Le Gameblog officiel du site levelfive.fr

Par levelfive.fr Blog créé le 21/12/10 Mis à jour le 22/08/13 à 10h31

A travers des chroniques, articles de fond ou reportages, nous nous efforçons d'aborder le jeu vidéo de façon intelligente. Sans pédanterie, avec humour ou le plus grand des sérieux.

Ajouter aux favoris
Signaler
Réflexions

Comme chaque week-end, levelfive.fr vous propose de redécouvrir un ancien article. Cette fois-ci, un article réflexif à propos de la saga Pikmin.

La série Pikmin a réussi en à peine deux épisodes à séduire un grand nombre de joueurs. Level-design ingénieux, concept de base intelligent, narration originale...Seulement, Pikmin c'est aussi quelques réflexions distillées avec parcimonie. Sous un aspect kawaii, le titre dissimule des propos surprenants sur la consommation, l'écologie et l'Homme plus généralement.

 

 

 

I) Une cruauté nécessaire

Tuer pour survivre

De loin, Pikmin est une série mignonne et fort sympathique. Il n'y a qu'à regarder ces bestioles de toutes les couleurs avec des fleurs ou des feuilles sur le crâne. C'est qu'ils sont drôles ces espèces de radis sur pattes à gigoter dans tous les sens, à attaquer des monstres par dizaines. Une telle image, bien que partiellement juste, est pourtant réductrice. Pikmin met le joueur face à un concept cruel où la notion de sacrifice se rappelle régulièrement à nos oreilles. Il faut faire du mal à autrui pour se faire du bien.

Dans Pikmin premier du nom, le capitaine Olimar échoue sur une étrange planète et a trente jours pour retrouver les pièces de son vaisseau pour ainsi retourner sur sa planète d'origine. Trente jours car au-delà ses réserves d'oxygène seront complètement vidées. Par cette simple donnée, qui sera gommée dans le second opus, Miyamoto impose un stress permanent au joueur. Chaque journée a son importance, chaque action a son poids et les conséquences de nos actes sont encore plus terribles que d'habitude puisqu'ils peuvent nous faire perdre un temps précieux, tuer des pikmins par paquets de douze et ainsi réduire nos espérances de survie jusqu'à peau de chagrin.

Un jeu cruel pour son timing serré, et cette mort qui se rapproche dangereusement chaque jour qui passe, mais encore plus pour son principe moral. En effet, bien que les pikmins soient des êtres vivants, Olimar ne les utilise que comme une sorte de chair à canon. Ils se battent pour que nous survivions, nous joueur, et tant pis s'ils meurent. D'autant que les sacrifices pourront atteindre des sommets. Des dizaines, des centaines de pertes pour qu'Olimar puisse rejoindre sa planète.

C'est une cruauté qui n'est pas motivée, le joueur ne fait pas ça pour le plaisir (même s'il le peut ce n'est pas l'objectif premier), elle est nécessaire. Il faudra parfois se montrer cruel pour survivre, quitte à fouler la morale des deux pieds. C'est dans cette cruauté obligatoire que le sacrifice intervient. La cruauté est d'ailleurs soulignée, dans le premier opus, à chaque fin de journée puisqu'on nous montre le bilan des pikmins possédés avec, s'entremêlant, des courbes de gains et de pertes. Chaque erreur entraîne son lot de morts.

Après ce petit exercice d'esclavage, Olimar dans le second opus utilisera les pikmins non pas pour survivre mais pour faire de l'argent. La société à laquelle il appartient étant ruinée, Olimar retournera sur la planète du premier opus pour ramener ces objets forts étranges (bouteilles et compagnie) afin de les revendre et ainsi renflouer le gouffre financier de son employeur. Une raison toujours délicate sur le plan moral, à nouveau exploitation des pikmins, mais nécessaire. Olimar doit exploiter ces radis sur pattes pour éponger les dettes, aucune issue n'existe. S'il ne le fait pas, l'entreprise coulera et sa famille aura des difficultés à survivre elle aussi.

Le meilleur rendement

Ce qui est également assez incorrect dans Pikmin, toujours par rapport à cette question de la cruauté, c'est la présence permanente de rendements. On a parlé au début de cet article des courbes de pertes et de gains. Certes, le but est de souligner les erreurs et de montrer la portée de nos actes mais la chose réduit également des données graves (la mort de dizaines de pikmins) à de vulgaires statistiques dignes d'un trader. La vie, phénomène concret, symbolisait par quelques abstractions.

