Le Gameblog officiel du site levelfive.fr

Par levelfive.fr Blog créé le 21/12/10 Mis à jour le 22/08/13 à 10h31

A travers des chroniques, articles de fond ou reportages, nous nous efforçons d'aborder le jeu vidéo de façon intelligente. Sans pédanterie, avec humour ou le plus grand des sérieux.

Ajouter aux favoris
Signaler
Chroniques

Il y a des noms de studios ou d'éditeurs qui interpellent. Par exemple, quand j'entends EA, je sais que je dois tourner sur moi-même à 360° et m'éloigner en moonwalk.

Quand j'entends Vanillaware, en revanche, je prépare le porte-monnaie. Ayant démontré sa capacité à s'entourer des meilleurs au niveau du graphisme, du doublage et de la musique, le studio d'Ôsaka a cette fois-ci développé le jeu le plus kawaii de la Nintendo DS, rien que ça.

 


 

 

 

Que serait un jeu Vanillaware sans une scène de bain ?

 

 

 

 

I) Nintendogs du riche

 

On le sait, sur Nintendo DS, c'est pas les occasions d'élever des chiens, des chats et des poneys qui manquent, tant la console est assaillie de tous ces Nintendogs du pauvre, ces shovelwares destinés aux grands-parents bien incapables de choisir le cadeau de Noël de leurs petits-enfants, et qui pensent qu'éduquer un poney c'est sûrement bien moins dangereux que tous ces jeux qui ne recèlent que violence et pornographie.

 

Là, en revanche, on a affaire à un Nintendogs du riche ; d'abord parce que Vanillaware a encore envoyé la sauce avec des graphismes mignons à faire passer un petit panda pour un bébé arlequin, des musiques composées par les gars de Basiscape et toutes les scènes cinématiques doublées. Ensuite parce que le jeu tourne essentiellement autour de l'élévation du niveau de vie de la petite Kumatan, et qu'on arrive rapidement à des accessoires qui coûtent des fortunes dépassant ce qu'il est concevable de gagner dans le temps imparti.

 


 

 

 

Essaie de faire un meilleur boulot que son ex.

 

Le pitch, je te le donne : Kumatan, une jolie petite oursonne, voit son zoo rénové. Les travaux vont durer 2 semaines (temps réel) pendant lesquelles on la confiera au zoo de la ville d'à côté. Elle y sera sous la « protection » d'un nouveau gardien : toi, le joueur.

 

Ta mission, si tu l'acceptes (nous reviendrons sur ce choix moral), consistera à prendre soin de Kumatan en transformant en palace futuriste le taudis qui lui sert de piaule quand elle débarque au zoo. Pour ce faire, tu auras la possibilité de gagner de l'argent à la fois grâce aux représentations que donne Kumatan toutes les demi-heures (temps réel), mais également à ton gré, en prenant des photos et en les revendant au magasin de souvenirs du zoo. Évidemment, plus le cliché est rare, plus il est cher, à l'instar d'un cheval bon marché.

 

Toutes les 15 minutes (temps réel), Kumatan sort se balader et rencontre les autres animaux du zoo, à moins que tu n'aies droit à l'interview de son ancien gardien. Tu peux également aller draguer la bonnasse à forte poitrine qui tient le magasin de souvenirs du zoo et lui faire part de ton humour raffiné (« Vous buvez du lait tous les matins ? Ça se voit ! ») quand bon te semble.

 

 

 

II) « Des coups de lattes, un baiser... »

 

Parlons maintenant de comment se déroule une partie, concrètement : Kumatan se balade de droite et de gauche et tu peux tapoter sur les objets du décor pour qu'elle interagisse avec ; par exemple si tu tapotes la télé, elle regarde la télé, si tu tapotes les jeux dans le jardin elle va jouer avec, etc. L'intérêt étant pour toi de la prendre en photo lors de ces interactions, puis de revendre la pellicule à miss Gros Seins pour empocher les brouzoufs. Que faire de ces brouzoufs ? D'abord acheter une autre pellicule, voire un autre appareil photo plus performant, puisqu'il t'indique les moments-clés susceptibles de faire de toi le nouveau Cartier-Bresson (= encore plus de brouzoufs). Tu dois également acheter à manger pour nourrir Kumatan, car ventre creux n'a pas d'oreilles et un ours sans oreilles c'est vachement moins sexy (= moins de brouzoufs). Si tu veux que Kumatan mette un minimum de coeur dans son entraînement et dans ses spectacles, il faut la nourrir. Et accessoirement si tu veux éviter qu'elle te déteste aussi. En effet (oh putain, la transition digne d'une rédac' de collégien, la phrase qui commence par « en effet »... Ah, elle est belle, la France !), parmi les « stats » de Kumatan, il y a son niveau d'appétit, son niveau de motivation et son niveau d'appréciation de ta petite personne.

