ERROR 404 BLOG NOT FOUND

ERROR 404 BLOG NOT FOUND

Par Le Gamer aux Mains Carrees Blog créé le 04/11/11 Mis à jour le 01/08/17 à 23h37

Ce blog n’'existe PLUS. Si tu y as accès, c’'est que tu n’'existes plus non plus. Au mieux, tu es l'’émergence d’'une anomalie systémique au sein d'’une structure virtuelle parfaite. Mais ça pourrait être pire. Tu pourrais attendre impatiemment la sortie de Kingdom Hearts III.

Ajouter aux favoris
Signaler

 

 

Bon ben voilà, on a beau repousser, accepter toutes les chasses et toutes les quêtes annexes à base de flageolets, il fallait bien que ça arrive. Avec 132 heures et quelque au compteur (134, si on compte ma partie d'A King's Tale, et bien davantage si on y ajoute mes quatre visionnages de Kingsglaive ou la rédaction de ce long dossier), je tourne temporairement la page sur mon expérience Final Fantasy XV.

 

 

Qu'on ne me fasse pas dire ce que je n'ai pas dit : j'ai beau y avoir décroché mon premier trophée de Platine, à ma grande honte, je ne l'ai pas fini à 100%, malgré une longue descente en apnée dans les profondeurs de Pitioss, et deux combats consécutifs contre l'Adamankhelone (un grand merci aux bugs, mes généreux sponsors, sans qui cette sympathique expérience de deux heures et demi n'aurait pas été possible). J'imagine qu'il doit bien y avoir encore un ou deux automobilistes en rade sur la carte (ça leur apprendra à pouvoir sortir de la route, EUX), un ou deux randonneurs en PLS derrière un bout de mur, mais ce sont surtout cinq donjons scellés qu'il me resterait à mettre à feu et à sang pour accéder au statut de guerrier légendaire - et sans doute serais-je en train de plier ceux-ci à l'instant-même, au lieu de truster le fil d'actu de la Communauté Gameblog, si je n'avais pas été allergique à ces challenges artificiels à base de pièces copiées-collées et d'affrontements en chaîne.

 

 

132 heures, c'est énorme, surtout pour quelqu'un comme moi qui manque cruellement de temps libre - et qui doit voler ses moments de communion avec le canapé comme autant de sorts Ultima pour faire monter les stats de Linoa (toi-même, tu sais). 132 heures qui m'en ont semblé 20, passées en compagnie de personnages que je ne pourrais pas saquer dans la vraie vie, à pratiquer des activités de plein air qui m'ont toujours insupporté (pêcher, camper, manger dans des stations service, me prendre des coups de griffe, exterminer des espèces en voie de disparition...), dans le cadre d'une licence dont la seule et unique ambition depuis quinze ans est, semble-t-il, de me décevoir.

 

132 heures de cette émotion si chère à David Cage, avec les yeux pleins d'étoiles d'une héroïne de Shojo Manga, à parcourir les terres au 1/1ème de ce fantasme de môme, ce Final Fantasy que je m'imaginais ado dans la cour de récré au lieu d'aller tirer les couettes des filles. Je venais de découvrir le J-RPG, en anglais et en noir et blanc dans le texte, grâce aux efforts conjoints de Micromania et de ma première Gameboy. J'avais fait mes premières armes sur ce grand classique qu'est devenu le premier Makai Toushi Sa.Ga (Final Fantasy Legend, à l'époque, chez nous), lequel faisait rêver avec trois bouts de ficelle et pratiquait déjà l'art du mindfuck final, avec un minimalisme implacable.

 

 

 

 

Aussi rêvais-je du même « mais en plus réaliste », qui inclurait « des séquences animées comme à la télé » - sans croire un seul instant que je serai assis devant, 25 ans plus tard, et que je m'y perdrais avec tant de délices. Si j'avais un moyen d'envoyer quelques screenshots à mon moi-même d'alors, sans doute que ça le tuerait d'enthousiasme et créerait une fracture de l'espace-temps susceptible d'anéantir l'univers entier. Un premier cap aura été franchi en 1997 avec Final Fantasy VII et ses séquences cinématiques 3D - qui ont depuis beaucoup perdu de leurs superbe, à force de surenchère -, mais rien de comparable à ce jeu-monde austère et paradoxalement gratifiant.

