Premium
Lands of the Geek

Lands of the Geek

Par Waylander&Kevane Blog créé le 02/01/12 Mis à jour le 09/02/14 à 19h12

Bienvenue à tous sur notre blog, nous sommes Waylander&Kevane. Deux geeks qui ont en commun une passion : les Jeux Vidéo. Ici vous trouverez tout ce qui composent nos univers, jeux, films, mangas, musiques, objets collectors ou non. Enjoy the ride ! Peace.

Ajouter aux favoris

Édito

 
 
Rejoignez nous sur Facebook
 
________________________________
 
    
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Image IPB

 
 
 
___________________________________
 
 
 
 
 

 
___________________________________
 
 
Nos machines de Geek :
 
 
Master System
MegaDrive
3DO
 
N64
Playstation
 
Playstation 2
 
Playstation 3
Xbox 360
 
PS Vita
Nintendo 3DS
 
Wii U
Playstation 4
 
 
 
___________________________________
 

Archives

Favoris

Signaler
Dossiers

Non, le titre de cet article n'est pas un résumé de ma dernière nuit en forêt, son rôle est purement racoleur et n'à d'autre but que de vous amener à lire cet article. Donc aujourd'hui parlons du viol, car si il est bien un sujet qui soit encore plus risqué que le sexe dans le jeu vidéo, c'est bien l'insertion forcé d'un corps étranger dans un organisme vivant (définition pénale du terme).

 

 Étrangement si l'on parle facilement de guerre et de tout ce qu'elle entraine : pillage, meurtre, torture, génocide (cf: world of warcraft, on l'on peux jouer au petit Hitler en affirmant la supériorité de sa race sur une autre), le viol reste un sujet peu présent. Du moins en apparence et ce grâce à Famille de France qui fais un travail extraordinaire ! Notamment sur des jeux comme "Rules of Roses" et "GTA" qui ne sont que du nazisme ordinaire.

 

Nos amis inquisitoriaux qui chassent le mal et le démon où qu'ils soient ! Un grand merci !

 

 

En matière de viol dans le Jeu Vidéo on distingue clairement deux visions de la chose.

 

L'une que je peux qualifier d'occidental, dans ce cas le viol est employé comme élément scénaristique fort. J'en prend pour exemple Silent Hill avec Tête de Pyramide qui viole et dévore une ... (remplissez selon votre imagination), cette scène est tout sauf gratuite elle sert totalement l'ambiance du titre qui nous pousse dans nos derniers retranchements, entre peur, dégout et luxure. J'en veux pour preuve les fameuse infirmière que l'on croise dans l'hôpital et devant lesquelles on hésite entre fuir, vomir ou avoir une coupable érection.

 

 

a) fuir

b) l'abattre

c) lui faire follement l'amour

d) l'abattre et lui faire follement l'amour

 

Mais le viol peux aussi être utilisé à contre pieds, pour nous inciter à la compassion envers un personnage, comme récemment avec la polémique sur Lara Croft. Parfois le viol est aussi marketing, mais jamais de façon direct, l'éditeur laissant le net créer le buzz : "ouais maintenant on pourra violer des putes et voler leurs sacs, trop lol XPDR" pourra-t-on lire sur le blog de Kevin à l'annonce du prochain GTA .

 

 

 Trop swaaag mamzelle jpe tvioler ?

 

Bref en occident le viol existe dans le jeu vidéo, mais toujours de façon scénarisé et jamais ludique. Je tiens à souligner que dans ces mêmes jeux les relations sexuelles, sont plus souvent tarifées que mutuellement consentie, le jeu vidéo ne pousse donc pas au viole, mais à la fréquentation des hétaïres (tout comme 90% des footballeur, qui passeront environ 3 jours sur le dernier mot de la phrase).

 

 

C'est quand même meilleur quand c'est gratuit non ?

 

La deuxième façon d'appréhender le viol dans le jeu vidéo, est orientale et je pourrais même dire japonaise (si vous me permettez d'exclure Kuster's Revenge sur Atari). J'entends déjà gronder le murmure pré-pubère des emo/punk/ gothique/lolita, cosplayeuses compulsives et cultistes d'Hello Kitty, qui refusent que l'on ose dire du mal de la sacrosainte archipel. A celle-çi je dirais d'aller découvrir les multiple emplois de leurs organes qui n'ont pas qu'une simple fonction urinaire et de me laisser finir en paix .

 

Je me dois de concéder que dans un soucis d'intégrité éditorial j'ai essayé les jeux dont je vais parler.

