Le PoulpyBlog : Musique, jeux vidéo, et les deux en même temps

Catégorie : Dossier thématique

Signaler
Dossier thématique

Après le Japon, la Chine, l'ancien empire Persan et l'ex-URSS, il est temps de terminer le voyage entamé à travers le continent asiatique aujourd'hui. Il reste énormément de lieux à parcourir, c'est pourquoi j'ai décidé de faire un tir groupé.

 

ESCALE FINALE (n°5) : LES AUTRES PAYS ASIATIQUES

Pour faire large, j'ai pris le drapeau de l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est.

 

Je n'ai pas choisi ce drapeau par hasard, car il ne nous reste à vrai dire plus que le sud-est du continent à faire. A part peut-être si on est un peu fourbe, ce qui est mon cas, et qu'on considère qu'Israël ne rentre pas dans la catégorie "ancien Empire Persan" parce que c'est le lieu historique de l'exode Juif, et que je voulais faire un truc aux tons arabes, et qu'en plus il s'agit de parler de Jérusalem qui est la ville d'où sont parties toutes les civilisations et les grandes religions que l'on connaît aujourd'hui, ou presque.



L'aspect religieux ressort à merveille dans le thème de Jérusalem d'Assassin's Creed, une musique appelant au recueillement et à la paix intérieure.



Ceci étant fait, je reprends. Asie du Sud-Est, donc. Ce sont des pays un peu difficiles à cerner d'un point de vue culturel, finalement. Plus exactement, on a vite fait de confondre avec la Chine. On a tous dit au moins une fois dans notre vie "j'adore manger chinois !" alors qu'on est chez le vietnamien. De notre point de vue d'occidentaux, on voit les mêmes codes, les mêmes gens, les mêmes musiques.




Electro au beat très japanisant et quelques sonorités est-asiatiques pour ce "East Asia" de DoDonPachi



Mais comme partout depuis le début de notre voyage, les lieux regorgent de monuments si anciens et si mystérieux qu'ils en deviennent mythiques. Les musiques les accompagnant dans les jeux vont également toujours dans ce sens, on perd même parfois la notion de justesse pour rendre le tout encore plus perturbé et perturbant.


Ayant déjà posté la musique d'Illusion of Time sur un précédent article du PoulpyBlog, je vais cette fois privilégier Tekken pour mettre en musique le célèbre temple cambodgien d'Angkor Vat


Perturbant, c'est le mot... En même temps, sur un continent qui abrite les sommets montagneux les plus hauts du monde, avec des types qui risquent leurs vies pour grimper dessus, faut pas s'étonner que ça évoque le danger. D'ailleurs il y a des français qui sont morts au Népal, il y a une dizaine de jours...


Tandis que vous, c'est plutôt la difficulté de Tintin au Tibet qui a failli vous pousser au suicide. Le thème de Katmandou reprend assez étrangement quelques codes des musiques arabes dont on parlait avant-hier.


Voilà, je crois que nous avons déjà fait le tour, en fait... Ce dernier article fut court, mais intense.

Ainsi s'achève notre road-trip à travers l'Asie dans les musiques de jeu vidéo. La température extérieure est de 12°C, il fait un temps de merde, nous survolons actuellement Pouilly-en-Auxois pour un atterrissage dans quelques minutes. Vérifiez que vous n'avez rien oublié sur vos sièges, en espérant que vous avez fait un bon voyage !

Je tenais, avant de finir, à remercier toutes les personnes, ici ou sur Facebook, qui m'ont apporté leur aide quand j'étais un peu à court de musiques. Vous fûtes d'une grande utilité, certains reconnaîtront peut-être la musique qu'ils m'ont proposé. Merci encore !

 

 

PS : Je sais que j'ai déjà posté du Street Fighter 2 deux fois dans ce dossier... Mais je ne pouvais pas décemment oublier de diffuser une musique en rapport avec l'Inde, quand même ! Enjoy :p

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler
Dossier thématique

Grand est le continent, long est le chemin. Le plus chiant, c'est quand les pays sont grands, en plus. 'Manquerait plus qu'ils soient à cheval sur deux continents pour ça nous retourne le cerveau. Ben ouais, sauf qu'ici, c'est le cas. Considérant, comme hier avec la Turquie, que la majeure partie du territoire en question est en Asie, permettons-nous une liberté, servez-vous une vodka pour entrer dans l'ambiance, et direction...

 

ESCALE n°4 : L'EX-URSS



A vrai dire, j'ai un peu galéré pour écrire cette partie du dossier. Parce que les jeux utilisant l'ancien territoire soviétique ne courent pas les rues. C'est vrai quoi, ça intéresse qui, par chez nous, les histoires de tsars et de types qui picolent de l'alcool à brûler dans une cahute en acacia sec ? Très difficile de trouver quelque chose de plus historique que les jeux parlant de la guerre froide, ou bien ceux dans lequel le grand ennemi s'appelle KGB.


On est bien aidé par James Bond, heureusement, puisqu'au même titre que le film, le jeu GoldenEye se déroule principalement en Russie ou, comme dans la mission illustrée par cette musique "Soviet Missile Silo", au Kirghizstan.
Vous avez compris que je fais un truc sur l'ex-URSS et pas sur la Russie juste pour caser le Kirghizstan ou pas ?



