La guilde obscure

Par Masahiko666 Blog créé le 07/09/12 Mis à jour le 08/12/16 à 09h35

Bonjour à tous !! Ici, je traiterais de différents sujets, notamment de Jeux de Rôles sur consoles de salon, souvent en version oldies.
Alors, prenez un bon coussin pour y déposer votre postérieur délicat, et écoutez, commentez, poussez des coups de gueule... Faîtes comme chez vous, quoi...

Ajouter aux favoris
Signaler
Oldies, but goodies. (Jeu vidéo)

Salut les p'tits loubards à l'âme vagabonde ! Il est des jeux qui tentent, tant bien que mal, de redéfinir les codes de leurs ainés. Certains proposent un scénario digne d'un film, d'autres des façons de jouer originales, certains vont même jusqu'à mélanger les genres pour faire emmerger une nouvelle race de loisir vidéoludique. Malheureusement, beaucoup s'y sont cassés les dents, faute à une mauvaise communication ou un gameplay trop en avance sur son temps... Et c'est dommage, car souvent ces outsiders avaient tout le potentiel pour s'imposer auprès des gamers les plus exigeants. Mais Omikron fait mieux, il propose plusieurs façons de jouer, regroupant ainsi plusieurs fans. Mais à trop vouloir bien faire, peut-il accrocher véritablement un type de joueur bien défini ?

JE VEUX TON AME

Tout commence par une voix qui vous hèle... Oui, oui, elle vous appelle, vous, le joueur... Elle appartient à un monde, Omikron, qui est en grand danger. En effet, dans ce monde futuriste, une organisation terroriste sème la terreur au sein des diverses communauté, en perpétrant des attentats meurtriers.

Kay'l, un flic peu zélé, vient d'essuyer une défaite face à des robots censés protéger la ville et ces citoyens. Mais, si son âme est détruite, son corps reste toujours en bon état. Et c'est ce que veut la voix, justement, que vous pénétriez dans son corps, afin de continuer l'enquête du malheureux représentant des forces de l'ordre sur ledit groupe terroriste. D'ailleurs, petit détail amusant (ou énervant, ce serait plus logique), le jeu vous demande si vous accéptez la mission. Dans un cas de refus, c'est le retour...à l'écran-titre, ce qui ne sert à rien du tout...

Les combats en un contre un sont...comment dire...bien mous...

 

Enfin, bref, vous voici dans la peau d'un flic, dans un monde totalement inconnu, à devoir enquêter sur des faits que vous ne connaissez pas... La simplicité même... Et comme tout commence à l'endroit le plus logique pour un policier, rendez-vous au commissariat du district.

 

DU GRIS A L'AME

En découvrant un petit peu le monde futuriste qui est vôtre dorénavant, vous remarquerez que tout n'est que métal et pierre. Arrivé devant la lourde porte de la cabane poulaga, un énorme robot y monte la garde, mais ne fera pas de chichi pour vous laisser y pénétrer. Par contre, une fois à l'intérieur, une machine du même acabit vous barre l'accès à l'ascenseur, à croire que celui-là peut lire dans votre subconscient... Après une visite de routine dans tout le bâtiment sous-terrain et avoir essayer d'ouvrir toutes les portes, vous voici enfin dans votre bureau. Mais pas le temps de révasser, votre supérieur vous demande de suite...

Au rapport ! Vous devez expliquer la perte de votre coéquipier, ou plutôt sa disparition à une femme qui ne s'en laisse pas compter apparemment. Pire, on croirait la cheftaine du dortoir des filles de l'internat du Sacré-Coeur, dans les années 50... Et comme cette...disons femme...aime user de son autorité masculine, vous voilà investi d'une nouvelle mission : interroger une jeune femme, prisonnière dans le quartier de détention, et visiblement activiste des Eclairés, les terroristes.

Le monde d'Omikron est vivant, et ça fait plaisir... Après, s'il n'y avait pas tous ces clones de voitures qui se suivent...

Et elle n'est pas facile la gamine, mais la partie aventure commence à ce moment avec un petit jeu de question/réponses, tout comme un interrogatoire. Et c'est à vous de choisir les mots à utiliser, sachant que certains seront plus ou moins agressifs. Néanmoins, vous apprendrez qu'elle fait effectivement partie des Eclairés, mais vous pourrez la condamner ou la disculper, selon votre choix...