 

Dans un précédent article j'évoquais le marché des Eroge et citais un titre particulier "Rapelay" qui à défrayé la chronique. Là commence la deuxième utilisation du viol dans le jeux vidéo, non plus comme simple élément scénaristique, mais comme mécanique de gameplay. Soyons claire Rapelay est une bouse vidéoludique, mais aussi un très mauvais Eroge, voici un résumé du jeu :

 

 

Prometteur ? Non juste Racoleur 

 

 
Vous incarnez un jeune pervers et poursuivez trois soeurs d'une même famille (collégienne, lycéenne et mature), celles-ci vous on faites emprisonner et pour vous venger vous décidez de les violer. Premièrement vous suivez l'une des filles, ensuite vous la tripotez dans un lieux publique (sans qu'elle se défende) puis vous la violez dans un autre endroit (sans plus de difficulté) et alors elle tombe sous votre charme. Vous pourrez alors à loisir répéter des scène de sexe minable avec un graphisme dégueulasse et un moteur physique incapable de représenter une pénétration (en gros vous vous frottez contre elle), le but ultime étant de rendre ces 3 filles totalement amoureuses de vous et de les mettre enceintes. Bref Illusion Sofware rajoute du viol dans son jeu comme on met de la vaseline sur une bouteille de Perrier pour mieux la faire passer, une belle diarrhée donc qui ne vaux pas la polémique qu'elle à déchainé.

Au passage si vous cherchez un vrai bon virtual girl (jeu de poupée virtuel) prenez "Sex Villa 2", ou si vous aimez rajouter un peu de scénario, Artificial Academy qui vous permettra enfin de draguer (et un peu plus) des lycéennes japonaises en jupe, et d'écrire vos propre animés hentai.

 

 Probablement le plus complet du marché, le tout garantie sans sexe imposé !

 

Mais ce genre de titre n'est que la partie émergé de l'iceberg. Comme je l'avais expliqué la production eroges est représenté principalement par les visuals novels, où là tout est permis. Voici donc quelques titre particulièrement gratinés :

 

Taiiku Souko Shoujotachi No Sange : l'histoire d'un businessmen qui tombe dans la misère et fini par trouver refuge dans un gymnase ou deux fille Rikka et Mino (je vous rassure elles sont majeur, d'après la descritpion du jeu) jouent à touche pipi. Vous allez vous ériger en éducateur et leur expliquer toutes les possibilités que recèle leurs corps. Pas de viol me direz vous ? Regardez les deux "héroïnes" si dessous et redite le moi sans rigoler.

 

 

Majeur ? Et moi je suis bonze peut être ?

 

Dans la même veine une autre visual novel : Omae no Onna o Netotteyaru. Et je ne résiste pas à l'envie de vous livrer son synopsis. Ryuichi (le héros) était un grand violeur qui traitait ses victimes comme des jouets, jusqu'à ce qu'un changement soudain lui arrive après avoir obtenu son diplôme universitaire et qu'il devienne totalement asexué. Quelques années plus tard, il commence à travailler dans une clinique, et y reconnaît l'une de ses précédentes victimes, Saika la femme de son patron. Ryuichi, qui depuis le collège ne ​​ressent rien pour les femmes, sent le désire se réveiller en lui, avec la ferme intention de faire d'elle son jouet a nouveau.

Tout un programme ! Si vous cherchez un peu sur le net vous ne trouverez aucune image qui fasse penser à un viol, les partenaires sexuel ont toujours l'air plutôt consentante, mais il n'en n'est rien dans le jeux, où vous les soumettrez sans vergogne à votre bon plaisir.

 

Je pourrai continuer longtemps à vous parler d'histoire plus tordu les unes que les autres, mais cela n'aurai aucun intérêt, si vous voulez vous faire votre propre avis je vous met les liens utiles en bas de page.

 

Le propos de cet article est plus de mettre en lumière des différences fondamentales entre deux cultures, l'occidental et la japonaise. D'une part pour ouvrir les yeux des détracteurs comme des amateurs, d'autre part pour nous poser à tous une question sur notre rapport au réel.

 

Là cet article deviens particulièrement chiant donc vous pouvez retourner jouer à black ops 2

 

Il faut bien voir qu'en matière de sexualité nous avons tous une vision négative de la chose (consciemment ou inconsciemment), le premier rapport sexuel est souvent considéré comme un péché ou comme un drame destructeur (selon si vous lissez la bible ou Freud), mais au japon où la première des religion est animiste voir chamanique l'acte sexuel est une chose parfaitement naturel et plutôt créatrice que destructrice, premier point de divergence.

De plus l'éducation actuel, nous inculque de plus en plus que le rapport sexuel se pratique à deux de façon collective et non pas individuel, au japon cette notion n'est apparu timidement qu'il n'y à un siècle ou deux. N'oublions pas non plus que la société japonaise est hiérarchisé jusque dans le lit. Il y aura toujours un rapport de "dominant" à "dominé", aussi bien dans l'entreprise, la famille, que au niveau sexuel avec un actif et un passif (et cela indépendamment du sexe des pratiquants).

Autre point important, la société japonaise est particulièrement pragmatique, donc si c'est virtuel vous pouvez faire ce que vous voulez, romans, mangas, jouets, poupées, jeux vidéos, mais si vous essayé dans le réel vous serez condamné. A ce sujet le japon peut nous paraitre laxiste car on entend peu parler de procès pour pédophilie ou viol, mais ceux ci existent ils ne sont simplement pas ou peux médiatisés, les sujets ayant rapport au sexe étant relativement tabou sur l'archipel (70% des femmes violées ne portent jamais plainte par honte).

