Premium

Psychanalyse pour les curieux

Par Malom Blog créé le 08/09/10 Mis à jour le 10/09/11 à 14h32

Psychologue français vivant aux États-Unis, j'ai eu envie de vous proposer des articles où j'utiliserai la psychanalyse pour éclairer jeux vidéo, mangas et cinéma d'une manière originale. En tout cas, je vais le faire en fonction de ce que j'en sais (de la psychanalyse et du reste) ^__^

Ajouter aux favoris
Signaler
psychanalyse et manga

 

Suite à l'article précédent, admettons que Kishimoto a écrit Naruto en fonction de son propre univers psychique. Reste alors un problème : comment expliquer qu'en tant que lecteur on puisse se sentir personnellement touché par cette histoire ?

 

Tout d'abord, c'est une qualité des artistes de pouvoir créer quelque chose qui est en rapport avec les particularités de leur époque, voire de l'être humain en général. On voit bien comment les oeuvres de certains compositeurs classiques parvenues jusqu'à aujourd'hui, continuent à résonner en nous. Dans une autre mesure, on peut être étonné du succès toujours actuel de Dragon Ball Z, là ou d'autres séries de la même époque semblent totalement « has been », voire dépassées en bon français. Il me semble que cette longévité dans le succès est une des façons de mesurer l'adéquation entre l'imaginaire de l'auteur et l'imaginaire des lecteurs. Cette adéquation n'est autre que ce qu'on appelle couramment le talent, sans juger pour autant de la qualité technique de la production.

 

Cette universalité des problématiques psychiques a été postulée par Freud très tôt dans le développement de la psychanalyse. Il s'agissait pour lui de faire comprendre à ses lecteurs (des riches Autrichiens ou Européens) que les problèmes que rencontraient les autres riches Autrichiens qui venaient consulter étaient de même nature que ceux des peuples « primitifs » (c'était le terme sympathique de l'époque servant à désigner les Africains en particuliers, mais aussi tous les peuples hors de la civilisation occidentale).

Cette mise en correspondance faisait du coup perdre à ces « primitifs » leur caractère « primitif ». Vous n'imaginez pas le scandale à l'époque. D'ailleurs aujourd'hui on trouve toujours un « scientifique » pour vous expliquer, souvent avec des mots très doux, que certains peuples sont civilisés et que d'autres ne le sont pas. Évidemment dans ce genre de cas les occidentaux ne sont jamais du mauvais côté de la balance. Heureusement on a James Cameron qui réalise Avatar pour nous illustrer que le niveau de civilisation, de civilité, n'est sûrement pas à mettre en lien direct avec le niveau de développement technique.

 

Ainsi, comme tout être humain est articulé autour des mêmes problématiques psychiques, on comprend mieux qu'un artiste de l'autre bout de la terre puisque produire quelque chose en accord avec un public français par exemple.

 

Certains pourront objecter à juste titre qu'on pourrait complexifier de façon conséquence ces propos, que j'élude pas mal de choses. C'est vrai. Donc si certains d'entre vous désirent poser des questions, n'hésitez pas. Je tenterais d'y répondre pour approfondir ce sujet.

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

hairaz
Signaler
hairaz
Merci beaucoup, je vois que ca t'a pris un certain temps pour tout écrire.
Au sujet de ce que j'appelais le mal : je voulais dire par là ce que la psychanalyse va tenter de "soigner".
Pour les arguments d'autorité : je comprends que tu aies besoin d'en utiliser, c'était simplement parce que moi non plus, je ne démontrais absolument rien ; en tout cas je pense avoir mieux compris de quoi tu parles en évoquant l'enfant et l'adolescent qui restent en nous.
En tout cas, la psychanalyse a beau arriver à des conclusions étonnantes, elle est assez intéressante. Je pense que je vais suivre ton blog avec beaucoup d'intérêt :) .
Malom
Signaler
Malom
Re,
Encore une fois je vais tenter de répondre question par question :

Freud ne parle pas d'un tronc commun. Il ne considère pas vraiment que l'homme primitif est en chacun de nous. Ce qui est en chacun de nous c'est l'archaïque des premières années de vie, voire des premiers mois, qui se caractérise par une très grande difficulté à distinguer l'intérieur de l'extérieur, un sentiment de toute-puissance et une grande importance accordée aux mécanismes biologiques vitaux que sont l'alimentation et la déjection. C'est contre ça que la société vient poser des règles que chaque nouveau née doit apprendre. Mais l'archaïque n'est pas une sorte de nature humaine transcendantale, mais bien ce que les êtres sont en mesure de penser au début de la vie. En tout cas du point de vue de Freud.
L'archaïque ne s'enfouit pas vraiment. Il est plutôt refoulé, et par la suite transformée, par le sujet suite aux pressions de l'environnement qui le réprime.

