Premium
LordGenome's Mansion

Catégorie : Romans

Signaler
Romans



On m'a vanté la terreur que procure ce livre ... Alors sois je suis vraiment très courageux, soit on me la sur-vendu ! L'histoire est même assez mièvre par momentet les personnages manquent cruellement d'épaisseur. Concernant l'écriture, nous sommes loin du talent d'Anne Rice... Oui, une amie a osé la comparaison.
Cependant, allez savoir pourquoi, le livre se dévore, nous prenant au piège de la curiosité en voulant ardemment connaitre le dénouement final. Un final somme toute décevant, expédié en deux trois pirouettes aussi raffinées que peut l'être Franck Ribery (ceci est un pari consistant à placer franck ribery dans une "critique" littéraire) à l'aide d'un gloubi boulga administratif : des gens hauts placés ont étouffé l'affaire, il ne faut pas divulguer ce qui s'est réellement passé ... bla bla bla.
très très moyen.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Romans

 

Une excellente surprise que ce livre sur lequel je me suis penché par pur hasard. Les fans de starwars apprécieront les nombreux clins d'oeil à l'oeuvre de Georges Lucas. L'histoire n'en possède pas moins sa propre personnalité , emplie de rebondissement et d'un humour plutôt bon ( les prises de tête entre Tusk et XJ l'ordinateur de bord sont vraiment très drôles ). Les personnages sont vraiment tous très intéressant et plutôt bien travaillé ... Aucun véritable méchant , aucun véritable gentil , le noir et le blanc laisse place au gris , éliminant tout manichéisme. Je recommande vivement ce livre , facile à lire il ne demande pas une grande habitude de la S.F et dispose de l'un des personnage le plus charismatique qu'il m'ait été donné de croiser à travers un bouquin ...L'illustre , le grand et beau Derek Sagan.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Romans

Ils sont 23 , et forment ensemble la 34ème Horde du contrevent . La 34ème , sous la houlette de leur traceur le 9ème Golgoth , bien décidé à mener ses troupes là ou les 33 Hordes précédentes ont échouées : L'extrême Amont , le bout de la terre afin de découvrir l'origine du vent.

 

La horde du contrevent  , gros pavet de quelques 800 pages en poches , n'est pas une lecture facile. Alain Damasio est un virtuose de la plume , c'est indéniable , mais j'ai parfois eu du mal a rentrer dans le récit ...Trop de personnages , quand bien même , certains sont parmis les plus "beaux" qu'il m'ait été donné de lire. Je pense ici au Golgoth, chef de troupe, bourru , dur au mal , au langage de charretier et à l'abnégation digne des meilleurs shonen. Ou bien au noble prince pietro , stoïque face aux diverses péripéties et au langage calme et posé.Vient ensuite Caracole ,ce virtuose du verbe ( Damasio ?) , troubadour de la troupe toujours présent pour motiver ses frères et soeurs de la horde... Le temps me manque pour vous parler aussi de Erg le protecteur de la Horde , Oroshi , Sov ...Et bien d'autres. Le problème n'est donc pas dans la qualité des personnages , mais dans leur nombre.

J'en veux pour exemple où la Horde , arrivée à Alticcio , se voit contraint de subir 3 épreuves pour gagner le droit de continuer sa route. Damasio choisira de nous faire vivre seulement l'épreuve de Caracole ; une joute verbale contre un noble d'Alticio... Quel dommage de passer sous silence l'épreuve du Golgoth !


Damasio aime se lire, cela ne fait plus aucun doute après ce passage. Selon moi , son choix de nous faire vivre l'épreuve de Caracole et de passer sous silence les autres , est un moyen pour lui d'étaler toute la virtuosité de sa plume. Alors , certes , cette épreuve se rapproche vraiment du génie littéraire (Parler en palindromes ou juste avec la voyelle O, il fallait le faire! ) , j'y ai même pris mon pied malgré tout , mais BON SANG ! L'épreuve du golgoth quand même ! J'ai juste l'impression que Damasio à voulu se faire plaisir , avant de faire plaisir à son lecteur .

Un autre aspect du récit m'a grandement gêné. Tout ce vocabulaire technique pour décrire la horde , aurait gagné à être plus clair, avec des mots plus simples ...La description sur le vif , lorsque Oroshi décide de transmettre son savoir à Sov, m'a aussi grandement gonflé , à tel point que j'ai eue parfois envie de sauté ces passages, dont le sens , riche au demeurant aurait su me toucher avec plus de simplicité


Mais ce livre possède tout de même une force , une poésie , ce monde où le vent est roi vous fait voyager vraiment très loin . la charge symbolique est forte et chaque lecteur pourra trouver un sens dans le "contre". J'ai particulièrement aimé reconnaitre chaque personnage de la horde , rien que par leur façon de s'exprimer. Je me  suis vraiment beaucoup attaché à certains d'entre eux , au point d'en avoir les larmes aux yeux lorsque leur arrive des pépins.