 

Moi qui n'ait jamais attendu ce Versus XIII que beaucoup placent sur un piédestal (à tort, à mon sens, considérant le passif de la saga) et qui m'en suis moqué plus souvent qu'à mon tour, voilà que je deviens l'un des plus fervents défenseurs de ce qu'il est devenu. Rendez-vous compte. Après avoir vexé, fâché, poussé nombre de joueurs à la folie (si, si, j'ai des preuves plein ma boîte à mp), en taillant un short asymétrique aux épisodes X et XIII (et même à Drakengard, en passant, c'est ma définition d'une offre promotionnelle), je retourne ma veste à col de fourrure, j'ajuste mes bretelles, je sors ma carte de fanboy de la naphtaline et je me parjure la bouche en coeur. Qui aime bien châtie bien, dit-on - et qui châtie bien n'aime que mieux, ou bien je souffre du syndrome de Stockholm. Toujours est-il qu'un tel engouement, de la part de celui qui fut jadis maintes fois qualifié de « plus grand hater francophone de Square Enix (en général) et de Tetsuya Nomura (en particulier) », a autrement plus de sens que si je m'étais pâmé d'admiration à chaque nouvelle itération d'une licence usée jusqu'à la corde.

 

 

Car je n'étais pas un public conquis d'avance, et c'est peu de l'écrire : rien que la vue de la bande à Noctis me collait de furieuse envies d'allumettes et de jerrican d'essence - et je me plais à croire que c'est là un gage de bon goût, plutôt que le symptôme d'une psychopathologie non diagnostiquée. Ainsi donc, malgré le regard critique que je porte sur la série depuis son passage sur PS2 (regard parfois injuste, j'en conviens), malgré les trous dans l'emmental narratif qui lui sert de scénario (ça tombe bien, j'adore le fromage), malgré ses aller-retours poussifs et ses temps de chargement à rallonge, cet épisode XV m'a comblé en tant que joueur, en tant qu'être doué de raison et en tant qu'ex-afficionado du Square de la belle époque.

 

Pendant 132 heures et quelques, j'ai eu à nouveau 15 ans, mais sans les boutons et la voix qui mue. Il n'aura suffi que de trois minutes passées sur l'épisode Duscae pour que mon sourire de Chat du Cheshire s'efface et que les remarques acerbes restent coincées en travers de ma gorge. Car trois minutes, c'est également le temps qu'il m'a fallu pour percevoir le potentiel de cette refonte et revoir ma copie. En effet, si un traitement de ces personnages au premier degré les aurait rendus insupportables (le genre qu'on ne pouvait déjà pas saquer dans Dawson, quand on regardait en cachette pour Katie Holmes ou pour Michelle Williams), le regard distancié que l'écriture invitait à poser sur eux était pile ce qui manquait aux épisodes précédents, et qui aurait pu les sauver de mon indifférence. Juste un peu de recul, un peu de distance critique, un peu de mise en perspective pour casser les stéréotypes. Une heure et demi plus tard, j'avais terminé la démo, dans un silence si religieux que j'aurais pu intégrer les témoins de Jénova, si je n'avais pas été occupé à inscrire la Playstation 4 dans mon carnet d'achats (pourtant fort rempli). Echaudé comme je l'étais par les précédents épisodes canoniques, je craignais la douche froide, car peut-être que cette démo n'était qu'un coup de chance, un coup de génie involontaire que le jeu ne saurait pas étirer dans la durée.

 

 

Jusqu'au bout, je me suis interdit d'y croire, je suis resté sur la réserve. Si je me trompais - et je me trompais forcément, on parlait quand même de l'éditeur responsable de Tidus, Vaan et Snow Villiers -, il me resterait toujours Nier, Kingdom Hearts et The Last Guardian pour amortir l'achat, je pouvais me permettre de prendre le risque. Aussi ai-je suivi mon instinct - et grand bien m'en a pris car sitôt la partie lancée, mes craintes se sont évanouies. J'étais fixé. J'aurais ce que j'étais venu chercher avec les intérêts. Ceci, pour une raison fort simple (déjà évoquée dans mon article précédent, mais que je tenais à reformuler ici de façon moins pompeuse, plus personnelle), à savoir : la qualité de son écriture, que ce soit en termes de dialogues ou de caractérisation. Les habitués de ce blog n'ignorent pas que ni mon parcours universitaire, ni mes ambitions créatives ne me prédisposent à m'accommoder d'à-peu-près, de facilités ou de grosses ficelles paresseuses. Dans ce domaine cher à mon c½ur, j'exige le meilleur du meilleur, et si je sais revoir mes exigences quand l'intention y est, je ne m'y résous que de mauvaise grâce. On ne compte plus les ½uvres de divertissement populaire qui en ont fait les frais dans ces colonnes. Par conséquent, si j'écris noir sur blanc que l'équipe en charge du développement m'a donné une leçon, en surpassant mes espérances et en plaçant la barre à un niveau que moi-même, dans toute la grandeur boursouflée de mes prétentions narcissiques, je ne suis pas à même d'atteindre, vous vous douterez bien que je ne parle pas à la légère.