Le problème des musiques russes traditionnelles, c'est que ce sont donc plutôt des hymnes à l'apéro ou des trucs comme ça, bien joyeux. Pas le genre de sonorités qui coïncident avec l'image que le pébron américain de base souhaite apporter à l'URSS, à l'ennemi, au communiste qui se dope à la graisse de buffle de Sibérie.




D'ailleurs, franchement, le thème de Zangief dans Street Fighter 2 ne fait même pas peur, on se croirait en soirée disco.



A l'inverse, quand on veut s'imprégner du folklore local pour composer des musiques, problème : ce sont des gammes relativement identiques à celles que nous connaissons, tous occidentaux que nous sommes, donc difficile de vraiment donner une patte "russe" à un morceau. A moins d'aller piquer directement dans la chanson traditionnelle de base, ce qui se fait nettement plus qu'on ne le pense.


Prenons le thème de l'équipe soviétique du jeu Super Dodge Ball, par exemple. Peut-être en manque d'imagination, les développeurs ont tout juste boosté "Katyusha", chanson traditionnelle datant de 1938 parlant d'un soldat parti au front qui écrit à sa copine. Elle sera beaucoup chantée aux soldats pendant la Seconde Guerre Mondiale. Remarquez, c'est dangereux aussi, le dodgeball





L'exemple le plus connu est, comme tout le monde peut s'en douter, celui de Tetris, créé par les russes (plus précisément par un certain Alexei Pajitnov) en 1984. Nintendo a été malin en reprenant à son compte le jeu pour la GameBoy : plus de 30 millions de cartouches écoulées, 5e jeu le plus vendu de tous les temps (derrière la première version de Pokemon, Super Mario Bros, Mario Kart Wii et Wii Sports) et une musique qui demeure aujourd'hui un hymne geek par excellence. Ca en devient presque malsain quand on voit écrit "Original Tetris Theme" sur les vidéos d'interprétation de la musique originelle donc, morceau du folklore russe nommé « Korobeiniki », écrit en 1861 par un certain Nikolai Aleksevitch Nekrasov, poete réputé.

Ci-dessus, inutile de présenter le thème de Tetris, que je ne mets vraiment que pour la comparaison.
Ci-dessous, l'orchestre Ossipov, l'un des tous meilleurs de Russie, composé de balalaïkas, de zhaleikas et d'accordéons pour la touche instrumentale locale, interprète "Korobeiniki" en 2006.



Donc, on doit bien l'avouer, mettre ça dans des jeux récents, c'est quand même ultra chaud. Heureusement, le rock russe est ultra-prolifique ! Souvenez-vous des Pussy Riot qui ont pris quelques années de taule... Et pas que.

J'en profite pour faire un peu de pub pour Radio Campus Montpellier, qui possède l'émission "Rouski Tchas" qui ne diffuse que du rock russe une heure par semaine. Et c'est vraiment bon, je vous jure.




Le rock russe a une empreinte vraiment bien définie. On peut la découvrir entre autres sur la radio Vladivostok FM dans Grand Theft Auto 4. Ici c'est une chanson de Glukoza qui s'appelle "Schweine"


 

Ces russes sont plutôt étonnants, en fin de compte. Et s'il fallait les jeux vidéos pour exporter leur musique, aussi bien moderne que traditionnelle, je ne regrette pas la découverte.

Euh, au fait... Il nous reste une escale à faire demain !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

  
Signaler
Dossier thématique

Le Japon, c'est fait ! La Chine, c'est fait ! Mais non, mesdames/mesdemoiselles/messieurs, le continent asiatique ne s'arrête pas à ces deux pays, loin de là. Hier nous terminions notre passage en Chine sur la Route de la Soie, il est donc tout à fait naturel qu'aujourd'hui on se retrouve en...

 

ESCALE n°3 : LA PERSE ET L'ARABIE



La Perse, pays aujourd'hui disparu mais qui fut l'un des grands empires du début de l'ère "moderne", grosso merdo entre 600 avant J-C et 600 après. Les fondements de l'empire persan correspondent aujourd'hui à l'Iran (dont j'ai mis un vieux drapeau du XVIIe siècle, à l'époque où le pays s'appelait justement encore Perse, j'ai pas trouvé mieux), mais son apogée englobe tout le sud-ouest asiatique, depuis l'extrême ouest de la Chine jusqu'à l'actuel Israel et même la Turquie, ainsi que l'est de la péninsule arabique où sont aujourd'hui planqués les différents émirats.

BREF, si on y ajoute soi-même l'Arabie Saoudite, ça nous donne une zone comprenant tous les pays arabes du Moyen-Orient, et c'est là que je veux en venir. Parce qu'en terme d'identité culturelle et musicale, pardon mais ça se pose là. Le monde arabe est lui aussi âgé, blindé de traditions et de sonorités typiques et ultra-reconnaissables.

Et puis, dans notre subconscient, y'a toujours ce côté charmeur de serpent, le marché Agrabah style, les 1001 nuits... Tous ces contes qui ont fait rêver tous les enfants et les plus grands aussi.


8 Eyes, jeu de NES, pose ici l'ambiance avec le thème "Arabia"



Les gammes arabes sont très particulières et très marquées. Y'a ces petits tremolos, ces allers-retours sur le demi-ton supérieur très rapides, aujourd'hui utilisés à bloc par les chanteurs de raï, pour vous donner un (mauvais ?) exemple. Je ne m'y connais pas assez en théorie pour vous faire un cours magistral, mais elles inspirent le mystère, un peu l'aventure aussi.
Et dans des registres plus simples et plus épurés, on s'émerveille sur une musique qui invite à la découverte d'un palais sultanique, ou d'une oasis




La place de Prince Of Persia dans cet article était inévitable, ici avec la musique du menu.