 

SAUVEZ NOS AMES

Et c'est maintenant que l'immersion débute réellement, car vous devez arpenter la ville jusque l'appartement de la prisonnière, histoire d'y glaner des infos. Et quand je parle d'immersion, je veux dire que l'histoire va tout simplement vous submerger, avec un monde totalement construit, cohérent et surtout prenant. Car, outre le fait de suivre l'intrigue principale, vous pouvez vous octroyer le droit de vous balader partout (ou presque), entrer dans les magasins, acheter des items divers...ou tout simplement rentrer chez vous...ou encore déjeûner avec votre petite amie...sans parler des appels de détresse, si vous êtes un vrai flic dans l'âme...

Kay'l peut marcher, courrir, mais aussi prendre un taxi qui le mènera directement à sa destination, moyennant une petite cinématique non-passable. Il dispose surtout d'un mini-ordinateur sur le bras, comme le pip-boy de la série Fallout. Vous pouvez y ranger vos affaires, votre argent, glaner des infos, appeler un taxi, voir la carte des environs... Il sera aussi en contact avec un ordinateur, que l'on trouve un peu partout, notamment dans votre bureau ou chez vous, pour stocker les items inutiles ou pour faire de la place...

Ah...c'est pour ça le PEGI 12 ?

Mais la grande nouveauté de ce titre, c'est la possibilité de se réincarner dans un autre corps. Ces derniers se trouvent un peu partout, et se caractérise par des pnj immobiles. En vous approchant (et après avoir appris le sort adéquat pour prendre le contrôle de quelqu'un d'autre), vous connaitrez les comptétences spéciales qui vous seront, peut-être, octroyées... Alors, choisissez bien, car le lutteur du temple et bien plus fort que la petite laborantine de la morgue...

 

JOUER AVEC VOTRE AME

Je l'ai dit en introduction, le gameplay est multiple dans ce jeu. Si vous commencez avec un jeu d'aventure, vous passerez rapidement à un jeu de combat, à la Street Fighter (enfin, plus proche de Virtua Fighter, en fait). Vous devrez alors donner des coups de pieds, de poings, pour vous défaire d'un adversaire particulier. Le soucis avec cette partie, c'est que la jouabilité, bien que simpliste, reste très molle, et plutôt que d'élaborer une stratégie guerrière, vous préférerez certainement une approche plus bourrine...surtout que les adversaires sont souvent plus véloces...

Ensuite, vous aurez également une partie FPS, où le maître mot sera de s'infiltrer dans un endroit, de dégommer tous les casse-pieds qui se mettront au travers de votre route, et survivre...Surtout survivre... Car ces niveaux sont relativement ardus... Pas seulement parce-que le moindre ennemi vous voyant vous saute sur le rable ou vous canarde, mais surtout à cause d'une maniabilité, encore une fois, molle et hasardeuse. Déjà, se déplacer nécessite quelques trésors de patience car votre personnage ne sera pas précis, mais surtout il faudra s'apporcher assez près d'un adversaire pour espérer viser juste... Ouais, viser dans ce jeu n'est pas une sinécure, au contraire... Mais bon, après un certain temps d'adaptation, les plus persévérants d'entre vous arriverons à faire quelque chose de potable... Heureusement que dans ces phases, il y a des items de regain d'énergie, mais pas énormément, ce qui vous apprendra à utiliser une approche furtive, plutôt que bourrine.

Les phases de fps sont sympas, mais peu précises. C'est ce qui les rend si difficile...

Et puis, j'ai faillit oublier... Durant les phases d'aventure, vous aurez quelques épreuves de type plates-formes, où vous devrez sauter droit et surtout au bon moment. Est-il utile de vous dire que les sauts sont relativement approximatifs et que, de ce côté-là aussi, il faudra un peu de patience pour les réaliser à la perfection... Et je ne parle pas des moments où vous devez nager, c'est tout simplement horripilant de lenteur...

 

L'AME SOEUR

Disons le tout net, Omikron a de la gueule...enfin presque... Si les visages sont superbes, et les animations vraiment détaillées (surtout au niveau des cut-scenes, les bouches sont tout simplement hallucinantes de réalisme...un peu trop même...), force est de constater que les protagonistes ne sont pas si jolis que ça... On dirait de la Playstation 1 lissée, mais restons indulgents, il s'agit d'un jeu du début de la console... Par contre, les décors ne sont pas mal du tout, ça bouge un peu partout, la ville reste vivante...mais c'est ici que le bas blaisse, car justement, les animations des pnj et des véhicules sont...comment dire...très similaires entre-elles. Pour faire simple, il ne sera pas rare de voir une flopée de véhicule identiques, arriver à la suite sur la route...ça fait bizarre, un peu clone... Au nvieau des textures, ça pique un peu les yeux quand-même, surtout dans les phases de fps. Mais comme le monde est d'une grande cohérence, on lui pardonne ces choix...

