La narration dans le jeu vidéo

La narration dans le jeu vidéo

Par Leon9000 Blog créé le 15/09/11 Mis à jour le 03/02/15 à 18h43

Bienvenue sur ce blog explorant le vaste monde de l'écriture interactive. Dans mes articles, je me focaliserais principalement sur la narration et l'émotion véhiculées par les œuvres présentées, qu'elles proviennent du cinéma, des jeux vidéos ou d'autres médias. Je vous souhaite une bonne visite!

Ajouter aux favoris
Signaler
Cinéma (Cinéma)

 

  

 

  Ce n'est pas avec Only God Forgives que Nicolas Winding Refn trahira sa réputation. Véritable génie visuel, ce réalisateur a surtout une foi inébranlable dans le média qu'il exploite et n'a ainsi jamais oublié, contrairement à tant d'autres cinéastes, que le cinéma est une science de l'image avant d'être celle des mots. Sa nouvelle oeuvre expérimente ainsi de manière beaucoup plus assumée les éléments qui firent la gloire de Drive avec une narration minimaliste s'effaçant au profit d'une mise en scène brillante où les plans et le regard des acteurs en disent plus long que des dialogues. Le cadre de Bangkok offre de surcroît au cinéaste un lieu propice à la stylisation extrême de ses images où chaque scène sublimée est une nouvelle pierre dans l'édifice d'un univers hypnotisant. Et enfin au centre de ce foisonnement visuel se dressent les protagonistes dont l'iconisation est si réussie qu'elle ridiculiserait tous les films de super héros existants.

 

   Mais pourtant en dépit de ses similitudes, il est inutile de se mentir, Only God Forgives n'obtiendra jamais le triomphe unanime de Drive. En premier lieu car il s'agit bien évidemment d'un film beaucoup moins grand public où la luminosité de Los Angeles laisse place au cadre misérable et austère de Bangkok dans lequel la violence ne se contente pas de choquer mais dérange. Enfin parce que si Ryan Gosling incarne à nouveau un individu canalisant tant bien que mal sa colère, il ne s'agit pas cette fois ci d'un héros charismatique dominant son environnement mais d'un être fragilisé et meurtri dont l'espoir vain de retrouver une humanité perdue constitue la plus grande faiblesse. Mais au delà de ces changements beaucoup plus cohérents avec la filmographie de Refn (rappelons que Drive était une commande) , Only God Forgives dégage également un besoin de reconnaissance artistique et d'expérimentation qui divisera à nouveau.

 

  Encore plus contemplatif que son prédécesseur, ce nouveau film marque la confiance totale de Refn dans son talent de metteur en scène après les éloges de Drive mais cette assurance palpable conduit également le film vers l'excès où la frontière entre héros stylisé et poseur se veut plus mince. L'expérimentation visuelle s'applique également à la focalisation sur le chaos mental et la folie silencieuse des protagonistes véhiculant parfois une atmosphère déstabilisante et surréaliste que n'aurait pas renié David Lynch. Même si cela semble étrange à lire, Drive était ainsi un film beaucoup plus dans la retenue qu'Only God Forgives qui gagne en ambition et en générosité ce qu'il perd en accessibilité et en équilibre. Pourtant il est finalement inutile de se focaliser sur ses critiques au regard du véritable impact émotionnel suscité par cette oeuvre. Aussi hypnotique qu'éprouvant, faisant ressentir viscéralement les émotions de ses protagonistes, Only God Forgives est l'un des films qu'il faut vivre au cinéma pour ressentir pleinement cette atmosphère irréelle où pendant l'espace d'1h30, le spectateur est enfermé dans une expérience sensorielle hors normes. Et c'est bien là au bout du compte la finalité du cinéma. Juste estomaquant.

 

Ajouter à mes favoris Commenter (6)

Commentaires

Leon9000
Signaler
Leon9000
Ce n'est que mon avis personnel mais le visionnage de ces films a toujours été assez pénible, notamment Elephant symptomatique en la matière (que j'ai visionné plusieurs fois pour lui redonner une chance mais rien n'y fait).
Xoooooo2007
Signaler
Xoooooo2007
Traiter Gus Van Sant de fainéant, faut oser qd même. :)
Leon9000
Signaler
Leon9000
Alors je n'ai pas vu Gerry donc je ne me baserais pas sur ce film mais je suis personnellement un détracteur de Gus Van Sant dont la fainéantise et la prétention m'ont toujours beaucoup énervés. Même s'il adopte également un style très contemplatif, je n'ai jamais eu ce soucis chez Winding Refn qui, au delà d'être un metteur en scène infiniment plus doué et dont l'esthétique m'interpelle davantage, n'oublie pas d'insérer du sens dans ces images.

Après ce type de film ,ou d'expérience sensorielle car c'est vraiment de cela qu'il s'agit, joue énormément sur le ressenti. Je viens d'ailleurs une discussion très intéressante avec un ami cinéphile qui, même en reconnaissant le travail esthétique du film, n'a pas eu la même implication émotionnelle que moi. Même s'il a un côté expérimental plus hasardeux, Only God Forgives renoue vraiment à mes yeux avec les thématiques de la filmo de Refn tout en poussant plus loin son immersion dans un univers torturé et austère. Même s'il a ainsi beaucoup plus de défauts que Drive, je me rends compte avec le recul qu'il a un impact bien plus important sur moi. La preuve je n'arrive pas à fermer l’œil!
Les RetroBourrins
Signaler
Les RetroBourrins
Ça donne envie ! Cela dit, je suis très friand de bons dialogues dans un film ! ;)
Le silence est d'or c'est vrai, mais des fois ça peut être chiant...

Je me souviens du film Gerry de Gus Van Sant, visuellement c'est de toute beauté y a rien à redire là dessus, mais aucun dialogues, juste de la contemplation à l'état pur... Personnellement au bout d'un moment je décroche. En fait j'avais l'impression que le réalisateur se regardait filmer.

Ça n'a pas été le cas avec Drive, même sil y avait peu de dialogues, il se passait des choses et l'ambiance faisait accrocher direct !

Du coup j'appréhende un peu ce Only God Forgives, mais je suis quand même confiant ! ;)
Shadoux
Signaler
Shadoux
J'en bave déjà :B
MonkeyShadow
Signaler
MonkeyShadow
Hé ben tu viens de me donner encore plus envie de le voir :P

Édito

Un cinéphile, un gamer qui partage depuis longtemps sa passion à travers le net et arrive maintenant sur Gameblog. Outre mes critiques traditionnelles, vous trouverez dans la rubrique "articles principaux" des écrits de réflexion, ceux m'ayant demandé le plus de temps. Dans le soucis d'accorder plus de lisibilité aux articles (étant l'essence même d'un Blog) j'ai décidé de ne poster que mes vidéotests les plus importants dans ces pages.

Les liens ci dessous vous permettront de retrouver mes autres activités sur Internet, mes vidéotests et mes anciens articles sur mon premier Blog. Je vous souhaite une bonne visite sur ce site!

 

Mes vidéotests focalisés sur la narration dans les jeux vidéos

 

 

 Mon premier Blog

"Tous les films sont des rêves. Mais certains un peu plus que d'autres." David Lynch

 

Ma page SensCritique

Archives

Favoris