La lumière d'une luciole

Par Luciole Blog créé le 25/06/12 Mis à jour le 01/06/14 à 23h28

Parce qu’'un gamer, ce n'est rien de plus qu'une luciole qui se prend pour un phare

Ajouter aux favoris
Signaler
ces jeux que j'aime promouvoir

 

Atelier Ayesha : The alchemist of Dusk

 

 

D'habitude quand je décide de passer à côté d'un jeu, c'est pour de très bonnes raisons. Il arrive parfois que j'essaie quand même pour cause de « prix inférieur à 10 euros », mais jusqu'à présent mon avis n'avait jamais changé après coup. Non décidément ces jeux n'étaient pas pour moi.

Telle était ma conclusion pour la série des Ateliers, et fort de mes expériences passées, convaincu de ne pouvoir me tromper (surtout quand ça me concerne) je décidais de passer mon chemin pour jouer à un autre jeu. Or voilà qu'Ichikyo lance un concours à ce même moment. Le cadeau ? Récupérer une version d'Atelier Ayesha. Amusé, je décidais de participer, convaincu de perdre comme à chaque fois. Et puis au pire j'étais quand même un peu curieux, les RPGs étant mon style préféré, ce jeu avait des chances de me plaire (un FPS j'aurais jamais participé par contre).

Le temps a passé, puis un jour je reçois un MP. Avec le temps j'avais presque oublié ce que c'était. Plein d'émotion je l'ouvrais, curieux de savoir qui pouvait s'être trompé de destinataire. Et voilà qu'Ichikyo m'annonce que j'ai gagné.

Choc!!! Stupeur!!! Première fois de ma vie!!! J'ai gagné!!! Et ma conscience passe à l'attaque direct (car oui la mienne est parfois assez pénible) : « C'est bien gentil mais ce jeu il a coûté 50 euros à quelqu'un qui ne te connaissait pas, qui t'offre un jeu neuf PLUS un ensemble de musiques de la série en bonus. Concours ou pas, dans les faits ça reste un cadeau, et un beau. Alors tu mets de côté A..... et tu joues à ce jeu. Et sérieusement hein ! Pas juste 2 heures comme les précédents. Celui là tu as quand même des chances de vraiment l'aimer»

 

La morale de l'histoire : Ma conscience sait mieux que moi ce qui est bon pour moi. J'ai acheté les 3 premiers ateliers (rorona, totori et meruru), j'attends avec impatience le suivant, et A... c'était vraiment de la merde, mais ce n'était rien à côté d'H...A....

 

 

J'ai donc joué à Atelier Ayesha, et honnêtement ce fut une excellente surprise. Dans ce flot sans fin de jeux où l'action tient une place primordiale, où l'on doit sauver le monde ou la galaxie (avec si possible des scènes de sexe et/ou de violence « matures » car gratuites), ce jeu m'a vraiment fait l'effet d'une pause bienvenue, une immersion dans un monde tranquille et reposant où l'on a des missions à remplir, un objectif à atteindre, mais en prenant notre temps, sans traîner, mais sans se presser non plus.

 

(note : toutes les images sont tirée de la galerie de jeuxvideo.com)

 

Une histoire vivante, une ambiance prenante

 

L'histoire commence alors que nous faisons la connaissance d'Ayesha, jeune apothicaire de 18 ans qui vit seule à l'écart des villes et pratique son activité en concoctant des onguents et autres produits médicinaux (enfin surtout des onguents, enfin surtout UN onguent, je suppose qu'avoir le monopole absolu ne motive pas à se diversifier). Seule, oui, car elle a perdu sa jeune soeur Nio il y a quelques années. Cette dernière, partie chercher des herbes dans les ruines voisines, n'est jamais revenue, et est depuis considérée comme morte (NdA : chez moi on appelle ça « partir acheter une boite d'allumettes »). Ce souvenir douloureux se réveillera le jour où notre héroïne, partie dans ces mêmes ruines pour faire de la cueillette et se recueillir sur la tombe de sa soeur, verra cette dernière sous forme éthérée. Cette scène attirera également l'attention d'un visiteur, alchimiste de profession, qui lui apprend qu'il est encore possible de sauver Nio ; mais pour cela elle va devoir retrousser ses manches et apprendre l'alchimie, clé pour comprendre ce qui s'est passé, et donc nécessaire pour arranger les choses. De plus elle n'a que trois ans pour cela, faute de quoi il sera trop tard.