 

Car oui, j'ai pris une claque. Pas de celles qui font mal (même si la joue chauffe un peu) mais de celles qui élèvent, éduquent, donnent envie de se dépasser. Je l'admets de bonne grâce : Final Fantasy XV m'a rabattu le caquet, de la plus belle façon qui soit. Par l'exemple. Le talent. L'intelligence, même. D'où, peut-être, les excès d'un dossier aux proportions déraisonnables et à la ferveur parfois surjouée.

 

 

En effet, jusqu'à Duscae, j'étais persuadé qu'il serait impossible de réussir ce jeu. Il partait de trop loin, traînait trop de casseroles dans son sillage, à commencer par ses dix années de sur-place, ses mèchafranges, ses louboutins, ses vêtements goticotounoirs et ses dégaines de mannequins-cabine, plus adaptées aux éliminatoires de la Nouvelle Star qu'à une fable fantastique pour nostalgiques des Terres du Milieu. Parce que c'est bien joli, de représenter un Noctis pensif sous un ciel encombré d'aéronefs, ou de l'envoyer combattre des armées entières avec la grâce d'un patineur artistique en apesanteur - moi aussi, j'ai été hypé par ces teasers, je le reconnais -, mais enfin, quand derrière, il faut rassembler ces fragments épars à l'aide de problématiques, d'intrigues, de dilemmes, de rebondissements, comme autant de boucles de ceintures si chères à notre chara-designer préféré, conserver ce « waow effect » relève de la gageure.

Le Noctis de Versus XIII fascinerait-il autant si nous l'avions vu rire, pleurer, manger, gaffer, rougir, perdre contenance ? S'il paraît si charismatique, n'est-ce pas dû au mystère dont il est entouré ? On ne sait rien de lui, il ne laisse rien paraître, il ne dit pas un mot. On n'en perçoit que le reflet, le reflet d'un reflet sur la lame d'une épée, rien qu'un spectre dans la nuit, pâle comme la lune, vêtu d'obscurité, à la manière de ceux qui hantent les pièces du grand William Shakespeare. Tout reste à découvrir. Quel personnage pourrait rivaliser ? Aurait-il été développé qu'il n'aurait pu soutenir sa propre comparaison, à mesure que les scénaristes l'auraient habillé de chair et de sang, lui ajoutant travers, limites, complexes, toutes ces petites choses qui séparent une illustration animée d'un protagoniste authentique. N'est-ce pas expressément le sort funeste réservé à Squall Leonhart, modèle de badasserie sur le papier, mais timide maladif sitôt qu'il ouvre la bouche ou commence à penser (oh oui, ça fait partie de son charme, nous sommes d'accord, mais enfin, il est loin du Squall que l'on se figurait lorsqu'on ne connaissait de lui que les quelques artworks publiés dans la presse. Je suis bien placé pour le savoir. Trois jours après être tombé sur la pub TV, je courais jusqu'au centre commercial le plus proche pour y acheter l'édition collector du jeu - et la console avec. C'est dire si j'ai dégringolé de haut une fois passée la cinématique d'ouverture. Parce que quand même, c'était passer sans transition de ça :

 



à ça :

 



 Ben fanboy ou pas fanboy, ça piquait un peu).

 

Afin de sauver ce Final Fantasy XV du désastre annoncé (ou, pour être plus diplomate : du statut de jeu de niche destiné aux seuls fans des épisodes next gen), il fallait trouver le ton juste, l'équilibre providentiel, l'approche à rebrousse-thème qui permettrait de sublimer un cadre originel trop codifié, pour transformer chaque obstacle rencontré en atout potentiel. Or quelle chance avaient Tabata et son équipe d'y parvenir ? Aucune, ou pas loin.

 

Je n'exagère pas. Ce qu'ils ont fait n'aura peut-être l'air de rien aux yeux des profanes, qui n'y verront qu'une succession de banalités alignées au kilomètre, et pourtant rares sont les auteurs qui auraient pu réussir cet exploit, au point que j'en suis encore à me demander à quoi ils doivent ce succès. Le talent, l'intuition, le gros coup de bol, qui sait ? Sans doute les trois à la fois et ma foi, peu importe : ce qui est fait est (bien) fait. Ce ne serait pas le premier, ni le dernier chef d’½uvre « par accident ».

Est-ce que je crois aux interprétations que j'ai développées dans mon papier précédent, vous êtes-vous sans doute questionné si vous avez lu celui-ci.  Ces histoires de triple lecture, comme quoi le jeu serait une métaphore du passage de l'enfance à l'âge adulte, une critique du jeu vidéo en monde ouvert et sa propre mise en abyme.

Oui et non.

Oui, parce que je n'ai rien inventé, ces lectures sont possibles, les éléments sont là, ils s'emboîtent à la perfection, que ce soit volontaire ou pas.

