Le Gameblog officiel du site levelfive.fr

Par levelfive.fr Blog créé le 21/12/10 Mis à jour le 22/08/13 à 10h31

A travers des chroniques, articles de fond ou reportages, nous nous efforçons d'aborder le jeu vidéo de façon intelligente. Sans pédanterie, avec humour ou le plus grand des sérieux.

Ajouter aux favoris
Signaler
Chroniques
 

On pense tout connaître sur Mario puisque la plupart des joueurs le côtoient depuis des années. Le plombier moustachu est un de ces membres éminents du cercle, ô combien restreint, des vedettes virtuelles devenues phénomènes culturels. De nombreuses personnes connaissent Mario, sa silhouette, son style de jeu, sans avoir parfois pris le héros bedonnant manette en main. William Audureau, journaliste spécialisé dans les jeux vidéo, nous livre avec cet ouvrage une enquête passionnante qui est loin de suivre le tracé balisé de l'ouvrage biographie institutionnel. Et c'est tant mieux.

 

 

 

 


 

 

 

Propriétés intellectuelles et aléa de la création

 

Beaucoup de joueurs connaissent l'évolution de Mario, dans les grandes lignes. De conversations en lectures de blogs, on se pense connaisseur du célèbre plombier à la salopette rouge. Seulement, L'Histoire de Mario offre suffisamment d'intérêt pour mériter un détour, même pour un « vieux » joueur.

 

L'avantage du livre de William Audureau est justement d'aller au-delà du descriptif, lent et sans élévations. L'Histoire de Mario n'est pas une biographie plan-plan nous décrivant chaque jeu, chaque volume de vente, etc. Au contraire, l'auteur s'attarde sur des points hautement plus intéressants, qui dépassent parfois le cadre strict du jeu vidéo, comme la bataille des propriétés intellectuelles.

 

Dans le domaine des arts et de la création, ces affaires sont nombreuses. On ne compte plus les procès imputés pour violation, détournement ou usage abusif d'une propriété sans l'accord du détenteur des droits. Le cinéma, la littérature sont deux grands fournisseurs en anecdotes croustillantes sur le sujet. Le jeu vidéo ne fait pas exception.

 

Ainsi, Audureau nous apprend que Mario n'aurait probablement pas été Mario si Universal n'avait pas mis des bâtons dans les roues à Nintendo. En effet, la vedette à l'origine, pour Big-N, était le grand singe Donkey Kong. C'est lui qui tient la vedette, c'est lui qui a le charisme. Seulement, Universal voyant que Nintendo engrangeait beaucoup d'argent avec ses jeux vidéo trouva une parade ultime : évoquer le détournement illicite du personnage de King Kong, propriété d'Universal. Suite aux procès, un accord à l'amiable fut trouvé et enterra ainsi l'affaire du primate aux multiples analogies. Le singe, sujet à trop de problèmes de ce type, fut petit à petit délaissé au profit du jeune Mario. Un problème de propriété intellectuelle = un héros.

 

 

King Kong (l'original)

 

Naissance d'une icône

 

Audureau ne se contente donc pas de décrire le parcours vidéoludique de Mario, il s'interroge aussi sur les procédés qui conduisent à l'élaboration d'une star, aussi virtuelle soit-elle. En effet, comment arrive-t-on à imaginer une vedette pérenne dans le monde du jeu vidéo ?

 

Mario est au départ un personnage a priori anodin et inintéressant. De plus, il n'est dans ses premières apparitions qu'un petit méchant de bas étage. Délaissé un temps au profit de Donkey Kong, la roue tournera par la suite pour le moustachu. Grâce aux procès gênant pour le grand singe et surtout grâce au forcing de Shigeru Miyamoto (le jeune créateur poussera à une utilisation abusive de son personnage au sein des équipes de développement de Big-N). Ainsi exploité, le petit personnage ventru se retrouvera dans des jeux de tennis, de golf, etc. Quoi de mieux qu'une opération de lobbying pour faire rentrer dans les habitudes des joueurs un tout nouveau personnage ?

 

 

Shigeru Miyamoto

 

A côté d'une telle destinée, on songe aux trajectoires mouvantes, et parfois tragiques, de dizaines d'autres. La gloire n'est jamais éternelle. On se souvient tous de succès spontanés mais courts comme Alex Kid, Eartworm Jim, depuis tombés dans l'oubli. On se souvient aussi de ces vies multiples comme la gloire, la déchéance puis la renaissance de Tomb Raider. La vie de star virtuelle paraît aussi complexe que celle de personnes bien réelles.

 

Création anarchique

 

Le livre est aussi le témoignage d'une certaine conception de la création vidéoludique, d'une époque presque révolue. Alors qu'aujourd'hui, l'industrie du jeu vidéo (rien que le nom donne une idée de la mutation) semble organisée et hiérarchisée, on suit des plannings..., les prémisses du jeu vidéo donnent une toute autre image.

 

On découvre ainsi Miyamoto et son équipe ne cessant de prendre, d'emprunter, d'alimenter une sorte de pot commun pour sortie des jeux en série. Mario est un fourre-tout dans lequel on vient puiser lorsqu'il est de bon ton de sortir une nouvelle aventure. Un nouveau jeu ne signifiera pas un jeu intégralement nouveau mais souvent un réaménagement de niveaux, l'utilisation de passages délaissés précédemment, etc. Point de nouvelle création de A à Z mais des compilations variables.

 

Autopsie d'un film controversé

 

Enfin, le livre est aussi original, et intelligent, pour son traitement du film hollywoodien : Mario Bros de Rocky Morton et Annabelle Jankel. Décrié par de nombreux joueurs, le film est ici disséqué pour montrer un enfantement complexe et long (opposition entre les deux réalisateurs et le reste de l'équipe de tournage, grand méli-mélo d'une succession de scénaristes charcutant un scénario déjà bien fade à l'origine, etc.).

 

Loin d'un texte partisan (anti ou pour), Audureau a l'intelligence de réfléchir, d'analyser dans le détail un film qui, tout de même, le mérite. Il s'agit quand même de la première adaptation filmique d'un jeu vidéo. C'est grâce à de telles opérations que le livre montre sa supériorité sur certains blogs trop dans l'amour ou la haine pour produire un contenu sérieux.

 

 

Affiche film Super Mario Bros

 

Conclusion

 

L'Histoire de Mario est un livre particulièrement documenté, intelligent et qui a le mérite de proposer une étude qui mérite le détour malgré un sujet pour le moins casse-gueule. On peut par contre reprocher un festival de coquilles sur la première édition de l'ouvrage. On se demande où était le correcteur avant l'impression finale ? Pix'n Love devrait faire attention à de tels détails pour ne pas gâcher la superbe de son image.

 

 

L'article d'origine : http://levelfive.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=232:livre-lhistoire-de-mario-1981-1991-lascension-dune-icone-entre-mythes-et-realite-william-audureau&catid=36:livres&Itemid=30

Suivez-nous sur Twitter : https://twitter.com/#!/alfouxlf

Rejoignez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/pages/Levelfivefr-Chroniques-vid%C3%A9oludiques/121393444645752

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Il est temps que l'on communique. Rédiger des articles c'est bien mais communiquer...c'est nécessaire. Du coup, nous investissons gameblog afin d'avoir un meilleur écho pour nos articles. Surtout que gameblog.fr semble être une bonne plateforme pour nos écrits, plus des analyses que des tests; des réflexions que des actus.

Merci à vous tous de prendre la peine de nous lire. N'hésitez pas également à venir sur le site officiel : www.levelfive.fr

 

 

Archives

Catégories