Au final , la horde est un roman qui m'a tantôt captivé , tantôt ennuyé , parfois intense , parfois d'une longueur assommante . Quelques pages de moins aurait sans doute donner plus de punch . Un bon livre mais loin du chef-d'oeuvre que l'on m'a si souvent vendu ....

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler
Romans

La disparition de l'expédition Franklin de 1845 romancée par Dan Simmons...

 

 

Synopsis :

Au milieu du xixe siècle, deux navires de la Marine royale anglaise et leurs cent vingt-neuf hommes d'équipage, commandés par l'orgueilleux Sir John Franklin et son second, le capitaine Francis Crozier, s'engagent dans les eaux de l'Arctique afin de découvrir le mythique passage du Nord-Ouest qui assurerait à l'Empire britannique une domination totale des mers. L'entreprise tourne toutefois au désastre quand l'Erebus et le Terror sont faits prisonniers des glaces, puis lorsque Sir John meurt dans des circonstances dramatiques. Crozier hérite alors d'une expédition en péril, exposée en permanence aux morsures d'un froid extrême, à la faim et à la maladie. L'équipage est en outre assailli par une mystérieuse créature qui transforme la vie à bord en cauchemar. Quel est donc ce monstre polaire aux longues griffes acérées qui massacre l'un après l'autre les marins de l'expédition ? Quel lien l'unit à Silence, jeune Inuit à la langue coupée recueillie par le capitaine Crozier, en qui l'équipage voit une sorcière ? Bientôt une mutinerie éclate, poussant le capitaine à conduire ses hommes sur la terre ferme... sans savoir que ce qui les attend est pire encore...

 

Mes impressions :

 

Dan Simmons parvient à mêler faits historiques avérés et épouvantes avec une maitrise qui force l'admiration ! Simmons , en véritable érudit  , nous abreuve de détails précis sur la marine anglaise du 19ème siècle . Ses grades , sa hiérarchie , son jargon et ses mentalités ( gare aux sodomites ... vous comprendrez en lisant le livre ). mais Simmons nous en apprend aussi beaucoup sur les techniques de survie en milieux arctique de l'époque et sur la culture esquimaude , sans que le tout ne nous paraissent à aucun moment rébarbatif.


Les différentes terreurs du récit :

A la lecture du synopsis , nous aurions pu nous attendre à un vulgaire "slasher" avec la bête comme krokmiten et les hommes d'équipages en victimes . Mais Simmons évite ce piège en rendant l'environnement  tout aussi dangereux  voire même plus que la bête elle même. Cet environnement arctique, hautement hostile est à mon sens le personnage principal du roman ! Jamais , dans aucun livre , les descriptions concernant le froid et la glace ne m'ont autant pris les tripes ! Lire ce livre donne froid ! Du fin fond de ma couette je me suis surpris plusieurs fois à frissonner. Tellement imprégné par la qualité d'écriture de Simmons et sa capacité à donner une âme a cet environnement extrême, que chaque nuit suivant la lecture du roman je rêvai de cet enfer blanc , me réveillant en sursaut pour vérifier si je n'avais pas d'engelures. Les deux autres terreurs , en relation directe avec l'environnementseront la faim et le scorbut ,Simmons prenant un malin plaisir à faire régulièrement l'inventaire des rations afin de faire comprendre au lecteur l'urgence de la situation.

La bête traquant les hommes de Crozier , n'est pas en reste pour justifier le titre du roman ... Certains verront en elle l'incarnation vivante de cet environnement hostile , d'autres s'imagineront une bête féroce mi-ours mi-dieu car l'iddée de génie de Simmons est de ne jamais dévoiler véritablement sa nature.

 


Mais le point d'orgue de toute cette terreur , viendra de l'homme lui même... au départ solidaire et altruiste , les  hommes , tenaillés par la faim , la peur et la maladie retrouveront vite leurs instincts les plus primaires. Le récit avançant vers son tragique dénouement sera ainsi l'occasion de voir des hommes abandonner toute humanité , n'hésitant pas à laisser mourir les moins apte à survivre ( certains , ayant perdu tout espoir préféreront crever en solitaire) ... Mensonges , assassinats , intimidations et mutineries seront alors autant d'éléments de survie ...

Simmons évite , avec talent tout effet larmoyant ou autres mièvrerie . Quand la mort viens faire le boulot, nous sommes alors réellement triste ou vraiment content et parfois même les deux à la fois selon le personnage.


 

Je préfère m'arrêter ici car il serait vraiment dommage de spoiler les personnes n'ayant pas encore lu ce chef-d'oeuvre ...je passe volontairement sous silence le personnage de  "Lady Silence" l'esquimaude , sublime personnage et pilier du récit selon moi .