Dernier point en matière de justice, au japon le statut de la victime n'est pas le même que le notre, on ne fera pas forcément preuve de compassion à son égare au contraire, de plus il n'est pas rare que l'accusé s'arrange directement avec la victime via une forte somme d'argent.

 

Je pourrai m'étendre encore longtemps mais si vous voulez en savoir plus je vous conseil cette émission

 

Maintenant parlons de nous, les joueurs. Nous et notre média somme souvent les victimes, d'accusation de la part d'observateurs extérieurs, du fais de la violence qui peux être présente dans certains titres. Ces même observateurs interdiront à des enfants de jouer à des jeux violents ou de regarder des filmes d'horreurs, mais ne les empêcherons jamais de regarder le journal télévisé. Or si il est facile d'expliquer à un enfant que ce qui sort de la console ou du DVD c'est pour de faux, il sera surement plus dur de lui expliquer que quand ça viens de l'antenne ou du décodeur ça peux être pour de vrai (comme pour de faux).

 

La question n'est pas temps de savoir si telle ou telle oeuvre (quelque soit son type) est violente, répugnante ou dangereuse, mais bel et bien de savoir si nous somme capable de faire la part des choses et surtout d'éduquer autrui à faire de même. Moi j'y arrive parfaitement et pourtant j'ai passé mon enfance entre Doom, les livres de stephen king et les films gores, mais on m'a bien expliqué. Alors que par exemple familles de France est persuadé que le virtuel va devenir réel et que si je joue à GTA je vais vendre de la drogue et aller aux putes, peut être fraudait il revoir leur éducation.

 

Pour aller plus loin le site de référence des visual novel (en anglais) ici

 

Pour avoir avec le régime allemand du chancelier adolf hitler je m'attribue un point godwin.

 

Kevane

 

Ajouter à mes favoris Commenter (3)

Commentaires

Waylander&Kevane
Signaler
Waylander&Kevane
Très cher Corwin

C'est toujours un plaisir pour moi de discuter avec mes lecteurs surtout quand ils ne maitrise pas le second degré et ont autant de discernement que... bref tu comprendra l'idée et je ne suis pas ici pour te chercher noise.

Mais ! que sur un article aussi long ! Que j'ai eu du mal à écrire ! Que j'ai documenté en devant jouer à des visual novel à la traduction approximative !Tu ne relève que deux petites chose insignifiante, Là je suis outré !

Tu pouvais m'attaquer sur tout le reste de l'article! Me dire que les image que je montrais étais honteuse, que je n'étais qu'un porc ! Un pervers pédophile ! Le DSK de Gameblog!

Et là ! tu m'attaque sur une définition (navré d'avoir porté atteinte çà ton cursus en droit pénale), et sur la "morale" que j'impose ? Navré chère Corwin je n'imposais rien je cherchais à ouvrir le débat.

Mais pour toi le débat semble bien fermé, car pour toi le jeu vidéo ce n'est plus que du FPS.

Aussi je me permet une question que fais tu encore ici chère lecteur ?

Donc ne nous faisons plus perdre notre temps mutuellement, tu as brillé par ta "critique", désormais je n'écrirai plus pour toi aussi j'espère que tu aura la courtoisie de ne plus être mon lecteur

à bon entendeur adieu

KEVANE
Waylander&Kevane
Signaler
Waylander&Kevane
Waylander : Pour le savoir vivre tu repasseras :). On peut très bien formuler des critiques en restant un minimum correct. Peut être que toi tu ne trouves pas d'intérêt à l'article, mais ce n'est peut être pas l'avis de tout le monde. On réalise les articles qu'on veut, on ne fait pas un article pour une audience particulière, si tu résumes l'article à cette morale qui n'en est d'ailleurs pas une, c'est un avis, alors tu es passé à côté d'un point important de l'article, peut être que tu ne l'as pas lu en entier ? Se serait dommage pour la crédibilité de ton commentaire.
PS : Ne t'embête pas à répondre à ce commentaire si c'est pour garder le même ton, le commentaire sera directement supprimé.
corwin
Signaler
corwin
pour la définition pénale du viol, tu repasseras. un article aussi long commence mal quand dès le début est faux. le viol n'est pas "l'insertion forcé d'un corps étranger dans un organisme vivant". avec toi on a l'impression qu'enfoncer un bâton dans le ventre d'un cheval est un viol.
le viol est "Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu'il soit, commis sur la personne d'autrui par violence, contrainte, menace ou surprise est un viol".

Autrement dit le viol est l'introduction de quoi que ce soit (objet, sexe, que sais-je d'autre) dans un orifice (déjà existant par nature,) sexuel (sexe, anus, bouche) d'une autre personne.

ceci étant dit, je me demande bien quel est l'intérêt de ton article. une morale à deux balles sur la prétendue éducation et la victimisation du jeu vidéo dont le contenu de plus en plus fréquent consiste à tirer sur quelqu'un.