Vous voici donc parti pour une aventure pendant laquelle vous suivrez la quête de l'héroïne, maîtriserez l'alchimie, et créerez vos nouvelles amitiés.

 

Si l'histoire est très simple (voire simpliste par moment), elle n'en reste pas moins très efficace grâce à une ambiance à la fois reposante et entraînante. Très vite vous allez faire la connaissance de personnages qui seront autant d'occasions de petites histoires annexes. Où que vous alliez vous n'êtes pas à l'abri d'une rencontre inopinée qui sera l'occasion d'une petite scénette. Même si parfois ça devient trop intrusif (au point qu'aller chez le boulanger peut prendre 15 minutes au lieu de 30 secondes, en temps réel cette fois), ces événements ont le mérite de rythmer l'aventure principale de façon efficace, au point de facilement devenir plus intéressants que cette dernière par moments. Les PNJs secondaires sont tous attachants, et ils nous donnent envie d'en savoir plus sur eux et leur histoire. Vous ne vivez pas simplement l'aventure d'Ayesha, vous vivez AVEC Ayesha 3 ans de sa vie, vous faites de nouvelles rencontres, aidez vos amis (qui vous le rendent bien, partir risquer sa vie pour vous juste parce que vous aidez pour les devoirs d'été, c'est mieux que dans « rorona » où ami ou pas, il fallait payer pour qu'ils acceptent de vous protéger), tout ceci en faisant vos recherches sur l'état de votre soeur.

 

Par contre vous êtes prévenus, l'ambiance est très « monde merveilleux où chacun est prêt à aider ceux qui ont des problèmes, même les inconnus » et comporte un côté naïf très prononcé, avec une héroïne nunuche qui pourra en énerver certains, et une réutilisation éhontée de tous les stéréotypes connus. Personnellement je trouve cette ambiance rose bonbon assez reposante, vu la quantité de jeux actuels qui croient qu'un univers sombre et gris est un univers mâture, alors que c'est juste un univers pour dépressifs. Mais il vaut mieux être prévenu, c'est très cliché et sans « émotion » (pas de sexe, de drogue, ou de vengeance « cette-fois-c'est-personnel »), même si on reste très loin de la débilité d'un star océan IV, ou du vide scénaristique d'un uncharted.

J'ai néanmoins tendance à être plus tolérant avec ce genre d'histoire qu'avec les scénarios des gros blockbusters, bouffis de prétention. Ici au moins la comparaison avec un téléfilm M6 n'est pas un compliment pour le jeu, de mon humble avis ça va de soi.

 

 

Pour finir il est impossible de passer sous silence la superbe DA du titre. Le coup de grâce étant porté avec les quelques artworks, magnifiques, qui ponctuent certains passages. Alors OK, inutile de se le cacher, elle est là aussi pour masquer les limites techniques, mais ça marche et c'est tout ce qui compte. En même temps je prend autant de plaisir visuel en face d'un Uncharted que d'un Xenoblade, donc je suis assez mal placé pour critiquer objectivement l'aspect technique. Mais Atelier Ayesha nous prouve que la PS3 peut afficher plus de 5 couleurs en même temps sans tout passer en noir et blanc. A force de jouer à des jeux occidentaux « adultes » j'avais fini par en douter.

 

Et s'il n'y avait que ça, mais en plus ce jeu se paie le luxe de disposer d'une des plus belles OST de cette génération ! Qu'il s'agisse des thèmes de combat, nombreux, des thèmes de la carte du monde, variables selon votre localisation, ou des musiques d'événements, aussi variées et nombreuses que ces derniers, rien n'est raté. Je vous laisse ci-dessous une petite sélection, que vous vous fassiez votre propre idée.

 

http://www.youtube.com/watch?v=EVcc16o0SaY

 

http://www.youtube.com/watch?v=SAHcvHIO16Q

 

http://www.youtube.com/watch?v=Z2C3T8agqEo

 

En clair si l'histoire d'Ayesha et de sa soeur Nio est très (trop?) simple et rose, les histoires qui gravitent autour donnent au jeu une ambiance très douce, de type « tranche de vie » qui rend le tout très agréable à suivre. Par contre vous êtes prévenus, ça ne plaira pas à tout le monde.

 

 

 

Maintenant parlons d'un aspect très important du jeu : le gameplay. C'est clairement sur ce point que le jeu se démarque, avec un mélange d'alchimie, de gestion du temps, d'exploration et de combats en tour par tour.

 

Atelier Ayesha résulte de 2 types de gameplay :

  • le premier et le plus important concerne l'alchimie, qui fait passer le jeu dans la catégorie des jeux de gestion.

