ERROR 404 BLOG NOT FOUND

ERROR 404 BLOG NOT FOUND

Par Le Gamer aux Mains Carrees Blog créé le 04/11/11 Mis à jour le 03/12/16 à 15h27

Ce blog n’'existe PLUS. Si tu y as accès, c’'est que tu n’'existes plus non plus. Au mieux, tu es l'’émergence d’'une anomalie systémique au sein d'’une structure virtuelle parfaite. Mais ça pourrait être pire. Tu pourrais attendre impatiemment la sortie de Final Fantasy XV.

Ajouter aux favoris
Signaler
Carré Barré - Le bazar du bizarre

 

Note à l'intention du lecteur : cet article a été écrit de ma propre initiative, librement, dans un état de totale indépendance intellectuelle. Au secours. Toute ressemblance avec de récents articles publiés ou ayant été publiés sur Gameblog ne serait que fortuite. Aidez-moi. En aucun cas, il n'y a eu de pressions ou d'influence exercées sur ma personne. C'est un fou ! Il n'y a pas eu de directives données par le dénommé Kaminos juste des ultimatums et des paquets contenant des doigts humains envoyés par la poste ni d'accords tacites par messages privés conclus avec ce dernier   qui retient ma famille en otage et menace de  la lapider à coup de boules de poils régurgitées si je n'écris pas du bien de ce jeu de merde - dont il a acheté 10000 exemplaires et qu'il doit maintenant écouler sous les pseudonymes de PlayAsia et d'Amazon.com.  Je tenais simplement à partager avec vous un de mes coups de coeur et j'espère que vous entendrez mon appel à l'aide cette prose modeste vous sera aussi agréable à la lecture qu'elle l'a été pour moi à l'écriture. Souriez. Faites comme si vous n'aviez pas reçu mon message. Il vous surveille peut-être. Il est partout. C'est un monstre ! PIRE : un CHAT !  Que Dieu ait pitié de nos âmes !


 

Un Jeu dont VOUS n'êtes pas le ZERO.

(à moins que ?)

 

Il est des expériences vidéoludiques qui marquent l'âme humaine au fer rouge, qui l'élèvent, la transcendent et l'habillent en dentelles Angelic Pretty avec des jolis noeuds autour. Et lui font une teinture, au passage. Avec quelques bigoudis en diamant quatorze carats. De ces expériences qui vous font dire, ébahi, que « vous n'aviez jamais joué, avant », et qui donnent tout son sens à votre sulfureux passé de joueur (car vous avez touché à la Lynx, ne le niez pas, je lis la souillure dans vos yeux ). De ces expériences qui font que vous concluez, touché par la grâce, que « toutes ces foutues plates-formes mouvantes en 2D que vous avez ratées dans un hurlement de colère, tous ces shoot épileptiques qui vous ont filé la phobie du 14 juillet (« Ils attaquent ! Ils attaquent ! »), tous ces beat'them all poussifs dans lesquels les personnage testaient leurs nouvelles chaussures aux semelles en mélasse, c'était pour vous mener ICI. A CET INSTANT PRECIS ».

 Eh bien tenez-vous le pour dit : 9 Hours, 9 Persons, 9 Doors... n'est PAS de celles-là.

Mais alors PAS-DU-TOUT-DU-TOUT-DU-T...

Oui ? Quoi ?

Ha, c'est toi, Kaminos.

Oui. Oui, j'étais en train de tester 999 comme tu me l'as ordon... deman... suggér... propos... euhhh, de ma propre initiative, pardon.

T'as vu ?C'est bien, hein ?

Tu as quelques réserves ?

Ha bon ? Non mais attends, j'ai pas fini, c'est pour ça.

Ha ha.

Hum.

Aïe.

Les griffes dans le bras, était-ce bien nécessaire ?

