La guilde obscure

Par Masahiko666 Blog créé le 07/09/12 Mis à jour le 27/01/17 à 09h15

Bonjour à tous !! Ici, je traiterais de différents sujets, notamment de Jeux de Rôles sur consoles de salon, souvent en version oldies.
Alors, prenez un bon coussin pour y déposer votre postérieur délicat, et écoutez, commentez, poussez des coups de gueule... Faîtes comme chez vous, quoi...

Ajouter aux favoris

Catégorie : Série (de A à) Z

Signaler
Série (de A à) Z (Séries TV)

Salut bande de p'tits loubards friands de séries trash ! Allez, il faut bien que je termine cette série, quand-même, alors voici les deux dernières saisons de Skins, ainsi que la saison inédite...qui n'en est pas une...

Comme dit précédemment, le casting va encore changer du tout au tout, et on retrouve d'autres personnages qui sont bien moins charismatiques que les précédents...ouais, ça sent le réchauffé, méchamment même... Et tout commence avec...

On ne dirait pas comme ça, mais Frankie est une fille de 17 ans. Persona non gratta dans son ancien établissement scolaire, victime de harcellement caractérisé, la voici sur Bristol avec ses deux pères (qui sont formidables ceci-dit). Complètement androgyne, sans aucun ami, la jeune timide fera une entrée fracassante dans le lycée...Et se fera rapidement des amis en plus... A commencer par...

Oh mon Dieu qu'il est laid celui-ci... Halo, c'est le fêtard plouc par excellence. Ses parents sont agriculteurs, mais lui, il s'en fout royalement... Seule la teuf compte. Accro aux substances illicites et aux sites porno, il se touche plusieurs fois par jour, c'est dire le niveau intellectuel du gars. Pourtant, il reste très sympa en fin de compte...Et a développé un sens extraordinnaire, celui de flairer les chouilles à des kilomètres... De plus, son pote est aussi très...spécial...

Richard, dit Rich, est un peu plus charismatique que les autres. C'est le hardos du groupe, il n'aime que le gros son...quoique, il sait faire la fête sur de la techno aussi... Un vrai petit con, il envoi ballader son père à chaque fois que ce dernier tente de se rapprocher de son fils, et surtout, il ne fout rien au bahut (comme presque tout le monde d'ailleurs). Mais, son talent caché va rapidement le propulser dans une pièce de théâtre très...controversée... Et sa grande gentillesse (bien cachée d'ailleurs) le lancera dans les bras de...

Grace... Ah, Grace, un personnage très évolutif. Au début, elle est nunuche au possible. Toujours derrière la bombe du lycée (Minnie), elle se fait tout le temps rabrouer par cette dernière... Pourtant, elle a du caractère, et surtout, est très intelligente. Elle sait s'adapter à toutes les situations (elle se déguise en hardeuses pour aider Rich), mais aime tout ce qui est mièvrerie (danse classique, nounours, le rose...). Elle fait tache face à son amie...

Liv, de son vrai prénom, Olivia. Alors voici le plus gros cliché de la série, puisqu'on a là une vraie rebelle... Mal dans sa peau, perdue, Liv a du mal à se placer face à Minnie et Frankie... Pourtant, c'est cette dernière qu'elle suivra plus facilement... Liv, c'est le genre à faire toutes les conneries possibles, mais à se plaindre en subissant les conséquences... Contrairement à...

Encore un gros cliché américain, la bombasse pétasse... Minnie, c'est une saloperie finie, qui ne joue que par son physique. Elle se prend pour la reine du lycée, use de sa notoriété pour écraser les autres et manipule allègrement ses ami(e)s... Mais derrière le masque imperturbable se cache un certain mal-être, à commencer par ce régime sec et draconien qu'elle s'inflige... Et ce n'est pas son petit copain qui va s'en plaindre...

Nick, niveau cliché, n'est pas mal non plus. Sportif bourrin, il n'en est pas moins un bon camarade, sympa, mais un peu personnel aussi. Il ne rêve que de se faire Minnie, qui repousse ses avances sexuelles, et reste juste sa petite amie. Fils d'un père très sévère (et très très con aussi), Nick louche de plus en plus sur Frankie qui, dans la saison 6, sera plus sexy... Un peu comme...