 


 

 

 

Kumatan compte venger tous les ours abusés par Zangief

 


 

Tu peux également interagir directement avec elle, soit au moyen d'une caresse (sur la tête, calme tes ardeurs zoophiles), soit au moyen d'une chiquenaude frontale. La carotte et le bâton. Kumatan s'entraîne toutes les 12 minutes (je crois) avec un accessoire de ton choix pour préparer ses spectacles. Ces entraînements sont l'occasion de nombreuses photos, mais aussi d'encouragement ou de punition, en fonction du sérieux avec lequel Kumatan pratique. Les éléments du décor ont également leur importance, puisqu'ils boostent les stats de Kumatan dans sa pratique (musique, habileté, force) et son bien-être (qui a une influence directe sur l'appréciation qu'elle a de toi).

 

Je résume : 6 minutes pendant lesquelles Kumatan se balade, ces 6 minutes au bout desquelles tu as droit à une scène cinématique de 30 secondes environ,  encore 6 minutes de balade suivies d'un entraînement, et tu répètes tout ça jusqu'à la demi-heure où elle va faire son spectacle. Mieux elle s'est entraînée, meilleur est le spectacle, plus elle gagne en popularité et plus tu ramasses d'argent. Avec cet argent, tu lui achètes plus d'éléments de décor pour qu'elle te kiffe encore plus et qu'elle devienne encore meilleure dans ses performances avec des accessoires de plus en plus balaises (et chers) . Comme une vraie femme, exactement.

 

 

 

III) Milgram on DS

 

Bien entendu, pour les besoins de ce test, j'ai fait mon connard : création d'une deuxième partie où je passais mon temps à tabasser la pauvrette, où je lui filais rien à manger (ou alors je retirais la bouffe de la table juste avant qu'elle y touche), même si ça me crevait le coeur de la voir pleurer tout le temps, juste pour vérifier si elle allait mourir. Eh ben non. Autant quand il s'agit d'un tamagochi de 3×3 pixels on peut le faire mourir, autant là c'est devenu beaucoup trop graphique pour aller jusqu'au bout de l'expérience. Donc après 2 semaines du plus grand sadisme, je suis détesté au plus haut point mais on m'accorde une semaine de plus pour m'amender, ce que je ne ferai pas, cette semaine de la dernière chance sera donc éternellement renouvelée. De la même façon, traiter correctement Kumatan lui donne envie de rester dans ce zoo et le jeu continue en mode freeplay, afin de débloquer toutes les cinématiques restantes (et de pouvoir acheter les nouveaux décors qui coûtent des millions de brouzoufs).

 

 

 

Mention

 


 

Commentaire : Le jeu remplit son contrat, on peut rien dire là-dessus. Si Nintendogs a pu obtenir 40/40 chez Famitsû, Kumatanchi n'est vraiment pas loin, le réalisme des réactions des animaux domestiques étant compensé par une réalisation magnifique, de l'humour, une ambiance et des personnages très attachants. Évidemment, ce jeu s'adresse à un public restreint, c'est pourquoi je ne peux pas lui donner la note maximum qui signifierait « vous ne pouvez pas passer à côté de ce chef-d'oeuvre ! », mais pour quiconque accroche au concept, c'est vraiment du super boulot, les mecs de Vanillaware ont encore assuré.


L'article d'origine : http://levelfive.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=101:chronique-kumatanchi-ds&catid=30:ds&Itemid=28

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Commentaires

Édito

Il est temps que l'on communique. Rédiger des articles c'est bien mais communiquer...c'est nécessaire. Du coup, nous investissons gameblog afin d'avoir un meilleur écho pour nos articles. Surtout que gameblog.fr semble être une bonne plateforme pour nos écrits, plus des analyses que des tests; des réflexions que des actus.

Merci à vous tous de prendre la peine de nous lire. N'hésitez pas également à venir sur le site officiel : www.levelfive.fr

 

 

Archives

Catégories