Terre de Jeux

Terre de Jeux

Par Manga Blog créé le 29/12/09 Mis à jour le 02/01/16 à 21h43

Le jeu vidéo dans tous ses états (musique, gameplay, univers...) où quand un rédacteur freelance se lâche :)

Blog également dispo à cette adresse : http://www.terredejeux.net

Ajouter aux favoris
Signaler
C'est un petit coup de tonnerre qui vient d'être révélé par le site MCV. En effet, un long article intitulé "A tale of Two E3s - Xbox VS Sony VS SEGA revient sur des phases marquantes du célèbre salon mondial du jeu vidéo. On suit ainsi la trace de deux pontes des années 90. D'un côté, Tom Kalinske, que les fans de SEGA connaissent très bien, puisqu'il s'agit de l'ancien boss de SEGA of America. De l'autre, Steve Race, celui chargé d'introduire la PlayStation sur le marché de l'époque. Si l'E3 est devenu un rendez-vous incontournable pour les professionnels du jeu vidéo et les joueurs, il n'a pourtant existé qu'a partir de 1995. Auparavant, il y avait un autre salon appelé le CES (Consumer Electronic Show).
 
Tu veux du jeu vidéo ?  Passe par le porno
 
Au début des années 90, bien que Tom Kalinske soit devenu une personnalité très influente (il a notamment fait exploser la marque SEGA avec la Genesis - ou Mega Drive chez nous - et Sonic), il faut comprendre que le CES regroupe toutes les secteurs électroniques et technologiques. En somme, le summum de l'innovation pour les années à venir. Le jeu vidéo, dans tout ce brouhaha, se cherche une place. Kalinske se souvient qu'en 1991, ils étaient carrément sous une tente et pour trouver SEGA, il fallait passer devant les stands de l'industrie porno ! En clair, on peut deviner qu'ils étaient au fin fond du salon... limite dehors, ou sous une partie du bâtiment qui prenait l'eau. Il indique d'ailleurs que leur seule Mega Drive avait pris l'eau, car il avait beaucoup plu. 
 
En faisant passer SEGA US de 70 millions de dollars à plus d'un milliard et demi en trois ans, autant dire que Tom Kalinske a vite montré ses compétences. Mais il était dégoûté et en colère de voir le traitement réservé à notre média favori. Dès 1992, SEGA a lancé son propre salon. L'année suivante, ils ont même invité Nintendo à les rejoindre pour montrer leurs propres jeux, mais la concurrence était telle que la firme de Kyoto a décliné l'offre.

Une console SEGA-Sony ?
 
En 1995, en mai précisément, l'E3 voit le jour. Tout le monde se souvient de la guerre commerciale qu'il y a eu entre la SEGA Saturn et la PlayStation. Mais cette histoire s'enrichit aujourd'hui de nouveaux témoignages. Ainsi, avant d'être concurrents, SEGA et Sony ont bien failli se rapprocher. Tom Kalinske avoue que Sony, après la volte-face de Nintendo*, est venue voir SEGA. L'idée était de s'allier contre Nintendo en travaillant main dans la main. Ce partenariat s'est matérialisé de différentes manières. Tout d'abord, les développeurs de SEGA ont perfectionné le célèbre studio "Imagesoft" de Santa Monica, appartenant à Sony. Ensuite, ils sont mis d'accord sur le fait que l'avenir était au support optique, avec l'émergence du CD-ROM. Ils ont alors financés Imagesoft mais aussi un petit éditeur appelé Digital Pictures. Son but : pousser les compétences en matière de développement sur support CD. Les deux sociétés ont même été jusqu'à entrevoir la possibilité de créer un lecteur CD pour le Mega Drive, mais ce sont finalement les ingénieurs de Sony qui ont enseigné à ceux de SEGA des techniques pour créer des jeux sur CD. En clair, on peut dire que Sony a aidé SEGA dans l'élaboration du Mega CD. Ce n'est pas la première fois d'ailleurs, puisque la Game Gear n'aurait peut-être jamais vu le jour sans les conseils avisée de Dave Needle, créateur de la ... Lynx d'Atari. En effet, les équipes de SEGA avaient un gros souci avec la palette de couleurs et l'affichage de l'écran LCD.
 
Sony et Nintendo devaient lancer un lecteur CD pour la Super Nintendo appelé Play Station mais le boss de Nintendo, Hiroshi Yamauchi, au dernier moment a annoncé un partenariat avec ... Philips. Finalement, l'accessoire ne verra jamais le jour.

