Life is a Game

Life is a Game

Par Walter White Blog créé le 02/03/13 Mis à jour le 27/05/14 à 00h53

La vie est un jeu, alors autant éviter le Game Over ! Oubliez les joueurs blasés, les pro-trucs et anti-machins, et parlons du jeu, du vrai, mannette en main, pétard en bouche, et pieds sur la table basse :)

Ajouter aux favoris
Signaler

S'il vous reste encore quelques neurones, c'est l'heure de les rassembler dans un ultime effort pour secourir Ray, le héros bien malchanceux de Stick it to the Man !

La vie de testeur de casques de chantier n'est pas de tout repos et ce n'est pas Ray, le personnage principal de l'aventure, qui vous dira le contraire ! Après s'être ramassé un conteneur sur la tronche, le voilà qui perd la boule et pour ne rien arranger, une sorte de "bras-spaghetti" lui a poussé sur le crâne !  Une extension qu'il est le seul à voir (ce qui lui vaudra notamment un détour par l'asile psychiatrique) mais qui lui est tout de même bien utile, puisqu'elle permet de lire dans les pensées des personnages qui nous entourent !

Le gameplay de ce jeu indépendant - qui est un savant mélange de plate-formes, de réflexion et de point & click - est d'ailleurs largement basé sur les caractéristiques de ce bras magique. Celui-ci permet tout d'abord de grimper ou de se déplacer plus rapidement à travers le niveau en s'aggripant un peu partout, voire de nous faire voyager entre l'arrière-plan et l'avant-plan du stage. L'aventure se déroulant dans des décors style BD d'une grande originalité, non sans rappeller une sorte de diorama géant, il sera nécessaire de voyager à travers de magnifiques tableaux afin de parvenir à résoudre les énigmes qui se posent à Ray.

Notre fameux spaghetti nous permet aussi de coller et décoller les fameux stickers, qui sont au centre du jeu, comme le titre a pu vous le laisser deviner. Il faudra coller le bon stickers au bon endroit afin de voler au secours des différents protagonistes du jeu et d'ainsi continuer votre chemin aux travers des 10 chapitres qui composent l'histoire principale. Les auto-collants sont très variés et tous plus loufoques les uns que les autres, au point qu'il est parfois compliqué de savoir dans quelle situation notre dernière trouvaille va bien pouvoir nous être utile. C'est là que notre fameux pouvoir de médium entre en scène ! Grâce à notre super-bras, on va pouvoir décoder les pensées des autres personnages et ainsi leur soutirer de précieuses informations (parfois, leurs pensées se matérialisent en stickers) permettant de reconstituer le puzzle global de chaque niveau.

Mais il faut le dire, Stick it to the Man n'est vraiment pas un jeu comme les autres. Les situations sont complètement déjantées, les protagonistes complètement barrés et les dialogues totalement insensés : il est donc par conséquent difficile de se retenir de rire toute les 5 minutes et de se concentrer pour coller les bons stickers aux bons endroits, surtout quand la logique est passée à la trappe ! Parcourir Stick it to the Man, c'est plonger dans une aventure complètement folle, dans un monde psychédélique et comique à la fois, avec un petit air à la Tim Burton. Le challenge n'est pas trop relevé, les énigmes sont certes farfelues mais pas impossibles à résoudre, et ce ne sont pas les quelques phases d'infiltration qui viendront à bout du gamer chevronné que vous êtes.

Le GamePad de la Wii U est quant à lui légèrement mis à contribution, notamment avec la possibilité de jouer en Off TV. Si l'on joue sur sa télévision, le Gamepad peut servir à afficher la carte sur l'écran tactile ou être utilisé comme scanner pour lire les pensées des personnages à l'aide de la fonction gyroscopique. Il suffit alors de lever le Gamepad en l'air et de choisir sa victime.

Disponible pour la modique somme de 9,99 euros, Stick it to the Man est une très bonne pioche sur l'eShop de la Wii U. Avec son style graphique unique et son univers déjanté, le jeu développé par Zoink Games ne ressemble à aucun autre et s'avère être un excellent mélange pour les fans de point & click et de jeux de plate-formes. Certes, le jeu ne comprend que 10 chapitres, mais c'est un vrai concentré de bonne humeur et d'originalité, alors pourquoi s'en priver ?

Voir aussi

Jeux : 
Stick It To The Man
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler

J'ai longuement hésité à acheter le pack Wii U collector vendu avec The Legend of Zelda : The Wind Waker, vu que j'avais déjà terminé le titre lors de sa sortie sur Gamecube il y a une dizaine d'années. Je dois dire que j'étais carrément sceptique face à cette mouture HD vendue 60 euros. Après une grosse dizaine d'heures de jeu, force est de constater que ça valait la peine d'y jouer.

Premièrement, j'ai vraiment été conquis par le lifting graphique qu'a subi le titre ! L'univers de cet épisode s'adaptait parfaitement à cette refonte, en tous cas j'en suis aujourd'hui convaincu. C'est tout simplement magnifique à mes yeux, l'atmosphère onirique propre à cet opus s'en retrouve complètement transcendée. Le jeu n'est peut-être techniquement pas à la hauteur des productions actuelles sur tous les plans, mais on lui pardonnera aisément, étant donné qu'il s'agit d'un titre sorti il y a deux générations de consoles.