Instrumentalement parlant, les rythmiques très distinctives sont le plus souvent jouées par des darboukas, sortes de petits djembés en métal (à l'époque c'était en terre cuite, mais la terre cuite, ça casse...), apportant des frappes aiguës et sèches. On trouve également du oud (équivalent arabe du luth, merci à Kaamelott de nous l'avoir rappelé), le nay (équivalent de la flûte) ou encore le qanun.


Illustration parfaite de quelques-uns de ces instruments grâce à la "Desert Town" de Crash Bandicoot 3


On peut aussi mélanger tout ça à des sonorités classiques européennes. Ce qui se fait d'autant plus dans les jeux vidéos que de nos jours, le contexte militaire tendu entre Etats-Unis et Moyen-Orient permet aux développeurs de sortir des jeux de shoot ou de stratégie à foison, ayant pour décor l'ancien empire persan entre autres.

On prend des sonorités orientales, du classique européen et une guitare électrique avec des effets funky, et on se retrouve avec le "MEC Loading Theme" de Battlefield 2


Je le disais en intro de cette escale, l'empire persan s'étendait, fut un temps, jusqu'à l'actuelle Turquie, et même jusqu'au sud de la Bulgarie en poussant un peu. D'ailleurs, d'un point de vue strictement géographique, la Turquie est à 98% en Asie, seuls la moitié de la ville d'Istanbul + une petite parcelle de terre sont en Europe, les deux continents étant séparés par le détroit des Dardanelles. Et ce ne sont pas le foot et les demandes d'adhésions à l'Union Européenne qui pourront faire bouger les mers, hein ?

Bref, Istanbul, ou Bysance, ou Constantinople (peu importe là en fait) fut une ville persane, et se décline elle aussi dans les jeux vidéos au travers d'une musique orientale savamment composée.



L'oeuvre de Jesper Kyd pour Hitman 2, avec "20 dreams of Istanbul"


 

Mais le jeu vidéo fait tout de même plus souvent référence aux récits mythologiques, ainsi la Perse devient une terre de tous les dangers où les sorciers, les génies, les voleurs et les cracheurs de feu arpentent le désert dans l'espoir de casser de l'aspirant sultan, ou du gros bourgeois qui bouffe comme 1000. On tombe ainsi dans des ambiances nettement plus sombres et angoissantes.



Dans Eternal Darkness : Sanity's Requiem, au son de "The Gift of Forever", le joueur incarne Karim, un jeune noble persan amoureux d'une certaine Chandra. En échange de son amour, elle souhaite qu'il aille lui chercher un joyau dans le désert. Dans une crypte remplie de zombies et de pièges antiques, ça va de soi.


Ouais, il faut croire que le monde arabe dans les jeux vidéos, c'est tout ça à la fois. Chaque légende et chaque situation possède, en toute logique, un thème musical qui lui est propre, ici encore très porté sur le folklore et les sonorités locales.

Et demain, ce sera tout aussi flagrant. Où ira-t-on, d'après vous ? Allez, courage, il ne reste plus que 2 destinations !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler
Dossier thématique

Après avoir passé un peu de temps au Japon hier,  l'heure est venue de traverser la mer, en direction d'un pays lui aussi culturellement très riche et ancien.

 

ESCALE n°2 : LA CHINE



Au même titre qu'au Japon, la Chine possède pléthore d'instruments très caractéristiques et bien à elle : vous avez peut-être en mémoire l'erhu, cette espèce de long violon à deux cordes. On peut également citer la flûte sheng ou le guzheng, parmi une immense liste d'instruments régionaux.

Curieusement, ce ne sont pas les instruments qui font de la musique chinoise ce qu'elle est dans notre inconscient, ce sont les intervalles, les accords. Il y a toute une série de petites mélodies qui sonnent, pour nous, "typiquement chinoises". Et rien qu'en écrivant "tididididing, tidi ding ding dong", on pourrait presque s'imaginer le truc.


Sans doute que la musique du China Stage de Yo! Joe vous fera comprendre ce que je veux vous dire, plus particulièrement au bout de 20 secondes



Bon après, c'est sur, ça marche encore mieux quand l'affaire est jouée par des cordes pincées au son très court. Pour un peu qu'on en rajoute sur le côté exotique, et qu'on cale une ligne de basse pour alourdir l'ensemble, on se croirait dans un film de Bruce Lee mais sur Megadrive




Dans le thème de Chinatown de The Revenge of Shinobi, ça en deviendrait presque cliché



Personnellement je trouve que ces sons très courts, incitant à leur répétition, donne à la musique un petit côté nerveux au-delà d'être simplement rythmée. Forcément, pour des films ou des jeux avec de l'action ou de la castagne, ça passe bien. Et, au même titre qu'au Japon, on retrouve une mélodie prononcée à la flûte qui joue sur les différentes gammes locales pour nous faire voyager un peu


Et là, le thème de Chun-Li dans Street Fighter 2 est tout simplement incontournable.


