La narration dans le jeu vidéo

La narration dans le jeu vidéo

Par Leon9000 Blog créé le 15/09/11 Mis à jour le 03/02/15 à 18h43

Bienvenue sur ce blog explorant le vaste monde de l'écriture interactive. Dans mes articles, je me focaliserais principalement sur la narration et l'émotion véhiculées par les œuvres présentées, qu'elles proviennent du cinéma, des jeux vidéos ou d'autres médias. Je vous souhaite une bonne visite!

Ajouter aux favoris
Signaler
Jeux Vidéos (Jeu vidéo)

 

La découverte tardive d'un jeu sacralisé durant des années par la critique occasionne toujours une méfiance instinctive et une approche plus exigeante à son égard. Le gamer aguerri met au défi le chef d’½uvre salué d'être à la hauteur de sa réputation, attendant de trouver le défaut de taille qui n'aurait pas survécu à l'épreuve du temps. Mais avec cette approche, Uncharted 2 entraîne dés sa première heure étonnement et incrédulité tant les défauts explicites de gameplay s'accumulent à un point où il devient incompréhensible que le jeu ait pu devenir le mastodonte de la Playstation 3 au delà de sa performance graphique.

Il apparaît rapidement évident que l'expérience se dissocie en trois catégories majeures : plate forme, infiltration et action. La plate forme recopie sans aucune honte tous les éléments de gameplay de Prince Of Persia : Sands Of Time mais outre ce manque flagrant d'originalité, l'escalade témoigne d'un dirigisme extrêmement prononcé. Les habitudes d'Assassin's Creed de vouloir s'accrocher à tout objet potentiellement atteignable sont ici très vite dérangées et de manière globale Uncharted 2 est un véritable film interactif, forçant le joueur à se placer là où sa caméra spectaculaire l'entend. Usant jusqu'à la moelle du traditionnel contrôle indirect du joueur par l'intermédiaire d'un autre personnage, Naughty Dog place en permanence Nathan Drake accompagné, non pas pour apprécier leur compagnie (la qualité des dialogues étant de surcroit relative) mais pour que le joueur suive naturellement son compagnon, sans trop se douter de la linéarité du niveau qu'il traverse.

L'infiltration quant à elle est catastrophique et manque de bol, le premier niveau du jeu lui est consacré. Entre un héros se déplaçant bien trop rapidement, une IA lamentable et des animations d'exécutions ridicules, l'ensemble n'est pas crédible une seconde ni même franchement amusant à jouer, le basculement entre l'action et l'infiltration étant bien moins mené que la trilogie Arkham de Rocksteady. L'action quant à elle s'en sort honorablement, le feeling des armes est convaincant tout comme le mini système de corps à corps, le soucis est que le TPS est un genre bien trop représenté sur la dernière génération et cet Uncharted ne tire pas vraiment son épingle de jeu, de par ses ennemis qui renvoient tous à des archétypes déjà connus.

Bref la première impression est loin d'être flatteuse et pourtant malgré toutes ces déceptions, le jeu dégage un pouvoir d'attraction certain faisant se demander comment l'expérience peut être si plaisante malgré la banalité de son gameplay initial. Il y a bien sûr la mise en scène vertigineuse du titre, assurant un spectacle époustouflant et témoignant d'une inventivité incroyable dans la manière d'embellir une action somme toute basique. Il y a la beauté esthétique du jeu, pas technologique car à l'arrivée de la next gen la prouesse graphique du titre n'est plus la même, mais la direction artistique est tellement soignée que le jeu demeure encore un régal visuel, véhiculant un émerveillement d'aventure toujours intact. Mais ces éléments ne sont que des composants secondaires d'un enrobage beaucoup plus riche qui confère à Uncharted sa saveur : son exceptionnelle gestion du rythme.