Ensuite, l'utilisation intelligente du Gamepad donne un nouveau souffle au gameplay. En fait, après avoir joué à cette mouture HD, on ne reviendra probablement jamais à la version NGC, tant le comfort de jeu est grand sur Wii U. Quel plaisir de changer d'arme ou de consulter les cartes sans repasser par le menu !  Certes, il ne s'agit pas d'un ajout qui va changer la face du monde vidéoludique, mais ça simplifie tout et ça permet de ne pas casser le rythme de l'aventure. J'ai aussi apprécié l'utilisation judicieuse du gyroscope, notamment pour tirer à l'arc, c'est assez sympa (mais pas super précis). D'autres ajouts permettant de rendre le déroulement de l'aventure plus fluide sont également présents, comme la possibilité de mettre la main sur une voile rapide, mais je n'ai pas encore eu l'occasion d'en profiter.

D'un point de vue personnel, je ne me rappellais presque plus de l'agencement des donjons ni des étapes générales de l'histoire principale, donc j'ai quasimment l'impression de jouer à un nouveau jeu. Bien sûr, l'impression de déjà-vu est bel et bien là, mais de mon point de vue, elle ne gâche en rien l'expérience de jeu. Il faut dire qu'il s'agit probablement de mon Zelda préféré, sorti à l'origine sur celle qui reste ma console préférée, et donc ça s'explique.

Plus généralement, je suis en train de me faire les deux derniers Zelda sortis (sur 3DS et Wii U), et je prends totalement mon pied, surtout sur A Link Between Worlds qui fait vraiment honneur à ALTTP, l'épisode qui aura marqué mon enfance. Je tiens à préciser que j'étais vraiment l'un des plus sceptiques à l'annonce des deux titres et que le principe des remakes me pompe au plus au point, surtout quand l'éditeur s'appelle Nintendo et qu'il a à sa disposition des univers des plus riches et variés. Mais force est de constater que même lorsqu'il s'agit de faire des remakes ou des remaniements, Nintendo reste bien au dessus du lot. En tous cas la qualité des deux titres me parait indiscutable. 

Malheureusement pour ma Wii U et moi, mon compte est désormais à sec, et je vais donc encore devoir attendre quelques semaines avant de pouvoir profiter de cette perle que semble être Super Mario 3D World. C'était pour lui que j'avais acheté la Wii U, et je dois dire que ne pas pouvoir y jouer tout de suite me laisse un goût amer. Desperate diplômé, vous avez dit ? ^^

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Tous les singes n'ont pas la chance de voyager dans l'espace... Certains doivent ramasser des bananes, chevaucher des bêtes féroces, et piloter des chariots de mine  à longueur de journée ! Pas évident la vie de primate quand on bosse pour Nintendo !

 


En rallumant ma Gameboy Advance, je n'ai pas pu m'empêcher de me replonger directement dans ce chef-d'oeuvre intemporel made in Rareware qu'est DKC 2, sorti à l'origine sur Super Nintendo. Il reste pour moi le meilleur épisode de Donkey Kong, ou du moins celui qui me semble le plus abouti, le plus varié et le plus merveilleux. J'ai eu envie de revenir sur ce jeu qui a marqué mon enfance et peut-être vous donner l'envie d'y jouer ou d'y rejouer !

Le premier Donkey Kong Country était déjà irréprochable sur de nombreux points, mais il me semble que ce DKC 2 fait encore plus fort, notamment au niveau de la variété des environnements et des situations de jeu. Il faut aussi rappeller que c'est sans doute l'épisode où  les animaux de la jungle, toujours prêts à aider la famille Kong dans les situations périlleuses, ont été le mieux mis en avant (même si DKC 3 est aussi bien fourni). C'est toujours un réel plaisir pour moi de retrouver Rattle le crotale, Squitter l'araignée ou Clapper le phoque ! Je reproche d'ailleurs beaucoup à Retro Studio d'avoir un peu trop laissé ces éléments de gameplay de côté dans DKC Returns, où seul Rambi le Rhino fait encore quelques apparitions sporadiques.

Cet épisode est également le premier de la série où apparait Dixie Kong et sa queue de cheval, qu'on retrouvera d'ailleurs bientôt dans DKC : Tropical Freeze sur Wii U. Ce nouveau personnage apporte évidemment son lot de nouveaux mouvements et de situations inédites. Diddy reste le plus rapide et le plus agile, tandis que Dixie est capable de plâner grâce à sa chevelure. C'est donc sans Donkey Kong que l'on doit parcourir les 7 mondes qui constituent le jeu, tous remplis de Kremlins (que je préférais aux espèces de tambours vivants de DKC Returns) et autres bestioles, afin de venir à bout du Roi K. Rool.