Matty, qui rencontre Frankie par hasard et en tombe de suite amoureux. Totalement zazou, à la rue au début de la saison, il craquera aussi sur Liv, bien plus accessible. Son regard est un peu psychotique, on se demande toujours s'il va pêter un câble... Mais il est gentil en fin de compte, mais il fera une grosse connerie au départ de la saison 6...qui coûtera la vie à l'un des personnages...remplacé par...

Alex, un protagoniste que l'on a déjà vu quelque-part... Ouais, pour ceux qui ont lu le premier article dédié à cette série, il s'agit d'un Maxxie. Homosexuel décomplexé, très dévoué à sa grand-mère et à ses nouveaux amis, Alex est inconsistant, mais très (trop) sympa... Liv en tombe amoureuse, mais...

Il existe, comme les autres saisons, des personnages secondaires récurents, plus ou moins intéressants.

David Blood, est le proviseur névrosé du lycée. Très intolérant, il fait régner un certain malaise de terreur dans l'établissement. Et il cache l'identité de sa fille à tous...

Luke a l'air gentil de prime abord, mais...il va rapidement entraînner Frankie dans l'ultra violence, qu'il aime par dessus tout... De plus, la perte d'un des personnages sera, en partie, de sa faute...

Les autres protagonistes sont, à mon sens, très banals...pas de quoi écrire quelque chose sur eux...

Le gros défauts de ces deux saisons, est que chaque personnage est très stéréotypé, et ressemble bien trop à un cliché ou à un autre protagoniste... De plus, les soucis sont bien moins développés et restent très superficiels, du fait d'un développement trop archaïque... Bref, un final en demie-teinte...

Ah, oui, il existe une septième saison,  qui reprend la vie de trois des protagonistes, à savoir Effy (devenue tradeuse) et vivant avec Naomi (qui aura un cancer), Cassie (toujours perdue) et Cook (dealer)... Bof, juste de quoi faire le point sur trois sujets, mais avec des histoires très conventionnelles au final...pas indispensable...

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Série (de A à) Z (Séries TV)

Hey ! Les p'tits loubards en mal d'amour ! Continuons avec la saga Skins, et les saisons 3 et 4, qui changent complètement le casting (ou presque). Exit Tony et ses potes qui le détestent, place à sa petite soeur déjantée et complètement...cinglée...

Tony, donc, est parti à l'université, tout comme d'autres jeunes, à part Anwar qui deviendra boxeur et Cid qui part aux States pour rejoindre la folle Cassie... Attendez-vous, cette fois-ci, à plus de dramaturgie, de sentiments controversés, de psychologie compliquée, mais toujours sur fond de drogue, de sexe et de délinquance juvénile... Ici, les personnages sont plus étoffés et leur placement dans la série est bien plus grave, tout comme le ton général. Focus sur les personnages :

Effy, donc, est sans aucun doute le personnage qui fait le plus peur de cette série. Tout aussi bien gentille, drôle, intelligente, elle peut également basculer dans la folie furieuse. Totalement manipulatrice comme son frère (Tony), ses petites incartades vont rapidement passer hors de son contrôle, emportant avec elle celui qui en est fou amoureux...

Freddie, la belle gueule, le tombeur de ces dames, l'amateur de skate-board, le cradingue un peu zazou sur les bords... Freddie, il se fout de tout, et mise principalement sur son physique et sa grande gentillesse. Pourtant, la perte de sa mère le mine fortement, et il passe le plus clair de son temps à s'engueuler avec son paternel. Heureusement qu'il a de bons amis, comme...

Jonas Jeremia, dit J.J., est le gros intello du groupe. Pire que cela, il est aussi légèrement autiste, et aura toujours du mal à s'imposer face à ses amis. Timide, complètement décalé, il pique facilement des crises de violence, fait des bourdes grosses comme lui, mais reste le personnage le plus gentil de tous. Seul vrai problème, son meilleur pote est aussi celui qui le manipule comme jamais et se moque ouvertement de lui, à savoir...

