Kept you waiting huh ?

Kept you waiting huh ?

Par Licius Blog créé le 15/09/11 Mis à jour le 20/12/13 à 20h26

Toi qui entre ici, abandonne tout espoir...

Ajouter aux favoris

Catégorie : [Comics]

Signaler
[Comics]

Ajouter à mes favoris Commenter (7)

Signaler
[Comics]

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
[Comics]

Il y a 75 ans, fut publié le comic book Action Comics #1 de Juin 1938. Publié par National Allied Publication qui fusionnera plus tard avec Detective Comics Inc pour donner DC Comics, cette première histoire était scénarisée par Jerry Siegel accompagné par Joe Shuster au dessin. Action Comics #1 est donc le premier comic book apparait Superman Aka The Man of Steel Aka The Man of Tomorrow Aka The Last Son of Krypton.

L'histoire pose les bases du personnage, il est un réfugié extraterrestre arrivé sur Terre alors qu'il n'est encore qu'un bébé et il est élevé par les Kent. Il possède des superpouvoirs, super-vitesse, super-force. A noter qu'il vole pas à cette époque, il se contente de faire de grands sauts. Le pouvoir de voler sera implémenter dans les premiers cartoons par les studios Fleischer car plus visuel que les bonds.

Action Comics #1 marque le début de beaucoup de choses, c'est donc la première appariation de Superman, c'est également le premier le comic book de super-héros et enfin il s'agit du début de ce que l'on appelle le Golden Age of Comic Books. Le Golden Age désigne la période de la création et de l'explosion du genre Super-héros. Action Comics est un immense succès et Superman aura droit à sa propre série en Mai 1939, les éditeurs voulant surfer sur cette vague créeront leurs « Superman ». Batman ( Mai 1939), The Flash/Jay Garrick (Janvier 1940), Green Lantern/Alan Scott (Juin 1940), Captain America (Mars 1941), Wonder Woman (Decembre 1941) et plein d'autres seront créer. Cette mode des super-héros s'estompera après la Seconde Guerre Mondial où la plupart des séries seront stoppées, seul Superman et Batman continueront d'être publiés. Le renouveau arrivera en 1954-56 avec le Silver Age of Comic Book, mais c'est une autre histoire.

75 ans après sa création, Superman s'est marié, il est mort plusieurs fois, il a rencontré d'autres kryptoniens, il a fondé la Justice League etc. Personnage qu'on peut trouver trop simple, trop plat, il aujourd'hui difficile de le réinventer. On peut citer cependant 3 oeuvres indispensables sur Superman :

-All Star Superman de Morrison et Quitely qui est en quelque sort la synthèse du mythe de Superman

-Superman : Droit du Sang de Mark Waid qui revisite la génése de Superman, la raison qui poussera Clark à devenir l'Homme d'Acier.

-Superman : Red Son de Mark Millar qui est un Elseworld où au lieu de s'écraser dans le Kansas, Kal-El atterri en URSS.

 

Superman sera adapté sur les écrans que soit en dessin animé, série télé ou encore en long métrage avec 6 films dont le dernier nommé Man of Steel sort le 19 juin 2013.

 

Cartoon The Mad Scientist de 1941 de Fleischer Studios

 

Introduction du premier Superman réalisé Richard Donner en 1978

 


Dessin Animée Superman TAS en 1996 créée par Bruce Timm

 

Référence à la couverture d'Action Comics #1 dans le film Superman Retruns en 2006

 

Trailer du film Man of Steel réalisé par Zack Snyder

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
[Comics]

Après la publication de Batman Year One cet été, Urban Comics continue à ressortir les classiques du Chevalier Noir avec The Dark Knight Returns. Sortie le 16 Novembre pour 28 €, cette édition propose l'histoire complète plus une vingtaine de pages de bonus ainsi que le Blu-Ray et le DVD de la première partie de l'adaptation en film d'animation.

The Dark Knight Returns est une mini série en quatre chapitres publiée en 1986. Elle est scénarisée et  illustrée par Frank Miller. Il est important de noter que cette histoire se situe en dehors de la continuité de Batman.


Pitch

L'histoire de situe dix ans après la retraite de Batman, Bruce Wayne a environ 60 ans, il n'y a plus de justicier à Gotham City et le Commissaire Gordon s'apprête lui aussi à partir en retraite. Malgré la disparition des ennemis emblématique de Batman, la situation de la ville a empiré, un nouveau gang appelé les « Mutants » sème la terreur et perpétrant des crimes d'une extrême violence. Ces crimes réveillent le désir de vengeance et de justice de Bruce Wayne que celui-ci a tenté de réfréner toute ces années. Malgré la promesse qu'il s'était fait à lui-même, Batman fait son retour pour combattre les Mutants et retrouver Harvey Dent qui a disparu après sa guérison et sa sortie de l'asile d'Arkham.