Si mes souvenirs sont bons, les jeux est particulièrement long et coriace pour celui qui veut le finir à 100%, vu qu'il faut d'abord récupérer toutes les lettres KONG, les pièces Krem, les pièces DK, débloquer la vraie fin etc.  Ah oui, j'oubliais, graphiquement le jeu est vraiment très beau, ce n'est bien sûr pas comparable avec les standards actuels, mais pour l'époque ça en foutait plein les mirettes.

Que de bons souvenirs sur ce jeu... Les longues soirées d'hiver à jouer en coop avec ma grande soeur ou avec des amis, c'est comme une Mastercard, ça n'a pas de prix ! Notamment les niveaux en chariot sur la fête foraine, tout bonnement inoubliable. En tous cas je le conseille très vivement à tous les fans de plate-forme, c'est un vrai jeu culte pour ma part !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Signaler

Depuis la sortie que je la surveille de près cette Wii U... Elle finira sous la sapin de Noël cette année, ça allait bien finir par arriver. J'avais déjà préparé la batte pour assommer le Père Noël, mais finalement j'aurai su rester raisonnable. Quoique...

Nintendo m'a fait rager, je rage toujours et je crois que je ragerai encore. C'est un peu comme quand mon équipe de foot favorite (Andelecht champion !) perd lamentablement en C1, j'aime pas ça. Quand la Wii U se vautre, ça me fait mal aussi, en tant que fan de la marque depuis ses débuts. M'enfin bon, si on parle purement jeux, gameplay, etc, c'est ce qui se fait de mieux en ce moment. Même si j'attends toujours des annonces genre du jeu à 2 GamePads type stratégie, du Metroid, etc. Enfin plein de trucs que Nintendo a en réserve quoi, mais qu'ils gardent jalousement au chaud.

Bref, tout ça pour dire que la boîte n'attend plus qu'à être ouverte... Non ne vous inquiétez pas vous n'aurez pas droit à un énième unboxing XD Puis le plaisir d'acheter une Wii U à Noël, c'est que personne d'autre ne sait ce que c'est, donc on risque pas de se la faire piquer sous le sapin !

Bientôt les premières impressions sur le remake de Wind Waker, que j'avais bouclé il y a 10 ans, pas sûr que je me le retappe jusqu'au bout, m'enfin il y a le Zelda GamePad pour compenser et Mario 3D World qui va arriver :D

Allez Nintendo vendez-nous du rêve rogntudjuu !

Voir aussi

Plateformes : 
Wii U
Ajouter à mes favoris Commenter (6)

  
Signaler

C'est bien d'avoir des amis... Mais avoir des amis qui ont reçu la PS4, c'est encore mieux ! J'ai donc eu la chance de mettre la main sur la nouvelle console de Sony, sa manette et sa caméra, ainsi que de tester 2 ou 3 jeux au cours du week-end.

Tout d'abord la question qui titille toutes les rétines du monde entier : la fossé graphique entre PS3 et PS4 est-il bien réel ? Je répondrais plutôt oui, même si la révolution tant attendue n'est pas vraiment là, c'est plutôt de bon augure. Les textures sont plus fines, les effets spéciaux sont mieux rendus, mais c'est tout de même ce qu'on était en droit d'attendre. N'oublions pas que ce n'est que d'ici quelques années qu'il nous sera vraiment possible de juger, histoire de laisser le temps aux développeurs d'appréhender correctement ce nouveau hardware. 

Je dois dire que la nouvelle manette m'a particulièrement bien plu, avec son pavé tactile agréable au toucher et ses sticks bien meilleurs et bien plus pratiques que les précédents. Le pavé tactile frontal réagit bien, on a d'ailleurs joué pas mal sur le hockey virtuel reçu gratuitement avec The Playroom et la caméra, et ça répond bien. Après, dans Killzone, il servait à commander le drône de façon plutôt anecdotique, donc il faudra voir si les jeux l'exploitent. Les gâchettes sont aussi bien rigides et bien placées, juste comme il faut. Le bouton Share est bien là et fonctionne visiblement sans problème.

 

 

 

 

 

J'ai pas mal joué au nouveau Fifa et il faut dire que c'est criant de vérité, le public est bien plus vivant, les ramasseurs de balles sont là, tous comme les joueurs qui s'échauffent sur la touche, bref, c'est de plus en plus réaliste ! J'ai par contre trouvé certains ajouts réalistes mais pas forcément au service du gameplay, comme ces joueurs qui semblent perdus lorsqu'ils doivent courir pour récupérer le ballon avant d'effectuer une rentrée en touche. Il y a aussi le problème des poteaux aimantés, j'avais jamais vu ça, c'est presque pas sérieux... Par contre du côté des frappes c'est pas mal, c'est plus lourd et on sent mieux le ballon. Bref, à boire et à manger. Côté graphismes, on notera de petits détails sympas comme les maillots qui se déforment, la modélisation d'un nombre de joueur vraiment conséquent (je joue avec Anderlecht et ils ont fait un effort il me semble), etc. Ce n'est en rien une révolution, mais ce Fifa 14 devrait occuper quelques soirées sur PS4.