 

 

De nombreux Game Designers font encore l'erreur de considérer qu'une intensité continue de l'action dans un jeu va entraîner une implication croissante du joueur dans l'aventure. Mais une véritable immersion émotionnelle ne s'opère non pas avec un crescendo constant mais avec une subtile alternance de moments de bravoure et d'actions plus posées, offrant au joueur littéralement une pause lui permettant de recadrer son attention dans le jeu. Et si de nombreux jeux vidéos ont parfaitement assimilés cette alternance, Uncharted sublime véritablement ce concept. Si les éléments de gameplay brut du jeu peuvent paraître quelconques, leur alternance a bénéficié d'un soin remarquable renouvelant en permanence l'attention du joueur.

Qu'il s'agisse d'une plus longue séquence de plate forme succédant à un âpre combat, de la scène contemplative au Tibet après la suffocante traversée du train, de l'infiltration discrète ou encore des énigmes simples mais renforçant admirablement l'atmosphère, la force d'Uncharted tient autant dans les moments de pauses qu'il introduit entre ses affrontements que dans son action effrénée.

Et pourtant quelle action! Cette parfaite gestion du rythme est de surcroît enrichie par une folle inventivité dans la manière de diversifier les affrontements offrant l'enrobage spectaculaire pour rendre épique un gameplay simpliste. A nouveau de la même manière qu'un film d'aventure, chaque joueur aura sa scène de préférence, son moment de bravoure préféré se démarquant du reste de l'action. Une inventivité appuyée par une géniale générosité dans les environnements traversés, la diversité visuelle du jeu jouant beaucoup dans le sentiment d'aventure véhiculé.

Un enrobage parfaitement maitrisé qui permet à Uncharted de s'affranchir des impressions initiales mitigées pour s'imposer comme le génial divertissement auquel il prétend. Il faudra bien sûr accepter le dirigisme omniprésent du jeu sous peine de passer à côté de l'expérience dont vous ne manquerez pas alors de raisons pour la critiquer. Et il faudra malheureusement faire avec un scénario médiocre dont les seules réussites reposent sur son héros aussi naïf qu'attachant et sa gestion du mystique plutôt bien traitée. Le reste accumule les stéréotypes en tout genre qu'ils proviennent des protagonistes ou des dialogues trop souvent navrants, à se demander comment la scénariste de la série peut bénéficier d'une aussi bonne réputation en ayant recyclé autant de clichés sans retenue.

Avec le recul, Uncharted n'est peut être pas le chef d’½uvre intemporel qu'il se proclamait à sa sortie mais demeure un beau jeu d'aventure et une belle leçon de maitrise vidéoludique. Mais le classicisme de son gameplay rend toutefois certain le fait qu'il sera un jour surpassé dans son domaine lorsqu'un jeu proposera un enrobage épique et une maitrise du rythme encore supérieurs. En attendant pas de raison de se priver d'un tel plaisir jubilatoire de jeu vidéo.

 

Voir aussi

Jeux : 
Uncharted 2 : Among Thieves
Ajouter à mes favoris Commenter (30)

Commentaires

Spooky54
Signaler
Spooky54

En fait, ce qui permet de voir la linéarité des Uncharted et The last of us est de les regarder en Speedrun.
Les joueurs n'ont pas de techniques pour aller plus vite à la fin de niveau, de petits exploits et autres.
Ils savent où passer, ne cherchent pas et passent malgré tout aux mêmes endroits que nous, juste qu'ils le font rapidement.
Résultat : on s'ennuie dans ces speedrun. Car rien d'extraordinaire à part une profonde connaissance du jeu.
La linéarité saute véritablement aux yeux et l'aspect couloir et cinématographique saute littéralement aux yeux.

Alors mêmes si j'ai adoré les jeux au point d'avoir fait le cosplay de Nathan Drake maintes fois, oui le jeu est linéaire et n'est pas exactement un jeu d'aventure, sorti du dépaysement.
Même un Tomb Raider Underworld est meilleur coté aventure/exploration.