 

Je disais donc :

999 n'est PAS de celles-là... parce qu'il est AU-DELA de ces considérations, bien entendu. pfiouuuuu, je l'ai échappé belle, là. Encore un peu, j'y laissais mon bras Et si dès les premières minutes, vous ne vous dites pas « je n'avais jamais joué avant », au moins vous demanderez-vous à coup sûr « quand est-ce que je joue, maintenant ? ». Car dans vos esprits primitifs nourris de préjugés et de stéréotypes, un jeu vidéo doit forcément être amusant, jouable, ludique, interactif... et quelle vision réductrice de la chose, mes frères ! 999 vous invite à dépasser ces a priori d'un autre âge et à voir la lumière de la vérité. Vraie. Véritable. 999 vous libère. Louez-le, louez sa grandeur, louez sa toute-puissance. Ou mieux : achetez-la. Sur Play Asia, sur Amazon, qu'importe. Oui, faites donc ça. Et faites-le vite. Kaminos a encore ses griffes dans mon bras et ça fait hyper-mal.



Or maybe it's just a NIntendo DS Game ? Je dis ça, je dis rien, hein.

 

Car 999 n'est pas seulement un jeu Nintendo DS, non. C'est un Ovni. Une révolution. L'étape supérieure dans l'évolution des loisirs informatiques. Avec lui, fini la maniabilité tâtonnante, les contrôles à l'avenant. Finies, les erreurs de level design. Finie, la 3D en 3D. Finie la difficulté mal dosée. Finis, les QTE intempestifs. Finis, les touches sur lesquelles appuyer. Fini, l'immersion par l'incarnation. Ces vestiges d'un autre âge sont bons pour les personnalités influençables, corruptibles, faciles à abuser, séduites par les mensurations parfaite du superficiel et du conformisme. Avec 999, vous déferez vos chaînes de soumission. Vous vous extirperez des rangs du troupeau aveugle. Vous rejetterez tout ce que vous avez appris, tout ce que vous avez aimé, tout ce qui vous a fait vibrer jadis. Le plaisir de jeu vous semblera bien puéril, tout à coup, et sera remplacé par la satisfaction d'être devenu une entité d'énergie pure, détachée des contingences du monde matériel (pensez quand même à changer votre litière de temps en temps, si détachés que vous soyez - par égard pour autrui qui, lui, possède toujours le sens de l'odorat). Finalement, les griffes, on s'habitue, à la longue.

i-dCiessu

Ceci n'est pas une image fixe. Ceci est une vidéo de Gameplay INTENSIF.

 

Extrêmement élaboré, le gameplay de 999 mettra votre expérience à rude épreuve car dès les premières minutes, vous vous trouverez confronté à une série de caractères pareils à ceux qui composent cet article, mais qui monteront inexorablement en lignes vers le haut de l'écran (un peu comme dans Tetris, mais à l'envers) pour former ce qu'en jargon technique on appelle des « phrases »... Phrases qu'il sera impératif de lire pour pouvoir avancer dans l'aventure, un peu comme dans ce que les gens du passé appelaient des « livres », avant l'avènement de la sainte télévision (c'est qu'on apprend plein de choses, avec 999). Le principe du livre, nous enseigne Wikipédia, était extrêmement astucieux pour l'époque, puisqu'en l'absence d'images, les phrases imprimées sur une matière légère et flexible appelée « papier » formaient une unité de sens qu'on appelait « histoires », avec un début, un milieu et une fin, comme dans les meilleurs films de Michaël Bay (Sony ne s'y est d'ailleurs pas trompé en faisant du livre l'attraction principale de son E3 2012. Des visionnaires). Puis, une fois que ces phrases auront rempli l'écran tout entier, ce sera à vous (OUI, A VOUS !) qu'il reviendra d'appuyer sur le bouton pour passer à la séquence de « texte » suivante ! Pics d'adrénaline garantis, vous n'avez pas fini de trembler sur votre siège à l'idée d'appuyer trop tôt ou trop tard. C'est simple : on n'avait rien inventé d'aussi trépidant depuis l'avènement du curling. Un titre, donc, à réserver aux amateurs de sensations fortes.