J'ai peu joué à Killzone : Shadow Fall, mais ça m'a l'air d'être un très beau FPS générique, qui n'innove pas des masses mais qui fait le job pour le lancement. Mais je préfère pas trop me prononcer avant de l'avoir vraiment testé.

Personnellement, je ne compte pas m'acheter une PS4 de si tôt, mais elle sera sûrement mienne un jour ou l'autre, sûrement à Noël 2014. Elle me semble être la next-gen la plus à même de s'implanter dans les foyers européens. Le catalogue de la Wii U me semble quand même nettement plus intéressant pour l'instant, même si le dernier Nintendo Direct franchement décevant n'augure rien de grandiose... Quant à la One, ça doit être la première console à ne pas sortir en Belgique comme partout ailleurs... Microsoft n'avait déjà pas réussi à me convaincre mais là c'est fait, ils m'ont définitivement convaincu de ne même pas y penser !

Voilà quelques impressions à chaud donc, entre deux parties de Zelda : ALBW et Mario Kart 7 ;)

Voir aussi

Jeux : 
Killzone : Shadow Fall (PS4), FIFA 14 (PS4)
Plateformes : 
PS4
Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Signaler

Si vous venez d'acheter une Nintendo 3DS XL et un jeu, ne passez surtout pas à côté de Super Mario 3D Land : il est gratuit via le Club Nintendo ! Une des grosses vitrines de la 3D pour pas un radis, je n'allais pas me priver, et je ne suis pas déçu.

 

 

J'avais lu plusieurs avis mitigés sur cet épisode souvent qualifié de "trop facile". S'il mérité bel et bien ce qualificatif, il n'en reste pas moins un vrai exemple d'ingéniosité et de créativité. La plupart des niveaux exploitent à fond la 3D, c'est d'ailleurs assez difficile à décrire tant le level design est conditionné par celle-ci. Les développeurs ont sans cesse joué avec les effets de profondeur, les perspectives, les gouffres et les différents angles de caméra afin de procurer une expérience complètement unique au joueur. Sur ce point, je leur tire mon chapeau et j'en redemande.

Comme le montre la jaquette du jeu, la queue de Tanuki, empreintée le temps d'un hommage à Super Mario Bros. 3 sur Super Nintendo (l'un des meilleurs épisodes selon moi), est ici au coeur de cette nouvelle mouture. Elle permet de plâner de de frapper les ennemis, ce qui en fait un atout majeur de Mario ; tout comme la tenue de Goomba, qui permet de lancer des boomerangs ! Excellente idée cela dit, j'ai trouvé ça fun et original ! On notera aussi les blocs permettant de voler et ceux fournissant une réserve de pièce infinie. Moins inspiré, mais sympa, comme les quelques niveaux en vue plongeante où on se laisse tomber en plânant de plate-forme en plate-forme. Vertige garanti !

L'épisode s'inspire également de ses prédécesseurs au niveau de la structure, avec 8 mondes assez courts (+ 8 mondes spéciaux à débloquer et Luigi à incarner), parsemés de maisons hantées, avec des bateaux volants pour clôturer chaque épisode par un combat épique face aux cousins Koopas. Les thèmes musicaux sont vraiment excellents, les reprises toujours dans le ton, bref du Nintendo pur et dur, ça met la patate !

Le problème de ce Mario est qu'il se termine malheureusement trop vite, en tous cas dans sa phase classique (c'est-à-dire sans les niveaux spéciaux), la faute à une difficulté il est vrai trop faible, et des bonus totalement abusés pour faciliter la progression des manchots et autres débutants. Sérieusement, les pièces tombent par camion, les vies sont partout, et même les étoiles cachées (3 par niveau) sont vraiment faciles à obtenir au premier passage. Sans parler de la queue de Tanuki dorée qui rend invincible et qui apparaît après quelques pissenlits avalés par la racine... Clairement pour le contenu et le challenge on repassera, mais je trouve qu'on peut tout à fait passer au dessus de ces deux points tant le jeu est excellent. Le plaisir de jeu est vraiment présent, le fun aussi, on a l'impression d'avoir une bonne idée qui s'est concrétisé entre les mains.

Bref, tout ça ne remplacera pas mes souvenirs sur Super Mario World (SNES) et Super Mario Land (GameBoy), mais c'est du tout bon. Je dois dire que jusqu'à présent, j'ai fini à peu près tous les Marios "majeurs" faits à ce jour, et j'ai toujours autant de mal à dire lequel est le meilleur. Ils sont tous excellents pour moi... Mario Sunshine j'ai adoré l'idée des buses et du monde ouvert, ça bouleversait les codes ; Mario 64 c'était un chef d'oeuvre et une claque graphique ; Mario Galaxy partait d'une idée géniale... Ma palme irait quand même à Super Mario World, épisode auquel je joue toujours depuis sa sortie (et quasi chaque année quelques parties), allez savoir pourquoi ! Sûrement parce que je découvrais le JV avec mes yeux d'enfant à l'époque ! Comme avec Super Mario Land sur GameBoy, à l'époque j'obligeais mes parents à stopper le motorhome (comment qu'on dit ailleurs qu'en Belgique une fois ?) sur la route du Mont ventoux pour qu'ils m'aident à battre Tatanga, le boss final :) 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Maintenant, il ne me reste plus qu'à acheter une Wii U avec Super Mario 3D World... Allez Nintendo un petit jeu offert à l'achat de machin ou bidule et une réduction de 50 euros, et j'en achète une palette XD