Non, parce que je n'arrive pas à concevoir qu'on puisse se montrer si brillant, dans des conditions de développement si défavorables, qui plus est dans un champ créatif encore fortement teinté d'immaturité.

Et puis après ? Tout ce que nous lisons dans nos classiques littéraires, tout ce que nous voyons dans nos chef d’½uvres du 7ème art est-il intentionnel, ou bien y les réinventons-nous un peu plus à chaque nouvelle analyse, loin de ce que leurs auteurs avaient initialement envisagé ?

 

 

Comme le film d'Albator de Shinji Aramaki (tout aussi décrié), Final Fantasy XV est beaucoup plus que la seule somme de ses parties. Qu'on gratte son vernis un peu lisse, un peu consensuel, et on le découvre plus fin et profond que sa forme ne le laisse penser, riche d'aspérités et de perspectives.

 

Voilà pourquoi je l'aime d'amour jusque dans ses manques, ses lacunes, ses approximations. Je préfère une mauvaise histoire qui sert de décor, de prétexte, à une histoire médiocre (au sens neutre du terme), pétrie de contradictions, sur laquelle on braque les projecteurs narratifs et qu'on essaie de vendre comme une grande épopée. Pour le peu qu'on devine entre les lignes, l'intrigue au c½ur de cet opus ne paraît ni pire, ni meilleure que celles des épisodes Playstation 2 (encore que celle du VIII prenait déjà l'eau de toutes parts) - c'est-à-dire : exagérément tarabiscotée, convenue, bourrée de stéréotypes mais généreuse, honnête, prenante, pour peu qu'on n'y regarde pas de trop près et qu'on ne s'efforce pas de lui donner du sens. Autant vous dire qu'elle ne m'intéresse pas, et que je me fiche pas mal du fait qu'on puisse la boucler en vingt heures si on la trace en ligne droite, vu qu'elle n'est pas faite pour ça. Je n'ai pas besoin d'en savoir plus sur Ardyn, le Cristal, les Daemons et tout le tralala. Au contraire, même, plus j'en apprendrais à leur sujet, plus j'irai de grincements de dents en grognements de consternation, j'en suis convaincu. J'ai connu l'âge d'or du J-RPG, je me suis enfilé Xenogears, Chrono Cross, les Burai, les Grandia, les Phantasy Star, les Lunar, les Breath of Fire, et tellement d'autres encore. Je ne peux plus me satisfaire des mêmes ingrédients dans la même casserole, cuisinés de la même manière mais avec moins d'inspiration, par des apprentis marmitons qui ne songent qu'à imiter, reproduire, dépoussiérer. Versus XIII aurait-il vu le jour que je ne lui aurais pas donné sa chance : j'aurais envié mes potes qui l'auraient possédé, c'est certain, parce qu'au fond de moi, je crois toujours que l'industrie ne fait que traverser une mauvaise passe et que demain, c'est sûr, j'en mettrais ma main à couper, elle cessera de calculer ses histoires pour plaire au plus grand nombre et elle se remettra à écrire avec passion. Mais cet aveuglement n'aurait pas été suffisant pour me pousser à acheter une console à 300 balles (avec un jeu à 70 en prime), pour la simple et bonne raison que ce que le genre a de mieux à proposer, je l'ai déjà eu à l'autre bout de la manette et il est derrière moi, remisé dans l'armoire avec cette époque privilégiée où le jeu vidéo brassait moins d'argent, et pouvait se payer le luxe d'être plus sincère.

 

 

Aussi préféré-je infiniment apprécier pour ce qu'elle est cette ½uvre étrange, unique, inclassable, que je ne saurais pas considérer comme un authentique Final Fantasy – et après ? N'est-ce pas qu'un détail ? -, plutôt que de la juger sur ce qu'elle n'est pas et n'a jamais prétendu être. J'étais venu pour un J-RPG en demi-teinte, à reculons, la peur au ventre, et je repars avec une triple parabole symbolique sous forme de walking simulator de luxe.

 

Je ne sais pas pour vous mais moi, clairement, je gagne au change.

 

 

*

 

Ha et puis un petit mot quand même sur le placement de produit, qui n'a l'air de déranger le bon peuple que quand ça l'arrange : on peut, bien sûr, choisir de s'en effaroucher ou passer outre avec un haussement d'épaule amusé.

Quand des sommes d'argents si conséquentes sont investies dans un produit dont on ignore s'il sera rentable à court terme, je ne suis pas choqué qu'on se cherche des sponsors, qui plus est quand ça fait dix ans qu'on lâche de l'argent sans rien obtenir en retour.

Le procédé ne date pas d'hier et n'a rien d'infamant, surtout quand il est traité avec autant de second degré. Entre en sourire ou faire péter mes scores de pression artérielle comme certains sur le net, j'ai fait le choix le plus intelligent possible, je crois - mais ça n'engage que moi.