La guerre sempiternelle entre SEGA US et Japon

Mais la bombe lâchée par Kalinske, c'est que lui et des pontes de Sony Europe et US sont allés au Japon pour rencontrer Ken Kutaragi, le futur créateur de la PlayStation. A cette époque, Kutaragi-san leur a expliqué qu'il était temps d'unir leurs différentes forces pour créer un système capable de supplanter tout le monde : le "Sega Sony Hardware System". Manque de chance, l'intransigeant boss de SEGA Japon, Hayao Nakayama, a balayé cette possibilité d'un revers de la main. La suite de l'histoire, on la connaît...  De toute façon, ça a toujours été un bordel sans nom entre SEGA of America et SEGA Corporation. Tom Kalinske s'est heurté très souvent à la hargne de Nakayama-san, comme lors de cet épisode où l'américain explique au japonais qu'il faut vendre la Mega Drive avec Sonic pour espérer supplanter Nintendo. Là, colère du boss de SEGA Japon qui a hurlé, a jeté sa chaise en disant "si vous croyez que c'est ce qu'il faut pour vaincre Nintendo, alors faites-le" et il a claqué la porte. Les relations étaient (souvent ?) parfois tendues entre le SEGA de l'occident et celui du Japon. Hayao Nakayama a toujours voulu garder le contrôle, mais il a finalement commis pas mal d'erreurs. Le protectionnisme nippon, ça n'a pas que du bon. Qui sait ce qu'il se serait passé si SEGA avait dit oui à Sony ? Kalinske a tenté de repousser le lancement de la Saturn pour proposer un line-up plus conséquent, mais en vain... Il faut savoir que SEGA a fait un coup monstrueux en 1995 en annonçant que la Saturn était disponible tout de suite dans les magasins américains. Un peu comme si Microsoft avait annoncé que la Xbox One était disponible dès la fin de la conférence. Malheureusement, cela n'a suffit pour ébranler Sony. Dans la foulée, Tom Kalinske, exaspéré par ces divergences d'opinions entre les branches US et japonaises, a quitté l'entreprise.

Un chipset N64 sur Saturn ?
 
L'article de MCV nous apprend encore de belles choses. Ainsi, la SEGA Saturn aurait pu être équipée par...  un chipset Silicon Graphics. Mais là encore, le Japon a reculé... et le chipset en question s'est retrouvé dans la Nintendo 64. Ce qui signifie que la Saturn aurait être bien plus puissante que la PlayStation.  Mais rien à faire, SEGA of Corporation refusait tout et n'importe quoi. En agissant de la sorte, SEGA a perdu de précieux alliés, dont Steve Race qui n'était autre que le bras droit de Tom Kalinske. Lui aussi est parti et il s'est retrouvé chez Sony pour lancer la PlayStation. Seulement voilà, Steve Race était au courant de tout ce qui se tramait chez SEGA. En tant qu'ancien employé, il a pu guider sa nouvelle firme. Il l'explique aujourd'hui avec du recul en disant que le produit (comprenez par là la Saturn) était bâclé et qu'il n'aimait pas cette machine. Pire, il estime que le coeur et l'âme de SEGA ne se cachait pas derrière la Saturn. Comment lui donner tort, quand on sait que l'architecture de la console a été modifiée au tout dernier moment pour exploiter la 3D ? Même Tom Kalinske, qui est parti en 1996 de chez SEGA, se souvient avoir sérieusement déchanté en apprenant le prix de la PlayStation : 299 $, alors que la Saturn était bien plus chère.
 
 
En revenant sur la fameuse annonce de la Saturn disponible immédiatement, Tom Kalinske en garde un souvenir amer. Il ne voulait pas faire cette annonce, car la demande allait être largement supérieure à l'offre. Peu de consoles, peu de jeux... si bien que seuls quelques magasins ont été triés sur le volet pour vendre la console directement. Pour Tom Kalinske, on ne fait pas un lancement de console de cette manière. L'avenir lui a donné raison. Il faut dire que le prix de 299 $ pour la PlayStation les a tué... mais ce prix a été le résultat d'une bagarre entre Sony Europe et Japon. Ainsi, selon Steve Race, le prix a été validé... au petit matin, juste avant la conférence. Voilà pourquoi cela a tant surpris les pontes de SEGA, qui s'attendaient toutes à un prix de 399 $, comme pour la Saturn. 
 