 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

De Super Mario Kart à Mario Kart Wii, Nintendo nous a toujours offert le meilleur du fun et de la fourberie. Après un épisode Mario Kart Wii qui partait un peu dans tous les sens, Nintendo a décidé de revenir à une formule légèrement plus classique. Taillé pour les parties online, ce septième opus de la saga phare de Nintendo n'oublie pas non plus de distiller quelques nouveautés qui raviront les fans.

Mario Kart 7

Rentrons dans le vif du sujet. Techniquement, la 3D est très réussie, l'impression de profondeur qui se dégage des circuits est d'ailleurs assez bluffante. Les obstacles qui semblent sortir de l'écran, les reflets du soleil et autres artifices rendent tout cela magnifique et apportent réellement un plus non négligeable à l'expérience de jeu. Ce n'est pas une claque graphique, mais la réalisation est très soignée comme à l'accoutumée. 

Au rang des nouveautés, on notera la possibilité d'évoluer sous l'eau grâce à une hélice ou de plâner à l'aide d'un parapente. Les phases aquatiques et aériennes permettent des variations de gameplay inédites, en permettant d'empreinter des trajectoires jusqu'alors impossibles sur plusieurs circuits. Ca rend le tout plus fun et plus diversifié, ce qui permettra à chaque joueur de choisir son chemin préféré pour franchir la ligne d'arrivée au nez et à la barbe des concurrents. De nouveaux objets sont également disponibles, comme la queue de Tanuki qui s'avère particulièrement utile au corps à corps, ou le fameux "7" qui vous offre le luxe de basarder une fournée d'items à la tête de vos poursuivants. Des ajouts sympathiques, même si on regrettera la disparition d'autres objets, comme le POW de la version Wii. Les pièces font quant à elle leur réapparition, permettant de booster notre vitesse maximum en course, et de débloquer des améliorations pour nos karts par la suite. Signalons d'ailleurs que de nombreux éléments de customisation sont à débloquer, tout comme certains pilotes phares de la série. De ce côté, on déplorera le manque d'inspiration des développeurs lors du choix des personnages secondaires, certains grands noms étant aux abonnés absents.

Sous l'eau

J'ai trouvé le mode online mieux équilibré que sur Wii, le fait de réduire le nombre de participants de 8 à 12 joueurs rendant les parties moins bordéliques. La disparition des motos rend également la choses plus homogène. A noter que les modes de jeu Bataille de pièces et Bataille de ballons sont aussi de la partie, même si ceux-ci  sont plutôt anecdotiques.

Passons maintenant à un avis plus personnel sur certains points. J'ai énormément apprécié le choix des circuits "rétro", comme par exemple Desert Kalimari, Autodrome Luigi (N64) ou Jungle Dino Dino (NGC), des courses qui m'ont laissé de très bons souvenirs, et je trouve qu'elles ont été très bien révisitées pour l'occasion, avec leur dose de jumps et autres passages aquatiques. J'ai par contre trouvé que certains nouveaux tracés manquaient de personnalité, comme Littoral Wuhu qui me semble hors sujet, mais il faut reconnaître que la plupart sont excellents, comme la nouvelle version de la Rainbow Road.

En deltaplane

Le système de dérapages m'a également convaincu, exit le snaking de la version DS et place aux dérapages "bicolores", avec deux niveaux de boost à la sortie. Les "tricks" permettant d'obtenir une accélération via les tremplins sont également de retour. 

En gros, ce Mario Kart nous régale avec tout ce qu'on est en droit d'attendre d'un nouvel épisode de cette série myhtique. Beaucoup de fun mais pas trop de fantaisie, des nouveautés qui renouvellent l'expérience de jeu et un mode online efficace qui laisse présager quelques pétages de plomb. On aurait pu s'attendre à un peu plus de folie et de bouleversements, mais ne boudons pas notre plaisir, le petit dernier de la famille MK remplit à merveille son contrat.

On se la fume ?

Je dois dire que tout cela me rend un peu nostalgique des parties en multi à 4 dans le salon autour de Mario Kart 64, qui reste pour moi l'un de mes meilleurs souvenirs, avec Mario Kart Double Dash !! et cette idée que j'avais trouvé magistrale d'alterner pilote/co-pilote, avec les items spéciaux etc. J'avais légèrement moins aimé Mario Kart : Super Circuit par contre sur GBA, je le trouvais plutôt délicat à manier pour un MK, mais peut-être que c'était tout simplement l'impression de vitesse qui était plus grande... J'ai quand même l'impression qu'avec MK7, on se traîne un peu parfois en 150 CC mais bon, ça n'enlève rien au plaisir de jeu si c'est bien le cas.

Vivement Mario Kart 8, si je n'ai pas craqué pour la Wii U d'ici là ce sera sûrement l'occasion d'investir... 