Cook, de son vrai nom, James Cooking, c'est le bad boy par excellence. Toujours énervé, toujours une bouteille à la main, toujours sur un plan foireux et dangereux, c'est le petit con de service, le caïd qui se la pète tout le temps. Il  n'est pas sans rappeler un certain personnage du film Trainspoting, d'ailleurs. Pourtant, en grattant un peu la couche de verni, on s'aperçoit qu'il souffre énormément, et que ses parents sont loin d'être ceux que l'on puisse rêver... Et comme il fait les pires conneries, il ne peut que se frotter à...

Thomas, fraîchement débarqué de son Congo natal, et attendant patiemment sa mère et ses frères et soeurs. Thomas, il est sympa, mais il ne sait pas comment s'en sortir dans la vie. Et d'entrée de jeu, il se frotte au caïd du coin, propriétaire des appartements insalubres du quartier. Mais, pour le sortir de la merde, les autres ne tarderont pas à lui prêter main forte, ce qui engendrera la fin du "parrain du pauvre"... Et en plus, il est amoureux cet idiot, de...

Pandora, ou plutôt Panda. Ouais, ce surnom lui va à ravir, tant elle fait gamine et immature. On lui donnerait le bon dieu sans confession, tiens... Et pourtant, elle n'est pas la dernière pour faire des conneries, loin de là. Elle s'avale toute un sachet d'ectasy, mange des donuts jusqu'à s'en faire vomir, se promène quasiment à poil devant ses amis...bref, elle n'a aucun complexe, et reste la meilleure amie d'Effy, au grand dam de...

Kathy, qui ne jure que sur son physique. Jolie comme un coeur, extravagante et sans gène, elle se veut l'égale d'Effy, mais n'en aura que le nom... Car complètement superficielle, mais...pas si conne que ça, en fin de compte... Elle est pourtant tout l'opposé de sa soeur jumelle...

Emily, qui est tout le contraire de sa soeur. Timide, effacée, introvertie même, elle ne cache pas bien longtemps ses orientations sexuelles, dont elle semble avoir une certaine honte pourtant... De plus, ses sentiments vont tous vers une seule et même personne...

Naomi Campell (si, si), est une féministe convaincue et une utopiste à l'essai. Intelligente, elle l'est assurément, raleuse également, mais elle n'assume absolument pas son homosexualité, du moins, au départ. Elle sera aussi la cible préférée de Cook en matière d'assauts de drague râtés. Sa mère est une sorte de beatnik vivant en communauté avec d'autres parasites, ce qui ne lui plaît guère d'ailleurs...

D'autres protagonistes sont aussi très présents dans la série, comme : 

Johnny White, le  malfrat qui veut racketter Thomas et tuer Cook.

Anthea, la mère d'Effy est une femme posée et qui a l'air de s'en foutre de tout.

La petite soeur de Freddie, Karen, rêve de devenir chanteuse et danseuse. Elle fut finaliste d'une émission de radio-crochet télévisuelle très...spéciale, du nom de "à la recherche de la sex-bombe" (ouais, elle n'a que 16 ans quand-même).

L'esprit des deux premières saisons est préservé, avec des personnages hauts en couleur, mais le mélodrame prend le pas sur la comédie bon enfant. On regrette surtout que l'accent n'est pas spécialement mit sur les protagonistes. Heureusement, les grands points qui ont fait le succès des deux premières saisons sont toujours présents, voire un peu plus développés même... Mais la fin est vite expédiée, et très bizarre... Alors n'oubliez que "je suis Cook, mec, j'suis Coooooooookkkkkkkkkkkkkkkkkk" ! ! ! ! ! !

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Série (de A à) Z (Séries TV)

Salut les p'tits loubards accros aux substances plus ou moins licites ! En ce moment, je me refait un marathon Skins, cette série avec des ados, pour des ados, mais qu'il ne faut surtout pas laisser à leur portée (aux ados). Portrait d'une jeunesse qui fout les jetons...