Et pour en savoir encore plus sur les petites vacheries que se faisaient SEGA, Nintendo et Sony (Sony qui dégonfle la baudruche Sonic du stand SEGA, SEGA qui balance des flyers Saturn sous la porte des revendeurs de jeux vidéo, la nuit avant la keynote Nintendo, etc.), voici le lien de MCV UK à suivre et à lire : http://www.mcvuk.com/news/read/tale-of-two-e3s-xbox-vs-sony-vs-sega/0118482

Je précise également que l'ouvrage L'Histoire de Sonic, dont je suis le co-auteur, révèle beaucoup d'éléments sur Tom Kalinske et les difficultés de communication entre SEGA of America et la maison-mère au Japon. Dans la même veine, la Revolution PlayStation revient en détail sur le fameux prix de la console grise de Sony et la tension que ça a créé entre les différentes branches de la marque nippone. Ces deux ouvrages sont disponibles aux Éditions Pix'n Love.
Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Commentaires

Manga
Signaler
Manga
Le prix de 299 $ pour la PlayStation a été un coup de massue pour SEGA. C'est d'ailleurs marrant de faire le parallèle avec la situation actuelle, PS4 VS Xbox One. Il y a de fortes chances, outre les innombrables problèmes liés à la politique de Microsoft, que Sony réitère l'exploit. 100 euros de moins, dans le monde actuel, c'est juste énorme.
Mr Bones
Signaler
Mr Bones
Merci.
Je ne connaissais pas tout ces détails. Mais ce dont je me souviens c'est que tout le monde et notamment les journalistes, étaient très enthousiasmés par la playstation avant même qu'elle sorte. Voir à l'époque un géant comme Sony devenir acteur dans le jeu vidéo etait incroyable.
La saturn était une superbe machine mais plusieurs défauts (prix, difficultés techniques.....) face au rouleau compresseur Sony c'était de toute façon très compliqué.
Manga
Signaler
Manga
Grave que c'est dommage... surtout pour les fans de SEGA, dont je fais partie (mais cela n'est plus un secret :D). Dans un sens, avec l'Histoire telle qu'on l'a connaît, les Saturn et autres Dreamcast sont devenues des légendes :)
dogo
Signaler
dogo
Excellent comme d'habitude. Je suis dégoûté par les décisions de SEGA mais malheureusement on ne peut plus rien y faire :( .
Subby kun
Signaler
Subby kun
Excellent Manga, merci pour le partage :)
Manga
Signaler
Manga
Kalinske a peut-être été poussé à la démission mais de toute façon, il ne s'est jamais entendu avec Hayao Nakayama et se heurtait constamment au conseil d'administration de SEGA Corporation. Quand tu en parles aujourd'hui avec des professionnels, je peux te garantir que c'est un homme qui était incroyablement respecté... y compris au Japon, certains employés japonais ne comprenant pas les décisions de Nakayama-san. Sans Kalinske, SEGA se serait fait manger avant même de pouvoir lancer la Saturn...

Quant à Steve Race, clause de non-concurrence ou pas, il a clairement utilisé ses connaissances et ses années passées chez SEGA pour contre-carrer les plans de la firme du hérisson. Dans ce marché, comme dans les autres, tous les coups sont permis... et les vacheries expliquées à la fin de l'article de MCV en sont le meilleur exemple ^^ C'est drôle, mais vache pour la concurrence :D
Retromag
Signaler
Retromag
Merci pour ce compte rendu. Attention toutefois, Kalinske a été poussé à la démission, le fiasco de la 32X a déconsidéré le bonhomme aux yeux de la maison-mère japonaise. Pour lui, l'échec de la 3DO, de la Jaguar et la temporisation de Nintendo (capitalisation de la SNES) signifiaient que le marché de la 3D n'était pas prêt. Obligé de prendre le wagon en route, Kalinske avait même cherché à faire cavalier seul en s'approchant de Silicon Graphic afin d'élaborer une puce capable de produire une 3D proche du rendement de la PSX. Son initiative avait aussi pour but de trouver une solution au problème d'ergonomie technique que le dual-core de la Saturn posait aux développeurs. Mais revenu à un simple rôle d'exécutant, sa proposition fut rejetée.

Enfin, Steve Race était lié professionnellement à Sega par une clause de non-concurrence. S'il s'était servit de son expertise au profit de Sony, il aurait été juridiquement poursuivi.

Édito

Depuis 12 ans, je suis rédacteur freelance dans la presse du jeu vidéo. Ancien grand lecteur du magazine Joypad, c'est tout naturellement que j'ai fondu pour Gameblog dès sa création en 2007. Aujourd'hui, j'écris pour plusieurs médias en presse web, papier et même TV : Éditions Pix'n Love, Omaké Books, The Game, Role Playing Game, Joypad.fr, Nolife (Retro & Magic)... 

Archives

Favoris