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Signaler

Ca faisait longtemps que j'avais prévu de faire l'acquisition d'une Nintendo 3DS XL (version collector), et c'est désormais chose faite puisque je me suis procuré la dernière portable de Big N dans sa déclinaison dorée frappée du symbole de la Triforce. Autant dire que niveau design, ça en jette !

Pack 3DS Zelda ALBW

Même si j'avais déjà eu de prendre la 3DS en main à de nombreuses reprises, j'avais décidé d'attendre le bon moment pour me la procurer : la sortie du remake de Zelda ALTTP et l'offre Super Mario 3D Land (gratuit à l'achat d'une 3DS et d'un jeu) auront eu raison de mon porte-feuille. 

Force est de constater que la prise en main de cette version XL est très bonne, même si la position du pad circulaire m'occasionne parfois des crampes après plusieurs heures de jeu. Les boutons auraient pu être un peu moins rigides, mais rien de grave de ce côté. Quant au bouton Start, il me faudra encore m'habituer à son positionnement assez inhabituel. Mais je suis globalement très satisfait de mon achat.

Quant à la 3D, je trouve qu'elle apporte un réel plus tant au niveau des graphismes que du gameplay, et jusqu'ici aucun effet secondaire sur moi, même avec la 3D à fond pendant plusieurs heures, ouf ! Les écrans sont vraiment plus grands que sur la 3DS originale, ça fait plaisir, même si l'aliasing et les pixels sont plus présents, mais ça reste peu dérangeant. Une excellente console en somme :)

Pour en venir au jeu Zelda : A Link Between Worlds, j'ai déjà bien avancé dedans, et une chose est sûre : la magie de l'univers d'ALTTP opère toujours sur moi, et je trouve ce remake tout à fait à la hauteur ! Le style graphique est peut-être un peu grossier mais permet de ne pas trop dénaturer le design old-school de l'épisode original, cher aux fans de la série comme moi ! Je suis vraiment content de me balader dans le monde d'Hyrule, et ce n'est pas grave pour moi qu'il s'agisse d'une récupération de la map, ça me fait plutôt plaisir.

Diapo Zelda ALBW

Les donjons sont d'ailleurs différents et peuvent être réalisés dans le désordre, ce qui brise quelque peu la monotonie, même si force est de constater que le système de location est plutôt anecdotique, dans la mesure où il est possible d'acheter les objets les plus utiles assez rapidement en récupérant suffisamment de pièces. Par contre, j'ai vraiment beaucoup apprécié la nouvelle compétence permettant de se coller aux murs, ça permet de renouveler le gameplay et d'ajouter cette "dimension 3D" à l'aventure, notamment via puzzle et énigmes.

Artwork Zelda

Quant à la bande son, je la trouve excellent, que de souvenirs...

Bref, vous l'aurez compris, je suis toujours en pleine aventure mais je suis déjà conquis ! Allez, je retourne à Lorule...

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Signaler

Vous l'aurez compris, voici un petit billet pour rendre hommage à ce grand studio qu'était LucasArts, désormais passé à la postérité. En en aura bouffé du Star Wars grâce à eux, et c'est un grand coup de sabre laser dans la tronche de tous les fans de la licence que l'annonce de cette reprise du studio mythique par Disney. 

A l'annonce de cette nouvelle, beaucoup se sont mis à hurler tel des Choobacas en rut, mais mieux vaut s'en remettre à la sage réflexion d'un bon vieux maître Jedi : LucasArts avait de toute façon ces meilleurs années derrière lui, les dernières productions du studio peuvent en témoigner. 

Pour moi, LucasArts est avant tout l'éditeur d'un des tous premiers jeux PC auquel j'ai goûté : Full Throttle (1994). Alors bon, j'avais beau être encore morveux à l'époque, je me rappelle très bien de l'ambiance et de l'excellente réalisation de ce Point & Click  sous MS-DOS. On y incarnait Ben, motard viril et mal rasé, chef du gang de bikers les Polecats. Je me rappelle qu'à l'époque j'y avais joué avec mon père, et que l'ambiance plus mature et plus sombre ainsi que le gameplay point 'n click lui faisaientt aussi apprécier le titre. Bref, un de ces jeux d'aventure qu'on oublie pas, même si beaucoup ne jurent que par Monkey Island, moi je ne peux pas, je n'y ai pas joué, mais je vais le faire, je me le promets !

 

Quelques années plus tard, j'ai eu l'occasion de jouer pas mal à 2 jeux inspirés par Star Wars Episode 1 : La Menace Fantôme, le film. Tout d'abord le jeu du même nom sorti sur PS1, qui même s'il ne cassait pas trois pattes à un Banta comme dirait l'autre, avait le mérite d'être fidèle au déroulement du film. Moi j'ai franchement adoré le jeu, bon aujourd'hui il a très mal vieilli graphiquement, mais du point de vue gameplay à l'époque je trouvais ça super trippant de revivre le film et de massacrer du droïde au sabre laser ! Puis c'était un de mes premiers jeux Star Wars, alors ça marque quand même... Puis les musiques étaient terribles aussi et fidèles à l'opus cinématographique ! 