 

Vivement le DLC.

 

*

 

Pour prolonger :

 

Quelques trolls personnels « d'époque » pour attester de l'authenticité de mon revirement :

 

Final Fantasy XV : Nouvelles informations leakées

Triste semaine pour les amateurs de Boy's Band

Final Fantasy XV : jeu de mains, jeu de vilains

Ainsi, bien sûr, que l'incontournable (on va dire ça, tiens) :

 

Tuto à l'intention des professionnels : comment rater son Final Fantasy.

 

Parce que mine de rien, cet opus évite la plupart des écueils qui y sont répertoriés, et quand bien même n'est-ce pas volontaire, boudiou qu'ça fait du bien, le glaude !

 

*

 

 

Et s'il vous en faut plus (mmmhhh, gourmands !), contentez-vous des meilleurs (en attendant le très hypothétique – mais plus que souhaité – retour de Spoony) :

 

- L'Honest Trailer (qui, comme chaque fois, fait preuve de plus de finesse d'analyse que toute la youtubosphère francophone) :

 

 

- L'édition spéciale de Clueless Gamer consacrée à la découverte du jeu (avec Elijah Wood en bonus, ce qui est quand même un peu autre chose que PewDiePie)

 

 

Et oui et alors, t'as vu, je suis grave un fanboy et pourtant, cette vidéo me fait marrer !

Comme quoi avoir du recul vis-à-vis de ce qu'on aime, c'est possible !

Toi aussi, internaute, essaie, à l'occasion, ça peut changer ta vie !

 

 

Non parce que quitte à troller ce jeu, autant le faire avec talent.

 

Un concept qu'il nous reste encore à découvrir, en France, bloqués que nous sommes au stade caca-prout-prout-zizi, mais qui sait ?

 

Peut-être sera-t-on au point pour l'épisode XVI ?

 

 

*

 

 Article précédent                              Retour au Sommaire                            Article suivant   

 

ALL OFFICIAL PICTURES AND OFFICIAL ARTWORKS ARE COPYRIGHT SQUARE ENIX

USED FOR ILLUSTRATION AND PROMOTION PURPOSE ONLY

ALL RIGHTS RESERVED

 

Voir aussi

Jeux : 
Final Fantasy XV
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

Le Gamer aux Mains Carrees
Signaler
Le Gamer aux Mains Carrees
Tu me connais : la demi-mesure, chez moi, "c'est pour les faibles !". ;)

Enfin, quand je dis "tu me connais", a priori, ce n'est qu'à demi-vrai puisque tu sembles convaincu que "les remarques frivoles ne devraient pas susciter des réactions trop longues". Fou que tu es ! :D

En ce qui concerne les Final Fantasy de la Gameboy, c'est un beau boxon, j'en conviens, au niveau localisation - d'ailleurs même la Bibliothèque Nationale de France s'est plantée dans ses indexations, on a pu le voir dans le publi-reportage consacré à Final Fantasy XV fin septembre dernier. J'ai effectivement commencé les RPG avec Final Fantasy Legend 1, c'est-à-dire le premier Sa.ga., au moment où il est sorti en version anglaise (sur console de salon, j'ai commencé avec Phantasy Star II sur Megadrive). Le "Adventure" (Seiken Densetsu, donc, c'est-à-dire Mystic Quest, c'est-à-dire Secret of Mana - tout le monde suit ?) étant sorti quelques années plus tard, je l'ai acheté dès que Micromania l'a proposé (à l'époque où Micromania n'était qu'une enseigne parisienne, et pas encore une chaîne)... seulement voilà, par la force des choses en général, et de la chronologie en particulier, il est arrivé en second (en troisième, même, puisque sorti après Final Fantasy Legend 2). J'en garde un souvenir amusé puisque j'ai bloqué sur une énigme pendant trois semaines, au point de devoir appeler SOS Nintendo. A l'autre bout du fil, le mec a rigolé, m'a répondu que le jeu était génial, qu'il l'avait terminé mais qu'il ne pouvait pas me répondre parce qu'il ne s'agissait pas d'un jeu sorti officiellement en France. C'était l'bon temps ! La douane donnait des coups de cutter dans les côtés des boîtes de jeux pour vérifier qu'elles ne servaient pas à faire passer de la drogue.... :lol:

Toujours est-il que si ces jeux semblent sommaire graphiquement aujourd'hui, à l'époque, ils représentaient le top du top de ce qu'une portable avait à offrir en la matière. Aux yeux des joueurs de l'époque, "il ne leur manquait que la couleur". Nous étions loin d'imaginer les progrès vertigineux que le média connaîtrait par la suite, si bien que sans ce point de comparaison ultérieur, nous appréhendions ces titres rudimentaires comme un aboutissement. Partant de là, ils avaient à nos yeux une beauté plastique qu'ils ont perdu depuis, par la faute de la concurrence. Ceci étant, comme tu le suggères à juste titre, ils représentaient à l'époque de véritables supports d'imaginaire, que chacun réinvestissait de ses propres représentations. Ce qu'ils ne pouvaient pas montrer, nous nous le représentions mentalement, c'était devenu un réflexe, pour nous, et ça ne leur donnait que plus de charme. On se les appropriait, littéralement, comme on le fait avec les bons bouquins. Aujourd'hui, il n'y a plus ces espaces vides à combler, au contraire, les jeux débordent de toutes parts, au point d'en dégueuler de reflets, d'ombres, de scintillements. On y gagne, en surface. On y perd, en profondeur, en cela qu'on se retrouve plus passif, qu'on n'a plus cet effort à faire, qu'on nous livre l'imaginaire clé en main, nous obligeant à l'absorber comme des éponges. Alors bien sûr, nos AAA, on n'osait même pas en rêver, jadis, jamais on ne pensait qu'ils atteindrait un tel degré de réalisme. Rétrospectivement, il y a de quoi s'émerveiller, c'est certain. Mais il a fallu abandonner quelque chose en échange. En alchimie, on appelle ça l'échange équivalent.

Quoi qu'il en soit, ce que tu fais est vil ! Alors même que j'avais plus ou moins renoncé à écrire mon article sur le vide dans le jeu vidéo, voilà que tu me relances dessus sans même t'en cacher ! Gredin ! Tu mériterais que je te tire les bretelles du short asymétrique !

Du point de vue de l'écriture, je distingue effectivement le propos de la façon dont il est raconté. On peut très bien mal raconter une bonne histoire. On peut également bien raconter une mauvaise histoire. D'ailleurs, si tu regardes en arrière, encore, les scénarios des Final Fantasy I à VI n'ont rien d'exceptionnel ou d'alambiqué, au contraire. Ils sont convenus, synthétiques et simplistes, mais ils sont si bien exploités que cela devient un atout, parce qu'ils laissent de la place aux personnages et que ceux-ci le mettent d'autant mieux en valeur (et réciproquement). Le VII et le IX arrivent à trouver un équilibre entre l'un et l'autre. Le VIII, le X et les XIII, au contraire, se prennent les pieds dans le tapis d'un scénario global trop tarabiscoté (inutilement, qui plus est), qu'ils ne parviennent à raconter qu'en ligne droite (ou pas loin) et qui étouffe les personnages à trop se tortiller sur lui-même et assommer le joueur à coup de références encyclopédiques artificielles. Pour le peu qu'on en connaisse, on ne peut pas dire que celui du XV fasse exception, mais le fait qu'il ne serve que de vague toile de fond et qu'il soit réduit à sa plus simple expression lui permet d'éviter partiellement cet écueil (bien malgré lui, sans doute, mais il l'évite et c'est là l'essentiel). Paradoxalement, à côté de ça, l'écriture des personnages est parfaite, ce qui contrebalance positivement. D'autant plus que comme je le pointe du doigt, parvenir à rendre intéressant de tels archétypes, c'était une gageure. A mon sens, il vaudra toujours mieux un mauvais scénario bien exploité qu'un bon scénario mal exploité. Sur ce plan-là, FF XV relève de l'exception dans l'exception puisque l'intrigue est banale et la narration trop elliptique : c'est vraiment ici l'écriture de ses personnages qui le sauve de l'indifférence. Quoi qu'il en soit, pas besoin de prendre de la distance vis-à-vis de la trame pour apprécier ceux-ci : le jeu le fera à ta place, va. Ils crèvent l'écran, là où le récit s'efface faute de pouvoir s'étendre convenablement.

Pour ce qui est d'"intrigues alambiquées avec des personnages forts", un titre me vient spontanément à l'esprit, et je te le recommande chaudement : les Cantos d'Hyperion, de Dan Simmons. De la SF teintée de fantastique, d'horreur et de fantasy. Un must read en la matière.  Alors bien sûr, ça ne répond pas complètement à tes critères, mais tu aurais tort de passer à côté, c'est un peu le Xenogears de la littérature de genre (même si l'expression n'a aucun sens, nous sommes d'accord). Aussi, je me permets de te forcer un peu la main. Cette oeuvre équilibre parfaitement un scénario complexe (mais pas trop) et la part accordée à des protagonistes tous plus charismatiques les uns que les autres, chacun à leur manière. ça aurait d'ailleurs pu donner un super J-RPG en ligne droite, quand on y songe... ;) Les mangas de Naoki Urasawa en constituent également d'excellents exemples (avec une grosse préférence pour 20th Century Boys et Billy Bat, même s'ils tirent un peu en longueur). Cinématographiquement, à brûle-pourpoint, je pense à Cloud Atlas. Bon, je crois que parti comme c'est, je vais essayer de te bidouiller une liste et te l'envoyer par mp.