Mais-ce-n'est-pas-tout ! Parfois, vous vous retrouverez dans la peau du personnage principal et vous devrez résoudre des énigmes d'une difficulté à vous retourner le cerveau et à le laver à 40° sans qu'il perde sa belle couleur grise (ou ses belles tâches vertes, pour ceux qui ne s'en servent pas beaucoup - et je sais que vous êtes nombreux !). Seuls les plus brillants d'entre vous (échappés du Centre de Blue Cove, Delaware, que même qu'il voudrait les récupérer vivants de préférence - ou adhérents à Mensa France, France, que même qu'ils voudraient récupérer leurs sous vivants-ou-pas-ça-n'a-pas-d'importance) sauront venir à bout de casse-têtes d'une intelligence vertigineuse, après plusieurs nuits blanches passés à se shooter aux hormones de croissance. Car qui, parmi nous, simples quidams, aurait la présence d'esprit d'utiliser l'ouvre-boîte sur la boîte fermée, de manière à l'ouvrir ? Qui ?  999, c'est votre passeport pour Science Po.

 

Comment en suis-je arrivé à porter un blazer bleu avec une chemise rouge à carreau ? 

L'intrigue n'est pas en reste puisque, si j'ai bien tout compris (l'anglais n'est pas mon fort. Je de le français de le préférer moi), vous suivez les aventures de Junpei, jeune japonais lambda qui, à la suite d'un pari perdu, s'est trouvé forcé de se cosplayer en Tetsuya Nomura (collection automne-hiver - celle sans les bretelles, heureusement). Après une nuit de franche picole (du moins le déduit-on), il se réveille dans la cabine d'un bateau Costa Croisière, pile au moment où son hublot made in China arrive à date de péremption et où l'eau tente de s'incruster sans avoir payé son billet. N'ayant pas demandé une chambre avec piscine, notre infortuné archétype shonen veut aller demander réparation (au propre comme au figuré) mais, pour ce faire, il doit d'abord résoudre la première énigme d'une longue série : car ce qu'il ne sait pas encore, c'est qu'il fait partie des 9 individus sélectionnés pour le Nonary Game, un jeu pervers dont ils devront venir à bout en 9 heures maximum. Sinon, c'est le bouillon. Simple, concis, efficace, comme dirait l'autre. Sauf que tout le monde a ses petits secrets, que Junpei retrouve son amour d'enfance comme-par-has-ard, qu'il y a une go go danseuse qui sa balade à moitié nue, qu'un type explose dès les premières minutes sans même s'être présenté avant (les bonnes manières se perdent) et qu'accessoirement, il y a de grandes chances pour que Zero, le maître-marionettiste, soit parmi eux. Une Croisière Costa comme les autres, quoi. Sauf qu'a priori, ça parle aussi physique, histoire, mathématiques et parasciences, et qu'il y a plein de références que même Wikipédia, il a un peu de mal avec. C'est dire si la migraine ne sera pas un DLC.

 

La Croisière s'Amuse.

 

Mais là où 999 fait très très fort, c'est au niveau de la durée de vie puisque même s'il se termine en quelques heures à peine (quelques années, si vous avez le QI de Mickaël Vendetta ou le niveau en anglais de Gad Elmaleh option « waire ize Brayane ? »), vous ne l'aurez pas terminé pour autant. Si ça, ce n'est pas une révolution, qu'est-ce que c'est ? En effet, il ne vous faudra pas moins de six parties consécutives pour boucler l'aventure à 100%, et obtenir ainsi toutes les réponses aux questions que vous vous posiez (« quand est-ce qu'on joue ? » exceptée), ce qui prolonge d'autant plus le non-plaisir du non-jeu et vous permettra de vous frotter à de nouvelles énigmes inédites (ou pas). Luxe ultime : vous aurez même le droit (mais n'en abusez pas) d'accélérer le défilement des textes que vous aurez déjà lus lors de vos parties précédentes. Elle est pas belle, la vie ?

 

 

Ils étaient comme vous et moi, avant. Et puis ils ont rencontré Kaminos qui leur a dit :

"Je connais un jeu qui va changer votre existence". Il ne leur mentait pas.