Bien sur, la Chine a également une histoire forte et des légendes connues dans le monde entier, comme le fameux mausolée de l'empereur Qin, qui a vécu il y a 2300 ans environ, avec ses soldats en terre cuite et en argile. On peut aussi citer la Grande Muraille de Chine bien entendu, longue de plus de 6000 kilomètres, qui date approximativement de la même époque. Deux symboles nets de la grandeur de la Chine.

Deux symboles que l'on retrouve d'ailleurs dans Illusion Of Time, dans un donjon appelé "Great Wall Of China", comme c'est bizarre... La musique m'évoque la puissance militaire, le mystère, l'orient, la grandeur, etc...


Et puis, vous le savez, la Chine est un pays immense. Bien loin de l'agitation des villes côtières, on rêve à se retirer dans l'arrière-pays, s'enfonçant dans les montagnes, dans un vieux temple shaolin qui maîtrise l'art de la méditation, et qui vous invite à vous relaxer au travers des vibrations que leur environnement envoie.




Coup de maître de Christophe Héral sur "Ancient Chinese Secrets", extrait de la B.O de Beyond Good and Evil


 

De nouveau apaisé, on décide finalement de reprendre la route, et de continuer notre voyage à travers l'Asie, comme l'ont fait de nombreux explorateurs et aventuriers en leur temps, à l'image de Marco Polo, par exemple. D'importants flux commerciaux ont emprunté ces routes, malgré le calme, tout circule. Je crois qu'on tient là l'une des forces millénaires de la Chine.



Et comme hier, un petit extrait bien placé de Soul Calibur, "Beyond the Horizon", un peu le cul entre deux chaises, empruntant d'un côté aux influences chinoises et, de l'autre, aux influences persanes. Normal puisqu'il illustre les ruines de la Route de la Soie.


Soul Calibur nous montre la voie à suivre pour la suite de notre périple... Aurez-vous deviné où l'on va s'arrêter demain ?

 

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Dossier thématique

Cette semaine, tous les jours de lundi à vendredi (à 18h01, pour être précis), je vous emmène au travers de 5 articles faire un tour du côté de l'Asie. Un continent culturellement très riche et varié, particulièrement en ce qui concerne le jeu vidéo puisqu'il n'est pas utile de préciser que les extrême-orientaux (Japon et Corée du Sud en tête) sont les champions du monde des no-life et qu'une multitude de jeux sortent des studios de ces pays.

Bien sur, quand les jeux se rapportent à un contexte géographique réaliste, ou quand ils sont directement inspirés d'une certaine culture, la musique folklorique pointe souvent le bout de son nez, permettant au joueur de faire un semblant de voyage.

Chaque partie de ce dossier sur l'Asie sera centré autour d'un pays, ou d'une zone du continent. Pour plus de cohérence, vous comprenez. Et bien sur, commençons dans le vif du sujet avec le pays du soleil levant, celui dont le nom est indissociable à celui de "jeu vidéo".

Je me permets de rappeler que les choix des musiques sont strictement subjectifs et limités en nombre.

 

ESCALE n°1 : LE JAPON



Eh oui, le Japon, pays qui fascine bon nombre d'entre vous (ce n'est à vrai dire pas mon cas), archipel dont les traditions séculaires voire millénaires sont aujourd'hui des mythes, des légendes, des exemples sur le code d'honneur,... Les samouraïs, les ninjas, les shoguns, etc... Et d'un autre côté, les immenses villes japonaises reflètent l'avancée technologique d'un pays moderne, avec une culture bien à elle.

La musique moderne japonaise, d'ailleurs, crée un véritable intérêt jusque chez nous : J-pop, visual key et autres vocaloids ont fait bien plus que traverser les frontières. Ce serait presque rentré dans les moeurs, j'ai l'impression. Et puis, les japonais ont ce petit côté ultra fun qui donne du charme au moindre truc qui dépasse du cadre du sérieux (comment oublier Yatta !)


Au travers d'une instru malicieuse, "I Am Impact", chanson en japonais apparaissant sur la B.O de Mystical Ninja Starring Goemon, possède ce côté fun du nippon moderne, avec des petits cris, et une reverb juste abusive



Mais soyons honnêtes, c'est plus souvent le folklore qui trouve sa place au sein de l'univers du jeu vidéo, pour des raisons aussi bien artistiques qu'historiques. Car le Japon a posé sa patte sur chaque forme d'art : les haikus et le nô en ont fait un pays littérairement riche et rimant avec poésie, leurs peintures ne se soumettent à aucune comparaison, et leurs instruments de musique traditionnels sont particulièrement reconnaissables, à l'image du shamisen, du taiko ou du shakuhachi.




Le magnifique Okami nous embarque à travers ces différentes formes d'art, révélant une poésie rarement vue dans le jeu vidéo. "The Sun Rises" n'est qu'une piste parmi d'innombrables dans une OST splendide et dépaysante.



Historiquement, la notion d'honneur omniprésente dans les récits japonais apporte une plus-value franche à un scénario de J-RPG, par exemple. Il n'est ainsi pas rare d'y trouver des personnages inspirés des shinobis ou des chefs de guerre de l'époque. Cela se traduit musicalement par des mélodies zen, rappelant la nature et le paysage fleuri du Japon, au travers de quelques notes de shakuhachi, flûte utilisée dans la méditation bouddhiste


Exemple d'utilisation du shakuhachi : dans une ambiance zen caractéristique de ce genre de lieu, "Shinobi Life" est le thème du village de Mizuho dans Tales Of Symphonia. Il abrite un clan de ninjas doués, fiers et valeureux.


