Le Gameblog officiel du site levelfive.fr

Par levelfive.fr Blog créé le 21/12/10 Mis à jour le 22/08/13 à 10h31

A travers des chroniques, articles de fond ou reportages, nous nous efforçons d'aborder le jeu vidéo de façon intelligente. Sans pédanterie, avec humour ou le plus grand des sérieux.

Ajouter aux favoris
Signaler
Chroniques

Une feuille en papier, des crayons de couleur et une boule rouge qui doit rejoindre une étoile dorée. Voilà un résumé efficace du jeu Crayon Physics Deluxe. Fonctionnant avec les tablettes graphiques, CPD n'en reste pas moins parfaitement maniable à la souris et le crayon virtuel reproduit plutôt fidèlement nos stratagèmes géométriques.


Du simple trait au rectangle ou au triangle, en passant par les vis (mini-ronds) qui permettent de faire tourner des marteaux et les ficelles autorisant des mouvements de balanciers, les moyens de résolution sont variés et surtout libres.

Chaque niveau est une invitation à la propre créativité et stratégie du dessinateur, qui n'a que peu de limitations et d'handicaps. Il y a donc autant de manières d'accomplir un niveau que de cerveaux pourvus de matière grise.


Le sentiment de liberté procuré par la première heure de jeu devient malgré tout frustrant. Comment diable une liberté quasi totale peut-elle se transformer en prison mentale ? C'est là toute la désillusion de Baruch Spinoza : l'apparence de liberté n'est finalement qu'une forme déguisée de déterminisme. Pour paraphraser, le joueur croit agir par un libre décret de l'âme et non se laisser contraindre, mais la liberté et le libre arbitre forcent la  solution de facilité (déterminisme conscient), ou du moins la favorisent. Une fois compris les mécanismes les plus efficaces, la liberté s'impose comme une mécanique de répétition abrutissante.

Baruch Spinoza

Extrapolons un peu afin de mieux illustrer ce constat Imaginez, vous jouez à GTA et vous devez assassiner un baron de la drogue qui se trouve attablé à la fenêtre du restaurant de l'autre côté de la rue. Vous avez le choix entre monter les escaliers de l'immeuble d'en face, vous poster sur le toit, assembler votre sniper, le viser malgré qu'il n'arrive pas à tenir en place et allumer le caniche derrière sa tête, ou alors vous vous faites passer pour un serveur à la Hitman, l'infiltration est longue et pénible pour arriver à glisser du poison dans ses tagliatelles que finalement il ne veut pas, ou enfin vous pouvez sortir votre lance-roquettes et tirer dans le restaurant.

Dans mon cas, le système de balancier ou de « poulie » m'a permis de finir tous les niveaux jusqu'au dernier sans réelle difficulté. Par fainéantise et suffisance, la poulie fut répétée au même rythme insipide que la musique tournant en boucle. De la musique zen à la musique d'ascenseur crispante, CPD ne tarde pas à osciller.


Au lieu de complexifier les niveaux et d'accumuler les handicaps et les dangers, CPD fait le choix de la simple variation. Pour illustration, le dernier niveau se termine plus vite que la moyenne du jeu. En cela, Pac Pix sur Nintendo DS adopte une position contraire, en favorisant ce que les joueurs appellent le skill, la rapidité d'exécution du dessin, la capacité d'adaptation à de nouveaux handicaps et multipliant les combats épiques contre des boss inspirés.

Pac Pix (Nintendo DS)

CPD est un jeu contemplatif, au charme enfantin, sans aucune pression ni game over. L'exigence vis-à-vis du joueur est donc double et en un certain sens paradoxale : celui-ci doit être de nature patiente et sensible aux graphismes crayonnés, mais également être persévérant et se faire violence mentale afin de ne pas tourner en rond à force de reproduire les mêmes techniques lassantes. Le joueur-dessinateur est ainsi tiraillé entre une satisfaction visuelle et une inévitable insatisfaction personnelle de ne pas tirer entièrement parti des possibilités offertes par le gameplay.


Mention


Commentaire : CPD est un jeu où l'intelligence se confronte à une liberté stérile. Pourquoi frapper une pierre et un silex au-dessus d'un amas de mousse et d'écorces quand on dispose d'un briquet ? Sans handicaps, pas de challenge.

L'article d'origine : http://levelfive.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=189:chronique-crayon-physics-deluxe-pc&catid=40:pc&Itemid=28

Suivez-nous sur Twitter : https://twitter.com/#!/alfouxlf

Rejoignez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/pages/Levelfivefr-Chroniques-vid%C3%A9oludiques/121393444645752


Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Il est temps que l'on communique. Rédiger des articles c'est bien mais communiquer...c'est nécessaire. Du coup, nous investissons gameblog afin d'avoir un meilleur écho pour nos articles. Surtout que gameblog.fr semble être une bonne plateforme pour nos écrits, plus des analyses que des tests; des réflexions que des actus.

Merci à vous tous de prendre la peine de nous lire. N'hésitez pas également à venir sur le site officiel : www.levelfive.fr

 

 

Archives

Catégories