Tout d'abord, la série comporte 7 saisons, en tout. Toutes les deux saisons, les protagonistes changent radicalement, avec juste un lien plus ou moins fort avec les anciens personnages. Pour le moment, nous allons évoquer les deux premières saisons, puisqu'à partir de la troisième, on efface (presque) tout le casting pour recommencer de plus belle.

L'histoire principale se passe en Angleterre, à Bristol, petite ville tranquille, semblable à toutes les banlieues dortoirs d'Europe. Tranquille ? Pas tant que cela, car Tony et ses amis y mettent un sacré bordel, à grands renforts de drogues, d'alcool et de sexe...

La série se décompose en deux parties, pour les deux saisons. D'abord, elle nous présente chaque personnage et se focalise principalement dessus. Ensuite, lors de la deuxième saison, elle prend un angle d'ensemble et s'amuse à relier chaque protagoniste. Voici les différentes têtes que vous y croiserez : 

Tony Stonem, c'est un petit bourge intelligent, qui bénéficie, en plus, d'une belle gueule et d'un charisme à toute épreuve. Justement, il le sait bien, et use de différentes manipulations pour se jouer de tous ses amis, notamment la jolie Michelle, sa copine, mais surtout...

Cid, de son vrai prénom Cidney. Looser permanent, ne sachant jamais comment réagir et se rebeller, il est la bonne poire par excellence. Gentil (trop même), manipulable au possible, toujours en train de se plaindre ou de demander pardon, Cid est pourtant le personnage que l'on aimera le plus rapidement. Pourtant, il n'est pas le dernier pour faire la fête, mais est un crado perpétuel. Ah oui, il est dingue de Michelle, ce qui fait beaucoup de mal à...

Cassandra, dîte Cassy. Alors elle, elle est très mignonne, plutôt intelligente, relativement chaude est sexy, mais...complètement folle aussi. Anorexique et totalement déconnectée de la réalité, elle semble appartenir à un autre monde. En fait, à chaque déconvenue avec Cid, elle tente le suicide, ou se barre tout simplement, laissant le pauvre jeune homme sans aucune explication (et comme il n'est pas bien malin...). Sinon, son émancipation express sera fulgurante, mais montrera aussi son véritable problème : ses sentiments qu'elle ne peut pas contrôler...un peu comme...

Maxxie, homosexuel qui s'assume totalement. Aimant la danse et les garçons, aucun de ses amis ne lui en tient grief. En fait, il est même très charismatique, mais a du mal à exprimer, lui aussi, ses sentiments amicaux à...

Anwar, petit con, tout simplement. Alors, il est sympa Anwar, mais il se comporte comme un abruti avec les femmes. Il veut se faire croire homme sexy, mais se ramasse tout le temps... De plus, c'est un mauvais musulman, car il téléphone lors de la prière, fornique (ou essaye), et surtout, contrairement à sa religion, gobe un tas de cachetons...Tout comme...

Chris, le camé de la bande, le vrai... Bien sûr, il n'utilise aucune drogue dure, mais est toujours défoncé, et s'étonne des effets de certaines pilules bleues... Raide dingue de sa professeur de psychologie, de dix ans son ainée, vivant avec une mère borderline et fugueuse, Chris va vite comprendre que son père ne veut pas de lui. Et nous, nous découvrirons un passé lourd, très lourd...

Michelle, c'est la bombe du lycée, celle sur qui tous les mecs bavent avec envie, surtout Cid. Mais voilà, c'est Tony son copain, et malgré les sales coups qu'il lui fait, elle en reste dingue. Loin d'être une simple bimbo, Michelle est loin d'être idiote, mais joue beaucoup trop de son physique et ne se pose pas trop de questions...contrairement à...

Jalander (ou Jal, elle préfère) est une femme d'une grande intelligence, mais qui reste surtout la casseuse d'ambiance. Elle ne sait pas dire oui, et réfreine la plupart de ses envies. Douée pour la musique, notamment la clarinette, c'est là le chemin qu'elle aimerait prendre, au grand dam de son père qui est une star du rap des années 90...

