Premium

Psychanalyse pour les curieux

Par Malom Blog créé le 08/09/10 Mis à jour le 10/09/11 à 14h32

Psychologue français vivant aux États-Unis, j'ai eu envie de vous proposer des articles où j'utiliserai la psychanalyse pour éclairer jeux vidéo, mangas et cinéma d'une manière originale. En tout cas, je vais le faire en fonction de ce que j'en sais (de la psychanalyse et du reste) ^__^

Ajouter aux favoris
Signaler
psychanalyse et films

NB : une version mise à jour de cet article peut être trouver sous le titre Inception - Convergence et Divergence avec la Psychanalyse - Partie 1 & 2

Comme nous l'avions évoqué à la fin de l'article précédent, certains éléments de la mythologie d'Inception peuvent être reliés aux écrits de Freud sur le rêve. Nous allons donc essayer de faire le tri.

 

Tout d'abord, voyons ce qui est cohérent par rapport à la théorie freudienne :

Psychanalyse : Les rêves ont accès à des souvenirs auxquels la conscience n'a pas accès, dont on ne peut pas se souvenir quand on est réveillé.

Film : Le personnage principal a besoin de rêver pour « retrouver » les souvenirs de sa femme. On peut donc en déduire qu'il lui est impossible de le faire consciemment où il n'a pas accès à ce matériel.

 

P : Le contenu des rêves est influencé par les stimuli extérieurs.

F : On le voit bien dans le film avec l'idée d'être systématiquement réveillé par une chute, ou encore la présence de l'eau à certains moments.

 

P : Les personnages qui peuplent les rêves sont des représentations d'idées et de souvenirs propres au rêveur, que ce dernier considère comme extérieur à lui-même pendant le rêve.

F : C'est ce qu'explique le personnage principal quand la future architecte lui demande d'où viennent les personnes dans son rêve : « Ils sont tous une partie de moi » (si je me souviens bien de la réplique). Cela s'exprime aussi dans l'idée que la femme du personnage principal est entre autre une représentation de sa propre culpabilité. Ce qui suppose donc que lorsqu'il dialogue avec elle, il dialogue en fait avec une autre partie de lui-même.

C'est d'ailleurs l'idée à retenir, tout est symbole dans le rêve, sauf l'angoisse.

 

P : Enfin, le rêveur n'a pas l'impression de rêver, tout lui paraît normal. En fait, on pourrait même dire que l'esprit critique est exclu du rêve.

F : On retrouve partiellement cette idée, même si elle s'avère tronquée lorsque le personnage principal prétend que tout paraît normal jusqu'à ce que quelque chose d'étrange arrive. En effet, le rêveur ne se dit pas « C'est bizarre qu'il y ait un train en pleine ville. » mais plutôt « Quelqu'un aurait pu me prévenir que ce train allait passer ! »

 

Désormais, regardons ce qui n'est pas cohérent par rapport à la théorie freudienne :

 

P : Le contenu des rêves est dérivé de la vie éveillée.

F : Or dans le film les « architectes » produisent une structure qui doit ne pas être connu du rêveur. Selon la psychanalyse, c'est impossible car on ne rêve que de ce qu'on a vu (parfois il y a des années et sans faire attention).

Pour bien comprendre cela, il faut admettre l'idée que le cerveau enregistre une quantité d'information phénoménale en permanence et que la partie qui est utilisée par la conscience est extrêmement faible. C'est ce qu'on appelle le refoulement. D'ailleurs, sans ça on devient fou car c'est le refoulement qui permet l'oubli et ainsi l'impression que le temps passe.

 

P : Les rêves sont l'accomplissement d'un désir ou d'un souhait inacceptable par la conscience du sujet (même si cela est fait de façon masquée par les mécanismes de déplacement, de condensation et de censure).

F : Or rien de tel dans le film, sauf peut être cette idée que dans les rêves on est vraiment libre de tout faire.

 

P : Les rêves sont dénués d'émotions. La seule émotion est l'angoisse, mais celle-ci apparaît dans les cauchemars qui sont des rêves n'ayant pas accompli leur fonction d'accomplissement de désir. Si vous faites attention, vous noterez vous-même que l'émotion vient en fait au réveil.

 

F : Or, force est de constater que les rêveurs ressentent des émotions tout le long du film. 

 

P : Enfin, le souvenir que nous avons des rêves n'est pas le rêve lui-même.

F : En effet, sous l'action de la censure toute une partie du rêve est réprimée. Pour vous donner une image, on pourrait comparer la censure entre l'inconscient et la conscience avec des douanes très sévères qui, d'une part, ne laisseraient passer que quelques dessins animés japonais, et qui, d'autre part, les transformeraient tellement qu'on ne les reconnaitraient plus une fois arrivés dans nos écrans.

Cet exemple est évidemment purement fictif.

 

A priori, je pense en avoir fini avec Inception qui reste assez cohérent avec lui-même puisque si on considère que les rêves ont bien lieu dans le subconscient, c'est-à-dire dans un niveau inférieur de conscience, tout se tient à peut près.

Si certains d'entre vous on des questions par rapport à ces 2 articles, n'hésitez pas à poster un commentaire, je tenterais d'y répondre.

Rendez-vous d'ici quelque temps avec un article sur les « méchants qui deviennent gentils », en particulier dans les shōnens. (Sauf si je change d'avis encore une fois bien sûr ^__^)

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Psychanalyse pour les curieux

Édito

Bonjour à toutes et à tous,

Tout d'abord, je souhaite remercier toutes celles et ceux qui ont eu le courage de cliquer sur ce lien, ainsi que l'équipe de GameBlog qui offre un espace pour s'exprimer.

Pourquoi ce blog ?

L'idée de créer un blog m'est venue après avoir constaté que la psychanalyse avait peut être quelques petits trucs à dire sur les jeux vidéo, les mangas, les animés et autres "oeuvres de l'esprit". J'ai été inspiré par l'émission EXP sur Nolife (abonnez-vous à Nolife online pour avoir droit aux émissions en ligne) quand un animateur tentait d'illustrer comment le joueur pouvait s'identifier à un personnage.

Pourquoi GameBlog ?

GameBlog remplit deux qualités importantes :
1 - Il est issu d'anciens de Joypad, mon ancien mensuel de référence.
2 - Il cherche à promouvoir le "jeu vidéo autrement", et là je crois qu'on est en plein de dedans.

 

Bonne lecture, et n'hésitez pas à questionner ce que ce j'écris.

 

Archives