  • Le second concerne les combats contre les monstres, tirés directement des RPGs japonais tels qu'on les connaît.

 

 

L'alchimie : c'est comme la cuisine mais en plus compliqué (et en plus dangereux aussi)

 

Atelier Ayesha inclut une partie gestion qui s'étend sur plusieurs aspects. Tout d'abord il va falloir gérer votre temps. Qu'il s'agisse de se déplacer sur la carte du monde, de se battre, de récolter des ingrédients ou de synthétiser de nouveaux objets, tout ceci peut vous prendre un ou plusieurs jours. Sachant que vous avez trois ans dans le jeu, il va falloir bien organiser votre planning pour atteindre vos objectifs. Pas d'inquiétude cependant, il est techniquement possible de sauver votre soeur en 2 ans, le reste étant alors consacré aux vrais fins (une par compagnon de combat, plus deux bonus), qui nécessitent chacune de faire plusieurs actions spécifiques pendant ce "end game". Sans utiliser de soluce je n'en ai raté qu'une. Et je me fait fort de la réussir avec toutes les autres lors de ma prochaine partie.

 

En parallèle du temps qui passe allez devoir gérer votre apprentissage de l'alchimie. Celle-ci est clairement la clef de voûte de la série atelier : qu'il s'agisse de faire avancer l'histoire principale, les histoires secondaires, ou de répondre aux requêtes des PNJs lambda, vous allez très souvent y avoir recours. L'accessibilité du titre se ressent surtout ici. Tout a été simplifié et rendu plus clair, et ce n'est pas un mal.

 

D'abord il faut récolter des ingrédients (ou les acheter mais ça coûte cher et la qualité ne se trouve que sur le terrain). Pour cela vous explorez les différents terrains proposés, vous allez aux points de collecte et vous remplissez votre panier. Bien qu'ayant une contenance limitée, il mettra quand même du temps à se remplir, sauf si vous l'avez surchargé d'objets de soin et d'attaque (mais il faut le vouloir). De plus si vous avez plusieurs objets identiques de même qualité ils s'empileront sur la même case. Pour avoir joué Rorona c'est un plus que je trouve vraiment agréable.

  

 

Une fois la récolte finie il est temps de rentrer au laboratoire, de déposer la récolte dans le conteneur, et de passer aux choses sérieuse : la synthèse alchimique.

 

Chaque ingrédient a sa qualité indiquée par une note, et les recettes vous laissent une certaine liberté dans le choix de vos ingrédients : il est rare de devoir apporter un ingrédient précis, la plupart du temps on choisira un type d'ingrédient (eau, métal, fruit, fleur,...). Une même recette peut se faire en changeant les ingrédients.

Notons que chaque recette nécessite un certain LV alchimique qui se monte à force de faire des synthèses. Pas de secret c'est comme dans la vrai vie, on se fait la main sur les recettes faciles avant d'en faire des compliquées. Et pour en apprendre de nouvelles il faut passer par des livres, vendus chez les marchands à un prix élevé, mais ça en vaut souvent la peine, vu que c'est là que vous apprendrez à créer de nouveaux objets de soin ou d'attaque.

 

Pour faire simple on va chez Ayesha devant son chaudron et on choisit la recette

 

 

Bon ici c'est le début du jeu mais très vite vous remplirez plusieurs pages. Ensuite vous choisissez vos ingrédients.

  

On mélange le tout en choisissant l'ordre dans lequel on met les ingrédients. En fonction des caractéristiques de ces derniers, cet ordre peut avoir un effet sur le résultat final (ex. Un ingrédient peut avoir la propriété de doubler la valeur liée à la propriété « feu » de l'ingrédient suivant, ce qui peut vous aider à apporter une propriété puissante à l'objet synthétisé, du genre plus de dégâts pour une bombe, ou plus de santé rendue pour un objet de soin).

 

 

On remue à feu doux pendant un nombre de jours dépendant de la quantité synthétisée. Plus vous en faites plus ça vous prend du temps (logique). Et hop ! Félicitations ! Notez en bas à gauche la répartition des points liés aux 4 éléments + la qualité globale (le 41 dans le cas présent). Cela aura une influence sur les effets, traits et propriétés (à droite sur la fiche).