 

Bref. Si vous détestez les jeux vidéo, ce titre est fait pour vous. A peine plus interactif qu'un Michel Houellebecque (beaucoup moins interactif qu'un Michel Houellebecque, quand on se sert du bouquin comme frisbee), il présente un capital ludique proche du zéro absolu (all ice, les amis, all ice) Déconnez pas. Achetez-le quand même et les quelques animations artisanales qui émaillent cette suite d'images fixes ne suffisent pas à dissiper l'impression de statisme qui s'en dégage à juste titre. N'attendez pas, commandez tout de suite. Oui, si vous secouez la console, ça bouge, mais à ce régime-là, on chope vite des crampes au bras. Sans compter que devoir refaire six fois la totalité du jeu  Qu'est-ce que vous attendez, bordel ? n'aide pas à rompre la monotonie ambiante. Là, j'ai merdé, j'en suis conscient. Je suis fini. Fi-ni. Si je ne trouve pas vite comment retomber sur mes pattes, c'est celles de Kaminos que je me prendrais dans la gueule.

Pourquoi vous y intéresser, alors ? Je veux dire, à part me sauver la mise...

 

Eh bien...

Eh bien je pourrais vous dire, oui, que le scénario de 999 est d'une habileté démoniaque, littéralement, en tous points supérieure à 90% des productions de divertissement actuelles (tous médias confondus), que son architecture interne tient de l'horlogerie suisse, que la logique de ses énigmes peut même réconcilier avec le point and click ceux qui ont essayé Secret Files : Tunguska, que l'ambiance « thriller seinen » à la Doubt / Enigma est distillée avec beaucoup de style, que l'esprit carbure avec joie pour essayer de remettre toutes les pièces en ordre avant l'échéance des révélations finales, qu'arrivé au bout de la sixième partie, on regrette de ne pas pouvoir enchaîner avec une septième, qu'on se fiche pas mal de savoir si c'est vraiment du jeu vidéo, ou de la lecture, ou un hybride bancal de l'un et l'autre... Oui, je pourrais vous dire tout ça, et bien plus, mais ce ne serait pas utile.

Tout ce que vous devez savoir, c'est que l'ultime image sur laquelle l'histoire se termine représente sans conteste l'une des plus belles paires de fesses de l'histoire du jeu vidéo.

Nues.

Et Zoomées.

 

Amis gamers, à vos cartes bleues.


 

Permettez-moi d'insister.

Les + :

 

- Idéal pour ceux qui trouvent que les jeux vidéo, c'est trop stressant ou trop compliqué.

- La logique sans failles des énigmes, qui fait oublier certaines dérives antérieures dans le genre. Parce que moi, je veux bien réparer le téléphone portable pour l'utiliser comme caméra et me servir du chatterton pour le scotcher au matou du coin afin de l'envoyer filmer des documents secrets, ou même utiliser une vieille chambre à air avec un filtre d'aspirateur sur le toit d'un train russe pour endormir les chiens du wagon-prison au-dessous grâce aux odeurs de viande chloroformée... mais uniquement dans un jeu PARODIQUE (c'était ma dédicace perso à Secret Files, seul jeu que je n'ai jamais terminé et que j'ai donné gratuitement pour m'en débarrasser)...

- Un scénario complexe et intellectuellement gratifiant, saturé de références fascinantes à des théories ou évènements qui ne le sont pas moins (et qui raviront les hardcore fans de la série Torchwood - du moins, ceux qui ont aussi apprécié la dernière saison à ce jour).

- Des minis-jeux astucieux et variés. Et même un SuDoKu.

- Une soluce habilement intégrée sous forme de conseils donnés par les personnages en cas de blocage impromptu (rappelant ainsi à Junpei que le boulet de l'équipe, c'est lui) (mais il s'en fout parce qu'il est Zero. Ou pas).

- La véritable énigme du jeu : déduire quels choix de portes faire pour débloquer la « bonne fin », à partir des indices glanés au cours des parties précédentes. Un réel bonheur de gamberge.

- Seuls ceux qui possèderont ce jeu seront épargnés quand Kaminos prendra le contrôle de la terre.

- A chaque exemplaire de 999 acheté, c'est un petit BlackLabel qui disparaît quelque part dans le monde (pour ceux qu'il agacerait).

