La narration dans le jeu vidéo

La narration dans le jeu vidéo

Par Leon9000 Blog créé le 15/09/11 Mis à jour le 03/02/15 à 18h43

Bienvenue sur ce blog explorant le vaste monde de l'écriture interactive. Dans mes articles, je me focaliserais principalement sur la narration et l'émotion véhiculées par les œuvres présentées, qu'elles proviennent du cinéma, des jeux vidéos ou d'autres médias. Je vous souhaite une bonne visite!

Ajouter aux favoris
Signaler
Cinéma (Cinéma)

Brad Pitt & Jessica Chastain. EuropaCorp Distribution

 

Difficile d'imaginer un titre plus approprié à cette oeuvre que celui de l'Arbre de la Vie, la volonté du film n'étant ni plus ni moins de dépeindre l'immense engrenage de la vie dans toute sa simplicité et sa complexité. Difficile également de rester de marbre devant la beauté esthétique et émotionnelle du film qui marque l'apogée du talent de Terrence Mallick quand il s'agit de capter la grandeur du monde. Les premiers gestes d'un nouveau né se succèdent après la naissance d'une galaxie, quelques larmes sont noyées dans le vacarme d'un océan, afin d'illustrer le mouvement d'un gigantesque univers dans lequel l'homme est une poussière, le cinéaste a accordé un soin admirable à la dimension visuelle du film de telle sorte que The Tree Of Life atteint une forme de pureté cinématographique quasiment invraisemblable.

L'intrigue ne comporte pas pour sa part de véritables rebondissements mais témoigne d'une véritable sincérité dans les questionnements qu'il apporte : l'oscillation entre le bien et la mal, l'évolution de la perception du monde à travers les âges, l'influence de la famille sur l'individu, le poids des souvenirs et de la mémoire. Un récit visiblement très personnel dans lequel chacun sera libre d'y retrouver ou non sa propre expérience. Il convient par exemple de souligner l'omniprésence dans le film de la thématique de Dieu, son impact sur le monde et l'incohérence de sa présence, une dimension religieuse qui trouvera difficilement écho auprès de ceux qui ne partagent pas cette croyance (et donc ces questionnements) . Il faut également admettre que le film demeure plus pertinent quand il se focalise sur les hommes à travers la famille au centre du récit que dans son exploration des mouvements de la nature et des galaxies où la narration devient inutilement confuse et presque prétentieuse. Malgré tout, comment ne pas succomber à ce déferlement de beauté où la magnificence de la vie est immortalisée à l'image et où les mots semblent faibles pour rendre justice à la création ? Un mot existe néanmoins pour cela, il s'agit de l'Art.

Brad Pitt. EuropaCorp Distribution

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

Leon9000
Signaler
Leon9000
Le film ne laisse en tout cas pas indifférent et a reçu autant d'éloges que de critiques, c'est peut être l'une des oeuvres avec laquelle il n'y a si rarement de juste milieu dans la réception du public. Je suis bien évidemment entièrement en désaccord avec toi mais je comprends cette réaction impulsive qui est partagée par beaucoup qui ne voient dans ce film qu'une prétention individuelle quand d'autres y voient une exploration sincère et émouvante des questionnements de la vie. Tu dis le film solitaire alors qu'il est pourtant universel dans ses thématiques, Mallick n'a pas voulu se percher sur un nuage mais au contraire créer une proximité avec le spectateur pris dans le tourment et l'agitation des sociétés modernes. Tree Of Life est peut être l'un des rares films de 2011 avec Black Swan qui traversera les âges, l'histoire décidera qui aura eu raison mais les réactions autour du film sont clairement excessives quelque soit la position adoptée, peut être le buzz suscité par la Palme d'Or y a joué inconsciemment.

Je te rejoins pour Darren Aronofsky qui m'a également beaucoup marqué mais là aussi beaucoup te diraient qu'il ne s'agit que d'une métaphore religieuse prétentieuse et teintée d'une naïveté adolescente, ce genre de récit qui propose une telle audace dans leur narration ne se font jamais recevoir en mâchant les mots.
masterblizzard
Signaler
masterblizzard
C'est au tour de Terrence Malick, auteur de bijoux tels que Les Moissons du ciel, La Ligne rouge et Le Nouveau monde, de se planter lamentablement. On pensait le bougre intouchable, cantonné aux chefs-d’œuvre ad vitam aeternam : il vient malheureusement nous apporter, avec The Tree of Life, la preuve ultime que mêmes les plus grands sont capables des pires erreurs.

