Le Blog de Latoun64

Par Latoun64 Blog créé le 12/12/09 Mis à jour le 23/07/12 à 19h43

Ajouter aux favoris
Signaler
Cinéma

 

Quatorze ans après sa sortie en France, retour sur Dingo et Max, dessin animé dédié au célèbre personnage de Disney et à son fils.

Premier long-métrage à avoir pour héros le célèbre personnage de Disney, Dingo et Max ne paie de prime abord pas de mine. Pourtant, il se révèle un dessin animé original et touchant.

Conçu pour une grande part dans le studio Disney de Montreuil, ce film sorti chez nous au cinéma en 1996 (1995 aux Etats-Unis) raconte l'histoire de Max, jeune adolescent méprisé par ses camarades et amoureux de la belle Roxanne, qu'il tentera, à la veille des vacances, de conquérir grâce à un concert improbable qui remplacera le discours de fin d'année du proviseur. Mais son père, Dingo, coupe court à ses espoirs en décidant de l'emmener camper...

S'il se destine d'abord à une cible familiale, Dingo et Max se révèle bien différent de la majorité des dessins animés. De fait, le film est centré sur la relation entre père et fils, qu'il traite avec justesse, notamment au travers des chansons (traduites en français ou interprétées par Tevin Campbell, dont est inspiré le personnage de la rockstar Powerline), toutes très accrocheuses, qui ponctuent les moments forts de l'histoire. Les nombreux gags et les situations loufoques se situent certes dans la droite lignée des dessins animés Disney, mais ils n'enlèvent rien à l'originalité du film, voire s'y mêlent parfaitement.

A lui seul, le début de l'histoire résume les qualités de celui que l'on appelle, en version originale, A Goofy Movie. Le film s'ouvre par un rêve de Max, puis son réveil pour le dernier jour d'école. Très vite, on en apprend beaucoup sur ces personnages attachants et leur caractère, comme la fragilité de Max, prêt à tout, à quelques heures des vacances, pour séduire Roxanne. Mais ce n'est qu'un exemple, car on retrouve tout le long de l'aventure une maturité peu commune aux dessins animés Disney, entre un Dingo qui veut sauver son fils de la chaise électrique et une scène angoissante et apocalyptique.

Bien qu'inégal (avec quelques passages moins intéressants à un tiers environ de l'histoire), le film ne se départit jamais de sa sensibilité, à l'image d'une scène où Max et Dingo, assis sur leur voiture, qui flotte sur l'eau après leur dispute et un accident, chantent ensemble pour l'un des plus beaux moments de l'aventure. Dans ce long voyage qui mènera finalement père et fils jusqu'à Los Angeles, on retrouve toujours aussi le mélange entre la maturité inhabituelle évoquée plus haut et l'extravagance des situations, parfois complètement farfelues.

Un détail en dit long sur les qualités de Dingo et Max : ici, si Pat (le célèbre ennemi de Mickey, cette fois collègue de Dingo et père de P.J, lui-même ami de Max) a en quelque sorte le mauvais rôle, il n'existe pas de méchant à proprement parler. Mélange de gags et de scènes touchantes, ce dessin animé qui aborde comme rarement les relations entre père et fils, sublimé par un joli dessin, s'avère à la fois sensible et juste. Et dire qu'il date de 1995... On pourrait d'ailleurs le croire oublié, mais les commentaires nostalgiques fleurissent à son sujet sur YouTube.

Une suite à ce Dingo et Max a plus tard vu le jour. Dingo et Max 2 Les Sportifs de l'Extrême (2000), en effet, raconte quant à lui l'entrée de l'adolescent à l'université, où il essaiera, avec ses amis Boby et P.J. (tous deux déjà vus dans le premier épisode), de remporter le grand tournoi de sports extrêmes organisé chaque année. Mais Dingo, renvoyé de son travail, sans diplôme et triste de voir son fils s'éloigner, va revenir s'asseoir à ses côtés sur les bancs de l'école...

Ce Dingo et Max 2 m'a en revanche beaucoup déçu. Et autant expliquer ce qui m'a plu dans le premier épisode est difficile, autant les défauts de cette suite me paraissent bien clairs, tout en faisant ressortir les qualités de l'opus original.

Tout d'abord, Dingo et Max 2 reprend le thème principal de son prédécesseur, mais cette fois sans talent : la relation entre père et fils est similaire à celle du premier épisode, avec plus de lourdeur (le film en fait parfois trop pour montrer un sentiment). Et d'un autre côté, Les Sportifs de l'Extrême renie parfois l'identité de la série, en supprimant le personnage de Roxanne et en faisant de Boby, camarade de Max autrefois utile mais peu en vue, son meilleur ami avec P.J. (Dingo, quant à lui, n'est plus photographe dans un supermarché, mais travaille à l'usine).

De plus, les trois « sportifs de l'extrême » fans de skate passent leur temps à lever la main en l'air et crier « Ouais, on va gagner ! » comme des gamins, loin des personnages crédibles et attachants du premier épisode. Dans l'ensemble, la relation entre père et fils, malgré ses défauts, se révèle d'ailleurs plus intéressante que la nouvelle vie de Max à l'université - bien que les deux soient mêlés -, qui introduit des personnages sans intérêt. Enfin, contrairement au premier Dingo et Max, les méchants - tricheurs et manipulateurs - sont clairement identifiés...

Seules deux scènes réussies (la danse et surtout le rêve de Dingo), accompagnées par de très bonnes chansons - en anglais cette fois-ci -, apportent un peu d'intérêt à ce Sportifs de l'Extrême. Moins plaisante esthétiquement, cette suite n'est au bout du compte qu'un dessin animé standard, très loin de ce qu'apportait l'opus original.

Si j'ai vite oublié cette suite qui n'en est pas vraiment une, le premier Dingo et Max me plaît, lui, toujours autant. Pour son humour, son originalité et sa justesse, je le regarde à chaque fois avec le même plaisir.

Ajouter à mes favoris Commenter (2)

Commentaires

Latoun64
Signaler
Latoun64
Pareil, encore une fois, j'ai beaucoup aimé la scène du rêve dans le 2. Elle est à la fois trois originale visuellement et dans la lignée du premier Dingo et Max (qui commençait par un rêve).

Merci pour ton commentaire, en tout cas.
Chanky
Signaler
Chanky
Ah Dingo et Max toute mon enfance ça.

Bon j'avais aussi préféré le 1 mais je me souviens de la scène du rêve de Dingo dans le deux qui m'a particulièrement marqué.

Sinon ça me donne vraiment envie de me les regarder encore je vais finir par acheter ce coffret dvd qui me fait de l'½il sur amazon :P

Édito

En plus des tests et articles que je poste parfois dans la rubrique "Gameblog est à vous", j'essaie d'aborder sur ce blog des sujets variés : jeux, disques, films... N'hésitez pas à donner votre avis ;).

Archives

Favoris