Le Gameblog officiel du site levelfive.fr

Par levelfive.fr Blog créé le 21/12/10 Mis à jour le 22/08/13 à 10h31

A travers des chroniques, articles de fond ou reportages, nous nous efforçons d'aborder le jeu vidéo de façon intelligente. Sans pédanterie, avec humour ou le plus grand des sérieux.

Ajouter aux favoris
Signaler
Chroniques

En 1994, Christa Sommerer et Laurent Mignonneau proposaient aux amateurs d'art numérique une installation interactive se nommant A-Volve. La composition relativement épurée de l'oeuvre, un écran placé à l'horizontale, coloré en bleu pour donner une illusion de tridimensionnalité, proposait au spectateur d'interagir avec ce qui semblait être une mare numérique.

 

 

I) Principes de l'oeuvre

En touchant l'écran du doigt, le spectateur n'étant plus simplement passif mais également actif, sorte de statut hybride propre à de nombreuses installations de l'art numérique ce qui rapproche ce domaine artistique du jeu vidéo et de son fameux joueur/spectateur, chaque visiteur fait apparaître des animalcules colorés. D'étranges poissons qui ont la faculté de se métamorphoser rapidement, leur durée de vie ne dépassant pas une minute.

Ainsi, chaque contact avec un spectateur/acteur provoque une nouvelle vie, ou de nouvelles vies, dans la mare virtuelle. Les créatures de synthèse, régies par des algorithmes préalablement calculés, ne sont jamais les mêmes. Tout dépend du contact, de l'action du visiteur sur ces créatures et plus généralement la mare. De plus, chaque animalcule s'inspire des "poissons parents" en reprenant une part du capitale génétique, caractéristiques physiques, de leurs prédécesseurs. Une vraie réflexion sur l'évolution, cohérente, couplée d'une vision intelligente de l'interaction dans l'art.

II) Les jeux vidéo et l'élevage virtuel

On retrouve plusieurs idées de cette installation dans le monde des jeux vidéo. Sans forcément s'en inspirer consciemment, une analyse nous permet de remarquer quelques analogies entre l'art numérique et le jeu vidéo. Le sous-genre des jeux d'élevage poussent la logique de A-Volve encore plus loin, cherchant non plus à produire une mare vivante et changeante, unique et infinie à la fois, mais un décalque plus ou moins fantaisiste de l'évolution animale. L'idée étant de schématiser, et donc d'apprendre, via la gestion de créatures virtuelles la gestion d'une vie (ses joies, ses contraintes, son implication).

 

Les tamagotchis incarnent à merveille cette tendance du jeu vidéo, ajoutant un aspect encore plus réaliste du fait de son côté nomade, s'incluant à merveille dans notre quotidien. Un jeu comme Seaman, sur Dreamcast, reprend de A-Volve le principe de la métamorphose. On ne contrôle pas un poisson ordinaire mais une hybridation poisson/humain (la tête est humaine, le corps est celui d'un poisson). De l'oeuf jusqu'à l'âge adulte, on regarde évolue, se métamorphoser ce qui semble au départ un animal ordinaire. Seulement, au lieu d'un élevage codifié, le jeu va plus loin en proposant, via un micro, une communication relativement évoluée avec l'animal à partir d'un certain stade. On tient, quasiment, dans son téléviseur un professeur de langue, d'anglais ou de japonais.

La créature de Seaman

Enfin, dans son jeu Let's Tape, Yuki Naka, créateur de Sonic, propose dans un des mini-jeux de tapoter la boite fournie avec le soft pour agiter une mare très réaliste avec des poissons japonais de toute beauté. Le principe de la mare interactive est ici vue d'un côté contemplatif, très zen. Déranger cette eau calme en tapotant plus ou moins fort, ou tout simplement observer, sans rien faire, ces poissons qui passent et repassent.

La mare interactive ou le zen dans Let's Tape

Finalement, par une idée toute simple, celle d'une mare avec laquelle on peut interagir, jouant une sorte de Dieu créant à foison des créateurs hybrides et éphémères, on observe plusieurs orientations, plusieurs réflexions s'appuyant sur le principe, dans le domaine de l'art numérique et celui du jeu vidéo. De la synthèse via des codifications précises de l'évolution animale, au professeur de langues en passant par la contemplation, le jeu vidéo reprend et développe cette vie virtuelle étroitement liée au spectateur/acteur visible dans l'installation A-Volve. Un nouvel exemple démontrant la porosité des frontières entre jeu vidéo et art numérique.

L'article d'origine : http://levelfive.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=107:art-numerique-a-volve-de-christa-sommerer-et-laurent-mignonneau&catid=36:livres&Itemid=30

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Il est temps que l'on communique. Rédiger des articles c'est bien mais communiquer...c'est nécessaire. Du coup, nous investissons gameblog afin d'avoir un meilleur écho pour nos articles. Surtout que gameblog.fr semble être une bonne plateforme pour nos écrits, plus des analyses que des tests; des réflexions que des actus.

Merci à vous tous de prendre la peine de nous lire. N'hésitez pas également à venir sur le site officiel : www.levelfive.fr

 

 

Archives

Catégories