D'autres personnages feront leur apparition, mais sont, soit des protagonistes secondaires, soit présent que pour la seconde saison, comme par exemple...

Sketch, qui est folle amoureuse de Maxxie, bien qu'étant au courant de son homosexualité. Elle va jusqu'à se grimer en garçon et provoquer des accidents pour parvenir à ses fins. Provoquant une certaine pitié, très obsessionelle, elle n'en demeure pas moins un personnage attachant...mais folle...complètement folle...

Je vais tout de même parler d'Effy, ou Elysabeth, la soeur de Tony. En fait, elle sera au centre des saisons 3 et 4, mais a droit à sa petite histoire ici. Elle a l'air d'une gentille petite fille de 15 ans, mais...sort presque tous les soirs pour tester tous les produits possibles... Elle restera une sorte de maillon liant chacun des autres personnages, mais on en parlera plus amplement une prochaine fois...

Citons aussi Abby, la petite bourgeoise avec laquelle Tony aime faire des galipettes en douce. Pandora sera aussi un des protagonistes principaux des prochaines saisons, ainsi que la meilleure amie d'Effy... Et même Josh, le frère d'Abby qui se vengera cruellement des conneries de Tony, ou alors Madison le Barge, dealer complètement psychotique, qui fréquente le même établissement médical de Cassie...

Bon, nous avons là une sorte de comédie dramatique basée sur les sentiments amoureux entre adolescents entrant dans l'âge adulte. Sauf qu'ici, on flirte facilement avec le trash, puisque la série se base essentiellement sur la drogue et le sexe...bref, une série d'ados qui n'est pas vraiment faite pour eux...

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Série (de A à) Z (Séries TV)

Salut bande de loubards dopés à la caféine ! Nouvelle rubrique cette fois-ci sur des séries de mon enfance que j'ai plus ou moins connu... Là, c'est un petit loot dans un vide-grenier qui me fait faire cet article, puisque, à l'époque de sa diffusion, cette série ne m'avait pas vraiment accroché...jusqu'à ce que je la visionne avec des yeux plus adultes (enfin adulte, façon de parler). Voici donc Pause Café !

 

L'histoire se passe au début des années 80, avec une jeune assistante sociale pleine de vie et d'idées utopistes, qui vient de décrocher son diplôme, et son premier job, dans un lycée assez calme...enfin, rien à voir avec une ZEP de nos jours...

Joelle Mazart, interprétée par la charmante Véronique Jannot, est une femme gentille, douce, mais aussi très dynamique...peut-être même trop dynamique...car, outre son métier d'assister les élèves dans leurs démarches éstudiantines, la voici partie en guerre contre leurs problèmes personnels, souvent en adéquation avec la vie scolaire.

J'aurais bien aimé avoir une assistante sociale comme elle moi...

Malheureusement pour elle, il y aura quelques obstacles de taille, et notamment le sexisme de ce milieu hautement masculin, en la personne du proviseur himself, joué froidement par Jacques François (pas n'importe-qui), mais aussi les rigueurs absurdes de l'administration française et le peu de crédibilité que l'on donnait, en ces jours, aux nouveaux métiers sociaux. De plus, et pour ne pas l'aider, son jeune âge (23 ans) sera également un frein puissant quant à la bonne marche de ses démarches (c'est pas une belle phrase ça ?). D'ailleurs, tous les prétextes seront bons pour nuire à son épanouissement professionnel, comme les boutades sur ses vêtements et sa déco spéciale djeuns des 80's, mais aussi la négation pure et simple de toutes ses demandes, pourtant très louables (un téléphone dans son bureau, par exemple).

Bon, attaquons maintenant le coeur du problème qui est...et bien le problème justement, ou plutôt les problèmes des ados. Nous avons là le schéma classique des soucis que peuvent rencontrer chaque lycéen ou collégien, et encore de nos jours, le dilemme reste d'actualité. Puisqu'ici, on parle de sexe, de drogue, d'inceste, de viol, de conflit avec les parents et les enseignants, des méthodes obsolètes dictées par un drilo complètement dépassé par les évênements et se croyant commandant d'un camp militaire perdu au fin fond de la forêt noire...