 

Les - :

 

- Même avec beaucoup d'indulgence, il est difficile de considérer ce titre comme un jeu vidéo tel qu'on le conçoit traditionnellement.

- Tout en anglais. Dur dur pour ceux qui le français seul le du maîtriser.

- La facilité des énigmes. Sans aller jusqu'au coup des chiens et de la chambre à air, un peu plus de challenge aurait été le bienvenu. Ne serait-ce que pour qu'il y en ait, du challenge.

- Pas de limites de temps, comme le pitch aurait pu le laisser supposer. Les personnages ont neuf heures. Le joueur, lui, en a entre six et dix mille pour boucler l'aventure. C'est Mickaël Vendetta qui va être heureux.

- A une ou deux exceptions près, seuls le choix des portes a une réelle incidence sur le déroulement de l'intrigue. Même un livre dont vous êtes le héros ou un fil... jeu de David Cage est plus interactif que ça.

- Une go-go danseuse, certes, mais pour quoi faire ? S'il y a bien un point sur lequel le scénario reste obscur, c'est celui-là. Peut-être la réponse se trouve-t-elle quelque part au-dessous de la ceinture ? Voilà un mystère qu'il faudrait approfondir. Ce n'est pas ce que j'ai voulu dire.

- Oh, et à chaque exemplaire de 999 acheté, c'est un petit BlackLabel qui disparaît quelque part dans le monde (oui, ça vaut aussi pour ceux qui l'aiment bien, allez savoir pourquoi).

 

 

Note à l'intention du lecteur chichement pourvu par la nature sur le plan intellectuel : il n'est pas exclu que ce test soit porteur de messages cachés.

Pour vous mettre dans l'ambiance.

Ajouter à mes favoris Commenter (19)

Commentaires

Samizo Kouhei
Signaler
Samizo Kouhei
Au sujet de la "go go danseuse", c'est un personnage qui a un autre métier mais qui portait un costume pour une soirée déguisée ... et qui a été enlevée dans cette tenue.
Biketto
Signaler
Biketto
Jeuxdezombie.com approuve <3
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
@Mika :

C'est un peu mon but, mais plutôt genre "maître du monde" avec un rire maléfique, tout ça. Je m'entraîne beaucoup.


@Infy :

C'est le but, c'est le but !
Bienvenu dans la secte ! :lol:
inFy
Signaler
inFy
Bon, bah je vais l'acheter quoi...
Mika
Signaler
Mika
Liehd président!!!
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
@Critobulle :

L'équivalent d'un Oscar, pour moi. Tapis rouge inclus. :D


@CCCP :

J'oubliais. Niveau Cosplay, comme tu t'en doutes, j'ai trouvé biiiiiiiennnn pire au cours de mes recherches, mais t'as vu, je suis tellement gentil dans mon coeur que je n'ai pas pu me résoudre à vous infliger ces abominations (et surtout, c'était la seule photo de groupe que j'ai trouvée ;) ).
Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Je ne le redirais jamais assez : un grand merci à tous pour vos retours positifs et vos likes ! C'est toujours un grand bonheur de découvrir qu'on n'a pas travaillé pour rien !

@Snake :

Je me disais ça, aussi. Mais ça, c'était avant. ;)
(Authentique : lors de ma première partie, je me suis dit : je vais au bout et basta. Et puis arrivé au bout, on se prend au jeu, on recommence, encore, et encore, sans déplaisir - même si on aimerait pouvoir zapper les séquences déjà jouées).

Et pour Angelic Pretty, j'ai appris aux côtés du meilleur, c'est pour ça : http://www.amazon.fr...t/dp/2302008480 Je ne pensais d'ailleurs pas que quelqu'un relèverait la référence ! Bravo à toi, je suis fier d'être soit ton Hercule, soit ton sidekick blond dont j'ai oublié le nom.