Au même titre, car évoquant les mêmes périodes et les mêmes faits historiques, les Empereurs et les Shoguns japonais se sont fait une place au sein de la culture vidéoludique. Bien sur on ne peut pas passer à côté de "Shogun Total War", par exemple, ou encore de Civilisation, ce fameux jeu de stratégie et de gestion historique.

Nouvel exemple de musique zen, rappelant la sagesse et une certaine grandeur, au travers du thème de Tokugawa, leader de la civlisation japonaise dans Civilisation 4. Le thème se nomme "Sakura Sakura"


Mais la grandeur de leur statut leur permet d'autres apparitions, déguisées ou non, moyennant des musiques traditionnelles énergiques et imposantes.




Si "Bloom And Harvest" est le thème de la jolie Xianghua dans Soul Calibur, il n'en demeure également pas moins l'illustration des Jardins de l'Empereur du Japon.


 

Et sachant tout ça, les japonais ne manquent pas d'imagination, surtout quand il s'agit de composer de la musique. Et il se trouve que le folklore japonais a cette particularité de pouvoir se mélanger subtilement avec le moderne (plus difficile à faire en France, imaginez de l'accordéon sur de la hard-tech...). Quelques notes de shamisen, cet instrument comparable à un luth (ou à une guitare pour les moins connaisseurs) au son si évocateur, un gros beat made in Tokyo derrière, et ça passe.




La preuve en est avec "Chaoz Japan", issu de la bande originale de Castle Crashers.


Oh bien sur, j'en oublie plein, je sais... Mais il faut savoir en garder sous le pied pour la suite de notre voyage demain, n'est-ce pas ! N'oubliez pas votre billet d'avion, même si on ne va pas très loin !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (8)

Signaler
Dossier thématique

Il est temps de terminer ce premier dossier thématique, mettant depuis Lundi les thèmes de forêt à l'honneur. Chaque jour a eu sa petite histoire, mais aujourd'hui penchons-nous sur le côté instrumentiste de la musique dans ce 4e et dernier chapitre.

 

PARTIE 4 : LA FORÊT ET LES INSTRUMENTS DE LA FAMILLE DES BOIS


Quand on y pense, ça parait tout simplement évident. Forêt, bois, tout ça... Le principe des instruments de la famille de bois est simple, à la base : vous prenez un bout de bois, vous faites des trous dedans, le tour est joué.
Dans les faits, c'est tout de même plus compliqué. On classe un instrument dans la famille des bois quand, pour que le son sorte, on souffle dans une anche. Ainsi, le saxophone, bien que fait de métal, est un bois. A l'inverse, le didjeridoo, fait en bois, nécessite une vibration des lèvres pour produire le son, et est donc rangé dans la famille des cuivres.
En tout cas ça tombe bien car, dans les thèmes de forêt, nous entendrons rarement du saxophone, essentiellement des instruments faits totalement en bois, habituellement utilisés en musique classique.

Premier exemple :

"Beware the Forest Mushrooms", thème du labyrinthe forestier de Super Mario RPG : Legend of the Seven Stars, est composé pour des bois, aussi bien dans le lead que dans la rythmique. Une version symphonique s'aide de quelques violons, mais on verra plus tard que ce n'est pas si impardonnable. En tout cas, ce thème est fabuleux, non ?


Donc oui, bien entendu, un orchestre avec UNIQUEMENT des bois, ça peut devenir chiant, à la longue. Dans certains cas, on s'offre quelques libertés, une guitare qui traine en fond, par exemple. Ou bien, tout l'orchestre, avec juste les bois qui prennent le dessus. Et l'avantage des forêts, c'est que pour les rythmiques, on a presque tout à portée de main




Ainsi, dans l'un des thèmes forestiers de Dark Chronicle, les bois font le lead, des cordes font un léger accompagnement, et la rythmique est jouée par... Ben on a un peu l'impression qu'on a ramassé des souches creuses et qu'on tape dessus, non ?


A partir de là, bien sur, toutes les combinaisons sont possibles. Vous vous en doutez, il n'y a pas de règle, chaque compositeur fait selon ses envies. On peut même trouver des détails qui semblent incohérents mais qui arrivent à transmettre quelque chose, grâce aux particularités des instruments.





Bien au-delà d'un quelconque rapport avec les civilisations précolombiennes, la flûte de pan (qui est donc bien un bois !) entendue dans le thème de la forêt de Kolima dans Golden Sun m'évoque surtout le mystère d'un lieu désolé.

 

Bien sur, j'ai parlé de la guitare (instrument à cordes mais bel et bien fait de bois, isn't it ?) plus haut pour agrémenter la musique et sortir du simple cadre des flûtiaux, mais comment oublier le violon, et les autres instruments du quatuor ? Eux aussi sont fabriqués à l'aide de bois, et leur son est si pur et naturel


Le thème de la forêt du Hibou, dans Dark Cloud, est une association parfaite de tout ce qui a été abordé par cette article : présence forte des bois, les instruments du quatuor qui prennent le relais, et un accompagnement guitare + rythmique légèrement tribale et "boisée"


Avec ce morceau en guise de synthèse théorique, je crois que nous avons fait le tour. J'espère que vous avez succombé à l'appel musical de la forêt au travers l'un de ces 4 chapitres ! Si ce n'est pas le cas... Une autre ambiance vous satisfera peut-être !