On peut être sûr, quel que soit le soucis de l'adolescent, Joelle va s'en méler...

Mais voilà, on a bien l'impression que la censure française bien connue est passée par là, car les thèmes développés, aussi émouvants et graves soient-ils, ne sont qu'évoqués, voire survolés. Bien-sûr, la jeune femme de 17 ans victime de viol par son beau-père, on le comprend rapidement, mais lors de la scène explicative, on se dit simplement que le fautif n'a pas été très loin dans ce schéma de séduction dégoutant (il joue en fait avec la fille, la poursuit dans l'appartement, la touche un peu...) Bon, c'est horrible déjà, mais c'est dans l'épisode suivant que l'on apprend qu'il y a bien eu plus que cela...

Et c'est là le principal soucis de la série, les thèmes abordés sont à peine introduits (sans mauvais jeu de mots), on nous les balance au visage d'un coup, puis, on les éclipse par la suite avec d'autres soucis de jeunes, pour les ressortir un peu plus-tard. Bref, loin de faire comme d'autres séries du même genre (Les Années Collège), on ne fait pas un épisode sur un personnage en particulier, mais on mélange, on croise, on démèle plusieurs histoires, qui prendront leur essor que vers la fin de la série, qui ne compte d'ailleurs que 6 opus d'une cinquantaine de minutes chacun.

Image non traitée, audio en mono, on se crorait presque dans un film des Charlots là...

Et c'est d'autant plus dommage que le jeu d'acteur est, en général, assez bon. Véronique Jannot est parfaite, tantôt douce et amoureuse, tantôt rebelle et en colère. Les élèves sont aussi assez juste, malgré quelques personnages très fades, et d'autres vraiment fort en personnalité. D'ailleurs, vous y verrez les début à l'écran d'un chanteur adulé par les femmes, qui n'est autre que Marc Lavoine...

Pour conclure ce premier aperçu d'une vieille série, je dirais que l'expérience est plaisante et soulève des problèmes vraiment intéressants, mais que l'entrée en matière reste trop juste et que les dilemmes évoqués ne sont que survolés en fin de compte. Par contre, et c'est une bonne initiative, on voit que le fil conducteur entre les six opus est toujours présent...les épisodes se suivent donc...mais comme les personnages sont mits en vrac dans chacun d'eux, on risque bien de se perdre dans l'histoire qui, heureusement, est très courte. N'empêche que je me suis fait la série d'une traite...

Ah oui, et les deux génériques sont cultes, vraiment, surtout celui de la fin. Par contre, et comme souvent pour les séries françaises de l'époque, la bande originale n'est pas toujours en phase avec l'action (du synthé pour une scène dramatique...mouais, bof hein...). Et pourquoi Pause Café, comme surnom pour la charmante Joelle ? Simple, elle propose toujours un café à qui se présente dans son bureau...

Tiens, voici le premier...

Nom : Pause Café.

Année : 1981.

Présentation : coffret 3 DVD, bonus anecdotique (juste une filmographie), pas de restauration vidéo ou audio.

Acteurs : Véronique Jannot (Pause Café), Jacques François (le directeur), Marc Lavoine (Alain), Anna Gaylor (madame Mazart), Alain Courivaud (Lionel, le petit-ami de Joelle)...entre autres...

Genre : drame social.

PEGI : tous publics.

Durée : 6 épisodes de 52 minutes chacun.

...et voici le second, la fin quoi...

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Édito

 

Vous aimez vous battre contre une horde de gobelins amateurs de chair fraîche ? Les labyrinthes du Baron de Sukumvit ne vous effraient nullement ? Vous dépeceriez une brigade entière de trolls des cavernes pour quelques piècettes d'or et pour sauver une jeune fille en détresse ? Et en plus, vous vouez un culte sans borne et sans faille au grand Nyarlathothep ?

 

Alors, rejoignez le pire personnage de jeux de rôle possible et inimaginable...

Archives

Favoris