La guilde obscure

Par Masahiko666 Blog créé le 07/09/12 Mis à jour le 08/12/16 à 09h35

Bonjour à tous !! Ici, je traiterais de différents sujets, notamment de Jeux de Rôles sur consoles de salon, souvent en version oldies.
Alors, prenez un bon coussin pour y déposer votre postérieur délicat, et écoutez, commentez, poussez des coups de gueule... Faîtes comme chez vous, quoi...

Ajouter aux favoris
Signaler
Rpg à découvrir absolument.

C'est fait, le messie des hack'n slash vient de débarquer sur nos consoles next-gen (enfin plus pour longtemps la next-gen). Et l'on peut dire que Diablo 3 est réussi, aussi bien graphiquement que scénaristiquement. Mais, saviez-vous que le premier de la série (Diablo donc) fut adapté sur console ? Non ? Et bien, voici de quoi vois rafraîchir la mémoire dans la fontaine de jouvence au fond de ma guilde. N'ayez pas peur, prenez une coupe en étain et servez vous un peu de ce doux breuvage...

 

LE NOMBRE DE LA BETE

Le village de Tristram n'est pas banal. Il renferme, dans les soutterains de son monastère, la prison d'un démon surpuissant du nom de Diablo. Après avoir été banni des enfers, ce dernier, ainsi que ses frères, Baal et Mephisto, sema le chaos et la mort sur Terre. Pour les vaincre, des prêtres, emmenés par l'ange Taryel, les enfermèrent dans des pierres d'âmes, et les scellèrent aux quatres coins du royaume, dans des forteresses jusqu'ici oubliées.

Malheureusement, Léoric, un seigneur du nord, s'auto-proclama roi du royaume, et prit ses quartiers dans la forteresse où le démon fut enfermé. Les serviteurs de Diablo réussirent à pénétrer dans l'esprit du nouveau roi, et l'obligèrent à détruire la pierre d'âme dans laquelle la créature démoniaque résidait. S'ensuivra une guerre entre Diablo et les troupes du roi, mais bien-entendu, la débandade fut courte pour les humains. Par la suite, des villageois tentèrent de pénétrer dans le monastère afin d'y affronter Diablo, mais peu en revînrent vivant...

L'interface est claire, et se marie aisément avec l'écran de jeu.

C'est dans ce contexte que votre héros arrivent dans le village de Tristram.

 

INCARNEZ QUI VOUS VOULEZ

Au début du jeu, vous devez choisir entre trois personnages aux caractéristiques différentes. Le guerrier sera fort au combat de corps à corps ou à l'arc, mais n'utilisera que très peu de magie. L'archer sera un éxcellent tireur et un bon chasseur de trésor, mais peu résistant au dégats, surtout magiques. Le magicien, quant à lui, sera bon pour lancer des dizaines de sortilèges, mais ne saura pas utiliser des armes plus conventionnelles. Sachez que, selon votre choix de personnage, vous ne pourrez plus le changer par la suite.

Choisissez votre personnage sur cet écran, avec les caractéristiques sur le côté.

Avant de vous lancer dans l'aventure, parlez avec les habitants du village (enfin les rares qu'il reste), car certains auront de petites quêtes à vous confier. Si les premières sont assez banales (retrouver une enseigne de magasin, ou un champignon, par exemple), elles seront un peu plus motivantes par la suite. Pourtant, il ne s'agira surtout que de trouver un objet spécifique. Et selon la partie, ces quêtes seront différentes (quoiqu'en poussant l'aventure, on s'aperçoive qu'il n'y a que deux algorythmes différents pour celles-ci). Pour faire plus simple, soit ce sera les quêtes de type A, soit celle de type B...

Ensuite, descendez dans le monastère pour arpenter des labyrinthes remplis de monstres en tous genres (dans les premiers niveaux, ce seront des squelettes et autres morts-vivants). Mais rapidement, vous vous apercevrez de quelque chose de bizarre. Les adversaires deviendront rapidement difficiles à éliminer, voire impossibles même.

Parlez aux différents pnj pour aggrémenter l'aventure de quêtes annexes, et pour collecter quelques infos.

De plus, le guide du jeu vous explique que les dédales sont générés aléatoirement, et qu'ils changent d'une partie à l'autre. Mais pourquoi ? Et bien, le jeu propose un choix plutôt original, qui donne tout son sens à ces labyrinthes aléatoires. Vous pouvez enregistrer votre partie (normal quoi), mais aussi votre personnage. Et là, seule sa progression, ses items et ses caractéristiques sont imprimés en mémoire. Vous pouvez donc recommencer une partie depuis le début, mais avec une personnage plus puissant...et comme les donjons sont renouvellés à chaque jeu... Et vue la difficulté des combats (surtout contre Diablo et ses lieutenants), il faudra rebooter votre partie plusieurs fois.