"Pourtant, sans la condamner et prôner son abandon, Freud conseillait souvent une interprétation personnelle de cette morale, et il la disait clairement à l'origine de refoulements entraînant des maux psychologiques."
Je pense comprendre l'idée. Je vais donc proposer une reformulation personnelle.

Quand je fais référence à l'homme primitif de Freud, c'est bien à une personne réelle que je pense. Pour être clair, les Européens de l'époque pensait être l'aboutissement ultime de l'être humain, tellement ultime qui en était détaché des autres êtres humains, genre les Africains. Et Freud vient bousculer ça en leur disant que leurs mécanismes psychiques sont les mêmes que ces prétendus primitifs, que tous les Hommes fonctionnent sur une base identique. Evidemment, les manifestations qui en résultent sont variées, mais les mécanismes qui organisent la psyché sont les mêmes chez tout être humain.
Ensuite, il y a la question de la répression de la sexualité. Là encore Freud vient tout mettre sans dessus dessous puisqu'il va dire que la sexualité n'est pas que génitale (la pénétration d'un sexe par l'autre) mais qu'elle peut avoir des formes extrêmement variées. Il part de l'idée de masturbation non-génitale pour finir sur le fait que l'activité même de penser est une activité sexuelle dans le sens où elle produit une satisfaction d'ordre sexuelle (au sens large).
Ensuite, c'est effectivement la morale de la société dans laquelle vit la personne qui va influer sur ce qui est refoulé ou pas, et les modes de substitutions qui sont offerts.

"Pourquoi blâmer à la fois l'homme primitif et ce que l'on a créé pour l'enfouir ?"
En fait, Freud n'était pas un grand optimiste. Il ne propose pas de solution idéal puisqu'il fait remarquer que l'Homme a besoin de la société mais que cette dernière ne peut exister qu'au prix du renoncement à certains fonctionnement archaïque. Il chercha donc avec la psychanalyse, entre autre, à ce que ses patients trouvent un meilleur équilibre personnel entre ce qu'ils avaient besoin d'exprimer et ce que la société imposait comme restriction. Finalement il cherchait à les aider à trouver un aménagement personnel et original entre leurs désirs et les interdits sociaux.

"pourquoi t'appuies-tu si souvent sur les travaux de Freud alors que tu dis dans ta présentation être psychologue ?"
Parce que je suis psychologue d'orientation analytique.

Est-ce que j'ai suffisamment bien répondu à tes questions ?
hairaz
Signaler
hairaz
Encore une question (la dernière, je promets) :
Ici, Freud parle d'un "tronc commun" (ce n'est probablement le meilleur terme, mais on fera avec) à tous les hommes, que représente l'homme primitif, dont il faut s'éloigner le plus possible (en faisant prendre confiance au patient de ce qu'il refoule). Mais la nature primitive s'enfouit et laisse même place à ce que l'humanité à créé depuis, la société, et qui comprend la morale sexuelle dominante. Pourtant, sans la condamner et prôner son abandon, Freud conseillait souvent une interprétation personnelle de cette morale, et il la disait clairement à l'origine de refoulements entraînant des maux psychologiques.
Cela ne se contredit-il pas ? Pourquoi blâmer à la fois l'homme primitif et ce que l'on a créé pour l'enfouir ?
Je précise que je ne suis pas expert dans les travaux de Freud, et que je peux me tromper sur certains points, à toi de me contredire.
Au fait (question plus générale), pourquoi t'appuies-tu si souvent sur les travaux de Freud alors que tu dis dans ta présentation être psychologue ? (ce n'est pas une critique, je n'ai rien fondamentalement contre la psychanalyse).
Psychanalyse pour les curieux

Édito

Bonjour à toutes et à tous,

Tout d'abord, je souhaite remercier toutes celles et ceux qui ont eu le courage de cliquer sur ce lien, ainsi que l'équipe de GameBlog qui offre un espace pour s'exprimer.

Pourquoi ce blog ?

L'idée de créer un blog m'est venue après avoir constaté que la psychanalyse avait peut être quelques petits trucs à dire sur les jeux vidéo, les mangas, les animés et autres "oeuvres de l'esprit". J'ai été inspiré par l'émission EXP sur Nolife (abonnez-vous à Nolife online pour avoir droit aux émissions en ligne) quand un animateur tentait d'illustrer comment le joueur pouvait s'identifier à un personnage.

Pourquoi GameBlog ?

GameBlog remplit deux qualités importantes :
1 - Il est issu d'anciens de Joypad, mon ancien mensuel de référence.
2 - Il cherche à promouvoir le "jeu vidéo autrement", et là je crois qu'on est en plein de dedans.

 

Bonne lecture, et n'hésitez pas à questionner ce que ce j'écris.

 

Archives