Bien sur, vous l'aurez constaté, je n'ai pas pu tout mettre et me suis limité à un choix d'une vingtaine d'extraits (avec quelques redites sur Donkey Kong, Secret Of Mana et Zelda, dont les musiques sont de vraies perles), mais la liste est longue !

 

PS : En parlant de violon et de forêt, vous pensez à la même chose que moi ?





Ajouter à mes favoris Commenter (4)

Signaler
Dossier thématique

On arrive à la moitié du dossier sur les musiques de forêt ! Hier, nous nous extasions de la compagnie des petits animaux sympathiques, en finissant par un splendide "Stickerbush Symphony" amorçant la liberté et...

 

PARTIE 3 : LA FORÊT, SYMBOLE DE PURETÉ


Symbole de pureté, si tant est qu'on ait l'esprit un peu écolo. Parce qu'évidemment je ne parle pas de ces forêts qui riment avec déchets ou terrains de camping. Je vous parle de vous plonger dans un lieu reposant, totalement naturel, à la température idéale en été, et avec un air totalement frais et pur.

"Still of the night" est la musique de Puritas, avant-dernier niveau de Secret of Mana. Une forêt cachée dans un cratère, à la pureté sans égal, et un chemin vous conduisant à la source de la vie : l'arbre Mana.



Il y a presque quelque chose de religieux dans ce lieu, dans cette musique. Rien ne l'a souillé, tout est harmonieux. On y joue de la musique classique, et une voix de femme, sublimée par l'écho inhérent aux grands espaces, chante avec légèreté et pureté (car il n'y a pas d'autre mot). Tout dans cet art semble vouloir souligner la beauté, une beauté qui nous attire, qui nous appelle.



Voici le thème du village des chasseurs de Lineage 2. Le lieu n'est pas nécessairement joyeux certes, mais le titre du morceau, "Forest Calling", l'amène comme une ode à la forêt.


Certains vous diront même que la forêt, c'est un peu comme une femme. Il faut l'apprécier, la caresser, la gâter, et elle vous inonde de bonheur en retour. La relation est tendre, pleine d'amour, comme magique. Une magie qui semble couler par la sève, au travers de tous les arbres et de toutes les feuilles, et on imagine cette magie, ce mana, circuler lentement et permettre à un bourgeon d'éclore, comme un symbole de la naissance.





Le magnifique thème de la Forêt de Verdante, dans Silver, est de ce genre de poésie

 

Vous vous endormez alors à l'ombre, imaginant cette femme pure et innocente (haha mon dieu ce cliché ! Hum... pardon), et vous vous voyez danser avec elle. Un slow, une valse, une mélodie et un rythme qui rend l'étreinte sincère. Les violons vous donnent l'impression de flotter. Tout est alors un vecteur de la douceur que vous apporte la forêt.


"Silence before the storm" est le thème des forêts de Kilika et de Macalania dans Final Fantasy 10. Ca donnerait presque envie d'arrêter de jouer pour écouter la musique en boucle.


Et si cette femme agréable et soucieuse, auprès de laquelle vous vous reposez, était en fait une figure maternelle... Elle était là avant vous, elle sera là après vous, elle vous fournit l'air qu'il vous faut pour survivre,... Même dans les moments de tristesse, vous pouvez compter sur une balade en forêt pour faire une pause. A la douce et sensible ambiance actuelle s'ajoute alors de la mélancolie, des souvenirs, toujours accompagnés par une tendre mélodie de harpe, de xylophone et de flûte.




Ce cocktail de tendresse, de mélancolie et de pureté est parfaitement mis en valeur dans le thème du village forestier d'Ozette dans Tales of Symphonia


 

Et ceci d'achever le tour de toutes les émotions que peut nous évoquer la forêt. Grâce à quelques notes de musique, on a pu passer aussi bien dans l'angoisse et le danger que dans l'espièglerie, la découverte, la liberté et la pureté.
Souvent interprétés par des violons, mais aussi par des flûtes, des hautbois, et autres instruments de la famille des... Des...

Bah oui, bien sur ! C'était si évident depuis le départ ! Et je crois qu'il va bien falloir un 4e chapitre pour synthétiser tout ça ! :p

 

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler
Dossier thématique

Vous avez réussi à vous échapper de la forêt de la 1ere partie de ce dossier ? Vous m'en voyez ravi, vous avez fait le plus dur !
Parce que bon, les mauvaises surprises, ça va bien 5 minutes. On a flippé hier, il est temps de changer de forêt et d'aimer l'environnement local !

 

PARTIE 2 : NOS AMIS LES ANIMAUX


Aventurons-nous donc dans un autre grand cliché de la forêt, la version Disney en quelque sorte. Le côté des écureuils espiègles, des lapins tous doux, des belettes malicieuses et des moineaux joueurs. On parle là d'un endroit où tout est mignon, tout est vert, c'est tellement nature ! Le danger semble ne pas exister.

Dans les Bois Perdus de The Legend of Zelda : A Link to the Past, dans le monde de la lumière, il ne se déroule absolument aucun combat. On ne fait que s'y balader avec les écureuils.



On joue parfois avec eux, on cueille des fruits pour les manger ou pour les offrir à son amoureux(se), on trempe les pieds dans le petit filet d'eau fraîche détourné du ruisseau, on court tout nu, tout est simple. La musique est légère, on joue de la guitare sous un chêne liège, ayant pour seul public la faune locale et les arbres qui font résonner la rythmique.