J'ai gagné tant aujourd'hui, j'ai perdu un peu également mais je vais investir sur telle société dès la semaine prochaine...on connaît la musique. Bref, Miyamoto nous déstabilise un peu plus avec cette froide politique du comptage. Mais ce n'est pas tout, dans le second opus la question du rendement est encore plus mise en avant. En effet, dans les fameux donjons souterrains, il faudra bien souvent penser une fois de plus en bon capitaliste de la finance. En clair, il s'agit être un tacticien du rendement.

Par exemple, on pourra se dire "si je sacrifie une dizaine de pikmins albinos, je vais pouvoir détruire cet obstacle et ainsi attaquer de front avec le reste. En clair, je perds 10 bestioles pour sauver 80 pikmins", un retour sur investissement non négligeable. On compte, on élabore des stratégies, on pèse sur la balance des sacrifices histoire de savoir quel choix est le plus intéressant. Toute la froideur des finances, des mathématiques, appliquées aux génocides en série des pikmins. Quoi de plus cruel en effet ? On se croirait dans un débat entre communautés victimaires réclamant à grand renfort de larmes un mémoriel en bronze dans un jardin public en plein coeur de Paris...la pitié en moins heureusement.

II) Critique d'une société de consommation

Un regard extérieur

C'est principalement par l'intermédiaire de l'inventaire du capitaine Olimar, compilant les objets récupérés par le bonhomme au cours de ses expéditions, que Pikmin se permet quelques critiques sociétales et économiques surprenantes.

Pikmin 2 illustre à merveille cette facette de la saga. A chaque objet trouvé et transporté jusqu'au vaisseau d'Olimar, le joueur a le droit à quelques lignes de présentation. C'est en quelque sorte le décodage que fait l'ordinateur intégré au vaisseau, il analyse et nous dit ce que peut bien être la pièce ramassée et surtout qu'elle est son utilité.

Le procédé n'a l'air de rien comme ça mais rappelle un peu le principe de la critique par l'étranger lisible, par exemple, dans Les Lettres Persanes de Montesquieu. L'idée est d'avoir un regard extérieur venant analyser et critiquer des éléments qui nous sont familiers. Ici c'est Olimar, le petit cosmonaute aidé de son ordinateur de bord, qui vient nous apporter un éclairage sur des objets de notre quotidien. La parole de l'étranger pour mieux critiquer notre propre monde, notre société, en voilà une bonne idée...une vieille idée.

Quelques exemples

Voici quelques exemples de descriptions issues de l'inventaire du vaisseau. La première concerne une pièce lustrée, « Ce métal rare n'existe pas sur Hocotate. Quand je le contemple, mon désir est incontrôlable. Sur Hocotate, il y a un célèbre métal précieux qui a des effets similaires. Peut-être que c'est ce matériau attrayant le responsable de tous les maux de cette planète... ». Autre exemple avec la découverte d'un boulon, « Conçu pour tous les chefs d'entreprise du système solaire, cet objet a une forme ésotérique qui envoûte le coeur des hommes. Offrez-le à un employé pour qu'il devienne une bête de travail qui n'a besoin ni de jour de congé ni d'augmentation de salaire ! ». Il est possible de voir dans cette petite description une référence aux Temps Modernes de Chaplin et à la fameuse scène de folie de Charlot dans l'usine. Une bête de travail, un être aliéné. Certes, on ne parle pas de folie comme dans le film de Chaplin mais des points de convergence existent néanmoins.

Quelques autres exemples pour la forme avec ici la découverte d'un gâteau, on peut lire « Si nous vendions pareils délices sur Hocotate, plus personne ne pourrait s'en passer ! Ce n'est pas bien de rendre toute une population obèse, mais comme dit si bien le vaisseau : " Les affaires sont les affaires ! ". Enfin, le commentaire accompagnant un presse-oranges « Quand je pense au président, l'envie de monter tout en haut de l'échelle hiérarchique me passe. Pour être chef d'entreprise, il faut être un monstre sans coeur et sans scrupules. Il faut être cruel pour faire trimer ses employés et, malgré tout, garder bonne conscience. ».