 

BESTIAIRE DE LA BETE

Je l'ai déjà dit, les combats seront ardus. Les monstres qui peuplent les soutterains sont, pour la plupart assez simple à vaincre. Si vous êtes archer ou magicien, éloignez vous le plus de la bataille pour éliminer les ennemis de loin. Et si vous êtes un guerrier, tentez de vous mettre devant une porte pour éviter l'encerclement par les adversaires, et ainsi anihiler les menaces une par une.

Par contre, et tous les quatre niveaux, vous tomberez nez à nez sur un lieutenant de Diablo, une brute plus forte que les autres. Elles sont souvent reliées aux mini-quêtes des habitants de Tristram, et demanderont une certaine technique pour les battre. De plus, et c'est tout ce qui fera le challenge, ces bras droits du démon lâcheront souvent une arme ou armure unique qui vous confèrera des pouvoirs spéciaux et des caractéristiques gonflées.

L'inventaire est un peu bordélique, et me fait penser à celui de Resident Evil 4.

Sachez surtout que les monstres sont toujours en nombre important, quelquefois en sécurité derrière une grille ou une porte, et que vous ne les verrez pas s'ils ne sont pas visibles (pas de vue à travers les murs).

 

MARCHE FORCEE

Vous ne pouvez vous déplacer qu'à pied dans les dédales, mais heureusement, il y a des passages directs tous les quatre niveaux pour rejoindre plus rapidement le village et recevoir vos récompenses, souvent désuettes. Vous trouverez aussi des parchemins (ou un sort pour le magicien) qui vous téléporteront au même endroit. Pratique pour vendre vos trouvailles, et dépenser votre or ramassé sur les monstres et dans les coffres.

Là, il y aura un marchand qui vous vendra des armes et armures, mais pourra aussi racheter votre bardat, et réparer votre équipement qui recevra des coups et se détèriorera. Un commerçant pourra vous vendre de la nourriture et un sorcier vous proposera des potions (notamment pour vos points de vie et votre mana, qui est la source de toute magie). 

Cette porte rouge est un portail qui vous emmènera directement dans le village.

Un écran de menu est disponible durant le jeu, dans lequel vous pourrez gérer votre équipement (et où il vous sera possible de revêtir différentes armures, bouclier, armes,...), mais aussi vos sorts, vos objets ceinture (qui seront utilisables en pressant un bouton), vos caractéristiques et vos quêtes.

 

PC CONTRE PLAYSTATION

Le jeu PC ne prenant pas énormément de ressources (il fallait une ram de 32 mo), la conversion Playstation causa quelques soucis aux développeurs, car elle ne dispose que de 2 mo de ram, avec une mémoire vidéo de 1 mo seulement. Et le problème se posera à chaque portage de jeux PC (notamment celle de Theme Hospital par exemple). Il fallut donc faire quelques sacrifices qui risquaient de plomber l'aventure sur console de salon. Et le gameplay s'en ressent énormément, comme le frame rate des déplacelement très famélique. Les mouvements des personnages, comme des ennemis, sont mal décomposés, et cela donne un des déplacements saccadés. La caméra a subit le même traiement, et le scrolling n'est pas fluide du tout. On est loin des 50 images par seconde, là...

Certains monstres sont, en fin de compte, de véritables mini-quêtes ambulantes.

De même pour les décors, il règnera une forte odeur de pop-up (c'est hallucinant pour un jeu qui n'affiche pas ses graphismes à vitesse grand V), et les murs et autres portes se profileront de manière soudaine devant vous. Ce sera d'autant plus bizarre que le jeu est en 3D isométrique (vue de 3/4). Le bestiaire sera aussi moins fourni que sur PC, et la diversité des monstres sera moindre, ce qui occasionera, bien-sûr, des vagues de mêmes ennemis. Les boss seront également en RTT pour certains...De vrais fonctionnaires quoi... Pourtant, toutes ces tares ne sont pas très ennuyeuses, et seront rapidement relayées au second plan.

Car les avantages sont aussi au rendez-vous avec Diablo. La musique est déjà excellente avec quelques riffs de guitare sympathiques (là, je pense surtout à l'ambiance dans le village). Dans les couloirs emplis de monstres, la bande son sera plus sombre et oppressante. Et la musique sera amplifiée par les cris des créatures mourrantes ou alléchées par vos jambonneaux succulents. Les voix sont aussi de grande qualité, et chaque personnage aura ses petites phrases fétiches, tantôt effrayantes, tantôt marrantes (le poivrot est génial). Et chaque dialogue sera ponctué par une fenêtre où le texte sera écrit. Le seul soucis vraiment énervant sera que le défilement de ce texte est d'une trop grande lenteur. Sans compter que la police de caractère est, certes classe, mais peu lisible.