En plus, dans la forêt d'Ymir de Tales of Symphonia, on a même le droit d'emmerder les marcassins, c'est tellement espiègle !


Dans les côtés mignons de la forêt, il y a aussi la découverte. Pousser un feuillage et observer deux renardeaux se chamailler, se faire son petit herbier, avancer à la rencontre de paysages connus et pourtant toujours si agréables. En forêt, le temps semble parfois suspendu, hors des préoccupations de la ville.





Le "Forest Interlude" de Donkey Kong Country 2 fait partie de ses thèmes qui parlent de la forêt avec douceur et fraîcheur

 

Bon, parfois, il faut l'avouer, y'en a qui font les malins. Même si les arbres sont gorgés de feuilles multicolores, si les lapins sont roses, les hérissons bleus (non, pas Sonic !) et si les chouettes sont de sortie, y'en a toujours un qui l'a mauvaise et qui va essayer de vous mordre. Mais bon, c'est aussi ça les charmes de la nature ! On reste souriant et on apprécie le doux parfum des saisons qui passent, le paysage de circonstance et on entame un petit air de flûte tel le joueur de Hamelin qui rassemble les rats.


Faire le tour du Haut-Pays de Secret of Mana et profiter de la beauté de l'effet du temps sur la forêt
(repérez l'omniprésence des instruments de la famille des Bois dans ce thème, ils seront au centre d'un prochain chapitre )


Et on termine la balade avec un sentiment profond de liberté, comme celle que possèdent les animaux qui nous ont amusé et ému jusqu'alors. On observe l'oiseau multicolore qui s'envole avec aisance, évitant tous les dangers de la terre, et planant au-dessus de ce magnifique paysage de verdure et de vie.




Encore une fois, Donkey Kong Country 2 nous propose un fantastique voyage avec "Stickerbush Symphony". Certes on y incarne un perroquet, Squawks, qui doit éviter les ronces, mais rien dans cette musique n'évoque le danger. Sans aucun doute l'un des plus beaux thèmes de la série Donkey Kong Country


 

Depuis l'innocence d'un petit animal joueur, la balade nous a petit à petit émerveillé, jusqu'à profiter de la liberté de ces êtres sans cage, à l'état sauvage, naturel. La forêt, c'est aussi un symbole des beautés de nos paysages, et un symbole de pureté. Mais ça... On en parlera demain !

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler
Dossier thématique

Envie de léger changement sur le PoulpyBlog, cet article est donc le premier d'une nouvelle série : les dossiers thématiques. Histoire de rendre le tout moins condensé et pas trop long, ce premier dossier sera découpé en plusieurs articles (un par chapitre de la dissertation, en quelque sorte), qui sortiront chacun à 24h d'intervalle.

Bon. Il y a certes la musique de chaque jeu, qui sonne de manière particulière pour créer un univers sonore. Il y a aussi la patte du compositeur (Jeremy Soule ou Motoi Sakuraba, par exemple, ont des styles très reconnaissables. J'y reviendrai surement dans de prochains dossiers). Mais la musique a aussi des codes, parfois historiques, parfois culturels, parfois indescriptibles, qui arrivent à donner un rendu à une ambiance, le but étant de s'y croire vraiment.

Et l'une des ambiances particulièrement utilisées dans le jeu vidéo est celle dont je vais traiter ici : la forêt. On a tous un mauvais souvenir animalier d'un passage en forêt, c'est le repaire évident de la bébète qui pique, ou, dans un registre plus végétal, de la ronce ou de l'ortie. Du coup, le niveau dans la nature, sous les arbres, c'est un grand classique, à devoir se défendre contre toutes les bestioles rampantes, volantes, gluantes, carnivores... Bah, sacré programme.

A partir de là, chaque compositeur, associé à chaque développeur, décide d'orienter son oeuvre selon sa vision des choses.

 

PARTIE 1 : LA FORET, UNE SOURCE D'ANGOISSE


Ne vous moquez pas, malheureux ! Comme je viens de le dire, la forêt, c'est dans un premier temps l'habitat naturel de plein de bestioles super sympa. Maintenant, imaginez que vous êtes paumés en plein milieu d'une forêt dense, laissant à peine passer le soleil, que vous entendez quelque chose ramper et gigoter mais que vous ne pouvez pas le voir, et que la sortie la plus proche est à 3 kilomètres. Ah ! On fait moins les malins, hein ?
Le genre d'ambiance dans laquelle vous vous trouvez alors, peut s'apparenter à ceci :


Thème des Bois Défendus, donjon forestier de The Legend of Zelda : Wind Waker



On entend des choses faire du bruit, entre deux silences ne laissant entendre que le son du vent qui souffle, juste de quoi se retourner brusquement pour voir si on ne se fait pas attaquer par derrière par un serpent, un sanglier ou un gobelin. Il faut être constamment vigilant, ne jamais baisser sa garde, réfléchir à chaque mouvement, à chaque note jouée d'un instrument qui prend le temps de faire le pas suivant. Et soudainement, la résonance d'un tam-tam qui sonne comme un infarctus.




Melee Forest, un coin très accueillant de Monkey Island, à n'en pas douter



Puis la tension monte, on a senti ce putain de serpent nous monter sur la chaussure de randonnée, on a envie de courir mais de rester vigilant en même temps. On transpire un bon coup, on essaie de se calmer, mais on entend toujours le vent souffler par bourrasques dans les feuilles, sans nous donner davantage de lumière. La musique devient nettement plus présente et nous confère toujours un sale sentiment d'insécurité, aidée par une rythmique effacée mais qui nous dicte un rythme cardiaque soutenu.