 

L'alchimie est le meilleur moyen de remplir des quêtes. En tant qu'alchimiste vous allez créer des objets pour divers habitants du monde de Dusk, sachant que plus vous en faites, plus il y aura de conditions à remplir liées à la qualité des objets et au nombre requis. Mais pas d'inquiétude si vous donnez un produit qui ne rempli pas toutes les conditions il faudra juste compenser en augmentant les quantités de façon conséquente. Ces quêtes sont le meilleur moyen de gagner des memory points

Avant de parler des combats faisons un détour par ces memory points. Vous en gagnez à plusieurs occasions (quête annexe, livraison d'un produit à un PNJ, monstre spécial vaincu,...) et pourrez les dépenser pour rédiger des pages de votre journal personnel décrivant certains événements (liés à l'histoire ou annexes). Pas vraiment indispensable, mais chaque page rédigée apporte des bonus agréables.

 

Signalons que ce système de jeu peut se montrer vraiment prenant, tout comme il peut se montrer répétitif, à force de répéter le même schéma récolte-synthèse-livraison/utilisation. Il est conseillé pour éviter la lassitude, soit d'aimer multiplier les combinaisons et les expérimentations pour aller défourailler les boss optionnels (assez corsés, objets d'attaque et de soin optimisés obligatoires), soit d'aimer l'ambiance du jeu qui par ses cut-scènes apportera de la diversité et réduira ce défaut potentiel.

 

Les combats : la tradition en terrain connu

 

 

Ici on ne risque pas d'être perdu. Les combats se font en tour par tour, sur une arène sur laquelle les 3 membres de votre équipe peuvent se placer plus ou moins librement (quand vous voulez les déplacer on vous propose 2 nouvelles places, pas toujours adaptées d'ailleurs). L'ordre des tours se fait selon la vitesse, de façon similaire à FFX et varie en fonction des actions choisies, certaines nécessitant de « récupérer » plus longtemps que d'autres. Il y a aussi deux jauges qui se remplissent selon que vous donnez des coups et en recevez. La première sert à sortir un coup ultime une fois remplie et la seconde se charge selon plusieurs paliers et sert à sortir des actions spéciales (protéger, lancer un coup supplémentaire, récupérer des pm,...), avec des coûts variables, dont certaines spécifiques à un personnage. Notons qu'Ayesha n'a aucun coup ultime et qu'à la place elle est la seule à utiliser les objets. L'aspect stratégie tient au placement de vos héros et des ennemis sur le terrain, qui influera sur l'utilité des attaques de zones et peut servir de condition au déclenchement de certaines actions spéciales précédemment citées (impossible par exemple de protéger un compagnon s'il n'est pas assez proche). Que du classique, rien qui n'ait été fait ailleurs.

 

 

Il n'y a rien d'extraordinaire ici, heureusement les combats sont assez courts, et à moins de les fuir systématiquement, ils ne devraient poser aucun problème. Par contre les boss optionnels peuvent être assez relevés.

 

En durée de vie on tourne ici autour des 40 heures, mais c'est très variable selon votre investissement dans les quêtes annexes, votre recherche de toutes les recettes, et si vous avez envie de faire un new game + pour débloquer toutes les séquences de fin. Une chose est sûre, en terme de gameplay on jouera à Atelier Ayesha pour son alchimie, non pour ses combats

 

 

Mon verdict :

 

Atelier Ayesha est un jeu atypique. Nous proposer une histoire avec direct une limite de temps, qui est réellement personnelle (le monde on s'en fout ici) et nous proposer de continuer à jouer bien que nous ayons rempli l'objectif principal c'est assez rare de nos jours. Ajoutez à cela un système d'alchimie complet et souple, et vous obtenez un jeu (ou une série plutôt) qui ne ressemble à aucun autre. Il me fait penser à une promenade à la campagne : ça sonne moins épique que du karting, du sport ou une simulation de tir, mais c'est reposant, agréable, et on en sort détendu avec les batteries pleines. Un vrai moment de détente entre deux sauvetages du monde.

 

(en plus à 20 euros en import UK, ou 25 euros chez la Fnac, vous pouvez bien lui laisser sa chance).