@Kaminos :

OUF !
Grosse pression quand en face, on sait qu'on est attendu au tournant et qu'on n'a pas droit à l'erreur (merci d'avoir relâché ma famille, au passage. Ils ont beaucoup apprécié e séjour et ils seraient bien restés deux jours de plus, finalement). Comme d'hab', j'ai essayé de faire le plus drôle possible tout en rendant vraiment compte de mon expérience de jeu, en courant le risque que la caricature prenne le pas sur le fond sérieux au-delà. Je suis ravi que ça n'ait pas été le cas et d'avoir entretenu, moi aussi, la "flamme 999".


@Rohlelourd :

J'espère que si tu te marres rarement, c'est parce que tu viens rarement sur mon blog ;)
Et j'accepte tes félicitations avec grand plaisir ! Je les encadrerai, même, peut-être...


@Voron :

Soulagé que la mauvaise foi du texte ne t'ait pas dissuadé d'investir. :lol:
Si la lecture (en anglais) ne te fait pas peur, tu peux y aller les yeux fermés !


@Narga :

Pareil que pour Voron ;) Si tant de gentilhommes de goût disent du bien (et plus) de ce jeu, c'est qu'il vaut qu'on s'y attarde !


@CCCP :

Pareil que pour Kaminos ! Ravi d'avoir su satisfaire un fan du jeu de la première heure !


@Zinzolin :

J'ai sauvé ta semaine, carrément ? ça valait le coup que je peaufine, alors ! Sauver le monde, c'est mon kiff', alors je commence avec des objectif à échelle réduite, pour m'entraîner. mais demain, c'est sûr, j'intègre les Avengers.

Et pour le test, j'ai tout prévu en amont. Ma sainte mission, confiée par sa sainteté Kaminos premi... euuuhhh, choisie de ma propre initiative, est d'entretenir la foi en 999 ! Poster le test avec une journée de décalage y contribuera grandement. Je vais juste l'éditer et le débarrasser de toutes les références private.
Tout-est-sous-con-trôle ! :D


@Joniwan :

C'est cela, oui. B) Vu comme vous vous êtes goinfrés de likes, j'aurais eu l'air fin, moi, à la 999ème place ! Au moins, ça aurait été raccord avec mon article !


@Peb :

Je t'invite à compléter en lisant les tests de Kaminos, CCCP et Dopamine, on ne sait jamais ! ;)
Mais je vais songer à l'adaptation de mon blog en visual novel, oui, c'est une grande idée !


@Strife :

"La vraie beauté, elle est à l'intérieur" (Hannibal Lecter).

Pourtant, j'ai gagné le prix de Mister Arkham Asylum Camisole Mouillée 2012... tu ne sais pas ce que tu rates !
Mais mon texte te remercie bien (il est trop timide pour le faire de lui-même) !


@NakedVince :

Au pire, tu pourras faire comptable, c'est à peu près pareil mais sans la go go danseuse et le scénario. C'est toujours une voie de repli, quoi.

Et oui, t'as vu, je ne suis pas comme tous ces membres de la rédac' qu'on achète à coups d'exclusivité, moi ! Je ^place mon intégrité de journaliste avant TOUT ! (excepté, peut-être, les fraises Tagada).
Critobulle
Signaler
Critobulle
Image IPB
NakedVince
Signaler
NakedVince
Donc je need ce foutu jeu, car je veux faire Science po, very clever !
Très jolie critique en tout cas, et on te sent totalement indépendant sur le coup et ça fait plaisir ;)
Strife
Signaler
Strife
Je m'incline plus bas que terre (en Chine, donc) devant un si beau texte (je m'inclinerais peut-être aussi devant l'auteur s'il était au moins à moitié aussi beau, mais ce ne sera jamais le cas, hélàs!) :)
peb258
Signaler
peb258
J'applaudis, je m'incline. Un super test! tu m'as fais rire du début à la fin, les messages cachés sont excellents, bref, j'adore. Bon, tu ne m'as pas encore donné envie de me faire le jeu, j'ai peur de bien plus me divertir en relisant ton test qu'en y jouant :D
Joniwan
Signaler
Joniwan
T'avais la place pour le top... ;)
Zinzolin_Hallucine
Signaler
Zinzolin_Hallucine
Rien que pour le premier paragraphe, je clique sur "j'aime". Un truc aussi drôle ça sauve ma semaine. Par contre laisse ce format parce qu'en test on risque de perdre en qualité à mon avis.