La bande sonore est tout simplement excellente. Les dialogues sont écrits et parlés, avec des comédiens souvent de bonne qualité. Les musiques sont très futuristes et participent grandement à l'ambiance "Blade Runner" du jeu. De plus, que dire de l'apparition magique du grand et regretté David Bowie, qui joue le rôle d'une rock star pas très...honnête... Là, à ce niveau, c'est du tout bon, jusqu'aux publicités dans les magasins...

Vous menez également l'enquête sur des meurtres bien étranges et sanglants...

 

Ah, oui, il faut bien en parler de ça... La maniabilité générale est correcte, mais ne casse pas des briques rouge non-plus. Disons que, dans la partie aventure, ça passe, mais durant les phases d'action (combat et fps), ce n'est pas aussi bien. Le soft manque de réactivité et de précision, et les objectifs sont également assez flous quelque fois. Du coup, il n'est pas rare de se perdre dans un labyrinthe car l'endroit à atteindre est tout simplement mal désigné. Bof, voyons le bon côté des choses, ça nous fait un peu plus de balade... Et puis, sachez que les temps de chargements sont à moitié cachés. S'il en persiste en passant d'une zone à l'autre, une fois entré dans le niveau, le jeu ramera énormément à cause de loadings en plus. Et là, s'il faut attendre de reprendre le paddle que le jeu est fini ses accès disque, autant mettre un écran d'attente...

Heureusement que le scénario soit si prenant. En effet, si l'aventure commence banalement (quoique, un jeu qui vous demande de l'aider en s'adressant directement à vous, ce n'est pas banal), l'histoire s'étoffe assez rapidement, en proposant plus qu'une simple enquête. Les rebondissements sont légions, la compréhension du monde qui vous entoure est en perpétuel mouvement, et surtout, le jeu n'est absolument pas linéaire...malgré quelques phases lourdes et redondantes. Et puis, le travail effectué sur le background du monde d'Omikron est tout simplement phénoménal. Vous trouverez, en lisant le livret du jeu et en dénichant des livres, toute l'histoire d'Omikron, de ses origines aux conflits politiques actuels. Vraiment, rarement un jeu nous avait emmené aussi loin dans la science-fiction.

Le jeu est long, enfin assez pour vous maintenir une dizaine d'heures devant votre écran, et ce par une difficulté quelque fois démoniaque, mais jamais insurmontable.

-------------------------------------------------------------

Omikron : the nomad soul, est un jeu qu'on pourrait qualifié de bac à sable. On peut y faire un peu ce que l'on veut, le monde est relativement ouvert (mais pas trop), et les différents gameplay promettent aucun ennui. Enfin, ça c'est sur le papier... Car manette en main, le constat est tout de suite plus mitigé. Prise en main mollassone et peu précise, objectifs pas clairs, les moins patients d'entre vous lâcheront l'affaire avant d'avoir réellement démarrer le scénario. Mais comme le monde est bien écrit et que l'histoire reste convaincante, ça vaut le coup de s'accrocher un peu, car vous ne sortirez pas indemne de cette expérience, ô combien spéciale... Pour un premier coup, ce n'est pas mal...

L'âme du guerrier : scénario intéressant, monde bien ancré, graphismes corrects, originalité, différents gameplay...

Ame en peine : ...qui sont très mal exploités, des loadings intempestifs, peu de précision, pas très clair.

 

Graphismes : 15/20

Sons : 19/20

Jouabilité : 11/20

Scénario : 19/20

Durée de vie : 16/20

Sentence

15/20

 

Machines : Dreamcast, PC.

Genre : aventure/action.

Développeur : Quantic Dream.

Editeur : Eidos Interactive.

PEGI : 12 ans.

Difficulté : pas mal.

Sortie : octobre 1999.

Prix : sur pc, pas cher du tout, mais sur Dreamcast, dans les 20/30 euros tout de même...

Qui se ressemble : tous les jeux estampillés Quantic Dream (Farenheit, surtout), Life is Strange peut-être aussi...

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Commentaires

Donald87
Signaler
Donald87
Il a l'air d'avoir de bons arguments.
Une seule chose pourrait me rebuter, la difficulté que tu évoques ... Faut voir ...

Édito

 

Vous aimez vous battre contre une horde de gobelins amateurs de chair fraîche ? Les labyrinthes du Baron de Sukumvit ne vous effraient nullement ? Vous dépeceriez une brigade entière de trolls des cavernes pour quelques piècettes d'or et pour sauver une jeune fille en détresse ? Et en plus, vous vouez un culte sans borne et sans faille au grand Nyarlathothep ?

 

Alors, rejoignez le pire personnage de jeux de rôle possible et inimaginable...

Archives

Favoris