 

Voir aussi

Jeux : 
Atelier Ayesha
Ajouter à mes favoris Commenter (9)

Commentaires

KingTeDdY
Signaler
KingTeDdY
Texte agréable à lire.
Moi mon premier Atelier sera Escha & Logy. :)


(Qui sort en même temps que les 3/4 de mes futurs achats. T_T)
Voron
Signaler
Voron
@Lyhanna: Ayesha une grosse débile? Tu veux dire plus que Meruru? :lol:

Par contre c'est vrai que niveau DA il ont cherché et a faire un peu plus original par rapport à Arland. Et niveau musique aussi (j'ai écouté l'OST d'Esha & Logy et ça a une bonne identité). Mais bon j'ai un peu une relation d'amour/haine avec cette série. D'un coté j'adore l'exploration, la gestion du temps, le système de craft solide, mais d'un autre coté je trouve tellement de défaut, comme le système foireux, l'univers flirtant la naïveté et le fan service putassier (dans Meruru). J'arrive à zapper tout les défaut, mais si seulement ils pouvaient écrire des personnages correctes, qui soit pas stupide, voir honteux...
Si j'avais une ps3 je tenterai bien celui qui sort dans quelques mois.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
J'ignore ce qu'est le crafting B).

Non mais voilà, quoi, pour moi, l'alchimie dans un jeu vidéo, c'est une version Fantasy de Cooking Mama.
Je comprends que ça plaise mais de mon point de vue, ça casse le rythme de la narration.
Quand je faisais du JDR papier, je détestais remplir les fiches de perso et jeter les dés. Y'a que le roleplay qui me plaisait.
Luciole
Signaler
Luciole
Pour moi c'est le premier épisode auquel je joue. Donc forcément c'est nouveau et comme le concept m'a plu... Peut-être que la trilogie arland le surpasse de loin, mais dans l'absolu je me réjouis plutôt de la possibilité qu'il y ait d'autres épisodes encore meilleur. Mais ça on le verra quand j'y aurai joué.
Lyhanna
Signaler
Lyhanna
J'espère que Escha & Logy peaufine ce "nouveau" systéme d'Alchimie, je sais que faut pas comparer à Arland parceque c'est pensé pour être une nouvelle série d'Atelier qui instaure de nouvelles régles. Mais bon c'est dur quand même de faire abstraction parfois ^^"

Enfin jpense vraiment que c'est surtout un probléme de perso auxquels je me suis pas assez attachée. Mais Linca qui revient dans le suivant avec une tenue encore plus jolie, j'ai bon espoir *o*
Lyhanna
Signaler
Lyhanna
Moi Ayesha m'a plutôt "déçue" , déjà sa trop grande facilité (déjà que Meruru était facile) et surtout le changement du systéme de craft d'armure parceque c'est ce qui m'éclatait réellement dans les Arland. heureusement qu'il restait les objets dmg & soin qu'on peut assez bien influencer sinon j'aurais été triste ^^"

Bref un systéme d'alchimie que j'ai trouvé moins bon, les combats m'ont pas tellement enchantée à cause de la facilité, et les personnages m'ont moins plu (Ayesha est une grosse débile, son doublage Anglais donne envie de lui fracasser le crâne. Je sais pas d'où sort cette doubleuse mais sans déconner qu'elle ne re-travaille plus jamais..) même si y'a Linca et Marion qui sont mignonne et Willbell, mais à part ça j'ai vraiment pas accroché à tout les autres.

Par contre la DA sur cet Opus est toujours aussi jolie ainsi que L'OST

J'ai quand même aimé le jeu parceque voilà, la formule propre aux Atelier...

Mais bon j'ai conscience que c'est l'équivalent de Atelier Rorona en terme de coup d'essais. Donc bon je m'inquiète pas :)
Ichikyo
Signaler
Ichikyo
Liehd : Donc si tu n'as jamais aimé le crafting, ca suppose que tu n'as aimé ni les Star Ocean ni FF9? :o
Grats pour le billet Luciole^^
Luciole
Signaler
Luciole
Nul n'est parfait ^_^. Mais oui si tu n'as pas aimé cette partie dans Odin Sphere passes ton chemin. Ici c'est "juste" l'intérêt premier du jeu, et c'est beaucoup plus poussé.
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
ça te va bien au teint, toi, d'écrire.
Tu m'aurais convaincu si je ne détestais pas cordialement tous ces machins d'alchimie, que j'ai déjà zappés comme un barbare en jouant à Odin Sphere...

Édito

Amis des articles profonds et intéressants, pensez bien à :

 

- sortir la poubelle tous les jours

- vous brosser les dents avant de vous coucher

- trier vos déchets

- mettre les fourchettes à gauche et les couteaux à droite

- offrir à votre femme des plante en pot (ça dure plus longtemps donc vous avez l'excuse du manque de vases après)

- prendre une douche tous les jours

- 5 fruits et légumes par jour

- remplacer le rouleau de PQ quand vous le finissez

- tirer la chasse

- effacer régulièrement votre historique internet

 

Le rapport? Aucun mais avouez que vous en aviez oublié.

Archives

Favoris