L'Essence Moderne de Batman

The Dark Knight Returns est l'une des oeuvres les plus profondes sur le personnage. Loin d'être un sauveur, Bruce Wayne redevient Batman avant tout par fierté, pour se prouver se quelque chose. Sa soif de vengeance et de « justice » font parti intégrante de la personnalité de Bruce Wayne depuis la mort de ses parents, Batman n'est que sa matérialisation. De plus, l'orgueil de Bruce ne se fera pas sans conséquence. N'ayant plus le même corps qu'a ses débuts, Batman n'est plus en mesure de sauver tout le monde et ses interventions seront lourdes en dommages collatéraux. Ce retour viendra défier l'Etat personnifié à travers un vieil ami qui tentera tout pour le stopper. Après avoir stopper ses activités criminelles au moment de la disparition du Chevalier Noir, son plus grand ennemi (Mr J.) retrouvera lui aussi sa raison de vivre et de tuer.

Une Vision de son époque

L'oeuvre de Miller a également une portée politique. Le Gotham présenté dans le livre est le reflet de la situation des USA pendant les années 80 (misère social, guerre froide, pouvoir des médias, etc). L'auteur ayant des opinions très à droite, celui-ci critique de nombreuses choses, la lâcheté des politiques, le manque de fermeté de la justice, la déresponsabilisation des criminels... Les idiologies limites de Frank Miller sont parfois assez caricatural surtout en 2012. Celui-ci récidivera avec la récente sortie de Terreur Sainte, histoire de que Miller proposa à DC comme « Batman contre Al Quaïda » et que celle-ci refusa.

Frank Miller

Le début du Modern Age

The Dark Knight Returns figure parmi les grands classiques du comics, celui-ci est fondateur du Modern Age des comics (avec Watchmen) avec son ton sombre, violent poussant à la réflexion et destiné à un lectorat adulte. Une des forces de l'oeuvre est la plongée dans la personnalité de Batman grâce une superbe écriture et à ces monologues intérieurs qui permet de voir qui est Bruce Wayne.


Conclusion

A titre personnel, j'ai une préférence pour Batman Year One (moins complexe au final), l'aspect politique caricatural et les séquences de télévision très présentes rendent parfois TDKR difficilement digeste. Cependant Miller a le mérite de pousser le Caped Crusader là où peu d'auteur sont allés qui force le lecteur à prendre un peu de recule par rapport au personnage de Batman et à le remettre en question.                                                                                                                                            TDKR est à lire au moins une fois pour ceux qui sont seulement curieux à propos de Batman. Pour les fans, un « must have » à lire et à relire comme un classique du comics.

Quelques mots sur l'adaptation

The Dark Knight Returns Part One traite des 2 premiers chapitres du livre, avec le retour de Batman sont affrontement contre le gang des mutants. Extrêmement fidele à l'oeuvre originale, cette adaptation reprends chaque scène quasiment à la case près. Cependant, le plus gros défaut du film est l'absence des monologues internes qui enlève beaucoup à la profondeur des personnages et à Bruce Wayne particulièrement. J'attends la seconde partie avec impatience, elle traitera des 2 derniers chapitres (ceux que je préfère) avec 2 affrontements au somment.


The Dark Knight Returns Part One

The Dark Knight Returns Part Two

Voir aussi

Jeux : 
Batman
Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
[Comics]

Mes achats Comics de ce mois d'Octobre sont comme très souvent, sous le signe du Chevalier Noir. Au programme Batman Saga # 6, Batman Saga Hors Série - Gates of Gotham et enfin Batman # 13, mon premier en achat VO.

De gauche à droite, Batman Saga #6, Batman - Gates of Gotham, Batman #13 Variant Cover par Capullo.

Death of the Family est le nouvel arc de la série Batman après La Cour des Hiboux. Le numéro 13 est le premier de cette nouvelle histoire et est sorti après le numéro 0 qui fêtait la première année de New 52.

On a droit ici à la même équipe que celle de La Cour des Hiboux, Scott Snyder au scénario et Greg Capullo au dessin. Le back-up de ce numéro 13 est servi par Jock, dessinateur ayant travaillé sur la premier partie de Sombre Reflet.

Ce numéro 13 est un événement car il marque le grand retour du Joker, et celui-ci va s'en prendre aux alliés de Batman. Je ne dirais rien sur les éléments scénaristes pour rien spoiler car ça ne sortira pas tout de suite en France. Tout est bien mené, il y a un vrai tension et une appréhension du lecteur et des personnages face à ce retour.