Le jeu a l'air super....par contre, je ne comprend pas l'anglais, j'ai donc sauvé inconsciemment un BlackLabel !
Narga
Signaler
Narga
Sympa le test, celui de Kaminos m'avais déjà donner envie mais là tu enfonce le clou...
Voron
Signaler
Voron
Faut que je l'ajoute à ma wishlist je pense.

J'ai bien rigolé en lisant le test :D
RohLeLourd...
Signaler
RohLeLourd...
Je me marre rarement en lisant un test de jeu, mais quand ça m'arrive, je félicite l'auteur. Alors félicitation! ^^
Kaminos
Signaler
Kaminos
Snake -> Techniquement parlant, le jeu ne se fait qu'une fois. Faut simplement prendre en compte le fait que quand tu l'as fini, bah en fait, tu l'as pas fini.
Kaminos
Signaler
Kaminos
JE SUIS FAN.

Je sais pas quoi dire de plus ^^

Bien écrit, vraiment drôle, et finalement bien objectif sur le jeu, quel qu'en soit le niveau de lecture :P

Bravo !
Snake_in_a_box
Signaler
Snake_in_a_box
Non non et non je ne le ferai pas :P Refaire 6 fois un jeu d'affilé c'est une hérésie.
Sinon la référence à Angelic Pretty reçoit le gothic lolita seal of approval ^^

Édito

 (Mais bon, on va pas se mentir, je ne sais pas pourquoi)

 

Si vous aimez les gens qui écrivent plus que bien, allez lire :

- Snake_in_a_box

- Noiraude

- Migaru

 ET QUE CA SAUTE COMME TIDUS DANS L'INTRO DE FFX !

 

 (Là encore, c'est un grand mystère, mais pas désagréable).

Si vous voulez lire des gens vraiment rigolos, par contre, c'est là que ça se passe :

- Snake_in_a_box

- Noiraude

- Migaru

 

Comme par hasard c'est les mêmes...

 

(Là, par contre, OK, rien à redire, y'a du beau linge)

L'article en question, riche en collaborateurs de qualitay, qui méritent tous ce prix avec les honneurs :

Une Rumeur Grandement Exagérée

 

*

 

Parce qu'on n'est pas tous nés avec des doigts aux mains (fonctionnels, en tout cas) !

 

Parce qu'on a tout à fait le droit de ne pas savoir parer aux jeux de combats, ou de ne pas savoir freiner aux jeux de course automobile, ou de ne pas savoir diriger son bonzhomme à Resident Evil 1 !

 

Parce qu'on n'est pas tous à l'aise avec plus de deux boutons, surtout quand il faut alterner leur utilisation !

 

Parce qu'on n'est pas tous au courant qu'on est au XXIème siècle et que de toute façon, c'était mieux avant !

 

Parce qu'on est libre de préférer acheter nos jeux à Cash Converter plutôt qu'à Micromania !

 

Le Blog du Joueur aux Mains Carrés vous propose des tests périmés et de mauvaise foi, des dessins réalisés à la hache, à l'arrache et avec des mains carrées (aussi), des découvertes culturelles à manger son code du psychiatre (sans sauce) et autres billevesées qui vous demanderont au mieux beaucoup d'indulgence, au pire du prozac. Mais surtout, surtout, depuis quelques mois, du gros troll qui tache.

 

Le Blog du Joueur aux Mains Carrées se veut un blog tout à fait inutile, sous-documenté, sous-illustré et sous-créatif, qui ne vous guidera en rien dans vos futurs achats ou vos quêtes du fini-à-200%. Le Joueur aux Mains Carrées fait un plus gros score à Tetris s'il laisse les pièces descendre sans toucher à la manette.

 

Tout est dit.

 

Enfin, le Joueur aux Mains Carrées est fan de Mr Patate, Paul Binocle et Boulet, dont il s'évertue à plagier les meilleures idées, des fois que. 

Archives

Favoris