Si l'on reconnait facilement les protagonistes et les adversaires, ils seront tous un peu flous, ce qui gène un peu la visibilité de l'intégralité du jeu. Surtout que, lorsque vous visez un monstre, ce dernier sera entouré d'une aura rouge, ce qui le détachera certainement du groupe, mais ne rendra pas cet amas de chair aggressif plus intelligible. Sinon, ce sera essentiellement la lenteur du jeu qui vous énervera un peu, mais bon, ce n'est pas grave... Les commandes répondent bien, avec toutefois un petit temps de latence, peu préjudiciable.

Voici un petit truc pour emmagasiner plus d'argent (car votre bourse n'est pas sans fond). Déposez vos liquidités par terre, devant le magasin du village, elles resteront là durant toute la partie. Même constat pour vos items.

Mais ce qui fait la grande originalité de ce jeu, c'est bien entendu ses labyrinthes générés aléatoirement. En fait, ce ne sera que la construction générale qui sera prise en compte. Les graphismes et les décors seront toujours dans les mêmes temps, du moins dans chaque niveau. Par contre, la difficulté est mal dosée. Les premiers affrontements sont assez simples, même pour un personnage de niveau 1, mais ils deviendront vite envahissant et compliqués, surtout dans les derniers niveaux et contre Diablo himself.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La genèse de la série Diablo est présente sur Playstation, bien que la machine ne se prète pas spécialement au genre. Pourtant, le mélange action/rpg prend comme une bonne sauce béchamel sans grumeau. Si le scénario est peu original (comme la plupart des jeux de rôles sur console d'ailleurs), il donne tout de même envie de se lancer dans l'aventure. Mise à part les quelques tares, due essentiellement aux capacités limitées de la machine, ce jeu est un must pour tous passionnés de jeux de rôles, mais aussi pour ceux qui ont apprécié la troisième mouture. Même s'il est compliqué à dénicher, le prix ne sera pas très onéreux, du moins pour un jeu de ce type...

 

Graphismes : 12/20.

Sons : 17/20.

Jouabilité : 11/20.

Scénario : 14/20.

Durée de vie : 16/20.

Sentence

15/20

 

Machines : Playstation, PC, Mac.

Sortie : avril 1998 (1997 sur PC).

Genre : action/rpg (hack'n slash).

Développeur : Blizzard Entertainment.

Editeur : Electronic Arts.

Difficulté : ça devrait aller...

Qui se ressemble : Baldur's Gate, Sacred.

Prix constaté :10 à 19 euros environ.

Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Commentaires

Masahiko666
Signaler
Masahiko666
Je suis d'accord, le jeu reste tout de même jouable. Mais après avoir joué à Diablo III, ça fait mal de reprendre le vieux pad sans stick analogique. Pour Theme Hospital, le défit fut de même, faire tourner un jeu qui prenait 32 mo avec une bécane qui n'en a que 2...et le résultat est excellent, avec les mêmes tares que Diablo (graphismes flous et animations rachitiques). Mais comme c'est de la gestion...
Donald87
Signaler
Donald87
Les développeurs s'en sont quand même pas trop mal sorti sur la bécane de Sony ... Ce n'était pas évident ...
Masahiko666
Signaler
Masahiko666
Simple...je n'y ai pas touché sur PC... Et je comparerais toujours les versions PC et consoles, ne serait-ce que pour le fait qu'elles sont souvent très différentes, et que l'une ne reflète pas tout le temps l'autre...surtout qu'entre un PC des années 97 (un 386 ou 486, je dirais) et une Playstation, la différence est énorme.
Retromag
Signaler
Retromag
nan, il a osé comparer la version PSX à celle du PC ! Le concept de Diablo est quasiment inattaquable mais pour l'avoir fait à l'époque sur micro, j'avais beaucoup mais alors beaucoup de mal sur la console de Sony. Je ne sais pas comment tu as fait pour tenir...

Édito

 

Vous aimez vous battre contre une horde de gobelins amateurs de chair fraîche ? Les labyrinthes du Baron de Sukumvit ne vous effraient nullement ? Vous dépeceriez une brigade entière de trolls des cavernes pour quelques piècettes d'or et pour sauver une jeune fille en détresse ? Et en plus, vous vouez un culte sans borne et sans faille au grand Nyarlathothep ?

 

Alors, rejoignez le pire personnage de jeux de rôle possible et inimaginable...

Archives

Favoris