 

Tu dis ça comme si Underworld était un mauvais jeu. Selon les recherches et besoins du joueur, Underworld peut être nettement supérieur à Uncharted. (et c'est valable pour la majorité des Tomb Raider)

JamesCr
Signaler
JamesCr
En fait, ce qui permet de voir la linéarité des Uncharted et The last of us est de les regarder en Speedrun.
Les joueurs n'ont pas de techniques pour aller plus vite à la fin de niveau, de petits exploits et autres.
Ils savent où passer, ne cherchent pas et passent malgré tout aux mêmes endroits que nous, juste qu'ils le font rapidement.
Résultat : on s'ennuie dans ces speedrun. Car rien d'extraordinaire à part une profonde connaissance du jeu.
La linéarité saute véritablement aux yeux et l'aspect couloir et cinématographique saute littéralement aux yeux.

Alors mêmes si j'ai adoré les jeux au point d'avoir fait le cosplay de Nathan Drake maintes fois, oui le jeu est linéaire et n'est pas exactement un jeu d'aventure, sorti du dépaysement.
Même un Tomb Raider Underworld est meilleur coté aventure/exploration.
J3r3my
Signaler
J3r3my
C'est vrai, dans The Last of Us, l'infiltration est encore perfectible mais bien mieux calibrée et heureusement puisque c'est plus mis en avant étant donnée le style du jeu.
Par contre, on sent que The Last of Us est un aboutissement de toute l'expérience qu'ils ont acquis dans la série Uncharted notamment en terme de narration.
Leon9000
Signaler
Leon9000
Et bien merci pour ton commentaire. :) J'ai hâte de recommencer le jeu pour découvrir cette fameuse VF d'autant que je suis souvent un défenseur des doublages français et j'aime bien Bruno Choel. Par contre en VO, Nolan North est un bon acteur mais avec mon habitude de jouer à Assassin's Creed en Anglais, j'avais trop souvent l'impression de réentendre Desmond Miles, ce qui n'aidait pas au charisme du héros. :P

Concernant l'infiltration, je suis en train de The Last Of Us et faut admettre que les progrès en la matière sont quand même conséquents même s'il reste quelques lacunes. ;)
J3r3my
Signaler
J3r3my
Très bon article. Dans le fond, je suis plutôt d'accords avec toi mais je suis un peu moins sévère tout de même. Oui le gameplay n'est pas révolutionnaire mais il est efficace et maîtrisé (sauf l'infiltration. Mieux vaut s'abstenir de mettre ces phases de jeux si elles ne sont pas au point). Sur le côté plate-forme, je trouve justement que le dirigisme sert le côté narratif et cinématographique du jeu. Oui, ces phases ne sont d'aucune difficulté mais sa permet de gérer le rythme et grâce aux plans de caméra choisi elles deviennent impressionnantes visuellement et plaisantes à jouer.
Je pense qu'il a eu son titre de chef d'oeuvre grâce à une gestion juste parfaite du rythme (d'ailleurs bien meilleur que le 3 au passage), à une histoire certes basique mais captivante, à un personnage principal attachant et charismatique, des personnages secondaires intéressants, des doublages très au dessus de la moyenne (surtout en FR) et une patte graphique absolument remarquable.
Voilà j'ai fais un peu long mais ton article m'a inspiré.

Édito

Un cinéphile, un gamer qui partage depuis longtemps sa passion à travers le net et arrive maintenant sur Gameblog. Outre mes critiques traditionnelles, vous trouverez dans la rubrique "articles principaux" des écrits de réflexion, ceux m'ayant demandé le plus de temps. Dans le soucis d'accorder plus de lisibilité aux articles (étant l'essence même d'un Blog) j'ai décidé de ne poster que mes vidéotests les plus importants dans ces pages.

Les liens ci dessous vous permettront de retrouver mes autres activités sur Internet, mes vidéotests et mes anciens articles sur mon premier Blog. Je vous souhaite une bonne visite sur ce site!

 

Mes vidéotests focalisés sur la narration dans les jeux vidéos

 

 

 Mon premier Blog

"Tous les films sont des rêves. Mais certains un peu plus que d'autres." David Lynch

 

Ma page SensCritique

Archives

Favoris