En ce qui concerne le parallèle entre Noctis et Squall, on peut également le prolonger en évoquant Laguna Loire, l'autre figure principale de Final Fantasy VIII. Visuellement, il en impose : cheveux longs, traits déterminés, mitrailleuse en bandoulière... avec, en prime, un thème musical aux petits oignons. Lui aussi serait un modèle de badassitude, si l'on s'en était tenu aux artworks. Sauf qu'il est maladroit, distrait, gaffeur, pas très finaud, ce qui le rend plus grotesque qu'autre chose. Humain, oui, peut-être même un peu trop, on a parfois plus l'impression de suivre les aventures de Patrick Timsit que celles d'un soldat luttant pour sa survie. ça le rend attachant, c'est certain. Mais pour le côté"sombre et mystérieux", on repassera. Précisément parce que comme tu l'expliques toi-même, pour développer le Noctis de Versus XIII, l'équipe originelle n'aurait eu que deux options : casser cette image d'androgyne taciturne donnée par les trailers et en faire un vrai personnage avec ses forces et ses faiblesses, ce qui lui aurait enlevé beaucoup de sa superbe, soit conserver ce côté "trop d4rk t'as vu" et contraindre le joueur à diriger une coquille creuse pendant cent heures - ou plus. Tout ça pour dire que le Noctis regretté par tant de "fans" n'est qu'un fantasme, un mensonge par omission. Versus XIII aurait-il vu le jour que le joueur n'y aurait pas davantage retrouvé son beau brun torturé. C'est tout le propos du film Albator, en effet, qui présente un modèle de ténébritude monolithique et l'humanise progressivement jusqu'à lui conférer un caractère absurde et pathétique. Ce qui aura déplu en proportion.

Pour ce qui est des personnages, toujours, les Final Fantasy précédent résolvaient le problème de la courbe de progression en confiant ceux-ci aux joueurs non pas au commencement de leur parcours héroïque, mais en plein milieu : ainsi, il reste une marge pour leur évolution, mais ils ne partent pas de zéro. Ils sont déjà forgés, que ce soit en termes de caractère comme en terme de capacités. C'est d'ailleurs un peu le cas de celui-ci aussi puisque nos "héros" disposent déjà d'aptitudes au combat conforme à leur parcours (élevée pour Gladiolus du fait de sa carrure et de son entraînement, moindre pour Ignis de part ses techniques plus subtile, et moindre encore pour Prompto du fait qu'il ne s'agit pas d'un soldat. Noctis lui-même est déjà capable de se téléporter et d'utiliser la magie, du fait de son entraînement avec Gladio. Mais aucun d'eux ne s'est jamais battu en situation réelle, et ça fait toute la différence).

*Je vais faire comme si je n'avais rien lu au sujet de Geralt de Riv*.
Zinzolin
Signaler
Zinzolin
Ah, ce cri du cœur, que pouvons-nous bien y répondre ? Peut-être, un ou deux "je te l'avais bien dit !" J'hésite à répondre l'article point par point, tant ce texte est dense. Bon. D'abord, les remarques frivoles, passagères qui ne devraient pas susciter des réactions trop longues. De une, je pensais que ton Final Fantasy Legends (ce n'est pas la première fois que tu parles d'un jeu Game Boy qui a inspiré ta carrière de joueur) était Final Fantasy Adventures ou Seiken Densetsu: Final Fantasy Gaiden. Une confusion que je fais bien trop souvent. N'est-il pas drôle que des jeux si sommaires graphiquement nous (vous plutôt, j'ai commencé à jouer tard) aient tant fait rêver ? Nourrissons nos fantasmes, nos espoirs, nos rêveries comme la littérature ou la peinture savent si bien le faire. Il n'est pas d'ailleurs surprenant qu'à présent, à l'ère du photo-réalisme, des décors et univers plausibles, des directions artistiques riches et les histoires aux background fouillés que nous cherchons *attentiiiiiooon* un nouveau vide à combler par les efforts et les dérives de notre imagination. D'où ton enthousiasme pour Final Fantasy XV. ;) J'y vais avec mes grands sabots, mais tu vois où je veux en venir !

De deux, je suis surpris que tu évoques la qualité de l'écriture des dialogues et de la caractérisation, alors qu'à l'article précédent tu parlais d'une lecture première fade. Peut-être, parlais-tu du synopsis général et de l'intrigue et que tu distingues ces deux dernières du traitement des personnages. Enfin, s'il faut se distancier de l'écriture globale pour apprécier les personnages à leur juste valeur, je verrais ça en temps voulu. En revanche, je me demande bien, en terme littéraire où pourrais-je bien lire des intrigues alambiquées avec des personnages forts (à l'image de Lorrenzaccio ou des pièces de Macbeth et Hamlet) sans nécessairement passés par du fantastique ou de la science-fiction trop complexe. Car si j'estime qu'un scénario tordu n'est pas forcément un bon scénario, il est vrai que j'en ai rarement lu sur format papier, or comics et manga.