Mais pour moi, le meilleur Star Wars ça reste Star Wars Episode 1 : Racer, sorti à l'époque sur Nintendo 64, et ça c'était franchement une sale claque, d'ailleurs faut que j'y rejoue pour m'assurer que ça décoiffe toujours autant qu'avant ! Non franchement c'était une petite perle sortie de nulle part ce jeu : un jeu de course estampillé Star Wars avec des podracers incroyables fonçant à plus de 600 Km/h, que demande le peuple ? Les graphismes étaient somptueux pour l'époque, le nombre de courses et de podracers hallucinant, la diffuculté bien présente et l'aspect réparation/modification  des véhicules aussi ! Les courses de pods Anakin vs. Sebulba, c'était enfin une réalité dans le salon ! Non franchement, mieux valait ne pas être trop déglingé pour y jouer, ça allait tellement vite que sous valium c'était le crash assuré tous les 100 mètres !  En tous cas à mes yeux SWR restera un jeu myhtique, basé sur l'une de mes séquences favorites de la trilogie de George Lucas !

               

 

Ensuite, retour sur PC, avec Star Wars : Gallactic Battleground. C'était pour moi la grande époque du STR (ou un peu aprè plutôt), au moment où je jouais aussi à Age of Empires 1 & 2, Age of Mythology, Empire Earth, Cossacks, tout ça, raah !, que de bons souvenirs ! Alors certes le jeu ne réinventait en rien le genre sur le plan du gameplay et donc sur le fond, mais sur la forme, c'était génial de réécrire l'histoire de sa propre guerre des étoiles ! D'ailleurs j'ai retrouvé la boîte du jeu et ça me dégoûte mais elle est vide, j'y aurais bien rejoué ! Souvenir de gamer : j'adorais particulièrement jouer avec les Gungans et leurs projectiles (les boules d'énergie bleue, comme dans l'Episode I) ainsi que leur civilisation aquatique ! Le jeu avait été développé par Ensemble Studios, les Dieux du STR déjà auteurs de la série Age of Empire, et on ressentait bien ça dans l'impression de maîtrise qui ressortait du titre. J'aurai passé quelques bonnes heures à gueroyer sur ce jeu de stratégie en espérant que la Force ne viennent au secours de mes troupes mal embarquées !

Dernier jeu qui m'aura marqué, et que j'ai découvert récemment, c'est Star Wars Rogue Squadron II : Rogue Leader sur Gamecube. Je ne l'avais pas acheté lors de sa sortie, mais étant un fan de la licence en manque, je me suis dit que j'allais me le faire et ressortir pour l'occasion ma bonne vieille mannette Gamecube ! Et bien je n'ai pas été déçu, c'est du shooter spatial dans tout ce qu'il y a de plus tendu et de plus grandiose ! Il faut préciser que le titre vous tiendra en haleine des heures si vous comptez récupérer toutes les médailles, car le jeu est d'une difficulté assez hardcore et mieux vaut ne pas piloter avec 5 grammes dans chaque oeil au risque de se manger un Tie Fighter dans les dents, sans avoir eu le temps de dire ouf. Encore une expérience inoubliable (merci Factor 5) que de revivre les plus grandes batailles de la saga dans le cockpit d'un X-Wing ! Sorti en même temps que le Cube de Nintendo en 2002, le jeu est toujour très beau et très sympa à jouer 10 ans après en tous cas ! Beaucoup d'acheteurs day one du NGC l'ont l'acheté en même temps que la console, et ils avaient eu le bon flair !

Voilà les principaux jeux qui ressortent de mon expérience personnelle de gamer, ce ne sont pas forcément les meilleurs ni les plus populaires, mais quelqu'un aura eu le mérite de leur rendre hommage, check ! Maintenant, je retourne mater Blanche Neige et les 7 mains euh... nains, histoire de me remettre à l'heure Disney !

 

Ajouter à mes favoris Commenter (1)

Signaler

Le jeu en ligne, ça m'a toujours laissé perplexe, non pas que je nie l'avancée technologique indéniable que cela représente, mais c'est plutôt ce côté froid et impersonnel qui ne m'a jamais trop attiré... C'est vrai quoi, le jeu en ligne, c'est un peu le porno du jeu vidéo : on se fait plaisir sans réellement approcher l'autre, si vous voyez ce que je veux dire ! Il manque ce contact humain, ce fou rire spontané et simultané que seule une partie en multi avec des amis peut procurer... Puis si on ne peut plus frapper ses potes après qu'ils nous aient grillés juste sur la ligne à Mario Kart alors qu'on avait fait toute la course en tête, alors où va le jeu vidéo ? Non mais bon, il faut vivre avec son temps, et puis ne commençons pas à radoter, d'autres s'en chargent déjà !

