Le blog de l'Inutile

Par Magpie Blog créé le 24/12/11 Mis à jour le 06/08/15 à 09h51

Tout ce qui parait absolument dispensable, comme mon point de vue, ma vision du jeu vidéo, des débats à la con... Bref, comme un Ipad, mon blog est inutile mais tout le monde l'aime!... Ou pas!

Ajouter aux favoris
Signaler
Le point de vue à la con du mois

Ca pue le soda pas frais, par ici Ca pue le soda pas frais, par ici...

 

Comme beaucoup, j'ai grandi avec Joypad, Playstation Mag, et autres. Comme beaucoup, j'ai apprécié la liberté de ton des journalistes de la presse spé jeu vidéo, leur capacité à démonter un jeu, parfois même avec une telle force que cela en devenait comique.

Mais depuis, les choses ont bien changé. Beaucoup se demandent aujourd'hui si les journalistes du milieu du jeu vidéo sont aussi indépendants que par le passé. Parfois ceux-là même balaient cette question d'un revers de main, prétextant que cela n'intéresse "personne". Pourtant, force est de constater que sur les forums de la plupart des sites spécialisés, chaque testeur ou rédacteur en prend régulièrement pour son grade... "Comment on peut donner une telle note à un jeu aussi pourri", "de toute façon tout le monde sait que c'est un vendu", etc... Mais de quoi parle t-on?

En tant que simple lecteur, je suis toujours Gameblog (et d'autres) avec attention. Malgré les défauts du site (la pub, effectivement présente de manière presque outrancière, des jeux parfois un peu trop mis en lumière, à l'image d'Heavy Rain), il me semble pourtant que ce site n'est pas "vendu" comme certain(e)s peuvent le penser. Bien évidemment, on peut toujours se poser quelques questions, et de manière très légitime. Mais ici, on parle de conflit d'intérêt, de corruption.


Comment la corruption pourrait-elle s'exprimer dans les médias spé? Par exemple par des tests réécrits, des critiques censurées, ou des notes étonnamment élevées pour un jeu qui est connu pour sa mauvaise qualité globale. La première véritable affaire de ce type qui me vient à l'esprit, c'est celle de Game One en 2002. Une sacrée affaire d'ailleurs. Après avoir pris le contrôle de la chaine quelques temps auparavant, Infogrames profite de sa position pour mettre la pression sur la rédac' de la chaine, dans l'objectif d'avoir des tests plus consensuels, notamment à l'égard des propres jeux de l'éditeur.

Rappelez-vous de ce test de "Tintin Objectif Aventure", un jeu de plate-forme bien pourri, descendu en flamme par Marcus et achevé par la rédaction lors de la review dans l'émission "Game Zone". Quelques jours plus tard, après que la quasi-totalité des journalistes de la chaine aient décidés de quitter le navire, le test est réécrit et rediffusé, les Level One trop "agressifs" envers les jeux Infogrames sont retirés des programmes... Bref, ça sentait bien le moisi. D'ailleurs, Infogrames se verra obligé de reconnaitre ses tords sur le terrain judiciaire.


GameZone - Marcus a raison par Dhjiz

A-t-on des affaires de ce type aujourd'hui? Pour parcourir les différents sites spé, je n'en n'ai pas l'impression. Pourtant, on remet toujours en cause la parole des testeurs. Evidemment, on peut ne pas être du même avis que le journaliste qui rédige un test, mais faut-il forcément en conclure au conflit d'intérêt, à la corruption? On peut éventuellement s'étonner que les différents sites de jeux vidéo passent sous silence des jeux triple A dont le contenu est ultra bugué, comme par exemple Assassin's Creed 3 ou Fifa 13. Mais cela peut s'expliquer, parfois, souvent même, par le fait que les éditeurs viennent probablement leur dire: "ceci est une version pré-commerciale, il y a des bugs qu'il n'y aura pas dans la version finale!". Dans ce cas, quelle position prendre?

Alors oui, biensur, il y a aussi la pub. Parfois envahissante, elle peut laisser penser que le site est "vendu" à l'éditeur du jeu en question. Pourtant, à l'âge d'or de la presse spé, les conditions étaient les mêmes: les magazines étaient remplis de pubs de jeux dont les tests étaient présents dans ces mêmes pages, et pourtant, ces titres étaient parfois cassés par les différentes rédactions. Et à l'époque, ça ne choquait personne.

Il y a aussi ce problème des "ménages": ces journalistes qui vont vanter les mérites d'un jeu lors d'une vidéo de promotion. Le premier que j'ai vu dans ce rôle était Marcus, le même Marcus de (feu) Game One, Nolife, etc, qui a ensuite travaillé pour Micromania. Quelqu'un qui a démissionné d'une chaine pour sa liberté de ton peut-il dans le même temps se "vendre" à des éditeurs? Il faudrait être schyzophrène pour cela. A l'époque, pourtant, je m'étais posé quelques questions. Mais quand j'ai vu qu'il faisait la promotion de vrais bons jeux, ça ne m'a pas plus dérangé que ça. Le pire aurait été qu'il s'enflamme pour un jeu de merde.

Non, ce qui me choque le plus en réalité, c'est l'ambiance qui s'était installée dans l'émission "Arrêts Sur Images" qui traitait le sujet. Entre un JulienC un peu trop sûr de lui et les deux camarades de GK et Canard PC constamment en train de s'enorgueillir de leur carte de presse, comme d'une preuve de leur honnêteté, et de pouffer devant les propos de leur collègue mais néanmoins concurrent de Gameblog... Merci l'ambiance!