Mais, je vais insister, je pense qu'on a échappé de belles pour la caractérisation de Noctis comme en atteste ton paragraphe sur Squall Leonheart. Le fantasme du personnages invincibles, sombres, cools, torturés, androgynes de surcroit (ne vous y trompez pas, j'adore les personnes aux physiques androgynes) tient rarement la route. Soit le personnage est teinté de faiblesses, de défauts, de petits détails qui le rendent plus attachants et humains et on prend le risque de dénaturer l'impression première qu'on se faisait pour un personnage fade. (car humain, trop humain) Soit le personnage devient une caricature de lui-même, monolithique, vide, un personnage d'action qui s'inscrit mal dans un récit complexe et long de J-RPG. En ce sens, la comparaison avec le dernier film Albator fait mouche. Les jeux vidéo ont aussi le problème délicat de présenter des personnages qui suivent souvent une courbe de progression comme le joueur et qui meurent sous ses yeux en jeu. C'est pour cette raison que même des "modèles" d'homme fort et implacable comme Snake (MGS 3) ou Eizo (Assassin's Creed 2) sont rarement des personnages à terme et qu'ils sont amenés à évoluer. Ce sont des enfants. Ou alors, on les présente des personnages perdant leurs pouvoirs/influences : Snake dans l'épisode 5 se réveille d'un coma et doit redevenir le soldat qu'il était ou Eizo dans Brotherhood perd sa villa et son influence et doit tout reconstruire. *on me souffle à l'oreille que Geralt de The Witcher III répond à tous les critères sans les défauts, je vérifierai en temps voulu* Tout ça pour dire que le Noctis de Versus XIII aurait pu être un énième Edward Cullen surpuissant pour qu'on découvre avec blasitude qu'il est nul au combat in-game et qu'en vérité il est capable d'avoir un cœur, avec des doutes et des faiblesses. L'archétype de base du Sasuke/beau ténébreux. Ha ha.

Édito

 

pour : "Le Gamer aux Mains Carrées, l'homme qui murmurait à l'oreille du manque de race"

(Du coup je ne sais pas trop comment je dois prendre cette distinction)

 

Gameblog Community Award de l'article de l'année 2016 pour un post sans texte, c'est sûr, ça fait toujours plaisir, mais c'est quand même assez surprenant.

Ce qui l'est beaucoup moins, par contre, c'est que ce post traite ENCORE de Final Fantasy.

 

Bref, pour de vrais "articles de l'année" passionnants, passionnés, pertinents et bien écrits, allez plutôt lire :

- Migaru

- Noiraude

- Snake_in_a_box

 

 ET QUE CA SAUTE, COMME TIDUS DANS L'INTRO DE FFX !

 

*

 

Parce qu'on n'est pas tous nés avec des doigts aux mains (fonctionnels, en tout cas) !

 

Parce qu'on a tout à fait le droit de ne pas savoir parer aux jeux de combats, ou de ne pas savoir freiner aux jeux de course automobile, ou de ne pas savoir diriger son bonzhomme à Resident Evil 1 !

 

Parce qu'on n'est pas tous à l'aise avec plus de deux boutons, surtout quand il faut alterner leur utilisation !

 

Parce qu'on n'est pas tous au courant qu'on est au XXIème siècle et que de toute façon, c'était mieux avant !

 

Parce qu'on est libre de préférer acheter nos jeux à Cash Converter plutôt qu'à Micromania !

 

Le Blog du Joueur aux Mains Carrés vous propose des tests périmés et de mauvaise foi, des dessins réalisés à la hache, à l'arrache et avec des mains carrées (aussi), des découvertes culturelles à manger son code du psychiatre (sans sauce) et autres billevesées qui vous demanderont au mieux beaucoup d'indulgence, au pire du prozac. Mais surtout, surtout, depuis quelques mois, du gros troll qui tache.

 

Le Blog du Joueur aux Mains Carrées se veut un blog tout à fait inutile, sous-documenté, sous-illustré et sous-créatif, qui ne vous guidera en rien dans vos futurs achats ou vos quêtes du fini-à-200%. Le Joueur aux Mains Carrées fait un plus gros score à Tetris s'il laisse les pièces descendre sans toucher à la manette.

 

Tout est dit.

 

Enfin, le Joueur aux Mains Carrées est fan de Mr Patate, Paul Binocle et Boulet, dont il s'évertue à plagier les meilleures idées, des fois que. 

Archives

Favoris