV dans la tête, pas besoin de jeunôts pressé hierarchiquement me disant d'acheter le dernier call of booty) dont ce fameux prototype pour la somme délirante de... 5€. neuf. bah ok, hein. donc j'ai essayé le jeu, et ça me plait plutôt pas mal. c'est proche des jeux spider-man en monde ouvert, sortis à la chaine depuis spider-man 2, mais avec un perso qui saute très loin et court sur les murs (ça se voit que les types ont fait hulk sur PS2 avant ça, un jeu que je voulais acheter d'ailleurs), avec plein de mutations pour tuer de manière gore les gens. c'est plutôt joli, même si une sensation de déjà vu est très présente, vu qu'on se retrouve encore dans un new york modelisé comme la tripotée de jeux du genre avant lui, à croire qu'un consortium de développeur ont mis en commun la modélisation approximative de la ville, pour en faire une base de jeux au même principe. sinon le héros est pas d'un charisme incroyable (il a le bon gout d'avoir une capuche, au moins on voit moins sa gueule), mais l'histoire à l'air relativement intéressante, et la maniabilité est souple et s'améliore au fil des upgrades du perso. au final est-ce qu'il repoussera les carcans de ses "aînés", ça semble déjà être le cas sur certains points (maniabilité, scénario) et pas sur d'autres (manque de soucis du détail, de paufinage) reste à voir le point crucial, la variété des missions. voire de la difficulté (certaines missions à s'arracher les cheveux pour rien sur ultimate spider-man).
  • condemned 2 : bloodshot [xbox360] : même histoire, GAME, 5€. j'y avais déjà joué chez un pote, donc je savais que ça me plaisait, mais là j'ai pu l'essayer dans des conditions adéquates: la nuit, dans le noir et le silence. ça fout les jetons, encore un survival horror que je finirais pas :P (ou pas, parce que le combat à main nue en vue subjective c'est quand même kiffant).
  • just cause 2 : bloodshot [xbox360] : j'ai reçu mon colis avec la deuxième cause juste (et trois autres jeux, on m'arrête plus, déjà 34 jeux xbox depuis que j'ai la console... 4 mois). bref obligé de recommencer du début, mais bon j'ai déjà joué 5 heures, et fait autant de missions (5?) que ma partie de 11 heures chez mon pote. c'est dire si j'ai apprécié d'y jouer @home. fort de mon expérience (lol) et des tutos et cutscenes que j'ai enfin regardés, je joue comme un chef, et je suis plus immergé dans l'ambiance anxiogène de cet archipel marxiste paradisiaque. bref, je déteste encore plus le perso principal, ce mercenaire impérialiste. du coup j'optimise mes destructions de bases militaires, surtout que j'ai pigé comment gérer mes munitions, et comment utiliser vraiment le radar à upgrades (y'a des paliers qui augmentent plus on est proche, c'est miraculeux). it's so cood, même si dans ce jeu il manque trois choses principales: des codes, un altimètre, et une cagoule pour tous les persos. ça fait beaucoup plus que trois du coup, ahah! pendant que j'y suis, une bande son de plus d'un quart d'heure (ou tout simplement de qualité) ça aurait été pas mal pour un jeu où t'es à 5% au bout de cinq heures... du coup c'est pas plu mal je peux écouter de la bonne musique en même temps.

DISCLAIMER: en toute honnêteté, cet article écrit à l'arrache est directement issu d'une rubrique de mon blog sans commentaires, qui ne s'appelle pas "il est 4h..." pour rien. à l'heure du goûter il est temps de se relaxer. par ce geste insolent de copier/coller, je m'ouvre au dialogue, ahah!

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
  • picross DS [nintendoDS] : on ne m'arrête plus, j'ai dû boucler plus de 20 grilles cette semaine, en écoutant des podcasts en retard. à croire que c'est mon nouveau sport, mdr.
  • deathspank [xbox360] : et voilà. encore un jeu acheté sur le xbox live arcade. une semaine à moins 50% sur le produits EA. pour 1200 MSP j'ai donc craqué sur deathspank et sa suite, soit deux jeux pour le prix d'un. les mauvaises langues diront "le prix normal" vu que c'est plutôt un jeu vendu coupé en 2, donc vendu deux fois plus cher, que deux jeux. bref j'étais pas forcément interessé par ce jeu sorti l'été dernier, mais en me penchant de plus près, j'ai vu le nom de ron gilbert, aka mr monkey island. bref la démo m'ayant plu, graphiquement (un rendu très "BD", avec un monde en "rouleau" style animal crossing) et point de vue gameplay, je me suis laissé tenter. pour résumer c'est un diablo-like dans un univers et un système de dialogue typique des jeux d'aventures lucas arts, complètement crétin donc. à ce titre, le héros, deathspank, est un débile profond avide de baston qui se prend pour une sommité, s'exprimant de manière pompeuse. une sorte de buzz l'éclair sorti d'usine. les dialogues tous doublé avec brio sont vraiment très drôles, et sont une excellente respiration aux combats de masse très typé "répétifif" des hack'n slash. répétifif, mais addictif, car on ne cesse d'évoluer. armes, protections, expérience, etc. bref, je suis bien content d'être anglophone pour profiter de ce jeu. et puis déjà quelques heures au compteur, et j'ai dû explorer 1/8ème de la carte, il semble pas si court que prévu... (j'ai lu une dizaine d'heures)
  • deathspank: thongs of virtue [xbox360] : seulement essayé deux minutes la démo, pour savoir quelle genre de suite c'était, et donc si je l'achetais. vu que c'est comme le précédent, ce fut oui direct, mdr.
  • just cause 2 [xbox360] : j'ai continué mes conneries chez mon pote, toujours pas de missions, simplement de la DESTRUCTION, eheh. et puis j'ai commandé le jeu, 10£ sur amazon UK. je pouvais pas dire non! bref je jouerais "sérieusement" chez moi, lol. ah et puis j'ai capté qu'il y avait un radar pour détécter les caisses d'upgrade. au bout de 10h de jeu, il était temps...

DISCLAIMER: en toute honnêteté, cet article écrit à l'arrache est directement issu d'une rubrique de mon blog sans commentaires, qui ne s'appelle pas "il est 4h..." pour rien. à l'heure du goûter il est temps de se relaxer. par ce geste insolent de copier/coller, je m'ouvre au dialogue, ahah!

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Édito

Mes très chers compatriotes, par cette allocution, je déclare la fin de l'enseignement de l'histoire-géographie à partir du CE1, afin de laisser plus de temps aux élève de notre mère patrie pour jouer à ces fameux "jeux éléctroniques".

Archives

Favoris