 

 

En conclusion , je ne vois aucun défaut dans le récit de Simmons . Ce livre enrichira votre culture personnelle de par son érudition . Il vous fera trembler de peur , frissonner de froid et pleurer de tristesse . Nous sommes littéralement happé par l'histoire , en véritable membre de l'équipage nous inquiétant du rationnement  des provisions , du scorbut et de la bête . J'ai rarement autant plongé dans un récit ! Terreur est un livre d'histoire , d'aventure , de survie , de science fiction et d'horreur ... tout cela à la fois .


 

 

 

 

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Romans

Oh ! Mais comment ? tu n'as pas lu la Belgariade ? Malheur sur ta famille sur 12 générations ! Voila les réaction que je provoquais lorsque j'avouais timidement  ne jamais avoir lu l'oeuvre de Mr Eddings .

Georges R.R Martin prenant son temps pour sortir le prochain trône de fer , je me suis dit : "ben voila l'occasion de me faire la belgariade et de combler le trou béant que représente son absence de ma bibliothèque. Selon certains , aimer la fantasy et ne pas avoir lu ce cycle , ce serait comme aimer la S.F , sans avoir lu Asimov.

Du coup j'étais vachement excité ! pensez donc , une oeuvre majeure, égalant même le seigneur des anneaux pour certains...La bonne blague ! Le cycle de la Belgariade comporte 5 tomes...Je suis persévérant , j'en ai lu  4 . Je ne pense pas avoir la force de subir le 5ème tome !

On m'avait avertit de l'aspect un peu naïf de l'histoire et de ses personnages ..Mais j'étais alors loin de me douter que c'était à ce point ! Je suis certes habitué aux personnages putassier, arrogants et cruels du trône de fer, mais je sais tout de même encore apprécier les histoires dites naïves.

 

La belgariade , c'est le livre dont vous connaissez la fin dès le 2ème tome ! Le livre ou les gentils sont très gentil , et les méchants vraiment très très méchant ! On m'a aussi vanté l'humour décapant de Silk ...Euuuhhhhh il fera rire un enfant de 8 ans surement , mais à cet age là on rit même devant la vie de palace de zack et cody ...

 

Voila les deux seuls choix possible pour un personnage de la Belgariade :

Garion,le héros reste le seul tout au long de 3 tomes et demi à ne pas se douter un instant de ses pouvoirs, Belgarath et Polgara semblent invincibles , ce qui enlèvent tout suspens sur l'issue des affrontements ... Non , vraiment je me suis ennuyé ferme , et ce n'est pas faute d'avoir essayer ! L'histoire est tellement bateau , 2 tomes aurait largement suffit je pense.

 

Un méchant dans la belgariade :

 

Pour conclure , car loin de moi l'idée de dire que ce cycle est mauvais , je le conseille vivement aux plus jeunes qui passeront un très bon moment. Mais je pense sincèrement qu'arriver à un certain age , ayant lu pas mal d'oeuvres de fantasy , nous sommes bien plus difficile à satisfaire . Le manichéisme à outrance c'était bien jusqu'au collège, à présent je kiff que mon héros aille au pute , ourdisse de sombres complots et possède un verbe carnassier !

AHHHHH que Tyrion me manque !

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Signaler
Romans

Charlie Gordon est un simple d'esprit , employé d'une boulangerie dont les tâches se résument , en raison de ses capacités mentales limitées à passer le balais , livrer les croissants, et faire rire ses "amis" malgré lui , jusqu'au jour ou le professeur Némur, fort d' être parvenu a décupler l'intelligence d'une souris de laboratoire nommée Algernon , jette , son équipe et lui son dévolu sur Charlie , afin de tester l'expérience sur un cobaye humain.C'est soudain l'accès à l'intelligence pour Charlie , dont l'histoire d'amour avec Alice Kinian , la psychologue du groupe finira de le métamorphoser. un accès à l'intelligence , aussi soudain que bref , lorsque Charlie se rendra compte du déclin d'Algernon , comprenant par là même du destin qui l'attend à son tour.

 

 

 

Des fleurs pour Algernon est une oeuvre poignante, poétique , qui donne  à réfléchir sur la perception de l'autre et ses différences , une oeuvre majeure de la science fiction ... mhhh non !  une oeuvre majeure tout court  ...Ouvrez le livre et préparez vous à être ému. Daniel Keyes a donné naissance à l'un des personnages les plus attachants tout média confondu ...

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

LordGenome's Mansion

Par LordGenome Blog créé le 29/12/09 Mis à jour le 14/01/12 à 11h08

Pour le plaisir de partager mes passions ...Rétrogaming , jeux-vidéo , mangas, animes, cinéma, romans et football .

Ajouter aux favoris

Archives

Favoris