The Tree of Life... de quoi ça parle ? D'un père autoritaire, voire cruel (incarné avec brio par Brad Pitt), qui échoue dans l'éducation de ses fils. De son seul fils survivant, 40 ans plus tard, qui se rappelle sa dure enfance, flashes-forward à la clé, plus anecdotiques qu'autre chose, sous-exploitant honteusement l'immense talent de Sean Penn (quel gâchis). De la création de la Terre, à grand coup d'icônes cosmiques et contemplatives volées à Kubrick et Ushuaïa Nature. D'un parasaurolophus miraculeusement épargné par un vélociraptor, grâce des images de synthèse approximatives, d'une hideur désarmante (une audace grotesque qui a tout de même réussi à faire rire une salle pleine à craquer de fans du cinéaste). Le tout commenté incessamment par une véritable chorale de voix-off chuchotantes, en une litanie à la morale judéo-chrétienne écœurante, à force de répétition. Les caresses langagières des précédents films de Malick troquent ici leur douceur contre un martèlement aussi subtil qu'une enclume métaphysique. Paradoxalement presque dépourvu de dialogues, The Tree of Life devient ainsi insupportablement bavard et finit par nous faire sombrer dans l'ennui le plus total. Pas le moindre ciment narratif à l'horizon, pas la moindre trace d'une quelconque cohérence scénaristique ou thématique. On subit littéralement un flot de paroles vides de sens, admiratives de leur poésie autoproclamée. On est très loin de la prière bouleversante qui structurait et donnait un sens décalé aux images du Nouveau monde.

Mais, non content de nous assommer avec cette bouillie indigeste de paroles horripilantes adressées à Dieu (rien que ça), Malick décide de nous achever en nous offrant un bouquet d'images soi-disant expérimentales, dont la splendeur glaciale finit par engendrer non pas un film, mais un gigantesque clip, un immense spot publicitaire, aux relents platement écolos, voire new age dans son dénouement, si on peut appeler ainsi la fin d'un film qui n'a ni queue ni tête. On se contrefout du scénario, du traitement des personnages, de l'émotion, on espère endormir la conscience du spectateur en lui en mettant plein la vue. N'ayant rien à raconter, le cinéaste se contente d'une enfilade, parfois mal montée, d'images sublimes. Une splendeur vaine qui ne trouve aucun écrin pour s'épanouir. On voit littéralement transparaître à l'écran la fierté du chef-opérateur, qui se targue de savoir créer des images bien chiadées, à grands coups de mouvements de caméra tarabiscotés. La même prétention insupportable qui hante les films de Gaspar Noé aurait-elle gangrené le cœur pur de Terrence Malick ? Espérons que cette manie n'est que passagère et qu'il se ressaisira bientôt, car The Tree of Life pue à plein nez le pseudo film d'auteur qui se gargarise de son incompréhensibilité, qui se croit supérieur à son spectateur, qui trouvera son public auprès de quelques intellos sinistres. Le cinéma est un art universel, à la portée de tous : avec The Tree of Life, véritable Sucker Punch sans action, Malick a sacrifié sa générosité habituelle pour une vulgaire séance de branlette cinématographique, nous balançant un film solitaire, qui se roule dans le foutre de son auto-contemplation, mais qu'on oubliera bien vite, sur les rivages poisseux de la médiocrité. En allant revoir le très sous-estimé The Fountain, de Darren Aronofsky.

Édito

Un cinéphile, un gamer qui partage depuis longtemps sa passion à travers le net et arrive maintenant sur Gameblog. Outre mes critiques traditionnelles, vous trouverez dans la rubrique "articles principaux" des écrits de réflexion, ceux m'ayant demandé le plus de temps. Dans le soucis d'accorder plus de lisibilité aux articles (étant l'essence même d'un Blog) j'ai décidé de ne poster que mes vidéotests les plus importants dans ces pages.

Les liens ci dessous vous permettront de retrouver mes autres activités sur Internet, mes vidéotests et mes anciens articles sur mon premier Blog. Je vous souhaite une bonne visite sur ce site!

 

Mes vidéotests focalisés sur la narration dans les jeux vidéos

 

 

 Mon premier Blog

"Tous les films sont des rêves. Mais certains un peu plus que d'autres." David Lynch

 

Ma page SensCritique

Archives

Favoris