Greg Capullo prouve actuellement en France son talent avec La Cour des Hiboux, celui-ci est au top avec numéro 13. Concernant le travaille de Jock, je suis pas fan à la base mais son style correspond bien à l'ambiance glauque de ce back-up qui est absolument terrifiant.

 Certains qualifie Death of the Family d'oeuvre déjà culte, tout ce que je peux dire c'est que le potentiel est clairement là et avec le duo Snyder/Capullo, on a confiance. Le Joker est de retour et le fait par la plus grande porte.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
[Comics]

Publié de Juillet à Octobre 2011 aux US, le comic book Batman Akham City sort en France 1 an plus tard. Edité par Urban Comics et sorti le 7 Septembre dans une édition limitée avec la version PC pour 20 €, Arkham City fait la transition entre les 2 jeux de Rocksteady.

Le scénario est signée Paul Dini, scénariste d'Arkham Asylum & City mais aussi de la meilleur série animée Batman, Batman The Animated Series. Au dessin, on a Carlos D'Anda (son DeviantArt : http://chuckdee.deviantart.com/gallery/), connu pour avoir travaillé sur les séries Deathblow et The Outsiders chez DC Comics. Il a également travaillée avec Brandon Badeaux sur le chara-design des personnages des  2 jeux-vidéo.

Scénario

L'histoire se déroule environs 6 mois après les événements d'Arkham Asylum. Quincy Sharp ancien directeur de l'asile est devenu le Maire de Gotham City. Pour éviter que l'incident d'Arkham ne se reproduise, il décide de créer une prison à ciel ouvert dans les vieux quartiers de la ville afin d'y incarcérer les patients d'Arkham et les détenus de la prison de Blackgate quel que soient leurs crimes. Cependant, le Maire Sharp n'est qu'un pion, il est « l'homme de paille » du professeur Hugo Strange que Sharp a désigné pour diriger Arkham City. Face à la réticence des citoyens, Strange usera de son intelligence pour manipuler l'opinion publique et faire accepter le projet. De son coté, Batman ne voit pas ce projet d'un bon oeil, il comprend que le Maire est manipulé et décide d'enquêter sur la personne qui le contrôle dans l'ombre.

 

Arkham City installe des nombreuses choses qui se poursuiveront le jeu-vidéo, la complicité entre Batman et Catwoman et le début du duel entre Batman qui cherche la finalité d'Arkham City et Hugo Strange qui veut étudier Batman. C'est l'occasion de voir ce méchant être davantage développé. Là où dans le jeu on le connaissait au final assez peu, on saisi ici la véritable menace que représente Strange pour Gotham City et son obsession envers le Chevalier Noir. Pour ceux qui ont lu les petites histoires que l'on débloque dans le jeu, ils verront qu'elle se passe dans le comic book (L'arrivée de Joker à Arkham City). Un des aspects que je n'ai pas apprécié c'est l'ouverture de l'histoire sur le Joker. Il sait qu'il est empoisonné par le Titan et le lecteur voit les pensées du Joker. Personnellement, je trouve que ça l'humanise trop et que ça casse le mythe.

 

5 digital comics

Accompagnées à l'histoire principale, 5 mini-histoires sont présentes à la fin du livre. Elles étaient sorties à l'origine sur les plateformes iOS et Android. Ces 5 histoires ont un intérêt assez inégal, la seul histoire qui sort du lot est pour moi celle concernant les gardes Tyger et leur recrutement par le Professeur Strange. Idem pour le dessin, on va de bon à carrément moche.

Exemple de style dessin plutôt moche

 

Artworks

Afin dernier bonus, les artworks des personnages du jeu par D'Anda & Badeaux avec les différentes versions envisagées en pré-prod. Dans le détails on a Joker, Harley Quinn, Riddler, Harvey Dent, Mr Freeze, Grundy, Hugo Strange et Talia. J'apprécie ce genre de bonus, c'est très jolie et comme pour tout, j'aurai aimé en avoir plus.

Quelques concept arts bien sympathique.

En conclusion, Batman Arkham City se conseille avant tout à ceux qui ont aimé les jeux de Rocksteady. L'intrigue n'a rien de révolutionnaire et n'a d'interet que si vous avez joué (ou allez joué) aux jeux. Elle a le mérite de développer l'Arkham-verse de studio britannique et fait une bonne transition entre les deux opus vidéoluques. Une belle edition d'Urban Comics, qui continue à faire du bon boulot. Un livre complet de l'oeuvre globale d'Arkham City avec la version PC à 20 €, c'est honnête, encore plus si vous avez adoré Arkham Asylum et que par des circonstances incroyables vous avez pas encore fait Arkham City.

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Édito

Archives