"Treetop Tumble", le thème des niveaux arboricoles de Donkey Kong Country 3
(et comme les singes vivent plus ou moins en forêt, DKC va nous gâter question musique)


Ca y est, enfin ! A force de lutter, vous avez réussi à trouver la sortie... Ah non ! Le brouillard tombe ! Allez, vite ! Arriver au bout, rentrer en sécurité avant de se faire bouffer par les rampants qui n'attendent que la baisse de visibilité pour se pointer !




C'est ce que je retiens de "A Misty Sea of Forests", thème de la Forêt Brumeuse dans Grandia. Un début inquiétant qui évolue vers une fin lumineuse.


 

Ouf, voilà qui termine le périlleux raid dans l'antre de la sauvagerie. Fini le danger, fini l'angoisse ! Je crois que plus aucun d'entre vous n'osera s'aventurer seul et sans arme dans cette forêt désormais.

Mais attendez ! Demain, je vous jure, je vous emmène dans des coins plus sympa ! :)

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Le PoulpyBlog : Musique, jeux vidéo, et les deux en même temps

Par PoulpyBlast Blog créé le 04/05/12 Mis à jour le 24/03/17 à 20h00

La musique des jeux vidéo, une culture bien méconnue. Heureusement que le PoulpyBlog est là ! Du connu, du moins connu, des analyses, des découvertes, des podcasts, des réinterprétations,... Bienvenue au croisement entre deux arts !

Ajouter aux favoris

Édito



Bienvenue sur le PoulpyBlog, blog musical et vidéoludique !


Au programme donc, dissection et décryptage de musique de jeux vidéo, parfois seulement du partage (et c'est déjà pas mal !), souvent jeu par jeu, des podcasts, des remixes, du nanar, et bien plus encore !

Libre à vous d'’ajouter les informations manquantes et de faire quelques précisions qui pourraient m’être utiles, c'est par ailleurs l'un des buts de ce blog !

L'auteur du PoulpyBlog a remporté le Krystaward 2013 de la meilleure métamorphose !


Elu "Meilleur blog artistique" de 2014 !

 

 


avec Vicporc et Onink

Episode 17 : sorti début Avril 2014


Aimez-nous sur Facebook !
Suivez-nous sur Twitter !






Bayonetta (Wii U)
Tetrobot & Co (PC)

 



Shovel Knight
Bioshock Infinite
Final Fantasy 9
Superbrothers : Sword and Sworcery EP





...en 2011 :

Alcahest --- Baten Kaitos --- Chrono Trigger --- God of War 3 --- Fire Emblem : Path of Radiance --- Soul Blazer --- Tales of Phantasia --- Tales of Vesperia --- Terranigma --- Virtua Tennis 4 --- Xenoblade Chronicles

...en 2012 :

Act Raiser --- Atomix --- Fairytale Fights --- Final Fantasy 10 --- God Of War --- God Of War 2 --- Kingdom Hearts --- Kingdom Hearts : Chain of Memories --- Moments of Reflection --- Muramasa : The Demon Blade --- Pandora's Tower --- Plok --- Prince of Persia : les Sables du Temps --- Rayman Origins --- Super Mario RPG : Legend of the Seven Stars --- VVVVVV --- Zelda Skyward Sword

...en 2013

Antichamber --- Banjo-Kazooie --- Beyond Good & Evil --- Bioshock 2 --- Blocks That Matter --- Cookie Clicker --- Duke Nukem 64 --- Fez --- Final Fantasy 7 --- Gunpoint --- Half Life --- Hotline Miami --- Journey --- Metroid Prime --- Okami --- Rayman Legends --- Shadow of the Colossus --- Soul Calibur 2 --- The Binding of Isaac --- The Lost Vikings --- The Wonderful 101 --- Timesplitters 3 : Future Perfect --- TMNT Turtles in Time --- To The Moon --- ZombiU

 

...en 2014

2048 --- Baldur's Gate Dark Alliance --- Braid --- Child of Light --- Donkey Kong Country : Tropical Freeze --- Dust : An Elysian Tail --- Fahrenheit --- Faster Than Light --- Final Fantasy 6 --- Giana Sisters : Twisted Dreams --- Gravity Duck --- Guacamelee --- ICO --- Kingdom Hearts 2 --- Luigi's Mansion 2 --- Mario Kart 8 --- Metal Gear Solid --- Pikmin 3 --- Pokemon Y --- Portal --- Portal 2 --- Professeur Layton et l'Héritage des Aslantes --- Ratchet & Clank --- South Park : Le Bâton de la Vérité --- Super Mario 3D Land --- The Swapper --- Thomas Was Alone ---Tiny and Big : Grandpa's Leftovers --- Towerfall Ascension ---  Zelda : A Link Between Worlds

 





Code ami Wii : 1893-3870-5714
Code ami 3DS : 5472-7948-5691
Pseudo Nintendo Network (Wii U) : PhylloxPoulpe

Ma chaîne Twitch





Découvrez mon travail en tant que compositeur de musiques de jeu vidéo


Et retrouvez-moi sur scène avec mon groupe de metal Antropofago :

  • Juillet 2015 @ Tolmin, SVN (Festival Metal Days)
 

Archives

Favoris