Des propos surprenants donc, critiquant un patronat à la main lourde, les pratiques d'abrutissement du travail à la chaîne ou encore les méfaits d'une société d'hyperconsommation. A travers un moyen détourné, aussi original que bien vu, Pikmin se permet donc de placer quelques piques intelligentes au détour de quelques phases de jeu.

III) Un appel écologique

Pollutions et loi de la jungle

Évidemment, on ne peut passer à côté du fait que Pikmin est aussi une série délivrant un message écologique fort. Le tout est relativement simple mais il faut quand même admettre la véracité du propos.

Pikminest une saga nous plongeant dans des univers, pour la plupart, champêtres, calmes et sentant bon la nature. On ne trouve quasiment pas de traces d'urbanisation, rien que la nature avec la cruauté qui y règne car Pikmin délivre un message écologique mais est loin de nous montrer la nature comme un havre de paix. Au contraire, les hautes herbes, les plaines enneigées pullulent de bêtes voraces de tailles variables et hostiles. C'est la loi de la jungle, chacun bouffe l'autre, chacun s'attaque à l'autre et la seule règle qui existe dans un tel monde est celle du plus fort : « Taper le premier avant de se faire soi-même taper ». Point d'angélisme ici.

L'autre élément intéressant du message écologiste de la saga est bien évidemment le constat des pollutions causées par l'homme. Olimar tombe sur des produits de la vie de tous les jours, des grandes marques essentiellement, et le tout pollue joyeusement les environnements verdoyants du jeu. Une vieille cannette, des sacs plastiques, des objets abandonnés, cassés...les petites pollutions du quotidien en somme. Par l'accumulation d'objets rencontrés, la ressemblance des fameux objets avec ceux de notre réalité, Miyamoto nous envoie des signaux.

Anticipation sans l'homme

Enfin, dernier élément de cette pensée écolo, il s'agit de cette étonnante anticipation que propose Miyamoto. Bien qu'ayant des doutes lors du premier opus à propos de la planète que visite Olimar, on est quasiment sûr dans Pikmin 2 qu'il s'agit de la Terre. Une Terre étonnante puisque malgré les nombreux déchets provenant du monde humain, visibles ici et là, jamais le capitaine et sa bande ne rencontrent d'hommes. Comme si l'homme avait disparu (on ne sait pas comment), avait terminé sa propre existence pour ne laisser derrière lui que les déchets produits par la société du vide qu'est la société de consommation. Le pire étant dans ces objets laissés à même le sol qu'on n'y rencontre que des éléments superficiels. Aucune oeuvre d'art, aucun chef d'oeuvre, aucune trace d'un passé lointain, aucun élément d'une identité nationale. Rien que des babioles, des objets de consommation, d'une consommation précaire. Comme si au fond, l'homme n'était même pas capable de laisser un beau souvenir de lui aux visiteurs du futur. Triste futur.


L'article d'origine : http://levelfive.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=151:reflexions-la-pensee-critique-dans-la-saga-pikmin&catid=35:reflexions&Itemid=29

Suivez-nous sur Twitter : https://twitter.com/#!/alfouxlf

Rejoignez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/pages/Levelfivefr-Chroniques-vid%C3%A9oludiques/121393444645752

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

ipiip
Signaler
ipiip
tres bon article !
Pour moi un des trucs les plus interessant dans pikmin ce sont les reflexions d'olimar dans son journal. Dont une qui renversait la reflexion autour de l'exploitation des pikmins. Olimar se met a penser à la place des pikmins dans l'ecosysteme (ils sont vraisembleblement en bas de l'echelle) et son impact sur celui çi. En effet ils deviennent sous les ordres d'olimar la forme de vie "supreme" (ileur population explose) et du coup olimar se demande s'ils ne l'utilisent pas comme il les utilise.
c'est un jeu profond mine de rien, pikmin :)
Celimbrimbor
Signaler
Celimbrimbor
Ah. Bien. Article intéressant.

Celim.

Édito

Il est temps que l'on communique. Rédiger des articles c'est bien mais communiquer...c'est nécessaire. Du coup, nous investissons gameblog afin d'avoir un meilleur écho pour nos articles. Surtout que gameblog.fr semble être une bonne plateforme pour nos écrits, plus des analyses que des tests; des réflexions que des actus.

Merci à vous tous de prendre la peine de nous lire. N'hésitez pas également à venir sur le site officiel : www.levelfive.fr

 

 

Archives

Catégories