Bref, tout ça pour dire que je viens de découvrir le WiiWare, le fameux service en ligne tout basique et désormais tout moribond de notre bonne vieille Wii ! Voilà à quoi on est condamné quand on se retrouve bloqué en rase campagne pour 3 mois, sans jeux sous la main ! Après une petite recherche sur Google et l'acquisition de 3000 Wii Points, force est de constater qu'il y a de quoi s'amuser sur la boutique en ligne de Nintendo, que ce soit sur le WiiWare en question, ou sur la console virtuelle tant appréciée des joueurs rétro ! Finalement, le parent pauvre du online de la génération actuelle a de très belles choses à offrir,

J'ai donc fait l'acquisition de 2 jeux WiiWare, à savoir MotoHeroz et LostWinds : Winters of Melodia.

MotoHeroz

Autant dire tout de suite que MotoHeroz m'a particulièrement séduit par son concept simple mais efficace : des courses de buggy complètement barrées qui partent dans tous les sens !

Chaque niveau est un concentré d'ingéniosité diabolique, et pour un jeu de course, c'est étonnemment varié ! La difficulté est savamment dosée, le côté aventure est savamment manié, au point que rarement dans un jeu de course, j'ai pris autant de plaisir à faire "pause - recommencer" pour essayer de caresser toutes les courbes des circuits et d'en découvir tous les secrets et passages secrets. J'ai aussi bien enragé en devant recommencer certains challenges dix fois, comme celui où il faut transporter des oeufs dans un panier placé sur le toit du buggy d'un côté à l'autre du circuit. Tout le mérite en revient à l'excellent travail effectué par les développeurs sur la physique du jeu. J'admet que le jeu est relativement cher, mais la durée de vie est colossale, avec notamment un mode online qui propose des challenges quotidiens. Franchement, voilà un concentré de fun à mi chemin entre Trials Evolution pour le gameplay et Donkey Kong pour le design, et c'est uniquement disponible sur la Wii.

Gene de la jungle !

Le multi en local

 

 

 

 

 

 

 

Quant à LostWinds, voilà un jeu qui m'a agréablement surpris par son ambiance. C'est tout mignon, ça ne paye pas de mine, mais le gameplay est vraiment original, puisqu'il s'agit ici d'intéragir avec son personnage via le vent que l'on contrôle à l'aide de la Wiimote. On esquisse donc le souffle du vent pour faire sauter son personnage ou pour lancer des objets, orienter le feu d'une torche, etc. Un réel vent de fraîcheur, c'est le cas de le dire ! Je n'en suis encore qu'à 2 heures de jeu, mais je suis déjà complètement séduit par le concept. 

On se les gèle !

Sur la console virtuelle, j'ai téléchargé Sonic the Hedgehog 2. N'ayant jamais possédé de console Sega, c'était plus fort que moi (hum). Je dois dire qu'outre quelques parties chez des potes dans ma jeunesse et le fameux Sonic Adventure 2 Battle sur Gamecube (excellent d'ailleurs), je ne m'étais jamais trop attardé sur cette série, lui préférant le bon vieux Mario. Et je dois dire que cruelle est la déception, je trouve le gameplay trop limité, et surtout les niveaux vraiment moches et sans âme. Et puis il faut m'expliquer un truc : pourquoi dans le niveau 2 (si mes souvenirs sont bons) Robotnik sauve-t-il Sonic d'une mort certaine en le repêchant juste pour pas qu'il ne tombe dans la lave avant de l'aider à battre l'espèce de boss bizarroïde du niveau ? Non mais là, ça n'a ni queue ni tête... Je ne dis pas que c'est un mauvais jeu ni que ça a particulièrement mal vieilli, mais ça manque franchement de cohérence à tous les niveaux, et puis misère, un jeu dont le premier stage est aussi ridicule... Se sont pas foulés pour le coup chez Sega ! Pourtant, on m'avait dit que c'était un des meilleurs épisodes de la série... J'attends vos avis là pour m'expliquer ! Ah oui, rien à voir mais lors de ma première partie, ça m'a fait tout bizarre de devoir recommencer le jeu depuis le début, j'avais oublié la bonne époque des jeux sans sauvegardes, mais ça, c'est tout bon pour le challenge !

Sur ce, je vais me manger un hotdog au chili moi, ça me rappellera le dessin animé Sonic de mon enfance ;)

Ajouter à mes favoris Commenter (0)

Édito

 

L'essence même du jeu vidéo, c'est le fun, alors oublions toute notion de framerate, textures et haute définition et parlons enfin de l'essentiel : les sentiments ! Ici, point de regard expert, de mots english compliqués, de guéguerre stérile et autres attitudes cyniques, on se concentre sur le ressenti, ce qui ressort de nos parties les plus acharnées et les plus passionnées, on parle de ces moments qui marquent notre vie de gamer, en bien ou en mal, et surtout en long et en large ! Du jeu, du jeu et encore du jeu... 

 

 

- Jeux en cours -

 

The Legend of Zelda : A Link Between Worlds (3DS)

 

Super Mario 3D Land (3DS)

The Witcher 2 : Enhanced Edition (Xbox 360)

L.A. Noire (Xbox 360)

 - Jeux à venir -

Alan Wake (Xbox 360)

Luigi's Mansion 2 (3DS)

 

Archives