Pourtant, la solution serait plutôt à l'union pour les journalistes. Parce que oui, la presse spécialisée a besoin des pubs des éditeurs pour vivre. Cette même presse spé qu'on sent parfois sur un fil, entre critique de jeu mais aussi volonté de survivre quitte à faire des compromis. Mais il ne faut pas oublier que les éditeurs ont aussi besoin de ces sites pour faire parler de leurs jeux. Bien évidemment, les forces sont inégales: Sony/GK, un combat un peu perdu d'avance, non? Alors pourquoi ne pas se rassembler et fonder un syndicat? Pourquoi ne pas montrer aux éditeurs que les journalistes peuvent aussi se défendre quand il le faut? Car pour que la presse jeu vidéo, il faut qu'elle soit soutenue par des lecteurs qui puissent accorder leur confiance au testeur. Le fait de jeter un voile pudique sur toutes ces affaires ne fait que renforcer la suspicion...

 

Ajouter à mes favoris Commenter (5)

Commentaires

Impli
Signaler
Impli
Julien se fait descendre uniquement parce que c'est le seul à critiquer certaine pratique alors qu'il est le premier à en abuser. Tout comme il décrit les journalistes pour insister sur le fait qu'il n'a lui même pas la carte de journaliste pour ensuite dire qu'il est journaliste.

Quant aux pseudo-mépris qu'Ivan peut avoir sur le Web comme Julos peut le prétendre. C'est parfaitement subjectif. Il ne méprise pas le Web, bien au contraire. Juste qu'un mec comme JulienC est l'exemple même du genre de bonhomme qui fait que la "presse" numérique se porte si mal. Et il ne méprise pas le Web, c'est juste que Canard PC est un journal sous format papier et que donc - par extension - le modèle économique, et les problèmes qui en découlent, ne le concerne pas directement.


Si après, pour vous, une émission est "n'importe quoi" parce qu'elle n'encense pas un rédacteur de GB, libre à vous ...
julos31
Signaler
julos31
"Arrêt sur image" j'ai trouvé que c'était n'importe quoi, Julien Chiéze c'est fait descendre par tout le monde surtout pas le mec de canard pc qui m'a gonflé avec son mépris sur internet.Nous on est sur papier, on est les meilleurs, on fait de l'humour, on a rien à ce reproché.j'ai trouvé le mec de canard pc anti-pathique.
Cedric
Signaler
Cedric
En même temps si ce que fait "arrêt sur image" c'est du journalisme, je vois pas la différence avec ce qu'il "semble" vouloir dénoncer.
Entre l'émission et les articles de leur site, les infos sont volontairement partielle, les vidéos montées afin appuyer leur thèse et les propos des autres sont déformés...
S'il y a un problème dans la presse spé? Peut être oui, mais il en découle d'un problème de la presse en général.
Alors je préfère les ménestrels qui s'en détachent, et qui justement dérangent cette presse qui se bouffe le nez. Et je parle en général, parce que si GK pense être sorti grandi de cette émission en ayant aidé "arret sur image" à "descendre" JulienC...
sorento
Signaler
sorento
Je pense que arret sur image a mis en lumière que la presse préfère se bouffer entre elle que s'unir contre les editeurs...
afterburner
Signaler
afterburner
C'est un pdv qui se défends, mais il est peut être trop tard pour l'utopie du "tous unis contre la corruption".
Certains se veulent définitivement indés de toute connivence avec l'industrie et de moins de pub possible et ils y arrivent très bien (CPC, Since 2003).
D'autre essaient d'être le plus objectif possible tout en essayant d'apporter un contenu sympa et je dirais "insider" avec des reportages dans les studios qui forcément, découle d'une relation avec les attachés de presse et autres joyeux drilles de l'industrie.
Dans ce cas précis, je foutrais allègrement JV.com, GK et Gameblog. Il ont quand meme une liberté de ton assez claire (Activistion gate chez Gameblog, Blacklisting Sony chez GK, et clairement, liberté de note chez JV.com, qui d'ailleurs, si je me souviens bien, achètent les jeux pour les noter dès qu'il le peuvent, à défaut de versions envoyées par les éditeurs)
Et puis il y a les autres, qui y arrivent peu ou prous et nous servent de la soupe (coucou JT GameOne 2012)...
C'est devenu comme à la télé, t'a Arte et ses Théma/Dessous des Cartes/Mercredi de L'Histoire et TF1 et ses Secret Story.
Tu fais ton choix, point barre.

Encore heureux que l'on en ai, du choix.
Le blog de l'Inutile

Édito

Le monde du jeu vidéo est d'une richesse extraordinaire. Seulement, il semble qu'on ait mal choisi son nom. Car oui, dans "jeu vidéo", il y a "jeu", donc loisir pour gamin ou pour personnes immatures. Et en plus, c'est violent, qu'ils disent, les grands!

Mais heureusement, en plus d'être des serials killers à force de buter du soviétique ou de l'extraterrestre à deux balles, en plus d'être des obsédés en passant notre temps à regarder Lara se déhancher sur une plateforme fait en bois pourri péruvien, nous sommes aussi... des passionnés. Et c'est sûrement ça le pire. Paix à notre âme, "j'ai envie de dire!".

Si l'on rajoute à cela l'inutilité de ce loisir (c'est mieux de bosser comme un conn...d 72h par semaine), autant dire que nous sommes mal partis pour vivre notre future vie d'adulte responsable! (et chômeur).

Donc, si vous n'avez que ça à faire, si vous pensez que ce qui est inutile est indispensable, si vous aimez lire des tests bien peu objectifs et payés (j'aimerais bien!) par l'éditeur qui a lamentablement acheté ma conscience de joueur puéril, si vous pensez que les sujets débattus ici sont d'une débilité sans nom, et surtout, si vous pensez que ce blog ne sert à rien... Vous êtes ici chez vous!

 

Bienvenue, bonne lecture, et pour les autres, adieu.

 

Archives